Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les agriculteurs bloquent le périph et le bœuf US arrive

Jacqueries à prévoir

Le gouvernement néolibéral n’a pas fini de se prendre les travailleurs appauvris par sa politique injuste dans la gueule, même en augmentant la répression policière. Le soulèvement des Gilets jaunes va-t-il entraîner des corporations dans la danse ? Les agriculteurs, eux, n’ont pas attendu le 17 novembre 2018 pour exprimer leur colère, tant ils sont sacrifiés sur l’autel de l’européisme et du mondialisme.

 

 

Les cultivateurs souffrent, mais aussi les éleveurs, et les dernières décisions de l’UE ne vont pas arranger leurs affaires et leur niveau de vie. Le 28 novembre 2019, le Parlement européen, complètement soumis aux lobbies des multinationales de toutes sortes, qu’elles soient européennes ou nord-américaines, a validé un accord qui va augmenter les quotas de bœuf US dans nos assiettes.

Heureusement, le Parlement nous rassure en nous disant que le triplement de ces importations (qui passent de 12 000 à 35 000 tonnes) ne concernera que du bœuf de « haute qualité » et « garanti sans hormones ». Mais il n’y a pas que les hormones dans le bœuf US trafiqué ! On sait tous que les Américains n’ont pas les mêmes règles sanitaires que nous, comme le détaille Libération :

« Les adversaires de l’accord dénoncent le label “haute qualité” de cette viande, alors qu’elle est simplement non traitée aux hormones. En effet, l’accord porte sur “l’importation de viande bovine de haute qualité provenant d’animaux non traités avec certaines hormones de croissance”. Comme l’expliquait Aurélie Trouvé, ingénieure agronome et porte-parole d’Attac, à France Info en juin dernier, “la plupart des bêtes qui servent à faire de la viande bovine sont engraissées dans des unités d’engraissement […], nourries essentiellement au maïs OGM et soja OGM, ça sera très compliqué de savoir si elles ont été traitées avec des antibiotiques activateurs de croissance”. Auprès du Monde, Bruno Dufayet, président de la Fédération nationale bovine, regrette : “En fait, ces viandes américaines sont issues de bovins qui ont pu être nourris aux farines de sang de ruminants, aux farines de porc et aux litières de volaille”. »

 

Cette décision qui va encore tendre la corde de survie de nos petits éleveurs, ceux qui se plient à toutes les recommandations sanitaires des autorités de Bruxelles, découle de l’accord entre l’UE, le Canada et les grands pays sud-américains, ceux qui produisent du zébu de très basse qualité et en très haute quantité.

Un eurodéputé, le socialiste Éric Andrieu, a réagi par un communiqué dont voici les grandes lignes :

« En pleine guerre commerciale, le Parlement européen est sur le point de ratifier un accord commercial avec les États-Unis qui permettra aux Américains d’exporter sur le sol européen 35 000 tonnes de bœufs US, soit 3 fois plus qu’aujourd’hui. L’objectif est clair : présenter une offrande à Donald Trump afin d’adoucir ses positions ; les conséquences le sont tout autant : on sacrifie une fois encore l’agriculture européenne. »

« Alors que Trump taxe nos vins, nos fromages, et fait énormément de tort à notre économie, les dirigeants européens augmentent les quotas d’importation de bœuf américain, c’est un non-sens absolu. »

« L’Europe s’était engagée à ne conclure aucune négociation commerciale avec les États-Unis portant sur le volet agricole. Cela avait un sens vu tous les problèmes auxquels nos agriculteurs européens sont confrontés. Visiblement, l’Europe revient sur sa parole et l’agriculture est à nouveau une variable d’ajustement, sacrifiée sur l’autel des marchés. »

« Cet accord prévoit une augmentation des importations européennes de bœufs US, sans frais de douane. Et quelle augmentation : 35 000 tonnes à l’issue de l’accord, contre 17 000 tonnes actuellement, sur un marché européen de la viande bovine déjà totalement saturé. Tous les éleveurs n’y survivraient pas ! »

Qu’on ne se leurre pas : l’éradication de la petite agriculture française sous l’effet de la « libre » concurrence qui est le dogme meurtrier de l’UE, est en marche.

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

92 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Si j’entend bien se monsieur, sans MOSANTO, pas d’agriculture ??
    Ont aient pas sorti de l’auberge §§§§§§§§§§§

     


    • Ont aient pas sorti de l’auberge §§§§§§§§§§§



      On est d’accord...


    • #2334060
      le 02/12/2019 par BRF + Semi-couvert / 1000 m2 = famille 4 pers.
      Les agriculteurs bloquent le périph et le bœuf US arrive

      il dit qu’il a pas le temps de s’intéresser au travail des Bourguignon...


    • Il est clair qu’il n’y a pas de fatalité mais une logique, à savoir que derrière ça et qui n’est pas abordé (les gars défendent fatalement leur modèle) se pose la vraie question selon moi de la surface agricole exploitée. En d’autres termes, il ne faut selon moi pas rêver et la relocalisation ne peut passer que par des surfaces moins importantes. Je crois que l’on ne s’imagine pas le réservoir d’emplois et de marché intérieur, tout ce que les gens achètent plus ou moins contraints en grande distribution et qu’ils se précipiteraient pour acheter plus directement. C’est dans les grandes métropoles que le problème est le plus marqué. C’est un vaste sujet mais qui peut ne pas paraître non plus insurmontable en plus d’être enthousiasmant, sachant que rien de tout cela ne pourra être envisagé sans une reprise en mains politique car il est certain que ce n’est pas avec les politiques compradores qui travaillent contre l’intérêt des populations dont ils sollicitent les suffrages (le plus stupéfiant étant tout de même qu’ils continuent d’en obtenir) que l’on risque d’y arriver. J’espère que ça va vraiment chier et que ce ne sera pas encore un énième coup pour rien éteint par quelques micro-promesses catégorielles histoire de renvoyer tout ce beau monde à son turbin et à son suicide. De toute façon, ça ne peut pas continuer indéfiniment comme ça, les contradictions sont trop maximales.


    • Il faut dire BAYER. Le groupe allemand a acheté Monsanto, il faut donc qu’il assume pleinement.


    • #2334097
      le 02/12/2019 par Identité effacée
      Les agriculteurs bloquent le périph et le bœuf US arrive

      Phiphi,

      Vous avez bien compris, tout ce que vous bouffez c’est de la merde de Monsanto. Ne faites confiance en personne d’autres qu’à vous-même. Faites votre propre potager et n’achetez rien aux autres . Même pas aux agriculteurs qui se disent "bio" car ils redoutent de votre gueule ! Sachez le , l’agriculture bio n’a de bio que le nom.

      5 fruits et légumes par jour ? Oubliez ça aussi !


    • #2334184

      @phiphi le gars parle dans un contexte, où en conventionnel il n’y a pas de rentabilité en dessous de 60 quintaux hectare pour les blés produits en France mais dont le prix ce décide à la bourse de Chicago, prix, qui est fait par le client...
      @Brf + semi couvert/1000m²= famille 4 pers, t’as essayé ? J’attends toujours les résultats...
      Claude Bourguignon, le fils et petit fils de psychiatre, une sœur dans le show biz(manque que le décret de changement de nom...), c’est le type qui tient un discours catastrophiste sur une situation dont ils est le seul à avoir la solution, moyennant monnaie...
      La situation est le fait d’un processus qui commence avec les physiocrates(en gros avant on se contente de ce que Dieu veut bien nous donner.) où on commence à parler d’agriculture, avant c’est de la culture vivrière avec vente d’excédent si il y a. Dès Napoléon les engrais chimiques sont déjà largement répandus et les traitements antifongiques et insecticides se répandent dès la fin du 19ème siècle(arséniate de plomb ou de soude, puis le phosgène...).
      Moins de 2% de la population pour nourrir le reste, ça se fait pas sans un coup de pouce, mais j’ai rien contre le retour de 80% de la population à la terre, ça me fera du monde avec qui causer en connaissance de cause..
      @identité perturbée, fais la bise à Thor et Odin de ma part...


    • #2334588

      @laurent71

      Et vous n’oublier pas de mettre en pratique la religion de votre Seigneur, aime et accueille ton prochain ! Et vos prochains désormais ce sont Mamadou et ses pondeuses, Abdul et son couteau de la paix ainsi que Schlomo et son pantalon à une jambe !
      Amen !
      Version si laurent71 est un athée laïc machin, n’oubliez surtout pas les races n’existent pas , tout les humains sont pareils et se valent du coup quelle différence entre vivre avec 10 millions de Sylvie, Eric ou Jean-Paul et 10 millions de Mamadou, Mohammed ou Fatima ?

      PS je ne suis pas anti-chrétiens, je ne fais qu’utiliser sa propre moquerie !


    • Je ne sais pas ce que vous avez pris @Pierre Loup mais c’est quoi le rapport avec la choucroute ?! À un moment faut se reposer.


    • #2335329

      @Eric
      Je répondais à la moquerie de laurent71 envers Identité effacée !


    • Ah d’accord ! Pour autant, le contenu n’est pas plus compréhensible. Pas grave.


  • Au pays des fourbes les traîtres sont rois


  • Pas un peu bcq Belges les Français ???
    Le boeuf us meilleur du monde garantit sans hormone en mode OGM c’est pas mieux. ET nos éleveurs c’est quoi l’avenir le suicide comme le reste de notre culture.
    NLSO*
    La culture de la haine du peuple à de beaux jours avec de pareille malades mentaux ne respectant que les comptes banquaires.

     

    • "Le boeuf us meilleur du monde garantit sans hormone en mode OGM c’est pas mieux"

      Il n’est pas garanti sans hormone, seulement sans certaines hormones de croissance ! Donc il y aura bien des bêtes traitées avec des hormones

      Extrait de l’article :
      "L’accord porte sur “l’importation de viande bovine de haute qualité provenant d’animaux non traités avec certaines hormones de croissance”.


    • #2338730

      Vive le nouvel ordre mondial. Si personne se révolte demain on est tous morts ou enchaîner pour les servir.


  • "les zones où on ne peut pas traiter deviennent des zones incultivables" :-) ... merde ! comme dirait dieudo. Ben dis donc Monsieur chimie, faudra que j’explique ça à mon grand père qui fumait son potager au crottin, aux agriculteurs bio, à claude et lydia bourguignon ... il faudrait remettre votre logiciel à jour Monsieur. Remettez vous en question.


  • #2334058
    le 02/12/2019 par go back Uncle Sam !
    Les agriculteurs bloquent le périph et le bœuf US arrive

    M’y connais pas trop, mais il me semble que leurs vaches ont une sale gueule !!!


  • Moi je dis à ce Monsieur, cessez de vous battre pour faire de la m...., les américains sont imbattables à ce jeu, passez au bio ... le marché, la demande explose parce que les consommateurs commencent à comprendre en masse la m.... qu’on leur fait manger depuis tant d’années. Ces accords pourraient paradoxalement devenir une chance pour l’agriculture française pour muter vers ça. Poutine l’a compris et a lancé cette mutation en Russie, en se servant des contraintes comme d’un levier ... chez eux ce sont les sanctions.

     

    • Même en non bio, il y a de la très bonne viande française.
      N’oubliez pas que les labels bio, que des officines écolos font payer, ne garantissent pas l’absence de produits phytosanitaires ni l’absence de traitement des bêtes.
      Le choix d’autoriser la bouille bordelaise en bio, par exemple, est très discutable. En fait, on est dans l’arbitraire des ayatollahs verts.
      Remarquez au passage que le triplement de ces importations se produit en même temps que l’offensive vegan... En attendant l’importation de viandes artificielles qui ressembleron, à s’y méprendre, à de la vraie viande ?
      Pour le moment achetons de la viande française et évitons les produits transformés qui contiennent de la viande dont on ne connaît pas la provenance.


  • Bonjour. Je suis aussi un agriculteur mais en bio pour le coup et je ne suis pas d’accord avec cet avis.. absolument pas. Il y a d’autre moyen de production que l’utilisation de produits qui meme a petite dose sont tres dangereux. Et si il a des maladies sur ses cultures c’est justement qu’il faut changer toute cette façon de voir les choses. Monsanto n’est pas la solution. Et de plus tant que les agriculteurs ne mettrons pas en avant le problème du foncier qui est bien plus important que tous, rien ne changera. Il faut qu’ils comprennent que si l’agriculture en est la aujourd’hui, c’est 90% de leur faute voir meme de la generation d’avant c’est a dire celle de nos parents. Combien d’agriculteurs sont tombé parce que leur voisins leurs ont piqués leur terres ? on est mal barré je le pense.

     

    • #2334194

      @paysan, quelle production, quel type de sol, quelle technique, quels rendements, ça m’intéresse vraiment.
      Le foncier, n’est plus le problème actuellement, chez nous si tu veux de la terre, tu peux t’en mettre tout le tour du ventre,
      Le problème, c’est que tout le monde veut de la bonne terre, juste à côté de la grande ville, pour faire du maraîchage étiqueté bio en ayant le bobo sous la main pour lui faire les poches...


    • Bonjour, je suis également paysan bio mais on a peut être tort d’opposer les différents systèmes de production ou de vouloir généraliser l’AB à toute la SAU française en croyant que ça va régler tous les problèmes.
      Par exemple, je m’intéresse beaucoup aux agriculteurs en agriculture de conservation autour de chez moi, qui peuvent mettre en place grâce au glyphosate à faible dose (1,5L/ha) des techniques de semis direct qui font remonter les taux de matière organique de manière spectaculaire tout en divisant par 3 tous les autres intrants. (ne pas oublier que le brevet du glyphosate est tombé dans le domaine public depuis 2015, d’où le lobbying actuel pour une interdiction)
      Même si nous sommes convaincus de la toxicité et de la rémanence de ces molécules, ces paysans ’en transition" vers des systèmes plus vertueux méritent tout de même notre respect et nous avons même beaucoup à apprendre les uns les autres, surtout si nous souhaitons réduire voire supprimer le travail du sol en BIO, qui est selon moi la cause première de la destruction de nos sols.
      Pour ma part, manifester contre des CETA ne sert à rien tant qu’on ne propose pas un modèle agricole en phase avec la société, répondant aux problématiques actuelles.


  • Quand vont-ils comprendre, tous, que Macron ne peut strictement rien faire en l’état actuel d’aliénation du pays à l’Europe ? Le fameux GOPE (disponible en ligne, voir les pages 160 à 165 pour la section "France") indique très clairement les directives obligatoires que chaque pays doit suivre en tout domaine, dont l’agriculture.

    Si Macron n’applique pas ces directives (pondues par une armée de technocrates européens grassement payés pour imposer les exigences des multinationales) il fera l’objet d’une nouvelle cabale habilement orchestrée pour le discréditer auprès du peuple. Donc, Macron fait le boulot qu’on attend de lui et il a été coopté et élu par grosses manipulations pour ça.

    Autre question à laquelle on ne lit jamais de réponse concrète : qu’attendent les français mécontents (je parle des consommateurs) pour boycotter les hypermarchés et les produits transformés ? Il suffirait même que 50 % seulement de la population cesse d’acheter les produits transformés, importés, frelatés, truffés d’additifs proposés dans les hangars de la conso pour masses zombifiées pour que les cours s’effondrent.

    Certes, il y aurait du rodéo dans l’économie, mais qui croit encore qu’un changement radical de mode de vie se fera sans secousse et déstabilisation ? Qui croit que l’on peut combattre la tyrannie des multinationales en pétitionnant et en faisant des manifestations publiques.

    Il n’ont donc toujours pas compris qu’il faut agir, comme l’explique fort bien Francis Cousin, d’une façon radicale, avec courage et en assumant chacun les conséquences sur le pathétique petit confort qui nous a été imposé au fur et à mesure des décennies avec l’objectif précisément d’arriver là où nous en sommes : acculés à une vie d’esclaves qui n’osent même plus envisager de se redresser vraiment.

    Les manifestants n’ont toujours pas pigé non plus que n’importe quel manifestation, fut-elle "monstrueuse", ne fait strictement jamais reculer le système ? Les Gilets Jaunes en sont le dernière preuve concrète. Courageux et tenaces, leur mouvement ne parvient toujours pas à renverser quoi que ce soit. Ils sont les premières victimes de leur propre mouvement. L’Etat dispose toujours de ces institutions (police, services spéciaux, lois iniques votées à dessein...) pour manipuler, retourner et renvoyer dans leur foyer tous les courageux petits soldats qui sortent chaque samedi.

    Il faut juste arrêter de consommer tout et n’importe quand pour que le système s’enraye. C’est ça LA solution.

     

  • #2334074

    Michel Houellebecq a annoncé la révolte des agriculteurs dans son dernier ouvrage, l’excellent "Sérotonine".


  • Cet agriculteur dans son gros tracteur climatisé c’est un représentant de Bayer/monsanto ou quoi ?
    Il nous a fait le coup du nuage de pesticide qui s’arrête à la frontière de la parcelle ?
    Il a regardé les analyses de toute la merde qu’il épand et qui se retrouve dans les habitations dans les potagers, dans l’air et dans l’eau du robinet etc...

    Avec des gens comme ça on peut aller se faire vacciner et crever du cancer tranquille... Ca me donne presque envie d’acheter de la bouffe étrangère pour que s’effondre pour de bon notre agriculture et qu’un autre modèle puisse enfin être mis en place....
    Quelle mascarade.

     

    • #2334111
      le 02/12/2019 par l’artilleur de Metz
      Les agriculteurs bloquent le périph et le bœuf US arrive

      ta bagnole elle n’est pas climatisée ? et pourtant tu n’y passes pas des journées entières sous le cagnard à planter et récolter pour des bobos repus comme toi...


    • #2334131

      Habiter à la campagne devient très malsain (pesticides, éoliennes, sécheresses, inondations, ...). Ils ont détruit et pourri la nature !


    • Il explique que les pesticides "se désagrègent" (lol mdr ptdr ) ... tu l’as mal écouté ... le chimique c’est propre ... ben oui, faut le savoir. La merde qu’on retrouve dans les analyses de flotte, de légumes, d’urine etc ... non non non, fake ... ça se désagrège qu’on te dit. Bon pour la clim, on est plus au moyen âge, les mecs taffent 14 heures par jour ... s’ils peuvent avoir un peu de confort pour bosser quand même, ils nourrissent tout notre beau monde plein de belles idées ... je suis artisan dans le sud, venez bosser 12 heures dehors en été vous allez comprendre.


    • #2334186
      le 02/12/2019 par Yves-Sans-Logement
      Les agriculteurs bloquent le périph et le bœuf US arrive

      @ La bite à Urbain
      Va à Paris y’a pas d’agriculteurs ou au Mirail Toulouse ou à la castelane à Marseille et nous fais pas chier


    • Alain Thunberg ?


    • Monsanto est devenu un des plus gros acteurs de l’aggro-chimie mondiale. Il vous vend les cancers puis la chimio qui va avec. Il travaille activement à obtenir le monopole du vivant et est en passe de faire interdire aux particulier le simple emploi de semences non breveté partout dans le monde. Il est le créateur de l’agent orange utilisé au Vietnam (effets encore visibles sur les naissances) et travaille activement avec le département de la defense U.S. Il a racheté l’ex "BlackWater" devenu Academia et possède donc l’armée privée la plus équipée au monde (hélicoptère de combat, blindés, etc). Si vous croyez que ce genre de monstre qui n’a rien à envier à Google investit des milliards dans une armée privée et dans le monopole des semences pour rien, c’est que vous êtes soit des trolls, soit des crétins. La réponse que vous faites à Alain est digne de ceux qui vous traitent de complotistes quand vous parlez d’état profond. Une bonne partie de nos paysants sont en train de financer la corde avec laquelle ils seront pendus ainsi que certains de nos enfants. Le constater ne fait pas de nous des ennemis de la paysannerie bien comprise. Pas celle qui calquée sur le modèle americain moissone ses champs par positionnement sattelite. Avec des militants de ce niveau dans le camp des "éveillés" macron peu dormir tranquille. Courage Alain, on peu mener l’âne à la rivière mais on ne peut l’obliger à boire...


  • Avant 1945, l’agriculture existait sans Monsanto Company.

    Solution : Boycotter les produits agricoles qui ne sont pas BIO.

     

    • #2334108

      Cher Jean, Nos agriculteurs utilisent du pesticide « autorisé par l’UE », sur leur demande d’ailleurs, pour la culture « bio ». Alors, on peut nous expliquer, comme ce tractoman bon chic bon genre, que c’est moins pire chez nous... Merde pour Merde...


    • #2334141

      Problème ;
      Le cours de l’azote est de 1f60 le kilogramme, celui de l’acide phosphorique est de 0f,60, et celui de la potasse de 0f,40. les autres éléments sont considérés comme n’ayant pas de valeur commerciale. Calculer le prix de 100 kilogramme de nitrate de soude dosant 15% d’azote, celui de 100 kilogramme de nitrate de potasse dosant 12% d’azote et 44% de potasse, celui de 100kilogramme d’un engrais complet dosant 6% d’azote, 2% d’acide phosphorique et 1.5% de potasse.
      Extrait de "introduction à l’étude de l’agriculture dans les écoles primaires, cours moyen 1re et 2e années, programme officiel du 18 janvier 1887.
      Quant à boycotter les géants de la chimie en consommant bio...
      https://www.cropscience.bayer.be/fr...


    • @Jean

      La culture bio n’existe pas .Elle a existé, mais maintenant elle ne peut pas puisqu’un agriculteur ne peut faite une agriculture intensive à côté d’un producteur de bio .Il y aura automatiquement une contamination ne serait-ce que par pollinisation .Le bio, c’est tout le monde ou personne, ou alors du pseudo bio .
      Conclusion, c’est encore une histoire de fric..


  • Si l’agriculture ne fonctionne plus en France, c’est que la production locale est confrontée à l’importation déloyale et aussi que la France n’exporte plus à cause de l’euro bien trop cher .Rien que ces deux facteurs mettent en péril l’agriculture Française qui est un des meilleurs au monde de par sa qualité .
    Et ensuite les grandes surfaces venant en mettre un coup supplémentaire .
    Si nous continuons dans cette direction, je ne donne pas chère de la peau de nos agriculteurs et de notre agriculture en général .
    Tout ceci à cause des idées néolibérales voire néo destructrices .


  • #2334102

    tant que les agriculteurs suivront la fnsea, vaselinier des campagnes, tout continuera

    Les agriculteurs bloquent le périph ( puis "casse la croute" avec les crs, et retournent chez eux ) ensuite le bœuf US arrive
    gains ? 100 litres de gasoil en moins dans le réservoir

    l’objectif ? instaurer une politique agro-alimentaire commune sur le dos de ceux qui sont ruinés par un système dont ils dépendent

    cohérence ? AUCUNE


  • Tout cela a été décidé en accord avec la FNSEA, syndicat fossoyeur de l’agriculture française !!

     

    • #2334205

      Pratiqueriez-vous le détournement ?

      En son temps, Rosa Luxembourg dénonçait Lénine comme le fossoyeur du mouvement socialiste russe !

      De tout temps, tous les syndicats et partis de la social-traitrise démocratique sont les fossoyeurs du mouvement d’émancipation de l’humanité.

      Voyons comment tous ces torrents de colère vont Debord-er.

      L’exploitant assis sur sa machine-outil veut produire une marchandise agricole de qualité. Mais la Marchandise va finir son travail séculier d’expropriation définitive en le remplaçant par une Intelligence Artificielle pilotée par satellite et asservie sans merci aux lois de la valorisation infinie. Cet exploité qui s’ignore est déjà suicidé mais il ne le sait pas encore !

      C’est une humanité de qualité qu’il nous faut produire avec l’engrais du dialogue et le pesticide de la rage de vivre et le terreau de perma-cultures à taille humaine.


    • "en le remplaçant par une Intelligence Artificielle pilotée par satellite "

      eeeuuuuh ouais, vous fabriquez et entretenez tout ca avec quoi ? Et vous faites tourner avec quelle énergie ? Non je dis ca, mais le pic pétrolier et celui des métaux, c’est soit déjà passé (2005, et c’est AIE qui le dit !) soit pour très bientot....

      Mais pour un personnel de qualité, oui là on est parfaitement d’accord. Il y a une nouvelle génération d’agriculteurs qui en est en place ou qui va arriver (notamment les hors cadres familiaux), qui ne se laissera pas marcher dessus comme leurs ainés.


  • Pas besoin de long discours avec un titre pareil... Mais qu’est ce que foutent les français de toute classe ?!...

     

    • #2334457

      Tout le monde ne s’occupent que de sa gueule, son boulot, son revenu, ses petites possessions matérielles, son immobilier, sa famille, ses proches, son avenir personnel etc... etc... du coup le collectif disparaît du coup tout part en couilles, la nation s’effondre devant les masses léthargique !


  • #2334169

    Le bio c’est juste une belle invention marketing pour soutirer plus de pognon en vendant la même merde .Nous n’avons absolument aucun moyen de vérifier quoi que ce soit vu que l’arnaque repose sur la confiance .Les gens se disent :"ya des certificats délivrés par l’état pour avoir le label Bio,donc c’est officiel ,on peut avoir confiance " ...Sauf que l’état n’en a rien à foutre de ta gueule . ! T’es juste un actif qu’il faut rentabiliser un maximum et pour ça l’état ne recule devant RIEN .Confiance ?Mon cul !

     

    • @ SouvSetêIuq

      Vous feriez mieux de vous renseignez un minimum avant de l’ouvrir.
      Les certifications sont délivrées par des boites privées. Et puis quand on repense à des labels comme Cohérence bio, ou Nature et Progrès, c’est pas du tout le genre à étiqueter n’importe quoi, bien au contraire. Et si vous ne me croyez pas, essayez donc d’obtenir ces labels. Je vous souhaite bien du plaisir....


    • #2334358

      Ce sont des fournisseurs que l’on paye pour obtenir l’agrément et qui se tire la bourre, si un organisme est trop pointilleux on en prend un autre...
      Vous qui me semblez bien renseigné, expliquez moi comment on fait pour effectuer un traitement chimique et conserver son label, il me semble que cela s’appelle une dérogation...


    • @Laurent71
      La seule dérogation que je connaisse c’est la possibilité d’acheter des semences non traitées (c’est à dire issues du circuit conventionnel) si l’espèce recherchée n’est pas disponible en Bio.
      Attention quand même à ne pas mettre dans le même panier le bio agro-industriel et les producteurs locaux cherchant à améliorer leur système.


  • " l’éradication de la petite agriculture française sous l’effet de la « libre » concurrence qui est le dogme meurtrier de l’UE, est en marche."

    Ou disons qu’il en restera quelque chose, avec l’agriculture bio, ici et là sur notre sol. Actuellement, ca représente 7,5% de la SAU, tout de même, c’est pas rien !

    Quant au reste, eh bien oui ca disparaitra au profil du gigantisme et/ou racheté par tous les détenteurs de dollars. Mais là on n’a qu’à s’en prendre qu’à nous même, puisqu’on vote l’"Europe", le libre-échange et tout le tralala....

     

    • #2334363

      Faut redescendre sur terre avec le bio, les 9/10 des conversions des dernières années sont le fait d’exploitations à la recherche de trésorerie attirées par les primes à la conversion.


    • @Laurent71
      Vous avez raison, les conversions sont souvent motivées par l’appât du gain. Pour autant, peut-on les blâmer ?
      De manière générale, les agriculteurs qui passent en AB améliorent leurs pratiques (par force) et diversifient leur assolement, ce qui est déjà très positif, même si ca ne règle pas tout !


    • #2334508

      "Améliorent leurs pratiques", voilà toute l’arrogance des bios, passer d’un épandage d’azote à un épandage de granulé de poils de cochons ou de plumes de poulets(non issus de l’agriculture biologique. ? Parce que je ne serait pas capable de faire un assolement correct sur ma ferme faute d’un tampon sur le cul qui dit que je suis dans le camp du bien ?
      Elever le renouvellement en conventionnel puis le "convertir" pour des raisons économiques ?
      Epandre un insecticide naturel stabilisé avec un perturbateur endocrinien au lieu d’un insecticide chimique ?
      Passer au semis direct, on a un semoir de ce type en CUMA, il fait 6.7 tonnes à vide, plus trois tonnes de semences, ça se traîne avec le petit tracteur d’une exploitation familiale ?
      Bio/conventionnel, ce n’est qu’une division de plus.


    • Cher collègue, ne voyez aucune arrogance dans mes propos ! Je ne suis installé que depuis 3 ans donc je sais que j’ai encore beaucoup à apprendre des autres, peut importe leur système.
      Quant à la diversification de l’assolement, ce n’est pas un problème de compétence de l’agriculteur mais de valorisation des cultures qui est plus intéressante en bio.
      On peut travailler sur sa fertilité sans avoir à amener les saloperies que vous évoquez (fientes de volailles aux antibiotiques, etc.). personnellement, je travaille avec des couverts en interculture.
      Comme on transforme les céréales sur la ferme, je ne vise pas des rendements à 3 chiffres.
      Sur le semis direct, je tire le mien (en 3m) avec un 110 cv, et je vois certains qui le tirent avec 80cv.
      J’ai besoin de beaucoup plus de puissance comparativement quand j’utilise un combiné rotative/semoir.
      En tout cas, d’accord avec vous sur la division artificielle bio/conventionnel. Il y a des gens qui travaillent bien dans tous les systèmes, de mon point de vue, c’est complémentaire.


    • @laurent71

      Quand bien même ce serait le cas (ah la méchanceté gratuite des imbéciles), pour le fric, pourquoi pas ? Sauf que que bon nous ne sommes pas des robots. Posez donc la question aux éleveurs bovin passés en bio : combien veulent retourner à l’ancien système ? Si vous m’en trouvez un, prenez une photo....


    • @laurent71

      Vous faites quoi dans la vie exactement ?

      Parce que je veux bien qu’on critique la bio, mais avec de vrais critiques, pas de propos gratuits et débiles !

      Il n’y a qu’avec la bio qu’on reconstruira nos sols, certainement pas avec l’agriculture pétrolière. Claude et Lydia Bourguignon en ont parlé en long en large et en travers de ca dans leur livre et conférences. Et je repense aussi à Jacques Caplat.... Bref.


    • #2334948

      Ah putain....

      Le "bio" n’est qu’une arnaque monétaire destiné au plus cons, les bobos.

      Un beau discours, sauce environnementale, de solides campagnes publicitaires, et voila : " on mange bio !"

      On ne fait pas confiance à certaines compagnies, mais on accorde une confiance aveugle à d’autres, qui seraient elles, bio...

      C’est bon pour l’ego, faut dire...


    • #2335003

      Paul82, j’ai 46 ans mes premières feuilles de paye sont de 89, j’ai toujours été cotisant MSA(agricole, forestier.), j’ai eu la chance d’avoir un patron qui m’a renvoyé à l’école pour pouvoir m’installer(BTA.).
      J’ai pratiqué en élevage en lapin, porc, chevaux, bovin lait et allaitant, ovin lait et allaitant, et caprin lait et transformation, j’ai produit des céréales et des protéagineux(pour la vente et en autoconsommation.), en intensif, en hors sols, en conventionnel, en bio et j’ai même fait 5 saisons d’alpage, ceci dans la Saône et Loire, l’Ain, le Rhône, la Savoie, l’Isère et me voilà de retour dans ma Saône et Loire natale.
      J’élève habituellement 100 chèvres sur 22 hectares, mais deux ans de sécheresse m’ont fait réduire l’effectif à 85.
      Je suis en système pâturant saisonné(De fin mars à fin décembre suivant la météo.), autonome en fourrage, une partie en prairies permanente, le reste en rotation prairie temporaire céréales(autoconsommées.).
      La totalité du lait produit est transformé sur place et vendu en direct, ma femme fait les fromages et la vente à la ferme, je fait la traite, les soins aux animaux, les cultures, la fenaison et les marchés(plus des travaux forestier pendant le tarissement.).
      La ferme est sur des sables granitiques limoneux(4.5 de PH 7% d’argile dans le meilleur...), à côté du plus grand gisement de pyrite de fer d’Europe, c’est les mêmes rendements agronomiques que les Landes à pins maritimes.
      J’ai de la pratique et je m’intéresse à toutes les productions, j’ai de la famille et des amis en maraîchage, en viti en arbo en grandes cultures et en élevage en bio ou en conventionnel, on échange, on compare nos expériences, on s’intéresse aussi à l’histoire de nos production et on lit des études sur le milieu agricole, que ce soit sur la technique ou la santé.
      La conclusion que nous en avons tiré, c’est que le marché du bio est une vaste escroquerie très juteuse.
      Sur mes animaux j’ai essayé la phytotérapie, l’aroma, l’homéo et j’en ai gardé ce qui marche, mais je ne me coupe pas de la chimie en cas de besoin.
      Avec nos vétos on développe des produits antiparasitaire hors chimie, combien d’éleveurs bio pour les tester ? Aucun ! Leur production à forte valeur ajoutée mérite bien d’être couverte par de la chimie... La plupart se contente de traiter à la chimie autorisée(la même qu’en conventionnel.) sans même chercher d’alternative. Et des antibios puisque pour déclasser un animal ou sa production il faut 3 antibios par an.


    • #2335036

      Pour un paysan en technique agronomique biologique pas forcément labellisé, combien d’exploitants qui ont juste changé de fournisseur d’intrans et payé un droit à poser des étiquettes
      Quant à régénérer les sols l’Asso B.A.S.E à de biens meilleurs résultats(avec du glyphosate) que la soit disant méthode des Bourguignon qui ont juste compilé les travaux de l’INA et l’INRA dans un bouquin de vulgarisation, catastrophiste où ils seraient les soit-disants seuls à avoir une solution, contre de l’argent(et pas qu’un peu...).
      Le bio est là uniquement pour masquer les efforts énormes qui ont été fait par tous les agriculteurs français, que ce soit sur la baisse des intrans, des amendements des antibios, le recyclage des effluents, le bien être animal et couper les agriculteurs du soutien de la population.
      Il n’y a pas de réelle volonté politique de faire du bio(nombre de conversions sans avoir touché les aides après plusieurs années...), les politiques se servent du bio pour faire croire qu’il y a une alternative économique et que les conventionnels sont responsables de leur situation financière, de là à parler d’idiots utiles...
      De toutes façons, face à la violence de ce système marchand, croire qu’une étiquette te protège...
      Quel que soit le label, si tu ne connait pas bien celui qui te nourrit et ses pratiques, tu ne sais pas ce que tu manges.


    • @Laurent71
      Merci de partager votre expérience.
      Votre critique de la labelisation bio est légitime. Les règles sont dogmatiques et dictées par des technocrates qui n’ont aucune connaissance du vivant, et qui n’abordent donc pas le noeud du problème. On est d’accord, c’est absurde, le glyphosate est probablement moins préjudiciable que la bouillie bordelaise et sera remplacé par trois herbicides plus dangereux mais ce n’est pas ma faute si on a focalisé de manière erronée sur cette molécule.

      Pour autant, j’ai le sentiment de n’être l’idiot utile de personne en souhaitant ne pas m’appuyer sur la chimie de synthèse pour gérer mes productions et je n’attaque personne en voulant que ce soit mentionné sur mes produits. Je pense même passer en demeter pour valoriser le fait que je produits mes propres extraits fermentés de plantes. Je ne vois franchement pas où est le problème.


    • #2335246
      le 04/12/2019 par Yves-Sans-Logement
      Les agriculteurs bloquent le périph et le bœuf US arrive

      @laurent71
      Force et honneur camarade
      J’en peux plus de comment on nous critique
      Je bosse comme un enculé , pour garder mon exploitation , je bosse à la ferme travaux + agricole + je bosse à côté pour rentrer un peu d’argent, mais tu le sais déjà
      Et quand je lis tout ça je suis dégoûté
      Les gars ici connaissent pas notre métier, les gars ont vu dix vidéos sur YouTube et ça y est
      Aujourd’hui survivre me coûte plus ( santé famille ) que de mettre la clef sous le paillasson
      On se démène pour se faire cracher dessus
      Parfois je parle avec d’autres gars d’E&R et tous me disent pareil , les natios y’en a plein le cul , les gars se bougent pas mais question parlotte , là, ça y va
      Salut camarade


    • #2335354

      Salut yuri, je ne m’appuie pas sur la chimie pour produire, j’essaye toujours de faire avec ce que j’ai, mais parfois j’ai besoin de chimie, depuis 2009, j’ai fait deux antifongiques sur du triticale(grosse attaque de rouille au printemps.), et quatre épandage d’engrais au tale réveillé sur des plantes mal implantées(semis trop tardif à cause de la météo et faible enracinement à cause de l’excès d’eau.), et deux herbicides post levée spécifique céréales à paille(je casse de la prairie en labour et il y a des gros stocks de graines.), d’ailleurs, sur les herbicides, les céréales traitées étaient sur la moitié d’une parcelle dont le reste était en prairie, et l’effet de l’herbicide c’est bel et bien arrêté là où la rampe c’est arrêtée.
      Les gens focalisent sur le glyphosate(je ne l’utilise pas.), sans vraiment savoir ce que c’est, une gourde sur un marché m’a demandé si je faisait du round up sur mes prairies !
      je mène ma ferme avec un JD 3300 X de 75 chevaux, mais je peux emprunter un 160 chevaux chez mes voisins pour les gros travaux ou les outils de CUMA trop gros pour ma brêle.
      Sur les céréales produites sans antifongique et autoconsommées, on commence à se poser des questions face à la multiplication des affections à mycoplasmes sur les animaux.
      Sur la rémanence des antibiotiques, quand on écoute les médias on à l’impression qu’ils se dégradent plus lentement que les déchets radioactifs, alors que la plupart sont périmés et inactif dans le flacon 28 jours après son ouverture !?
      On retrouve dans le sol des métabolites de la dégradation des antibios, mais ils sont inactifs.
      Tu valorises tes céréales en direct(boulanger fermier ?), es tu soumis à des analyses de recherche de mycotoxines ?
      Un gars qui livre de la céréale sur le marché est soumis à une recherche de mycotoxines et en cas de dépassement la livraison est déclassée et part en "filière énergie", en fait elle est brûlée en centrale thermique, cette réglementation Francofrançaise a de fait rendu obligatoire les antifongiques sur les céréales destinées à la livraison !
      A partir du moment où un gars choisit un système et l’assume, j’ai rien à dire, ce qui me gonfle, c’est ceux qui racontent des histoires, plus de la moitié des Français croient qu’il n’y a pas de traitements en bio, ils croient aussi que si t’as pas le stempel de la kommandantur tu passes ton temps à déverser de la chimie, que les animaux sont maltraités et bourrés d’antibios.
      Cordialement.


    • @Laurent71
      Ton système a l’air très vertueux et je ne fais aucun blocage sur la chimie quand elle est utilisée comme dans ton cas de manière rationnelle.
      Si on était tous comme toi (c’est à dire en polycuture - élevage), le label bio n’existerait même pas en France, puisque ça ne servirait à rien. C’est justement l’abandon de l’élevage et le recours massif aux intrants pour compenser la perte en matière organique qui a braqué toute une partie de la société contre les agriculteurs et les "produits chimiques" alors que leur sur-utilisation n’est que le fruit de pratiques culturales inadaptées et de l’abandon de ce cycle de la fertilité que permet la présence d’animaux.
      Concernant les problèmes fongiques, je dois avouer que suis dans un terroir avec probablement moins de pression que chez toi (plaine-coteaux du Gers), et que je m’en sors pour l’instant sans traitement. Mon oncle, à la suite duquel j’ai repris, n’utilisait jamais de fongicide bien qu’en conventionnel. Apparemment, si on force pas trop sur l’azote, ça se passe bien.
      On a plus de problèmes lors du stockage (carie, charençons, bruche sur la féverole). Je n’ai pas encore trop de recul mais on essaie de s’en sortir avec des traitements au vinaigre et huiles essentielles.
      Ma femme produit du pain au levain, pour l’instant en petit volume et qu’on écoule sur des marchés locaux et chez les voisins. On est en train de mettre en place un vrai fournil pour pouvoir
      augmenter la production.

      Quand aux antibiotiques, pour moi le problème vient plutôt du fait que les souches sont maintenant pratiquement toutes résistantes, et que les labos ne développent plus de nouveaux produits (trop chers à développer pour une durée d’efficacité trop courte), ce qui va vraiment poser problème quand leur utilisation s’avérera nécessaire à l’avenir.
      Je veux bien te croire quand tu dis que les antibio se dégradent très vite.
      La vie digère tout, même les métaux lourds.
      Le problème c’est toujours l’absence de vie.


    • #2335631
      le 04/12/2019 par Yves-Sans-Logement
      Les agriculteurs bloquent le périph et le bœuf US arrive

      @Yuri G.
      On doit pas être très loin l’un de l’autre
      Connais-tu ta section locale E&R Midi-Pyrénées ??


    • @Yves Sans logement
      J’ai vu vos vidéos ! Beau boulot les gars.


    • #2335957
      le 05/12/2019 par Yves-Sans-Logement
      Les agriculteurs bloquent le périph et le bœuf US arrive

      @Yuri G.
      De quelle vidéo tu parles ?


    • « De toutes façons, face à la violence de ce système marchand, croire qu’une étiquette te protège...
      Quel que soit le label, si tu ne connait pas bien celui qui te nourrit et ses pratiques, tu ne sais pas ce que tu manges. »
      Voilà qui dit beaucoup et l’essentiel en peu de mots. Merci à laurent71 pour son partage d’expérience ainsi qu’à son camarade et collègue Yves-Sans-Logement (qui devrait passer outre toutes les âneries qui peuvent être déversées sur ce noble métier, c’est malheureusement généralisé et ça n’en vaut pas la peine).


    • @ Yves sans logement
      Je pensais aux conférences de Claire Colombini et Alain Escada.
      Vous aviez pas fait une vidéo avec Dortiguier aussi ?


    • #2336767
      le 06/12/2019 par Yves-Sans-Logement
      Les agriculteurs bloquent le périph et le bœuf US arrive

      @Yuri G.
      Tu dois me confondre avec quelqu’un d’autre
      C’est pas grave, je ne suis pas d’E&R ,juste un sympathisant et ami
      Je ne connais pas Dortiguier ,ni Colombi à par sur les vidéos relayées par E&R
      Bonne journée camarade


  • l’en-tête de l’article semble avoir compris : oui l’européisme, le capitalisme revanchard et totalitaire, et le mondialisme, sont une seule et même cause.


  • #2334288

    Je n’arrive pas à compatir aux difficultés des agriculteurs, bien que je n’aie rien de personnel, contre eux. Ce sont sans doute des braves gars, pour la plupart, bosseurs, là y a pas photo, mais pas très très fut-fut, ce qui est tout aussi vrai. Ah pour geindre, ça, ils savent geindre. Contre le gvt Macron. Jamais contre l ’U E qui donne ses ordres à ce gvt de m*rd*. Jamais contre leurs syndicats, qui les entubent tant et plus. Jamais contre l’invasion migratoire, qui leur est tout aussi préjudiciable qu’à ces jobastres de (certains) Gilets jaunes.

    Quand on lutte contre des maux, parfaitement identifiés mais que l’on refuse de citer nommément, on tourne inévitablement en rond ! Pendant ce temps, les prix de la production dégringolent...

     

    • Je souscris pleinement à votre analyse
      Quand on se fait enculer financièrement et economiquement pendant 50 ans en votant systématiquement pour ses enculeurs cest à dire la droite républicaine et son syndicat ... du crime et qu on en redemande en 2020 ... on devrait avoir la décence de fermer sa gueule
      Ou alors on revoit sa position politique et on vote nationaliste ( ce qu ils n ont jamais fait )
      Il faut souligner que dans cette corporation il y a un % qui vit très très bien de subventions européennes depuis 1963 donc la France et sa souveraineté ils n en ont rien à foutre et que leurs confrères qui vivent dans la misère noire se suicident également
      Le meilleur chemin et crédible d une vraie révolte paysanne serait qu une grande majorité cesse de payer leurs contisations sociale à ce syndicat de pourris avant de faire chier d autres Français qui eux travaillent aussi pour pas grand chose


  • Arrêtez de bouffer de la viande à tout va, comme à Noël n’est ce pas.. et consommez local. Si, c’est possible !

     

  • #2334333

    Dans tout les cas, regardez bien les étiquettes où c’est inscrit SANS OGM et vous verrez que c’est toujours < (inférieur à) bref qu’on le veuille ou pas, on en mange...


  • Je vais me faire l’avocat du, hmm, de Macron en disant qu’il ne faut pas oublier la contrepartie : "l’exception culturelle française", c’est à dire les films de Polanski, etc. qui auront le droit de passer dans quelques salles obscures de New York sans taxes. Ca vaut le coup de mettre par terre toute la richesse de nos nobles provinces.


  • Il suffit de regarder l’allure et la face des américains quand on est aux USA, c’est un reflexe chez moi de beaucoup regarder les gens autour de moi. Et bien je n’ai pas envie de manger ce qu’ils mangent. De tous les pays que j’ai visité dans ma vie (que des pays Occidentaux) c’est de loin la bas que ce qu’on y mange est du plus bas niveau.

     

  • #2334420
    le 02/12/2019 par Paysan’ en colère
    Les agriculteurs bloquent le périph et le bœuf US arrive

    Puisque vous êtes si fort voici des projets



    https://www.jeminstallepaysan.org/p...



  • LISEZ TOUS l’agriculture assassinée de Jean Clair Davennes et vous comprendrez tout


  • Lisant le livre d’écoagronomie d’archambaud et co, quelle ne fut pas ma surprise de lire les analyses concernant le compost. lors de la 1ère fermentation on perd la moitié des éléments fertilisants Carbone Azote et Potasse seule reste intact le Phosphore, afin de mieux composte le tas, pour mieux l’épandre, pour l’homgéneiser, perdre de l’eau du poids etc et on refait une 2ième fermentation et là rebelote on reperd la moitié des éléments fertilisants et ainsi de suite jusqu’a pollution du sol au phosphore. Dons si on veut se ruiner, ruiner les paysans , le pays COMPOSTONS. Ou sinon pour faire bien ouvrons une raie de labour, mettons la matière organique fraiche et refermons la raie simplement.


  • #2334685

    "...du zébu de très basse qualité"... !?? Qui a décrété que le zébu était de très basse qualité ? Beaucoup de ces zébus d’Amérique latine et d’Afrique sont élevés en plein air et consomment bio. Il n’y a pas plus biologique en matière d’élevage comme ces animaux ; aucune hormone, aucun antibiotique, pas de soja ou de maïs OGM, rien que de l’herbes et du sel. Les zébus jeunes ont une chair très tendre et délicieuse, pas besoin d’être un grand chef pour en faire un plat succulent !
    Qui a dit que le zébu était de très basse qualité ? Quelles sont les preuves ?

     

    • #2335018
      le 03/12/2019 par Moi ou au autre quelle importance
      Les agriculteurs bloquent le périph et le bœuf US arrive

      Pour avoir eu la chance d’en manger (à Madagascar) je confirme : cette viande est (au moins) l’égale de nos meilleures charolaises...et j’ai goûté aux deux...et je ne suis absolument pas viandophage, limite végétarien.


  • Les elites sont bien avancees dans le depeucage de la France. Il leur reste les fermier et leurs terres, on dirait que ca ne va pas durer. Boeuf us, Mercosur, ceta, ils mettent le paquet


  • Quand même vue le prix des tracteurs..... C’est pas le petit agriculteur qui bloque, hein !!!!!

     

  • Ah les agriculteurs bloquent le periph., ah les conducteurs ratp sncf bloquent le métro,le tour de france le marathon de Paris bloquent le periph Panam...

    Que c’est drôle de vivre ds un monde où il y a des gens qui bloquent tout pour que d’autres classes pauvres smicards ne puissent pas aller tafer tranquillement ! Une question un petit conne, désolé je manque de perspicacité, croyez-vous que nos "idoles au pouvoir" en ont quelque chose à foutre que les smicards prennent 3h pour aller tafer et revenir chez soi ?? Une question vraiment idiote ?!
    Ce pays n’est que pure tristesse... Les agriculteurs ? Nos "idoles au pouvoir" vous ont promis prospérité avc l’eruope, vous ont promis que vous alliez inonder le monde, l’europe, l Russie avc votre agriculture viande... A cela, ils vous ont refiurgué du matos de pro type tracteur avc roue comme un avion servant à cultiver une terre littéralement plate, endettement et tuti conti.. Bah, vous comme moi smicard de 40piges,20 ans en 2000, ils se sont bien foutu de notre geule !

    Donc au lieu de bloquer le smicard pour aller tafer, allez bloquer le père macron et sa biche au fouquet’s !
    C’est comme ds les cités, quand les voitures brûlent, ce sont des voitures des gens smicards de ces quartiers gris abandonnés... Ce n’est pas la caisse à Brigitte !


  • #2335280

    Explique moi l Ecologie quand on ramene du betail des US en Europe, France ???


  • #2335282
    le 04/12/2019 par Pas de prix caché
    Les agriculteurs bloquent le périph et le bœuf US arrive

    avant de mettre le produit dans mon caddie, je regarde la provenance de la viande.
    Ca me plait pas, je n achete pas


  • #2336336
    le 05/12/2019 par Identi’terres OC
    Les agriculteurs bloquent le périph et le bœuf US arrive

    Voici des projets pour les beaux parleurs, ceux qui savent mieux que nous, quel est notre travail



    https://terredeliens.org/-petites-a...
    http://www.agriculturepaysanne.org/...
    https://www.jeminstallepaysan.org/p...
    http://www.civam.org/
    http://www.chambagri-formation.com/...
    https://www.groupe-esa.com/formatio...
    https://chambres-agriculture.fr/exp...




    Pour les courageux
    C’est autre chose que d’écrire un commentaire sur E&R


Commentaires suivants