Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les enfants de bourgeois sont dans les choux

Et la France profonde n’a plus un radis

Le déclassement se voit terriblement en province où les fils à papa trouvaient toujours autrefois un travail sans ambition pour donner le change socialement mais la chose semble révolue. Alors on vit sur la vente de l’héritage en espérant que cela suffise jusqu’au bout.

 

 

Retrouvez Christian Combaz, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2186890
    le 27/04/2019 par VIVACHAVEZ
    Les enfants de bourgeois sont dans les choux

    Ceci pourrait aussi se rapporter aux "fils de" du showbiz pour ce qui est du talent. Les fils de chanteurs et d’acteurs en ont en général moins que leurs parents, voire pas du tout. Tout cela étant tout à fait vérifiable.


  • #2186899

    Le petit Balzac lisait beaucoup, et s’est fait renvoyé pour ça et aussi parce que les cours l’ennuyait, après s’être vu confisqué son tout premier écrit "Traité de la volonté" (qui est donc le chef d’oeuvre inconnu).
    Il est devenu finalement le grand écrivain connu de tous, bien qu’il médisait sur son style (il a eu au moins le mérite de ne pas tomber dans le piège du romantisme, suggéré par la franc-maçonnerie à travers Victor Hugo, franc-maçon, et du coup ne fut pas admis dans le cercle même des initiés - le "petit cénacle" de la famille Hugo).

    Mais qui peut aujourd’hui faire prévaloir un quelconque talent, c’est surtout une question de conjoncture, une époque de la fin des temps... L’aurore hugolienne (en négation du classicisme) çà donne, presque deux siècles plus tard, le crépuscule de Branco.... l’horreur mongolienne, l’aliénation à son comble : l’autre ne veut pas bosser, mais en plus fait sa reine en ne se mêlant pas au peuple !
    Je ne lui prédis que du bonheur...

    Le retour à la nation, c’est l’enracinement (un subtil mélange d’empreints culturels selon le lieu), c’est-à-dire l’engagement (le temps)...

     

    • #2187022
      le 27/04/2019 par le vengeur masqué
      Les enfants de bourgeois sont dans les choux

      ..le piège du romantisme suggéré par la FM..Fort de café !
      et moi je crois que vous vous égarez ,le romantisme est né en Allemagne avant de venir en France,et n’a pas été "suggéré",par quiconque,c’est n’importe quoi.
      (Développer serait un peu long,je condense et résume)


    • #2187110

      le vengeur masqué : Eh pourtant ! La France a pour habitude de remouler à sa façon ce qui vient de l’étranger - premièrement.

      Second : c’est Gérard de Nerval qui fait la liaison entre l’Allemagne et Paris en traduisant pour la première fois Faust de Goethe. Celui-ci le félicite : "traduction française où tout agit de nouveau avec fraîcheur et vivacité !"

      Trois : c’est grâce à ce premier travail, que Nerval est remarqué et invité chez Victor Hugo, déjà connu et plus vieux d’une dizaine d’années. Celui-ci, franc-maçon et artiste, décide alors (sans doute sa mission), de créer un cercle, "le petit cénacle" (le grand étant sans doute celui de sa loge), autour duquel viendront se greffer Théophile Gautier, Delacroix et d’autres (une petite dizaine). L’expérience durera quelques années.

      C’est ainsi que prend pied le romantisme en France.

      Pour de jeunes artistes (poètes, "littérateurs", peintres), la possibilité d’une carrière grâce au soutien de Hugo, mais aussi manipulés (jeune artiste et sens critique çà fait deux) car quand on lit ce qui passe pour être le manifeste du romantisme (préface de "Cromwell" écrit par Hugo en 1827 - remarquez que le titre renvoie à un personnage anglais, peut-être un clin d’oeil à l’origine anglo-saxonne de la secte), nous comprenons bien qu’il s’agit de la première tentative de "libérer" l’Art et les artistes contre le classicisme académique et ses règles établies (Ingres...), et où il appelle la nouvelle critique à soutenir sa démarche.

      Ce qui ne veut pas dire que dans le dit romantisme il n’y a pas de choses intéressantes, mais en se "libérant", l’Art français s’est tiré aussi une balle dans le pied en rompant avec sa tradition !

      Quant à Balzac, il était dans cette ambiance d’époque, mais trop réaliste, il n’a pas fait partie du cercle hugolien - ce qui n’empêcha pas des liens de se créer autrement !
      Et devinez qui a rendu hommage à Balzac (mort jeune à 51 ans) à son enterrement ? Victor Hugo le franc-mac ! En parlant de lui comme d’un "écrivain révolutionnaire"... Pourquoi préciser "révolutionnaire" ? Sans doute pour le rattacher identitairement à cette nouvelle culture, progressive...

      *Pour ce qui concerne l’avenir de l’Art français, je n’ai pas d’idée précise encore. Mais je cherche ! Et pour ça il fallait remonter au germe de la décadence, c’est-à-dire juste après 1789, avec le romantisme. À suivre...


    • #2187313
      le 28/04/2019 par culturovore
      Les enfants de bourgeois sont dans les choux

      @ crayon

      Hugo rendit un hommage bien plus grand à Balzac qu’en le qualifiant "d’écrivain révolutionnaire" lors de ses funérailles. Selon Octave Mirbeau, Hugo s’est tourné lors des obséques vers le ministre Baroche qui ironisait sur Balzac en lui disant : « C’était un génie, monsieur, le plus
      grand génie de ce temps... »
      Hugo plaçait donc Balzac au-dessus de son propre talent. N’est ce pas le plus grand hommage d’un grand homme à un autre ?


    • #2187489

      culturovore : si vous voulez ! N’empêche que pour moi Hugo est un brillant manipulateur qui s’exprime dans un langage très imagé à plusieurs tiroirs, alors que Balzac est dans la réalité des moeurs et l’exactitude des sentiments, ce qui le rend touchant, parfaitement français et de là en fait effectivement un grand !

      Mais surtout : De Balzac est un exemple pour tout vrai artiste (indépendant), de force, de volonté, et d’abnégation ! Le grand public ne découvrira qu’après sa mort la somme de travail abattu durant sa courte vie (la Comédie Humaine et ses 2 000 personnages, entre autres !). "Être aimé et faire fortune"...


  • #2186903
    le 27/04/2019 par Jean d’Artois
    Les enfants de bourgeois sont dans les choux

    Il faut loin de là en faire une généralité : certains se sont " raccrochés " aux branches , d’autres ont carrément fait de belles fortunes , et d’aucuns ont effectivement sombré dans une certaine " indigence " , et j’en connais qui se sont carrément perdus dans l’addiction aux substances ( très ) nocives .
    J’ai personnellement exercé toute ma vie , deux boulots , dont un " artistique " , je pensais obtenir de ce dernier , un minimum de retraite , à laquelle il était obligatoire de cotiser , le moment venu il m’a été indiqué , que c’était impossible , vu le statut de l’autre travail ? - je comprends désormais les gauchos d’intermittents du spectacle , avec qui je bossais régulièrement , qui se foutaient de moi , parce que des le lundi je reprenais l’autre boulot , ALors que eux , étaient au repos chez eux , en doublant leur salaire avec les assedic toute leur vie , et affichent une retraite d’intermittent bien plus conséquente que celui qui a exercé deux tafs à temps plein !


  • #2186907

    Ouf ! J’ai cru que Michael Lonsdale était mort suite à l’hécatombe de ces derniers temps. Ce qui n’enlève rien à la qualité de ce distingué personnage.

     

  • #2186910

    Ou comment on passe de "la France de Campagnol"
    à la "France de Campanile".
    Jacques Attali : "Tout pays doit se penser comme un hôtel".


  • #2186914
    le 27/04/2019 par moralités
    Les enfants de bourgeois sont dans les choux

    La culture se transmet par la mère dans les premières années de vie, qui marquent tant. Le QI se transmet aussi.
    Moralité un : il est important pour ces messieurs de choisir des femmes intelligentes comme mères de leurs enfants.
    Moralité deux : si la mère n’est pas une flèche, suivre la scolarité des enfants avec attention, les inscrire dans de bonnes écoles tradi, leur transmettre autant que possible ses propres connaissances par une présence importante, des discussions, etc. Les faire travailler de leurs mains.
    Moralité trois : parfois il n’y a rien à faire, le faible QI rechigne à l’effort et ne brille jamais.
    Moralité quatre : mieux vaut ne pas trop gâter ses gosses. Il convient qu’ils aient envie de quelque chose dont ils sont privés.
    Moralité cinq : parfois il n’y a rien à faire. La société a des aimants très puissants qui éteignent les lumières des parents. Le diable est séduisant au premier abord, avant de se révéler bouc. Et la jeunesse est moins brillante qu’elle ne le croit, très influençable le plus souvent ;

     

    • #2186938

      Une femme intelligente et avec du cœur et de la morale car un enfant se construit grâce à l’amour et à l’attention aimante qu’il reçoit dans les 1ere années de sa vie.


    • #2187029
      le 27/04/2019 par lemecnormal
      Les enfants de bourgeois sont dans les choux

      et le QI vient de la mère,ou du père,ou des deux ?
      Si je comprends bien,le père n’a que les burnes !
      Remarquez,c’est déjà çà !


    • #2187222

      Pour le QI il faut demander à Conversano ;-P


    • #2187366
      le 28/04/2019 par moralités
      Les enfants de bourgeois sont dans les choux

      @ lemecnormal
      Le QI vient de l’un ou de l’autre. Si la mère n’est pas une flèche, il y a un risque. Si les deux parents ne sont pas des flèches : deux risques. Si le père n’est pas une flèche : un risque. Dieu merci, la Nature dans sa bienveillance prévoit qu’on puisse hériter du QI d’un grand-père intelligent, avec deux parents plutôt bêtes !
      Il ne faut donc pas désespérer.
      On voit beaucoup de "filles de", et "fils de", pourtant pourvus de la meilleure instruction, et qui n’ont jamais manqué de rien, devenir de très médiocres personnes. Quand ils se droguent, c’est qu’ils ont souffert d’inattention spirituelle ou affective grave.
      La noblesse ancienne échappait mieux à ce problème, en éduquant sévèrement sa progéniture, en lui exigeant beaucoup, en respectant le principe : noblesse oblige. Sinon, on n’est jamais qu’un parvenu et on peut même engendrer des caligulas.
      Souvent les gens qui se sont faits par l’effort (et l’aide de leur famille et de structures religieuses ou autres, on ne se fait jamais seul) ont des enfants décevants, qu’ils ont beaucoup choyés. Il manque une tradition longue, une élaboration du savoir-vivre avec l’argent, qui se fait sur plusieurs générations. Le cas peut-être de JMLP & fifille.
      Quant à Laetitia, si elle est dans les choux, ce n’est pas forcément de sa faute. Jadis, on l’aurait mariée assez tôt, et elle aurait veillé à la bonne marche de la maison, sans lui demander son QI ni son CV. Son frère se serait placé, si pas très doué ou motivé, au moins dans le commerce, aujourd’hui squatté par des peuplades à bas QI et bas QM.


  • #2186968

    Je serais curieux de savoir pour qui ont voté les parents des personnes dont il nous parle.


  • #2186971

    Niet !

    L’héritage sera sublimé ou rien !


  • #2186977
    le 27/04/2019 par Farncomtois
    Les enfants de bourgeois sont dans les choux

    Merci à ER de mettre en avant Pierre Combas. Qui, grâce a lui, ai pu permettre à mon chère père ( de presque septante ans), de faire réfléchir à la situation global de la France et même plus, sans qu’il me traite de complotiste négativiste.

     

  • #2186981

    En France on dit que les 2/3 des riches sont des héritiers . On peut en dire autant de conquérants célèbres : Alexandre a hérité non seulement de l’armée de son père, prête à conquérir l’empire Perse, mais encore a-t-il hérité de ses Phalanges et de sa nouvelle façon de livrer bataille . Frédéric II de Prusse c’est pareil : il a hérité de son père "le roi sergent" d’une puissante armée de 80 000 homes, parfaitement entrainée et disciplinée qu’il a commencé à jeter sur la Silésie ! Par la suite ce grand soldat, à la tête d’un royaume de 2,5 millions d’habitants, a foutu une raclée à l’armée française, deux fois plus nombreuse que la sienne (Rossbach), armée d’un royaume presque 10 fois plus peuplé que le sien (23 millions d’habitants) . Quant à Louis XIV, il avait 5 ans quand Condé (âgé de 22 ans) écrasa l’armée espagnole à Rocroy et mis fin à 80 ans de prépondérance espagnole en Europe : cela marquait l’avènement de la prépondérance française sur le continent (1643-1815) .

     

    • #2186993
      le 27/04/2019 par Le Marais
      Les enfants de bourgeois sont dans les choux

      Je pense que c’est ça, le plus souvent il ou elle ne sait rien faire de ses dix doigts mais comme il ou elle a hérité du bien immobilier des parents, il ou elle se retrouve avec un bien immobilier d’une valeur inestimable. Le plus souvent les fils ou filles de bourgois ne sont pas dangereux car en plus de ne pas connaitre la vie, parfois ils n’ont ni compétences, ni diplômes adéquates. C’est pas eux qui font tourner le pays c’est certain.


    • #2186997
      le 27/04/2019 par Le Marais
      Les enfants de bourgeois sont dans les choux

      C’est aussi la raison pour laquelle j’apprécie ceux qui partent de rien et réussissent d’un point vue social et professionnel.
      C’est eux les plus forts même si ils se sont enrichis sur la mondialisation car qu’on le veuille ou non, on s’enrichit tous de près ou de loin sur la mondialisation.


  • #2186986

    Ouai… les fils de bourgeois, "fils à papa", ils baisent à couilles rabattues, les fils de prolos ils peuvent toujours se branler . " Les filles sont au pognon " .

     

    • #2187103

      Oui et non ! Un beau parleur , ou un gars doté d’une personnalité attrayante, fut- il prolo, trouvera trouvera une fille ou deux pour coucher avec lui...et comme partout, dans une banlieue déshéritée, les filles vont vers les 2 ou 3 mecs du coin les plus attirants...


  • #2187006

    Je ne connaissais pas ce "youtubeur", que j’ai découvert ici dans un article sur Notre Dame.
    Il est fort sympathique, perspicace sur les questions politico-culturelles, et a un certain talent pour conter de vulgaires ragots d’adultères d’un petit village jusqu’à les rendre aussi intéressants et pertinents qu’un roman du XIXe siècle.
    Enfant, j’ai lu une demi douzaine de d’ouvrages de la Comtesse de Ségur, bien avant d’avoir l’âge pour Harry Potter ou autres Seigneurs des Anneaux. Ça a du façonner ma sensibilité même si, on est d’accord, son entourage ne fait clairement pas partie du même milieu social.

     

    • #2187236
      le 27/04/2019 par JEAN MARIE
      Les enfants de bourgeois sont dans les choux

      Combaz n’est pas à proprement parler un "youtubeur". C’est un romancier de qualité et qui tient une chronique quotidienne sur le journal de TVL.


  • #2187013

    Cet individu est un cas particulier.Il raconte très bien ses histoires il semble sympathique et équilibré au premier abord mais ce n’est qu’une apparence.Il est extrêmement haineux vis à vis de ceux qui ne lui ressemblent pas et qui ne vivent pas selon ses normes.C’est une haine calme mais absolue.Il passe son temps à insulter et juger des gens marginaux de son village en ne fondant ses jugements que sur les apparences.Cette pauvre laetitia ne serait pas une personne de qualité car elle ne gagne pas d’argent ou qu’elle n’a travaillé que dans l’hotellerie,et son père un homme de grande qualité car medecin.D’abord je pense qu’il est possible que laetitia ait plus travaillé dans sa vie que cet individu.Ensuite pourquoi est ce qu’un père medecin devrait forcément avoir des enfants qui ont un travail prestigieux socialement.Ca peut être le cas ou non.Il y a un determinisme psychopathique dans sa manière d’envisager les choses.Si on a bien réussi socialement,il le dit lui même,cela ne signifie pas qu’on est quelqu’un de qualité.Il se contredit.Ensuite je trouve particulièrement vulgaire de donner le prénom,si il est réel,de cette personne et de dire publiquement qu’elle serait ou non de qualité.
    Je ne sais pas si cette laetitia est de "qualité" ou non,mais on la comprend de ne pas avoir souhaité passer du temps avec des gens tellement sympathiques et emplis de respect d’autrui comme lui et ses amis de campagnol.Ces vieux qui passent leur temps à ne rien faire et à baver sur autrui sont insupportables.

    Au crépuscule de sa vie il est empli de haine,je ne crois pas que ce soit le signe de quelqu’un de qualité.Tous dans son village doivent craindre qu’il fasse une vidéo sur eux,ca doit être le règne de la terreur à campagnol.

     

    • #2187061

      Rien à ajouter...Le commentaire le plus intelligent que je lis sur cette page... Merci Calx


    • #2187155

      Calx , ça fait plaisir de savoir qu’un type comme toi est sur terre !!!


    • #2187238
      le 27/04/2019 par JEAN MARIE
      Les enfants de bourgeois sont dans les choux

      Toi alors, tu as un esprit vraiment torturé !


    • #2187328

      Calx, cette Laetitia qui n´existe peut-être pas est représentative de la décadence de la France. Une France de paysans, 30 millions en 1930 devenue bourgeoise par le hasard des Trentes Glorieuses, prétentieuses, progressistes, de gauche, qui ont avalé toutes les conneries de la modernité ; et qui au crépuscule de leur vie veulent juste la terminer comme ils ont vécu, dans leur brouillard. Apres eux -10 a 20 ans de vie- le déluge.
      Combaz fait du bon boulot de sociologue.


    • #2187560

      commentaire plein de bon sens, mais pour moi il a suffit de regarder sa tête dès le début de la vidéo pour y voir immédiatement un psycho rigide. comme quoi la psychomorphologie que ce soit à l’occidentale ou à l’asiatique, ça a du bon


    • #2188320

      Ayant grandi dans la classe ouvrière en Lorraine, j’ai bien connu ces enfants de bourgeois de province.
      D’abord, la vidéo semble suggérer que les enfants de bourgeois tournent forcément mal, sont fainéants.... j’ai vu des trajectoires différentes, mais tous n’ont pas mal tourné. Au final, ils ont majoritairement mieux réussi que les enfants d’ouvriers : beaucoup d’enfants de médecins qui sont eux-même devenus médecins, des ingénieurs, quelques boites créées au Luxembourg.

      Ensuite, si l’idée est de dire que la bourgeoisie des années 70-80 avait plus de classe, je ne le pense pas. Ils s’habillaient mieux, s’exprimaient mieux, aspiraient plus à être cultivés, mais la lutte des classes en province était féroce. Le mépris des bourgeois et autres notables de provinces envers la classe ouvrière était violent. Le comportement des enfants est toujours le résultat de l’éducation des parents. Les parents qui se contentent de gâter leurs enfants sans leur transmettre de valeurs ne doivent pas se plaindre après. Si Laetitia racontait fièrement qu’elle connaissait Eddie Barclay et méprisaient les gens de son village, c’est que le père n’a pas fait son boulot.

      Enfin, c’est bien beau de parler de jeunesse fainéante, mais réussir pendant les 30 Glorieuses, c’est pas la même chose que de réussir aujourd’hui. La démographie a explosé, quasiment toutes les filières sont bouchées, il est de plus en plus difficile d’avoir une idée d’entreprise qui n’existe pas déjà, et se loger dans une grande ville n’est plus accessible qu’à une élite.
      Dans les années 70, les diplômes de médecine ont été quasiment donnés parce que les socialistes se sont dits que le seul moyen que les enfants d’ouvrier fassent des études supérieures, c’est d’abaisser le niveau général. Il y’a également eu un grand nombre de non diplômés qui sont devenus fonctionnaires avec tous les avantages que ça comportait. Deux fonctionnaires EDF vivaient très bien dans les années 80 (pavillon, deux voitures, vacances, deux enfants, retraites dorées....). Voilà, juste un rappel pour dire que le contexte a BEAUCOUP changé.


  • #2187038
    le 27/04/2019 par François Desvignes
    Les enfants de bourgeois sont dans les choux

    Faisons abstraction de tout.

    Ce qu’il restera c’est que le début de leur chute qui fut aussi la nôtre a commencé avec et par Vatican II qui est la mère spirituelle de mai 68 et du mondialisme.

    Ce n’est pas que le mondialisme n’existait pas avant eux, il est né à la Renaissance.

    Mais c’est que sans la chute du Trône (1793) l’Autel ne pouvait pas tomber.
    Et par la chute de l’Autel (Vatican II) 1965 ans de civilisation ont été ruinés.

    C’est sur les cendres de la civilisation chrétienne qu’a prospéré le mondialisme.
    Et le mondialisme a fait des enfants de la civilisation chrétienne, ses esclaves pour ensuite en faire ses choses.

    Ils ont été réduits en esclavage et le mondialisme est leur maitre.
    Leurs enfants en seront les choses sacrificielles.
    Ce qu’ils étaient avant l’ère chrétienne : les choses de l’État.

    Le troupeau chrétien ayant perdu ses bergers s’est éparpillé dans l’apostasie et la jouissance.
    Ce que ne pouvait pas faire leurs ainés, les bergers ne les ayant pas désertés car leur garde n’avait pas été décimée.

    Ce n’est pas grave.
    N’ayons aucune crainte : nous ressusciterons
    Il faut que le grain meure pour que naisse l’épi.

     

    • #2187085
      le 27/04/2019 par Viktor Von Berg
      Les enfants de bourgeois sont dans les choux

      Contrairement à certains ici qui vous tancent de toujours rappeler la chaîne des causes, je trouve qu’il faut constamment le faire afin de faire comprendre comment nous en sommes arrivés là.

      Un peu comme cet article sur MLP où nous nous étripons tous au sujet de savoir s’il faut voter ou ne pas voter. Dans mon cas c’est l’expérience de dizaines d’années de duperie qui m’a amené à la deuxième solution.

      Où l’on voit donc que les générations se suivent et ne se ressemblent pas ou que, si elles se ressemblent c’est dans l’erreur...


    • #2187334
      le 28/04/2019 par François Desvignes
      Les enfants de bourgeois sont dans les choux

      @Viktor

      Voter c’est offenser la Souveraineté du Christ.

      Ou alors votons pour celui qui reconnaitra Sa souveraineté (exclusive) en politique et fera profession de la servir.

      En France, j’ai cherché cet oiseau rare et ne l’ai pas trouvé.
      Le dernier est mort le 21 janvier 1793.

      Car tous aujourd’hui prétendent que celui qui est souverain c’est une dame (? !?), donc le démenti symbolique de la Genese où Eve est sortie de la côte d’Adam, dame qui s’appelle Marianne (! !!) qui est en elle même l’inversion de la généalogie du Christ (Anne Marie) (soupirs...) ...
      ...ou , pour les plus cyniques (! !) d’entre eux, qu’est souverain, ceux qui leur ont financé leur campagne : les patrons de Marianne, les descendants des marchands du Temple.(CQFD)

      Comme quoi, depuis le fil d’Ariane, ce n’est QUE par l’exposé des causes que l’on sauve, en plus de sa peau, la vie des innocents en tuant le Minotaure.


  • #2187129

    Il n’y a pas qu’eux qui sont dans les choux. Sur tous les ronds-points, je me heurte à des sophistes de LFI. Impossible d’y échapper et les pauvres gens avalent des couleuvres monumentales. Car sur les ronds-points ou dans les croisements, c’est pas des riches et les gars de LFI mettent la gomme à un point que je n’avais jamais vu. Ils offrent même des boissons et des places de cinéma. J’ai jamais vu ça, tout est bon pour racoler !

     

    • #2187163

      Avant de parler des sophistes,renseignes toi sur le sujet....par exemple"les sophistes sous Périclès"de Jacqueline de Romilly.
      Excellente lecture.
      "Insupportable, cette ingnorance sur la question rencontrée régulièrement sur les forums...


    • #2187570

      trop facile Maxwell, il faut développer. la maxime sophiste : l’homme est la mesure de toutes choses se trouvait aussi sur les frontons à Delphes, le lieu sacré de l’ambiguité ( le langage de la Pythie).cette maxime est donc pour le moins ambigue.
      les deux interprétations ( la mégalomane et la réductionniste) se valent sophistiquement. seule l’éthique permet de départager deux discours de sophistes.
      rappelons que la sophistique est l’art d’avoir raison (le dernier mot) dans une joute verbale : RIEN DE PLUS.
      la sophistique apparait avec la démocratie (la réthorique (l’art de parler en public) devient alors un outil de pouvoir et d’enfumage dès lors que l’ éthique n’est plus là pour lui donner sens.


  • #2187573

    Quand on pense que dans les années 70, comme élèves de "Franklin" frais émoulus de l’école d’enfants de chœur du délicieux père L...donc initiés aux "choses de la vie", on partait insouciants aux sports d’hivers à Courchevel pour deux semaines et pour 1.000 NF ("Nouveaux Francs" ! soit 100.000 "Anciens Francs", soit un dixième de million de Francs ! mais seulement 150 € environ ..) Tous millionnaires qu’on était. P’tain ! comme disent les jeunes.

    Il est vrai qu’on parasitait un peu de vieux paroissiens de Saint Pierre de Neuilly parent de la fille justement et qu’il fallait aller à la messe au village.. P’tain (bis). Mais je veux bien me taper toutes les messes du monde pour revivre, la clope au bec et en roulant en DS à 180 Km heures, cette époque pompidolienne bénie..

     

    • #2187847

      Arrête, tu me fais mouiller, à deux poils de cul près j’ai vécu la même chose (Juilly, Mégève et mon empressé confesseur le père J). époque bénie de folle liberté où tout était tellement plus facile. on trouvait du boulot dans la journée, on traversait l’europe en stop. les prolos pouvaient se payer des alpines, il y avait encore quelques politiciens honnêtes et les routes de France étaient un espace de liberté


  • #2187860
    le 28/04/2019 par Un ploemeurois
    Les enfants de bourgeois sont dans les choux

    C’est le problème des successions dans les familles où un des aînés a énormement travaillé ou d’avantage de talents que les descendants. La chute s’accélère dans le temps pour ne rien rester. Etre conservateur sans n’avoir rien voulu conserver in fine.

     

  • #2188203

    Le problème de ce narrateur est qu’il ne prend en compte que les choses visibles, matérielles et superficielles de la situation.

    Pour résumé sa pensée, il y a Gustave, le brave fils de mineur qui est devenu médecin grâce à son travail et son intelligence. Il s’est ensuite marié et à eu deux enfants. Gustave est digne de respect basé sur ces seuls critères extérieurs.

    Ensuite, toujours selon le narrateur, il y a les deux enfants, pourris gâtés par leur père, qui travail beaucoup pour qu’ils ne manquent de rien matériellement. Malgré avoir tout eu (matériellement), ils ont raté leurs vies : divorce, création d’entreprises foireuses, etc...

    Mais c’est bien gentil de juger ces "enfants gâtés" aussi catégoriquement et de les cloués au piloris tout en élevant le père exemplaire, mais qui est sensé apporter à ses enfants tous les outils nécessaires pour réussir à l’âge adulte, qui est sensé inculqué des valeurs autres que matérielles, tel que le travail, la persévérance, la confiance en soi, l’honnêteté ? Et oui c’est le rôle du père.

    J’entend en plus que le père se décharger de "l’échec" de ses enfants en disant qu’ils ne lisent pas contrairement à lui et en disant que leur mère n’est pas une flèche ce qui expliquerait pourquoi ils n’ont pas réussi comme lui.

    Mais dis moi Gustave, qu’est ce qui t’empêchais de leurs faire lire des livres une fois par semaine et qu’ils te fassent un résumé à la fin de la semaine ? Qu’est ce qui t’empêchais de prendre une femme un peu moins jolie mais plus intelligente ?

    As-tu oublié les mains tendues et les aides étant jeunes qui t’ont permis de faire des études et de devenir médecin ?

    On dirait bien que ce vieil homme à vécu une vie très individualiste et matérialistique en oubliant que c’est la providence qui l’a aidé dans sa réussite. Malheureusement les enfants en ont payés les conséquences (sans vouloir les dédouaner de toute faute).

     

    • #2188560
      le 29/04/2019 par Loup de Wall Street
      Les enfants de bourgeois sont dans les choux

      Très intéressante votre analyse... il faut y ajouter le facteur mécanique des trente glorieuses et du plan Marshall ou n’importe quel débile ou alcoolo montait son entreprise et faisait péter la caisse enregistreuse ( grosse croissance, inflation, taux d’intérêts réel négatifs ) pour se retrouver en fin de carrière avec un patrimoine florissant et un mentale de loup de wall street ...

      Aujourd’hui, même les plus diplômés et les plus bosseurs se font aussi dégommés ...donc les leçons de morale des anciens... honnêtement, qu’ils se les gardent !!!


Commentaires suivants