Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le Japon revient à l’écriture traditionnelle des noms dans les documents officiels

Le Japon rompt avec les us occidentaux et va désormais revenir à la tradition japonaise dans l’écriture de noms en alphabet latin dans les documents officiels – avec le nom de famille en premier – afin de défendre « la diversité des langues ».

 

C’est un changement qui peut paraître anecdotique, mais qui traduit une forme de résistance du Japon à l’uniformisation du monde à travers le prisme occidental. Lors d’une conférence de presse tenue le 6 septembre et relayée par le Japan Times, le ministre de l’Éducation, Shibayama Masahiko, a annoncé que le pays ne suivrait plus la formulation occidentale pour les noms inscrits en alphabet latin dans les documents officiels.

« Dans un monde globalisé, il est devenu de plus en plus important de prendre conscience de la diversité des langues que possèdent les humains. Il est préférable de suivre la tradition japonaise lors de l’écriture de noms japonais en alphabet latin », a-t-il expliqué, en référence à la tradition japonaise de mettre le nom de famille en premier. Le ministère a par ailleurs précisé qu’il réfléchissait à l’éventualité de demander au secteur privé de se conformer à cette décision du gouvernement.

L’idée avait déjà été évoquée par le passé par le ministre des Affaires étrangères, Kono Taro, qui avait souligné que les dirigeants asiatiques tels que le président chinois Xi Jinping et le président sud-coréen Moon Jae-in conservaient l’ordre d’origine de leur patronyme en anglais, rappelle le Japan Times.

Les Japonais sont habitués à écrire leur prénom en premier lorsqu’ils utilisent une langue étrangère telle que l’anglais depuis un peu plus d’un siècle, puisque cette pratique a débuté à la fin du XIXe en raison de l’influence croissante de la culture occidentale.

Le Japon et l’Occident, voir sur E&R :

 






Alerter

56 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2273649

    Les japonais sont dejà au fond du trou, leur société est pervertie par le métissage depuis que cette idéologie malfaisante a fait le tour du monde. Il suffit de voir tous ces "vlog" sur youtube avec des gars de toutes origines qui parlent de leur relation avec une japoniaise, d’ailleurs c’est un nouveau délire des racailles de banlieue après les thaïlandaises. Au Japon, il ne leur reste plus que l’industrie de la BD, c’est dire le niveau de cette nation !

     

    Répondre à ce message

  • Au moins ils préservent le culture...

    Les nouveaux noms à la mode en France ( que j’ai entendu récemment mais vous pouvez chercher sur internet)

    - Limwenn
    - Enaël
    - Lilou
    - Lola
    - Gaizka
    - Sacha

    Les Français eux-mêmes ne donnent plus de prénoms traditionnels Français à leurs gamins.
    Ils vont chercher des noms Basques, Asiatiques, Tahitiens.... Bref, tout sauf des prénoms Français.

     

    Répondre à ce message

    • Voilà, et ma fois il font bien ce qu’il veulent, c’est pas avec un prénom français qu’on va sauver la France. Le président, attali, et toute la clique, leur prénoms sont bien français et ça empêche pas l’inverse

       
    • Faux.

      Le prénom c’est important, c’est le premier marqueur identitaire.

      C’est pas pour rien que les arabes continuent à donner des prénoms Coraniques à leurs enfants, pareil pour les Juifs qui ont commencé à donner des noms issus de l’ancien testament, et qui désormais donnent des prénoms Israéliens à leurs gamins.

      Et face à ce communautarisme, que fait la majorité silencieuse ? Elle invente des prénoms à la con, où elle va les chercher sûr internet...

      Le choix du prénom est devenu un choix de consommateur, il en dit long sur mise à mort à petit feu de la culture Française.

       
    • Les Basques est un peuple Autochtone d’Europe : un peu de respect.

       
    • @Cléon

      Il suffira de revenir sur la loi de 1994, pour revenir à la situation antérieure : une liste obligatoire de prénoms, contenu dans le calendrier. Y a largement de quoi faire, pour nous Français ethniques. Après, pour les Basques, Bretons, Tahitiens etc, on pourra aménager ca. C’est pas un soucis.

       
    • @yjack
      C’est tout de même un effet du "mondialisme" (trop cool) que vous le vouliez ou non...
      Les prénoms d’origine française ne sauveront pas la France... et l’inverse non plus !
      Tout dans notre société a une signification profonde.
      Un pays de culture musulmane utilisant majoritairement des prénoms européens, cela me choquerait tout autant, n’est-ce pas...

       
    • En effet Cléon, ils préservent ainsi cette culture japonaise, et aussi cette culture française qui attire tant de monde dans notre pays malgré son enlaidissement progressif (Paris, la langue, l’art, ...).
      .
      Je ne comprends pas ces gens qui voyagent tout le temps pour se dépayser, mais qui veulent que tous les pays se ressemblent.
      .
      Je crie donc : AUX FOUS, AUX FOUS, AUX FOUS ...

      Thémistoclès

       
    • Le prénom préféré des gens riches pour leur rejeton : Antoine . Chez les pauvres : Mohamed . Pauvre Mohamed .

       
    • "Chez les pauvres " y a bien que dans une société exclusivement matérialiste que c’est péjoratif d’être pauvre. La plupart des gens pauvre sont des gens avec plus de principes et plus accueillant

       
  • Est ce que c’est un message envoyé au US ?
    Je trouve ça un peu léger, à moins que cela soit associé à d’autres résolutions ?
    Quoiqu’il en soit, le Japon est toujours une inspiration pour la préservation des cultures face au monde globalisé.
    Malheureusement nous, français, pâtissons d’une élite qui s’écrase face à rouleau compresseur "uniculturel"...
    D’ailleurs d’autres anecdotes délivrées par KontreKulture sont réconfortantes (pour les autres cultures) il s’agit des écoles en Corée du Sud. C’est en lisant "la face cachée de l’école" https ://www.kontrekulture.com/produit/la-face-cachee-de-l-ecole que j’ai appris l’existence de leçons sur "la pureté de la race coréenne" pour les écoliers coréens (même moi, gros lecteur de KK j’étais choqué ^^’ mais c’est pas le sujet)

     

    Répondre à ce message

  • Pour ceux ici qui s’intéresseraient à la mentalité japonaise, je vous conseille le livre de Motohisa Yamakage "Shinto - Sagesse et pratique". Yamakage est un maître shinto dépositaire d’une lignée très pure du shinto - j’entends par "pure" traditionnelle et spécifiquement japonaise, c’est-à-dire peu teintée de bouddhisme (contrairement à beaucoup de lignées du shinto, qui ont incorporé des éléments du bouddhisme). Le shinto est la tradition spirituelle autochtone du Japon. Il signifie "la voie des dieux" et prône la vénération des "kamis" (dieux sans représentations), qui constituent la dimension spirituelle, invisible, qui traverse toute chose, les êtres vivants, la nature, le monde matériel. Le shinto donne beaucoup d’importance aux arbres et à l’eau purificatrice.
    Contrairement aux religions abrahamiques il n’inclut pas l’idée de "péché originel" et contrairement au bouddhisme et à l’hindouisme il n’y a pas d’idée de karma. Le shinto admet la bonté fondamentale de l’humanité et l’aptitude au bien de chacun.
    Le but de chaque être est le perfectionnement personnel et spirituel, dans le but de s’approcher de l’état de pureté décrit par "seimei seichoku" qui signifie "propre (dans le sens de pur) et éclatant, droit et direct", en d’autres termes : "seimei" signifie une attitude intérieure libre d’impuretés avec un esprit clair et joyeux et "seichoku" signifie le comportement ou l’action juste mais socialement correcte (c’est-à-dire ni péché, ni crime, ni offense), agir avec honnêteté, ouverture et franchise envers les autres.
    Quand j’ai lu cette description de l’état de pureté spirituelle (propre et éclatant, droit et direct), j’ai tout de suite pensé à Alain Soral, allez savoir pourquoi ! :-)

     

    Répondre à ce message

    • "Le shinto admet la bonté fondamentale de l’humanité et l’aptitude au bien de chacun. "

      Le christianisme ne nie pas la "bonté naturelle" de l’Homme. Il a un regard réaliste sur l’Homme : capable du pire comme du meilleur.

       
    • Beau commentaire, qui relève le niveau... Je vais me procurer le livre de Motohisa Yamakage, Merci.

       
    • Un phénomène qui n’a rien à voir, mais qui est lui aussi intéressant : bien que le Japon soit un pays où il n’y a quasiment pas de juifs, l’antisémitisme y serait très répandu.

      Il y a un livre sur le sujet :

      David Goodman, Jews in the Japanese Mind : The History And Uses Of A Cultural Stereotype

       
    • @ af merci pour votre référence.

      Depuis quelques années, les Japonais s’interrogent beaucoup sur les banques "américaines" qui ont financé le Japon lors de la guerre russo-japonaise de 1905.

      Les mêmes banques qui ont financé la révolution bolchevique 10 ans plus tard.

       
    • @Paul82
      Avec le péché originel, tout homme naît déjà coupable du péché d’Eve et d’Adam. Et l’homme doit craindre d’être jeté en enfer au moment du jugement dernier. Il vit donc dans la culpabilité et la peur (les deux émotions servant à la prise de contrôle d’une personne, méthode bien connue des sectes). De plus, le christianisme affirme que seuls ses adeptes seront sauvés (et encore, pas tous !), prétendant ainsi détenir la "seule voie" pour l’être humain.
      Le catholicisme met peut-être moins l’accent sur la culpabilité, mais en tout cas dans le protestantisme, on entendait au milieu du XXe siècle (je suppose que ce n’est plus le cas aujourd’hui, mais peu importe, aujourd’hui les églises sont vides, de toute façon) des sermons disant "l’homme est enclin au Mal et incapable par lui-même de faire le Bien" (affirmation sataniste, quand on y pense, puisque Satan cherche justement à convaincre Dieu que l’homme n’est pas digne de l’amour que Dieu lui porte). En tout cas, répétez ça chaque dimanche à des enfants et au bout du compte vous aurez fabriqué une génération d’athées matérialistes forcenés. Je suis arrivée à la conclusion que le protestantisme est la dernière étape avant l’athéisme.

       
    • @A...
      Heureuse si mon commentaire a pu apporter quelque chose à quelqu’un...
      Pour continuer dans le partage, il y a aussi ce très beau film que j’ai regardé récemment : "Après la pluie" de Takashi Koizumi, d’après un scénario de Kurosawa.

       

    • contrairement au bouddhisme et à l’hindouisme il n’y a pas d’idée de karma




      Karma en sanscrit c’est l’activité, l’action. donc il y en a tout autant dans le shinto , même le non agir shivaite ou taoiste est "action" (au sens où le non agir n’est pas immobilité mais se laisser porter par le dharma) . Ce dont tu veux parler c’est du problème de la réincarnation selon les actions passées et donc en fonction d’une morale. Or l’idée de réincarnation d’une âme individuelle est totalement étrangère à l’hindouisme avant les upanishads (soit environ 700 avant JC).
      Cette notion de karma dans un cycle de réincarnations est d’origine bouddhiste et Jain et adoptée par le brahmanisme qui est la conception cléricale, légaliste et politique de l’hindouisme.
      La pure tradition Shivaite (Shiva est un anti brahmane, un dieu non védique, antérieur aux Védas) suit les lois du dharma et ne s’intéresse pas aux aléas du Karma puisque l’âme individuelle n’est qu’un reliquat, que la partie illusoire d’un Tout (Atman la conscience universelle) , c’est l’eau qui s’échappe puis revient dans le lit du fleuve, et contrairement au bouddhisme et au jainisme il n’y a pas d’idée de morale là dedans).
      Le shivaïsme traditionnel tantrique (l’essence de l’hindouisme) est plus proche du tao et du shinto que du bouddhisme qui, lui, est bien plus proche, dans sa conception de la condition humaine, des religions abrahamiques que de l’hindouisme traditionnel.
      La vraie tradition shivaïte est exclusivement orale et quand on a un texte il est toujours obscur (le langage crépusculaire demande des clés orales) on est dans une approche rituelle (le tantra c’est la pratique rituelle) et non morale de la religion. c’est le rite et non la morale qui est la clé de l’action (du karma) car la seule action possible se résume au retour à la plénitude de la non dualité (en pratiquant une forme quelconque de yoga car le yoga est tantra)

      Le texte de référence de l’hindouisme primitif est une agama shivaïte qui ne se réfère pas aux védas :
      le Vijnana Bhairava tantra (j’ai retrouvé sur un site de yoga une version gratuite de la traduction de Lilian Silburn, éditions du Collège de France, la référence mondiale en la matière. mais accrochez vous ça déménage :
      http://www.symbole-spirituel.com/do...
      ça commence à la page 5.

       
    • @paramesh
      Merci beaucoup pour ces précisions très intéressantes !

       
  • Le Japon est un beau pays et son peuple est fort, doué, j’ai toujours été fasciné par la très grande précision des modèles réduits Tamiya... Les fronçaises et les fronçais devraient en prendre de la graine...

     

    Répondre à ce message

  • Si c’est tout ce qui leur reste pour lutter contre l’uniformisation du monde, on est mal !

     

    Répondre à ce message

  • Tezuka Osamu, Ishinomori Shotaro, Matsumoto Reiji, Toriyama Akira, Takeuchi Naoko, Takahashi Rumiko, Togashi Yoshihiro etc.

     

    Répondre à ce message

  • #2273980

    Peuple traditionnel,attaché à sa culture,relativement raciste,les japonais pensent revenir à quelques fondamentaux,de peur que leur culture ne se dissolve dans le tout et rien.
    Nous ferions bien,nous aussi,de protéger notre langue,si belle,aux intonations mélodieuses si on la compare avec les langues germaniques ou anglo-saxonnes(on a l’impression qu’ils parlent avec le nez ces anglais)
    Quand on lit notre littérature et quand on voit comment nos tribuns s’exprimaient il y a 200 ans,on s’aperçoit,hélas,de l’appauvrissement général.
    Aujourd’hui,pour exprimer ce que Talleyrand(traître à Napoléon-le- Grand)) arrivait à dire en une seule phrase,en concept,en élégance,en clarté,il nous faudrait,pour la plupart d’entre nous,(et j’en fais partie) plusieurs phrases pour exprimer les mêmes choses.
    La faute à tout le monde,aux TV,aux radios,à l’éducation,aux journaux...aux raccourcis.Dommage.
    C’est aussi parce que le français est moins attaché aux traditions que le japonais,ce n’est pas forcément un mal,ceci dit,mais conserver la noblesse de notre langue,qui est l’une des plus belles au monde,ne serait pas du luxe par les temps qui courent...
    Perdre sa langue,c’est un peu perdre l’âme de la Nation.

     

    Répondre à ce message

  • Vous ne le croirez pas. Les Grecs ont indirectement influencé les Japonais par le biais du Greco-Bouddhisme.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Gr%C3...

     

    Répondre à ce message

  • Les Japonais se battant pour la culture nationale. C’est cool. Le Japon me rappelle les anime, manga, tokusatsus et les jeux vidéo. Ces éléments culturels m’ont amusé et m’amusent encore.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents