Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le fils de Kadhafi libéré après cinq ans de captivité

Vers la réunification de la Libye ?

Les geôliers de Seif al-Islam, le fils et présumé héritier de l’ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi à l’époque, disent l’avoir libéré après plus de cinq ans de captivité.

 

Une déclaration des ravisseurs, la brigade Abu Bakr al-Siddiq, indique que Seif al-Islam a été libéré vendredi.

Les représentants du bataillon, basé à Zenten, au sud de la capitale de Tripoli, ont confirmé la nouvelle à l’Associated Press, mais ils sont restés muets sur ce qui lui arrive.

« Nous avons décidé de libérer M. Seif al-Islam Mouammar Kadhafi. Il est désormais libre et a quitté la ville de Zenten », rapporte l’AFP, qui cite un communiqué du groupe armé publié sur Facebook.

Zenten est sous le contrôle des groupes armés opposés au gouvernement libyen d’union nationale (GNA). Présent à Tripoli, le GNA est reconnu par la communauté internationale, or il a de la difficulté à affirmer son autorité dans tout le pays.

Le fils de l’ex-dictateur avait été capturé par les combattants du bataillon à la fin de l’année 2011, après qu’un soulèvement populaire eut renversé Mouammar Kadhafi après plus de 40 ans de règne. L’ancien homme fort du pays avait été assassiné lors de la même période, en octobre 2011.

Le soulèvement est devenu une guerre civile, pendant laquelle Seif al-Islam dirigeait les forces loyalistes contre les rebelles.

La Cour pénale internationale a lancé un mandat d’arrêt contre Seif al-Islam pour crimes contre l’humanité, en juin 2011. Il est accusé d’avoir joué un « rôle-clé dans la mise en œuvre d’un plan » mis en place par son père dans le but de « réprimer par tous les moyens » le soulèvement populaire.

En juillet 2015, il est condamné à mort par un tribunal de Tripoli pour crimes de guerre et la répression sanglante des manifestations pacifiques de 2011. Le procès a été dénoncé par l’ONU et des ONG de défense des droits de l’homme.

Les autorités libyennes et la Cour pénale internationale ne s’entendent pas sur qui aura le droit de le juger.

En juillet 2016, les avocats de Seif al-Islam avaient soutenu que leur client avait été libéré à la suite d’une amnistie décrétée par les autorités libyennes non reconnues situées dans l’est du pays.

Cette amnistie, qui a été décrétée en avril 2016, ne peut être accordée aux personnes accusées de crimes contre l’humanité comme Seif al-Islam Kadhafi, selon le gouvernement libyen d’union nationale.

Voir aussi, sur E&R :

À lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.