Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le mal français

Intelligence, diplômes et capacité décisionnelle : l’économiste Charles Gave précise deux erreurs fondamentales produites et reproduites par les « élites » françaises.

 

 

L’émission Politique & Éco n° 155 sur le thème « Qu’est ce que le libéralisme ? » en intégralité :

 

Charles Gave, sur E&R :

Nos « élites » sont-elles légitimes ? Lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1918669
    le 12/03/2018 par Fred Chouille
    Le mal français

    Il est sympa le pépé, mais il propose quoi pour les concours d’entrée dans la haute fonction publique par exemple ?
    Un autre "grand oral" basé sur l’éloquence, quand le niveau d’orthographe au Bac a chuté de moitié en 20 ans ?
    Les gens qui ont la tête bien formée savent au moins lire, comprendre un texte, écrire avec moins de 5 fautes par page et connaître leurs tables de multiplications. C’est pas forcément gagné à l’avenir.
    Que cherchent les administrations et grandes entreprises ? Certainement pas des illétrés grande gueule avec costume reluisant. Ces derniers ne réussisent pas mieux comme entrepreneurs sauf s’ils sont bien nés ou ont les bonnes connexions.

     

    • #1918699
      le 12/03/2018 par La rochejaquelein
      Le mal français

      Il propose de supprimer la fonction publique et d’y mettre des gens compétents et patriotes.


    • #1918727
      le 12/03/2018 par seb59
      Le mal français

      Dans votre message vous représentez un 2 ème défaut Francais qui peut être généré par ce système basé sur les diplômes dénoncé par charles Gave : "le fatalisme"


    • #1918734
      le 12/03/2018 par social donc national
      Le mal français

      Au moins avec un bon diagnostic on peut déjà amorcer une réflexion sur des bases justes pour proposer des alternatives.
      Une chose est sûre, c’est que le système actuel qui au départ était juste car la méritocratie permettait une réelle mobilité sociale, s’est progressivement dévoyé en machine d’auto-reproduction des élites, d’où le fait que leur illégitimité soit proportionnellement corrélée à leur incompétence croissante...
      De fait réussir un concours (cooptation de fait ?) ne garantie plus ni l’intelligence, ni la compétence ; signe de l’effondrement du niveau général ? Déconnexion croissante de ces catégories sociales avec le réel ? Avec des élites aussi dégénérées et corrompues que celles de la fin de l’Ancien régime, ce qui est sûr, c’est qu’il faut tout remettre à plat...


    • #1918752
      le 12/03/2018 par Eric
      Le mal français

      Un peu de respect pour les gens plus âgés que vous. D’autant qu’il n’est pas dit que vous ayez, une fois parvenu à son âge si vous y arrivez (et moi itou), sa forme physique et intellectuelle.


    • #1918956
      le 13/03/2018 par fred
      Le mal français

      @social donc national
      Je ne vois pas en quoi son diagnostic est bon ?
      Qu’il y a trop d’état en France ? Soit, en quoi les grandes écoles en sont responsables ? Bien au contraires toutes les "élites" sont d’accord qu’il y a trop d’état, y compris celles issues des grandes écoles.
      Mais il y aura toujours un état et des grandes entreprises et pour les diriger, je ne sais pas où ce monsieur va trouver les gens ? Chez des entrepreneurs qui ont réussi à gagner de l’argent en spéculant sur les marchés comme lui ? C’est mieux que d’étudier car l’argent est plus important que la culture ? on apprend les sciences en créant son entreprise ?

      Cher Monsieur on ne réussi pas les concours par co-optation mais sur concours justement et donc sur la seule méritocratie.
      Le fait qu’il n’y ait plus d’élèves de classes défavorisées pour réussir ces concours est un problème général de société (nivellement du niveau, dénigrement de la valeur travail, etc), pas un problème des grandes écoles


    • #1919030
      le 13/03/2018 par fred
      Le mal français

      La Chine est passé de trente ans du statut de pays sous développé à celui de puissance mondiale.
      Or le système politique / économique Chinois est dirigé par une bureaucratie.
      Le "libéralisme" est fortement encadré.
      D’autre part tous les dirigeants sont issus d’un système éducatif bien plus "élitiste" que le système Français.

      La grande différence avec la France, c’est que la bureaucratie Chinoise travaille dans l’intérêt de la Chine et pas des capitaux étrangers.


    • #1919124
      le 13/03/2018 par Pedro
      Le mal français

      Le constat est simple, le système éducatif français, non-content de ne servir à rien aujourd’hui, tire même " l’élève " vers le bas puisque, soit il se pli à l’endoctrinement qui consiste à ne plus réfléchir et seulement appliquer de vagues notions apprises, soit il est éjecté.

      Mon frère, par exemple, n’a pas supporté l’endoctrinement de l’Education Nationale et n’a pas terminé ses études.

      Problème, en France, vos qualités réelles ne sont aucunement prisent en compte, puisqu’on se base uniquement sur des bouts de papiers que vous possédez (la petite blague de la vidéo est pas mal puisqu’elle sous-entend que les bouts de papiers servent surtout à prouver votre soumission et non votre intelligence).
      Mon frère ne trouvait donc aucun travail en dehors de l’usine.

      Il postule au Portugal auprès d’entreprises internationales qu’on trouve pourtant aussi en France (qui ne lui répondaient jamais) qui lui font passer des entretiens mais aussi et surtout passer des tests de logique mathématiques et autre, compréhension de texte, cas pratiques etc.

      Aujourd’hui il est cadre dans une entreprise japonaise à Lisbonne et il gère la viabilité de contrats de millions d’euros avec des sous-traitants et usines de la marque dans toute l’Europe...
      le petit portugais tout juste bon à découper du cochon qui visite des usine en Allemagne, en France etc, reçu comme un seigneur qu’on doit absolument convaincre pour ne pas se retrouver au chômage...
      Qui, si on lui avait laissé sa chance ici, aurait plutôt participé à rendre viable des entreprises françaises plutôt que d’aller en améliorer ailleurs...

      Maintenant qu’il a l’expérience nécessaire il pourrait probablement postuler en France mais à qui donneriez-vous votre fidélité ?
      A des entreprises qui vous riaient au nez pour votre manque de "qualifications" ou à celles qui ont voulu tester vos capacités réelles avant de vous juger et qui vous ont donné une chance ?

      Je suis donc d’accord, il y a une logique de bouts de papier mortifère en France et il est peut-être bon que l’ENA commence à s’en rendre compte depuis le temps...

      Consultez les statistiques sur le nombre de surdoués français ayant leur bac, sur leur nombre obtenant des diplômes supérieurs...

      http://etudiant.lefigaro.fr/les-new...

      On éjecte la plupart des cerveaux français du système et on garde des moutons médiocres tout en s’étonnant que tout marche de moins en moins bien.


    • #1919652
      le 14/03/2018 par fred
      Le mal français

      Le système éducatif français tire les élèves par le bas c’est un fait mais pas les grandes écoles
      Les grandes écoles sont ce qui restent d’un enseignement gratuit et de qualité à la Française
      Je ne parle pas de l’ENA mais des grandes écoles scientifiques par exemple
      Que votre frère ait trouvé du travail est très bien mais ne justifie pas qu’on saborde nos ingénieurs.
      Un diplome d’une grande école d’ingenieur n’est pas un bout de papier et dans la vraie vie de l’economie réelle il fait aussi des ingénieurs !


    • #1919728
      le 14/03/2018 par Pedro
      Le mal français

      Excusez-moi d’avoir touché votre sensibilité au sujet d’ingénieurs que vous connaissez où dont vous faites parti, on a tendance à généraliser en fonction de notre vécu/entourage...

      Je connais une ingénieure sortie d’une de ces grandes écoles... les sujets de conversation à part "mon papa dit que" et "ah bon, non je connais pas", "Néron ? je connais pas" " la politique ? papa m’a dit que" et essayait de me faire du rentre-dedans devant ma femme d’une façon si voyante et ridicule que s’en était gênant...

      J’en connais un autre par contre très compétant mais le premier exemple suffit à me prouver qu’il n’y a pas besoin d’une grande capacité de réflexion pour y arriver....

      Donc encore une fois excusez-moi d’avoir un avis ou de vous avoir touché, bien sûr qu’on a quelques personnes compétentes dans le tas des diplômés encore heureux, qui font leur travail correctement pour que la maison tienne encore un peu debout et pour rattraper les bourdes des autres ce n’était pas mon propos.

      Mettre de côté délibérément l’ENA est une erreur, son discours révèle parfaitement le degré ridicule qu’à atteint ce système ; il faut savoir que pour concourir à l’ENA vous devez déjà être fonctionnaire - donc déjà être confronté au monde - ou avoir l’équivalent d’une Licence...


    • #1920390
      le 14/03/2018 par Fred
      Le mal français

      @pedro

      Je vous trouve effectivement très péremptoire, vous avez rencontré deux ingénieurs en tout et pour tout et vous en tirez des conclusions lapidaires ... Hmmm
      Cher Monsieur, pour comprendre la résistance des matériaux, l’électronique, etc
      Il faut faire des études. Et oui.
      Et les écoles d’ingénieurs Françaises ont un excellent niveau par rapport à tout ce qui se fait ailleurs ne vous en déplaise.
      Quant à l’administration, l’ENA etc le problème vient du fait que l’administration Française ne défend pas les intérêts du pays mais cherche à accompagner la mondialisation et l’intégration de la France dans des structures plus vastes. Donc pas de vision stratégique nationale mais une vision stratégique mondiale, avec des multinationales, etc
      Quand une bureaucratie réfléchit à une stratégie nationale ça marche, comme en France du temps de Gaule ou en chine AUJOURD’HUI.
      Donc au lieu de tirer à boulets rouges sur ce qu’il nous reste de valable dans notre système éducatif (par jalousie ou par aigreur) vous feriez aussi bien d’être moins péremptoire
      Tant mieux pour votre frère s’il gère trois contrats de sous traitance pour Komatsu en Espagne


  • #1918698
    le 12/03/2018 par sa majesté
    Le mal français

    "qu’est ce qu’est le libéralisme ?

    L’absence totale de protection et de contrôle concernant les biens et produits qui envahissent notre marché sous peine d’amende émanant de l’EU ; cela concerne aussi les humains.

    Pas besoin de pérorer là-dessus pendant des heures.

     

    • #1918746
      le 12/03/2018 par FF
      Le mal français

      Çà va plus loin que çà. Le libéralisme, comme tous les -ismes, vise la négation du terme qu’il contient, soit à terme l’inverse de la liberté.
      Car si la liberté est d’abord la liberté économique, tout est fait de plus en plus pour que les individus ne jouissent plus d’aucune liberté à terme, puisque de plus en plus dépossédés de leurs moyens.
      Çà concerne pas que l’UE, c’est mondial... le mondialisme...


    • #1918797
      le 12/03/2018 par Desguarde
      Le mal français

      @FF
      Vous soulever un point intéressant.
      Pour étayer vos propos, il suffit de regarder dans le temps, l’intensifications des restrictions et contrôles des moyens de paiements ; achat en liquide de plus en plus limité, questionnaires bancaire de plus en plus indiscret pour savoir à quel fins vous voulez retirer votre argent des banques etc.


    • #1918800
      le 12/03/2018 par Summam Identitatem
      Le mal français

      De plus la Liberté économique aboutit à la concentration des richesses souvent dans les mains des plus avides et des moins scrupuleux. A terme, il n’y a plus que des monopoles. C’est donc la confiscation du bien commun au profit d’une minorité.


    • #1918884
      le 13/03/2018 par Francois Desvignes
      Le mal français

      Votre "libéralisme" n’est pas le libéralisme : c’est la jungle.

      Soit l’a-libéralisme, l’état sauvage, sans loi ni droit. autre que le renard libre dans le poulailler libre . Mais cela, ce n’est pas le Libéralisme mais l’idée que s’en font les non libéraux pour disqualifier le libéralisme.

      Le libéralisme c’est (comme l’a expliqué Gave) un état de droit et ce qui compte dans la formule c’est le singulier : il ne devrait y avoir qu’une seule loi pour l’Etat et pour l’individu normalement égaux devant la loi. (Du moins chez les libéraux).

      Il y a ainsi paradoxalement des libéraux "protectionnistes" : Trump.

      En fait, "libéral" c’est un mot de code profane pour dire "chrétien"
      Son synonyme ou sa vertu capitale (au sens d’important) c’est démocrate.

      Vous appelez "libéral" ce que les totalitaires vous en ont enseigné : la capital de connivence.
      Gave vous rappelle que "Libéral" c’est son contraire absolu : le capital du travail et du risque, d el’entreprise.

      Pour vous Drahi est libéral alors que pour nous, il n’est qu’ un professionnel de la connivence
      Pour nous Bill Gates est un libéral alors que pour vous c’est un spéculateur qui n’a rien inventé.


    • #1919655
      le 14/03/2018 par Fred
      Le mal français

      @Francois Desvignes

      c’est beau le « libéralisme » idéal comme vous le décrivez mais ça n’existe pas
      C’est comme le communisme idéal, c’est beau aussi


    • #1919660
      le 14/03/2018 par paramesh
      Le mal français

      bah : le libéral crache sur le trop d’état quand ça l’empêche de faire son frichti, mais quand il s’agit de protèger la sacro sainte propriété du capital, là l’état est le seul recours (c’est qui qu’on envoie protéger les usines contre les vilains grévistes. je ne connais pas de libéral anarchiste.
      Charles Graves a la malhonnêteté de tous les libéraux, (ce qui ne veut pas dire qu’il ne dit pas que des conneries donc ce mec est dangereux à suivre car il peut vous embrouiller facilement


  • #1918701
    le 12/03/2018 par La rochejaquelein
    Le mal français

    Excellent Charles Gave, très surpris de l’entendre ici.

     

    • #1918784
      le 12/03/2018 par Eugène
      Le mal français

      E&R l’avait déjà relayé en 2011 ou 2012
      On attend toujours que TV Libertés invitent Soral...


    • #1918918
      le 13/03/2018 par FF
      Le mal français

      Eugène je vois pas ce qu’il irait faire dans une émission où on invita Brigitte Barjot, Goldnadel, Élisabeth Lévy, Chauprade.....

      TVLibertés c’est le TF1 alternatif rien de plus. Les "nouveaux médias"... comme le nouveau FN etc, on change pour ne rien changer !
      Ils sont pas prêts d’inviter Soral, çà n’arrivera jamais, leur but n’étant pas de remettre en cause le système, mais de rassurer leurs vieux donateurs versaillais qui auraient une attaque en voyant Soral sur leur écran !

      Quoique sur « Bistro bobo Libertés » çà serait marrant, avec tous les anchois qu’il y a autour de la table, Soral aurait de quoi s’arracher les cheveux !


    • #1918957
      le 13/03/2018 par La rochejaquelein
      Le mal français

      Surpris d’entendre un discours qui soutient le libéralisme, donc surpris d’entendre Gave.

      Il y a une différence entre inviter quelqu’un et relayer une vidéo. Et oui ni TVL ni Radio Courtoisie n’ont invité Soral et je le regrette. Soral est difusé chez Facta, Ratier était patron d’emission, il apreciait beaucoup Soral, mais rien n’y fit.


  • #1918792
    le 12/03/2018 par michel amm
    Le mal français

    Le libéralisme c’est la liberté pour tous :

    Le loup a à la liberté de manger le mouton.
    Et le mouton a la liberté de se faire manger par le loup.

    Parce qu’il faudrait quand même pas croire que le mouton à la liberté de manger l’herbe.

    Le libéralisme a des limite quand même ! Au prix où est l’herbe.

     

    • #1919705
      le 14/03/2018 par survie
      Le mal français

      Le loup a mangé le berger, mis le chien à la chaîne et acheté le pré. Mouton pense à se maintenir en survie et broute ce que lui laissent trois chèvres importées.


  • #1918843
    le 13/03/2018 par Ed
    Le mal français

    Si ça c’est pas un discours élitiste... mais ça ne l’empêche pas d’être dans l’erreur (ou de mentir comme un baraki) , car la Russie n’a jamais été créée pour gagner, mais uniquement pour faire contre-poids avec les USA, pour en justifier l’existence idéologiquement et militairement.
    Moins de libéralisme, moins de capitaux flottants, moins d’IDE, moins de corruption, moins de réseaux, moins de mafia, moins de créativité... la loose à des années lumière !


  • #1918849
    le 13/03/2018 par goy pride
    Le mal français

    Un système politique où coexiste deux types de droits et plus est vieux comme le monde. Sous l’Ancien-Régime par exemple chaque corporation de métiers avait leur propre droit avec des tribunaux régissant les rapports entre les artisans entre eux ainsi que ce qui est relatif à leur déontologie dans l’exercice de leur profession...une corporation de métier pouvait jusqu’à sanctionner un confrère par le bannissement voire même la peine de mort ! Je ne sais plus où j’avais vu ça, mais je me souviens d’une anecdote d’un ramoneur condamné à mort par pendaison et pendu par ses confrères parce qu’il volait les demeures desquelles il ramonait les cheminées...
    L’idée d’un droit absolument égal pour tous alors que l’égalité n’existe pas dans les faits est une idée très moderne et ne peut exister quand le cadre d’un système politique centralisé très puissant et omniprésent dans la vie des gens. Dans le monde ancien les communautés humaines s’auto-organisaient et s’imposaient leurs propres lois par corporations de métier, par village, bourg...autrement dit il y avait autant de droits et de lois que de villes, villages, métiers...

    Selon moi monsieur Gave est très représentatif de la droite française incapable d’identifier les vrais maux de notre temps. Doctrinalement ils sont perdus dans une espèce de gloubi-boulga dans lequel s’emmêlent et s’entrechoquent des morceaux de traditionalisme, de modernisme...conservatisme, libéralisme...

    Le système public français fut d’une excellence remarquable, mais comme tout système il avait ses carences et vulnérabilité. Notons qu’il fut pendant plus d’un siècle un remarquable ascenseur social ! Les instituteurs repéraient les fils de paysans les plus brillants, les prenaient sous leurs ailes et en faisaient des hauts-fonctionnaires droits et compétents, des brillants universitaires, chercheurs...aujourd’hui cet ascenseur n’existe plus, l’école n’est plus un lieu pour transmettre le savoir et l’excellence mais une fabrique à débiles avachis au service du Capital.

    Les sociétés humaines sont incapables de produire un système d’organisation qui serait parfait et invulnérable. La monarchie française ou le système impériale chinois y ont été proche en se perpétuant sur des siècles voire des millénaires...mais en dernière instance avaient aussi leur vulnérabilité et on finit par disparaître...


  • #1918888
    le 13/03/2018 par Francois Desvignes
    Le mal français

    - Sur la cause du mandarinat français.

    Contrairement à ce que soutient Gave le mandarinat français (la bureaucratie de concours) n’est pas spécifiquement française puisque c’est le système qui a gouverné la Chine jusqu’à l’Impératrice Tseu Hee, d’ailleurs avec les mêmes maux que ceux dénoncés aujourd’hui en France : surimposition, centralisme, inefficacité, élites déconnectées , syndrome de la Cite interdite, gouvernement de cour etc.

    Il y a une cause aux maux et les mêmes causes aux mêmes maux : le gouvernement de mandarinat est TOUJOURS celui d’un pays CONTINUELLEMENT en guerre (ultra centralisme et mur de Chine) et de ce point de vue l’Histoire de la Chine est parallèle à celle de la France en guerre de 496 à1962 sans discontinuer.

    C’est quand la guerre s’arrête que l’organisation du mandarinat devient insupportable (République de Chine, Révolution rampante actuelle en France contre les élites).

    Effectivement, Macron (pure mandarin) est très mal armé pour maitriser la situation.

    -Sur la cause de la (non) démocratie en France

    L’échec de la démocratie en France n’est pas dû au dirigisme d’Etat qui existait antérieurement à la Révolution française , époque où l’Etat était authentiquement démocratique et respectueux des droits individuels, ce qu’il est de moins en moins depuis.

    L’État était démocratique avant la révolution pour l’excellente raison que nos gouvernants craignaient Dieu. Étant convaincus qu’ils auraient à rendre des comptes de leur gestion à Dieu au jour de leur jugement particulier et que l’enjeu était leur damnation éternelle, ils y regardaient à deux fois avant de commettre une injustice.

    C’est la peur de l’enfer qui a assuré au peuple de ne pas se faire massacrer et spolier sous l’Ancien régime.

    Ce fusible sautant avec la Fête de la Raison de 1790 remplaçant la crainte de Dieu "seul juge qui voit tout", nous n’avons plus depuis cette date que la peur du gendarme pour espérer de la part de nos gouvernants une exécution loyale et juste de nos lois.

    Cette dernière petite garantie tombe quand, par le contrôle de l’élection, l’oligarchie contrôle nos lois et notre appareil répressif.

    Partout où notre Dieu est absent, la dictature prospère.

    C’est parce que Trump croit que Trump est démocrate
    Et c’est parce que Staline ne croyait pas qu’il fut Staline.


  • #1918890
    le 13/03/2018 par Santiago
    Le mal français

    Heureux d’entendre Charles Gave sur E&R ! Je regrette, pour ma part, que les libéraux old-whigs, lecteurs de Friedrich Hayek, d’Edmund Burke, des Lumières écossaises ou des ordolibéraux ne soient pas plus représentés ici. Même s’ils pensent totalement illusoires tout collectivisme et ne partagent donc pas les croyances des marxistes scientifiques, même s’ils croient moins en la nation que d’autres, ils auraient leur place dans les composantes de l’association au même titre que musulmans et chrétiens pensent mutuellement que les autres se trompent de religion, mais se respectent et fraternisent face à leur ennemi commun et danger pour le pays dans lequel ils vivent.

     

    • #1918934
      le 13/03/2018 par francky
      Le mal français

      Un des meilleurs commentaire qu’il m’est été permis de lire ici...
      C’est toute la mutation d’un site comme ER qui doit petit à petit se mettre en place.
      Tout en restant parfaitement ancré sur le fond (dénoncer les vrais responsable et coupables, demontrer l’hypocrisie et les mensonges des médias traditionnel, montrer qu’un autre voie est possible...), amener tous les resistants et vrais patriotes à venir s’exprimer et à débattre.
      ERTV doit s’ouvrir de plus à TOUS les courants de pensée "anti-systeme", il en va même de sa survie...
      Qu’en pensez vous ???


  • #1918961
    le 13/03/2018 par awrassi
    Le mal français

    1) La Russie communiste a réussi, contrairement à tous ceux qui ne se sont pas renseignés. De 1927 à 1951, elle a fait des bonds extraordinaires dans tous les domaines. Jusqu’à battre Hitler et ses alliés occidentaux !
    2) La Russie communiste était dirigée par des hommes normaux de bon sens. les commissaires politiques veillaient au respect de la feuille de route. Ni Enarques, ni Centraliens, ni Harvardiens ... Donc, c’est bien le libéralisme qui crée le faux, en tout !

     

    • #1919005
      le 13/03/2018 par xyz
      Le mal français

      ...
      Je suis convaincu que vous n’auriez pas aimé bénéficier des "bonds extraordinaires" :
      - Purges publiques, assassinats massifs (balles, goulag...), terreur de tous sans exception d’être arrêtés pour motif bidon sans pouvoir défendre sa vie ni celle de sa famille.
      - Massacres des populations dans les zones insoumises (Holodomor en Ukraine dans les années 30 , régionde Tombov en 1921)

      "La Russie était dirigée par des hommes normaux de bon sens."
      OMG..
      Si vous considérez des dirigeants ayant du sang sur les mains, sans scrupule, sans état d’âme, sans parole comme étant "normaux de bon sens"...

      Je vous invite à aller en Russie MAINTENANT, trouver un traducteur et simplement aller rencontrer des personnes qui ont vécu pendant cette période. Vous en trouverez facilement, et ils vous raconteront ce que eux et leurs parents ont vécu.
      Au début, vous ne les croirez pas, car leurs temoignages seront en TOTALE CONTRADICTION Avec ce que vous fantasmez. MAis après 5 ou 6 rencontres, vous vous mettrez peut etre à douter...

      Je vous invite par ailleurs à lire "Le Jeune Staline" de Montefiore ; cette lecture mettra à bas l’image d’épinal que vous avez...

      Oui économiquement, l’URSS s’est développé pendant ces années, grace au travail forcé (voir biographie de Karalov, comme parmi tant d’autre) et la ponction sur les états satellites...

      Mais je ne crois pas que ce fut un bon exemple...


    • #1920611
      le 15/03/2018 par borussia1871
      Le mal français

      Des hommes normaux ?! Kaganovitch ? Pavrus ? Zinoviev ? Staline ? Sverdlov ? Ehrenburg ? Radek ? Kamenev ? Yagoda ? Et je peux en citer beaucoup d’autres. On a rarement eu autan de malades mentaux dirigés un état sur la même période !


  • #1918965
    le 13/03/2018 par cftc
    Le mal français

    Que du bon sens de la part de M. Charles Gave...ça nous change des formalistes à tout crin...


  • #1919360
    le 13/03/2018 par tsointsoin
    Le mal français

    Gardons à l’esprit que la richesse n’est jamais créée par l’argent mais accaparée et redistribuée par lui. Elle n’est créée que par le travail, comme le dit Francis Cousin.


  • #1919657
    le 14/03/2018 par Fred
    Le mal français

    Le mandarinat Chinois se porte très bien et a permis à la Chine de rattraper son retard en une génération :
    systeme éducatif élitiste, concours d’entree aux grandes écoles, encadrement du « liberalisle », vision stratégique

    Il faudrait voir à prendre les bons exemples de notre époque ...
    Une bureaucratie qui travaille pour l’intereu du pays et de ses habitants, ça marche très bien


  • #1919733
    le 14/03/2018 par L’après Macron
    Le mal français

    Les deux causes selon moi du mal français :

    La première : les français ne réfléchissent plus au lien qu’il y a à faire entre la religion, le développement d’un pays et d’une culture.

    L’application de principes religieux de base, même quand on est pas croyant, du type "je ne vole pas", "je ne mens pas", "j’aide mes proches" est indispensable à toute vie en société, et cette vie en société permet ensuite de développer une culture, une économie, une industrie, une politique... donc, un pays.

    Comment puis-je en effet faire confiance à mon prochain si je vis dans une société qui se contre balance de ces principes ? Comment également espérer bien vivre dans cette même société si celle-ci prône très exactement la contre application de ces principes ?

    C’est précisément cette réflexion-là qui manque dans les écoles, et c’est à cause de son absence qu’on a pu instaurer le libéralisme.

    A noter, au passage, que le libéralisme repose sur une fausse idée de la liberté :

    La liberté ne consiste pas à pouvoir faire tout ce que l’on veut, si, par exemple, je cumule de l’argent chez moi en spéculant, je ne suis pas libre mais emprisonné dans ce désir d’accumulation. De plus, mon activité réduira la liberté des autres, qui se verront injustement déposséder de ce qu’ils créent et donc contraints de passer plus de temps de vie à travailler. Donc, au final, dans cette histoire, il n’y a liberté ni pour moi ni pour les autres.

    La vraie liberté consiste, au contraire, à se débarrasser de ce qui mentalement nous emprisonne (les mensonges, les fausses croyances, les désirs compulsifs voire maladifs...). Comment pourrait-on en effet parler de liberté en l’absence d’esprit libre ?


  • #1919739
    le 14/03/2018 par L’après Macron
    Le mal français

    La deuxième cause : la confusion qui règne dans l’interprétation de cette phrase "aime ton prochain comme toi-même".

    Le "prochain" en France est devenu "tout le monde à l’exception du prochain, qui se trouve là, tout près de moi, dans ma maison, dans mon quartier, dans mon village". Ceci pose beaucoup de problèmes, notamment :

    1. on nous demande de feindre un sentiment (en effet, comment aimer sans connaître ?), ce qui entraîne des mensonges, des conduites hypocrites et donc des tensions

    2. on nous demande d’accorder notre confiance sans conditions (or, la confiance se mérite), ce qui nous retire nos capacités de défense (tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil) et nous empêche d’identifier les personnes qui agissent contre nos intérêts (vous savez, celles qui justement n’existent pas !)

    3. l’énergie à consacrer aux liens sociaux proches est en grande partie détournée, ce qui impacte très lourdement toute la base de notre vie en société, et donc, par extension, notre économie, notre culture, notre politique, notre pays

    4. le processus d’identification à son prochain a également été détourné : comment vouloir aller vers mon prochain si je ne me reconnais plus en lui ? Et comment comprendre que j’ai, avec ce prochain, quelque chose en commun, et notamment un pays, à défendre ?


Commentaires suivants