Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les combats tournent en faveur des chiites au Yémen

L’insurrection se poursuit au Yémen, où les affrontements entres les combattants zaïdistes (une branche du chiisme) et les forces gouvernementales se prolongent dans la capitale, Sanaa.

La ville est le théâtre de la lutte pour le pouvoir entre le mouvement Ansar Allah et la garde du maréchal Abd Rabo Mansour Hadi, président de la République. Les miliciens ont pris le contrôle du palais présidentiel après les deux jours de combats de lundi et mardi, qui ont fait 35 morts et 94 blessés. Le Premier ministre a quitté sa résidence, encerclée par les unités chiites, pour un lieu plus sûr. L’aéroport de la capitale est fermé, de même que celui de la vile portuaire d’Aden.

Venus de la province pauvre et enclavée de Sa’dah, dans le nord du pays, les Houthis (du nom de leur ancien chef Hussein Badreddin al-Houthi) se sont révoltés contre le projet du gouvernement de réviser la constitution. Ils réclament également la tenue d’élections anticipées et un accès de leur province à la mer afin d’assurer un développement de leur territoire, une région aride, montagneuse.

À partir de 2004, le conflit est permanent avec Sanaa, qui demande l’intervention de l’armée saoudienne. Celle-ci fera usage de phosphore blanc sur les civils. De 2005 à 2009, trois cessez-le-feu entreront en vigueur mais ne permettront pas une résolution de la crise. En 2009, lors de l’opération Terre brûlée, l’armée yéménite échoue à vaincre la rébellion houthiste, bien qu’épaulée à nouveau par l’Arabie saoudite.

Le mouvement Ansar Allah, dirigé depuis 2004 par Abdul-Malik al-Houthi, est soutenu par l’Iran et le Hezbollah. Les États-Unis suivent de près la situation : l’Iwo Jima et le Fort McHenry, transportant des Marines, sont actuellement au large des côtes yéménites afin de secourir le personnel de l’ambassade étasunienne, dans l’éventualité d’une extension des combats. Washington n’hésite pas à amalgamer les rebelles chiites houthistes aux combattants d’AQPA (Al-Qaïda dans la péninsule Arabique), qui profite de la situation pour étendre son influence dans quelques zones du pays.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1097960

    Depuis que les chiites yéménites sont passés sous l’influence du chiisme duodécimain iranien, c’est le bordel dans ce pays.

     

  • #1097974

    Excellente vidéo d’Aldo Sterone sur les différences entre Chiites et Sunnites :

    https://www.youtube.com/watch?v=PWB...

     

    • #1098251

      Le chiisme Zaidite pratiqué au Yémen, est très proche du dogme du sunnisme,
      entre autre ils reconnaissent les compagnons du prophètes (sws), et ne reconnaisse que 5 imams de la lignée de Ali (as).
      Contrairement a ce qu’on veut absolument nous faire admettre, ce n’est pas le problème majeur des convictions religieuses,
      on voit ce que ca a donné en Irak-Syrie, ces populations vivent avec ces particularités depuis un millénaire.
      Ce qu’on voit c’est un soulèvement populaire contre la tyrannie du gouvernement, et il est légitime de se défendre après autant d’années d’oppression, appuyé par nos chers gendarmes du monde qui assassinent des leaders populaires de manière illégale avec leurs drones. Il ne faut pas tout mélanger, une fois de plus la religion n’est pas la cause principale de ces conflits.
      Mais elle est utilisée pour agrandir le fossé entre les belligérants.


    • Le problème avec cette vidéo est que l’auteur dit qu’il n’est ni sunnite ni chiite, mais :

      1) Il est à 100% d’accord avec toutes les positions chi’ites.

      2) Les positions sunnites sont certes différentes des positions chi’ites, mais sont également différentes dans de nombreux cas de celles qu’il attribue aux sunnites.

      Alors je ne sais pas si cet homme est un chi’ite qui se camoufle pour tromper les gens en paraissant neutre et donc plus objectif, ou si c’est quelqu’un d’honnête mais d’ignorant qui a lu les prétendues positions sunnites sur les sites de propagande chi’ite et qui les a crus sur parole, mais dans tous les cas cette vidéo ne permettra pas de connaître les différentes entre chi’ites et sunnites. Tout au plus, elle permettra de connaître les positions chi’ites sur le sujet, et les mensonges de certains chi’ites sur internet sur ce que seraient les positions des sunnites.


    • #1098652

      Je reste un peu dans l’expectative aussi avec cette vidéo, moi qui suis en train de lire Grandeur de l’Islam je pensais avoir des explications plus précises que cela (il ne parle même pas d’Abou Bekr). Je sais que Sheikh Imran Hosein ne porte pas les chiites dans son coeur, mais je n’ai pas pu trouver pourquoi. Quelqu’un aurait il une idée ?


    • #1100975

      Bonjour, Cheikh Imran Hossein était en Iran récemment. Donc dire qu’il ne porte pas les chiites dans son coeur est une erreur.

      Il dit cependant, que les chiites sont dans le faux. Mais sur quoi s’appuit-il pour porter ce jugement ? Dans une video, et une seule, il nous dit que les chiites n’ont jamais gouverné La Mecque. Cela, selon lui, est un signe fort.

      Or, le Cheikh se trompe sur ce point. En effet, les chiites ont régné sur La Mecque et Médine, environ 200 ans, lorsque le califa Fatima était à son apogée.
      http://simerg.com/literary-readings...


  • Mais que font les drones américains ? Les gamins nourris a la pizza et au coca qui les pilotent depuis un container climatisé dans le désert du Nevada ne savent pas pour qui prendre parti ?


  • #1098018
    le 21/01/2015 par Laurent Franssen
    Les combats tournent en faveur des chiites au Yémen

    prenez une carte et coloriez les pays qui ne sont pas en situation de guerre/guerre civile/conflict ethniques et consorts.

    Un très petit crayon devrait suffire...


  • résultat de l’influence néfaste de l’Iran sur ce pays.

     

    • ce n’est pas une question d’influence de l’Iran , mais latitude du wahabisme et du takfirisme d’Arabie saoudite qui ne vois dans les autre que des chiite dés qu’il ne partage pas la même soumission au usa , alors ont a des alaouite syriens qui deviennent des chiite du jour au lendemain dés qu’il refuse le tuyau de gaz qatari , et vla les yéménite qui deviennent chiite en voulant s’émanciper de la tutelle des usa , cette bêtise veut même nous faire croire au chiisme des émeutiers saoudiens qui sinsurgent contre le gouvernement et la famille royale.
      tout le monde s’accorde aujourd’hui que l’Arabie saoudite deviens un pays dangereux pour ces voisins et pour la paix dans le monde de part son idéologie mortifère et sont soutien au terrorisme international .


  • #1098061

    D’où le canular "Al qaida au Yémen" afin de justifier une intervention occidentale qui aura pour objectif occulte d’empêcher que le Yémen tombe du côté iranien...rien n’est laissé au hasard !

     

    • #1098226

      Dans le mile camarade, si le Yémen devait passer sous domination chiite, cela signifierait une probable adhésion du Yémen au front Iran/Syrie/Hezbollah, l’Empire ne peut laisser l’Iran contrôler à la fois le détroit d’Ormuz (entre l’Iran et le Sultanat d’Oman, proche du chiisme iranien) et le détroit de Bab-el-Mandab (entre le Yémen et Djibouti) qui serait synonyme de contrôle quasi-total du pétrole saoudien en cas de conflit.

      Il y a donc fort à parier qu’un scénario a déjà été étudié à Washington pour justifier d’une intervention future, avec l’introduction de ce grotesque "Al-Qaida au Yémen" qui n’a aucun sens.

      Le chéquier saoudien et le pistolet américain n’ont pas fini de foutre le bordel dans le monde !


    • #1098323

      C’est une hypothèse qui pourrait se tenir camarades. Car l’insistance médiatique sur le nom "Al-Qaida au Yémen" est un peu lourde. Alors qu’il s’agit en fait d’Al-Qaida dans la Péninsule Arabique (yéménites et leurs potes saoudiens) normalement...
      Je vous accorde par avance que les terroristes eux-mêmes s’en sont revendiqué, à la mémoire d’Awlaqi peut-être ? Enfin quoi qu’il en soit il se pourrait qu’il y ait quelque chose de pourri au Royaume du Danemark.


  • #1098127

    ah ben tiens, y avait pas un des terroristes qui revenait du Yemen ? Ca sent l’intervention, dans le respect des conventions de Geneve bien entendu.


  • Très bonne nouvelle ! En espérant la même chose à Bahrein.


  • C’est normal. L’Arabie Saoudite ry l’Iran soutiennent les chiites au Yemen.C’est le revirement Saoudien ces derniers mois qui a fait penché la balance pour la victoire de la rébelion chiite houtih.

    Les Saoudiens ont peur de l’Etat Islamique en Syrie Irak qui est hors de contrôle et risquent de renverser la monarchie Saoud au nord et au sud ils ont le Yemen qui pouvaient aussi penché mais là vers Aqpa. Pris dans un étau ils ont du revoir leur politique géo stratégique l’Etat Islamique et Aqpa étant plus dangereux pour eux que les chiites Houtih ou que l’Iran !
    Les alliances se font et se défont en fonction des intérêts à court moyen et long terme.

     

  • #1099684
    le 23/01/2015 par Révolutionnaire khoméiniste
    Les combats tournent en faveur des chiites au Yémen

    La situation au Yémen (comme partout ailleurs dans la région) ne s’explique pas par une supposée division entre chiites et sunnites. L’interprétation systématique de tout événement à l’aune de ce clivage réducteur est voulue et promue par l’empire afin de destabiliser les pays du Proche Orient et d’empecher l’unité des musulmans contre les occupants atlanto-sionistes. L’oligarchie régnante cherche non seulement à déclencher un "conflit de civilisations" entre chrétiens et musulmans, mais aussi une guerre intra-musulmane entre chiites et sunnites.

    Caractériser l’ascension des Houthis comme une prise de pouvoir par "les chiites" en tant que tels, serait en effet inexact. Parmi les principaux adversaires historiques d’Ansarallah (mouvement Houthi), on trouve d’autres tribus zaidites (chiites) du nord du pays, en particulier celle d’Al-Ahmar. L’ancien président Ali Abdallah Saleh qui, avec le soutien direct de l’Arabie saoudite, conduit pas moins de six guerres contre les Houthis entre 2004 et 2011, est lui meme zaidite (chiite). Sheikh Abdallah Al-Ahmar, l’ancien parrain du Parti Islah, branche yéménite des Frères musulmans opposée aux Houthis, est également zaidite (chiite). En outre, le ralliement d’une grande partie de l’armée et de ses membres sunnites à la cause défendue par Ansarallah a été un facteur important dans la progression des Houthis.

    Quant à l’allégation que l’arrivée sur la scène yéménite d’acteurs alliès à l’Iran serait à l’origine des troubles dans ce pays, un bref apercu de son histoire démontre l’opposé : de la division du Yémen en deux Etats durant la guerre froide aux conflits récurrents entre ces deux entités, en passant par l’apparition d’Al-Qaida et l’ingérence US après 2001, jusqu’au soulèvement populaire du "printemps arabe", récupéré dans un premier temps par le pouvoir avant d’etre finalement mené à son terme grace au concours des Houthis, l’Iran est loin d’avoir été l’instigateur de conflits au Yémen.

    Pour finir, les théories suggérant que l’Arabie saoudite ou encore Abdallah Saleh appuiraient désormais secrètement les Houthis, sont erronnées elles aussi, ces derniers ayant toujours été opposés à Riyad ainsi qu’à l’ancien président.

     

    • Excellente intervention l’ami, j’en avais fait une pour expliquer les tenants et les aboutissants de la question yéménite depuis la reprise en main de la souveraineté nationale par le mouvement multiconfessionnel Ansar Allah mais encore une fois, comme trop de fois, mon texte n’est pas passé. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je limite dorénavant au très strict minimum mes interventions.