Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le programme orwellien du passeport vaccinal et l’hypocrisie du "contrat social"

Il y a une question fondamentale qui doit être posée lors de l’examen de la question du passeport vaccinal, et ce que je constate, c’est que presque personne dans les médias dominants ne s’y attaque directement. Cette question est la suivante :

Est-il légalement et moralement acceptable de restreindre les droits et l’accès économique des personnes afin de les forcer à se soumettre à un « vaccin » expérimental, ou à toute autre procédure médicale ?

En outre, qui décide des procédures médicales qu’il est acceptable d’appliquer ? Qui peut être le superviseur tout puissant et bienveillant du parcours de santé de chaque être humain ? Je pose cette question parce que je ne pense pas que beaucoup de gens réalisent les répercussions futures de permettre aux gouvernements ou aux entreprises (qui sont fortement entremêlés de nos jours) de dicter les vaccinations Covid. Cela ne s’arrête pas là ; en fait, nous n’avons aucune idée d’où cela s’arrête une fois que la boîte de Pandore est ouverte.

Par exemple, le principal argument du culte Covid et de l’establishment en faveur des passeports vaccinaux est le fantasme du « contrat social ». Ils prétendent que parce que nous « vivons dans une société », tout ce que nous faisons affecte tout le monde d’une manière ou d’une autre, et parce que nous sommes tous interconnectés dans notre « collectif », nous sommes donc redevables à la collectivité. En d’autres termes, la collectivité a le « droit » de microgérer la vie de l’individu car si l’individu est autorisé à prendre ses propres décisions, il pourrait potentiellement causer du tort à l’ensemble du groupe.

Au cas où vous ne seriez pas familier avec cette philosophie, il s’agit d’une extension du collectivisme, et elle est au cœur même de la propagande du passeport vaccinal. Dans le passé, j’ai eu des débats publics avec des collectivistes qui ont essayé de défendre les mérites du « socialisme » et, à chaque fois je dis que si un groupe de personnes veut partir et créer sa propre petite communauté socialiste, il en a parfaitement le droit… tant que c’est VOLONTAIRE. Ensuite, si elle échoue et s’effondre, cela n’a pas d’importance car cela ne m’affecte pas, ni moi ni quiconque n’a pas voulu participer.

Le problème est que ces collectivistes ne saisissent tout simplement pas la notion de volontariat. Ils pensent qu’il faut forcer les gens à faire ce qu’il faut ou à aider les autres, et que ce sont eux qui décident de ce qu’il faut faire et qui reçoit l’aide. Ce sont eux qui décident quelles libertés sont acceptables et quelles libertés ne conviennent pas à leur programme. Quand ils disent « Nous vivons dans une société... », ce qu’ils veulent vraiment dire, c’est « Vous vivez dans NOTRE société, et NOUS allons déterminer ce qui est le mieux pour vous ».

Lorsque je soutiens qu’une communauté collectiviste devrait être volontaire, ils affirment inévitablement que les gens ne s’engageront pas volontairement dans un tel système et qu’il faut donc les forcer à faire ce qui est le mieux pour le « plus grand bien ».

En ce qui concerne les passeports vaccinaux, le contrat social collectiviste est un élément clé. Ils affirment que le fait de ne pas être vacciné n’est pas une liberté personnelle car les personnes non-vaccinées représentent un risque pour la vie de tous les autres. Le contrat social est donc violé car en faisant un choix de vie personnel, vous mettez en danger les droits des autres.

Il est intéressant de noter que le culte Covid est composé de personnes qui n’appliquent pas la même logique à d’autres problèmes de santé comme l’avortement. Je veux dire qu’il n’y a aucune preuve corroborée pour soutenir l’affirmation selon laquelle les personnes non vaccinées sont plus dangereuses pour la vie des autres que les personnes vaccinées, et nous allons y revenir dans un instant. Mais, lorsque nous parlons d’un avortement, nous parlons d’une décision médicale personnelle qui conduit à la mort directe et observable d’un autre être humain innocent ayant ses propres droits. Les avortements mettent fin à la vie de plus de 800 000 personnes à naître par an aux États-Unis, bien plus que ce que le Covid est censé faire.

Le principe « Mon corps, mon choix » ne s’applique apparemment qu’au meurtre de bébés, mais pas aux personnes qui ne veulent pas devenir des cobayes pour un cocktail d’ARNm dont l’innocuité n’est pas prouvée par des tests à long terme.

Imaginez cependant que nous inversions le scénario et appliquions l’argument du « contrat social » au sens large à quelque chose comme les enfants et la population ? Un membre collectiviste/gauchiste du culte du réchauffement climatique pourrait également soutenir que l’avortement devrait être légalement obligatoire, parce que le fait d’avoir un enfant ou « trop d’enfants » augmente les émissions de carbone et met ainsi la société « en danger » encore plus (encore une fois, sans aucune preuve à l’appui). En permettant au récit du « contrat social » de ne pas être contrôlé, nous ouvrons la porte à de nouvelles mesures d’oppression horribles et à un effacement complet de notre autonomie.

Je pense que l’on peut dire que cette idéologie du « contrat social » est très sélective et hypocrite. Le culte Covid ne se soucie pas de sauver des vies, il ne se soucie que de son récit idéologique et du pouvoir de faire en sorte que les gens s’y soumettent. Mais creusons un peu plus le raisonnement derrière la revendication du « contrat social ». Qui meurt réellement à cause des personnes non vaccinées, qui, selon les statistiques nationales sur les vaccins, représentent environ 50 % de la population américaine ?

Le taux moyen de mortalité par infection (IFR) du covid est de seulement 0,26 % selon des dizaines d’études et les propres chiffres du gouvernement. Cela signifie que les personnes non-vaccinées ne représentent même pas une menace lointaine pour 99,7 % de la population. Environ 40 % de tous les décès dus au Covid-19 sont constitués de personnes en maison de retraite présentant des conditions préexistantes, ce qui signifie que nous ne savons pas si elles sont réellement mortes du Covid-19 ou en raison des problèmes de santé dont elles souffraient déjà. Le bassin de personnes susceptibles d’être affectées par les non-vaccinés se réduit de plus en plus...

Et que dire de la contradiction ridicule qui surgit lorsque l’on parle du récit des obligations et du récit du passeport ? Si les masques et les vaccins fonctionnent réellement, alors comment une personne non vaccinée ou non masquée peut-elle constituer une menace pour une personne vaccinée ? Si les vaccins et les masques ne fonctionnent pas, alors pourquoi les utiliser, et pourquoi exiger des vaccinations forcées par le biais de mesures de passeport ?

La propagande dominante affirme que les personnes non vaccinées deviendront en quelque sorte des boîtes de Pétri pour de nouvelles mutations qui nuiront aux personnes vaccinées. Il n’y a aucune preuve à l’appui de cette affirmation. En fait, il y a plus de preuves qui suggèrent que ce sont les personnes vaccinées qui déclencheront les mutations et les variants. Les médias affirment qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter, mais si ce n’est pas le cas, nous ne devrions pas non plus nous inquiéter des mutations qui se développent dans la population non vaccinée, si tant est qu’il y en ait.

Le fait est que de plus en plus de preuves scientifiques démontrent que les vaccins expérimentaux ne sont PAS efficaces et que les personnes non-vaccinées sont en fait plus à l’abri du Covid-19, quelle que soit la variante ou la mutation.

Il est impossible de connaître le nombre réel d’infections aux États-Unis car, selon le CDC, 59 % des personnes qui attrapent le Covid et la propagent sont asymptomatiques. Elles ne savent jamais qu’elles sont infectées et il est donc peu probable qu’elles se soumettent à un test de dépistage. Cela dit, il est clair que des millions d’Américains ont été confrontés au virus et ont maintenant une immunité naturelle contre lui (il se trouve que j’en fais partie). Les élitistes de l’establishment comme Anthony Fauci refusent de reconnaître l’immunité naturelle comme un facteur, et ils disent que SEULES les personnes vaccinées sont qualifiées pour recevoir un passeport. Pourquoi ?

De multiples études sont publiées par des pays ayant un taux de vaccination élevé, comme Israël, qui contredisent complètement le discours de Fauci sur l’immunité naturelle. Israël a un taux de vaccination d’environ 63 % selon les statistiques gouvernementales, mais les preuves scientifiques qu’ils ont publiées montrent que les personnes vaccinées ont 13 à 27 fois plus de risques de contracter le Covid et 8 fois plus de risques d’être hospitalisées par rapport aux personnes qui ont une immunité naturelle. Il semble presque que les vaccins à ARNm rendent les gens PLUS sensibles au virus plutôt que moins sensibles.

Des données récentes publiées par l’État du Massachusetts confirment cette préoccupation. Au cours du mois de juillet, le Massachusetts a signalé au moins 5 100 infections par le Covid, toutes des personnes qui étaient entièrement vaccinées. Plus de 80 d’entre elles sont mortes, ce qui représente un taux de mortalité beaucoup plus élevé que chez les personnes non vaccinées. Dans mon comté de 20 000 habitants, où le taux de vaccination est faible et où le masque n’est pas obligatoire, il n’y a eu au total que 17 décès dus au Covid pendant la première année de la pandémie.

Cela soulève la question : pourquoi prendre le cocktail ARNm ? Qu’y a-t-il à gagner ? Eh bien, il n’y a rien à gagner en termes de sécurité sanitaire. Même si vous faites partie des 0,26 % de personnes exposées au risque de Covid, il est préférable sur le long terme de tenter votre chance avec l’immunité naturelle plutôt que de vous faire vacciner.

La réponse à la question ne concerne pas la santé, mais le refus d’accès. Les gouvernements et leurs partenaires commerciaux essaient de faire en sorte que vous soyez OBLIGÉ de prendre le vaccin pour participer à des activités sociales normales, voire pour garder un emploi. En plus de cela, le processus s’éternise car, chaque année, il y a de nouveaux variants et de nouvelles piqûres de rappel. La seule raison de se faire vacciner est de conserver au moins une poignée de ses libertés et d’éviter la pauvreté et la famine.

C’est ici que nous devons revenir à la question initiale présentée au début de cet article :

Est-il légalement et moralement acceptable de restreindre les droits et l’accès économique des gens afin de les forcer à se soumettre à un « vaccin » expérimental ?

La secte Covid dira que les droits des entreprises privées l’emportent sur les droits individuels et que les entreprises devraient donc être autorisées à discriminer leurs employés en fonction de leur statut vaccinal. Mais encore une fois, ce à quoi nous sommes confrontés dans la plupart des cas, ce ne sont PAS des entreprises privées, mais des conglomérats financés par des renflouements gouvernementaux et qui sont de connivence directe avec les gouvernements pour appliquer l’agenda du passeport. Je dois donc dire que ces entreprises n’ont pas le droit de se nourrir de l’argent des contribuables et de prétendre ensuite qu’elles sont des entités privées qui ont la liberté d’envahir la vie privée des employés et des clients.

Et depuis quand les collectivistes se soucient-ils réellement des droits des entreprises privées, de toute façon ? Encore de l’hypocrisie...

Si nous parlons de petites et moyennes entreprises qui ne sont pas stimulées par le gouvernement, la question devient plus délicate. Dans de nombreux États et autres pays, les entreprises ne font qu’appliquer les passeports parce que, si elles ne le font pas, elles seront punies par le gouvernement. Dans ce cas, l’argument des droits de l’entreprise privée tombe à l’eau. Le culte Covid ne respecte l’indépendance des entreprises que lorsque cela les arrange.

Franchement, ce sont les petites entreprises qui sont les plus touchées par les obligations Covid et les coûts supplémentaires qu’implique la simple application des passeports dans leurs propres établissements vont les ruiner. Tout propriétaire de petite entreprise qui soutient volontairement les règles du passeport doit avoir une envie de mort financière.

En ce qui concerne le gouvernement, la secte Covid prétendra qu’il existe des précédents de la Cour suprême pour l’application légale des vaccinations. Honnêtement, je m’en fiche, et des millions d’autres Américains également. Une bande de grands prêtres en robe noire n’a pas à dicter mes décisions indépendantes en matière de santé ; je prends ces décisions et ils ne peuvent rien y faire. C’est là qu’il faut en venir à la morale et aux principes impliqués – La vie des autres n’est en rien affectée par ma décision de refuser de me conformer aux passeports vaccinaux. Et ce n’est pas parce qu’un groupe de personnes a des peurs irrationnelles face à la menace du Covid qu’il faut exiger des personnes ayant plus de discernement sur les faits qu’elles les fassent se « sentir mieux » ou se sentir plus en sécurité.

La ligne de fond est la suivante : nos libertés sont plus importantes que vos peurs paranoïaques, et nous ne nous y plierons pas. Nous ne souscrivons pas à votre faux contrat social, et vous n’êtes pas en position de dicter les termes de notre « société ». Vous n’aimez pas ça ? Vous êtes plus qu’invité à quitter le pays et à créer une utopie vaccinale ailleurs. Nous verrons comment cela fonctionnera pour vous à long terme.

Brandon Smith

 

Du même auteur, sur E&R :

 
 






Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • En 1928, le juif Edward Bernays, publie "Propaganda : Comment manipuler l’opinion en démocratie".

    Tout le reste c’est du bla bla.

     

    Répondre à ce message

  • #2812501

    " Le principe « Mon corps, mon choix » ne s’applique apparemment qu’au meurtre de bébés "

    Oui ... ils se gargarisent avec cette formule pour tenter de justifier leurs actes démoniaques , mais en plus ( et vous en êtes bien conscient ... je n’en doute pas ) il s’agit du corps du bébé dont il est question , et qui disparaîtra ... écartelé et démembré ... pendant qu’ils nous rabâchent leurs d’amalgames foireux ...

     

    Répondre à ce message

  • #2812546
    Le 20 septembre à 19:24 par Inoculateur précoce
    Le programme orwellien du passeport vaccinal et l’hypocrisie du "contrat (...)

    "Ma liberté ne s’arrête pas ou commence ta trouille" ! A dire et redire aux covidiots, vacciputes, et covidordures !

     

    Répondre à ce message

  • #2812603

    il y a un "contract social" ?

    je n’ai jamais rien signé.

    "les representants du peuple l’ont signé pour nous"

    mais qui a donné aux députés un mandat, une procuration pour signer quelque chose en notre nom ? personne. c’est un contrat unilateral. c’est donc ce qu’en droit on apelle un dol.

    au fait qui a donné mandat aux députés (le tiers état les represantants de la bourgeoisie) de representer qui que se soit ou d’écrire une constitution ?

    personne.

    ils se sont només eux memes representants du peuple lors du serment du jeu de paume. ca s’appelle un coup d’état.

     

    Répondre à ce message

  • Un peu ce que j’ai dit à mon frère qui me tannait pour que je me fasse piquer : "personne n’aura ma peur !"

     

    Répondre à ce message

  • Comment je l’ai déjà dit il y a une faille logique et morale dans notre manière d’appréhender les rapports de l’individu au groupe .
    Il est communément accepter que l’intérêt du groupe prime sur l’individu et que la mort d’un individu est moins grave que celles de plusieurs, voir même qu’il est légitime de sacrifier un individu pour en sauver plusieurs .
    L’implication de ce type de raisonnement et que pour ce faire il faut accepter l’idée qu’un individu ait une valeur finie (indéfinie, mais cependant finie) .
    Ce qui a une valeur fini est une marchandise, et en acceptant ce principe on accepte que l’homme soit considérer comme une marchandise .
    Par contre, si l’on postule que l’homme n’a pas de valeur finie (donc infinie) alors on ne peut plus faire ce type de raisonnement, car deux, mille, un milliard de fois l’infini, n’est jamais plus grand que l’infini .
    Beaucoup croit qu’il faut se battre contre les "autres", mais le ver est dans le fruit, le ver est en nous ... le combat est d’abord intérieur, si l’on souhaite un monde meilleur !

     

    Répondre à ce message

  • tout cela n’a qu’un but, le transhumanisme et pour y arriver le passeport vaccinal ou le pass sanitaire sont un passage obligé pour imposer le fichage génomique et le traçage géographique à toute la population : la stratégie est simple et connue et promue par big pharma, le monde de l’assurance et les gafas : ils appellent çà la médecine personnalisée,
    par exemple, au hasard, sur le site des laboratoires Roche, il suffit de lire un tout petit peu entre les lignes pour comprendre le but réel.
    ils décident et veulent notre bien malgré nous :
    https://www.roche.fr/fr/pharma/mede...
    Et on a le même genre de délire à la fondation Gates ou à l’OMS

     

    Répondre à ce message

  • #2813279

    Apparemment personne ici n’a pris la peine de lire le contrat social de Rousseau.
    Le contrat social est l’étape ultérieure à l’état de nature où les droits naturels de chacun s’affrontaient. C’est donc un contrat tacite pour désigner un pouvoir souverain. Lorsque le corps social s’affaiblit (par exemple quand certains de ses membres abandonnent une partie de leur volonté propre) alors que le pouvoir se renforce, il y a rupture ou caducité du contrat, le pouvoir est alors naturellement en droit de considérer ses sujets comme irresponsables voire objets non volitifs. C’est exactement ce qu’il se passe avec la vaccination, si vous vous faites piquer contre votre volonté, vous rompez de facto le contrat et autorisez le pouvoir à vous réifier juridiquement.
    Le pouvoir n’est pas la partie qui romps le contrat puisque c’est un membre du corps.

     

    Répondre à ce message

  • #2813285

    Si on commence par l’origine, le contrat social est rompu et annulé pour les membres du corps qui abandonnent à autrui (à des membres d’un autre corps, voire d’une autre nature ?) le pouvoir d’exercer leur souveraineté mutuelle selon leurs volontés individuelles.
    Ça remonte loin avant l’union européenne l’empire et le vaccin NOM qui eux s’attaquent plus à la notion même de "civilisation" que de société ou démocratie.

     

    Répondre à ce message

  • #2813288
    Le 22 septembre à 04:42 par Jérôme Martyre Dr en pleurnichouille
    Le programme orwellien du passeport vaccinal et l’hypocrisie du "contrat (...)

    Brazil de Terry Gilliam 1985
    A revoir

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents