Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les mondialistes misent-ils sur l’effondrement économique pour survivre ?

L’idée d’utiliser l’économie comme une arme n’est pas étrangère à la plupart des gens. En général, nous comprenons la nature du féodalisme et comment divers groupes peuvent être parqués en troupeaux dans des plantations centralisées où ils sont exploités pour leur travail. Certains y voient une conséquence du « capitalisme », d’autres une extension du « socialisme/communisme ».

 

Malheureusement, beaucoup de gens pensent à tort que l’un est une solution pour l’autre – ce qui signifie qu’ils pensent que le capitalisme des copains est une solution à la centralisation communiste ou que le communisme est une solution à la corruption du capitalisme des copains. La réalité, c’est que ce n’est qu’un autre faux paradigme.

Le plus troublant, c’est que la majorité de l’opinion publique n’a aucune idée de la véritable solution au problème des économies corrompues ou totalitaires : les marchés libres.

Les marchés libres n’ont pas existé au sein de l’économie mondiale à grande échelle depuis au moins cent ans. L’essor de la banque centrale a érodé tous les vestiges de la liberté de production et de commerce. Le capitalisme des copains, qui se concentre sur le pouvoir des entreprises et le monopole, n’a rien à voir avec le libre marché, malgré les arguments des socialistes plutôt naïfs qui blâment le « libre marché » pour les problèmes du monde. Si jamais vous entendez quelqu’un faire cette affirmation, je vous suggère de lui rappeler que les corporations et leurs avantages sont une création des gouvernements.

La protection du statut de personne morale, la responsabilité limitée, la taxation inéquitable de la concurrence des petites entreprises et la législation protégeant les sociétés contre les poursuites civiles sont toutes des mesures prises par le gouvernement. Par conséquent, les corporations et le capitalisme des copains sont beaucoup plus le produit de systèmes de type socialiste que des marchés libres. Dans un véritable marché libre, dépourvu d’ingérence et de favoritisme constants de la part du gouvernement, les entreprises ne pourraient exister et seraient anéanties au fil du temps par l’environnement concurrentiel. Et sans responsabilité limitée, les magnats du monde des affaires qui violent la primauté du droit et causent du tort à autrui seraient passibles de poursuites personnelles et d’emprisonnement au lieu de simplement payer une amende. Le rapport coût/bénéfice des entreprises corrompues disparaîtrait et les entreprises corrompues s’enliseraient.

Au cœur même de la combinaison du pouvoir des corporations et de la protection du gouvernement (ce que certains pourraient appeler la définition classique du fascisme), se trouvent les banques centrales, les institutions globalistes et les élites bancaires qui les soutiennent. Les banques centrales sont les gardiennes des différentes plantations (nations) et supervisent l’exploitation de ces sociétés et leur travail. Les grandes constructions globalistes comme le FMI ou la Banque des règlements internationaux sont les décideurs politiques des banques centrales nationales. Ils transmettent la stratégie et les banques centrales la mettent en œuvre de concert. Au sommet de la pyramide se trouvent les groupes des « tables rondes » et les banquiers internationaux eux-mêmes, qui récoltent les fruits du cycle de pillage.

Comme l’a écrit Carroll Quigley dans son livre Tragedy And Hope, spécialiste, initié globaliste et mentor de Bill Clinton :

« Les puissances du capitalisme financier avaient un autre objectif de grande portée, rien de moins que de créer un système mondial de contrôle financier aux mains d’entités privées capable de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde dans son ensemble. Ce système devait être contrôlé de manière féodale par les banques centrales du monde entier agissant de concert, par des accords secrets conclus lors de fréquentes réunions et conférences privées. Le point culminant du système devait être la Banque des règlements internationaux à Bâle, en Suisse, une banque privée détenue et contrôlée par les banques centrales du monde entier qui étaient elles-mêmes des sociétés privées. Chaque banque centrale cherchait à dominer son gouvernement par sa capacité à contrôler les prêts du Trésor, à manipuler les devises étrangères, à influencer le niveau de l’activité économique dans le pays et à influencer les politiciens coopératifs par des récompenses économiques ultérieures dans le monde des affaires. »

C’est une notion facile à comprendre, je pense. C’est-à-dire que l’idée d’oligarques, le 1 % si vous voulez, qui contrôlent les 99 % restants par le biais d’un levier économique est quelque chose dont la plupart des gens peuvent convenir, qu’ils s’identifient à la droite politique ou à la gauche politique. Ils n’ont peut-être qu’une vague idée des faits derrière cette conspiration, mais ils l’ont vue en action dans leur vie quotidienne et ils savent qu’elle est réelle. C’est ici que la plupart d’entre eux commencent à perdre de vue l’ensemble de la situation….

Pour beaucoup, la conspiration est un sous produit de la recherche du profit. C’est-à-dire qu’ils ne voient pas cela comme un effort conscient et organisé, mais plutôt comme une avidité inconsciemment motivée. Cela me rappelle la réplique la plus célèbre du film The Usual Suspects :

« Le plus grand tour que le diable ait jamais joué était de convaincre le monde qu’il n’existait pas. »

Toutes les preuves nous assurent de façon écrasante que la conspiration est pleinement consciente, organisée et délibérée. Ce n’est pas un sous-produit affreux ou aléatoire de la recherche du « profit ». C’est absurde si l’on considère l’ampleur de la coordination nécessaire ou le nombre de groupes de réflexion et de conférences secrètes qui ont lieu chaque année, du Council on Foreign Relations au Tavistock institute, à la Commission trilatérale, au Brookings Institute, à Davos, au Bilderberg et à des milieux encore plus étranges comme le Bohemian Grove. Ce sont de véritables centres de pouvoir qui peuvent avoir une grande influence dans notre vie quotidienne.

Ignorer tout cela et le réduire à une extension « naturelle » de la cupidité, c’est poser stupidement sa tête molle et spongieuse dans les mâchoires du mal organisé tout en prétendant ne pas sentir l’odeur de sa gingivite.

Les mécanismes de contrôle des globalistes sont cependant beaucoup plus complexes que la simple exploitation des flux monétaires ou de l’accumulation de la dette. De nombreux militants de la liberté qui ont accepté la réalité du contrôle institutionnalisé de l’économie refusent encore de reconnaître un autre mécanisme de contrôle très réel – l’utilisation de l’effondrement économique. Je ne sais pas pourquoi cette idée est prise de façon aussi farfelue par des gens qui sont déjà versés dans les faits derrière le globalisme. Leurs préjugés ne leur permettent tout simplement pas de considérer l’environnement de façon objective et de voir l’utilité de l’effondrement comme une tactique pour obtenir plus de levier et d’influence.

Je crois que la clé pour comprendre l’économie et le monde en général est d’accepter la vérité que presque tout ce qui est fait dans le monde de la politique et des finances l’est pour manipuler la psychologie publique à certaines fins. C’est-à-dire que le véritable champ de bataille est l’esprit humain ; tout le reste est secondaire.

Mais à quelles fins fais-je allusion ? Pour être plus précis, les masses sont constamment poussées à plus de dépendance, plus de peur, moins d’autosuffisance et moins de conscience du grand projet. Nous sommes encouragés à boxer avec nos propres ombres, à produire pour le système mais pas pour nous-mêmes, à lutter pour des gains minimes dépensés au hasard pour des objectifs insignifiants, à nous battre les uns avec les autres pour des miettes tout en restant aveugles aux énormes parasites collés sur notre dos, à nous associer à des causes sans intérêt menées par des politiciens fantoches et une opposition contrôlée, à ne rien construire nous-mêmes, à attendre toujours un héros sur un cheval blanc qui viendra nous sauver.

Essentiellement, nous sommes constamment distraits ou mis en garde contre notre tendance naturelle à vouloir établir des marchés libres – des marchés libres en terme de pensée, dans le commerce, dans l’information, au gouvernement, etc. Les globalistes sont même prêts à faire effondrer des systèmes économiques entiers pour empêcher ce résultat et pour nous garder piégés dans la centralisation. Cette prison est une prison mentale, en grande partie. À tout moment, nous pourrions nous éloigner du modèle totalitaire et construire nos propres systèmes de marché libre. Mais arriver à ce point, psychologiquement, amener les gens à faire les premiers pas, c’est la partie la plus difficile.

L’économie, telle qu’elle est mise en œuvre par les globalistes, n’est pas une question de profit. Il s’agit parfois de pressurer la population pour en extraire du travail ou des biens matériels, mais c’est un avantage secondaire. En réalité, l’économie consiste à façonner les esprits ; elle vise à changer la psychologie de millions de personnes. Il s’agit d’effacer la conscience innée et la boussole morale. Il s’agit de détruire des principes sociétaux et un patrimoine enraciné. Et parfois, il s’agit d’effacer complètement l’histoire, de tuer la plus grande partie d’une génération, puis d’écrire une nouvelle histoire mieux adaptée à l’idéal globaliste, ce qui est beaucoup plus facile quand il y a si peu de gens qui se souviennent de la vérité pour en débattre.

Les globalistes présentent la plupart, sinon tous les traits des sociopathes narcissiques, qui s’organisent parfois en groupes coopératifs tant qu’il y a une promesse de gain mutuel et une structure de domination par le haut. Les sociopathes narcissiques sont connus pour utiliser la crise comme un moyen de garder les gens autour d’eux en déséquilibre et de servir leurs intérêts. Leur but ultime est rarement le profit. Au lieu de cela, ils cherchent le pouvoir, le pouvoir sur tous les aspects de la vie de chaque personne qui les entoure. Un minimum de pouvoir ne suffit pas. Ils veulent un contrôle total, et ils utiliseront tous les moyens pour l’obtenir, y compris les menaces d’ingénierie sociale et les catastrophes pour obtenir la conformité ou pour se présenter comme un héros ou un « protecteur » nécessaire.

Un sociopathe ne se contente pas de contrôler les gens par la peur ou la violence. Il veut que ses victimes l’aiment, qu’elles le considèrent comme un sauveur et non comme un tyran.

Pour être bien clair, le but de la subversion économique est de briser l’esprit humain et de le changer en quelque chose d’autre ; quelque chose de moins humain ou, à tout le moins, de moins rebelle. On ne peut contrôler les gens par l’endettement et les fausses récompenses pendant si longtemps avant qu’ils ne commencent à reculer et à se révolter. L’effondrement économique, par contre, peut changer fondamentalement les gens par une terreur persistante et par une tragédie. Par le traumatisme, les globalistes espèrent faire des hommes des monstres ou des robots.

Le système actuel n’a jamais été conçu pour durer. Notre économie est vouée à échouer, mais peu de gens semblent se demander pourquoi ? Ils se disent que c’est parce que la cupidité a conduit l’élite financière à l’auto-sabotage, mais c’est un fantasme. Ce n’est pas seulement que le système est conçu pour échouer, mais qu’il est conçu pour échouer selon un calendrier organisé.

Le magazine globaliste The Economist a annoncé en 1988 l’avènement d’un système monétaire mondial unique, qui serait lancé en 2018 et qui nécessiterait le déclin de l’économie américaine et du dollar pour ouvrir la porte à une remise à zéro. Ce n’est pas un hasard si nous assistons aujourd’hui au début d’un crash financier majeur au dernier trimestre de 2018. Ce crash a été provoqué à partir de 2008 par les banques centrales, d’abord par l’inflation d’une bulle historique englobant presque toutes les catégories d’actifs au moyen de mesures de relance et de taux d’intérêt proches de zéro, cette bulle est aujourd’hui crevée par ces mêmes banques centrales, qui utilisent des mesures de resserrement pour affaiblir leur économie.

Ce n’est pas non plus un hasard si les globalistes ont annoncé en 2018 leur intention de s’adapter à un système monétaire numérique utilisant la technologie de la chaîne de blocs et la crypto-monnaie. C’est-à-dire que le système monétaire mondial prévu dans The Economist est déjà en place. Ils n’attendent qu’une crise assez importante pour faire pression sur la société afin qu’elle accepte la centralisation totale à l’échelle mondiale comme solution.

Forcer le public à adopter la centralisation à l’échelle mondiale exigerait plusieurs mesures. Premièrement, le système actuel, qui, comme on l’a dit, est voué à l’échec, devrait être autorisé à s’effondrer. Deuxièmement, il faudrait blâmer quelqu’un d’autre que les globalistes et leur idéologie du globalisme. Troisièmement, les opposants philosophiques au globalisme (conservateurs, nationalistes et activistes de la décentralisation) devraient être diabolisés ou éliminés pour que les globalistes puissent construire leur nouvel ordre mondial sans opposition. Quatrièmement, il faudrait que la population soit suffisamment traumatisée au point d’être psychologiquement soumise et désespérée pour que, lorsque le nouveau système sera mis en place, elle en soit reconnaissante, ce qui empêcherait toute rébellion future en faisant du public un coopérateur volontaire à son propre esclavage.

Le succès d’un tel plan n’est pas garanti. En fait, je crois que les globalistes échoueront en fin de compte dans leur entreprise, comme je l’ai souligné dans des articles précédents. Cela ne veut pas dire qu’ils ne vont pas essayer. Les militants de la liberté doivent accepter le fait que le plan des globalistes implique la destruction délibérée de notre économie actuelle. Ceux qui refusent se sentiront déconcertés par l’issue des développements financiers futurs, au lieu d’être préparés. Ils se trouveront facilement subjugués, au lieu d’être prêts à se rebeller. Et ils se demanderont pourquoi ils ne l’ont pas vu venir alors que la fin du match était si évidente.

Voir aussi, sur E&R :

Aller au bout avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Certainement un des textes les plus importants paru sur e&r ces derniers temps. Un texte qui a lui seul resume tout et qui a l avantage de se vérifier sous nos yeux. A porté humaine la crise actuelle n a ni sens ni solution. Si on la regarde comme une guerre à mort des 99 % contre 1 % avec comme enjeux la servitude on a tout compris.

     

    • Je seconde ! En plein, un article monumental à lire et faire circuler : mille mERci E&R comme toujours !


    • Nous sommes dans un monde d’arnaques... Et nous nous réveillons.

      Eviemment que la crise est une arnaque, c’est juste un concept que l’on prend très au sérieux tant qu’on accepte les règles du jeu de notre société. Ces règles sont à moitié stupides mais cela ne se voit pas car elles sont aussi en grande partie opaques, donc très difficiles à cerner. C’est ce qu’on appelle la société complexe (et cela profite très fortement aux 1% cette complexité des rouages qui permettent toute sorte de perversion cachée).

      Je suis d’accord avec l’auteur sur le fait que le système se comporte comme un psychopathe, c’est exactement ça et ça n’est pas un hasard si on a autant de psychopathes dans nos élites.
      Parmi ce qu’ils adorent faire :
      - créer un problème et se présenter en sauveur pour amener leur solution (qui est en fait une progression de leur agenda, dernier exemple en date le grand débat !)
      - se présenter en victime et désigner un ennemi externe (ce qu’ils font toujours en entrant en guerre quand ils sont bas en popularité, dernier exemple en date victime des méchants gilets jaunes qui s’en prennent à la démocratie et qu’il faut écraser à mort).
      - privatiser les profits et nationaliser les pertes.
      - faire croire à la pluralité des opinions ou des choix idéologiques alors qu’ils ne font que nous enfermer dans des fausses alternatives. (qui sont toutes vérolées, servant leurs intérêts avant tout).

      Le système est fort parce que nous sommes aveugles (de moins en moins quand même), et comme le dit l’article, parce que les gens ne croient pas au diable (c’est le diable lui même qui leur a dit qu’il n’existait pas). Tout basculera quand le peuple comprendra que les psychopathes travaillent ensemble et se regroupent dans les cercles de pouvoir (ils se reconnaissent, se co optent), leur morale est à l’opposé de celle du peuple (ce sont des malades), ils jouent avec tout ça, font énormément de mal (capacité de nuissance totale) en se faisant passer pour victimes... Mais comme toujours, lorsque nous serons réveillés, nous pourrons les dégager, ce temps est arrivé semble-t-il...


    • Comme SORAL l’avait si bien dit, le monde financier est entre les mains des 12 grandes banques privées qui detiennent la FED.


    • @ Princesse Leia

      Très bon résumé.


    • @ princesse Leia
      Psychopathe n’est que la nom moderne de démons...


    • #2125160
      le 16/01/2019 par Snoop Doggy Dog needs to find a jobby job
      Les mondialistes misent-ils sur l’effondrement économique pour survivre (...)

      A Leia : ce sont des méthodes de macros, en réalité. Iceberg Slim l’explique très bien : tabasse ta pute récalcitrante avec cintre déplié. Ensuite, tu lui passes de la pommade et tu lui fais couler un bain chaud. Elle t’en sera tellement reconnaissante qu’elle oubliera même que c’est toi qui l’a mise dans cet état. Dave Chapelle en parle dans un de ses derniers spectacle.


  • #2124616

    Les mondialistes ne peuvent survivre que si le peuple ne reprend pas sa liberté, sa souveraineté pour sortir de l’esclavage d’une poigné qui accumule tous les pouvoirs et richesses sur cette planète-prison qui est entre leurs mains, ou les esclaves humains travaillent pour qu’ils(les geôliers mondialistes) se nourrissent de notre énergie vitale...
    tout en nous faisant croire à la démocratie...

    malheureusement pour eux et leur survie dans ce monde -
    des mouvements tel que celui des gilets jaunes sonne le début de leur fin à venir - car le peuple en réveille ne consent plus aux usurpateurs... et veut reprendre sa liberté, sa souveraineté et son intégrité...

    peu de politiciens sont au service du peuple, du bien commun pour tous, mais uniquement dans le service à soit même, et de leurs intérêts personnels de l’ego - le désintéressement responsable au service du peuple leurs est pour beaucoup d’entre eux méconnu voir inconnu.


  • Attention, grosses erreurs de traductions :

    on ne peut traduire l’anglais "corporations" par " les mots français corporations" parfois et parfois aussi (?) par "entreprise". En anglais une "corporation" est un consortium de grandes compagnies rien à voir avec une boulangerie ou une scierie de province.

    je suggère la lecture de l’orginal

    http://www.alt-market.com/articles/...

     

    • Merci pour cette précision bien plus importante qu’elle n’en a l’air car, en effet, l’on a en tête les corporations de métiers du Moyen-Age. Or on sait que l’homme de cette époque pratiquait son métier en totale harmonie avec sa nature propre. Les outils avec lesquels il le pratiquait était comme le prolongement de sa main.
      L’Industrie moderne a dépossédé l’Homme de son être profond et de la maîtrise de son destin.
      Retrouver cette liberté ontologique est une affaire très sérieuse mais, entendons-nous bien : elle n’a rien à voir avec la "liberté" telle qu’elle est comprise aujourd’hui.


  • Si seulement nous pouvions observer les flux d’argents, nous deviendrions fous de voir la captation qui est réalisée (et probablement qu’on deviendrait assez rapidement violents à la mesure de la rage qui monterait en nous)...

    Les crises ce sont juste les capitaux qui restent bloqués en haut et une pénurie de capitaux en bas, dans l’économie réelle pour échanger biens et services... Sans ces capitaux tout se casse la gueule (et les gilets jaunes sortent de leur chaumière).


  • ’’Pour beaucoup, la conspiration est un sous produit de la recherche du profit. C’est-à-dire qu’ils ne voient pas cela comme un effort conscient et organisé, mais plutôt comme une avidité inconsciemment motivée.’’

    C’est évident que les vraies riches, ceux qui héritent de plusieurs générations et leurs laquais dit les ’’nouveaux’’ riches ceux qui sont dans les dizaines, centaines de millions voir milliardaires n’en n’ont plus rien à foutre du fric rendu à un certain niveau, tout ce qui compte c’est se maintenir et pour cela il faut ***contrôler*** le bétail(les classes sociales inférieures).
    C’est une question de contrôle pour ces gens là et plus du tout de pognon ou de profit.


  • Ils ont toujours plusieurs coups d’ avance , c’ est vrai , ils ont assez de représentants et d’ infiltrés partout , ils ont de belles victoires , ils ont la puissance financière et militaire , et une avidité sans borne , ils ont un fantasme psychopathique , ils sont soutenus par les forces du mal , mais ils ont par dessus tout l’ arrogance et le mépris qui les conduira a leur perte , eux , et la cohorte de larbins anesthésiés .
    " L’ orgueil , l’ arrogance , la vanité , la colère , la dureté et l’ ignorance sont les traits caractéristiques des hommes dont la nature est démoniaque . "
    " Ils prétendent que ce monde est sans fondement , qu’ aucun Dieu ne le dirige , qu’ il ne résulte que de l’ activité sexuel , et n’ a donc aucune autre cause que la concupiscence ."
    " Forts de telles conclusions les êtres démoniaques égarés , dénués d’ intelligence , se livrent a des œuvres nuisibles et infâmes qui finiront par détruire le monde ." BG



  • « Le plus grand tour que le diable ait jamais joué était de convaincre le monde qu’il n’existait pas. »




    Effectivement sauf que le il ce n’est pas lui mais dieu.

     

  • Les mondialistes misent surtout sur les traîtres ( roitelets, présidents, dignitaires religieux, militaires hauts gradés, hauts fonctionnaires, hommes politiques...peuples stupides sans repères et sans guides ...) pour arriver à leur fin. Quand a l’effondrement économique, sa réussite dépendra, dans une large mesure des ces traîtres, agents de l’apocalypse.


  • Quiconque a le pouvoir de détruire une chose la possède en son entièreté. Donc pas étonnant qu’ils jouent la carte de la destruction. Ils possèdent le monde actuel.


  • encore un cran au dessus !!! wouahhhhh ça fait peur quand même ! je me photocopie le texte et le relirais à plusieurs reprises !!! passer du : tout cela est dû à la voracité des humains à tout cela est conçu et avance dans un sens concerté !!!! c’est une chose que je vais devoir intégrer ........... petit à petit !


  • Un article qui n’intègre pas la généralisation de l’usure comme référence de la valeur économique passe à côté du fait que, dans ce cas, une économie ne peut que croître ou être en crise mais pas en équilibre. En effet l’usure est une fonction croissante et si on la rend nécessaire en la prenant comme référence de la valeur économique c’est systématiquement « croit ou crève » pour tous.

    L’effondrement économique n’est donc pas quelque chose de directement voulu comme le suggère le titre « Les mondialistes misent-ils sur l’effondrement économique pour survivre » mais une nécessité systémique pour la survie de tous ceux qui dépendent de l’économie. En effet un effondrement permet une reprise de croissance qui est la condition nécessaire au fonctionnement d’une économie adossée à l’usure comme référence de valeur.

    Dans ce contexte accuser une oligarchie de vouloir l’effondrement est une impasse car l’effondrement est une nécessité systémique. La solution est de ne plus prendre l’usure comme référence de la valeur économique. Cela revient à ne plus considérer que celui qui tond le gazon pour Véolia produit et celui qui tond le gazon pour la commune coûte mais se poser la question de la valeur économique de tondre le gazon indépendamment du contexte. Il y a moyen de trouver un consensus autre que l’usure de la valeur économique en ayant une meilleure visibilité de l’intégration écologique de notre activité. Un paysan décide de ce qu’il faut faire en regardant par sa fenêtre, et c’est la nature qui lui dit s’il est utile ou non de couper l’herbe. En outre, l’usure étant un parasitisme, l’économie usurière repose forcément sur une partie saine. L’urgence pour rendre l’effondrement évitable est d’interdire l’usure en identifiant le déjà-là qui fonctionne sans.

     

    • Je soutiens vos propos que je synthétiserais comme ceci : l’auteur affirme que c’est l’usurier qui fait l’usure, alors qu’en réalité c’est l’inverse : c’est l’usure qui fait l’usurier. Autrement dit, il n’y a pas de complot au sens où il y aurait une élite qui déroulerait dans l’ombre son agenda séculaire. C’est la dialectique des forces productives de l’aliénation qui, pétrie dans ses contradictions insurmontables, va mettre en mouvement des hommes pour faire un reset (stratégie du chaos).

      Cette erreur méthodologique fondamentale amène sur une autre impasse aliénatoire : l’idée d’un marché libre. Le marché est ontologiquement de la merde, et comme dirait Soral "libre de quoi" ? Maçonnerie et cie...


    • Sur quoi fondez-vous l’affirmation que le marché est « ontologiquement de la merde » ?
      C’est l’usure qui contraint l’économie à la seule perspective de croître ou de s’effondrer ce qui empêche tout équilibre.

      L’échange marchand est une organisation sur laquelle repose la survie d’une majorité des habitants de la planète alors que l’usure est un parasitisme qui contraint à une impossible croissance ou a un effondrement du marché dont nous dépendons. Les deux étant mortifères.


  • Merci pour cet article TRÈS intéressant.

    Je trouve l’état des lieux posé plus intéressant que la conclusion, dans le sens où l’auteur permet de faire son propre avis au lecteur en lui donnant l’articulation de pensée finale.

    Je pense que la vérité est plus cachée mais plus simple que cela.

    Là où je suis tout à fait d’accord, c’est que l’argent ne sert à un certain niveau qu’à avoir qu’un contrôle, donc du pouvoir.
    Pourquoi penser à des nébuleuses fantasmagoriques alors que le monde est dominé par les mêmes familles depuis des siècles ?

    À titre personnel je suis plus de l’avis de notre vénérable Chouard, qui pense que le commerce à tué la noblesse et le clergé. Je rajouterai que la seule différence est qu’une bonne partie de la noblesse a bien compris le nouveau pouvoir et en fait intégralement partie.

    Peut-être suffirait-il de créer un système ou les puissants pourraient se battre pour avoir le pouvoir d’exécuter la volonté du plus grand nombre.
    Car si la liberté consiste à choisir sa prison, la démocratie ne consiste t-elle pas à choisir son dictateur ?
    Ils veulent le pouvoir ? Ils veulent les strass et le clinquant, ils veulent se sentir au dessus ? Soit, qu’ils prouvent qu’ils peuvent apporter quelque chose au peuple et qu’ils sont vraiment les meilleurs pour accomplir certaines fonctions. Et qu’ils payent direct leurs erreurs par un retour à la banalité.

    Il faut revenir à une noblesse noble.


  • Je pense que l’économie libéral a vocation a produire sa propre destruction. Plus le système veux créer de la richesse spéculative , plus la population s’ appauvri et les pauvres ce sont les forces vives du futur.A partir du moment que tu n’ as plus rien , le seul espoir qu’il te reste ces la foi. Relisez l’exode....


  • Je vous invite à aller voir la passionnante fiche de lecture de Michel Drac sur "The Fourth Turning" de Strauss & Howe, qui pour résumer grossièrement traite des cycles de l’économie capitaliste moderne et en l’occurence de la fin du cycle actuel, celui des baby boomers.

    Nous arrivons à un moment clé de notre histoire, un reset de l’économie autrement que par la guerre. L’effondrement économique permettra de repartir économiquement pour 80 ans (effacement des dettes des états, nouvelle monnaie commune dématerialisée, nouvelles frontières, nouvelles lois, et toujours les mêmes en haut...


  • Tres bon article.
    Les banques ne cherchent pas l argent : Elle l’ont.
    Mais elles doivent dominer le systeme politique pour pouvoir conserver leur pouvoir monetaire.
    Comme l a expliqué Marx le systeme va s ecrouler en raison de ses contradictions internes.
    Nous y sommes.
    La suite logique serait une economie de libres producteurs et libres echanges.
    Soyons certains que nos maitres ont prevu un moyen de garder le controle.
    Quel est il ?

     

    • Ne parlez pas des banques mais des familles bancaires mondialistes propriétaires des banques centrales.

      Donnez les noms si vous pouvez car derrière chaque organisation il y a des hommes. La plupart de ces familles sont aujourd’hui inconnues car bien cachées, seules les vielles familles qui n’ont pas encore changé de nom sont connues comme les Rothschild.

      Le problème est bien plus grand que vous le dites : ces familles FONT l’argent. Ce qui est très différent d’AVOIR l’argent.

      Car quand vous achetez un député, si vous "avez" juste l’argent, après c’est le député qui a l’argent et votre argent a diminué.

      Si vous faites l’argent, une fois que vous avez acheté le député, vous pouvez toujours acheter un autre député car vous pouvez créer l’argent que vous avez dépensé en un clic de souris.

      Vous voyez la différence entre avoir et faire l’argent ? C’est fondamentale de comprendre cela. Les familles bancaires mondialiste ont la toute puissance. Le fonctionnement du système économique leur importe peu vu que le contrôle des population se fait avec de l’argent (et des mercenaires).

      Pour lutter contre cela il faut retirer ces usines à pognons que sont les banques centrales à ces familles mondialistes. C’est le point numéro un. Sans cela elle garderont leur toute puissance et pourrons corrompre les politiques, les média et toute l’économie.

      Dans un premier temps il faut commencer par expliquer cela à tout le monde dans une phase d’éducation. Tant que la majorité croira que les familles mondialiste "gagnent" l’argent à l’aide des entreprises on n’avancera pas car les gens demanderont juste de meilleurs salaires.

      Dans un 2eme temps il faudra se battre contre les mercenaires bien armés de ces familles bancaires mondialistes. Les familles ne vont pas lâcher leur usines à pognon (banques centrales) simplement si on leurs demande démocratiquement. Beaucoup de chef d’État sont morts en voulant le faire.

      La première partie de la lutte a commencé il y a une dizaines d’années avec le film l’Argent Dette. Elle est loin d’être gagnée. La 2eme partie n’est pas encore commencée. On doit s’y préparer longtemps à l’avance.

      Et il y a une troisième partie : reconstruire une grande "famille Française", un peuple avec des élites françaises qui aime le peuple. Car ces outils que sont les banques centrales ne doivent pas être remis entre les mains de technocrates sans foi ni loi, mais ils doivent être remis entre les mains de responsables de la grande famille Française.


  • Vous semblez accorder, aux 0,1%, une intelligence qu’ils n’ont pas et ceux qui sont assez clairvoyants pour comprendre avec exactitude la situation ne peuvent faire face aux aléas de la vie, d’autant moins qu’il s’agirait de plans couvrant des dizaines d’années. Non, considérons plutôt un sablier dans lequel chaque grain de sable est un membre de l’oligarchie défendant ses intérêts. Ils vont tous dans la même direction mais en ignorant les autres et c’est cela leur faiblesse.


  • Ne dit on pas que la musique adoucit les derniers moments de celui qui se meurt ?
    et puis parce qu’en France tout commence et tout se fini en musique, voilà réjouissez vous ( ou pas ! C’est mon cas ..) cadeau ;
    https://www.youtube.com/watch?v=R7e...

    L’est pas belle la vie ?


  • Une preuve de cette prévision par "the economist" ?


  • Je pense que vous vivez dans un paradigme malveillant limite parfois légèrement paranoÏaque
    Certes les marchés libres sont l’objectif à atteindre, mais on ne se libère pas de ses chaines en les mordant, l’humanité se délaisse progressivement de son esclavagisme depuis sa naissance
    Ceux qui ont tenté de forcer n’ont fait que l’aggraver
    A ceux qui soutiennent les idées Marxistes et autres, je vous rappelle qu’elles n’ont fait que propager famines et sang
    A ceux qui soutiennent les programmes politiques comme celui du FN, qui reprend le concept de "submersion migratoire" théorisée par Hitler même, je vous rappelle qu’elles n’ont fait que conduire aux génocides de même ses propres peuples
    L’Europe a été construite en réaction à ces mentalités guerrières, quand on se ferme aux autres on s’oppose aux autres, quand on s’oppose aux autres on prépare la guerre
    En espérant que vos situations s’amélioreront, je ne suis pour le malheur de personne, croyez moi, sincèrement


  • Je ne suis même pas arrivé au quart de l’article que je sais que je vais encore me régaler avec du lourd


  • Pour éviter une faillite des banques (crise financière), ils faut qu’elles maintiennent des ratio de fonds propres sur en cours de dettes "acceptables". Ce sont les ratio de Bâle 1, 2 et 3. Les impressions de planches à billet servent à maintenir leurs fonds propres artificiellement acceptables au regard de l’énorme paquet de prêts qu’elles ont en cours. Rien que la BNP c’est 60 000 milliard au bilan, 30 fois le PIB français). Cette politique monétaire ("easing") peut se poursuivre à l’infini, à condition que cet argent reste concentré dans les mains de quelques uns. Sinon on aurait une hyper inflation. Jusqu’au jour où, de concert, l’aristocratie financière décide de faire s’effondrer le château en retirant une carte. Le système monétaire actuel fonctionne comme une pyramide de Ponzi


Commentaires suivants