Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les agriculteurs français condamnés à disparaître ?

Quel sera l’avenir de l’agriculture, et des agriculteurs, en France ? Il y a près de cinquante ans Henri Mendras, dans un livre célèbre, analysait la « fin des paysans ». De fait, le modèle économique de la paysannerie traditionnelle s’est effondré. Il a été remplacé par d’autres modèles économiques, dont la soutenabilité tant sociale qu’écologique pose aujourd’hui problème. Y-a-t-il une solution miracle ?

Jacques Sapir reçoit Thierry Pouch, économiste, chef du service études et prospective à l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture à Paris et chercheur associé, Laboratoire REGARDS de l’Université de Reims Champagne Ardenne.

 

 

L’agriculture française en danger, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est le progrès disent-ils.
    Depuis la collectivisation de l’agriculture en URSS, nous n’avions pas vu en Europe une telle hécatombe dans les milieux paysans.
    Même leur situation sous l’ancien régime était largement préférable. Ils travaillaient dur, payaient de lourds impôts, mais au moins avaient de quoi vivre.


  • Les lobbys réussissent leur coup , ils auront enfin éliminé les petits producteurs comme ils ont fait pour les petits commerçants .Le Français n’aura qu’à se contenter de bouffer de la merde industrielle, de manière à enfler de tous coté et attrapé des maladies vasculaires .Il ne faudra pas qu’il demande d’où ça vient .Comme ça le lobby pharmaceutique prendra le relais ainsi que les nutritionnistes qui ont de beaux jours devant eux . Quand je vois ce que l’on mangeait il y a 50 ans et ce que l’on mange aujourd’hui .Ce n’est même pas comparable . La paysannerie aura été le grenier Français, avec son savoir-faire , sa qualité, sa générosité, et pour les remercier, nous détruisons ce potentiel pour le remplacer par des produits piqués aux hormones, conservateurs, gélifiants, acide citrique, colorants, etc. etc. etc.et toute la panoplie du parfait petit chimiste, un vrai régal !

     

    • #1876221

      Oui Dixi, et en plus il y a un objectif stratégique.

      La France a jusqu’à maintenant toujours été auto-suffisante au niveau agro-alimentaire.
      Ce n’était pas le cas de l’Allemagne ce qui lui a énormément coûté lors des 2 guerres mondiales.

      Récemment, l’Allemagne est devenue auto-suffisante.
      Et la France risque de ne plus l’être.

      A qui cela profite t-il ?

      Thémistoclès


  • On n’arrête pas le progrès scientifique et technologique, comme celui du machinisme agricole . C’est ce progrès technologique qui fait disparaître les paysans . Après la 2GM, il y avaient ceux qui pouvaient acheter le tracteur - et ceux qui ne le pouvaient pas : ces derniers durent abandonner l’agriculture et devenir ouvrier, ou employé, par ex aux PTT . Il ne restera donc qu’un petit nombre d’agriculteurs, à la tête d’exploitations comptant des centaines d’hectares, et équipés de machines si performantes qu’elles ne nécessiteront même pas l’embauche d’un seul ouvrier agricole : c’est le modèle de la "One man farm" américaine .


  • #1875856
    le 08/01/2018 par Yves-Sans-Logement
    Les agriculteurs français condamnés à disparaître ?

    Je conseille à tout le monde ce livre



    L’ÉGLISE & L’AGRICULTURE




    Possibilité de le télécharger


  • #1875885

    objectif : monopoles des industries agro-chimiques alimentaires Hors-sols
    avec légumes poussant sur des murs en hauteur artificielle sous le contrôle des lobys... ou venant de chine :
    Vous êtes fous d’avaler ça !

    https://youtu.be/LdayUJIl0FQ

    https://youtu.be/c48EA2a2yvQ

     

  • #1876011

    Les cultures resteront car la terre ne "s’exporte pas".

    L’élevage, oui, est en voie de disparition. Soit il existe de très gros élevages mais sans repreneurs ou très peu (la vie d’esclave et la passion se perdent).

    Soit il existe de petites structures qui produisent et transforment et vendent, ceux-là captent la valeur ajoutée, ceux-là embauchent, ces élevages sont pérennes.

    Les très gros élevages seront repris à terme par des industriels, des semenciers, des multinationales...

    L’étape suivant : le retour des sovkhozes !!!


  • Pour beaucoup d’éleveurs les moutons achetés par les musulmans lors de l’Aïd mais aussi à d’autres moments de l’année, leur permettaient un complément de revenu non négligeable.
    Ils en profitaient aussi pour revendre des sacs de 10kg d’oignons, patates, lait frais,...
    Mais depuis qu’on traque sans relâche les musulmans pour les forcer à passer par les abattoirs, ce complément de revenus a quasiment disparu pour nos fermiers.
    Elle était belle cette époque d’échange, de camaraderie avec ces dignes représentants de la France de souche authentique.


  • #1876053

    Nous avons la possibilité de mettre fin aux agissement de cette immonde secte qui dirige la France et qui est la franc-maçonnerie en se ralliant au CNT (conseil national de transition) Je suis surpris de ne pas voir ici apparaître les vidéos d’Eric Fiorile. Mais je suppose qu’il y a des raisons à cela.
    A l’image de l’Islande, le gouvernement peut encore se voir remanier de la manière la plus légale.
    Si le 5 mai la tentative de transition échoue, alors ne comptez plus acheter local dans ce pays d’ici quelques années !


  • Je ne comprends pas qu’avec tous ces gens au chômage, il n’y en ait pas d’entre eux pour aller travailler la terre et repeupler les magnifiques campagnes françaises. C’est quand même mieux que de végéter oisif dans sa banlieue morose.

     

    • #1876134

      Mais un chômeur n’a pas les moyens d’aller s’installer à la campagne, les chômeurs sont souvent célibataire, inhibé ou on ne leur donne pas les moyens de se former au monde agricole. Peut être que de gré ou de force les hommes reviendront à la terre, mais il faut être solidaire et les jeunes de banlieues sont accrochés à des choses qui les empêchent de voir là où aller. Un jeune chômeur s’obstinera à rechercher un emploi dans sa branche ou bien prendra des petits boulots en restant chez son conjoint ou chez papa maman.
      Pour les plus anciens des chômeurs ils ont souvent une situation qui ne leur permet pas de s’engager dans autre chose, l’abnégation après 50 ans c’est légitime aussi !
      Pour ceux qui vont s’installer comme agriculteur, il faut le faire en groupe, partager les tâches et les connaissances et tendre à l’autonomie énergétique au maximum !


    • #1876208
      le 09/01/2018 par La Fin des Haricots !
      Les agriculteurs français condamnés à disparaître ?

      @laspirateur
      Si t’es chomeur rien ne t’empêche de partir dans les Pyrénées, c’est pas les villages , hameaux vide qui manquent
      Tu dépenses ton chômage dans quelques poules , des bougies, quelques briquets bic, un bon couteau, un duvet, 2 ou 3 collets , un filtre pour l’eau, quelques graines, bref ! de quoi survivre les premiers temps et puis tu t’installes, quelques chèvres et tu essayes
      Rien ne te retient , peut-être tu trouveras ton bonheur
      Mais si tu n’essayes pas tu ne seras jamais
      Mais tu ne peux pas être plus malheureux qu’en ville avec ton chômage dans la nature, la montagne libre !
      Bonne chance camarade (tiens nous au jus)


    • @laspirateur

      Merci beaucoup pour votre commentaire.
      Quant à vous Illa, vous avez émis une sacrée perle ! Dois-je dois vous rappeler que les trois quart de la population vit en ville ? Et comme l’a bien rappelé J Sapir, on ne s’improvise pas agriculteur. Vous payez la formation (BPREA) ? Quant à "repeupler les campagnes", sérieusement.... Si on veut s’installer, faut que ce soit sérieux, de toute façon tout le monde doit passer sous les fourches caudines de la SAFER. PAs de projet, pas de terre et pas de crédit (et je ne parle même pas des banques).


    • #1876753
      le 09/01/2018 par Yves-Sans-Logement
      Les agriculteurs français condamnés à disparaître ?

      @Paul82
      Pas besoin de BPREA de suite
      Tu trouves un petit job, quitte a faire des heures de malade, et au bout de 2 ou 3 années d’économies (+un petit crédit ) , tu rachètes, 2 ou 3 hectares une ruine pour moins de 30 ou 40 milles euros (20 ans pour 40 milles euros c’est largement faisable) dans un endroit ou la Safer ne préemptera pas et c’est pas les endroits qui manquent , elle préempte pas les coteaux difficiles, ni dans les montagnes paumées ,dans certains endroits (en suite la Safer ne rachètera (pas un lot) de la terre ou il y a une ruine) elle elle achète des terres nu et peu chères ou alors les grosses exploitations, la Safer c’est ni plus ni moins qu’une agence immobilière avec des gros avantages (en fait une mafia, des voleurs, des escrocs comme la FNSEA)
      Une fois installé, tu retapes ta grange (tu dors quelques temps dans un mobilhome) , tu te fous au chômage ou RSA , ainsi t’as une petite rentrée d’argent , à coté tu te prends 100 ou 150 pondeuses, une couveuse ,une lampe et tu reproduit (la vente des œufs et des volailles te fera un à coté douillé) à ça tu te prends canards & oies , tu vends sur ta commune (discret) tu fais un peu de black à droite à gauche, un peu de maraîchage , tu te prends 3 ou 4 brebis , 1 bélier, des clapiers des lapins, quelques cochons, tu te fais un puits , une petite retenue d’eau et te voilà paysan (en moins de 3 ans (mais beaucoup de travail, de courbatures, de cloques ,d’ampoules et de fatigue mais une fierté à toute épreuve ) faut pas rêver trop grand de suite être paysan c’est pas un truc que tu fais en 2 ou 3 mois faut des années
      Après tu vas voir un conseiller agricole à la chambre, (plus la CIVAN, ou Erable 31 pour vers chez moi, pour des conseils) et là tu vois pour ton BPREA et les subventions (et tu passes exploitant en 5 ou 6 ans) avant tu passes cotisant solidaire pour pouvoir vendre sur les marchés
      Et ça c’est à la portée de tous et de toutes les bourses , mais il faut beaucoup de sacrifice et d’abnégation et surtout de volonté
      Et tu es autonome tres rapidement (ça veut pas dire riche , mais plutôt pauvre)
      Mais si tu veux devenir riche t’as dealer, joueur au casino ou escroc à la taxe carbone mais ça moi je suis pas assez courageux alors j’ai choisi l’option travail de malade et puis j’ai des gosses et une femme et les voir au parloir wouai bof !!
      Voilà un peu mon parcours dans les grandes lignes (ça fait quelques années et je suis proprios de mes terres 7 H, 1.5 de bois et de ma ferme dans 18 ans)


    • #1876980

      Bjr,

      Pas plus de 0,000001% des gens possède les connaissances tacites necessaires qu’il vous a fallu pour SAVOIR qu’un tel plan était possible.
      A la limite, créez une association pour présenter/aider/accompagner des jeunes qui seraient tentés par l’experience, car de lui-même, aucun jeune d’aujourd’hui ne peut même concevoir la possibilité d’un tel plan. Et prendre un crédit à l’aveugle, sans apport, quand on est déjà harcelé par les factures et/ou huissiers, ce n’est même pas envisageable, psychologiquement parlant.
      (Celà dit, sur cette base associative de structure d’accompagnement, laquelle pourrait facilement lever des fonds sur une plateforme de financement particpatif, je crois qu’il y aurait qlq chose à faire).

      Autant prendre un billet d’avion pour l’étranger. Moins risqué. Moins d’efforts à fournir (encore que sur certains chantiers...) Beaucoup plus rentable à terme.


    • #1877108
      le 10/01/2018 par Yves-Sans-Logement
      Les agriculteurs français condamnés à disparaître ?

      @gillesderaie
      Je n’ai fait aucun plan, j’ai monté des sociétés, pour faire vivre ma famille , je me suis planté plusieurs fois, j’ai mis la clef sous la porte plusieurs fois, mais avec femme et enfants, on a pas le temps de faire une dépression,, les crédits , l’administration fiscale, elle ,elle s’en fout de tes petits malheurs, problèmes, elle veut son fric, son URSAF, ses cotisations, bref ! c’est soit tu rebondis soit tu crèves !
      Et l’assistanat pour moi n’était pas une option !
      Alors avec mon épouse nous nous sommes dit, la campagne peut nous permettre de survivre plutôt bien, et voilà tout , rien jusqu’à il y a 5 ou 6 ans, n’était prémédité, sauf la survie des miens , j’ai bossé 15 heures par jours, j’ai tout accepté, et puis on a suivit ce que NSJC nous montrait
      Le reste fut du bon sens et puis de la survie, on s’est dit pourquoi pas en vivre !
      On a commencé les démarches , et puis on a du arrêter, 1 nouvelle naissance , j’ai cumulé plusieurs job , puis on a réessayé , mais pas de chance (je plaisante) une quatrième naissance, j’ai recommencé et voilà tout, je n’ai fait que m’adapter à la situation et ce qui aurait pu prendre 2 ans, en a pris 10 et c’est pas fini, mais on est heureux, alors on s’en moque
      Pire on veut un 5 eme gosses tu vois rien n’est prémédité
      Donc rien d’exceptionnel des centaines de personnes autour de toi sont comme nous voir mille fois mieux, il ne faut pas subir sa vie, il faut prendre les commandes , et toi même choisir (tu peux te planter mais au moins tu auras essayé, le reste c’est Dieu qui décide)
      Bien à toi camarade


    • #1877336

      Merci pour la réponse. Je ne fais que pointer la réalité du doigt. J’ai grandi à la campagne. J’en garde un très très mauvais souvenir. Plutôt crever que d’y retourner. J’aime la licence et l’anonymat des grandes villes. Pas d’épouse. Pas d’enfant. Pas d’em...
      J’ai monté un "petit" business (après un premier échec), avec 500 balles et un pote. Je ne l’aurais jamais fait si j’avais eu une compagne... Aucune nana n’aurait supporté les 5 premières années à littéralement crever de faim. Et je ne parle pas des expulsions, des huissiers, etc. Aujourd’hui je bosse 100j par an environ ; je gagne mieux ma vie que 99% des gens.
      Mais je sais que 80% des jeunes sont incapables de faire ce que tu as fait ou bien de supporter autant d’années de vaches maigres, de pression et d’incertitudes. Je considère d’ailleurs ces années comme des années de taule, ni plus ni moins.
      Comme je le dis, ce serait à refaire, j’aurais fait comme la moitié de mes potes. Je me serais cassé à l’étranger : Allemagne, Australie, Irlande, Angleterre, Canada, USA, Pologne, Chine... Il n’y a que l’embarras du choix. Ce ne sont pas les opportunités qui manquent là-bas.


  • #1876086

    Visiblement pour de agriculteurs, à part s’acheter un ou plusieurs gros tracteurs haut de gamme à 70000 euros pièce grace aux aides de l’Europe, on ne voit pas bien vers quoi évolue notre agriculture !

     

    • #1876435

      @James Fortitude, en quoi les agriculteurs décident-ils du prix des tracteurs ?
      Reproches-tu le prix de sa voiture à un taxi, le prix de son camion à un routier ?
      Pourquoi un tracteur, même marque même modèle, est plus cher de 20% en Belgique qu’en France et 50% moins cher au Brésil ?
      Parce que le prix est fait en fonction des aides que les différents états accordent pour les investissements, le système est tellement juteux pour les constructeurs qu’un concessionnaire français qui vend un tracteur à un agriculteur belge perd immédiatement sa concession.
      J’envie ton métier où tu fais le prix de ton outil de production...


    • #1876570
      le 09/01/2018 par Yves-Sans-Logement
      Les agriculteurs français condamnés à disparaître ?

      @James Fortitude
      Arrêtez de dire des formules toutes faites , le mieux quand on est pas du métier, c’est de se taire, si on sait pas !
      Ici sur le forum on a des expert en tout des marxistes qui n’ont jamais lu Marx, des paysans qui n’ont jamais toucher une fourche, une graine ou un poulet, des taxi qui du taxi ne connaissent que la banquette arrière le samedi soir , des militants qui n’ont jamais collé une affiche un tract, mais qui sont des militants de salon (derrière leurs claviers)des gars du tertiaires qui viennent donner des conseils à des indépendants , des artisans, des cathos qui n’ont jamais lu l’Évangile, des écolos qui sont écolos le jour des course dans leur bio-coop du coin ou des ados célibataires qui viennent dire à des papas comment gérer une famille ou éduquer des gosses
      De grâce fermez-la , vous êtes désobligeant et vous auriez beaucoup à apprendre et le respect de votre interlocuteur
      Bonne continuation


    • #1876775

      @aurent71 et
      Déjà, lorsque l’on a besoin d’acheter une automobile, doit-on acheter une Rolls Royce ? Non, côté agriculteur pas besoin de d’acheter la Rolls des tracteurs !
      @Yves-Sans-Logement
      Arrêtez aussi de réagir comme s’il y a avait une réelle communauté d’agriculteurs fondamentalistes soudés les uns avec les autres en mode combat contre le système qui les tue petit à petit, il n’en ai rien, et de toute façon, les fermiers sont morts !


    • #1876833
      le 10/01/2018 par Yves-Sans-Logement
      Les agriculteurs français condamnés à disparaître ?

      @James Fortitude
      Je sais pas pour les autres paysans ,mais pour ceux de notre communauté, il y a une vraie solidarité
      En suite je suis contre rien (on est pas assez pour prendre le pouvoir, la tradition c’est quoi en France moins de 60milles personnes dont 0.5 ou 0.3 % de paysan et encore ) juste j’essaye de vivre en adéquation avec ma foi, ma famille, mes moyens pour les miens (les nôtres avant les autres Civitas tu connais ?)
      En suite ,oui je suis solidaire avec Laurent ,comme tu le serais, si tu te retrouvais au milieu de cons avec d’autres types comme toi, quand je lis , je regarde les deux vidéo ou il est (et en plus j’ai regardé suite à son adresse qu’il a donné ce que je pouvais trouver sur sa ferme et lui ) tu vois je suis curieux , c’est peut-être ça que tu appelles un genre de front commun, moi j’appelle ça des atomes crochus, des liens, sans en être, des idées communes, un but, des envies, un lien quoi
      Mais peut-etre n’as-tu point compris le but et la démarche de s’unir politiquement, en réseaux , d’avoir un sens, mais certainement que toi tu fais mieux que E&R ou Civitas que Laurent ou nous autres , tant mieux j’en suis heureux pour toi
      En fait plus je viens sur ce forum, plus ça me casse les couilles tous les types comme vous , vous foutez rien, vous militez pas, vous vous engagez pas et vous venez nous donner des conseils, la république ne risque rien avec des pecnots comme vous vous descendez vous même les gars de chez vous
      Aller bonne nuit


    • #1876841

      @James fortitude, de nos jours il n’y a pas plus réfléchit que l’achat d’un tracteur, puisqu’il doit être adapté aux travaux à réaliser il est donc choisit en fonction de sa puissance et de ses équipements et bien sûr de son prix.
      Le choix est de plus limité en général à la concession la plus proche afin de pouvoir être dépanné rapidement dans mon secteur deux choix possibles, John Deer ou New Holland.
      Bien qu’il y ait encore des individualistes, sur ma commune nous sommes 49 chefs d’exploitation, tous adhérents à la coopérative d’utilisation de matériel agricole, nous achetons le matériel en commun. Les exploitations vont de 22ha à430ha mais les travaux sont les mêmes pour tous la quasi totalité étant en polyculture élevage, aussi les plus grosses exploitations assument l’achat des tracteurs de têtes et les autres exploitations les utilisent aussi et rendent le service par des travaux demandant des tracteurs moins puissants, et cela permet à tout le monde d’avoir du matériel performant, on est loin de l’achat de la Rolls...
      Pour ce qui est de la communauté des agriculteurs, en dehors d’E&R je fais partie de plusieurs associations agricoles et lors des AG de fin d’année, j’ai pu au moins sentir une communauté de souhait puisqu’à l’unanimité les agriculteurs souhaitent pour les Français une famine...
      Quant à ma mort, même si elle est programmée, je vais pas me laisser faire, et si je dois y passer tu es le suivant sur la liste, à moins que tu trouve un Vierzon d’occase pour tenter de produire ta nourriture tout seul...
      Nous ne sommes plus que 650 000 pour nourrir 70 000 000 de personnes(j’inclus les clandos...), alors à pied derrière les chevaux, ça va être un peu juste...
      Tu viens sur E&R, alors je ne désespère pas, tu as déjà fais un bout du chemin, essaye de rencontrer des paysans, pendant qu’il en reste...


  • #1876113

    Cet échange intellectuel mené par Sapir n’est pas du niveau des paysans (sauf exceptions). Le paysan français n’a rien vu venir. Il s’est tapé sur la panse quand les subventions européennes tombaient à l’envie, il a obtenu que le nuage de Tchernobyl s’arrête à la frontière (merci pour les thyroïdes), il a obtenu que le bio soit acceptable malgré des pesticides approuvés par l’UE, bref il en a profité et largement. Depuis peu, la réalité se fait jour. Exit !
    Welcome les autres et Monsanto...
    Paysan ? Ah non, Comme pour les femmes de ménage baptisées techniciennes de surface, on a positivement changé leur appellation, ces techniciens souffrent et pleurnichent (comme des flics ou des pompiers) avec moins de talent que d’autres diront les plus abrupts.
    Mes yeux restent secs, c’est con.

     

    • #1876214

      @Paysandent, les paysans n’ont rien vu venir...
      Bien sûr, ils ont toujours eu le pouvoir dans ce pays et ils sont en général une large majorité à l’assemblée, ce qui leur permet de décider de leur avenir...
      Pour ce qui est d’avoir largement profité des subsides européens, je peux te présenter des tas de paysans, rares sont ceux qui possèdent la terre qu’ils travaillent, je peux même te présenter une famille qui a payé le 11 novembre 2017 le 133ème fermage annuel à la même famille de bourgeois parisiens.
      Le lobby agroalimentaire existe, celui des paysans je ne crois pas, désolé pour ta thyroïde, faut que tu trouves un autre responsable.
      Depuis que l’industrie agroalimentaire et les grandes surfaces se sont engouffrées dans le juteux marché à bobos du bio, ce n’est plus qu’une arnaque. Encore un choix des agriculteurs !
      Je commence à avoir l’habitude des commentaires méprisants sur mon métier, bien souvent par des gens du tertiaire, descendants d’hommes courageux ayant vendu la terre de leurs ancêtres pour se faire fonctionnaire...
      Ca pleurniche, rien que dans la partie du département où je vis 9 suicides et un paysan abattu par les gendarmes...
      Pour savoir d’où je parle...
      https://www.egaliteetreconciliation...
      Il y a mon adresse à la fin, passe me voir, je sais, tes yeux resterons secs, mais il y a des chances que le nez coule quand même...


    • #1876261

      courage Laurent,
      j’ai travaillé à l’INRA dans les années 70, à l’époque, population agricole plus d’un million, l’objectif avoué du gouvernemnt était 600 000 agriculteurs à l’horizon 2000.
      Il se trouve que j’ai une ferme en Thailande et que je suis en train d’en acheter une en Inde, eh bien pour ce qui est de la production et politique agricole et des prix du marché, : tout est de la responsabilité du gouvernement, quand le gouvernement fait bien son travail, (Thailande) la merde est réservée à l’exportation (pour être dans les normes "qualité et sanitaire") mais sur place le marché intérieur étant beaucoup plus difficile, la qualité est au RDV et les prix réellement fonction du marché, donc tout le monde vit correctement (les intermédiaires sont excessivement peu gourmands et peu nombreux. En Inde où on a laissé Monsanto développer son cancer, sa situation est grave mais la réaction (sans l’aide d’ un état totalement inefficace car corrompu) commence mais l’endettemet passé est pratiquement impossible à gérer.
      Ce qui veut dire que chaque pays suit une politique agricole qui dépend exclusivement de son gouvernement, les paysans ne font que suivre contraints et forcés"l’innovation", mais si on leur fout la paix, naturellement ils reviennent aux techniques traditionnelles car elles sont peu gourmandes en investissements et tout à fait efficaces tant qu’on ne leur met pas de bâtons dans les roues.


    • #1876361
      le 09/01/2018 par Yves-Sans-Logement
      Les agriculteurs français condamnés à disparaître ?

      @laurent71
      Tu ne les changeras pas , ce sont des ingrats, méprisant leur prochain, car ils ont une vie de merde et peu de courage de se lever pour produire leur propre ressources
      Comme Ségolène Royal ou comme Stéphane Le Foll ou les fiottes José Bové, Xavier Beulin ou de EELV Emmanuelle Cosse, Cécile Duflot et toute cette clique de nantis, dont les mains doivent être douce (pour se palucher la rondelle), non calleuses, qui n’ont jamais vu une fourche ou une pelle
      Cherchant à tour de bras un bouc-émissaire , détends toi camarade , avec ce genre de personne c’est peine perdu
      Ils sont tous un peu paysans, écolos, éleveurs ,maraîchers, survivalistes, politiciens, révolutionnaires, guerriers, derrière leurs claviers
      Des pecnots donneurs de leçons, qui au mois d’août vont à la mer, à noël au ski , le soir au resto et le weekend au ciné
      Bon courage et bonne année camarade à toi et tous les tiens (j’espère que tu as lu le livre )
      Merci (nous on s’est payé la tempête un peu de dégât et quelques pertes et pour vous)


    • #1876457

      Salut Yves, je peux peut-être pas les changer, mais j’essaye au moins de les faire taire.
      Pour ce qui est des mains douces, chez nous on dit des "mains blanches de bandit"...
      Pour le livre tu as piqué ma curiosité, je l’ai mis sur ma liste, il me reste jusqu’au premier février pour lire, ensuite c’est le début des cabris et j’aurai plus le temps de lire tant qu’à la fin des moissons.
      La tempête ne nous a coûté que quelques tuiles, on s’en sort pas mal...
      Bon courage et bonne année à toi et à toute ta famille.

      Salut aussi à toi Paramesh et meilleurs vœux.


    • Dites moi monsieur l’expert, c’est quoi le point commun entre le maraicher qui a 2 hectares et le céréalier qui en a 50 ? Entre le vigneron bordelais et l’arboriculteur de la Sarthe ? Entre le marin pêcheur et le navire usine qui racle le fond des océans ?!


    • #1876770

      @Paul82, à qui t’adresses-tu ?
      Est-ce que tu peux préciser ta question ?
      A moins que tu es donné des éléments par transmission de pensée consensuelle...


    • #1876782
      le 09/01/2018 par Yves-Sans-Logement
      Les agriculteurs français condamnés à disparaître ?

      @laurent71
      Merci ce sont des paysans comme toi qui m’ont et me conseillent encore , me forment et nous entourent depuis plusieurs années
      Heureusement qu’il y a des gars comme vous et des anciens heureux de voir des gens comme nous ça leur rappelle leur jeunesse ils me disent
      Quand ils voient notre ferme , ils disent toutes les fermes y a 70 ans été comme la tienne (après la guerre leurs pères faisaient un peu de tout (on était sur un modèle d’exploitation, vivrière encore)
      J’espere un jour que mes gosses (si Dieu le veut) seront comme vous pour moi y’a trop de boulot
      Que Dieu bénisse les paysans et notre nation (c’est toujours un plaisir de lire tes com’)


  • #1876164

    Ce qui a retenu mon attention à propos de la paysannerie : française avant sa modernisation :".. le crédit bancaire était très peu utilisé...". je crois personnellement que c’est ça qui a signé la mort de la paysannerie française et ce dès la guerre de 14-18, génocide organisé de ces populations auto suffisantes produisant sans intrants chimiques, avec peu de machines et surtout sans recours au crédit bancaire. Deux guerres ont mis bon ordre à tout ça : les monuments aux morts et les agences du crédit agricole ont fleuri dans des campagnes désertifiées, désormais prêtes pour la révolution verte des années 60-70.Depuis les années 90-Le mode de production français est de nouveau jugé obsolète malgré des efforts certains de gains de productivité. Les cours agricoles maintenus anormalement bas vont permettre l’accaparement des terres par des grands groupes qui vont montrer la nouvelle voie : fermes de 10 000 vaches et de 10 000 hectares avec exploitation industrielle et largement automatisée. Oui, si il n’y a pas une révolte en France, c’est la fin des paysans.


  • Très intéressant. L’UE n’est pas à une contradiction près, comme Macron qui veut sauver la planète avec le libre-échange pollueur.


  • #1877818

    Mais personne n’a donc compris que soleil vert était notre avenir, que c’est là où les frères qui obéissent à leurs maitres, dirige le troupeau ?

    En vérité,rassurez-moi, je ne suis quand même pas le seul à voir clair ?

    Merci pour vos réponses.

     

    • #1877889

      Erratum :

      En me relisant, je trouve une ENORME faute :

      Mais personne n’a donc compris que soleil vert était notre avenir, que c’est là où les frères qui obéissent à leurs maitres, dirigent le troupeau ?

      En vérité,rassurez-moi, je ne suis quand même pas le seul à voir clair ?

      Merci pour vos réponses.


Commentaires suivants