Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le chef de la politique étrangère de l’UE pour un rapprochement avec la Russie et la sortie du "système US"

Un changement significatif dans l’équilibre mondial des pouvoirs est peut-être en vue, si l’on en croit les déclarations faites par le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, lors de son discours devant un groupe d’ambassadeurs allemands lundi à Bruxelles. M. Borrell aurait « créé un casse-tête diplomatique » lorsqu’il a appelé à la fin du « système dirigé par les Américains » et a plaidé pour l’avènement d’un « siècle asiatique » centré sur la stabilisation des relations entre l’Europe et la Russie.

Borell a déjà froissé quelques plumes, en début de semaine, lorsqu’il s’est publiquement opposé à « toute initiative israélienne visant à l’annexion de certaines parties de la Cisjordanie », mais il s’est abstenu de proposer la moindre mesure concrète que l’UE pourrait prendre pour freiner les abus israéliens dans la région, déclarant que l’UE se limiterait à « une action diplomatique afin d’éviter toute action unilatérale » d’Israël à Gaza, malgré la demande de plusieurs nations européennes de prendre des mesures punitives contre l’État apartheid.

Néanmoins, les derniers commentaires de M. Borell devant les ambassadeurs allemands sont remarquables par le simple fait que l’Allemagne est sur le point de prendre la présidence de l’UE, ainsi que du Conseil de sécurité des Nations unies en juillet, ce qui donne une résonance particulière aux paroles du chef de la diplomatie de l’UE et peut indiquer une nouvelle phase dans le grand jeu géopolitique atlantiste.

Jouer sur les deux tableaux

M. Borell, un politicien espagnol qui a pris la tête de la diplomatie européenne en décembre 2019, est à cheval sur la ligne de démarcation que l’Europe a adoptée entre le fait de se ranger du côté des États-Unis pour diffamer la superpuissance asiatique en prétendant que celle-ci a voulu bloquer une enquête sur les origines du coronavirus en début du mois et le fait de qualifier la Chine de « pays partenaire » dans un récent article qu’il a écrit dans plusieurs journaux européens.

En fin de compte, le rôle de l’Union européenne dans la promotion des desseins atlantiques en Asie dépend de sa capacité à jouer un rôle de médiateur dans les relations tendues entre les autres superpuissances mondiales – les États-Unis, avec son État mandataire, Israël – et la Chine. À cette fin, M. Borell appelle l’UE à « maintenir la discipline collective nécessaire » contre la menace de l’hégémonie économique chinoise dans sa sphère d’influence naturelle, qui comprend des nations comme l’Inde, le Japon, l’Indonésie et la Russie.

C’est pourquoi le message de M. Borell aux ambassadeurs allemands portait sur le rétablissement des relations avec la Russie de Poutine et le renforcement des liens « avec le reste de l’Asie démocratique », suggérant que l’UE devrait apporter tout son soutien au port russe de Vladivostok et aux voies de transport transsibériennes afin de contourner l’initiative chinoise des « Nouvelles routes de la soie » et d’affaiblir ainsi sa position en Asie.

Les liens commerciaux étroits entre l’Allemagne et la Russie ont été une pomme de discorde récurrente due à l’intransigeance des Américains à l’égard de Poutine ces dernières années, et alors que la nation teutonne se prépare à assumer un rôle de premier plan dans le gouvernement du bloc des 27 nations et à l’ONU, il semble que la tactique atlantiste soit en train d’être modifiée, car ils découvrent que les stratégies appliquées jusqu’à présent ne font que rapprocher les ennemis.

 

Remplir le baril de poudre

Alors que la partie d’échecs géopolitique continue de se dérouler dans le cadre de cette crise économique mondiale induite par la pandémie, le véritable objectif d’Israël en tant que pivot de l’ensemble du projet atlantiste pourrait bientôt être révélé au monde.

Si le rapprochement de l’UE avec la Russie porte les fruits escomptés et que le Kremlin commence effectivement à resserrer ses liens avec l’Europe plutôt qu’avec la Chine, l’équilibre des forces s’éloignera de l’axe États-Unis-Israël, au moins momentanément. Mais cela préparera également le terrain pour ce que Borell a exprimé – peut-être seulement intuitivement – comme la « pression pour choisir son camp ».

L’UE est le plus grand partenaire commercial d’Israël et Borell lui-même a souligné qu’il était important pour l’Europe d’avoir « la meilleure relation avec Israël » alors qu’un nouveau gouvernement de coalition entre Benyamin Netanyahou et Benny Gantz commence enfin à prendre forme dans l’État du Moyen-Orient. La rhétorique de Borell sur le soutien à la souveraineté palestinienne pourrait n’être qu’un os jeté aux membres les plus consciencieux de l’UE afin que la « discipline collective » susmentionnée puisse être réalisée et que la Russie puisse être attirée dans le giron et mettre un terme à tout nouveau développement des relations sino-russes.

La position américaine à propos d’Israël est sans ambiguïté et, outre son scandaleux subventionnement permanent de l’État israélien, le gouvernement étasunien soutient totalement ses plans d’annexion les plus ambitieux à Gaza et au-delà, en totale contradiction avec la position que plusieurs pays européens adoptent actuellement.

Une fois que les couloirs économiques auront été lancés et que la Russie se joindra à eux pour servir de route de la soie aux atlantistes dans toute l’Asie – sans parler de l’« énorme potentiel d’investissement » de la Russie dans les « ressources naturelles, la pêche et le tourisme » – une Chine plus isolée pourrait devenir fatalement vulnérable à une guerre provoquée par Israël et Washington, que l’UE – à ce moment-là – n’aura peut-être pas d’autre choix que de soutenir.

 

En sortir pour s’en sortir, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Voilà qui s’appelle faire le grand écart entre le rapprochement avec la Russie, et continuer à faire des mamours à l’état sioniste raciste.
    Quel crédit accorder à ce Borrell, l’union européenne étant depuis très longtemps sous contrôle israélien, voire trop, mais vraiment trop longtemps.


  • C’est compréhensible, les USA (en tout cas Trump) sont sur le départ, l’UE leur coûte trop cher ... alors la courageuse UE germano-centrée se fait toute douce face à la Russie qu’elle a insulté pendant des années, traitant son leader d’autiste à moitié homosexuel, et à qui elle a arraché 25 à 27 millions de vies innocentes entre 41 & 45 (on peut dire ce que l’on veut des USA, mais aussi bêtes qu’on les croit, surtout par rapport à nous autres "européens supérieurement cultivés", ils n’ont néanmoins pas été assez bêtes pour se lancer dans une guerre ouverte contre la Russie, eux...et deux fois de suite en plus).
    Nos euro-dirigeants savent comment la Russie les voit. Pour les Russes l’UE c’est avant tout le laquais de l’Amérique qui s’est accaparé tous leurs anciens frères d’Europe de l’est, parfois pour les opprimer bien comme il faut (on nous ressort sans fin le couplet du méchant polonais affamé de subsides européens ... mais demandez aux Ukrainiens russophones ce qu’ils pensent de l’UE ... et aux Serbes ... et aux Hongrois à qui on impose tous ces immigrés).

    Je sens que le jour où le grand frère américain s’en ira, si l’ensemble des peuples européens retrouveraient alors enfin sa liberté, ça pourrait quand-même bisquer sévère chez nos européistes, parce qu’on a beau dire que l’on est sous occupation américaine, notamment en Allemagne, or, c’est un peu comme l’Algérie...on gueule pendant des années "Dehors les Français ! Dehors les Français !" et lorsque les Français s’en vont enfin ... Ben on constate ce qu’on y paume, on les suit, on s’installe à Marseille...tout en continuant de leur cracher dessus.

    Ceci dit, je fais confiance à Fraü Merkel pour remplacer les bases américaines sur son sol par des bases Turques.
    Une armée européenne ? Avec tous ces européens que l’on a lopétisé consciencieusement et convertis à la religion du LGBTQisme ? Vous n’y pensez pas !
    Quant à la France "seule armée européenne qui tiendrait la route" : vous n’y pensez pas ? L’UE passe son temps à réduire ses budgets et à la démolir de l’intérieur notamment en la privant de son armement nationale.
    Je pense que les supplétifs islamistes Syriens ou Libyens de Erdogan occuperont de plus en plus une place de choix dans la sécurité de l’UE... Danke Mutti ! Avoir ce genre de racaille comme armée d’occupation, ça ne pourra que motiver un peu plus à la sortie de l’UE.

     

    • renseignons nous , les archives existent qui signalent que le général George Patton le traine sabre au colt à crosse de nacre était prêt à réarmer les SS pour attaquer la Russie...


    • à l’artilleur et aux autres
      La Russie ou le bolchevisme ?
      L’UE n’a d’autre choix actuellement que se tourner vers la Russie et réaliser le rêve lointain (sur tous les plans) de Trump : s’entendre au mieux avec elle, surtout militairement.
      C’est ainsi qu’une Fédération Européenne est possible.
      L’enthousiasme reviendrait pour rebâtir une politique et une économie dignes de ce nom sur notre continent blessé au cœur. Avec pour richesse : le travail des hommes libres.
      Un tel projet redonnerait aux hommes et aux femmes d’Europe leurs qualités naturelles et le courage de se battre, de créer, de construire. Actuellement, les ripoux profitent de la dépression générale et induite pour pousser notre merveilleux peuple européen naguère si réactif, vers l’esclavage.
      .


    • @ l’artilleur de Metz

      En effet, il faut se renseigner, Patton (qui fut le seul officier supérieur américain un tant soit peu compétent) a été assassiné (pardon, il a eu un accident de voiture provoqué) par l’état-profond U.S. pour ça, justement.
      Celui-ci n’aimait pas, lui-non plus, les Russes (communistes et, depuis la venue au pouvoir de Staline, beaucoup moins soumis à la communauté de lumière, comme au temps des Tsars) mais il savait que face aux frontovik Soviétiques aguerris et qui avaient su se révéler supérieurs aux S.S. (qui avaient perdu leurs meilleurs cadres entre Stalingrad et l’opération Bagration) le soldat U.S., lui, ne pesait pas bien lourd, même appuyé par des Anglais fatigués et des Français, dont les forces armées étaient aussi nombreuses que celles des Anglais mais qui avaient eu l’intelligence de se maintenir en dehors de ce conflit sanglant et ne se sentant pas l’envie d’affronter les véritables vainqueurs de la 2ème guerre mondiale.
      L’arme atomique, dont les propriétés devaient être connues dès les années 1930, a été sortie "miraculeusement" au bon moment, pile en 1945, pour dissuader les Russes.
      Les USA ont utilisé cette arme pour intimider les Russes ... mais l’arme atomique reste une arme de paix qui terrifie aussi bien celui qui pourrait en être victime que son propre utilisateur.
      Donc, je maintiens, même dotés d’une arme atomique et ce, 8 ans avant que les Russes ne la possèdent à leur tour, les (vrais) dirigeants U.S. n’étaient pas assez bêtes, contrairement à l’Allemagne qui avait pourtant l’exemple préalable de l’échec Napoléonnien, pour attaquer de front la Russie et l’envahir.
      La guerre de Corée a été une guerre contre le monde communiste post-WW2 réduite et localisée ... mais l’échec patent des forces occidentales (mort de froid dans la neige Coréenne, comme de vulgaires SS) a bien fait comprendre à l’état-profond que face à un monde communiste uni, il n’avait aucune chance.
      La guerre du Vietnam a été une autre tentative face à des coco moins unis (Chinois et Russes étant déjà opposés dans leur soutien aux Vietnamiens) et pourtant, là aussi, l’échec patent du soldat US (sensé être le vainqueur (selon Hollywood) de la 2ème guerre mondiale) face à des paysans du Mekong a fini de montrer qu’une guerre d’agression des USA contre une grande puissance serait perdue d’avance.
      Les USA durent se contenter par la suite d’attaquer de petits pays isolés (Irak, Serbie, Somalie, Libye...)
      L’invincibilité US, c’est pour les sots.


    • « C’est ainsi qu’une Fédération Européenne est possible. »
      Rectification : une confédération, évidemment, ou Europe des nations.
      Tout cela urge, le biden aynt tout juste déclaré qu’il prétend faire tricher aux élections grâce au vote virtuel e tà la technologie Bill Gates, ouvertement ou non peu importe au stade où nous sommes arrivés.
      Américains semi-paralysés par des enfermements, des masques étouffants ou des BLM, Biden prétend faire arrêter Donald en novembre par l’un ou l’autre des ripoux surarmés du complexe militaro-industriel, après une triche massive aux "élections", proclamant Biden président.
      Donald, devance-les, fais un coup d’Etat !
      Surtout pas d’élections, entièrement dans la pogne sale des agitateurs de bêtise et de méchanceté.
      Alors seulment, l’Europe pourra envisager un avenir pas trop sanglant.


    • "or, c’est un peu comme l’Algérie...on gueule pendant des années.[...] Ben on constate ce qu’on y paume, on les suit, on s’installe à Marseille"

      A vous lire on croirait que tous les algériens sont installés en France. Il y a 44 millions d’algériens dont 800.000 installés en france,.soit 1,8%. Encore faut-il rappeler que ces 800.000 émigrés sont le résultat de la politique d´émigration prônée par les différents gouvernements français depuis au moins trois quarts de siècle..


    • @ Zmigri

      Désolé, il n’y a que 2500 caractères pour s’exprimer. Mais si vous me relisez, je dis bien que la majorité des européens se sentiront de nouveau libre lorsque les USA seront partis...certains dirigeants qui gueulent le plus fort contre l’occupation ricaine seront les premiers à demander une carte verte. C’est en ça que je fais le parallèle avec la guerre d’Algérie. Pour la majorité (souvent silencieuse) Algérienne : bien-sûr que la décolonisation a été une libération.
      Mais je note que parmi ceux qui sont venus s’installer en France après l’indépendance (hors Harkis et Algériens déjà installés) beaucoup se sentent plus proche du FLN qu’autre chose et souffrent de vivre en France (d’où l’incompréhension que l’on a quand on les voit rester alors qu’ils se disent si malheureux) et donc je trouve qu’ils ressemblent beaucoup aux européistes partisans d’une europe-puissance, sous tutelle de l’allemagne, tout ça, contre-poids des USA ... et qui iront gratter à la porte des méchants américains à la 1ère occasion.


    • A Bayinnaung

      Au moins ,Vous,vous êtes au delà de l’idéologie qui embrume
      les esprits de la plupart des gens .
      Votre réalisme rend vos remarques très pertinentes et opportunes .


  • Je vois que les satanistes n’ont aucunes
    vergogne.
    Après avoir pourris depuis un bon moment
    la Russie de Poutine ils veulent un rapprochement.

    Ça sent la petite pute qui essaye de chercher
    une protection parce qu’elle va se faire avoiner
    par son mac.
    Les pedocriminelles satanistes sentent que
    si Trump est réélu, ça risque de chauffer
    grave pour leur impunité.
    Le pizzagate à l’échelle mondiale.


  • Rien de nouveau sous le soleil, je suis pour la sortie de la France de ce truc qu’est l’ue ,à ne pas confondre avec l’Europe des nations, il n’y a aucun rapport entre les deux à part que le premier est une organisation mafieuse .
    Une fois fait alors on pourra travailler avec la Russie mais pour le moment ce n’est que de la mandoline ou pisser dans un violon.Cordialement.