Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le premier Britannique dont le "mariage" gay a été reconnu est mort d’une overdose de GHB

Wayne Hincks, 48 ans, aura été l’homme des grandes premières en matière de « mariage » homosexuel : son union civile au Royaume-Uni avait été requalifiée en mariage au Canada… pour qu’il puisse divorcer. Son histoire s’est achevée dans le drame puisqu’après sa rupture, il est mort d’une overdose de GHB, la célèbre « drogue des violeurs » également prisés dans la communauté gay pour ses effets à la fois calmants et stimulants de la libido, qui s’est répandue dans les clubs à l’instar de l’ecstasy. Le premier homosexuel Britannique à avoir fait reconnaître son « mariage » n’en était pas à sa première surdose.

 

C’est en 2009 que Hincks et son partenaire Gerardo Gallardo ont signé leur partenariat civil dans une mairie de l’est de Londres, avant de se rendre au Canada, à Toronto. La relation ne devait pas durer. L’union civile ne prévoit rien de particulier en cas de séparation ; du coup, Wayne Hincks s’est adressé aux tribunaux canadiens pour faire reconnaître son « divorce », s’estimant en droit de réclamer la moitié des biens du couple.

 

Mort d’une overdose de GHB après s’être séparé de son « mari »

Deux ans de bataille juridique ont abouti à ce qu’un juge de haut niveau, contredisant l’avis de l’équivalent du ministère public, qualifie de « discrimination intolérable » l’idée de ne pas reconnaître les deux hommes comme « mariés », et donc susceptibles de divorcer, de réclamer une pension alimentaire et l’égalisation des revenus familiaux nets dans l’Ontario.

Le juge, Ruth Mesbur, a estimé que les partenariats civils de pays où le « mariage » homosexuel n’existe pas (comme c’était le cas au Royaume-Uni en 2009) peuvent être considérés comme des mariages en droit canadien. Et ainsi, en 2013, Hincks s’est retrouvé muni du droit de « divorcer » contre la volonté de son ex-partenaire.

 

Premier « mariage » et premier « divorce » gay pour un Britannique qui s’est réfugié dans des drogues pour homosexuels

Rentré au Royaume-Uni, Hincks s’est installé dans un luxueux appartement en bordure de canal à Hoxton où son colocataire devait lui sauver la vie au début de 2017 lors d’une première prise de « drogue gay », en l’emmenant d’urgence à l’hôpital. Mais ledit colocataire devait quitter l’appartement par la suite. Hincks a recommencé le 15 mai dernier. C’est son absence au bureau d’architectes où il travaillait qui a conduit un de ses collègues à se rendre chez lui, inquiet : il était déjà trop tard, Hincks s’était écroulé, mort.

Sexualité et déviances, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Sélection naturelle .... Tout se passe comme prévu !!!


  • Ah les fameuses drogues stimulatrices du plaisir.
    Selon l’association de scientifiques "reassess aids" aux USA, dirigée par le biologiste Pieter Duesberg : les "poppers" (aujourd’hui illégales) qui étaient répandues dans les boites gay aux USA dans les années 80 avaient un effet immuno-dépresseur. Selon l’association, ces drogues seraient en cause dans le mystérieux syndrome qui a frappé les communautés homosexuelles à cette période. Cependant le CDC (agence gouvernementale de veille sanitaire) aurait volontairement associé ce syndrome à un virus après des études précipitées, histoire de susciter l’attrait des autorités sur une épidémie et obtenir des financements publics..
    Le Sida, magnifique source de revenus éternels pour les laboratoires, était né.

    Source : documentaire "House of numbers", disponible sur Youtube, que je vous invite à découvrir car bien argumenté.

     

    • Dans la même démarche, je conseille aussi le livre de Peter Duesberg "Inventing the AIDS Virus".
      Mon premier livre de réinformation qui m’a fait sortir de la Matrice.


    • Je confirme.

      Voir aussi l’interview du docteur Montagnier prix nobel de médecine.
      https://www.youtube.com/watch?v=bAP...

      Le sida est une déficience immunitaire. On meure pas du sida, mais parce que le corps n’a plus d’immunité contre les maladies.

      La question est : d’où provient cette déficience immunitaire ? A l’époque on a dit que c’était un virus, le virus VIH qui détruisait le système immunitaire.

      Le problème c’est que l’on ne trouve pas ce virus chez les malades du Sida.

      La conclusion c’est que cette déficience vient d’autre chose : drogue, vaccins, ogm ???

      Ne comptez pas sur la médecine pour vous le dire, car elle a menti sur la cause. Découvrir la cause du Sida, ce serait montrer au grand jour l’énorme arnaque du Sida qui a fait des milliers de morts.

      Sachez aussi qu’au début du sida, les doses des médicaments employés étaient mortelles. Maintenant ces même médicaments sont toujours employés mais à doses beaucoup plus faibles.

      Vous aurez compris que au début beaucoup de gens qui avaient le sida sont morts à cause du traitement.


    • Et le fait que suivant le pays ou vous faites le dépistage de la trace des anticorps qui "prouve" la présence du virus, vous êtes positif ou négatif pour le même échantillon sanguin, on en parle ?
      Complotistes, circulez y a rien a voir ...


  • Justice immanente, la seule sur laquelle nous pouvons - un peu - compter, puisque l’officielle est une ignominie .

     

  • #1853571

    "des drogues pour homosexuels."

    Discrimination jusque dans la foncedé, ou "drug pride" ?


  • En parlant de Justice immanente, j’invite tout le monde à lire Lucrece et Cicéron sur le sens de la Justice. Ce sont deux écoles de pensée différentes, et qui explique pourquoi la République est Universelle ... vous comprendrez comment ils ont détourné le droit et la Justice pour créer L’Empire, processus en cours denouveau, un Empire sans Empereur mais avec des millions de bobo partout.


  • Le GHB est une drogue qui fait perdre les pédales.....

     

  • Un appartement luxueux avec un colocataire ?

     

  • La scène homosexuelle est depuis toujours gangrénée par les drogues. Il s’agit bien de se défoncer. Sans doute pour oublier les déséquilibres psychiques et physiques de nombre de protagonistes (une pensée pour Rocco Magnotta, Thierry Paulin, Jeffrey Dammers et autres homosexuels drogués jusqu’au trognon). Il suffit d’observer une gay pride pour comprendre que l’inspiration vient des boîtes cheap, de la transe de bas-étage et du dandinement obscène. Au bout du compte il s’agit bien, pour certains, d’ériger le chaos alcool-dope en mode de vie et d’en finir avec l’harmonie naturelle, seul modèle envisageable.
    En général beaucoup d’ homosexuels qui ont passé dix ans dans "le milieu" sont rincés. Ils envisagent alors de se procurer un bébé...

     

    • Précision : parmi les bénéficiaires de cette décadence, il ne faut surtout jamais oublier les associations spécialisées qui bordent le marécage. J’aimerai bien connaitre le budget total de ce secteur : les salariés , les psychologues etc. qui tous mangent dans la main du Politique. Tout ça pour tenir en ronronnant des lieux de vie, distribuer des seringues et des traitements préventifs du sida. Avec cette idéologie du fist-fucking pour tous et quelques "applis" de rencontre, la dope et la maladie circulent plus que jamais.


  • Le GBH ,il l’a pris comment ,par la bouche ou en suppositoire ?


  • Révélation ? Non ! Ces déviances sont prônées par la société ; ça interroge avant tout. Un véritable Homme, au sens Humain, n’en déplaise aux mutants cérébraux..., Grandit grâce à ses "antécédents" ! Pour avoir une descendance, il FAUT un mâle et une femelle ! Ça a été toujours comme ça ! Les envies ne suffisent parfois pas, la science est alors là pour ça.... "Être enceinte.com", une fois ai-je vu sur un pare-choc de lesbienne, qui avait dertouné une hétéro avec 3 gosses du droit chemin.... Celle qui avait une coupe à la brosse me regardait méchamment..... En plus des overdoses, il y a aussi les meurtres ! Cramez en enfer !

     

    • Ça c’est une vérité, lorsqu’on regarde une de ces femelles coupe en brosse juste parce que leur vue et leurs façons nous surprend, on a droit a un regard de haine tellement profond que l’on peut se demander si cette haine de l’homme n’est pas l’élément fondamental et structurant de leur déviance.C’est étrange, ces lesbiennes détestent les hommes alors que les gays aiment les femmes , souvent copines comme cochonnes .