Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le Messie des chrétiens : une menace à la sécurité de l’Empire

Pour les chrétiens du monde, Noël est la célébration de la naissance de Jésus, ce Messie envoyé par Dieu pour libérer l’humanité de la domination des puissants et apporter aux pauvres et humbles de la terre la liberté et la paix. Du même souffle, on peut affirmer que pour toutes les personnes de bonne volonté, croyantes ou pas, Noël, est également la fête du visage humain de l’Humanité, un moment où tout devient partage, fraternité, réconciliation, solidarité, joie et paix.

 

Le titre de cet article m’est venu à l’esprit en lisant les propos tenus par le pape François dans son homélie d’aujourd’hui (20/12/2015) :

« Au moment où l’Histoire nous apparaît déterminée par l’économie du marché, les finances ou les échanges commerciaux, dominés par les puissants, le Dieu de la Nativité est un Dieu qui change les règles du jeu. D’ailleurs, il aime faire cela. Comme le proclame Marie, il est le Seigneur qui détrône les puissants et élève les humbles. » (trad. de l’auteur)

Dans cet extrait, le pape François se réfère à cette prophétie de Marie au moment même où elle apprend qu’elle porte en son sein ce Messie :

« Il a déployé la force de son bras ; il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses.

Il a renversé les puissants de leurs trônes, et il a élevé les humbles. »

Luc, 1, 51-52

Le Roi Hérode, déjà en son temps, avait pris bonne note de l’arrivée de ce personnage, véritable menace pour son pouvoir de domination sur son peuple. Lui aussi se préoccupait de sa sécurité nationale et ne se gêna pas pour essayer de s’en débarrasser dès sa naissance. Aujourd’hui, Hérode n’y est plus, mais l’Empire y est toujours, cette fois sous le visage des États-Unis d’Amérique qui s’impose au monde comme le Tout-Puissant ayant tous les droits. Ce pouvoir de l’Empire repose sur quatre colonnes : celle de la puissance politique, celle de la puissance économique, celle de la puissance militaire et celle des moyens de communication. Ces quatre colonnes sont les piliers qui assurent sa sécurité nationale et internationale. Toute mise en cause de cette suprématie devient une menace à cette sécurité.

 

La suprématie politique

Il suffit de lire des journaux, de regarder la télévision, de suivre ce qui se passe dans le monde, pour réaliser que les États-Unis n’ont pas seulement une influence circonstancielle dans le choix des gouvernements, des régimes politiques, des alliances bilatérales et multilatérales des nations. La démocratie, celle qui est compatible avec son pouvoir, est celle sur laquelle il a plein contrôle : contrôle sur le choix des candidats, sur les mécanismes du système électoral et sur le décompte des bulletins de vote.

Les peuples, les nations et les États qui voudraient s’affranchir de ces contrôles sur leur démocratie risquent de connaître de sérieux problèmes. Les pays qui dérogent à cette loi fondamentale non écrite de la suprématie politique des États-Unis sur leur système électoral devront s’attendre à une offensive musclée du principal intéressé.

Il suffit de penser à ces gouvernements émergents de l’Amérique latine dont, entre autres, la Bolivie, l’Équateur, le Venezuela, Cuba, le Nicaragua, pour voir ce dont l’Empire est capable. En Afrique et au Moyen-Orient, ce fut le cas de l’Irak, de la Libye, de l’Afghanistan, et maintenant de la Syrie. Plus que tout, il faut mentionner les pays qui intègrent l’alliance BRICS, lesquels s’affirment contre une gouvernance mondiale unipolaire placée sous le contrôle des États-Unis. Dans ce dernier cas, la Russie et la Chine s’imposent comme des forces qui visent plutôt un monde multipolaire qui respecte le droit des peuples et des nations. Ça ne plaît pas du tout à l’Empire.

Lire la suite de l’article sur mondialisation.ca

Une religion « mondiale » sur les ruines du christianisme ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le titre est assez réducteur. En effet, Jésus est LE Messie. Pour les chrétiens mais également pour les musulmans. Je vais même aller plus loin en affirmant qu’il est Le Messie des croyants. Quand l’Antéchrist sera là, croyez-le ou non, ça sera les croyants d’un côté avec Jésus et les non-croyants (ou trop faibles dans leur foi) seront avec l’Antéchrist.
    Pour nous, musulmans, Dieu a insufflé en Jésus Son Verbe et Son Esprit. Il est l’une des âmes les plus pure de la Création. Dieu, dans Son Infinie Sagesse, lui a permit d’accomplir des Miracles. Il est celui qui reviendra combattre le Mal.
    Bonnes fêtes à toutes et à tous.
    Fraternellement

     

    • Merci Mohamed pour ce message de vérité. Puisse Dieu nous placer auprès des justes de ce monde le jour venu.
      Bonnes Fêtes à toi.


    • Pour les chrétiens jésus est dieu antechrist dira qu’il et jésus et dieu


    • Très jolie mais théologiquement parlant faux.
      L’anthéchrist c’est celui qui nie que Jesus est le fils de Dieu :
      Bible-
      1 Jean 2
      …21Je vous ai écrit, non que vous ne connaissiez pas la vérité, mais parce que vous la connaissez, et parce qu’aucun mensonge ne vient de la vérité. 22Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils.

      En Islam celui qui dit que Jesus est fils de Dieu sera anéanti :

      le repentir verset30 : Les Juifs disent : « Uzayr est fils de Dieu » et les Chrétiens disent : « Le Christ est fils de Dieu ». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. que Dieu les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ?


    • @sulfor
      Paix sulfor. Mes propos n’ont pas pour objet de vexer, rabaisser ou jouer au "c’est nous qui sommes les meilleurs", etc etc.... L’homme qui plait le plus à Dieu est l’homme pieux. Parce que la piété mène au respect de soi, des autres, à la sagesse etc. Et cela au delà du prisme Juif, Chrétien ou Musulman. Je cite volontairement ces 3 religions Monothéistes. De mon point de vue la source est la même. Dieu L’Unique. À vous vos croyances et à moi les miennes. Cela n’empêche pas le respect et la cordialité.
      Amicalement


  • Cet article semble perdre de vue que l’Eglise catholique romaine est une multinationale, un modèle d’Empire même, dont le grand chef est depuis peu originaire d’un autre continent que le continent européen. Ce changement, très considérable, est non seulement la traduction du déclin de la chrétienté en Europe mais surtout le signe d’un changement de statut de ce continent qui est devenu pour l’Eglise catholique nouvelle un espace à réévangéliser sur de nouvelles bases. Cette réévangélisation, le pape François 1er, héritier d’une tradition jésuite d’évangélisation accompagnatrice des conquêtes économiques, semble bien vouloir la réaliser non pas contre l’Empire mais bien dans le sillage de la mondialisation en assurant une espèce de symbiose entre les valeurs chrétiennes des évangiles et les droits de l’homme et en s’appuyant sur les populations déracinées par la mondialisation, le libéralisme économique et financier et les conflits qu’il induit. En d’autres termes il s’agit pour l’Eglise de récolter une des fruits de la mondialisation, l’appauvrissement des populations, en apparaissant comme le refuge pour les populations exploitées. L’Eglise catholique, sous la conduite de François 1er semble vouloir renouer avec la conception consolatrice des pauvres et non pas émancipatrice des pauvres. Elle semble avaliser une division du monde, très classique, entre les petits et les grands, les exploités souffrants et les dominants jouisseurs. En cela elle est l’alliée objective des oligarchies libérales auxquelles elle propose une sorte de tranquillité sociale en faisant accepter par la multitude jusqu’aux injustices les plus criantes. Cette Eglise mondialisée n’est pas plus que dans le passé un vecteur d’émancipation sauf pour des carriéristes dévoyés. La mondialisation, qu’elle soit religieuse, économique ou financière est synonyme de domination et d’exploitation. Seule une Eglise de France, non soumise au gouvernement du Vatican, pourrait devenir une force de résistance et de libération. A condition que les leaders de cette église soient désignés par les communautés chrétiennes elles-mêmes et non pas par un appareil politique. L’intérêt soudain bienveillant des médias pour la fête de Noël des catholiques semble montrer la prise de conscience récente par l’establishment de l’alliance objective entre les orientations de François 1er et les intérêts des oligarchies impériales.


  • #1353841
    le 25/12/2015 par Jean-Jacques de la Boissière Dorée
    Le Messie des chrétiens : une menace à la sécurité de l’Empire

    À l’époque du roi Hérode, la domination était avant tout Romaine. Christ était là avant tout pour libérer Israël de Rome, justement selon les évangiles de Luc, avec son message.



  • Ce que nous enseigne la prophétie de Marie, plus haut mentionnée, et l’esprit même des Évangiles c’est que ces puissants et ces prétentieux qui s’autorisent à dominer le monde seront « détrônés » et que les victimes de ces pouvoirs inventés, les pauvres et les humbles, seront élevées.



    Sauf que cette “prophétie” est totalement détournée : elle sert à justifier, de la part des “primes démocraties”, l’attaque de pays à régime autoritaire, ou alors tribal, etc. pour y instituer, enfin, la démocratie, les DH... Et la liste de ces pays est longue : passée, en cours et à venir...

    C’est donc plutôt cet effet pervers qu’il conviendrait de penser  : le christianisme, par son ouverture d’esprit exceptionnelle, a pu conduire à la démocratie, qui ne parvient à survivre et à s’étendre qu’en s’alimentant des régions du monde perçues comme “non encore démocratisées” (islamiques, peuples premiers, etc.) et dont on se paiera les “frais d’intervention” en allant piquer leurs ressources naturelles.

    Chercher l’erreur... “l’idée chrétienne devenue folle”.

    Or, ce n’est pas vraiment une erreur : c’est la condition nécessaire de survie en Ce-Monde, apparemment dominé en son fondement par le second principe de la thermodynamique - autant dire par la dynamique prigoginienne d’auto-organisation par allo-exclusion, ou encore d’organisation d’îlôts d’ordre locaux (pays de l’OTAN : “voyous-judéo-christiano-athées-sciento-technicistes” par l’attaque d’autres formes d’organisation moins puissantes environnantes (sociétés “restées plus traditionnelles et respectueuses d’autrui”) ; cf. en biologie le parasitisme, voire les saprophytes - l’attaque d’organismes en décomposition.

    Critiquer notre compromission à cette prédation planétaire (dansun sketch, Dieudonné parle de l’humanité comme d’une moisissure) ne peut donc passer que par une dure auto-critique, consuisant à une auto-limitation drastique : pacifisme, végétarisme, pauvreté assumée (surtout par rapport à la voiture, au chauffage... l’’informatique restant très problématique tant l’accession à l’internet s’avère une condition sine qua non d’efficacité dans la conscientisation et la militance dissidentes).

    C’est plutôt en ce tréfonds psychophysique qu’il faudrait désormais mener la réflexion, ce qui est autrement plus dur, mais décisif, que de critiquer sempiternellement les méchants dominateurs... puisque la problématique ramène à soi-même comme le principal acteur-cible...


  • Le signe de Noël est une étoile , une lumière dans les ténèbres. Ne la vois pas à l’extérieur de toi mais brillant dans le ciel au-dedans, et accepte -la comme le signe que le temps du Christ est venu. Il vient en n’exigeant rien. Tu as seulement besoin de L’inviter, Celui qui est déjà là. Il y a beaucoup à faire et nous avons été longtemps retardés. Prends ta place si longtemps laissée non remplie, dans le Grand Réveil. Le Prince de la Paix est né pour rétablir la condition de l’amour en enseignant que la communication reste ininterrompue même si le corps est détruit, pourvu que tu ne voies pas le corps comme le moyen nécessaire à la communication. Dieu rend grâce à l’hôte saint qui voudrait Le recevoir et qui Le laisse entrer et demeurer là où Il voudrait être.

     

  • L’empire anglo américain disparaîtra comme ont disparu les empires précédents
    (L’Egypte,Babylone,l’empire Médo Perse,l’Assyrie,la Grèce,Rome)ainsi que la destruction de Babylone la grande la grande prostituée(l’ensemble des fausses religions) alors viendra la fin.
    "Le royaume de Dieu vous sera enlevé et sera donné à une nation (spirituelle) qui en produira les fruits"Mathieu 21.43
    Noël est une fête païenne qui n’a rien a voir avec le véritable christianisme.La date de la naissance de Jésus est inconnue et celui ci n’a jamais ordonné sa célébration.Cette "fête" comme tant d’autres a été récupéré par le dieu du commerce et du profit dont le père noël (made in USA) en est le symbole.
    l


  • On peut se demander quand même si le pape est vraiment anti-système américain.
    N’oublions pas qu’il fut un temps où il s’arrangeait très bien du régime des colonels argentins, régime soutenu par la CIA.
    Le Vatican est un état et il a les mêmes problèmes que les autres états. Il est très infiltré par le système. De quelles marges de manœuvre dispose le pape s’il voulait aller plus loin que de beaux discours pour endormir les fidèles, à condition qu’il le veuille vraiment.
    Je pense que les voies du ciel ne sont pas prêtes à passer par l’Eglise de Vatican II qui s’ouvre à maintenant n’importe quoi.
    En témoigne le sermon de Noël que j’ai du subir hier et qui s’appuyait sur un texte de Jean Paul Sartre (nihiliste existentialiste), comme si la tradition catholique n’avait rien à proposer.



  • Jésus, ce Messie envoyé par Dieu pour libérer l’humanité de la domination des puissants et apporter aux pauvres et humbles de la terre la liberté et la paix.



    La prémisse est fausse : le Christ est venu pour assurer le salut des âmes.

    Comme pour le précédent article issu du même site, toute l’analyse est braquée sur l’aspect politique et humain, ignorant superbement la dimension surnaturelle de la question traitée.
    Le Christ décrit par ce genre d’approche est un Humaniste intégral, plaçant l’homme à la place de Dieu. De cette approche découlent tous les malheurs de la modernité.

    On peut être pauvre et faible mais pétri d’avarice et de désir de puissance. On peut être riche et puissant mais soucieux de ses responsabilités et du prochain. Il y a de nombreux saints rois et gouvernants dans l’histoire de la Chrétienté.


  • Tellement une menace à la "sécurité de l’empire" qu’il y a écrit "I believe in God" sur les dollars, que les USA ont utilisé le Christianisme pour opprimer les Amérindiens, que nombre de royaumes et empires s’en sont réclamés pour se donner une légitimité surnaturelle...

     

    • Qui vous dit que les banksters ont le même "God" (Dieu) que celui des chrétiens ?...

      Quand à l’utilisation d’une religion pour des causes guerrières, rien de très nouveau, il est facile de détourner et d’interpréter des textes, des auteurs, des lois... pour son intéret. Comme c’est le cas pour n’importe quelle idéologie dans ce monde (idéologie politique, religieuse, humaniste etc...)

      Ca n’enlève rien à la beauté du message de la religion et la vérité de celle-ci (en l’occurence le christianisme) lorsque celle-ci est abordée dans son ensemble, avec honnêteté et compréhension.


  • Le Jésus des origines a été totalement retourné et récupéré par le système, qui en a fait le dieu des losers et des laisser pour compte...vous croyez que Bill Gates ou Mark Zuckerberg se réclament de Jésus ? ils n’en ont rien à faire, pour eux, la religion est pour les masses, jugées crédules et inférieures ; un troupeau, en somme...

    En un temps, le nôtre, où la marchandise s’est faite religion et auto mouvement du monde ( pour parler comme Francis Cousin ), les religions traditionnelles sont destinées à offrir aux masses leur dose d’espoir quotidien, cela et rien d’autre...dans un temps, le nôtre, où la matière a vaincu l’esprit, que pourraient encore l’islam ou le christianisme, sinon maintenir le troupeau dans des limites mentales figées ?

     

    • Les Prophètes (que la Paix soit sur eux) ont toujours été suivis par les pauvres, les indigents, les humbles... Et quelques rares notables. De tout temps ce fut le cas. Jésus ne dit-il pas : Mathieu 5:3 "Heureux sont les pauvres car le royaume des cieux leur appartient" ou encore : Luc 4:18. L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’Il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés.
      Dieu envoie ses Prophètes (que la Paix soit sur eux) parce que les hommes se sont éloignés de la Loi et perpétuent crimes, oppression, corruption, adultère etc. En règle général ce sont les "puissants" qui font régner cette terreur. Ils comprennent que le Prophète est venu mettre fin à leur tyrannie. Il est donc logique que ces "élites" ne se sentent "pas concernés" par ces messages de paix, de partage, etc. Ils veulent garder la part du lion (qui a été obtenu en écrasant les autres). Ils oublient qu’on passera tous devant notre Créateur.
      Amicalement


  • Le Christianisme est un immense obstacle, peut-etre le plus gros, pour l’avènement total de l’Empire. Ils ont essayé de le détruire, de le détourner et de l’instrumentaliser, mais force est de constater, après deux millénaire il est toujours là, mal en point parfois, mais bien présent.
    L’un des derniers rempart à leurs folies.


Commentaires suivants