Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le rôle des injections à base d’ARNm dans les décès post-vaccination révélé par des autopsies

Ce texte est un résumé écrit des présentations des docteurs Bhakdi et Burkhardt lors du symposium Doctors for COVID Ethics qui a été diffusé en direct par UKColumn le 10 décembre 2021.

 

Les preuves

Nous présentons ici des preuves scientifiques qui devraient provoquer l’arrêt immédiat de l’utilisation des vaccins génétiques Covid-19. Nous expliquons d’abord pourquoi ces agents ne peuvent pas protéger contre les infections virales. Alors qu’aucun effet positif ne peut en être attendu, nous montrons que les vaccins peuvent déclencher des processus autodestructeurs qui conduisent à des maladies débilitantes et à la mort.

 

Pourquoi les vaccins ne peuvent pas protéger contre l’infection

Une erreur fondamentale à la base du développement des vaccins Covid-19 a été de négliger la distinction fonctionnelle entre les deux grandes catégories d’anticorps que le corps produit pour se protéger des microbes pathogènes.

La première catégorie (IgA sécrétoire) est produite par les cellules immunitaires (lymphocytes) qui sont situées directement sous les muqueuses qui recouvrent les voies respiratoires et intestinales. Les anticorps produits par ces lymphocytes sont sécrétés à travers et à la surface des muqueuses.

Ces anticorps sont donc sur place pour rencontrer les virus transmis par l’air, et ils peuvent être en mesure d’empêcher la liaison virale et l’infection des cellules.

La deuxième catégorie d’anticorps (IgG et IgA circulants) se trouve dans la circulation sanguine. Ces anticorps protègent les organes internes de l’organisme contre les agents infectieux qui tentent de se propager via la circulation sanguine.

Les vaccins qui sont injectés dans le muscle – c’est-à-dire à l’intérieur du corps – n’induiront que des IgG et des IgA circulantes, et non des IgA sécrétoires. De tels anticorps ne peuvent pas et ne protégeront pas efficacement les muqueuses de l’infection par le SARS-CoV-2. Par conséquent, les « percées infectieuses » actuellement observées chez les personnes vaccinées ne font que confirmer les défauts de conception fondamentaux des vaccins.

Les mesures d’anticorps dans le sang ne peuvent jamais fournir d’informations sur l’état réel de l’immunité contre l’infection des voies respiratoires.

L’incapacité des anticorps induits par le vaccin à prévenir les infections par coronavirus a été signalée dans des publications scientifiques récentes.

 

Les vaccins peuvent déclencher une autodestruction

Une infection naturelle par le SARS-CoV-2 (coronavirus) reste, chez la plupart des individus, localisée aux voies respiratoires. En revanche, les vaccins amènent les cellules situées au plus profond de notre organisme à exprimer la protéine de pointe virale, ce qui n’était pas prévu par la nature. Toute cellule qui exprime cet antigène étranger sera attaquée par le système immunitaire, qui fera intervenir à la fois des anticorps IgG et des lymphocytes T cytotoxiques. Cela peut se produire dans n’importe quel organe. Nous constatons aujourd’hui que le cœur est touché chez de nombreux jeunes, ce qui entraîne une myocardite, voire un arrêt cardiaque soudain et la mort. Comment et pourquoi de telles tragédies pourraient être liés à la vaccination sont restés des conjectures, faute de preuves scientifiques. Cette situation est maintenant rectifiée.

 

Études histopathologiques : les patients

Des analyses histopathologiques ont été réalisées sur les organes de 15 personnes décédées après la vaccination.

L’âge, le sexe, le carnet de vaccination et le moment du décès après l’injection de chaque patient sont indiqués dans le tableau de la page suivante. Les points suivants sont de la plus haute importance :

- Avant le décès, seuls 4 des 15 patients avaient été traités dans une unité de soins intensifs pendant plus de 2 jours. La majorité d’entre eux n’ont pas été hospitalisés et sont décédés chez eux (5), dans la rue (1), au travail (1), dans la voiture (1) ou dans un service de soins (1). Par conséquent, dans la plupart des cas, il est peu probable que l’intervention thérapeutique ait influencé de manière significative les résultats post-mortem.

- Pas un seul de ces décès n’a été imputé à la vaccination par le coroner ou le procureur général ; cette relation n’a été établie que par les résultats de notre autopsie.

- Les autopsies conventionnelles réalisées en premier lieu n’avait pas non plus révélé d’indices évidents d’un rôle possible de la vaccination, puisque seul l’aspect macroscopique des organes était observé, sans aller dans le détail. Dans la plupart des cas, une « insuffisance cardiaque rythmogène » a été indiquée comme cause du décès.

Mais nos analyses histopathologiques ultérieures ont ensuite montré un résultat totalement différent. Voici un résumé des résultats fondamentaux.

Cas / Sexe / Age (années) / Vaccin (injections) / intervalle entre le décès et la dernière injection

1. femme. 82. Moderna (1. et 2.). 37 jours
2. homme. 72. Pfizer (1.). 31 jours
3. femme. 95. Moderna (1. et 2.). 68 jours
4. femme. 73. Pfizer (1.). inconnu
5. homme. 54. Janssen (1.). 65 jours
6. femme. 55. Pfizer (1. et 2.). 11 jours
7. homme. 56. Pfizer (1. et 2.). 8 jours
8. homme. 80. Pfizer (1. et 2.). 37 jours
9. femme. 89. Inconnu (1. et 2.). 6 mois
10. femme. 81. Inconnu (1. et 2.). inconnu
11. homme. 64. AstraZeneca (1. et 2.). 7 jours
12. femme. 71. Pfizer (1. et 2.). 20 jours
13. homme. 28. AstraZeneca (1.), Pfizer (2.). 4 semaines
14. homme. 78. Pfizer (1. et 2.). 65 jours
15. femme. 60. Pfizer (1.). 23 jours

 

Études histopathologiques : résultats

Des résultats histopathologiques de nature similaire ont été détectés dans les organes de 14 des 15 personnes décédées. Les organes les plus fréquemment touchés étaient le cœur (14 cas sur 15) et le poumon (13 cas sur 15). Des altérations pathologiques ont en outre été observées dans le foie (2 cas), la glande thyroïde (thyroïdite de Hashimoto, 2 cas), les glandes salivaires (syndrome de Sjögren, 2 cas) et le cerveau (2 cas).

Un certain nombre d’aspects saillants ont dominé dans tous les tissus affectés de tous les cas :

- événements inflammatoires dans les petits vaisseaux sanguins (endothéliite), caractérisés par une abondance de lymphocytes T et de cellules endothéliales mortes séquestrées dans la paroi du vaisseau ;
- l’accumulation périvasculaire extensive de lymphocytes T ;
- une infiltration lymphocytaire massive de lymphocytes T dans les organes ou tissus non lymphatiques environnants.

L’infiltration lymphocytaire est parfois associée à une activation lymphocytaire intense et à la formation de follicules. Lorsque ces phénomènes étaient présents, ils s’accompagnaient généralement d’une destruction tissulaire.

Cette combinaison de pathologie multifocale, dominée par les lymphocytes T, qui reflète clairement le processus d’auto-attaque immunologique, est sans précédent. Comme la vaccination était le seul dénominateur commun à tous les cas, il ne fait aucun doute qu’elle a été le déclencheur de l’autodestruction chez ces personnes décédées.

 

Conclusion

L’analyse histopathologique montre des preuves claires d’une pathologie de type auto-immune induite par le vaccin dans plusieurs organes. Il est évident que l’on doit s’attendre à ce qu’une myriade d’événements indésirables dérivant de tels processus d’auto-attaque se produise très fréquemment chez tous les individus, en particulier après des injections de rappel.

Sans aucun doute, l’injection de vaccins génétiques Covid-19 met des vies en danger de maladie et de mort. Nous notons que tant les vaccins à base d’ARNm que de vecteurs sont représentés parmi ces cas, ainsi que les quatre principaux fabricants.

 

Les auteurs

Le Dr Bhakdi a passé sa vie à pratiquer, enseigner et rechercher la microbiologie médicale et les maladies infectieuses. Il a présidé l’Institut de microbiologie médicale et d’hygiène de l’Université Johannes Gutenberg de Mayence, en Allemagne, de 1990 jusqu’à sa retraite en 2012. Il a publié plus de 300 articles de recherche dans les domaines de l’immunologie, de la bactériologie, de la virologie et de la parasitologie. Il a été rédacteur en chef de Medical Microbiology and Immunology, l’une des premières revues scientifiques de ce domaine, fondée par Robert Koch en 1887.

Le Dr Arne Burkhardt est un pathologiste qui a enseigné aux universités de Hambourg, Berne et Tübingen. Il a été invité comme professeur invité/visiteur au Japon (Nihon University), aux États-Unis (Brookhaven National Institute), en Europe, en Corée, en Suède, en Malaisie et en Turquie. Il a dirigé l’Institut de pathologie de Reutlingen pendant 18 ans. Par la suite, il a exercé en tant que pathologiste indépendant avec des contrats de consultation avec des laboratoires aux États-Unis. Burkhardt a publié plus de 150 articles dans des revues scientifiques allemandes et internationales ainsi que des contributions à des manuels en allemand, en anglais et en japonais. Pendant de nombreuses années, il a audité et certifié des instituts de pathologie en Allemagne.

 

Les dangers des injections anti-covid, sur E&R :

 






Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Ça reste un petit nombre de décès, au final ; et je ne crois pas à un empoisonnement prémédité des vaccins—car ça impliquerait d’empoisonner tout le monde, y compris les gens à fort QI…
    Le pass sanitaire est l’autre nom du passeport européen, censé liquider à terme les papiers d’identité nationaux…

     

    Répondre à ce message

    • Pas du tout, car il y a de nombreux placebos, et probablement différents dosages du poison vaccinal également.

       
    • Vous dites petit nombre de décès ? Plus de 30000 recensés par l’Eudravigilance sans compter les milliers d’effets indésirables dont des très graves qui laissent les gens sur le carreau et quand on sait que les remontés à la pharmacovigilance sont de 5 à 10% seulement je vous laisse faire le compte. En Amérique ils ont comptés au bas mot 500 000 morts niveau calcul à partir du VAERS dont on a appris que des chiffres avaient été effacés.
      Je crois que l’on est en pleine catastrophe suite à ces injections et on va peut être dépasser celle de 1918/1919 baptisée "grippe espagnole" alors que c’est le résultat d’une expérimentation vaccinale par un certain Dr. Gate à la demande d’un Rockfeller
      Voir ici : https://advitae.net/articles-sante/...
      Et là : https://cogiito.com/a-la-une/la-gri...
      Je pense que le coronacircus est un remake de cette fausse grippe qui n’était qu’un plan de dépopulation.

       
    • Je suis de l’avis de Titus (placébo probable, et modulation de l’agressivité du dosage). Mais ce n’est pas incompatible avec le schéma du passeport imposé, avec une stratégie en tenaille :

      - une fois acquis le principe des "rappels" récurrents pour re-valider le pass, le principe de la pandémie éternelle devient facile : à chaque besoin pour le pouvoir de resserrer le contrôle, on agite médiatiquement l’arrivée d’un nouveau variant tout en utilisant pour les rappels en cours des dosages plus agressifs, et les surplus de mortalités qui en découlent sont attribués à cette nouvelle flambée épidémique. Ca reste même cohérent avec le narratif concernant la baisse d’efficacité des doses sur la fin de période immunogène (prétendue) de 3 mois, puisque les victimes seront celles qui se feront administrer les rappels pour renouveller la "protection".
      - ces moissons de victimes serviront dans l’autre sens à renforcer le discours sur l’importance des rappels, éventuellement encore plus rapprochés, et/ou spécifiques à ces nouveaux variants.

      Certains ont évoqué une hypothèses assez osée sur d’amorçage de la pandémie : l’usage ponctuel d’armes biologiques sur quelques foyers, conjointement avec la montée en puissance du narratif chinois : notamment Iran, Italie et New York...

      Maintenant qu’une plateforme d’injection est en place dans de nombreux pays, cela peut fournir le vecteur idéal pour "moduler" à la demande la "pandémie" et la peur engendrée.

       
    • La caste n’en a rien à foutre des gens à fort QI ! Ils ont besoin d’esclaves à QI 70, donc t’as rien à craindre !

       
    • L’oligarchie satanistes au pouvoir n’a que faire des gens à fort QI dans leur NOM.
      Ce n’est pas un critère de sélection.
      Ils ont simplement expérimenté que sur 7 personnes injectés, 4 en mourraient , au plus tard dans les 3 ans.
      Donc quand ils auront picqousé 67 millions de français, il n’en restera plus que 40 millions en 2025 ce qui correspond au prévision Deagel .

      Évidemment, les survivants auront tous l’identité numérique ( marque de la bête ).

       
    • je suis médecin et je peux vous dire que des décès vaccination il y en a. Quand vous n’avez plus aucune place libre en funérarium sur 50 km à la ronde forcément vous discutez avec le personnel qui y travaille pour savoir ce qu’il se passe. Je pense de plus en plus qu’en fait chaque vaccin est fait pour vous tuer dans un temps différent comme cela les gens ne meurent pas tous en même temps. Mais ce vaccin tue c’est une certitude, tout de suite ou plus tard.

       
    • Génial, j’ai fait un grand commentaire avec des sources et on ne m’a pas passé les deux commentaires. Pourtant je ne faisais que fournir des sources vidéos qui prête à réflexion. Quoi qu’il en soit je vous renvoie à des recherches plus approfondi concernant l’empoisonnement concernant les vaccins, il y a bien un empoisonnement concernant les vaccins mais pas que. Il y a aussi le fait que chaque vacciné fournit des quantités de données qui sont bien rassemblé quelque part à des fins d’exploitation.

       
    • Bonjour, je vous trouve bien Naïf mon cher Par !, ;). un fort QI est parfaitement inutile voir dangereux si son esprit n’est pas conforme au système mis en place par l’oligarchie. Ils n’ont besoin que d’un groupe d’individus parfaitement conformes et un " petit nombre" suffira... pour s’assurer d’un controle total. L’ensemble des activités humaines seront contrôlées par les IA, Le reste doit finir en "Soleil Vert". Fort QI ou pas...

       
    • A Titus et les autres….
      Pour empoisonner et/ou stériliser la population, le système aurait pu le faire de façon plus discrète…ainsi nos bambins reçoivent 11 vaccins de leur naissance à leur adolescence —pourquoi dès lors s’emmerder à créer tout ce cirque vaccinal ? Pareil pour les vieux : suffit de diminuer chimiquement l’efficacité de certains médocs pour que…vous devinez la suite.

      Et, j’aurais dû commencer par là, rien ne prouve que nous soyons 7 milliards sur terre ( surtout que le système insiste avec ce chiffre )..

       
    • Foutonsleursurlagueule….
      Le système aura toujours besoin de gens intelligents et créatifs pour renouveler et moderniser le capitalisme ! Le vaccin mortel, tel que présenté par toi, tuerait indistinctement les gens les plus médiocres comme les plus brillants : ce n’est pas très cohérent…
      La dépression, la malbouffe, l’insécurité sociale et professionnelle, la contraception et le féminisme radical suffisent à limiter la population et même à la faire baisser —ca Commence déjà en Occident…

       
    • Si le "système" ne tue que ceux qui adhèrent à sa propagande, quelque part c’est de bon aloi.
      On ne va pas leur dire que faire de leurs moutons/cochons.

      LA publicité (au sens large) nous a emmenés là, si elle nous en sort, tant mieux pour elle.
      Elle n’aura pas été totalement inutile/malfaisante (quoique).

       
    • @ !

      En quoi la vaccination à la naissance est plus discrète que la vacination anti-covid ?
      Les bénéfices pour le pouvoir du covidisme sont multiples. Le principal à mon avis est la domestication des gens. Si le pouvoir a accès à la circulation sanguine de toute une population, il peut lui injecter ce qu’il veut et obtenir son consentement pour tout.

       
    • @ ! cela ne sert à rien de chercher une solution rationelle à tout problème,l’humain moyen n’est pas un animal rationnel ni cartésien,et ces monstres sataniques et pédophiles gavés de drogues et d’adénochrome le sont encore moins que la moyenne...
      Ils n’ont besoin que d’IA,de robots et de 20% de larbins pour continuer à mener grand train...
      Les probabiltés statistiques informatiques et la robotisation accrue de ces dernières années ont mis dans la tête d’une poignée de milliardaires anglo-saxons que la recrudescence exponentielle des gueux et des pauvres finiraient par devenir un jour pour eux,leurs richesses et leurs potentiels de nuisance,un gros problème:tout ce à quoi nous assistons impuissants aujourd’hui a été planifié depuis au moins 20 ans.

       
    • mais le Qi c’est proportionnel si 999 gueux meurent pour seulement 1 génie étant donne que la population est réduite tu aura aussi moins besoin de personnes intelligentes, moins d’ingénieurs, moins de médecins etc. logique non ? Perso dans mon entourage ceux qui ont fait de grands études, donc ingénieur, expert comptable ont 30 ans et sont les plus lobotomises, covidistes a fond ca ramène des tests du travail pour tester tout le monde avant le réveillon, réchauffement climatique, théorie du genre tout ce que tu veux, les plus complotistes même si vaccines ont 50-60 et sont nettoyeurs...

       
    • Vaccins, vaccinés, vaccinations ? C’est une injection autre que ce que nous avons connus, maintenant, elle ( l’injection )serait même efficace seulement dix semaines, alors, s’il vous plaît ! Essayez d’arrêter votre ancien logiciel, quatrième révolution industrielle, mise en place d’un système de contrôle absolu, arn messenger, et sûrement depopulation, ce n’est plus le cadre de ce qu’était ce que l’on appelait vaccination. Ils nous font passer dans un nouveau monde.

       
  • Pour compléter et recouper , voir " jérémie mercier et Benoit ocsh " sur crowdbunker ...Un médecin luxembourgeois informe des résultats trouvés chez (certains de ) ses patients vaccinés après les avoir amenés à effectuer des prises de sang.
    Egalement , suite à la question "pourquoi certains ont des effets secondaires et d’autres pas " le Dr Jane Ruby toujours sur crowdbunker.( explication en 3 min.)
    A diffuser largement auprès de tous les covidiots.

     

    Répondre à ce message

  • Une obligation d’injection de masses comme jamais auparavant, d’un produit nouveau qui s’attaque aux gènes de l’être humain et qui n’en est qu’au stade d’expérimentation... c’est suspect normalement... ça sent le gaz je dirais même... l’invitation à prendre une bonne douche pour tout le monde peut-être ?

     

    Répondre à ce message

  • Curieux de lire le "fact-checking" de France info, s’ils traitent cet article évidemment. L’étau se ressert autour des peuples à mesure que la vérité éclate ça et là.

     

    Répondre à ce message

  • J’ai visionné une partie du contenu en vidéo [1].

    Je cite un extrait de la conclusion de l’article qui nous est proposé dans la présente page (la mise en gras est de moi) :



    L’analyse histopathologique montre des preuves claires d’une pathologie de type auto-immune induite par le vaccin dans plusieurs organes. Il est évident que l’on doit s’attendre à ce qu’une myriade d’événements indésirables dérivant de tels processus d’auto-attaque se produise très fréquemment chez tous les individus, en particulier après des injections de rappel.



    Voici une information qui n’est pas détaillée dans l’article présenté ici, mais qu’on découvre en écoutant les docteurs Bhakdi et Burkhardt :

    - les lymphocytes T ont un rôle majeur dans la régulation de nombreuses pathologies dormantes, y compris les cancers (des cellules tumorales naissantes sont détruites tous les jours par ces lymphocytes tueurs de cellules) ;
    - la réaction auto-immune post vaccinale qui a été observée implique notamment un affaiblissement du système lymphatiques par la réduction durable du stock de lymphocytes T (selon ma compréhension approximative des explications données, il y a une lutte fratricide entre lymphocytes, certains se retrouvant la cible des autres, et les ganglions lymphatiques, producteurs de ces lymphocytes, se retrouvent durablement affaiblis) ;
    - la réduction de la capacité immunitaire induira l’apparition de nombreuses maladies (certaines mortelles), y compris des maladies jusqu’alors dormantes, chez de nombreux vaccinés, sur le court, le moyen et le long terme.

    [1] L’article publié sur lesakerfrancophone.fr renvoie (dans l’introduction) à une courte vidéo (durée 16:37). Le Dr Bhakdi y vulgarise le propos en anglais (pour une part outrancièrement à mon goût, en terme de métaphores militaires pour présenter deux aspects du système immunitaire). En tête dudit article, un lien est fourni vers la source (PDF en anglais) sur doctors4covidethics.org. Cette source fournit un lien (dans l’introduction, derrière le libellé « the video recording ») vers une page du même site exposant une vidéo (durée 3:58:24) hébergée sur Rumble. Les docteurs Bhakdi et Burkhardt s’y expriment (en anglais) de 8:28 à 49:57.

     

    Répondre à ce message

  • Bizarre ! Pas un mot sur le graphene dans ces autopsies.

     

    Répondre à ce message

  • Et si le vaccin anti covid était le vaccin de la future pandémie dont bill Gates et Sarah Gilbert (Astrazeneka) nous menace ?

    Ça serait le complot parfait dans le sens où les non vacciner seraient les rebelles d’occident ainsi que les populations les plus pauvres du tiers monde. En plus de ça que ce soit les miséreux d’Afrique et d’Inde tout le monde s’en fout de même que les complotistes (toutes façons ils étaient antivax) qui s’apparentent souvent aux inutiles de Laurent Alexandre....

    Ainsi l’oligarchie conserverait uniquement les populations les plus dociles, utiles, avec un système immunitaire défaillant donc obligés de rester sage pour avoir sa dose comme un patient du sida à besoin de sa trithérapie. Les pays les plus pauvres n’auront pas eu leurs doses à cause du manque coopération au niveau international, donnerai naissance à un gouvernement mondial (politique/économique/sanitaire) qui ne laisserai aux Etats devenu des états fédéraux que peu de pouvoir.

    Patience bientôt on sera tous fixé...

     

    Répondre à ce message

  • Comme dit le Veran allemand : à la fin de l’hiver vous serez soit vaccinés, soit morts ! Fumier !

     

    Répondre à ce message

  • [ Recherche des publications scientifiques du Dr Arne Burkhardt ]

    [ 1/2 ]

    Préambule : j’ai cherché à confirmer les allégations scientifiques du Dr Arne Burkhardt par la recherche de sources scientifiques primaires. Je fais état ici de mes recherches. Je fais références aux allégations qui sont dans l’article relayé ici sur E&R (source originelle en anglais publiée sur Doctors4CovidEthics.org), à savoir l’inefficacité des pseudo-vaccins par conception, la réaction pathogénique auto-immune, ainsi que (ce n’est par rapporté dans l’article synthétique partiel, mais dans mon commentaire #2876238 ci-avant) le principe de la baisse de la capacité du système immunitaire, en ce qu’il y a baisse de la capacité de production de lymphocytes T (tueurs de cellules pathogènes).

    La recherche de "Arne Burkhardt" sur Pubmed renvoie 3 réponses, sans lien avec le COVID.

    Sur le dossier COVID et plus spécifiquement les conséquences de la pseudo-vaccination génique expérimentale (en particulier leur inefficacité totale en matière de réduction du risque d’infection et leur rôle pathogénique et létal), il n’a semble-t-il pas publié à cette heure dans des revues à comité de lecture (attention, j’ai regardé essentiellement sur Pubmed et j’ai fait une recherche générique via DuckDuckGo avec le libellé suivant : « "Arne Burkhardt" COVID vaccination scientific medical publication »).

    Cela peut s’expliquer par le fait que ses travaux sont récents, mais cela s’explique à mon avis surtout par le caractère excessivement subversif de ses résultats d’analyse, relativement au narratif officiel manipulateur. Pour s’en convaincre, je propose ces deux sources qui exposent ses travaux — avec notamment l’implication d’autres sommités scientifiques en soutien, dont le Dr Robert W Malone —, incluant le diaporama qu’il a présenté au symposium du 10 décembre 2021 :

    - https://stevekirsch.substack.com/p/...
    - https://rivercitymalone.com/health/...

    ../..

     

    Répondre à ce message

  • [ 2/2 ]

    Je relève par ailleurs qu’une certaine Katrin Burkhardt (mentionnée par le libellé « Burkhardt K. », peut-être une chercheuse de sa famille) est citée comme auteur (parmi d’autres) dans une publication scientifique titrée « Postmortem examination of patients with COVID-19 », publiée le 21 mai 2021, cf. :

    - PMC free article
    - PubMed
    - Google Scholar qui mène à un seul résultat.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents