Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les reportages d’ERTV – La manifestation de la fonction publique à Lyon

Le 22 mars 2018, de nombreux secteurs de la fonction publique étaient appelés par les syndicats à manifester contre les annonces du gouvernement sur la réforme du service public. Les reporters d’E&R Lyon étaient sur place.

 

 

En lien sur E&R :

Le progrès social selon Macron
lire chez Kontre Kulture :

 

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

87 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les seuls à faire sens dans cette vidéo sont ces militants de l’UPR.
    Le reste, ils font tout autant partie du problème que ceux contre qui ils "manifestent"...
    "L’union européenne nous détruit, mais il faut rester dans l’union européenne !"
    Quelle bande de tarés.

     

  • Beaucoup de naïveté chez les manifestants.

     

  • C’est là qu’on voit qu’Asselineau devrait relever la tête et changer de stratégie.
    Car quoi qu’il arrive, tant qu’il continuera son combat contre l’UE, il sera associé à Soral et à la mythique et fourre-tout extrême-droite.
    Il dit qu’il est honnête sur l’UE, ne passe pas par 4 chemins comme Le Pen et Mélenchon et fait une critique frontale : or il a la phobie qu’un de ses membres partage une vidéo de Soral ou Dieudonné car il sait qu’il sera plus ostracisé encore.
    Or, sur ce sujet, comme sur d’autres, il devrait aussi y aller en frontal.

     

    • Asselineau est surtout un timbré anti européen compulsif... Il est toujours à l’affût d’un nazi ou d’un raciste à combattre, très franchement pour oser dire que l’UE mène une politique raciste il y a de quoi rigoler si la situation n’était pas si grave...

      Ce mec est un véritable cas social monomaniaque, à l’écouter on a l’impression d’avoir affaire à un ethnomasochiste carabiné qui déteste tellement tout ce qui est européen ou occidental qu’il veut à tout prix dissoudre la France dans l’Afrique et la Fwancophonie


    • Je pense que ton jugement est excessif.
      Il n’est pas un timbré anti-européen. On est soit pour l’UE, soit contre. Punkt schluss, comme disent les allemands.
      Il répond justement aux gens d’extrême-droite véritable qui font des plans sur la comète en disant ’’il faudrait que’’. Asselineau est plutôt réaliste sur ce point, y compris sur l’immigration : vous direz ’’oui stoppons l’immigration illégale, ça suffit ! Parlez de ça au lieu de n’être qu’anti-européen !’’, en fronçant les sourcils. Il vous répondra : ’’Ca ne sert à rien de monter sur vos grands chevaux, la politique migratoire est décidée à l’UE.’’ Encore une fois, punkt schluss, la priorité est donc de sortir de l’UE si on veut agir sur ce point.
      Ce n’est pas de la folie, c’est de la logique.
      Et vous êtes un peu de mauvaise foi : il a dénoncé Soros dans l’affaire des migrants. S’il dit que l’UE est une construction raciste, 1) ce n’est pas si faux d’un certain point de vue, 2) c’est surtout pour apparaître lisse et rassembleur.

      Ensuite si vous méprisez la francophonie, les relations culturelles et économiques, et universitaires que cela peut faire, le pouvoir que ça peut donner à la France à l’ONU, tant pis, les chinois et anglo-saxons viendront rafler la mise !
      Putain, les français sont toujours en train de gueuler et de laisser filer les opportunités et ont un don pour se tirer une balle dans le pied !

      Les types de la véritable extrême-droite finissent par tomber dans du ’’faisons l’Europe blanche et chrétienne’’ (j’aimerai bien savoir pourquoi les catho devraient naturellement s’allier avec des protestants...) qui nous mène directement au choc de civilisation... au final, la nation sera détruite. Donc réfléchissez un peu.

      Résumer Asselineau à ça, c’est de mauvaise foi.

      Ouais, il déteste tellement tout ce qui est européen, qu’il se bat pour la France, et qu’il est un catho de droite à la base...
      Pfff...

      Et puis ce qui est ’’occidental’’ est à définir. Tu aimes peut-être à te complaire dans une sous-culture américaine en croyant que la France est pareille, et que ’’on est tous copains, les occidentaux’’, moi non.

      En attendant, les seules personnes de cette vidéo qui ont un qi supérieur et un raisonnement logique, calme, apaisé et qui veulent informer étaient les membres de l’UPR. C’est autre chose qu’Aliot-Collard-Ménard !
      Et tu leur chies à la gueule... alors qu’ils ne t’ont rien fait...
      Bravo la réconciliation... alors que ce sont des personnes à 80% sur ta ligne.


    • @mort de rire
      Et de plus, quand il a dit que l’Union Européenne pouvait être raciste et qu’il est vrai qu’il n’y a aucune raison valable pour que la France fusionne avec l’Estonie et la Lettonie avec lesuelles elle n’a aucun lien, plutôt que de fusionner avec l’Algérie et le Sénégal avec qui ont a une histoire et une langue en partage, le journaliste lui a demandé ’’ben voilà une bonne nouvelle, pourquoi ne pas plutôt faire cette union ?’’ Il a répondu clairement qu’il était inenvisageable de faire une telle union.
      Donc non, il ne veut pas diluer la France dans l’Afrique.
      Par contre apparemment, vous, voulez diluer la France dans l’UE et donc dans la Roumanie et la Bulgarie !

      Donc quand il dit ça, c’est surtout pour montrer l’illogisme de l’UE. En gros, ’’si même avec des pays qui nous sont proches on ne fusionne pas, pourquoi devrait-on le faire de proche en proche avec des petits pays, sans liens linguistiques, familiaux, économiques, historiques avec nous ? C’est encore plus illogique.’’

      Puis les migrants actuels viennent tous de pays non francophones, donc critique irrecevable.
      Établir des liens avec la francophonie pourra justement permettre de juguler intelligemment les liens migratoires avec ces pays.
      Se passer de la francophonie et de l’extraordinaire croissance de sa population qui fait que dans les 25 ans à venir elle triplera, est un suicide pour la France.

      Enfin, vu comment va la situation évolue, c’est l’inverse qui risque d’arriver : plein de francais vont au Maroc, et plus que des retraités, mais pour travailler maintenant, et il y a désormais plus d’immigrés portugais en Angola que d’immigrés angolais au Portugal après la crise ! Donc détrompez-vous !

      Mais si vous considérez comme patriote de réduire la position, l’influence et la voix de la France dans le monde et de laisser le champ libre aux US, grand bien vous en fasse !

      C’est quand même fou la propension qu’on les gens à juger sur un coin de table au bistrot de manière simpliste et définitive un type qui a un programme précis de plus de 100 pages et plus de 200h d’entretiens et de conférences en ligne où il développe sa pensée !

      C’est comme si vous disiez que Soral est un fou monomanique antisémite sur la base de 3 articles biaisés de la presse mainstream et de 2 citations tronquées, alors qu’il a des heures d’argumentation en ligne et toute une bibliographie !


    • Asselineau affiche peut-être de bonnes positions politiques par ci par là, mais sa conférence sur l’Histoire de France révèle de quel bord il est, notamment lorsqu’il parle de 1789 comme d’une révolte menée par le peuple, célèbre mythe franc maçon, ou lorsqu’il dit que la franc maçonnerie n’est qu’une société de philosophie... Au final, il ne récupère que les français qui ne s’intéressent pas à l’Histoire de leur propre pays, et qui, de ce fait, sont encore réceptifs à l’idéologie républicaine, celle-là même qui nous a menés là où nous sommes aujourd’hui.
      A quoi sert-il donc ?
      Sans doute à faire piétiner les mécontents.


    • Pourquoi Asselineau devrait rejoindre une stratégie qui perdra toujours au second tour de la présidentielle, du fait du taux important de gens qui se mobiliseront "contre" ? Vous pouvez être en désaccord et le caricaturer, mais il essaye autre chose. Et non il n’est pas "catholique de droite", difficile de le mettre dans une telle case, il a son parcours, sa vision de l’Histoire, mais reste ouvert au dialogue avec les royalistes, les communistes, etc., en fait c’est vraiment le pendant politique d’E&R et autres organisations transcourants (sauf qu’Asselineau a pour but de conquérir le pouvoir en rassemblant tous les Français ET en n’ayant pas d’opposition massive au second tour, donc il est logique de garder ses distances avec les sujets passionnés, y’a déjà de quoi faire concernant l’UE). Faut savoir ce qu’on veut en fait. Si on veut des Macrons au pouvoir, alors continuons à soutenir des partis qui sentent le soufre pour une bonne moitié des électeurs, ils servent à ça...


    • C’était quoi, la stratégie d’Asselineau pour ne pas perdre au second tour ?
      Il était au second tour au fait ?

      "L’UPR, pendant politique d’E&R" ?!
      Qu’ils autorisent déjà les ananas dans leurs réunions publiques sans chier dans leur froc, ensuite on pourra éventuellement leur expliquer comment avoir des couilles.


    • Des couilles ?

      Ben il en a quand même un peu...

      https://www.upr.fr/actualite/lupr-d...


    • Pour compléter, je pense qu’Asselineau est juste un honnête homme, un petit gars de province, qui a profité de la méritocratie républicaine et qui aime donc la république théorique. En effet, quand il critique la corruption etc, il ne se rend peut-être pas assez compte que c’est consubstantiel à la république actuelle.
      Par ailleurs, il est plutôt de droite et croyant, donc je ne pense pas qu’on puisse le caser dans les républicains fanatiques, faut être honnête.
      Il a vivement critiqué le blasphème des Pussy Riot dans les églises, alors que les laïcards républicains ont adoré, il ne dit pas comme Mélenchon que la France est née en 1789, au contraire, il y voit une continuité, il est admiratif de Saint-Louis, il vante les mérites des grands Capétiens et dans une récente vidéo, il a passé pas moins de 10 minutes à raconter l’histoire merveilleuse de Jeanne d’Arc avec des yeux brillants.
      Non, ce serait vraiment excessif de le définir comme un vulgaire républicain laïcard opportuniste...
      Pour un type qui a quand même foutu en l’air toute sa carrière de haut fonctionnaire pour parcourir le pays et y faire des conférences gratuites où il n’y avait au début que 10 personnes, juste avec la volonté d’informer ses concitoyens et d’élever leur niveau de connaissance et de culture politique...

      Et puis, comme l’avait dit Soral, plusieurs types de républiques existent...


  • Lorsque je vois ce reportage, je ne sais pas si faut en rire où en pleurer, mais c’est désespérant .Et si nous en sommes là aujourd’hui, il ne faut surtout pas se demander pourquoi. À 1.22 lorsqu’on entend cette jeune fille , nous développer son idée sur l’Europe .Je me dis, que vient elle faire dans cette manif, elle mélange tout, et surtout elle n’a rien compris. Et puis tous ces syndiqués, qui au deuxième tour des élections présidentielle ont voté Macron .Les mulets étaient de sortie avec le beau temps .
    Encore bravo pour ce reportage d’E&R, qui met en évidence les lacunes de tous ces bœufs .


  • Merci à E&R Lyon, très bon reportage.
    La musique forte pour empêcher les personnes d’échanger + les antifas pour dégager les moins soumis, c’est un cocktail qui fonctionne depuis des années et des années...
    Le montrer c’est excellent, c’est par là que commence la prise de conscience. Il faut diffuser massivement les moyens qu’utilise le système pour se maintenir !


  • #1940545

    L’une des interviewées dit que l’Union Européenne est un organe démocratique au sein duquel doit se négocier la sauvegarde des services publics français.

    Elle s’imagine donc qu’il incombe à une institution internationaliste (l’UE) de combattre une religion internationaliste (le capitalisme) ?! Si elle n’entend pas la contradiction interne de son raisonnement, il ne nous reste plus qu’à prendre acte d’une banqueroute de l’intelligence dans la base syndicale et du cynisme machiavélien des meneurs syndicaux qui, par leur opposition fanatique à l’Extrême Droite, signent leur collusion de fait avec le bankster qui démantèle nos services sociaux.


  • Quelle bêtise crasse... "On continue jusqu’à ce qu’ils nous entendent"... Bah vous avez pas fini de vous époumoner les gars... Enfin à part ça, combien ont voté pour Macron dans le tas, hein !? La solution est pourtant là sous leurs yeux : pensez printemps ! (ou montez une startup !)

     

    • Hahaha bien dit ! Vous m’avez arraché un sourire malgré cette lente descente aux enfers.
      Trop de confort ! C’est le confort qui les rend si niais et insipide.
      Surtout avec le triangle bourgeois : Paris-Bordeaux-Lyon.

      Peut-être qu’une grande misère salvatrice peut arriver vite, mais tant qu’ils pourront aller dans les pubs, voyager et forniquer à tout va, ils seront toujours aussi teubés. C’est un axiome catholique.
      Certains peuvent être avertis bien sûr, mais cela restera toujours une infime minorité.
      J’ai pensé comme vous, un bon moment de divertissement.


    • C’est exactement pour cette raison que la démocratie n’est pas un système viable.
      Les capacités de réflexion et d’analyse politiques ne sont pas équitablement réparties au sein de la population.

      Imaginons maintenant ces personnes dans un système qui leur permettrait de voter pour les lois qui les concernent directement et qui ont toutes un rapport avec leur quotidien :
      Par exemple, dans un hôpital, ils voteraient pour le nombre de lits dont ils ont besoin.
      Leur vote alors prendrait tout son sens et leur intelligence serait utilisée à bon escient.

      Seul problème, pour mettre en place un tel système, il faut trois conditions :
      - un dirigeant qui œuvre pour le bien commun, donc obligatoirement croyant, qui s’occupe des affaires générales (sécurité, politique, justice...) et laisse le peuple décider localement des lois concernant son travail et lieu de vie
      - des corporations de métiers
      - un peuple croyant également, condition indispensable pour accepter la gouvernance d’un tel dirigeant

      Les français, de plus en plus, me paraissent fonctionner fondamentalement comme cela.

      Regardez dans cette manifestation, ils militent pour que les problèmes qu’ils rencontrent au quotidien soient résolus et pour pouvoir exercer correctement leur métier, pas pour l’annulation de la dette illégitime ou contre la corruption politique.
      C’est dans leur nature. Et les seuls au final qui ont des arguments politiques sont ceux qui ont été récupérés par les partis. Ils sont trop peu pour qu’on n’arrive un jour à un résultat satisfaisant, d’autant que nombre de ces partis en réalité leur mentent et les opposent et divisent à souhait.

      Bref, il m’apparait évident que depuis la chute du Roi les français sont hébétés, comme s’ils fonctionnaient encore sous un régime monarchique, où ils peuvent faire confiance à leur souverain et où ils attendent tout naturellement de lui qu’il agisse pour le pays et le bien commun.

      Quand se réveilleront-ils ? L’EN hélas a fait un sacré travail de sape de l’Histoire française, de la monarchie et du christianisme. On est donc pas prêt d’arriver au moment où ces gens feront à nouveau les liens entre les valeurs du christianisme (justice, vérité, aide au prochain, aux plus démunis...), la politique et la vie de tous les jours.

      D’ailleurs, il me semble que dans les protocoles, il est question d’empêcher les gens de faire à nouveau ces liens.
      Aussi, comme le dit Yuri Bezmenov, la première chose à attaquer dans un pays pour le déstabiliser est la foi.


    • Oui et non, c’est très théorique votre truc.
      Au lieu de faire ça, on pourrait tenter de relever le niveau intellectuel des français, peut-être...

      Plusieurs problèmes se posent avec une monarchie :

      1) Si on tombe sur un bon roi à telle époque, très bien, mais si on tombe sur un mauvais roi, qui travaille pour l’ennemi et qui multiplie les conquêtes ? On fait quoi ? On se le farcit durant 70 ans sans rien faire, il est là, personne sacrée et inamovible et on regarde le pays se détruire durant 70 ans ?
      Ce n’est pas du tout dans l’esprit français de se laisser faire comme ça non plus.

      2) Le problème de l’hérédité : oui, il y a une stabilité, une continuité. Mais, pour quelle raison magique, un bon roi enfanterait-il forcément un bon roi également ? S’il ne le fait pas, retour au point 1).

      3) Si c’est tombé en 1789-93, c’est que les autorités royales ont failli et étaient vérolées aussi, il ne faut pas se faire d’illusion, et croire la propagande dans l’autre sens, à savoir qu’ils étaient tous purs et que le malheur leur est tombé sur la tête sans raison. Cette chute a montré que la monarchie a des faiblesses.

      4) Le problème des courtisans, des féodaux et de la flatterie...
      Et comment peut-on justifier que le peuple paye des impôts et pas les nobles oisifs qui ne combattaient pas ?

      5) Et je ne veux pas vous être désagréable, mais force est de constater que, après la communauté qu’on n’a pas le droit de nommer, ceux qui sont les plus nombreux dans la finance, la bourse, qui ont trahi le pays, qui travaillent dans des think-tank US, sont tous de bons ’’de’’. Si le roi revient, ce sont ces gens qui bloqueront tous les postes à vie.

      6) Le retour d’une monarchie pourrait apparaître pour une bonne partie de la population comme une revanche, le retour des privilèges (au sens actuel, je connais le sens ancien) sans remise en cause, comme si ’’les rageux jaloux qui ont perdu la place joussante la reprennent.’’ La personne qui fait suer le burnous sera juste différente aux yeux de la population. Et puis, personne ne propose de projet monarchique novateur. Les gens croient que c’est le retour de la poudre, des perruques et calèches.

      Et vous voulez qui comme roi ? Les deux prétendants actuels sont dans la finance et le Bourbon a des origines dont Hillard pourrait vous parler...

      Une monarchie serait envisageable en France avec un complexe système régional fédéral, qui couple une démocratie locale et une certaine représentation nationale qu’il faudrait nettoyer.


    • Voilà,

      Votre vision de la monarchie me semble encore entachée de l’esprit républicain et de l’idéologie non moins trompeuse de l’égalitarisme. Je vous conseille, pour vous débarrasser des derniers mensonges que l’on nous a tous mis dans la tête, de vous intéresser aux travaux de Claire Colombi, de Régine Pernoud, ou encore, si vous n’avez pas trop de temps, de visionner les vidéos de Sacr TV, de vous pencher sur le christianisme ou le règne de Saint Louis.

      Concernant la Révolution dite française (formule de Ploncard d’Assac), intéressez-vous au personnage d’Adam Weishaupt, et faite la liste de tout ce que les français ont perdu après cette révolution. Je vous préviens, la liste est longue, mais elle vous permettra de comprendre très précisément pourquoi le Moyen âge est aussi mal enseigné à l’école, et pourquoi ils ont également beaucoup menti sur l’Eglise (l’ancienne, pas la nouvelle) et qu’ils continuent encore aujourd’hui à la dénigrer, notamment, à travers leurs films ou leurs autres créations artistiques. Il y a plusieurs moyens d’imposer un nouveau régime politique à une population, de surcroit, nettement moins avantageux pour elle que le précédent : discréditer l’ancien et massacrer les récalcitrants (massacre des Chouans, mais ce genre de massacre s’est, à vrai dire, répété tout au long de l’histoire post révolutionnaire, et ce jusqu’à la seconde guerre).

      Ceci étant posé, votre dernière formule me plait bien :



      Une monarchie serait envisageable en France avec un complexe système régional fédéral, qui couple une démocratie locale et une certaine représentation nationale qu’il faudrait nettoyer.



      Démocratie locale oui, mais avec un représentant national soumis à Dieu, afin de lui donner le goût de la justice, de la vérité et du bien commun, et afin également de prévenir les abus que légitimement vous craignez.
      Et si c’est le mot "roi" qui vous effraie, intéressez-vous à Chavez, et essayez de voir en quoi sa foi à orienter sa politique et son combat. Peut-être alors comprendrez-vous pourquoi il a un jour clamé ces trois mots à la foule : "el christo revolucionario".


    • @Volla
      Un Roi catholique " tiède " serait de nos jours très peu probable. Tous les Rois même les plus fades ne durent pas. Même dans le cas des rois prévaricateurs, prévu par le testament de saint Remy, Dieu intervint soit miraculeusement, soit par les causes secondes.
      C’est l’’infidélité de nos rois aux demandes du Sacré-Cœur qui a été châtiée par la Révolution.

      Leurs enfants sont éduqués et formés pour le devenir. Roi de droit divin implique, au lieu d’avoir tous les droits, il doit ainsi et au contraire, garder à l’esprit qu’il y a une autorité supérieure au-dessus de lui. Il aura à lutter contre l’erreur socialisée : fausses religions, faux systèmes politiques, fausses philosophies, faux ordres sociaux, fausses paix, fausses éducations, etc...
      Ainsi put fonctionner une société chrétienne qui, améliorée par Charlemagne et saint Louis, permit pendant 1300 ans (496-1792) de vivre normalement de la vie chrétienne, tout étant dirigé de manière à assurer le salut du plus grand nombre. À chaque génération de Rois, oints pas le sacre, ils prouvèrent qu’ils étaient bien le " choisi de Dieu " en guérissant les écrouelles. Le sacre protégeait le Roi de France de l’apostasie et de mourir à la guerre, ce qui fut vérifié pendant ces 1300 ans. Comme par le sacre des évêques (on l’appelait d’ailleurs " l’évêque du dehors " il obtenait le don du discernement sur les hommes et les événements et le don de courage pour combattre les ennemis du nom chrétien.

      - Le gouvernant gouverne. Seul. Entouré de conseillers, il décide et commande. Il fait les lois, il choisit les hommes, encourage les bons, sanctionne les mauvais ; il aime ses sujets, il se fait aimer d’eux ; il les protège et les conduit à la vie éternelle en créant des lois dans ce but, en défendant et soutenant les hommes d’Église et la religion chrétienne.
      - Quant aux gouvernés ils ne font jamais de politique ; ils font leurs devoirs d’état, s’occupant des membres de leur famille, de leur métier, de leurs inférieurs, de leurs supérieurs.
      ls prient pour le Roi et sa famille. Combien de naissances miraculeuses d’un dauphin dues aux prières de toute la France !
      Ils prient pour les succès en temps de guerre. Combien de victoires miraculeuses dues aux prières !
      La France et la Royauté sont une perpétuelle suite de miracles obtenus par la prière de tous !

      C’est pour cela, je vous l’accorde que rien ne se fera sans un grand nettoyage puis le retour de Notre Seigneur. C’est bien trop surnaturel !


    • @L’après Macron

      Merci.
      Je connais les méfaits de la république, la loi le Chapelier, le retour au travail des enfants, l’escroquerie des assignats... ; j’ai regardé les vidéos de SACR TV, regardé les travaux de Colombi, et je sais qui est le bavarois dont vous parlez.

      Comprenez, le retour d’un Louis XV, ce n’est pas ce qui m’enchante...

      J’ai peur qu’une fois le roi revenu (vous ne m’avez pas dit lequel, l’Orléans ou le Bourbon ?), on ait des proches du roi, des gens qui auront du pouvoir dans les provinces qui ressembleront aux bonimenteurs du Maghreb : des imams et caïds locaux jouisseurs et privilégiés au service du pouvoir qui laissent leur population dans l’ignorance en leur disant ’’c’est la sécheresse, vous crevez de faim, mais vous irez au paradis. Bon, pour le moment le roi ne peut rien faire pour vous, il est en train de faire les boutiques à Paris et de jouir dans les meilleurs restaurants. Allez, priez pour que la pluie tombe’’. Et évidemment il ne se passe rien. Mais il y a eu une manipulation mentale évidente.

      Cette façon qu’ont les courtisans d’entourer de surnaturel la personne royale, en disant qu’il ne commet aucune erreur, que le pauvre manant en train de mourir l’est pas sa propre faute me dégoûte.

      J’ai néanmoins quelques questions vu que vous semblez très pointu sur le sujet, c’est l’occasion de les poser :

      J’ai l’impression, à lire certains royalistes, que la France serait choisie. Mais les Suisses francophones alors par exemple ? Ils sont démocrates, ça marche plutôt bien, et pas sous l’autorité du roi de France, depuis toujours. Sont-ils damnés à jamais ?

      Par la faute de Louis XV, la France a perdu le Canada et la Louisiane. Si je vous suis, la France fait partie du projet de Dieu donc ces régions aussi. Maintenant qu’elle ne sont plus françaises, la France est coupée d’elle-même donc ces régions sont damnées ?

      Pensez-vous comme à la Renaissance que le français, ’’langue choisie’’, vient de l’hébreu ?

      Je ne suis pas un indépendantiste catalan mais selon vous, il était du projet de Dieu qu’un perpignanais soit français et donc ’’sauvé’’, mais pas un barcelonais ?

      Les ministres devront-ils être exclusivement des nobles ?

      Enfin, je suis tombé récemment sur un site d’un groupuscule protestant américain, qui pestait contre Noël et le sapin, le nouvel an, Pâques et les oeufs comme des choses païennes à bannir en citant Jésus qui dit qu’il ne faut pas suivre la coutume humaine et la tradition, la culture. Qu’en pensez-vous ?


    • Avez-vous pensé à militer pour mettre sur le trône... Kevin ?

      Plus sérieusement, peut-être serait-il fructueux de réfléchir à un mode de gouvernance qui soit en dehors de l’opposition systématique et réductrice " république vs. monarchie". Non ?

      (Voilà : je rends hommage à la pertinence et au pragmatisme de tes propos)


    • Voilà,

      En vous renseignant sur ces sujets, qu’en avez-vous déduit ?
      Quel rapport faites-vous entre la foi, la parole et l’action d’un homme ? Et qu’est-ce que le christianisme a apporté aux français durant la période médiévale ?
      Pensez-vous que la révolution, le retour de l’usure, le capitalisme, l’idéologie des droits de l’homme, la démocratie ou le libéralisme ont apporté plus, et si oui, quoi ? Qu’avons-nous gagné au change ?

      Vous me parlez ensuite de manipulation mentale, de population qui serait maintenue dans l’ignorance et d’un retour des bonimenteurs et courtisans.
      Figurez-vous que c’est exactement de cette manière que m’apparait la démocratie : des bonimenteurs et des courtisans qui, du matin au soir, font croire à la population qu’elle est réellement libre et qu’elle vit sous le meilleur des régimes, et cette croyance prend parce qu’ils la maintienne dans l’ignorance et la manipule du berceau jusqu’à la tombe, en lui faisant avaler les pires couleuvres au nom de la liberté, de l’égalité, de la fraternité, du progrès, de la modernité et de la démocratie. Et quand cette population se réveille, ce sont les coups, les massacres, l’ostracisation ou la prison.
      Où voyez-vous une différence ?

      Moi j’en vois une : sous la période chrétienne, il y avait encore une morale, des lois et des institutions pour protéger les hommes des abus et même de l’ignorance (si si, renseignez-vous sur ce qui était enseigné dans les écoles, tenues par des religieuses, et comparez le au programme d’aujourd’hui), car c’est ce que la foi en Christ pousse à faire, quand aujourd’hui, il n’y a plus rien. Les pauvres crèvent dans la rue, les travailleurs se suicident, les gamins baignent dans une ignorance crasse, la spéculation bat son plein et l’accaparement des richesses n’a jamais été aussi virulent. Quel pied ! Avouez quand même qu’une société qui se donne pour but de tendre vers le bien commun et de prendre soin de l’âme, ça a tout de même une autre gueule, non ? Plutôt que le régime totalitaire d’aujourd’hui, fabricant en chaine de gastéropodes sans morale ni dignité, totalement soumis aux lois iniques du Marché et aux désidératas des financiers.

      Pour le reste de vos questions, où ai-je parlé de plan de Dieu ou de damnation ? Les plans de Dieu je ne les connais pas et c’est le sort de la France qui me préoccupe. Et peu m’importe que l’on ait un roi ou un président, ce qui compte, c’est qu’il soit chrétien, à votre avis, pourquoi ?


  • Le début de la vidéo témoigne de la fermeture d’esprit de certains.
    Merci pour ce reportage.


  • Cette petite étudiante et le mec ramassé sous un pont ont l’argument d’une autre Europe, de la renégociation des traités : ce truc est énervant au possible.
    Si vous croisez un jour quelqu’un qui vous dit ça, montrez lui l’argument mathématique imparable d’Asselineau : en effet, il faut l’unanimité pour changer les traités : donc même si la France est gouvernée par l’extrême-gauche et demande la suppression de la directive des travailleurs détachés, tout de suite la Pologne met son véto et c’est fini. Arrêter l’évasion fiscale ? Tout de suite le Luxembourg met son véto et c’est fini.
    Donc c’est impossible.
    Il faut donc qu’il y ait des Mélenchon dans chaque pays européen. Je vous laisse imaginer la probabilité qu’un Mélenchon bis arrive au pouvoir au Luxembourg...
    Mais quand même, prenons une équiprobabilité dans chaque pays européen : du genre 15% de chance d’arriver au pouvoir pour l’extrême-gauche. Je dis bien 15% de chance et non 15% des voix.
    En 100 ans d’existence, le PC a fait bien plus de 15% des voix or il est arrivé au pouvoir 0 fois.
    Donc 15%, c’est très favorable. Ça veut dire être au pouvoir 15 ans sur un siècle donc arriver au pouvoir tous les 5 ou 6 ans sur un siècle.
    Bon.
    Et bien ça veut dire 15/100=0,15 chances en France d’arriver au pouvoir, mais aussi 0,15 en Allemagne. Mais il faut multiplier les deux proba pour voir la proba que Mélenchon et Von Mélenchon soient au pouvoir en même temps. Car je le rappelle, il faut l’unanimité (donc en même temps évidemment...) pour changer les traités.
    Donc 0,15*0,15=0,0225 chances ou 2,25% d’arriver au pouvoir. Donc 2 années sur un siècle.
    Si on rajoute le Portugal, avec 0,15 chances pour Mélenchaõ, ça fait 0,0225*0,15=0,003375 chances soit 0,3%. Et on peut continuer avec l’italien Mélenchoni, l’Espagnol Mélenchonez, le Polonais Mélenchonski... vous voyez quelle est la proba qu’il arrivent tous au pouvoir en même temps.
    Asselineau a fait le calcul, c’est 1 seconde tous les 150 millions d’années je crois.

    Résultat des courses, une Europe sociale est IMPOSSIBLE.

    En plus de ça, rajoutez en cerise sur le gâteau que la CGT ne peut rien faire et est tenue car membre de la Confédération Européenne des Syndicats, et là normalement, vous avez rhabillé votre Mélenchoniste syndicaliste pour l’hiver.

    La morale de l’histoire : cette gentille fille doit être en fac de psycho-socio pas en fac de maths, pour n’avoir pas vu ça.
    Le plus angoissant étant peut-être que Villani ne l’ait pas vu...

     

  • il est clair qu aujourd hui ce genre de manifs est completement sterile et ne donnent que l illusion d une lutte pour des droits. Les derniers intervenants ont absolument raison , car il n y a pas de gravite, de colere palpable avec une musique qui rythme la marche. Au final, la gazpride et la technoparade sont des mouvements plus honnetes que toutes manifs syndicales...


  • Bien vu, la remarque sur la musique à fond dans les manifs afin d’empêcher les gens de dialoguer et pour canaliser la colère populaire.


  • à 5’33 le militant FI fait lui aussi preuve d’une certaine lucidité...
    Quant à ceux qui veulent d’une "autre" Europe, certes ce sont des moutons de Panurge qui ont bien biberonné comme on les a habitués dès le berceau, mais ils raisonnent comme la plupart d’entre nous qui veulent changer de gouvernement, ou de régime, tout en restant France.... question d’échelle, de regard.

     

  • On continue le combat kamarade . Je n’ose regarder la vidéo, ça doit être quelque chose . Un petit conseil à mes chers kamarades , visionnez la dernière vidéo de Michel Drac surtout le passage sur les générations, grandiose entre les paumés, les planqués , les enfoires, les désenchantés , les baises, les atomisés , faites vos jeux !

     

    • Sa conférence à toulouse ?


    • Je confirme, son analyse des générations est très intéressante.
      @ERTV : Pour répondre à votre question, il s’agit de sa dernière revue d’actu sur sa chaine YT. Il répond à des commentaires sur sa dernière intervention. Bon visionnage les amis, et merci pour ce reportage. On a encore besoin d’attendre longtemps avec un tel niveau d’immaturité politique mais on voit que de plus en plus des gens osent se poser les questions impertinentes et accepter les conclusions qui s’imposent. Je me permet donc d’espérer.


  • Si vous êtes pour l’U.E., et vous rejetez le "concept" de nation, à quoi bon manifester ? Je ne comprends pas votre raisonnement ?! Un des principes de l’U.E., c’est "la libre circulation des personnes", donc si vous êtes pour l’U.E., vous adhérez à ce principe, par conséquent, si vous n’êtes pas contents de votre condition, allez travailler dans un autre pays de l’U.E. - au lieu de : "Attention, y a des méchants fascistes dans la manif, ils aiment leur pays, bouh, attention !, gna gna gna "... Avec ces sous-doués, c’est pas demain la veille qu’on va s’en sortir...

     

  • J’aimerais que l’on m’explique en quoi " Egalité et Réconciliation " sont des concepts d’extrême-droite !
    Ainsi les manifestants cherchent l’inégalité sociale et l’exclusion. Mais alors quel est le rôle de telles manifestations....canaliser le mécontentement pour mieux soumettre. C’est le moment de débattre et non d’exprimer sa colère dans des fréquences moindres que celle de la musique...Une marche silencieuse serait plus appropriée !


  • Si vous espérez encore un changement avec la démocratie après avoir vu ce reportage c’est que vous avez un problème cognitif.


  • Il y a plus de 5 millions de salariés dans la fonction publique en France : Macron arrivera-t-il à dégraisser ce "super mammouth" ? On peut en douter .


  • Les reportages de VL toujours très instructifs. Merci.

    Les syndicats sont comparables au chef de l’état qu’ils critiquent, tout ayant appelé à voter pour lui au second tour des présidentielles : Des rouages d’un système encore bien huilé.
    Agiter le peuple avant de s’en servir disait Talleyrand.
    La remarque du militant UPR au sujet de la musique est excellente.

     

  • Les veaux sont mûrs pour l’abattoir....et le pouvoir ne s’y trompe pas, il en ait parfaitement conscient. En même temps, tu leur enlève leurs portable et la télé, ils meurent, tant pis pour eux...pour nous.

     

    • #1941214

      Tu devrais aussi faire un tour dans les livres et lacher tes ecrans....


    • Tout comme la plupart de ces gens (on parle toujours de la règle des 80/20..), vous n’y etes pas. Guerre d’empire, géopolitique et stratégies avec en filigrane, la fameuse et bientôt fumeuse ingénierie sociale. Vous parlez de livres ?..relisez la période 30/39 et mettez la en corrélation avec ce que nous vivons depuis un certain temps. Ces vieilles recettes sont éculées et devraient être connues de tous. Bonne journée ps : pour ce qui est de la psycho, reportez vous à l’emploi du tutoiement conjugué avec vos directives.


  • Ils viennent de découvrir le capitalisme, là, ils discutent à comment ils vont s’organiser, pour organiser, des atelier d’organisation, de l’organisation de la contestation, prochaine étape, on cherche un local et étape d’après l’étape d’avant, on monte une cotisation, pour l’achat d’un bureau des cotisations militantes pour le local !!!
    Bravo les mecs !!!


  • Bah moi je suis en train de lire "La conjuration antichrétienne" (chez qui tu sais), parce que je préfère comprendre les choses sur le long terme, voyez-vous ?...


  • ’’j’ai 25 ans, je bosse chez Carrefour et lutte contre le capitalisme en me syndicant..’’
    Je peux comprendre que des responsabilités familiales obligent certains à bosser dans les grandes surfaces mais à 25 ans c’est de la mauvaise foi. Et j’ai le même âge. Je ne vis pas en autarcie, loin de la, mais je revois peu à peu mon alimentation et mes besoins. Et surtout je ne vais pas saouler les gens en criant dans le micro en sortant de Carrefour ! Merde quand même !


  • Les gens sont tellement cons, ils méritent ce qui leur arrive, hélas...

     

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi.
      D’ailleurs, si j’avais été à la place du journaliste d’ERTV, j’aurais demandé à mes interlocuteurs, si ils ne regrettaient pas leur "veaute" macron/micron, et si ils réitèreraient leur "veaute lors des prochaines élections.
      Je suis sûr que tous auraient répondus, oui, mais uniquement pour faire barrage à l’extrêeeeme
      drouaaate.
      Quels cons, mais quels cons.
      Pour sûr, le jour où la connerie se mesurera, ils pourront servir de mètre étalon. (M Audiard)


  • "Dieu se rit des gens qui pleurent les effets dont ils chérissent les causes." La Boetie

     

  • Des guignols qui manifestent et qui ne comprennent rien à ce qui leur arrivé. Un monde non catholique rend les gens niais. Des syndicats à la botte de la franc maçonnerie, de la LGBT etc... Pauvre naïfs. Prions pour que le Seigneur les délivre de leur cécité !
    Toute dévouée en notre Seigneur Jésus Christ et sa Sainte Mère !

     

  • Les reportages d’ERTV n’ont plus la même saveur sans Vincent Lapierre.


  • Les manifestations sont devenues un simple exutoire pour moutons solitaires. Lorsqu’une question simple est posée, on constate le manque d’épaisseur des propos, c’est effarant. Je constate qu’on ne réfléchit plus, on "croit".
    Le syndicalisme est la sociologie des mentalités collective,doté d’oeillières idéologies et dénué de radicalité...

    Quand on compare "La Conjuration des Égaux" de Babeuf en 1796 à ces manifestations stupides comme "Nuit Debout" (comme ça la journée on peut bosser comme un bon mouton et satisfaire son patron), on se dit que la fibre radicale a pratiquement disparue.


  • Merci à E&R pour ce passage positif sur l’UPR.


  • C’est gens manifeste avec leurs carte de crédits au dessus de leurs têtes :
    "Nous sommes des CON-Sommateurs".
    Portez hauts les couleurs du Christ-Roi ! Que Dieu vous bénisse.

     

  • Le niveau d’elocution de cette bande de moutons : " phrase 1....euuuuh.....phrase 2.....euuuuuh....(demi) phrase 3 .... euuuuh .....C’est tout simplement affligeant et il est sur en voyant un tel désastre que Macron et la banque ont encore de beaux jours devant eux.

     

  • Ce superbe reportage illustre une fois de plus les dégâts occasionnés par l’ingénierie sociale chez le vrai gauchiste sincère : deux idées contraires et incompatibles qui ne peuvent générer que de l’incohérence dans les propos et opinions :

    IDÉE 1 (que le gauchiste a pu trouver tout seul ou en en discutant avec ses semblables) :
    l’UE est la cause de bien des maux, voire l’UE est l’obstacle, l’ennemi.

    IDÉE 2 (attrapée par le battage médiatique) :
    Vouloir sortir de l’UE c’est être fasciste, nazi, d’extrême droite et belliqueux ... (je vous laisse compléter la suite du "bouquet").

    C’est le drame de bien des militants de gauche, France Insoumise entre autres.
    Alors pour sortir de cette boucle, ils sont prêts à accepter l’inacceptable, l’impossible : changer l’UE en renégociant les traités...la fameuse idée de l’Europe sociale (trotskiste en fait).
    C’est curieux de remarquer que bon nombre de FI arrivant à se sortir des sables mouvants...rejoignent l’UPR.

    Après, pour répondre à un des commentaires précédents : c’est vrai que Asselineau est un républicain convaincu et militant, un gaullien même. Et c’est cela même qui défrise le droitard, natio, catho tradi et qui rend impossible a priori tout rapprochement avec l’UPR.
    Oui mais dans la vie il faut savoir ce que l’on veut, admettre que le chemin pour y parvenir est un long processus, un parcours du combattant. Avoir le sens des réalités et des priorités est également indispensable.
    Alors quoi ?
    Se battre pour sortir de l’UE, du mondialisme euro-atlantisme pur et dur aux côtés de républicains C’EST MIEUX QUE RIEN. C’est une première étape, la priorité des priorités.
    C’est ça les alliances de guerre.
    Une fois notre souveraineté retrouvée, on pourra à nouveau se foutre sur la gueule, et nous, les natios, continuer le combat pour obtenir la prochaine étape : se débarrasser de la république.
    Alors oui, je l’avoue sans honte, en tant que natio (et socialiste...) je roule pour l’UPR, juste pour sortir du merdier européen et après bye bye !

    Si vous trouvez mieux, je suis preneur :)

     


    • Si vous trouvez mieux, je suis preneur :)




      Philippot est sur la même position du Frexit et a plus d’envergure médiatique. À peine son parti créé qu’il a déjà largement dépassé l’UPR, qui a pourtant onze ans d’existence, en terme de visibilité et de crédibilité dans les sondages d’opinion.
      D’ailleurs pourquoi Asselineau refuse-t-il sa main tendue ? Par peur des représailles de la communauté organisée ? Par orgueil ?


    • Non, selon Asselineau, Philippot lui a piqué des idées et a été aperçu dans les réunions publiques de l’UPR caché en train de prendre des notes.

      Un autre argument est que Asselineau a commencé en 2007. C’est donc logiquement Philippot qui aurait dû le rejoindre.

      Autre argument : l’UPR a 30 000 adhérents (ça a triplé en un an je crois), Philippot on sait pas trop, l’UPR arrive a présenter des candidats partout, pas les Patriotes.

      Et puis, Asselineau vous répondra que s’il y a maintenant un rapprochement sur l’UE et l’euro, Philippot ne veut pas sortir unilatéralement de l’OTAN, seulement du commandement intégré.

      Il vous dirait aussi qu’un type qui a accès à tous les plateau comme Philippot, alors que l’UPR n’a rien, c’est louche.

      Donc je comprends quand même un peu Asselineau, car après avoir consenti à tous ces sacrifices, transmettre le flambeau à un jeune politicien qui raflera la mise, passera pour un héros, alors qu’il n’était pas là dans les moments difficiles au début, c’est une trop grande humiliation.

      Un dernier argument, c’est qu’Asselineau estime que son mouvement est un rassemblement temporaire des français, qui vise à leur rendre leur souveraineté, et qui est au-dessus du clivage droite-gauche. Ainsi, accepter dans ses rang un type étiquetté à l’extrême-droite (fallacieusement, on est d’accord) pourrait faire fuir les adhérents venant de gauche.

      C’est sa stratégie, c’est discutable. Car en effet, si on vient de gauche, et qu’on arrive à l’UPR, on a assez de maturité et d’intelligence pour ne plus prendre pour un pestiféré un type dit d’extrême-droite. D’autant plus qu’Asselineau est lui aussi affublé de ce vocable sans raison.
      Et puis, si on est à l’UPR, on est normalement vacciné contre les manipulations médiatiques.
      Donc l’arrivée de Philippot ne devrait pas causer tant de remous... surtout qu’il vient de la gauche à la base.

      Asselineau a dit que tout le monde est le bienvenu me semble-t-il, à condition qu’il soit d’accord avec les points détaillés dans la charte fondatrice. Parmi ces points, il y a la sortie totale de l’OTAN. C’est peut-être là que ça coince avec Philippot.


    • "Envergure médiatique" ....

      C’est justement ça qui me gène chez Philippot, son "envergure médiatique" car qui dit "envergure médiatique" dit passages réguliers dans les médias mainstream... capice ?

      Après, qu’il ait dépassé l’UPR (comme la République en Marche par ailleurs, une sacrée "envergure médiatique" aussi n’est-ce pas ?) je veux bien le croire mais comme Saint Thomas il me faudrait du concret à me mettre sous la dent, par exemple le nombre AVÉRÉ d’adhérents à son parti.
      Ou alors que l’on m’explique qu’avec une telle réussite, que les candidats "Les Patriotes" présents aux dernières élections législatives partielles se soient fait autant botter les fesses (pour les circonscriptions où ils étaient présents, cela va sans dire).

      Et comment s’étonner de l’"envergure médiatique" de Philippot. Il me semble me souvenir qu’il était en quelque sorte comme LE communicant n°1 du FN et qu’il squattait quasiment les médias. Non ? C’est donc un yaourt connu de la ménagère de moins de 50 ans, rassurée qu’il ne soit pas qualifié de complotiste, conspirationniste, toussa toussa...
      Et puis patriote sonne bien depuis que "nationaliste" est un gros mot.

      Quand à ce que disent les sondages, j’aimerais bien en rire mais j’ai les lèvres gercées, là...
      (je conchie les sondages même quand ils vont dans le sens de mon poil, juste une question de cohérence et d’honnêteté intellectuelle).

      Bref je ne sens pas le truc, y ayant déjà pas mal réfléchi. Et qui nous dit qu’il veut vraiment sortir de l’UE, sans ambiguïté ni pirouettes dialectiques fallacieuses, à l’inverse de la naufragée MLP ou du querelleur JLM ?

      Donc merci pour l’info mais non, je passe mon tour sur ce coup là...


    • Voilà : Voilà !
      Bien détaillé et juste.

      On remarque que le différend avec Philippot est profond et n’a rien d’un chipotage.
      Chipotage, c’est le cas avec le tout petit PRCF (Pôle de Renaissance du Parti Communiste Français) qui partage avec l’UPR le diagnostique sur l’UE et ses ravages mais qui diverge sur les solutions à programmer, à savoir le déclenchement de l’article 50.

      Pour le PRCF ce serait être en position de faiblesse et se soumettre à la commission européenne, et offrir "une porte de sortie au grand capital" durant les deux ans maximum du processus de sortie.
      Par contre ils stipulent de sortir unilatéralement de l’UE dans une logique du "vous faites chier, on se casse".
      Est-ce le non respect de la parole de la France, et l’indignité qui s’en suit ?
      Pas forcément car leur solution juridique mérite que l’on s’y penche de plus près :
      S’appuyer sur, je cite "les articles 61 et 62 de la Convention de Vienne du 23 mai 1969 sur le droit des traités. Ces articles décrivent le droit de retrait d’un traité international par un État, au motif notamment d’un « changement fondamental de circonstances ».".

      Ceci prend du sens si l’on considère que la France ne peut pas faillir à sa parole en décidant de rompre unilatéralement le Traité de Lisbonne puisque justement le peuple français a fait savoir par le référendum de 2005 qu’il refusait la Constitution Européenne, donc de conclure le Traité de Rome II (la magnifique quenelle du Congrès au bon peuple de France).
      On sait que le Traité de Lisbonne et le Traité de Rome II sont deux textes globalement identiques sur le fond MAIS que sur la forme ce sont deux actes internationaux distincts. C’est en cela que je suis en désaccord avec le PRCF car ces ambiguïtés ne peuvent générer que des embrouillaminis juridiques de durée indéterminée, que l’on ne sait pas a priori quelles en seront les issues et que les arguments anti article 50 peuvent également s’appliquer ici.

      Alors oui, il est possible qu’une sortie de l’UE comporte son lot de problèmes pour la France mais comme le dit justement Asselineau "les problèmes seront plus importants si l’on y reste".
      De plus la différence fondamentale entre l’article 50 du TUE et les articles 61 et 62 de la Convention de Vienne est que dans un cas l’issue théorique est connue mais pas dans l’autre.

      Le chipotage du PRCF est contre-productif, autant que celui du Colonel Chamagne, ex UPR.
      Dans ce merdier, tout ce qui divise me défrise (et ça rime !).


    • La vérité c’est qu’Asselineau est égocentrique et mégalomane. Il ne supporte aucune concurrence dans son parti (nombreux cadres ont été poussés vers la sortie car ils commençaient à prendre trop de place). Donc FA est parfaitement incapable d’envisager des alliances de circonstance ou autres. C’est une caricature de l’idéologie du "moi je" partisan ("On était les premier", "c’est nous les meilleurs et tous les autres sans exception sont des gros nuls qui n’ont rien compris"). C’est tout pour sa pomme, quitte à être totalement inefficace.

      Car aucun parti ne peut reposer que sur un seul Homme, mis à part si tu as un charisme extraordinaire (comme un Nigel Farage, un JMLP ou un Soral). Là, c’est l’inverse, Asselineau à le charisme d’une serpillère, des allures de vieux fou avec son crâne dégarni et ses quelques cheveux en pétard (cf. son passage TV ou il s’emballe "Pensez printemps !") et la voix soporifique d’une veille dame bourgeoise.

      C’est pour cela que 99,1% des Français ne votera jamais pour lui et qu’il est condamné à faire des scores similaire à Poutou (même niveau de crédibilité pour le Français de base) ou Cheminade.

      Pourtant je dois admettre que les militants sur le terrain sont d’un très bon niveau, comme dans la vidéo ici et c’est bien dommage, car eux méritent plus que de faire 0,8% depuis 10 ans.


    • Cher Monsieur BFK, à vous lire et relire j’éprouve une curieuse sensation de « déjà-vu ».
      Rien de plus normal : les affirmations que vous reprenez à votre compte, qu’elles soient vraies ou fausses, difficile de le dire à la lumière de votre réquisitoire non motivé, n’ont rien d’inédites. Je les ai lues mille et une fois.

      C’est un modèle du genre où il ne manque toutefois que la référence à Pasqua ou la supposée appartenance de Madame Asselineau à la Franc-Maçonnerie.

      Je suis las de contre argumenter ce genre de prose « orientée ». Mais il est un point que je ne peux pas laisser sous silence : votre deuxième paragraphe regorge d’insultes et d’attaques sur la personne.
      Sont-ce là des manières ? Ne savez-vous pas respecter un « adversaire » politique ? Êtes-vous autant à cours de vrais arguments ? N’êtes-vous pas capable de ne réserver vos invectives que pour de vrais ennemis ?

      Il serait grand temps que vous consultiez la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse ainsi que l’article R.621-2 du Code Pénal (une injure peut constituer un délit ou une contravention).

      Votre attitude est clivante pour reprendre les mots d’Asselineau et, selon les catégories céliniennes, vous êtes un destructeur.

      Reprenez-vous, que diable !


    • Chers Camarades,
      Je suis adhérant à ER et à l’UPR.
      J’ai d’ailleurs connu l’UPR par le site d’ER.
      Les deux font un superbe boulot d’information et de ré-information.
      L’UPR est très clair l’objectif est de s’unir pour sortir de l’UE en évitant les sujets clivants, une fois passé chacun retourne à ses idées pour proposer sa vision politique à l’électeur et la mettre en application une fois élu,(libéral ou pas, gauche ou droite, sioniste ou pas,Laicard républicain ou pas,Catho ou pas, immigration ou pas etc.)
      Actuellement ce n’est pas le cas il faut faire ce que l’UE nous dis de faire sous peine d’amende quel que soit l’élu ou le parti au pouvoir.
      ER et Soral ont une image sulfureuse, que ce soit justifié ou pas (non justifié à mon avis) mais c’est un fait.
      Que l’UPR ne veuille pas être assimilé à ER je le comprends, c’est se donner le baton pour se faire battre par le système.
      Je ne le prends par pour du mépris de la part de l’UPR pour ER mais il n’y a pas d’autre choix pour faire avancer la cause. Il faut être pragmatic.
      Pour préciser ma pensée je prendrai l’exemple de Dieudo dans son interview à France 3, qui réserve des salles sans préciser que c’est pour lui dans le but d’éviter les pressions sur les propriétaires ou programmateurs de salles qui sont sommés de prendre position en public sous peine d’être dénigrés.
      Il me semble qu’ASSELINEAU n’a jamais dénigré ER autrement merci de me mettre le lien.
      Qu’il dise qu’il n a rien à voir avec ER c’est compréhensible, dénigrer comme l’a fait Cheminade est inadmissible.
      Comme le rappelait Soral à propos de TV LIBERTE (ecouter la sixième fournée de Soral répond), on va dans la même direction, on est pas d’accord sur tout, mais on ne s’agresse pas.
      ER est un "think thank" l’UPR un parti politique :)
      Ce qui est hallucinant actuellement ce sont les partis (Gauchistes, droite, souverainistes, syndicalistes...) qui se tirent dans les pattes pour donner des gages de démocratie à leur enemi commun en acceptant ses règles (finance, bobos, journaleux).


  • Aller, deux petites citations du père Céline :

    "À table ! peuple ! aux aveux marrants !
    Sournois martyrs ! Damnés coquins ! Vous vous cognez éperdument tout un chacun du sort de votre classe ! C’est le dernier de vos soucis prolétaires, le sort de votre classe ! Qu’ils y restent donc tous dans la merde, les frères de classe ! pourvu que vous, personnellement, vous trouviez le filon d’en [sortir. Vous faites tous, toutes les grimaces du communisme. Vos convictions ne dépassent pas la grimace, le beuglement. Les voix ne coûtent rien. Les bulletins non plus. La conscience de classe est une foutaise, une démagogique convention. Chaque ouvrier ne demande qu’à sortir de sa classe ouvrière, qu’à devenir bourgeois, le plus individuellement possible, bourgeois avec tous les privilèges, les plus exécrables, les mêmes égoïsmes implacables, les mêmes préjugés, renforcés, les mêmes singeries, toutes les tares, la même avarice et puis alors une de ces haines pour la classe ouvrière ! Le prolétaire, le militant le plus ardent, il a envie de partager avec son frère damné de classe, à peu près comme le gagnant à la loterie nationale, il a envie de partager avec tous ceux qui ont perdu."

    "Vous ne faites rien, ne décidez rien, Français, ouvriers, bourgeois. Vous ne pensez rien, vous ne savez rien, vous ne votez rien, vous ne hurlez rien, qui n’ait été ordonné, manigancé, mijoté, ourdi pour votre gouverne, des années, des années d’avance par l’Intelligence Service. N’est-ce pas splendide ? Votre destin est en fiches à “White-Hall”. Vous serez expédiés, wagonnés, retranchés, éclatés, émiettés à l’heure W.-H. pour la jubilation des Banques, des Rabbins, du Komintern, de la Grande famille."

    L’école des cadavres, y’a tout dans ce bouquin (sorti en 1938, il écrit noir sur blanc qu’une guerre imminente va faire 50 millions de morts... La clairvoyance Célinienne !) Ça serait énorme que KK le réédite !

     

  • Les gens d’UPR identifiés comme tel avec badges, drapeaux, etc n’ont rien à faire dans une manifestation syndicale (non plus que les autres groupes de "gôche" mais effectivement là c’est plus difficile à faire respecter).

    Le coup du bruit en manif.... UPR =babtou fragile ? Il suffit de ne pas se mettre devant l’ampli les gars !

    Pour le reste : les syndicats servent à canaliser les gens pour ne pas que la colère explose par exemple... Bêlez dans ce sens c’est exactement ce que le système attend : des actions groupusculaires et individuelles. Vous serez presque en accord avec tout ce que en quoi vous croyez, votre fibre individualiste sera flattée et votre action... nulle.

     

    • Ce n’est pas une manifestation syndicale, c’est une manifestation ouverte à tous, à tous les citoyens, et à tous ceux qui ont un message à partager sur le sujet.
      Et puis on voit bien des drapeaux PCF-NPA-LCR partout, non ?

      Ensuite sur le bruit, ce n’est pas une question de babtou fragile, c’est un réel sujet.
      Les gars de la CGT passent leur temps à mettre de la musique à fond et à crier dans des micros des slogans vides de sens.
      On peut bien se demander comment dialoguer sereinement du sujet de la manif dans ces conditions.
      A moins qu’une manif soit juste là pour faire chier les gens, bouffer des merguez, gueuler et tabasser les gens d’ER ou de l’UPR.


    • Vous avez raison @Voila. Ce commentaire est tout de même un peu étrange. C’est peut-être mieux de s’entendre et de communiquer sur des choses concrètes plutôt que de se manger l’atroce « Antisocial » pour la millième fois avec en plus un son dégueulasse ! Merde ! Quand même !


    • @ Voila

      Je vous le confirme, c’est bien une manifestation syndicale et les gens d’UPR identifiés comme tel avec badges, drapeaux, etc n’ont rien à faire là (non plus que les autres groupes de "gôche" mais effectivement là c’est plus difficile à faire respecter).

      Ah le bruit... Il est bruyant le peuple vous trouvez ? (sans parler de l’odeur de ses dessous de bras). Quel dommage que vos pénétrantes réflexions ne puissent s’épanouir dans un tumulte si vulgaire.


    • Pourquoi vous jouez à troller ?
      L’UPR serait un ennemi du peuple à vous entendre...
      Si vous pensez que la CGT va vous sauver...

      Si l’UPR ne devait pas être là car non-syndicat, ça aurait dû être la raison de leur rejet. Or ils ont été virés car ’’extrême-droite’’ uniquement, et non car parti politique ! Donc votre argument ne tient pas.

      C’est quoi ces sophismes à deux sous avec du dédain et des menaces que même Macron n’aurait pas osé sortir ?
      Je ne parle pas du bruit du peuple.
      Je parle du bruit de la musique qui est justement là pour faire taire le peuple !
      Si le peuple aurait fait du bruit, si le peuple aurait été bruyant, c’est justement qu’ils seraient en train de discuter des motifs de la manifestation, et ce serait très bien car c’est justement ce que je demande ! Du dialogue et de la discussion !

      Ne jouez pas à ça avec moi : vous ne réussirez jamais à m’avoir avec des sophismes, à faire croire que mon argumentation est fallacieuse, ou à me faire passer pour un ennemi du peuple. A ce petit jeu, vous serez toujours perdant.

      Quelles sont donc vos propositions pour arranger les choses ? Ne pas discuter de l’UE ? Ne pas discuter précisément des articles ? Ne pas cibler les problèmes ? Comme ca, dès que vous vous retrouvez face à un européiste, vous êtes bouche bée et bloqué alors que vous avez raison ?
      Vous proposez de bouffer des merguez avec du ketchup qui dégouline sur la veste en écoutant Antisocial et des slogans soporifiques sans aucun sens ?

      Pour finir, je vois que vous vous appelez ’’Patriote syndiqué’’. Ce qui est un oxymore à moins de faire partie de SUD par exemple. Car en dehors de ce dernier et de quelques autres marginaux, tous les grands syndicats français font partie de la Confédération Européenne des Syndicats. Ils sont financés par l’UE et sont obligés de la promouvoir. Toute la littérature de la CGT, de la CFDT, de la CFE-CGC, de la CFTC va dans ce sens.
      Donc si vous faites partie des syndicats sus-cités, vous ne pouvez pas être patriote !
      Vous êtes un traître à vous même, à vos idées et à vos collègues !

      En passant, voilà comment on met un KO manière propre et sans sophisme.

      C’est fou : on est nombreux, dans les rues, sur internet, a donner des informations, aiguiller les gens, ce site sur lequel nous-sommes ici même le fait d’ailleurs, et tout ce que vous proposez est d’envoyer chier ces honnêtes gens qui parfois se sacrifient, et d’aller embrasser comme des héros ses pires ennemis que sont Mélenchon ou la CGT...


    • @ Voila

      A priori vous ne savez pas lire. Où avez vous pêché que je pensais qu’UPR était un ennemi du peuple ? C’est juste qu’il n’est pas à sa place dans cette manif (comme beaucoup d’autres d’ailleurs).

      SUD, un vrai syndicat ? SUD c’est du gauchisme pur sucre, un peu le NPA du syndicalisme, pas du socialisme (même si on y trouvera toujours des exceptions qui confirment la règle.
      Si vous pensez que les syndicats roulent sur l’or avec l’argent de l’hydre européenne, venez donc militer localement. Le budget est transparent, discuté en CE et en AG et vous allez voir que votre fantasme est très éloigné de la réalité.

      Sinon, reprochez aux manifs d’être bruyante... c’est tellement ridicule.


  • Très vrai, ce que disent les gars de l’UPR sur l’organisation des manifs.
    J’avais participé en 2008 à une sur la réforme des retraites.
    Le cortège est segmenté, un peu à la façon des défilés de carnavals, où chaque groupe à son thème et est précédé par un animateur plus qu’un meneur... ambiance festive, infantilisante et différente en chacun d’eux ...
    Pure ingénierie sociale.

    Au risque de créer la polémique, je préfère la façon dont sont abordées les manifs par les black blocks où bien les défilés martiaux des JNR des 8 mai.
    Des gens qui crèveront sur le carreau cela ne me donne pas envie de faire des rondes festives en chantant "Bella Ciao"...


  • Je suis adhérent à E.R. et à l’UPR. Oui la qualité d’analyse des adhérents à l’UPR est supérieure aux autres partis. Je trouve très pertinente la stratégie d’Asselineau d’éviter le morcellement de l’opinion : Droite-gauche, Croyants-athées, Pour le mariage gay-contre, Contre l’avortement-pour ...... on peut décliner les opinions personnelles à l’infini ..... C’est une stratégie vitale. Et ne vous y trompez pas, il n’est pas naïf au sujet de l’oligarchie mais il garde certaines idées pour lui. Et puis surtout, nous les français, on est les champions pour donner chacun son point de vue .... pour briller un peu. Tout le monde critique tout le monde, comme si on cherchait la personne "parfaite". Ce qui est un signe d’immaturité et d’insécurité intérieure .... Je vous en prie mes amis contenez vous. Sans ça c’est mort pour nous tous .....

     

  • Apparemment l’UPR sera présente au défilé du 1er mai à Paris rendez vous à 13h00 vers gare de l’Est.
    Ils risquent de se faire dénigrer, mettre à l’écart et chahuter une nouvelle fois par les mêmes qui emmerdent Vincent Lapierre.
    Vincent Lapierre sera de la partie..... ?
    Je vais y aller en observation en simple citoyen (pas d’étiquette) mais pourquoi pas porter la contradiction et intervenir gentiment si les milices de la CGT ou autre organisation gouvernementale viendrait dire qui peu ou pas manifester. (Ils ont encore moins de légitimité que Macron avec 11% de salariés syndiqués)
    Si on était en nombre à venir en tant que citoyen "lucide" ça pourrait le faire...on pourrait avoir un vrai dialogue.
    Raz le cul de ces manifestations folklorique ou on danse et on joue du Djembé en defendant le sans papier le tout sous l’encadrement des milices de l’oligarchie.

     

Commentaires suivants