Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les leaders juifs de Mai 68

Le Monde publiait en mai 88 Le mouvement de Mai 68 “révolution juive” ? en affirmant que la proportion de Juifs y était importante. Cohn-Bendit dans Le Grand Bazar (Éd. Belfond) écrit « les juifs représenteraient une majorité non négligeable, sinon la grande majorité des militants ». Pour l’historien israélien Yair Auron, les leaders de Mai 68 sont en grand nombre juifs (Les Juifs d’Extrême Gauche en Mai 68, Albin Michel).

 

On se demande pourquoi Mai 68, aux antipodes de la culture juive, lui semble par ailleurs tant lié du fait de ses 18 leaders juifs* (cf liste) qui représentaient la grande majorité de la direction de son Mouvement !

Y aurait-il eu un mai 68 sans les juifs ? Qu’est-ce qui a fait que les Juifs se sont engouffrés dans ce mouvement ? Y aurait-il un rapport avec 1917 où il est désormais établi par les historiens que la proportion de juifs chez les révolutionnaires bolcheviques est largement supérieure à une hypothétique normale statistique ?

[...]

Pourquoi une telle présence juive ?

Lors d’une conférence sur la raison de cette si forte présence juive, le grand historien Benjamin Stora a rappelé que les juifs avaient une farouche volonté d’intégration qui fut souvent « conflictuelle » car elle se traduisait à la fois par « l’affirmation de sa judaïté au grand jour » et un engagement politique parfois contradictoire (notamment au moment du développement de la solidarité avec les Palestiniens).

Pour Alain Geismar, un lien bilatéral entre l’engagement d’un grand nombre de juifs et leur origine, semble un peu restrictif : « cette dimension n’agitait ni le gros du mouvement, ni ses dirigeants ».

Henri Weber a souligné aussi que, malgré une participation active des juifs dans les organisations d’extrême gauche, « tout particularisme était effacé dans les mouvements révolutionnaires » par leur universalisme. Pour autant, « la question du judaïsme n’était nullement occultée ». Et de préciser : « nous étions des juifs glorieux plutôt que des juifs honteux ! ». « Nous sommes tous des Juifs allemands ! », criaient les jeunes en Mai 68 quand Cohn-Bendit était déjà l’objet des mêmes attaques.

Lire la suite de l’article sur leblogdenoach.wordpress.com

 

 


 

Quasiment personne n’en parle dans les médias alors que la concordance est tout de même étrange, voire frappante. Un gros contingent des leaders charismatiques de cette époque sont juifs. Jugez plutôt :

 

- Daniel Cohn-Bendit, bien sûr, leader du mouvement du 22 mars et figure emblématique de cette période. Pour la petite histoire, sa mère était employée comme économat à l’école Maïmonide de Boulogne-Billancourt dans les années 50. Les élèves de cette période se souviennent encore de petits roux espiègles qui déambulaient dans l’école.
- Alain Geismar, secrétaire général du SNE sup, puis membre actif de la Gauche prolétarienne.
- Henri Weber, le sénateur socialiste, à l’époque qui a fondé avec Alain Krivine le mouvement trotskiste de la Jeunesse Communiste Révolutionnaire. Depuis, les deux ont pris des chemins un peu différents...
- Robert Linhardt, chef de l’UJCml (Union de la Jeunesse Communiste Marxiste-Léniniste : ils avaient de ces noms à l’époque...le marketing c’était pas encore leur fort)
- Benny Lévy, chef de la Gauche Prolétarienne, co-fondateur de Libération et secrétaire particulier de Jean-Paul Sartre, dont le rôle s’est plutôt affirmé dans les années 70
- et les autres : André Glucksmann, Bernard Kouchner, Alain Finkielkraut qui y a aussi pris sa part, etc, etc...

Bref. La question mérité d’être posée. Y aurait-il eu un Mai 68 sans les juifs ? Ou adressée différemment : qu’est-ce qui a fait que les juifs se sont engouffrés dans ce mouvement ? Y aurait-il un rapport avec 1917 où il est désormais établi par les historiens que la proportion de juifs chez les révolutionnaires bolchéviques est largement supérieure à une hypothétique normale statistique ?

 

 

Lors de la révolution russe, le Rav Moshé Shapira (futur Roch Yéchiva de la Yéchiva de Beer Yaakov en Israël, à ne pas confondre avec son homonyme, futur maître de Benny Lévy à Jérusalem) racontait que certains jours, les centres d’études de Vilna se vidaient complètement. Qu’il n’y avait plus d’élèves. Ces jours, c’est lorsque Trotsky (ou Lev Davidovitch Bronstein) venait à Vilna parler de révolution.

On a du mal à imaginer aujourd’hui l’exaltation folle dont étaient « victimes » (consentantes) ces jeunes étudiants. Je parle aussi bien de 1917 que de 1968 en France. Comment des personnes aussi brillantes que des normaliens aient pu succomber à une idéologie qui apparaît aujourd’hui comme la dernière des ringardises ?

Lire l’article entier sur lemondejuif.info

 

 

Le vrai visage de Daniel Cohn-Bendit (1 et 2) :

 

Triangulation pour un recalcul de Mai 68,
à lire sur Kontre Kulture

 

L’ingénierie sociale réussie de Mai 68, sur E&R :

 






Alerter

51 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1893590
    Le 3 février à 17:48 par prodome
    Les leaders juifs de Mai 68

    1917 et 1968(celui de Cohn-bendit, pas des grèves) n’ont rien à voir et sont même opposés. La première est une révolution communiste, l’autre est une contre-révolution libéral-libertaire. Clouscard l’explique très bien dans son oeuvre.

     

    Répondre à ce message

  • #1893606
    Le 3 février à 18:19 par Amir1984
    Les leaders juifs de Mai 68

    Pourquoi une telle présence juive en Mai 68 ?
    parce que de Gaulle a osé dire que les juifs sont "un peuple d’élites et dominateur", et il s’est pris un "regime change" quelques mois plus tard.

     

    Répondre à ce message

    • #1894274
      Le 4 février à 19:05 par Juju
      Les leaders juifs de Mai 68

      Aujourd’hui, de telles paroles conduiraient directement le président à la vindicte des médias, à la destitution puis à la prison.
      On arrête pas le progrès.

       
  • #1893612
    Le 3 février à 18:26 par James Fortitude
    Les leaders juifs de Mai 68

    La communauté organisée composée d’idéologues politisées sont des fouteurs de trouble dans nos sociétés occidentales, l’histoire le montre et factuellement ce sont eux-mêmes les créateurs de l’antisémitisme, puisque leur combat est basé sur le mensonge.
    Il est urgent qu’une loi française soit active contre le danger de ces gens là qui occupent actuellement tous les instruments de l’Etat français y compris notre
    justice.

     

    Répondre à ce message

  • #1893616
    Le 3 février à 18:33 par listener
    Les leaders juifs de Mai 68

    Mai 68 ou "la révolution circoncise" : il manquera toujours quelque chose à cette bouffonnerie. Heureusement que l’Union Soviétique, soutien du "général" par son commis stipendié Séguy secrétaire général stalinien de la CGT, a sifflé la fin de ce monôme étudiant dégénératif en obtenant d’une bourgeoisie totalement paniquée, une massive augmentation des salaires, ce dont les petits couillons d’étudiants se foutaient ; évidemment. Mais ils pouvaient toujours stigmatiser les "affreux bourgeois" : c’étaient leurs papas et mamans !

    Après quelques jets de cocktails-molotov sur des pissotières, les héros des barricades rentraient se faire embrasser tendrement et féliciter, d’autant plus que les vacances à Biarritz approchaient.

     

    Répondre à ce message

  • #1893662
    Le 3 février à 19:48 par Eric95
    Les leaders juifs de Mai 68

    « En janvier 1968, à Nanterre, un incident a opposé Daniel Cohn-Bendit au ministre de la Jeunesse et des Sports, lors de l’inauguration de la piscine du campus. Garçons et filles doivent être autorisés à se voir librement dans les cités universitaires pour pouvoir vivre leur sexualité, revendique le jeune homme. « La construction d’un centre sportif est une méthode hitlérienne, destinée à entraîner la jeunesse vers le sport pour la détourner des problèmes réels, alors qu’il faut avant tout assurer l’équilibre sexuel de l’étudiant. » Pourquoi ne pas se plonger dans la piscine pour calmer ces pulsions, rétorque le ministre, qui croit plus ou moins à un canular. Ce ministre, c’est François Missoffe, engagé à 20 ans dans les FFL et ancien du BCRA. Lorsque son collègue de l’Éducation nationale, Alain Peyrefitte, suggère de faire expulser Cohn-Bendit – qui est apatride -, Missoffe refuse : on ne va pas sanctionner si durement une peccadille. »

    Bénédicte Vergez-Chaignon, Les vichysto-résistants de 1940 à nos jours (Perrin, 2008, pp. 676-677).

     

    Répondre à ce message

    • #1893739
      Le 3 février à 21:16 par listener
      Les leaders juifs de Mai 68

      Pour la fameuse histoire des dortoirs de Nanterre qui auraient été le déclencheur de cette grande révolution, le problème était réel mais mal compris. Il ne faut pas oublier que la majorité était alors à 21 ans. Les filles mineures qui entraient alors à l’université étaient sous l’autorité parentale et surtout l’académie à qui elle était déléguée en était responsable. Une fille enceinte et l’Etat était responsable ! Pupille de la nation ? D’où la crispation.

      Quant à demander à De Gaulle de sensibilité réactionnaire c’est le moins qu’on puise dire (il avait refusé la pilule en disant ; "La France ne cédera pas à la bagatelle") pas la peine de lui demander de baisser le seuil de la majorité. C’est ce couillon de Giscard qui l’a fait et il s’est fait débarquer par les nouveaux électeurs créés par lui. Drôle et le plus drôle, c’est qu’il n’a pas encore compris. On en a pris pour quarante ans de socialisme et la société française s’est complètement décomposée..Hourra !

       
    • #1893806
      Le 3 février à 22:54 par PL
      Les leaders juifs de Mai 68

      Il n’y a pas de cause de Mais 68 en France :
      il y a eu la même révolution en même temps dans tous les pays occidentaux avec des leaders juifs comme Jerry Rubin à Berkley.

      la base de l’Idéologie libéral de Mai 68 c’est trois livres :
      - La Personnalité autoritaire, de Theodor Adorno, publié en 1950 par l’American Jewish Comitee
      - La société ouverte et ses ennemis, 1945, par Karl Popers, juif autrichien, manifeste qui a donné son nom à l’Open society de George Sorros
      - Do it, scénario de la révolution, traduction française 1970 au Seuil, par Jerry Rubin qui explique les méthodes et les thèmes de l’agit prop du mouvement de Mai 68 à Berkley avant 1968

       
    • #1894290
      Le 4 février à 19:32 par listener
      Les leaders juifs de Mai 68

      Le livre de Bénédicte Vergez-Chaignon, Les vichysto-résistants de 1940 à nos jours (Perrin, 2008, pp. 676-677).Voilà un sujet passionnant.

      Si on voulait épurer tous les vichisto-résistants, fils et petits fils et épigones divers, de la haute administration actuelle de la 5ème république, il ne resterait plus grand monde.

      Ce qui est mauvais, c’est qu’ils essaient de se faire pardonner en faisant de la surenchère résistancialiste et multiplier les pèlerinages à Colombey, haut lieu du grotesque français.. La presse, l’administration, les comités, les conseils d’administration en sont inondés. Il est vrai que les résistants étaient assez peu nombreux.

      De Gaulle lui-même n’était nullement dupe d’ailleurs de l’existence autour de lui de toute une sale bande d’opportunistes (synonyme de salopards) ;. Il en a joué.

       
  • #1893677
    Le 3 février à 20:11 par Marmiedoise
    Les leaders juifs de Mai 68

    Pas un journaleux pour nous rappeler que des les années 80 ce sont les tordus comme Goldnadel qui nous ont imposé d une part cette immigration en participant activement à éduquer les jeunes immigrés dans la haine de la France et d autre part ce gauchisme foireux pétris de bien pensance et d angélisme ! Le produit final étant bien l islamo gauchisme dénonce par toutes les ordures représentants la nomenklatura juive de BHL à Goldnadel en passant par les Attali et autres CBD !
    Les voilà aujourd’hui dégoulinant comme à leur habitude de duplicite et de chialerie pour jouer les redresseurs de torts sur un énième sujet ou pourtant tout indique qu’ils devraient être désignés comme premiers coupables ce que ne manque pas de rappeler Mourad !
    Les nazis avaient raison, plus un mensonge est énorme, plus vous avez de chance que l on vous croit et comble de l ironie ce sont les juifs qui représentent le mieux cet adage ! Le 1er vecteur d antisémitisme en France ce sont les tenants du CRIF et de la licra et personne d autre !

     

    Répondre à ce message

    • #1893868
      Le 4 février à 02:15 par marc
      Les leaders juifs de Mai 68

      Vous avez des sources pour Goldnadel, il me semblait avoir le mérite de la cohérence et de la constance dans son engagement.

       
  • #1893790
    Le 3 février à 22:30 par Jay
    Les leaders juifs de Mai 68

    La réponse est peut-être :
    Ils infiltrent tout mouvement révolutionnaire pour essayer de le récupérer au maximum après s’il réussit et ainsi de garder leur position de domination.

     

    Répondre à ce message

    • #1893892
      Le 4 février à 08:31 par France occupée
      Les leaders juifs de Mai 68

      Nan vous ne comprenez pas... C’est EUX le mouvement révolutionnaire. Contre l’évolution (normale de ma société). Çà aboutit à l’inversion des valeurs aujourd’hui.

       
    • #1894057
      Le 4 février à 14:23 par L’après Macron
      Les leaders juifs de Mai 68

      Je pense aussi que la façon de penser d’une partie de leurs élites est intrinsèquement révolutionnaire.

      Ploncard d’Assac le dit : cela dure depuis plus de deux mille ans, depuis qu’ils ont refusé de reconnaître le Christ, ils posent problème partout où ils s’installent et finissent toujours par se faire expulser.

      Or, ça veut dire quoi, reconnaître le Christ ?
      Quand on est croyant, ça veut dire qu’on reconnait la validité de son message. Mais on peut aussi être non croyant et être également en accord avec ce message.
      Ce message, s’adressant à tous les hommes, prône simplement les valeurs d’humilité, de courage, d’honnêteté, de justice, de vérité... Bref, les valeurs qui ont fondé notre modèle civilisationnel, qui l’ont inspiré, et dont nous ne cessons de déplorer l’absence aujourd’hui : lorsqu’on condamne nos politiciens, notre justice, notre armée ou n’importe quel service public, ce qu’on leur reproche en réalité, c’est de ne pas appliquer ces valeurs-là, voire, de faire le contraire (mentir, voler, oppresser, opprimer... etc etc).

      Je pense de plus en plus que ce sont précisément ces valeurs en question qu’ils refusent de suivre, car eux mettent en application d’autres règles : l’usure, le mensonge, la manipulation... pour parvenir à leurs fins. De ce fait, ils ne peuvent qu’être des éléments déstabilisateurs de tout système cohérent et sain. Aussi, toutes les personnes paumées ou disposant de peu de morale (gauchistes, franc maçons, personnes trop attirées par le gain, le profit, la gloire, le pouvoir mais également les personnes parfaitement intégrées dans cette société) sont fatalement plus ou moins proches de leur façon de penser, et peuvent les aider à agir dans leur sens, sans même parfois s’en rendre compte.

      A noter cependant que certains d’entre eux admettent néanmoins ces valeurs, et agissent au quotidien en se basant sur elles. Mais en général, ceux-ci finissent par se faire exclure de leur propre communauté.

      Je cois que nous ne pourrons nous tirer de cette affaire qu’en réaffirmant les valeurs auxquelles nous adhérons nous, et en luttant contre toute loi, tout décret, toute personne, qui ne les respecte pas.

       
    • #1894074
      Le 4 février à 14:49 par Titus
      Les leaders juifs de Mai 68

      Or, ça veut dire quoi, reconnaître le Christ ?
      Quand on est croyant, ça veut dire qu’on reconnait la validité de son message.




      Non, ça veut dire qu’on reconnaît son corps, sa chair, son calvaire, sa mort pour racheter nos péchés et sa résurrection, c’est-à-dire qu’on reconnaît en la personne de Jésus Christ le Verbe incarné : l’incarnation de Dieu.

       
    • #1894113
      Le 4 février à 15:31 par L’après Macron
      Les leaders juifs de Mai 68

      Titus,

      L’un ne me semble pas incompatible avec l’autre. Il y a bien un message qui a été délivré. Et ce message fait la promotion de valeurs que certaines personnes ne veulent pas appliquer. Comment voulez-vous maintenir une société en place, lorsqu’au sein même de cette société, certaines personnes sont autorisées à piller les autres via l’usure, et à leur mentir en permanence ?

       
    • #1894118
      Le 4 février à 15:40 par Titus
      Les leaders juifs de Mai 68

      @L’après Maron

      Non, bien sûr, l’un n’est pas incompatible avec l’autre puisque les deux vont ensemble, comme l’énonce l’expression "verbe incarné", littéralement le verbe fait chair. Mais le message du Christ seul ne suffit pas à sauver les âmes. Il faut aussi l’incarnation et la résurrection du Christ, qui est le cœur nucléaire de la doctrine chrétienne. Jésus Christ n’est pas un philosophe ou un prophète, mais Dieu en personne,ce qui change complètement la donne pour l’humanité.

       
  • #1893908
    Le 4 février à 09:33 par FLANDRE
    Les leaders juifs de Mai 68

    Ne pas les encenser vaut d’être assimilé à d’ignobles antisémites. Par contre, quand ils contribuent à la destruction programmée des pays qui les accueillent devrait être parfaitement légitime.

     

    Répondre à ce message

  • #1894449
    Le 4 février à 23:31 par "culs terreux"
    Les leaders juifs de Mai 68

    Je parie qu’ils n’ont jamais touché, ni vu, une truelle, une bêche, une pioche, une fourche, une clef à molette de leur vie , que leurs mains sont lisse comme le cul de ma petite dernière
    Encore des types qu’on ne verra jamais dans une forge, un atelier , des champs ou sur un tracteur
    Que dit le Deuteronome & le Pentateuque à propos des élus et des goyim ?

     

    Répondre à ce message

  • #1894560
    Le 5 février à 08:24 par zouzou
    Les leaders juifs de Mai 68

    Le plus ignoble, c’est que dit par des non Juifs, tout cela est passible de l’accusation d’antisémitisme et, bien sûr, de complotisme...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents