Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le procès Weinstein s’ouvre à New York : 90 victimes, 2 plaignantes

 

Tout le monde connaît ou a entendu parler de « l’affaire Weinstein ». La voici, en deux mots : un gros producteur juif new-yorkais doté d’un sacré pif monte sa boîte de prod cinéma il y a 40 ans avec son frère. Le sens de la persuasion de Harvey conjugué au sens de la gestion de Bob font des deux compères des rafleurs d’Oscars dans les années 90. Le géant Disney rachète leur société (Miramax, contraction du nom de leurs parents Miriam et Max), l’argent coule à flots, plus rien n’arrête le roi du cinéma indépendant, devenu presque roi d’Hollywood. Cette pauvre cloche de Meryl Streep, il y a 3 ans jour pour jour, dans son discours aux Golden Globes (une sorte de soirée pré-Oscars), l’appellera justement « God ». Dieu, tout simplement.

 

Quelques mois plus tard, c’est la débandade : une, puis deux, puis dix, puis cent actrices accusent le magnat d’attouchements, d’agressions sexuelles, de viols, bref, de comportements inappropriés comme disent les puritains d’Amérique. Depuis, Meryl Streep a disparu des radars, dommage collatéral d’un fayotage mal calculé. Et aujourd’hui, mardi 7 janvier 2020 s’ouvre le procès au pénal du roi déchu, que les actrices ont renommé The Pig, Le Porc. La reconnaissance du bas-ventre...

 

 

90 grossophobes féministes rétroactives contre le roi de la transac « rôle contre baise »

Concrètement, sur les 90 gonzesses qui ont subi un truc cochon de la part du Porc (ce qui semble logique), seules deux vont au contact, en l’accusant de viol, ce qui est grave. La défense de Harvey est simple, en apparence : il s’agissait non pas d’agressions sexuelles mais de « transactions » rôle contre sexe, ce dont tout le monde se doute. Au départ, Harvey a été défendu par l’avocat qui a sorti DSK du merdier en 2011, Benjamin Brafman, mais ce dernier a lâché l’affaire.

Maintenant, c’est une femme qui défend Le Porc. Une avocate agressive qui va tenter de démolir les accusations de viol pour lesquelles Harvey risque la prison à vie. Pour le reste, les attouchements, les branlettes, les pipes et les cunnis, l’accusé a provisionné près de 50 millions de dollars, oui, vous avez bien lu, 50 barres. La moitié de cette somme est destinée aux plaignantes qui ne veulent pas mettre leurs histoires de deal « rôle contre baise » sur la place publique, un quart pour les avocats de Harvey ou de ses administrateurs, et un autre quart pour les créanciers des studios Weinstein.

 

JPEG - 73.9 ko
Donna Rotunno, la nouvelle avocate du Porc, se fera un plaisir de déchiqueter les témoignages des plaignantes

 

Le Monde relate les circonstances qui ont amené une des deux plaignantes devant le tribunal :

Weinstein invite la jeune femme à l’accompagner à Paris pour un défilé haute couture, mais elle refuse. « J’avais fait comprendre que je n’étais pas intéressée par quelque chose de romantique ou de sexuel. » À son retour, Weinstein l’invite à son domicile new-yorkais de Soho, elle s’y rend car elle voulait « garder de bonnes relations ».

Le producteur la conduit dans la chambre à coucher. « Il était extrêmement insistant et physiquement imposant. J’ai essayé de me dégager, je lui ai répété d’arrêter, mais ce n’était pas possible », a raconté Mme Haleyi. « Là, il m’a imposé un cunnilingus, alors que j’avais mes règles. Il m’a même enlevé mon tampon. J’étais mortifiée, incrédule et dégoûtée. Je me souviens d’Harvey me disant : tu ne trouves pas qu’on est plus proches, maintenant ? », a raconté, en pleurs, la jeune femme.

Le hic, ce sont les messages envoyés par la plaignante :

Son avocat a cherché à démonter le cas de la seconde accusatrice, en produisant un courriel reçu quatre ans plus tard : « Je t’aime, toujours. Mais je déteste me sentir comme un coup d’un soir. » Les avocats de Weinstein y ont vu la preuve d’une relation consentie.

JPEG - 239.6 ko
On peut être très laid et avoir de très jolies femmes

 

Gros déballage sexuel à prévoir

C’est là où tout va se jouer, d’un point de vue du droit. Le consentement, l’obtention du consentement, la persuasion, les limites de la persuasion masculine et, de l’autre côté, l’innocence ou pas l’innocence féminine, la surprise réelle ou la surprise feinte, jouée, et enfin l’émotion rétroactive, une fois la carrière plus ou moins passée. Pour certaines actrices, ça va être dur de jouer les vierges effarouchées quand on connaît leur CV, mais ne généralisons pas.

Derrière le procès d’un mégaporc, le procès des hommes en général se profile. On sent que ça va barder, balancer ; remontées d’égouts et giclées de boue à prévoir des deux côtés.

 

« Ce prévenu a usé de son argent, de son pouvoir et de sa position pour attirer des jeunes femmes dans des situations où il était capable d’abuser sexuellement d’elles. » (Le procureur Joan Illuzzi-Orbon, lors de l’inculpation d’Harvey le 25 mai 2018)

Dans la besace des plaignantes, un autre argument de poids : le fait que Weinstein, pendant ses années de grandeur, a payé des hommes de main dont des agents du Mossad pour mettre la pression sur les actrices qui lui réclamaient des comptes, ou qui voulaient aller en justice. Certaines ont été menacées, et certaines parmi celles-là ont été voir des journalistes, qui ont eux-mêmes subi des menaces (ce qui implique filatures et écoutes), jusqu’à ce grand article du New York Times d’octobre 2017 qui a tout lâché sur la place publique, et lancé l’affaire. Des infos en partie refilées par le fils du pédophile incestueux Woody Allen et de l’actrice Mia Farrow, Ronan Farrow.

 

JPEG - 218.7 ko
Le tableau de chasse du Porc

 

Porc contre Putes

Le procès Weinstein est celui d’un homme qui a considéré que les actrices étaient prêtes à tout pour un rôle, c’est-à-dire des putes. Le nombre de ses victimes prouve qu’il avait pratiquement raison. Contre des attouchements ou des exhibitions, il leur a obtenu des rôles, et parfois des Oscars de meilleure actrice. Cela en valait-il la peine ? Celles qui se sont fait peloter par Le Porc n’ont dans leur immense majorité pas porté plainte tout de suite, comme si cette pratique était normale. Mais tout le monde était au courant, dans le métier : les actrices connaissent les goûts et les habitudes sexuelles des producteurs, il y va de leur survie professionnelle. Après, il y a celles qui savent promettre sans donner, et celles qui donnent contre une promesse.

L’innocence en la matière sera difficile à prouver : Weinstein arrosait les fêtes (dont celles de Cannes) et tout le monde voulait en être, les actrices au premier chef.
Son chauffeur, Mickaël Chemloul, relate des menaces :

« La mafia viendra te chercher, te foutre dans le coffre, te faire disparaître, et personne ne saura où tu es. »

 

Heureusement, toutes les actrices ne sont pas des putes, et c’est valable aussi pour les acteurs, qui eux ont fort à faire avec les homos ou les pédophiles d’Hollywood. Là aussi existent des filières de préférence à l’embauche ou à l’embroche. Yves Montand a commencé ainsi, et ce n’est pas le seul. La prostitution des acteurs ne date pas d’aujourd’hui, dans un milieu de grandes « libertés » et donc de grandes faveurs sexuelles. Dans le monde de la musique, des producteurs amateurs de jeunes chanteurs ont aussi fait des ravages, mais en France on ne déballe pas son linge sale (ses slips surtout) dans la presse, qui reste très correcte : elle est l’amie des puissants.

 

 

Morale provisoire

Weinstein est dans la merde parce que le mouvement Me Too est parti de ses conneries et lui revient en pleine gueule puissance 100. Oui, mais il est riche, et aux USA ça permet d’éviter les ennuis. Riche, peut-être, mais de moins en moins : ses avocats, ses victimes et leurs avocats vont l’essorer (à la Michael Jackson), et tout ceci risque de se finir en transaction sordide, comme celles que le producteur proposait à ses actrices. Avant, c’était « sexe contre rôle » ; aujourd’hui, c’est « liberté contre fric ».
Finalement, rien ne change au pays du commerce roi où tout s’achète, les femmes comme la liberté.

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

51 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est bizarre cette façon qu’ont les médias de déformer la prononciation de son nom.
    Pourtant on est sur la même base qu’Enstein et ils prononcent "vestine" ou bien "ouestine".
    Allez les gars encore un p’tit effort à force de déformation on finira bien par entendre un truc du genre "durand" ou "dupont".

     

  • Je profite de l’article pour dénoncer l’hypocrisie des actrices françaises : on fait la queue ( sans jeu de mot ) pour défendre Polanski et on inonde twiter d’anecdotes #metoo.

    On accepte de se foutre à poil pour tout et n’importe quoi, de se faire peloter par n’importe qui pour un rôle, de mimer des positions sexuelles dégradantes ( parfois plus que mimées) et on se la joue féministe, représentante d’une femme libre, émancipée de l’image d’objet de sexualisation.

    On pèse 35 kg tout mouillé ( grammes de coke inclus ) et on prétend lutter contre la grossophobie et les violences du diktat de l’apparence féminine, qui entrainent la mort d’adolescentes fragiles.

    On est botoxée à 18 ans et on se la joue vegan, vive le bio, le naturel, l’authentique, sauf dans mes nichons, mes lèvres, mes joues ( et même vous savez où).

    Bref, un monde bien pourri qui joue là son meilleur spectacle " Il était une fois dans l’auge ".

    Pop corn !


  • Et son avocate il l’a faite passer à la casserole ?

     

  • encore un qui semble malade
    un deambulateur soutenant le vice


  • #2358594

    Pour le coup du déambulateur, il doit avoir le même coach que Balkany. Toujours les même ficelles et puis il y aura la pleurniche habituelle...

     

  • Le même mal de dos soudain que Balkany !


  • Je n’en finis plus de rire de voir arriver le roi hollywoodien de la baise avec clap de fin sur ton cul, en déambulateur : le putain de Karma qui te nique les reins...
    Quel monde de putaccia avec le spectateur pour client.

     

    • Mais, l’aspect « pénibilité » de son métier (où le coup de rein à répétition te flingue un mec). Vous y pensez ?
      Autre bon point pour lui, parmi les zanimales de consommation, la diversité le dédouane de racisme.
      Y’a une morale dans tout ça (ricanement)...


  • N est on pas en plein raout communautaire, car ces actrices semblent toutes en être ? J’aimerai connaître leur vrai nom. Dans ce cas , Weinstein était couvert par l’ omerta communautaire depuis toujours. Le meetoo ne devait pas déballer des affaires de famille, malheureusement, ça a dérapé, mais par qui ?


  • Et la jeune anglaise violée par des touristes israëliens à Chypre il y a peu de temps. Ils sont rentrés tranquillement dans leur pays. Voir le Guardian.


  • Avec un déambulatoire : c’est bien un maestro d’Hollywood... :)

    Je crois qu’il va comme prendre perpette pour chaque "coup" : 1000 ans au minimum
    il va finir par revoir ces ancêtres des douze tributs !
    Le mec a connu le Paradis avant l’Enfer pour mieux le "savourer" !



  • Avant, c’était « sexe contre rôle » ; aujourd’hui, c’est « liberté contre fric ».
    Finalement, rien ne change au pays du commerce roi où tout s’achète, les femmes comme la liberté.




    conclusion aux petits oignons, bravo à la rédac


  • Le déambulateur c’est pour amadouer la justice ou c’est parce qu’il s’est assis sur une bouteille de coca ?

     

  • Ces sal*pes éhontées ont accepté de vendre leur sexe pour avoir un rôle à Hollywood, et donc elles se sont joyeusement prostituées pour l’argent et la célébrité. Maintenant elles veulent le faire payer encore plus d’argent. Exactement comme l’a dit Paul Elam il y a quelques mois sur son blog YT (EarForMen) :
    "Men use money to get sex ; women use sex to get money. Sometimes women make men pay an extra price by accusing them of rape and harassment."

     

    • Le plus fou c’est que c’est un as du cinoche et « punaise », la pomme à la con c’est dans leur Génèse : et vu la facilité qu’il y a de choper dans le milieu de l’image (sans même aller jusqu’à Hollywood et ses million$), je ne comprends pas que le type n’ait pas pris de précautions comme que le parano tel que l’on me montrait du doigt à filmer mes séances et autres rdv pour limiter - justement - ce possible retournement de situation.
      J’avoue ne pas me l’expliquer pour ce genre d’énergumène, sauf à se croire au-dessus de tout : pour le coup, c’est perdu...
      Comme pour Epstein et DSK, du reste.


  • Nous on a Maurice B. mais il fait bien pâle figure vis-à-vis de Weinstein.


  • Pour le déambulateur, il l’a acheté avec Balkany, pour avoir un prix de gros...
    On ne se refait pas.
    Oui il a le sens du commerce, et alors ?

     

  • Venir à son procès en déambulateur, j’présume que c’est un dernier tour de piste avant la fermeture du rideau .Parce que là on est carrément dans un jeu de scène .
    Pour violer les filles pendant les castings, il ne devait pas avoir besoin du déambulateur, il devait certainement s’en sortir très bien .
    Rien que de le voir se pointer comme ça, il en prendrait le double .


  • Et sa bite,elle est dans le plâtre ?


  • Le déambulateur, c’est du même acabit que la chutzpah de celui qui avait assassiné son père, et qui demande au juge d’avoir pitié du pauvre orphelin.
    C’est invraisemblable !


  • J’ai une hypothèse pour le déambulateur : son avocat lui aurait conseillé d arrêter toute activité sexuelle avant le procès, il aurait les couilles pleines, et leur poids aurait tendance à le faire basculer vers l’avant.

     

  • le mec est "sexagénaire", ca ne s’invente pas !

     

  • On peut dire ce qu’on veut des states mais au moins là bas il y a aussi une justice pour les puissants !

    En France la justice aux ordres de l’oligarchie n’hésite pas a mettre de la prison ferme a des voleurs de nourriture ou des gilets jaune qui menaceraient directement le pouvoir en place...Par contre, je suis certain qu’un DSK qu’un Carlos Ghon ou qu’un weinstein n’auraient jamais été condamnés dans notre pays de merde !

     

  • #2358972

    C’est pas que je veuille défendre ce richissime pauvre type, mais c’est un peu le bal des hypocrites, toutes ont eu la gloire et l’argent en contrepartie de, soit se faire lécher la touffe, soit le regarder s’astiquer le haricot.

    De plus Asia Argento qui l’accuse de viol, a fait de même sur un type de 20 ans, je crois.

    Et comme dit AS, il en sera finit du harcèlement sexuel quand il y aura vraiment du travail pour tous et c’est pas demain la veille.

    Quelqu’un peut-il me dire si E=MC2 est d’Einstiiiin ou pas ?

     

  • Un autre qui se déclare pâle avant le tribunal !
    Une vraie maladie génétique, faut croire...


  • Ils se repassent le déambulateur entre congénaires appréhendés en fin de parcours, au moment de l’essorage terminal. On pourrait dire qu’ils paraphrasent la vieille expression :’’l’avoir dans le dos’’ ; cette partie du bipède qu’ils ont si activement exploitée chez les autres, durant leur période de virulente nuisance dans l’impunité intégrale. Ici-maintenant on verrait bien un certain Mr. K finir par venir faire un dernier petit tour de piste (de parquet) avec l’accessoire en copropriété. Mais peut-être ce triste endroit du monde est-il trop corrompu pour que cela se produise.. ?


  • Les liens avec le MOSSAD, encore une fois c’est ce qui est le plus important dans cette affaire. Quelle que soit l’issue du procès, le lien est coupé, ce qui signifie, entre autre, une libération d’une partie de l’humanité face à la pieuvre. C’est à mon avis ce qui a été in fine recherché dans cette affaire. La question des actrices est secondaire.
    Cette affaire est une mise en bouche pour les affaires suivantes NEXOM, dont R kelly et puis l’affaire Epstein. En prenant un peu d’altitude, on voit sous nos yeux le drainage du marais. Et ce n’est qu’un début. On commence par des affaires de fesses et on va petit à petit vers les abysses des âmes perdues. Les "révélations" vont être énormes et on nous éduque gentiment vers ce qui, il n’y a seulement 2 ans n’était considéré par des gens honnêtes mais endormis que conspiration. Quant aux pédo satano etc, eux ils savent. Et j’espère qu’ils ont peur.


  • #2359259

    les filles du porno sont plus honnêtes


  • Et alors ? Quand on est vieux, moche, vicieux et obsédé, comment on fait pour baiser ?


  • Les détails sordides relatés par les actrices, vrais ou faux, mais crédibles, mettent en scène un semi-impuissant. Il ne viole pas ces femmes à "proprement" parler mais les convie à le mater, ou se contente de substituts, plutôt humiliants pour la femme.
    Un impuissant complet dans la force de l’âge peut devenir très dangereux. Il déteste les femmes, puisqu’il n’y arrive pas ; il développe des idées sadiques en secret. Cela mène certains d’entre eux au crime.
    Un homme laid et semi-incapacité, comme ce Harvey, n’a pas du tout une "sexualité débridée" mais une mentalité infantile. Son argent lui permet de compenser sa laideur et son semi-handicap. Les jolies femmes, surtout d’un type très européen, sont des jouets pour revanchard et des pions qui lui permettent de ne pas aller jusqu’au crime, au moins tant que les choses fonctionnent comme il l’espère ou en a l’habitude. La menace la plu ignoble n’est jamais loin. Quelques films ont abordé le sujet, de manière ésotérique ou allusive.
    Une actrice, qui joue des rôles, a l’habitude de dissocier sa personne de ces rôles, au point qu’elle en perd facilement le sens moral, le sens d’elle-même. Pour elle, les séances intimes avec Harvey sont un rôle désagréable, mais juste un rôle. Ce n’est que plus tard, l’âge venu, que la tragédie apparaît, l’impression d’avoir perdu un trésor, et que l’impact et la compréhension de l’humiliation resurgit. Elle n’a été qu’un jouet pour malade, jeté, sali.
    Quoi qu’il en soit, l’abus de pouvoir sur le travailleur, la pratique de l’humiliation infligée à autrui méritent une bonne condamnation. Et aller chez un homme à sale réputation quand on est jeune, majeure et belle, mérite aussi un certain mépris, sans plus.


  • Peut être un film là dessus mais dans quelle catégorie le placer, je ne parierais !

    Chiche qu’ils nous fassent : "La liste Weinstein "


  • Ah Hervé Vestine...le meilleur dans son domaine...ne faudrait-il pas dissocier l’homme de son œuvre ?


  • Le déambulateur, on n’y croit pas une seconde... c’est pour se victimiser et pour apitoyer... .


  • #2359438

    au début, j’me suis dit "quel salaud !"

    pis après, j’ai vu la gueule des putes,
    enfin, des plaignantes, des victimes,

    bof...


  • #2359462

    un truc que je ne comprends pas,
    c’est qu’il y a plein d’actrices de porno,
    qui sont bien meilleures que des actrices "traditionnelles"

    et qu’elles ne font pas de Cinéma

    à moins de ranger les gens dans des cases...

    Annika Albrite, par exemple


  • Il devrait y avoir une épreuve "course déambulatoire" aux JO 2020 avec ou sans roulettes, certaines fédérations internationales sont très compétitives. 2 champions sont déjà en lice.



  • Porc contre Putes




    Une forme de P2P avant l’heure...


Commentaires suivants