Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le NPA, en voie de disparition, tentera un dernier sursaut en 2017

Les maigres troupes du NPA se sont rassemblées du 30 janvier au 1er février à la Bourse du Travail de Saint-Denis à l’occasion du IIIème congrès du parti.

Durant trois jours, 200 personnes représentants les différents courants (cinq « plateformes », selon la terminologie du NPA) du petit parti trotskyste ont débattu de l’avenir de la formation moribonde et ce sont les partisans de l’isolement (la ligne historique, celle d’Alain Krivine, le dirigeant de l’ex-LCR) qui l’ont emporté en affirmant « vouloir tourner la page des discussions avec le Front de gauche pour les élections ». C’est ce qu’a fait savoir Ludovic Wolfgang, porte-parole de la plateforme majoritaire :

« Pour les élections (départementales et régionales) de 2015 et de 2017 (présidentielle), le NPA ne sera pas avec le Front de gauche. On ne discutera pas non plus avec eux sur l’éventualité ou pas de présenter un candidat. »

Une position que ne partage pas Olivier Besancenot, qui avait souscrit à une plateforme concurrente et minoritaire, désireuse de ne pas rompre le dialogue avec les partisans de Mélenchon.

Le Front de gauche avait vu ses rangs grossir en 2013 avec l’arrivée du courant Gauche unitaire (GU), issu du NPA (participation suspendue depuis les plaintes de certains candidats que GU estimait mal récompensés en terme de place sur les listes aux élections européennes).

Le NPA a également fait savoir qu’il préparait déjà les élections présidentielles de 2017 et n’excluait pas de discuter avec Lutte ouvrière afin de présenter un candidat commun.

Excités par les résultats de Syriza en Grèce, les adhérents du NPA espèrent que l’engouement d’une partie de l’Europe pour la gauche radicale lui permettra de ne pas totalement s’évaporer : en 2009, le groupuscule gauchiste revendiquait près de 9 000 adhérents, aujourd’hui, il prétend compter un peu plus de 2 000 militants.

Voir aussi, sur E&R :

Sur la « gauche radicale française », chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Et tout ça avec l’argent du contribuable !


  • le NPA= merdes apatrides boboïsées

    même si je ne partage pas leur vues sur les questions sociétales et en matière d’immigration, je préfère encore le front de gauche, qui compte de nombreux patriotes sincères !


  • C’est-à-dire peanuts mais étant considéré par les merdias mainstream comme indispensable au débat public tandis que d’autres sont ostracisés personae non gratae.

     

  • Les trotskistes ne servent à rien ... Même en Espagne, ils étaient inutiles et contreproductifs à la Révolution. Des petits bobos qui fuient toujours le combat réel ...

     

  • Il n’y a plus de droite ni de gauche en Europe, ces notions étant vouées à la disparition à la longue voulue par le système "Bruxellien", ou tout au moins réduits à l’état "électoral virtuel" dans le sens... où les deux seront toujours d’accord avec Bruxelles. Non ! Il n’y a plus que les europhiles... et les eurosceptiques. De n’importe quelle tendance ou obédience. La preuve : Le Front National et Syriza ont le même combat. Vous pensez qu’il y a toujours une notion droite et gauche, ou encore "extrême-droite" et "extrême gauche" ? Ces termes ne veulent plus rien dire car ils ont une signification que dans de pays souverains. Or, comme ce n’est plus le cas en UE.


  • des gens qui servet à agglutiner et capter les vrais mécontents et les empecher de déclencher une vraie révolution antisioniste pour libérer le monde
    comme melenchon d’ailleurs
    leur travail = parasitage de la vraie résistance
    pour capter leur leadership et les égarer du vrai but = antisionisme
    car tant que le sionisme n’est pas fini le monde ne changera pas
    sionisme est le représentant su satan sue terre


  • « Les maigres troupes du NPA se sont rassemblées ... »

    Excellent , bientôt une cabine téléphonique leur suffira pour se rassembler ;))))


  • J’ai une question con : c’est quoi la différence entre le Front de gauche et le NPA ?

     

    • Pas grand chose, si une grande partie des anciens militants du NPA sont partis au FDG c’est pas pour rien. La seule chose qui fait que le NPA n’a pas fusionné avec le FDG lors de leurs créations, c’est une volonté historique de la LCR/NPA d’indépendance vis-à-vis de la gauche républicaine. En gros leurs idées sont les mêmes (abandon de la centralité de la lutte de classe au profit de la lutte électorale, le NPA ne se revendiquant plus du trotskysme) mais par principe ils essayent de garder leur identité propre, ne voulant pas participer au pouvoir (contrairement au FDG qui s’allie régulièrement au PS) et ainsi être dans l’opposition (vis-à-vis de cette gauche républicaine). A noter que cette politique inutile risque de bientôt toucher à sa fin vu que les courants les moins opportunistes gagnent du terrain au sein du parti.


  • Il serait intéressant de savoir qui finance le NPA.
    Pas les adhérents au premier abord, il n’y en a pas.
    Il ne peut pas prétendre non plus aux subventions des partis par l’Etat, puisqu’il n’a pas d’élu, ni au remboursement de ses frais de campagnes électorales vu qu’il n’atteint jamais les 5%.
    Et pourtant, il est très organisé et présent aux élections et chaque manif où on le demande avec grand renfort de banderoles, drapeaux et autres objets vestimentaires spécial NPA . Tout cela demande beaucoup d’argent.
    Le NPA ferait il parti de ces groupuscules financés par des milliardaires style Soros, ou des Etats étrangers pour provoquer des émeutes ou des révolutions de couleur, dès lors que le gouvernement en place ne convient plus à l’oligarchie mondialiste ?


  • Tiens, on dirait pas un salut nazi....... pas inversé ?