Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les Bleus et leurs supporters : peut-on être "fiers d’être français" ?

Finkielkraut peut-il embrasser Pogba ?

Disons-le tout net, parlons cash : le problème de l’équipe de France ce n’est pas d’être représentée par 8 Noirs, 3 Arabes et 2 Blancos – ce qui fait hurler les racialistes et ceux qui n’ont jamais touché un ballon – mais c’est, on l’a vu, le problème du maillot national, un problème de fierté, du côté des joueurs et du côté des supporters, et encore plus des non supporters.

 

Charlie Hebdo a été l’un des vecteurs actifs qui ont diffusé dans la population le virus de l’anti-France, la détestation du maillot, des « couleurs », de la Nation. Il n’y a pas qu’eux qui ont participé à cette triste et nuisible entreprise de démolition, mais ils ont leur part. Pour eux, le footballeur est un crétin, et le supporter un demeuré. C’est une vision fausse, antisportive, et imprégnée de ce communautarisme non français qui a longtemps été l’apanage des médias dominants, sous influence, on le sait tous.

Malgré un Zemmour qui aime le foot et la France, sous certaines conditions, le reste de l’intelligentsia a toujours dédaigné ce sport de pauvres, jusqu’à un certain 12 juillet 1998. Mais l’épopée black-blanc-beur n’a pas tout résolu, on le sait : 20 ans plus tard, un Benzema – défendu par Maître Jakubowicz –, pour complaire à son fanatorium sur les réseaux sociaux, crache sur l’hymne national et pleurniche que Deschamps ne veut pas de lui en Bleu. Or si Benzema veut retourner en équipe de France, ce n’est pas par amour du maillot ou de « son » pays, mais bien parce que ça participe de sa valeur marchande.

Heureusement, les « Benzema » ne sont plus très nombreux en équipe de France (EDF) : la plupart des mutins de Knysna ont disparu sous le sable de leur propre connerie. Ribéry a beau envoyer des « Balek » d’Ibiza (« j’m’en bats les couilles » de pas être sélectionné), il a disparu de la circulation et du cœur des Français. Ces derniers ont envie d’aimer leur équipe, de s’y retrouver, et c’est le cas avec la génération des Griezmann, des Varane et des Kanté, des Umtiti, Pogba et Tolisso, Mbappé, Giroud, Fékir, Dembélé. Putain, on dirait les indigènes de la Coloniale !

 

Un nationalisme français interdit jusqu’au fond des chiottes

Aujourd’hui, 80 ans (ou presque) après Vichy, 20 ans après le 12 juillet magique du Stade de France, et 2 ans après la finale perdue contre les Portos lors de l’Euro 2016, les Français réapprennent à aimer leur équipe, leur pays, un amour sans honte, sans regard craintif du côté des associations « antiracistes » qui ont racisé les Français pendant 30 ans sur demande bien spéciale d’une communauté intéressée par la division.

Il est temps, Noirs, Blancs, Arabes et Juifs (du quotidien, n’est-ce pas), tous français, de se rassembler derrière cette équipe et derrière ce pays qui a besoin d’unité car sans unité, pas de force. Finky, cet amoureux du foot, serait capable d’embrasser – symboliquement, n’exagérons pas non plus – un Noir ou un Arabe, même musulman, si la France devient championne du monde le 15 juillet à Moscou ! Ce serait un beau geste de sa part, une sorte de poignée de main historique à la Trump-Kim. Aux Bleus, même noirs, de ne pas décevoir Finky.

Cadeau pour les supporters bleus de l’article qui suit, ces chants de supporters argentins, qui font pas semblant d’être passionnés. Si ça c’est pas du sentiment national, on sait pas ce que c’est.

 

 

Les Bleus, qui sont en réalité de toutes les couleurs, sont des gosses de pauvres qui sont arrivés tout en haut, par leur talent et leur travail. Et ils représentent notre pays. C’est l’alliance du social et du national.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Quand il croque dans son jambon-beurre, Fabien Bonnel ne peut s’empêcher de replonger quelques années en arrière. « Les sandwichs, avant, je les prenais dans la gueule. Avec des canettes. » Vu comme ça, le titre non officiel de meneur, ou capo (« chef », en italien), des supporters de l’équipe de France peut ressembler à une punition. Le meneur des « Irrésistibles Français » (IF) – c’est leur nom – ne parle pourtant que de passion.

 

À 34 ans, il incarne le nouveau visage des suiveurs français présents en Russie, où les Bleus entament leur Coupe du monde face à l’Australie, le 16 juin. La fédé annonce 9 200 billets vendus pour le premier tour. Un contingent faiblard mais, en matière de soutien populaire, l’équipe de France part de très loin. Il n’y a pas si longtemps, les caméras ne se risquaient pas à zoomer sur une tribune clairsemée. Et quand elles lançaient un avis de recherche, Clément d’Antibes, le mythique supporter de 70 ans et son coq Balthazar prenaient toute la lumière. Béret sur la tête, maillot tricolore et cocarde en bandoulière.

[...]

Des arrière-pensées marketing

Pour Ludovic Lestrelin, sociologue à l’université de Caen, cette mue dans les tribunes est le fruit d’un intense travail au sein de la fédération française de football, entrepris après le séisme de Knysna, en 2010. Pour améliorer le capital sympathie du navire amiral et ne pas rebuter les annonceurs, il fallait un public, des drapeaux, des chants. Bref, du bleu-blanc-rouge de partout et des décibels. « Il y a donc eu un travail de structuration avec des arrière-pensées marketing ». À la FFF, un référent supporter est nommé pour la première fois en 2012. Le contrat est clair : il apporte quelques facilités aux associations – dont les « Irrésistibles Français » – qui, en retour, offrent une animation digne de ce nom.

 

[...]

Un problème ultrasensible

En France, la greffe prend peu à peu, mais on ne parlera jamais d’un phénomène de masse. Pour cela, il faudrait que le fossé se résorbe entre les suiveurs de l’équipe de France et ceux des clubs, issus de la mouvance ultra, notamment. « Impossible et impensable », répond Gilles Zamolo, porte-parole d’un groupe ultra niçois. Pour lui, les Tricolores incarnent un mouvement officiel, marketé, qui cultive forcément de bonnes relations avec les dirigeants. Tout ce qu’il exècre, en somme. La philosophie des ultras est d’abord celle d’un contre-pouvoir. Ils s’autofinancent, sont indépendants, créent leurs propres « tifos », conspuent ceux qui ne mouillent pas le maillot et entretiennent une rivalité avec des clubs adverses.

[...]

[...]

Lors du dernier Euro, les IF ont aussi dû se justifier après la reprise du fameux clapping islandais. Une vidéo de 2014 prouve pourtant qu’ils se sont convertis à cette façon d’applaudir depuis longtemps. Mais rien à faire. Ils restent pour beaucoup d’odieux plagiaires, méprisables, à la botte de l’instance fédérale.

 

[...]

L’Algérie et le Portugal plutôt que les Bleus ?

Le repli sur une autre sélection n’est bien sûr pas un phénomène typiquement niçois. Partout sur le territoire, les fans de foot se tournent volontiers vers le pays de leurs parents ou de leurs grands-parents, immigrés de première, deuxième ou même troisième génération. Beaucoup de binationaux soutiennent aussi les deux équipes. En cas de confrontation, le choix se porte parfois sur le drapeau d’origine. Et puis les fidélités peuvent se succéder en fonction des équipes éliminées. Quid, par exemple, des Français qui avaient pour habitude de soutenir la Squadra azzurra qui ne verra pas Moscou cette année ?

En Ile-de-France, le Portugal peut en tout cas compter sur de très sérieuses troupes. L’Algérie possède son lot d’aficionados, notamment à Marseille. Mais qu’en sera-t-il pour cette édition 2018, à laquelle participeront seulement la Tunisie et le Maroc ? Les jeunes Français d’origine maghrébine se retrouveront-ils derrière les Bleus ? Certains continueront-ils d’en vouloir à Deschamps de tenir Benzema écarté de la liste des 23 ? Réponse au cours du mois de juin.

 

« Fier d’être français » ?

En attendant, Fabien Bonnel, lui, est confronté à une autre problématique : convaincre qu’enfiler le maillot bleu-blanc-rouge, c’est assumer son patriotisme, mais que ça ne relève en rien du nationalisme :

« Il faut casser cela. Être cocardier, cela n’a aucun sens politique, s’emporte-t-il. J’aime mon pays et je ne me pose pas la question de savoir si je fais le jeu du FN. Ce n’est pas ce qui m’anime. Après, on est une tribune populaire. Les 20 % de frontistes, les 25 % de macronistes, on les a. Mais on est juste des grands gamins qui veulent kiffer de manière insouciante autour de l’équipe de France. »

Le mois dernier, une nouvelle écharpe a été commercialisée. Avant d’y inscrire le slogan « Fier d’être français », le capo des Bleus avoue s’être arraché ses derniers cheveux. Puis il a tranché.

« Merde, on assume. C’est repris par des personnes de tout bord politique. Certains y voient un aspect raciste. Mais, dans tous les pays, les gens revendiquent leur fierté, et on ne le leur reproche pas. »

Lire l’article entier sur lexpress.fr

Les valeurs françaises ? Défendons-les mordicus !
Lire sur Kontre Kulture

 

Autour de l’équipe de France, sur E&R :

 






Alerter

125 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • @ Ronald mac don old
    Equipe de France 1982
    Gardiens Baratelli Castenada Ettori

    Défenseurs Amoros Lopez Trésor( Guadeloupe)

    Milieux de terrain
    Genghini Platini Larios Tigana

    Attaquants Bellone Soler

    Entraîneur Hidalgo

    Ensuite j’hésite pour l’origine de deux patronymes .

    Beaucoup d’étrangers déjà en 82 , vous n’auriez pas supporté aussi ?

     

    Répondre à ce message

    • La France est un peuple européen de race blanche, de culture Grecque et Latine et de religion Chrétienne, combien de fois faudra t-il le répéter ?

      La plupart des joueurs que vous citez ont des origines Italienne ou Espagnole, dont les us et coutumes sont similaires à celle des Français puisqu’imprégnés de la même essence et dont l’assimilation qui en résulte est telle qu’il est impossible de les dissocier d’un Français dit "de souche". Les prénoms de ces joueurs sont d’ailleurs très révélateurs. (Bernard, Bruno, Michel ect ...).

      Quand le terme Français de souche est employé, il ne fait pas exclusivement référence à nos ancêtres les Gaulois mais également référence à toutes les origines miscibles avec le peuple Français.

      Je vous rappelle que vous êtes sur E&R alors ne vous fatiguez pas avec la langue de bois, ce jeu de dupe ne prend pas ici.

       
    • Voilà dites -le c’est parce qu’ils ne n’ont pas la bonne couleur de peau la bonne religion le bon continent.
      Ces jeunes sont les enfants d’immigrés tout comme ceux de l’immigration italienne portugaise espagnole polonaise ..ces jeunes viennent la plupart de quartiers défavorisés ils ont voulu devenir footballeur ils ont été sélectionnés pour leur talent leurs qualités de jeu .ils n’ont pas été pris parce qu’ils sont issus de la diversité..pour vous il faudrait interdire à ces mômes de faire carrière dans le foot peut -être ?
      Vive la ségrégation alors !

       
    • Pourtant ils ont subi le racisme les italiens ..par des blancs .les polonais aussi .

       
  • Article un peu à côté de la plaque.

    Malgré les millions que peuvent gagner certains joueurs de l’équipe de France, ce sport est au départ massivement un sport de pauvres (quels enfants de riches enverrait-on au casse pipe des sports études qui pour la plus-part ne mènent nulle part et ne permettent pas de retrouver une scolarité brillante par la suite ?). Et les pauvres en France étant tout de même massivement d’anciens ou nouveaux immigrés, il n’est alors pas étonnant qu’ils se retrouvent au plus haut niveau de ce sport par la suite.

    Enfin, je ne sait pas qui sont les 2 blancos cités mais dans l’équipe type du mondial il y aura très certainement lloris, Pavard, Griezmann et Giroud. Sur 11 joueurs ça nous fait donc un bon tiers...

    Cela a déjà été souligné mais les équipes de France des années 80 nous montraient déjà une France issue de l’immigration ouvrière avec les italiens et les espagnols...

    Allez la France quoi qu’on puisse en dire !

     

    Répondre à ce message

  • Il faut arrêter l’hypocrisie tout le monde sait à quoi ressemble un français....,même et surtout en banlieue, C’est là bas que je l’ai appris, j’ai juste mis du temps pour l’accepter.....

     

    Répondre à ce message

  • #1985011

    Quelqu’un peut il imaginer l’équipe de Russie avec 8 joueurs africains sur 11 ?
    Quelqu’un peut il imaginer l’équipe du Sénégal avec 8 joueurs asiatiques sur 11 ?
    Quelqu’un peut il imaginer ce que ressentirait un sénégalais devant son équipe nationale composée quasi exclusivement de joueurs d’origine chinoise ?
    ce sénégalais serait il fier ?
    ce sénégalais s’identifierait il avec Tchang Kwong li et Lee You Shaw ?
    Cette équipe est une farce. Cette équipe est une insulte au peuple français.
    Rappelons que André Dupont blanc chrétien à qui l’état camerounais donnerait un passeport camerounais ne serait jamais considéré comme camerounais par les camerounais ni par les français.

     

    Répondre à ce message

  • #1985031
    Le 13 juin à 15:48 par Français goy autochtone
    Les Bleus et leurs supporters : peut-on être "fiers d’être français" (...)

    Allez la Fronce ! Allez l’Afrance !

    Français véritable, d’origine française, Français indigène, et non pas de papier, je ne reconnais pas du tout la France, charnelle, authentique, la France (française), dans cette équipe censée la représenter. De même, que je ne la trouve pas dans une culture dite "française", d’aujourd’hui, incarnée surtout par des Juifs ... un Finkielkraut, par exemple, ou des rappeurs. S’il y avait, dans l’équipe, quelques joueurs antillais, en nombre non majoritaire, tout de même, ce serait différent, je jugerais que la France serait représentée. Je vois là une équipe africaine et de déracinés. Au lieu de la France, ces joueurs africains devraient jouer pour leurs pays d’Afrique respectifs, et les représenter fièrement, dignement. Vit-on encore le temps des colonies ? Est-ce moral de piller les élites sportives de l’Afrique ? Il semble qu’il n’y a pas eu de vraie décolonisation. Français d’origine française, en considérant le présent de la France, je ne me sens pas fier du tout d’être Français. Nous vivons, en France, une époque de grande humiliation du peuple français autochtone. C’est comme ceci que je le vis.

    Allez-vous me censurer d’avoir exprimé mon point de vue de Français indigène, qui n’est pas ici, du tout, en accord avec la ligne d’ER ? Ceci dit, je vous approuve totalement sur votre critique de la grande domination de la communauté organisée.

     

    Répondre à ce message

    • La ligne d’EetR c’est la réconciliation par la réflexion posée, et votre message bien rédigé offre une si bonne idée de votre opinion qu’il serait impensable de le censurer. J’allais vous répondre que la France possède des territoires où la population est noire, mais vous avez raison, il s’agit surtout d’africains, "pillés" haha. Ce n’est pas la couleur qui gène en fait, c’est l’origine, ça la majorité peut parfaitement le comprendre.
      Point de vue est très clair, merci de l’avoir partagé.

       
  • L’équipe de Fronce 2018 c’est un peu comme ce roman d’Agatha Christie de 1939 ...

     

    Répondre à ce message

  • En football, toutes les équipes de France de U16 à Seniors sont composées à 75 % de Noirs ... Attendez-vous donc à une équipe nationale très typée pendant encore longtemps !

     

    Répondre à ce message

  • Il faut comprendre que cette équipe est de nature idéologique. C’est la selection Républicaine. Et la République n’a pas été faite pour les français.

     

    Répondre à ce message

  • Etre fier d’être français ? Pour du jeu de balle au pied ? Alors que nous devons avoir honte de tout le reste ? Certes les 3 premières raies publiques ont colonisé des populations qui ne l’avaient pas demandé. Si les Pères Blancs et autres missionnaires qui suivaient les armées colonisatrices ont énormément fait pour améliorer leurs vies, il n’en est pas moins vrai que la colonisation a été entreprise pour enrichir une petite (en nombre) minorité "d’hommes d’affaires" ;

    Si donc on doit être fier d’être français pour un jeu de balle, et avoir honte du passé colonial de la France sans donner les noms, prénoms et "pedigrees" de ceux que la colonisation a honteusement enrichis, et dont les enfants aujourd’hui nous parlent de nos torts supposés, afin d’achever de faire disparaitre ce qu’il reste de la France sous un flot de millions d’immigrés, et puisqu’il va bientôt nous être interdit de manger du saucisson et de boire du vin, alors donc, je ne suis plus fier d’être français, et je dirais même plus : aujourd’hui, il n’y a plus que le Royaume de France dont je suis fier, bien tardivement, et du Roi Très-Chrétien dont j’aurais aimé être un sujet (et non citoyen).

     

    Répondre à ce message

  • Pour info, allez voir le court clip officiel de l’EDF produit par Willie Beamen pour la FFF et la Fifa https://www.youtube.com/watch?v=xuO... c’est carrément dégoulinant (de propagande !)

     

    Répondre à ce message

    • merci pour le lien, car je ne l’aurais pas trouvé,étant absolument convaincu comme le prévoyait un écrivain français du XIX ème siècle, que le "sport" n’était déjà (!) tant vanté que pour mieux détourner la population de son histoire, et donc lui interdire de voir son avenir, qui est notre présent à nous.

      A la 43ème seconde, un haut le coeur m’a "obligé" à arrêter la lecture de cette propagande, sans aucun lien avec la réalité, sauf pour ceux qui sont nés sourds et aveugle...

       
Afficher les commentaires précédents