Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le Venezuela, une nouvelle Syrie

Il y a quelques jours, un Iliouchine 62M de ligne amenait plus d’une centaine de soldats et d’officiers russes à Caracas. De façon hautement symbolique, ils avaient fait une escale en Syrie, une façon de dire que le Venezuela est le prochain pays, après la Syrie, qu’il va falloir sauver de la ruine et du démembrement ? La mission militaire était dirigée par le chef d’État-Major, le général Tonkoshkourov (« la peau fine ») un nom qui aurait qui aurait enchanté Vladimir Nabokov.

 

« Comment osez-vous, s’est écrié John Bolton, mettre votre nez dans l’hémisphère occidental ! Bas les pattes ! Le Venezuela, c’est notre arrière-cour à nous ». Mais les Russes n’ont rien voulu savoir. Il y a quelque temps, ils avaient essayé d’émettre des objections au stationnement de chars US positionnés en Estonie, à quelques enjambées de Saint-Pétersbourg et tout ce qu’ils y avaient gagné, c’était un sermon sur le thème de la souveraineté, comme quoi « l’Estonie n’a pas à demander la permission aux Russes pour recevoir une assistance militaire américaine ». Ils viennent de revenir sur le sujet avec John Bolton et son patron. « Et commencez par quitter la Syrie », ont-ils ajouté.

C’est un nouveau palier dans les relations russo-américaines, ou faut-il parler de confrontation. Pendant très longtemps, les Russes s’étaient persuadés que leur sympathie pour les US était réciproque, ou qu’ils obtiendraient quelque chose en retour un jour ou l’autre. Seulement voilà, la page est tournée, leur regard s’est dessillé, et ils ont fini par réaliser que l’animosité américaine est implacable. « Ces Russes sont vraiment sourds si c’est seulement maintenant qu’ils se réveillent », vous dites-vous tout bas. Il suffit de lire les commentaires à l’article du New York Times au sujet de l’exonération de Trump par Muelller pour découvrir que la haine de la Russie est au menu quotidien des élites américaines, tout autant que l’amour d’Israël. Voilà où on en est.

Mais les Russes avaient aussi une tradition d’opposition. Ils avaient eu des sentiments tendres pour la grande nation d’outremer à l’époque des tsars, puis des soviets, et encore plus dans les années post-soviétiques ; ils aimaient la bravoure américaine, ses hardis pionniers, ses fermiers, le jazz et Hollywood. Ils comparaient le cri de guerre « toujours plus à l’ouest, les gars » avec leur propre exploration de la Sibérie. Ils comparaient leurs cités poussant comme des champignons à Chicago. Khroutchev admirait leur maïs et appelait son peuple à concurrencer pacifiquement l’Amérique. Les classes cultivées et occidentalisées, ce qu’on appelle l’intelligentsia russe, étaient aux côtés des US pendant la guerre du Viêt Nam, et tout au long des guerres du Moyen-Orient.

Cet amour de l’Amérique avait été si étroit qu’il n’y avait pratiquement pas de films russes ou soviétiques avec les Américains dans le rôle du méchant. C’est vrai, il n’y a pas d’équivalent des antagonistes de Rambo, ou d’Igor dans les films d’horreur classiques. Les Américains dans les films russes sont de braves garçons, à quelques exceptions près, dans des films de série B. « Nous ne faisons pas confiance à la Russie, jamais nous ne les croirons. Ils ne deviendront jamais nos amis... Nous allons leur botter les fesses à chaque occasion », ces paroles mémorables de Nikki Haley n’avaient pas de contre-partie russe, on ne connaissait pas ces sentiments.

Maintenant cela pourrait bien changer. Le dernier film d’action russe The Balkan Line montrait un commando russe opérant en Bosnie et au Kosovo contre les alliés de l’OTAN, des islamistes trafiquants d’organes, tout à fait selon le schéma du thriller turc La Vallée des Loups. Il est sorti pile pour l’anniversaire du bombardement de Belgrade, l’évènement traumatisant entre tous pour les Russes post-soviétiques. Lorsque Clinton avait ordonné le bombardement de la Serbie, l’alliée de la Russie et sa coreligionnaire, malgré le plaidoyer russe et leur intercession, les Russes avaient compris que leur changement de régime avait attiré les catastrophes sur leur tête. Le Premier ministre Primakov apprit la décision de Clinton alors qu’il était en route pour Washington, et il ordonna au pilote de faire demi-tour au-dessus de l’Atlantique. Quelques mois plus tard, Poutine prenait la présidence de la Russie, et celle-ci prit un nouveau cap, plus affirmé, mais encore amical pour l’Amérique.

Cependant, les US persistaient à traiter la Russie comme un État vaincu, comme l’Irak après Saddam ou le Japon en 1945. C’en était trop. Les Russes pouvaient accepter d’être traités comme des vassaux, mais des vassaux importants, méritant d’être écoutés et ménagés. Avec le soutien US à l’insurrection islamiste en Tchétchénie ou l’encouragement à l’agression géorgienne, le lien s’est brisé.

Jusqu’à une date récente, nous avions la version de Poutine sur ce qui n’allait pas, telle qu’offerte dans ses entretiens avec Oliver Stone. Maintenant nous disposons de la version américaine, et curieusement, elle n’est guère différente compte tenu de l’évolution du contexte. La version US des choses a été offerte par William J. Burns, un diplomate américain vétéran, et ambassadeur à Moscou. Cela a été résumé comme suit par Vladimir Golstein de la Brown University :

- 1. La Russie était censée agir comme un partenaire junior obéissant aux US. « L’Amérique pensait que Moscou allait s’habituer à ce statut de partenaire junior, et s’accommoder de l’expansion de l’OTAN jusqu’à sa frontière avec l’Ukraine à contre-cœur. Hélas, la poussée du président Bill Clinton vers l’est avait renforcé le ressentiment russe ». Quelle surprise !

- 2. La Russie s’attendait à un quiproquo pour son soutien aux US après le 11 Septembre, mais « Poutine a profondément mal interprété les intérêts et la politique des Américains. L’administration Bush n’avait pas le moindre désir de négocier le moindre partenariat avec la Russie contre al-Qaïda, elle ne voyait aucune raison pour ce faire. Elle n’était nullement tentée de faire des concessions à un un État sur le déclin », dont les offres furent ignorées.

- 3. Les Américains n’ont pas tenu compte des avertissements russes. L’ambassadeur raconte que Poutine lui disait de retenir le président géorgien téméraire de s’attaquer à ses clients russes, mais cette mise en garde avait été ignorée.

- 4. Le changement de régime en Libye « avait énervé Poutine. On disait qu’il était en train de regarder la vidéo macabre de la destitution du dirigeant libyen Mouamar Kadhafi capturé alors qu’il se cachait dans un tunnel de drainage et qu’il se faisait abattre par des rebelles soutenus par l’Occident, une fois de plus ». Apparemment, c’est à ce moment que Poutine avait pris conscience enfin que nul ne survivrait si la position russe ne s’affirmait pas. Après le Russiagate, l’inimitié entre les vieux adversaires a atteint des niveaux inédits.

Non, Je ne regrette rien, et je ne regrette pas, en particulier, que les relations russo-américaines aillent de pire en pire. Le monde a besoin d’équilibre, et les Russes constituent un contre-poids à la main lourde de l’once Sam. Le pire moment, dans l’histoire récente, c’est vers 1990, quand la Russie avait pratiquement cessé d’exister en tant que facteur important de la politique internationale.

Lire la suite de l’article sur plumenclume.org

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2173352
    le 07/04/2019 par anonyme
    Le Venezuela, une nouvelle Syrie

    et ce bombardement a causé , et causera pour des décennies des naissances d’enfants malformés et des cancers par milliers.
    à quand un tribunal de Nüremberg ?


  • #2173414
    le 07/04/2019 par Spirit
    Le Venezuela, une nouvelle Syrie

    L’empire américain, c’est l’empire romain du 4ème siècle... Il ne cède que contraint en ne changeant pas sa vision impérialiste... Son dollar reste son arme de première main qui, si elle disparaît, ne lui restera que l’option apocalypse ou la disparition complète... En tout cas, yà plus de confiance possible.

     

    • #2173493
      le 07/04/2019 par Mirage 2000
      Le Venezuela, une nouvelle Syrie

      "Son dollar reste son arme de première main"
      Son arme 1ere est le "Reve américain" ce concept où tu peux devenir "le maître du monde" voir plus.


    • #2173599
      le 07/04/2019 par cc
      Le Venezuela, une nouvelle Syrie

      Un rêve ça se produit pendant que tu dors....


    • #2173609
      le 08/04/2019 par voxpop
      Le Venezuela, une nouvelle Syrie

      @Mirage 2000 son arme c’est "le rêve américain" ???? lol
      Ca ne veut strictement rien dire ce que vous dites là. Le rêve américain se bâtit sur des dollars @Mirage, vous ne faites que du pléonasme par extension pour ne rien dire au final.
      Le rêve américain ne constitue en rien une arme étant donné que c’est le dollars qui permet ce rêve américain. A bon entendeur.


    • #2173903
      le 08/04/2019 par Rafale F4
      Le Venezuela, une nouvelle Syrie

      Salut voxpop, "Au commencement était la Parole..."


  • #2173662
    le 08/04/2019 par francky
    Le Venezuela, une nouvelle Syrie

    Pour rassurer tout le monde je vous conseille cette analyse d’un expert militaire français :

    https://www.regischamagne.fr/le-xxi...
    "Ce qui se passe actuellement au Venezuela est d’une importance considérable et marque probablement le vrai début du XXIe siècle et la fin de la période de transition."
    ...

     

    • #2173751
      le 08/04/2019 par VIVACHAVEZ
      Le Venezuela, une nouvelle Syrie

      @francky

      Article intéressant. En effet, je ne crois pas que les russes et les chinois soient allés au Vénézuela les mains dans les poches et sans savoir où ils mettent les pieds. Les américains devraient peut être ravaler leur arrogance car elle ne suffira plus à impressionner les deux puissances pré-citées.


  • #2173676
    le 08/04/2019 par awrassi
    Le Venezuela, une nouvelle Syrie

    L’ennemi juré du capitalisme, incarné par les USA, c’est le communisme, incarné par la Russie. Je résume tout en une seule phrase. Poutine a tourné le dos au marxisme, mais il ne pourra jamais résister au parti communiste russe s’il ne contient pas l’impérialisme US. C’est ce "nationalisme" et cette propension à défendre l’équilibre des forces qui fondent le respect de Poutine. Il le sait et il devra assumer ce statut jusqu’à sa mort. Pour le plus grand bien des pays pauvres !

     

    • #2174056
      le 09/04/2019 par Barbie Turique
      Le Venezuela, une nouvelle Syrie

      @awrassi : pas d accord. L ennemi du capitalisme c est la société ou le profit n est pas érigé en tant que modèle. C est le cas d une monarchie catholique, d une théocratie musulmane. Le communisme est une opposition de façade. En tant que tel il a bien servi les USA pendant des années comme justifiant des budgets importants notamment pour la cia. Maintenant il faut que toutes les societes soient sacrifiées au dieu dollar.