Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

NPA et révolution bolivarienne : le jeu trouble de l’extrême-gauche française

Dans un dossier consacré à l’Amérique latine, le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) dénonce le tournant « conservateur » pris par « les gouvernements progressistes sud-américains », et notamment la direction donnée à la révolution bolivarienne par Nicolás Maduro, le président du Venezuela.

Dans un article intitulé « Venezuela : les successeurs de Chávez contre les travailleurs », l’auteur [Pedro Huarcaya, NDLR] dénonce un certain nombre de mesures prises par le gouvernement vénézuélien et considérées par lui comme « contraires aux intérêts du peuple ». Il conclut l’article en invoquant la nécessité pour les Vénézuéliens de « dépasser cette direction qui s’affirme de plus en plus comme un adversaire », en rappelant « la capacité de résistance imprévisible des classes populaires » latino-américaines. À l’heure où, plus que jamais, « les successeurs de Chávez » sont attaqués par l’opposition vénézuélienne d’extrême-droite appuyée et financée par l’impérialisme, il semble important de répondre point par point à ces attaques lancées par un parti français se disant d’extrême-gauche et qui, lui aussi, appelle de façon à peine masquée au renversement d’un gouvernement sud-américain démocratiquement élu.

L’article en lui-même est habilement construit : une première partie dresse un historique en apparence impartial des évènements qui agitent le Venezuela depuis maintenant plus de quinze ans. La seconde partie est un plaidoyer contre le gouvernement de Nicolás Maduro, qui se conduirait de plus en plus comme un pouvoir oppresseur des classes populaires, en rupture avec la direction donnée par le défunt président Hugo Chávez. La conclusion pose la nécessité d’un changement de gouvernement. Dans cette montée en puissance argumentative, l’auteur déploie un certain nombre de « faits » pour aboutir, implacable, à cet appel à la sédition des classes populaires à l’encontre de la révolution bolivarienne. Analysons ces faits un par un.

 

La gauche française contre la géopolitique sud-américaine

 

Le premier grief soulevé par l’auteur concerne la politique étrangère du gouvernement vénézuélien sous « l’ère Chávez », c’est-à-dire son soutien à Kadhafi et à Bachar Al-Assad « en dépit des répressions sanglantes qu’ils perpétraient contre leur peuple ». Cette ligne de fracture entre la « gauche » française et les mouvements socialistes sud-américains n’est pas nouvelle. Alignés sur les positions de l’OTAN [1], la gauche et l’extrême-gauche française se font systématiquement les relais de la propagande médiatique mondiale en soutenant le renversement de régimes qui « oppriment leur peuple ». Or, tout démontre que ces régimes n’ont pas « opprimé leur peuple » mais qu’ils se sont défendus contre une attaque de l’OTAN, exécutée par djihadistes interposés. D’ailleurs, la situation en Libye est-elle meilleure aujourd’hui qu’elle ne l’était avant les bombes de l’OTAN ? Où sont la liberté et la démocratie qui ont été promises à ces peuples ? Aussi introuvables semble t-il que les 200 milliards de réserves en dollars que possédait la Libye sous l’ère Kadhafi. De riche [2], ce pays est devenu endetté, puisqu’en plus de voir ses richesses pillées au nom des droits de l’Homme, il doit maintenant rembourser les bombes qui ont servi à ce hold-up ! La position du NPA et du Front de Gauche, analogue à celle de BHL, ne résiste pas à l’épreuve de la vérité. Les faits sont têtus et donnent raison à Hugo Chávez [3].

D’ailleurs, emprunts du racisme latent propre à la gauche de Jules Ferry, les pourfendeurs de la politique étrangère d’Hugo Chávez invoquent systématiquement son supposé « anti-impérialisme primaire », résumé par la phrase : « les ennemis de mes ennemis sont mes amis » [4]. Avec ce simple adage, ils prétendent expliquer les rapports géopolitiques de l’Amérique du Sud avec le monde, comme si les dirigeants de ces pays n’étaient pas capables de fonder leurs positions sur autre chose qu’un raisonnement binaire. En réalité, bien loin d’être décidée avec légèreté, la politique étrangère d’Hugo Chávez correspondait à une vision géopolitique profonde et cohérente, construite autour de la promotion d’un monde multipolaire, voire même « multinucléaire », et sur la critique de la domination d’une hyper-classe sur le monde, laquelle domination se fonde sur la spoliation des richesses des Nations et sur la diabolisation de ceux qui y résistent. C’est ce que les Sud-américains appellent « l’anti-impérialisme ». Et le fait qu’Hugo Chávez ait nommé son ministre des Affaires étrangères, Nicolás Maduro, comme successeur à la tête du Venezuela démontre l’importance capitale que revêtait pour lui cette ligne géopolitique, indissociable de l’ensemble idéologique bâti par le défunt président vénézuélien et que l’on appelle le « chavisme ». Inutile donc d’applaudir son socialisme mais de dénoncer sa ligne géopolitique ou son nationalisme : ces trois éléments forment ensemble un tout indivisible.

 

L’épineuse question de la corruption

 

La seconde critique formulée par l’auteur concerne la corruption qui gangrène le Venezuela et notamment les hautes sphères de l’État, créant une catégorie de fonctionnaires supposément richissimes et que l’opposition a baptisée « la bolibourgeoisie ». Là, l’auteur semble découvrir l’eau chaude et s’indigne de cette corruption que tout État sud-américain, révolutionnaire ou non, a du mal à maîtriser tant les institutions en sont imprégnées depuis des siècles. Mais ici, l’auteur insinue que Nicolás Maduro protégerait, à l’ombre des instances étatiques, des hommes dont il serait de notoriété publique qu’ils sont corrompus. Et il désigne nommément Diosdado Cabello, président de l’Assemblée nationale, en tant qu’emblème de cette forfaiture.

Malheureusement, je n’ai pas en main les preuves dont dispose, je n’en doute pas, le militant du NPA pour dénoncer ainsi publiquement le haut dirigeant d’un pays étranger [5]. Toutefois, je m’étonne du fait que l’opposition vénézuélienne, avec la toute-puissance médiatique qui est la sienne, appuyée par ses nombreux relais internationaux, n’ait pas brandi triomphalement ces preuves innombrables et irréfutables qui permettraient d’anéantir médiatiquement et donc politiquement ce gouvernement si corrompu. Il est clair que s’ils ne brandissent pas ces preuves, c’est qu’ils ne les ont pas. Et que même s’ils les avaient et qu’ils les brandissaient, eux en revanche ont démontré durant les longues décennies où ils étaient au pouvoir leur niveau extrême de corruption puisque c’est la manne pétrolière tout entière qu’ils détournaient à leur seul profit. Chose à laquelle, rappelons-le, la révolution bolivarienne a mis fin, même si des dirigeants vénézuéliens détournent probablement mais marginalement des capitaux.

Au fond, ce n’est pas le constat du mal causé à la société vénézuélienne par la corruption que je récuse, bien que j’eusse préféré que l’auteur en apportât la preuve dans le cas de Diosdado Cabello, mais c’est la conclusion qu’il en tire à la fin de son article : il faudrait changer de gouvernement. Comment peut-il croire en toute sincérité que les forces qui tireraient parti d’un tel renversement seraient moins corrompues que le gouvernement actuel ? Il est évident que le NPA a un positionnement qui est trouble, ou au mieux dangereusement naïf. Par ailleurs, je relève ici une contradiction fondamentale : la résolution du problème de la corruption – si tant est qu’il puisse être résolu à court/moyen terme – nécessiterait forcément de la part du pouvoir exécutif une politique beaucoup plus ferme, pour surveiller, débusquer et punir les fonctionnaires publics corrompus. La justice vénézuélienne, loin d’être irréprochable, devrait également faire l’objet de telles mesures de contrôle. Or l’auteur s’offusque déjà d’une concentration des pouvoirs au Venezuela ! Que dirait-il, et avec lui toute la « communauté internationale » dont les positions sont étrangement si proches des siennes, si une telle politique était mise en place ? J’entends déjà les cris de réprobation, les protestations outrées de toute la bien-pensance occidentale. Je lis déjà les gros titres dénonçant les « purges » au sein de l’appareil d’État vénézuélien, les « persécutions politiques » et le « non-respect de la séparation des pouvoirs » ! Donc l’auteur commet l’erreur de dénoncer à la fois le problème (la corruption) et sa solution (plus de fermeté). Il faut choisir.

 

La récupération d’un conflit salarial ancien

 

Car en effet, la troisième critique que celui-ci formule à l’endroit du gouvernement de Maduro, et qui illustrerait selon lui le « tournant conservateur », c’est d’avoir fait preuve d’autoritarisme en n’accédant pas aux exigences de l’un des syndicats qui défend les travailleurs de SIDOR. Pire, le gouvernement aurait « réprimé » une manifestation d’employés mécontents. SIDOR est une entreprise sidérurgique nationalisée en 2008 par Hugo Chávez. Elle est située sur le plateau vénézuélien de la Guyane. Il faut savoir que la production d’acier est un élément-clé dans la réussite – ou l’échec – de l’un des plus grands chantiers entrepris par le gouvernement d’Hugo Chávez et poursuivi par Nicolás Maduro : la grande mission logement « Vivienda Venezuela », qui s’est donnée comme objectif herculéen de sortir les Vénézuéliens des bidonvilles. Mais le syndicat de SIDOR, depuis la présidence d’Hugo Chávez, entend bloquer périodiquement la production d’acier pour des raisons salariales. En 2014, SUTISS, le syndicat qui appelle régulièrement à la grève, réclame au gouvernement le paiement rétroactif de 500 000 bolivars par travailleur (soit plus de 60 000 euros par tête, au taux de change officiel) correspondant à une « erreur » dans le calcul des primes depuis 5 ans. Soulignons, d’une part, que ce calcul avait été mal défini en 2008 par les syndicats et les dirigeants de l’entreprise publique et qu’il pouvait donner lieu à diverses interprétations (c’est là le cœur du conflit) et que, d’autre part, la direction de SIDOR a accepté le recalcul de ces primes à partir de 2013 ainsi que la plupart des avantages sociaux exigés par ce syndicat. Mais la direction de SIDOR, nommée par le président de la République, refuse la rétroactivité du versement des primes, qu’elle juge illégitime puisque l’ancien calcul avait été accepté par les syndicats [6].

Notons que si l’État versait l’entièreté de ce que le syndicat SUTISS réclame, cela correspondrait à une dépense approximative d’un milliard d’euros (60 000 euros multiplié par 15 580 travailleurs que compte l’entreprise). Ce montant représente une somme considérable que le syndicat refuse catégoriquement de revoir à la baisse. Cela peut effectivement laisser penser que les dirigeants de ce syndicat ne souhaitent pas trouver un terrain d’entente. Et cela explique également le champ lexical du gouvernement et notamment l’expression « mafia syndicale », prononcée il est vrai par Diosdado Cabello. Mais celui-ci était exaspéré, à tort ou à raison, par le comportement de ce syndicat auquel sont affiliés 2 000 travailleurs sur 15 580 et qui bloque à lui seul la production d’acier du pays, laquelle, en 2014, a atteint le niveau le plus bas de son histoire. Par ailleurs, contrairement à ce que laisse entendre l’auteur de l’article, il n’y a pas de « rupture » avec la direction donnée par Hugo Chávez, qui déclarait en 2011 sur cette question délicate :

« Vous bloquez la production d’acier, vous vous rendez compte de ce que vous faites ? Si vous voulez, brûlez tout, moi, je ne travaille pas comme ça. Je ne gouverne pas sous le chantage ! Je ne vais pas gouverner comme ça ! Je ne suis pas venu ici pour qu’on me fasse du chantage, y compris par des gens qui disent me soutenir ! Soit tu es avec moi, soit tu es contre moi ! »

La foule scande : « C’est comme ça qu’on gouverne ! » [7]

On le voit ici clairement, Hugo Chavez n’était pas non plus spécialement disposé à accéder aux requêtes extravagantes du syndicat SUTISS. En 2012, il déclarait encore au sujet de ce conflit :

« L’intérêt des travailleurs, pour nous, est sacré. Mais il y a autre chose qui est sacré : c’est l’intérêt national, l’intérêt populaire, l’intérêt de la révolution [8]. »

Ainsi, il n’y a pas de « droitisation » du gouvernement vénézuélien. Il y a simplement un conflit salarial qui dure depuis plusieurs années et qui ne trouve pas d’issue en raison de l’attitude irresponsable de certains dirigeants syndicaux. L’auteur de l’article parle à raison de démocratie. Mais dans quel camp est la démocratie ? Dans celui de dirigeants syndicaux qui mettent en péril un processus de libération nationale pour une question de primes non-concédées par l’État, ou dans celui d’un président démocratiquement élu au suffrage universel par des millions de Vénézuéliens ? Rappelons également, car c’est fondamental, le rôle central qu’avait joué en avril 2002 le syndicat des travailleurs CTV dans le coup d’État contre Hugo Chavez et qui explique la méfiance actuelle du gouvernement vénézuélien à l’égard de ce mouvement syndical [9].

Pour conclure, les trois arguments principaux invoqués par le NPA pour se désolidariser publiquement de la révolution bolivarienne sont contestables. Précisons que l’article est émaillé de ce que, dans le doute, nous appellerons des « erreurs », comme par exemple l’affirmation selon laquelle le gouvernement vénézuélien aurait comme projet de privatiser l’entreprise CITGO, un réseau de pompes à essence couvrant les États-Unis : une filiale de PDVSA. Nicolás Maduro déclarait exactement le contraire, un mois avant que ne soit diffusé l’article du NPA :

« Le Venezuela va continuer de renforcer CITGO, renforcer nos investissements, que personne n’ait de doutes là-dessus [10]. »

 

Au fond, cet article en dit plus long sur le NPA que sur le Venezuela. En hébertistes des temps modernes, ces militants attaquent les hommes qui assument devant l’histoire la réalité complexe et périlleuse du combat contre l’Empire. Car en définitive, en tant que militaire, nationaliste, chrétien et anti-impérialiste conséquent, Hugo Chávez ne pouvait objectivement recueillir les suffrages sincères d’une « gauche radicale » française totalement dévoyée qui, obligée de le soutenir hypocritement en raison de son aura révolutionnaire, combat en réalité chaque jour les valeurs qu’il portait aux nues de son vivant. Le lecteur ne sera pas étonné d’apprendre qu’au Venezuela, l’extrême-gauche, représentée entre autre par un groupuscule nommé Bandera Roja, se trouvait à la tête de la manifestation d’avril 2002, aux côtés de la centrale syndicale des travailleurs, laquelle manifestation violente conduisit au renversement anticonstitutionnel du président vénézuélien [11]. Mieux, ces ultras tentèrent d’assassiner Hugo Chávez en raison de son « autoritarisme », juste avant la rébellion armée du 4 février 1992 qui le fit entrer dans l’Histoire. Laissons sur ce sujet sensible la parole à Hugo Chávez lui-même :

« Par la suite, en prison, nous avons découvert qu’avant la rébellion du 4 février 1992, on avait tenté de m’assassiner. Cela devait se produire trois mois auparavant, en décembre 1991. Le mouvement avait été infiltré par certaines organisations d’extrême-gauche – qui maintenant sont d’extrême-droite –, des groupes qui ont toujours été des mercenaires, certains provenant de Bandera Roja, les hommes de Gabriel Puerta Aponte et d’autres. Bandera Roja avait infiltré le mouvement dans le dos des commandants. Ils influençaient les officiers subalternes, les capitaines et un groupe de sergents, pour qu’ils ne reconnaissent pas notre leadership. Je refusais de les inclure dans le commandement. Nous avions des informations sur leurs tendances et nous savions qu’ils encourageaient tout un secteur des forces armées à lancer une rébellion contre nous, avec l’idée de prendre le contrôle de la rébellion. Lorsque nous avons détecté l’infiltration, nous l’avons combattue de toutes nos forces [12]. »

En combattant les principes qui définissent la révolution bolivarienne – c’est-à-dire le nationalisme, le socialisme et l’anti-impérialisme – le NPA et avec lui toute la gauche « radicale » française ne jouent-ils pas en France le même rôle que Bandera Roja au Venezuela ? Au vu de la convergence de leurs luttes, le doute est permis.

Vincent Lapierre

 

 

« L’ennemi n’est pas celui qui te fait face, l’épée à la main, ça c’est l’adversaire. L’ennemi c’est celui qui est derrière toi, un couteau dans le dos. »

Thomas Sankara

 

Notes

[1] Rappelons que le député français Jean-Luc Mélenchon a soutenu l’intervention de la France en Libye comme l’indique cet article : « Libye, Onu : Mélenchon persiste et signe ».

[2] La Libye était le pays le plus avancé d’Afrique suivant le classement de l’Indice de Développement Humain (IDH) calculé par les Nations Unies.

[3] Pour plus de détails sur la position d’Hugo Chávez concernant la guerre en Libye et en Syrie, voir cette conférence de presse accordée peu après son élection en 2012.

[4] Explication simpliste également donnée dans cette vidéo par Jean-Luc Mélenchon, pourtant soutien officiel du gouvernement vénézuélien en France, qui déclare à 13:00 : « Ce n’est pas possible qu’il ne comprenne pas à ce point ce qui est en train de se passer ».

[5] Nicolás Maduro déclare quant à lui dans cette intervention que l’opposition ne montrera jamais ces preuves pour la simple et bonne raison qu’elles n’existent pas !

[6] Plus de précisions sur ce conflit dans ce texte (en espagnol).

[7] Décembre 2011 : acte commémorant les 10 ans du blocage patronal qui a amené au coup d’État militaire.

[8] Août 2012 : Rencontre avec les travailleurs de SIDOR (passage à 20:00)

[9] Documentaire : « La révolution ne sera pas télévisée ».

[10] 23 septembre 2014 : Déclaration de Nicolás Maduro dans le Bronx.

[11] Dans cet article, l’auteur explique le rôle de Bandera Roja comme « troupe de choc » des manifestations du 11 avril 2002. Ce fait est confirmé par Maurice Lemoine dans son ouvrage « Chavez Presidente ! », éditions Flammarion.

[12] Rosa Miriam Elizalde, Luis Baez (2003), « Chavez Nuestro », Casa editorial abril, p. 362.

Voir aussi, sur E&R :

Pour soutenir la réalisation par Kontre Kulture du
documentaire de Vincent Lapierre sur Hugo Chávez :

Cliquez sur le bouton puis choisissez la somme
de votre don (à partir de 20 euros)
(*N’oubliez pas de renseigner une adresse e-mail valide)
Note : contrairement à ce que laisse penser l’interface Paypal,
il n’est pas nécessaire de posséder un compte Paypal pour faire un don
.


Ceux qui ne possèdent pas de carte bancaire mais souhaitent participer par chèque peuvent envoyer un mail à chavezlefilm@gmail.com, des instructions leur seront communiquées.
Merci à tous.

 

La bande-annonce du documentaire (initialement prévu pour l’été 2013) :

 

Faire vivre l’esprit du Comandante avec Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Si le NPA était honnête , il commencerait par balayer devant sa porte : la France .Mais justement il a oublié que l’urgence est ici Aussi . Cette polémique n’est qu’une opération de diversion , une de plus .


  • Article magistral !


  • En premier lieu,il convient d’évoquer une chose fondamental:le NPA ainsi que le front de gauche sont internationalistes,pour l’immigration de masse,se réclament de Trotski et sont pour toutes les reformes qui avilissent les nations et les peuples au nom de ce qu’ils appellent "le progressisme".

    Selon moi,ce sont des imposteurs qui prospèrent en France grâce au financement public mais surtout parce que le peuple français n’est pas politisé et assez éveillé.Ces personnes de l’extrême gauche sont tout le contraire de ce qu’ils prétendent représenter,il suffit juste de regarder la représentation de leur parti pour constater qu’il n’y a ni noirs,ni musulmans,ni asiatiques...
    De plus leurs positions sur les gouvernements latino-américains les démasque au grand jour car elles rejoignent point par point celles de Cohn bendit par exemple ou celles des sionistes.

    Pour mémoire l’extrême gauche française a soutenu les "révolutions" arabes qui n’en étaient pas et dont on sait tous par qui elles ont été fomentés.En outre l’extrême gauche est sectaire.

     

    • Internationalisme n’a jamais signifié "pour l’immigration de masse". Si il y a nombre de choses à reprocher au NPA et au FDG, il faut quand même arrêter de balancer des inepties.
      Internationalisme = internationalisme des luttes = internationalisme du prolétariat
      Le capitalisme oppresseur est international, il doit avoir une réponse internationale. Vous n’avez jamais entendu parler de "prolétaires de tous pays, unissez-vous" ?
      Et quel est le problème exactement à propos de se réclamer de Trotsky ? Vous avez des écrits de Trotsky que vous souhaiteriez condamner ? Lesquels ? et pourquoi ?
      La haine du trotskysme vient principalement des staliniens. Le PCF (par où AS est passé d’ailleurs) est leur fief officiel en France. Vous êtes stalinien tatanka ?


    • Et c’est pour cette raison qu’ils sont aujourd’hui incapables de décoller électoralement alors que le f.n. lui, s’envole.


    • bouboule écrit : « Internationalisme n’a jamais signifié "pour l’immigration de masse". Si il y a nombre de choses à reprocher au NPA et au FDG, il faut quand même arrêter de balancer des inepties. »

      L’Internationalisme selon le NPA et le FDG, c’est bel et bien l’ouverture des frontières et la régularisation des clandestins, c’est-à-dire la défense d’un des trois piliers du capitalisme sauvage : la libre circulation des travailleurs en fonction des besoins du Marché et pour le plus grand profit des multinationales !
      Patriotisme et nationalisme sont des gros mots pour ces idiots utiles du libéralisme qui n’ont pas compris que l’échelon national est le plus grand et le plus efficace cadre protecteur des travailleurs.


    • Pour Bouboul : Trotsky de son vrai nom Lev Davidovitch Bronstein etait un juif au ordre d’un ordre juif Jacob Shwob riche banquier New Yorkais et principal argentier de la revolution russe. Le seul but de Trotsky etait de promouvoir la revolution non pour le peuple russe mais uniquement pour l’elite juive afin qu elle puisse instaurer le chao partout dans le monde et augmenté ainsi sa puissance... Il est logique que tout vrai revolutionaire eprouve un haine vis à vis de ce traitre qui a d ailleurs fini assassiné...
      Source : "La guerre occulte" de Leon de Poncin et Emmanuel Malynski .


    • @franky
      Vous ne faites que répéter des rumeurs sans la moindre preuve, rumeurs créées dans le but de faire coïncider la réalité avec les thèses douteuses de leurs auteurs. Répéter un mensonge (même sourcé) n’en fait pas une vérité.
      Il est vrai qu’il a été copieusement haï par staline et consorts, il l’est d’ailleurs toujours par les staliniens. Le seul hic c’est que toute cette clique n’a rien de révolutionnaire.
      Merci cependant pour cette "leçon" qui n’avait, j’en suis sûr, rien de condescendant


    • @bouboule

      C’est des rumeurs la surreprésentation des Juifs parmi les cadres de la révolution bolchévique ?


    • @bouboule,



      Internationalisme n’a jamais signifié "pour l’immigration de masse"




      Internationalisme = internationalisme des luttes = internationalisme du prolétariat
      Le capitalisme oppresseur est international, il doit avoir une réponse internationale. Vous n’avez jamais entendu parler de "prolétaires de tous pays, unissez-vous" ?



      L’internationalisme est bien l’idéologie des marxistes-trotskistes ! Pour eux l’humanité ne se différencie qu’en classes sociales : oppresseurs/opprimés, capitalistes/prolétaires. Les différences culturelles, religieuses c’est de la foutaise pour eux, donc pas à préserver. Donc on mélange tous les travailleurs et tous les opprimés (femmes, homos, émigrés, clandestins) pour faire la révolution contre l’oppresseur macho et capitaliste. C’est un portrait un peu caricatural, mais la protection culturelle et religieuse des peuples, ça ne les intéresse pas. En gros la préservation de la nation avec ses spécificités culturelles, qui donne un cadre aux individus et aux communautés leur permettant de s’épanouir, ils n’en veulent pas. Au contraire, ils veulent faire table rase du passé, comme ils le soulignent bien dans le chant révolutionnaire "L’Internationale". Et comme, ils l’ont pratiqués après la Révolution française et bolchéviques en détruisant les Églises et profanant les lieux et les objets sacrés.
      Ils sont vraiment les idiots utiles des oligarques mondialistes , et rien d’autres !

      PS . essayez toujours de parler de la spécificité du peuple russe (pour prendre un exemple) avec un militant d’extrême gauche, vous vous heurterez à un mur !


    • @cassandre
      "L’internationalisme est bien l’idéologie des marxistes-trotskistes !"
      Disons que ça en fait partie et si on enlève cette analogie débile internationalisme = immigration de masse + abolition des frontières.

      "Pour eux l’humanité ne se différencie qu’en classes sociales : oppresseurs/opprimés, capitalistes/prolétaires."
      En effet, en régime capitaliste et donc de lutte de classes, c’est la différenciation fondamentale. Mais il s’agit d’un fait, d’une constatation, de la conséquence du capitalisme, pas d’un programme ou une idéologie.
      Les autres différences ne sont niées par personne et les exactions que vous énumérées ne sont là que pour faire coller la réalité à votre vision des choses. C’est mille fois plus compliqué et il est inutile ici de simplifier et prendre des raccourcis qui ne font qu’enfumer.
      Et pourquoi ne prenez-vous donc jamais l’exemple de la Commune de Paris ? Il n’y a eu aucune dégradation avérée, bien au contraire.
      Mais vous préférez répéter vos classiques, des poncifs souvent hors sujet qui ne servent qu’à matraquer les consciences.

      Et pour la sempiternelle insulte d’"idiot utile" (oui, c’est une mode, il faut bien le caser...), il faut toujours prendre soin de balayer devant sa porte avant de la proférer.


    • @ bouboule,



      En effet, en régime capitaliste et donc de lutte de classes, c’est la différenciation fondamentale. Mais il s’agit d’un fait, d’une constatation, de la conséquence du capitalisme, pas d’un programme ou une idéologie



      C’est la différenciation que vous voyez le plus, mais ce n’est que votre appréciation. On peut aussi avoir une lecture eschatologique de l’histoire et la société !
      Selon vous ce qui est le plus important c’est le niveau du porte-monnaie, pour faire bref. Pourquoi devrions nous être égaux financièrement, alors que sur tout un tas d’autres plans (intelligence, la beauté, les talents artistiques, etc...), on ne l’est pas. Pas tout le monde a les capacités de devenir entrepreneur, donc patron capitaliste. Cette idéologie égalitaire commence à être pompante !
      Pensez-vous vraiment que les ouvriers ont les capacités de devenir propriétaires des moyens de production ? Pour moi la réponse est à évaluer au cas par cas, on ne peut pas en faire une revendication de principe !
      Pour résoudre le problème de la misère, de l’indigence, il n’y a pas d’autres voies que de développer la fraternité entre humains. Ça peut paraître simpliste, mais si l’homme ne développe pas des qualités morales, aucune forme de gouvernement pourra venir à bout de notre misère actuelle. Combattre la tendance à la corruption se fait par une éducation morale et pas par des révolutions qui ne font que substituer d’autres prédateurs !


    • @cassandre
      Comme beaucoup, vous vous placez instantanément sur la défensive et dans l’affect, sans chercher à comprendre ce qui est écrit. Un constat est un constat, point. Le système capitaliste, de par sa nature, se base sur des classes sociales aux intérêts contraires, point.
      Pour ma part, je ne trouve pas "pompant" ces accès d’indignation avec force trémolos qui ne disent autre chose que "quand même, merde, les capitalistes méritent bien leur pognon face à ces feignasses de salariés assistés". Ils sont juste redondants et contre productifs.
      Vous appelez de vos voeux la fraternité entre humains. Dans une société 100% marchande, quelle rigolade et quel bel exemple de tentative d’avoir bonne conscience ! Vous devez être également de ceux qui militent pour "un renard libre dans un poulailler libre". Bonne continuation


    • @Bouboule
      - L’internationalisme trotskyste est en faite un mondialisme : un monde débarrassé des frontières que les trotskystes considèrent comme divisant les prolétaires de tous les pays devant s’unir. Cela suit la logique disant que comme le Capital est international, la lutte du prolétariat doit être international et donc débarrassé des frontières qui divisent les peuples.
      - L’internationalisme stalinien est synonyme d’inter-nationalisme, suivant la doctrine du "socialisme dans un seul pays" cher à Staline, c’est-à-dire que l’on reconnait l’existence des nations et elles doivent collaborer entre elles, suivant la doctrine qui veut que les prolétaires de tous les pays doivent s’unir pour combattre le Capital qui est le seul à être international, c’est-à-dire mondial.


    • @machin
      ben voilà ! enfin un stalinien revendiqué ! A saluer car ça ne court pas les rues :-)
      Vous devriez lire Trotsky avant de lui faire donner aux mots des sens fantaisistes.
      Le problème du stalinien, c’est qu’il n’a jamais étudié en détail et objectivement ce que fut exactement le stalinisme et le fameux "socialisme dans un seul pays" qui, a lui seul, illustre l’aveuglement dont il fait preuve.
      On ne peut vraiment lui faire grief de cette lacune, trop occupé, qu’il était (est encore) à chercher la paille dans l’oeil de Trotsky, voire à l’accuser de dévorer des bébés. Mais ce n’est pas très grave, le stalinisme continue de disparaître, il n’a plus que quelques bastions dérisoires et la poubelle de l’Histoire lui est déjà acquise.


  • Belle image de Hugo et Bachar, résistants à l’Empire... :-)


  • Brillante analyse, un grand bravo à l’auteur.
    A l’image (en effet !) des hébertistes de 1793, stipendiés par le baron de Batz (l’agent royaliste de l’ombre, qui, comme ses amis émigrés de Coblence, n’invoquait le roi et la religion catholique que comme prétextes pour préserver son insolente fortune personnelle et son mode de vie décadent), l’extrême-gauche occidentale n’a plus rien à voir avec les authentiques révolutionnaires.
    Depuis 1987/89 (et avant l’effet Dieudo-Soral de la fin des années 2000), le Système capitaliste est devenu si puissant qu’il a rallié à sa cause l’ensemble de ses faux ennemis (en Europe en tout cas) :
    1- cette "extrême gauche" qui a renoncé à la lutte contre le capitalisme (et ce terme creux "d’austérité" en guise de substitution), pour les seuls intérêts d’une poignée de lobbys pro-libertés sexuelles et communautaires, favorables -comme par hasard- au libre-échange au nom du déracinement individualiste, de la mobilité de la main d’œuvre et de la flexibilité du marché de l’emploi.
    2- cette "extrême droite" qui a renoncé à la lutte contre le capitalisme pour combattre une prétendue "dictature socialiste" (le PS n’a de socialiste que le nom), comme si Sarkozy/Juppé et l’annulation des mariages gays satisferont Dieu, dans ce monde qui est encore et toujours (mariage gay ou pas) envahi de publicités poussant à commettre six des sept péchés capitaux, et où le culte du profit favorise par un cycle social et mental pervers, la déstructuration des équilibres psychiques et la déconstruction progressive mais sûre des valeurs humaines fondamentales, y compris religieuses.
    Quant on sait que celui qui finance la manifpourtous s’appelle Claude Bébéar, N°1 d’AXA avec son ami Henri de Castries, multi-milliardaire qui participe à Bilderberg...
    D’un côté, on a la gauche qui crache sur tous les socialistes tiers-mondistes étrangers, de l’autre on a la droite qui continue le sale boulot des hommes d’affaire, à savoir prôner le libéralisme et condamner Mélenchon... non pas parce qu’il participe à des gay-pride et qu’il souhaite que les lesbiennes puissent achet...adopter des enfants, mais parce que soi-disant il veut rétablir le "robespierrisme" et le Gulag ! J’ai envie de leur répondre : si seulement la gauche renonçait aux lobbys gays et ralliait la cause du marxisme-léninisme, se serait franchement MIEUX (la majorité des russes regrettent l’URSS, et au moins là, la gauche serait intègre et authentiquement tiers-mondiste).

     

    • Que les Russes regrettent l’URSS , j’en doute.... ? personne aime la dictature et
      le communisme , c’est la dictature !
      Peut-être encore aujourd’hui qu’un petit nombre le pense parce qu’ils n’ont pas encore
      trouvé leur place , un pays tombé si bas à l’époque d’Helsin ne se remonte pas en un
      jour , les Russes crevaient de faim cause de effondrement de leur nation , ce n’est pas
      un vrai choix....
      Poutine lui est patriote et défend bec et ongle son pays pour l’intérêt de son peuple ,
      c’est pour cela qu’il a redressé son pays mais les dominateurs mondiaux voient cela
      d’un mauvais oeil , d’où les représailles qui lui sont faîtes , et ça recommence....les
      impérialistes sont à l’oeuvre.... !

      Et je suppose que Mélenchon et le NPA défendent cela..... ?


    • Il faut voir qu’au sujet du marxisme, le NPA est issu de la LCR de Krivine. Interessant de recouper le billet publié ici sur Edwi Plenel...Bref ce sont des trotskistes "déconnectés des luttes prolétariennes". Lev Davidovitch Bronstein (Trostki) a été exclu et banni de l’URSS par Staline en 1929.
      Mais ou, ont toujours été les marxistes léninistes authentiques ? En URSS et non pas au Mexique !
      Pourquoi ces gens ne veulent pas admettre que historiquement l’URSS c’était Staline ? Que la lutte victorieuse contre le nazisme "La grande guerre patriotique", c’était toujours l’URSS de Staline ?
      Qui a écrasé les nazis ? l’URSS ou les USA ?
      Réponse : l’URSS à 90% !
      En fait pour ces gens, Staline est une tache sur le pur communisme de Trostki. Seulement avec Trostki au pouvoir l’URSS se serait totalement écroulée devant Hitler. Effrayant comme perspective non ?
      Alors plutot Hitler que Staline, c’est ça le NPA ?


  • déja faux titre ..pour commencer !
    l’extrême-gauche française =correction = centre gauche du spectacle .
    là ça devient cohérent , ça explique mieux ..


  • Je le savais déjà , que ce soit Besancenot ou Mélenchon
    ce sont deux révolutionnaires" rouge " , traîtres et hypocrites dans
    leurs actions , leur ambition est d’agir non pas pour le bien commun
    de chaque peuple mais pour l’oligarchie mondialiste , ce sont des
    faussaires qui agissent avec brutalité , bras armé de la pensée
    internationaliste et mondialiste . Ils ne sont en rien là pour défendre
    les droits des ouvriers , c’est totalement faux , ils sont plutôt là pour
    les prendre en main et organiser des révoltes mais qui en résultat
    ne sont pas pour leurs intérêts , c’est là , que ce résume leur tromperie ,
    en vérité , ce qu’ils défendent c’est le mondialisme financier quoiqu’ils
    en disent....

    Les anti FA et autres du mêmes genre agissent comme des voyous ,
    ce sont des milices drivées par eux dans le but de faire peur à leurs
    opposants , afin d’imposer les pensées totalitaires de leurs maîtres ,
    ils ne sont que les id....utiles du système !

    Vous pouvez constater que malgré leurs exactions très brutales , les casses
    de vitrines , etc.... ils ne sont jamais dissous , donc l’ont peut conclure qu’ils
    sont protégés par le système qui mène la France et le monde !

    Bravo à tous les pays d’Amérique du sud qui essaient de se sortir de
    l’hégémonie Américaine en faisant du patriotisme économique...courage.... !


  • Chavez était militaire, nationaliste, catholique et socialiste (corrigez-moi si je me trompe). En France la même chose serait taxé d’"extrême-droite". Donc c’est assez amusant de voir un Mélenchon se référer à Chavez...

     

    • A tous les nostalgiques de l’URSS, ainsi qu’aux différents courants révolutionnaires (en particulier Trotskyste), vous oubiez (volontairement ou pas) que le communisme est à visée internationaliste et a été utilisé pour broyer les peuples au profit de l’Oligarchie apatride et ce d’une manière particulièrement meurtrière. Il semble aujourd’hui obsolète mais il forme avec le capitalisme financier les deux rangs d’une même mâchoire mortelle pour tous les peuples.
      C’est révoltant de voir s’exprimer sans complexe sur ce site de réconciliation nationaliste, des gens qui cautionnent cette idéologie mortifère. Dialectique, quand tu nous tiens !


    • Avis à Franck, la prochaine fois au lieu de dire n’importe quoi et d’essayer de produire une argumentation aussi vide que celle que vous présentez, abstenez-vous et allez vous instruire un minimum sur le marxisme, communisme. Merci.


    • @ Noctiluis

      Frank a exposé de manière synthétique une vérité profonde, à savoir que le communisme forme avec le capitalisme financier les deux rangs d’une même mâchoire mortelle pour tous les peuples.
      LIsez Antony Sutton Wall Street and the Bolshevik Revolution (1974, 1999), traduit, édité et vendu pas Kontre Kulture sur ce site même, et vous comprendrez mieux !

      Quand au marxisme que j’ai étudié dans ma jeunesse, c’est une idéologie mortifère qui a voulu faire croire aux hommes qu’il fallait installer le paradis sur terre pour résoudre tous les problèmes... Devinez qui a pu l’inspirer !


    • @Franck :
      Assimiler communisme et internationalisme, c est un raccourci grossier et donc faux.
      Le PCF sous Georges Marchais Etait nationaliste. Il etait contre l immigration.


  • l’extreme gauche est au marxisme ce que l’etat islamique est a l’islam .
    toujours dans la surenchere vis a vis des partis reellement populaires et progressistes.
    jamais sur le temps ,toujours soit en avance soit en retard ,pour l’extreme gauche ,c’est toujours trop ou pas assez.
    pour lutte ouvriere dirigée pendant 34 années consecutives par arlette laguiller le pcf etait une dictature bureaucratique et stalinienne !!!!


  • Très bon article, bien écris et qui démontre une nouvelle fois la malhonnêteté de ce parti. Il suffit de comparer la politique de Chavez avec celle défendue par le NPA et le Front de Gauche et vous serez très surpris de voir le nombre incalculable de différences entre les deux politiques.
    NPA et Front de Gauche se réclament de Chavez juste pour son anti-impérialisme et son socialisme (bien que le NPA et le Front de Gauche ne représentent pas le socialisme, ce sont des idiots utiles du capitalisme), par contre le christianisme, patriotisme et nationalisme ?

    Ces deux partis ne rassemblent plus rien du tout, et attendez de voir la branlée électorale du Front de Gauche en 2017 (le NPA est déjà mort en 2012). Ils ne sont composé que de bobos, de profs, de soixante-huitards, et des élèves pseudo rebelles/intellectuelles.

    Seul le PCF de Georges Marchais pouvait se réclamer du chavisme.

     

    • Menanchon n’est pas l’agité qu’il veut paraitre...c’est le sous marin du PS,. Si tu passes +de 30 ans à la maison mère sans être intimement formaté PS..juste l’envoyé du parti afin de détruire les derniers communistes sincères... La politique spectacle..il braille devant des plateaux télé (cherchons l’adhérent) et collabore toujours au deuxième tour...la "gauche caviar" qui se déguise en "gauche kebab ,"


  • Entre le flou de merluche et les grosses joues du deuxième escroc(1,15%) belle photo.


  • Pour répondre à certains commentaires : bien qu’il puisse contenir des choses interessantes, le marxisme et sa grille de lecture matérialiste-dialectique n’en découlent pas moins du judaïsme politique, mondialiste et araseur de différence, qu’elles soient sexuelles, ethniques ou sociales. Il a été inventé pour duper les goyims du monde entier et les diviser dans des leurres idéologiques . Hervé Ryssen l’évoque longuement dans "psychopathologie du Judaisme" ou "espérance planétarienne".Les protocoles des sages de Sion sont on ne peut plus clairs à ce sujet.


  • Super Zéon a encore frappé avec son dessin sur le maillot de Viva Chavez !!NPA ,une vraie merde pro sioniste !!


  • Merci Vincent Lapierre
    ...de nous apprendre à mieux discerner les postures des imposteurs par lesquelles tant naïfs écolos se font piéger. La peur de se faire traiter de fascistes poussent de nombreux jeunes à se justifier devant les "antifas" ... sans percevoir le totalitarisme de ces derniers. Faire allusion à Dieudo ou Soral, c’est pire que d’avoir le virus Ebola, ça lobotomise instantanément les intelligences les plus limpides. Dans la confusion générale le "politiquement-correct" sert de gris-gris à nos athées de droit divin...
    Nous continuons le combat en attendant avec ...patience le DVD que nous avons commandé !


Afficher les commentaires suivants