Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les reportages d’ERTV – La manifestation de la fonction publique à Lyon

Le 22 mars 2018, de nombreux secteurs de la fonction publique étaient appelés par les syndicats à manifester contre les annonces du gouvernement sur la réforme du service public. Les reporters d’E&R Lyon étaient sur place.

 

 

En lien sur E&R :

Le progrès social selon Macron
lire chez Kontre Kulture :

 

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 






Alerter

87 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Les manifestations sont devenues un simple exutoire pour moutons solitaires. Lorsqu’une question simple est posée, on constate le manque d’épaisseur des propos, c’est effarant. Je constate qu’on ne réfléchit plus, on "croit".
    Le syndicalisme est la sociologie des mentalités collective,doté d’oeillières idéologies et dénué de radicalité...

    Quand on compare "La Conjuration des Égaux" de Babeuf en 1796 à ces manifestations stupides comme "Nuit Debout" (comme ça la journée on peut bosser comme un bon mouton et satisfaire son patron), on se dit que la fibre radicale a pratiquement disparue.

     

    Répondre à ce message

  • Merci à E&R pour ce passage positif sur l’UPR.

     

    Répondre à ce message

  • C’est gens manifeste avec leurs carte de crédits au dessus de leurs têtes :
    "Nous sommes des CON-Sommateurs".
    Portez hauts les couleurs du Christ-Roi ! Que Dieu vous bénisse.

     

    Répondre à ce message

  • Le niveau d’elocution de cette bande de moutons : " phrase 1....euuuuh.....phrase 2.....euuuuuh....(demi) phrase 3 .... euuuuh .....C’est tout simplement affligeant et il est sur en voyant un tel désastre que Macron et la banque ont encore de beaux jours devant eux.

     

    Répondre à ce message

    • C’est sûr que pris au dépourvu dans un contexte exceptionnel ou la vigilance et la psychologie de foule prend le dessus, c’est là qu’on est le plus éloquent n’est-ce pas (surtout quand on n’a pas le nez dans ces questions très souvent). Sérieux...

       
    • C’est surtout que les gens ne sont pas la tête ailleurs en train de courir pour ne pas rater leur bus, ils sont venus là pour ça, donc il est normal d’attendre d’eux une petite argumentation claire.
      Les gens de l’UPR aussi étaient dans la foule et ont eu une argumentation claire.

       
  • Ce superbe reportage illustre une fois de plus les dégâts occasionnés par l’ingénierie sociale chez le vrai gauchiste sincère : deux idées contraires et incompatibles qui ne peuvent générer que de l’incohérence dans les propos et opinions :

    IDÉE 1 (que le gauchiste a pu trouver tout seul ou en en discutant avec ses semblables) :
    l’UE est la cause de bien des maux, voire l’UE est l’obstacle, l’ennemi.

    IDÉE 2 (attrapée par le battage médiatique) :
    Vouloir sortir de l’UE c’est être fasciste, nazi, d’extrême droite et belliqueux ... (je vous laisse compléter la suite du "bouquet").

    C’est le drame de bien des militants de gauche, France Insoumise entre autres.
    Alors pour sortir de cette boucle, ils sont prêts à accepter l’inacceptable, l’impossible : changer l’UE en renégociant les traités...la fameuse idée de l’Europe sociale (trotskiste en fait).
    C’est curieux de remarquer que bon nombre de FI arrivant à se sortir des sables mouvants...rejoignent l’UPR.

    Après, pour répondre à un des commentaires précédents : c’est vrai que Asselineau est un républicain convaincu et militant, un gaullien même. Et c’est cela même qui défrise le droitard, natio, catho tradi et qui rend impossible a priori tout rapprochement avec l’UPR.
    Oui mais dans la vie il faut savoir ce que l’on veut, admettre que le chemin pour y parvenir est un long processus, un parcours du combattant. Avoir le sens des réalités et des priorités est également indispensable.
    Alors quoi ?
    Se battre pour sortir de l’UE, du mondialisme euro-atlantisme pur et dur aux côtés de républicains C’EST MIEUX QUE RIEN. C’est une première étape, la priorité des priorités.
    C’est ça les alliances de guerre.
    Une fois notre souveraineté retrouvée, on pourra à nouveau se foutre sur la gueule, et nous, les natios, continuer le combat pour obtenir la prochaine étape : se débarrasser de la république.
    Alors oui, je l’avoue sans honte, en tant que natio (et socialiste...) je roule pour l’UPR, juste pour sortir du merdier européen et après bye bye !

    Si vous trouvez mieux, je suis preneur :)

     

    Répondre à ce message

    • #1941808

      Si vous trouvez mieux, je suis preneur :)




      Philippot est sur la même position du Frexit et a plus d’envergure médiatique. À peine son parti créé qu’il a déjà largement dépassé l’UPR, qui a pourtant onze ans d’existence, en terme de visibilité et de crédibilité dans les sondages d’opinion.
      D’ailleurs pourquoi Asselineau refuse-t-il sa main tendue ? Par peur des représailles de la communauté organisée ? Par orgueil ?

       
    • Non, selon Asselineau, Philippot lui a piqué des idées et a été aperçu dans les réunions publiques de l’UPR caché en train de prendre des notes.

      Un autre argument est que Asselineau a commencé en 2007. C’est donc logiquement Philippot qui aurait dû le rejoindre.

      Autre argument : l’UPR a 30 000 adhérents (ça a triplé en un an je crois), Philippot on sait pas trop, l’UPR arrive a présenter des candidats partout, pas les Patriotes.

      Et puis, Asselineau vous répondra que s’il y a maintenant un rapprochement sur l’UE et l’euro, Philippot ne veut pas sortir unilatéralement de l’OTAN, seulement du commandement intégré.

      Il vous dirait aussi qu’un type qui a accès à tous les plateau comme Philippot, alors que l’UPR n’a rien, c’est louche.

      Donc je comprends quand même un peu Asselineau, car après avoir consenti à tous ces sacrifices, transmettre le flambeau à un jeune politicien qui raflera la mise, passera pour un héros, alors qu’il n’était pas là dans les moments difficiles au début, c’est une trop grande humiliation.

      Un dernier argument, c’est qu’Asselineau estime que son mouvement est un rassemblement temporaire des français, qui vise à leur rendre leur souveraineté, et qui est au-dessus du clivage droite-gauche. Ainsi, accepter dans ses rang un type étiquetté à l’extrême-droite (fallacieusement, on est d’accord) pourrait faire fuir les adhérents venant de gauche.

      C’est sa stratégie, c’est discutable. Car en effet, si on vient de gauche, et qu’on arrive à l’UPR, on a assez de maturité et d’intelligence pour ne plus prendre pour un pestiféré un type dit d’extrême-droite. D’autant plus qu’Asselineau est lui aussi affublé de ce vocable sans raison.
      Et puis, si on est à l’UPR, on est normalement vacciné contre les manipulations médiatiques.
      Donc l’arrivée de Philippot ne devrait pas causer tant de remous... surtout qu’il vient de la gauche à la base.

      Asselineau a dit que tout le monde est le bienvenu me semble-t-il, à condition qu’il soit d’accord avec les points détaillés dans la charte fondatrice. Parmi ces points, il y a la sortie totale de l’OTAN. C’est peut-être là que ça coince avec Philippot.

       
    • "Envergure médiatique" ....

      C’est justement ça qui me gène chez Philippot, son "envergure médiatique" car qui dit "envergure médiatique" dit passages réguliers dans les médias mainstream... capice ?

      Après, qu’il ait dépassé l’UPR (comme la République en Marche par ailleurs, une sacrée "envergure médiatique" aussi n’est-ce pas ?) je veux bien le croire mais comme Saint Thomas il me faudrait du concret à me mettre sous la dent, par exemple le nombre AVÉRÉ d’adhérents à son parti.
      Ou alors que l’on m’explique qu’avec une telle réussite, que les candidats "Les Patriotes" présents aux dernières élections législatives partielles se soient fait autant botter les fesses (pour les circonscriptions où ils étaient présents, cela va sans dire).

      Et comment s’étonner de l’"envergure médiatique" de Philippot. Il me semble me souvenir qu’il était en quelque sorte comme LE communicant n°1 du FN et qu’il squattait quasiment les médias. Non ? C’est donc un yaourt connu de la ménagère de moins de 50 ans, rassurée qu’il ne soit pas qualifié de complotiste, conspirationniste, toussa toussa...
      Et puis patriote sonne bien depuis que "nationaliste" est un gros mot.

      Quand à ce que disent les sondages, j’aimerais bien en rire mais j’ai les lèvres gercées, là...
      (je conchie les sondages même quand ils vont dans le sens de mon poil, juste une question de cohérence et d’honnêteté intellectuelle).

      Bref je ne sens pas le truc, y ayant déjà pas mal réfléchi. Et qui nous dit qu’il veut vraiment sortir de l’UE, sans ambiguïté ni pirouettes dialectiques fallacieuses, à l’inverse de la naufragée MLP ou du querelleur JLM ?

      Donc merci pour l’info mais non, je passe mon tour sur ce coup là...

       
    • Voilà : Voilà !
      Bien détaillé et juste.

      On remarque que le différend avec Philippot est profond et n’a rien d’un chipotage.
      Chipotage, c’est le cas avec le tout petit PRCF (Pôle de Renaissance du Parti Communiste Français) qui partage avec l’UPR le diagnostique sur l’UE et ses ravages mais qui diverge sur les solutions à programmer, à savoir le déclenchement de l’article 50.

      Pour le PRCF ce serait être en position de faiblesse et se soumettre à la commission européenne, et offrir "une porte de sortie au grand capital" durant les deux ans maximum du processus de sortie.
      Par contre ils stipulent de sortir unilatéralement de l’UE dans une logique du "vous faites chier, on se casse".
      Est-ce le non respect de la parole de la France, et l’indignité qui s’en suit ?
      Pas forcément car leur solution juridique mérite que l’on s’y penche de plus près :
      S’appuyer sur, je cite "les articles 61 et 62 de la Convention de Vienne du 23 mai 1969 sur le droit des traités. Ces articles décrivent le droit de retrait d’un traité international par un État, au motif notamment d’un « changement fondamental de circonstances ».".

      Ceci prend du sens si l’on considère que la France ne peut pas faillir à sa parole en décidant de rompre unilatéralement le Traité de Lisbonne puisque justement le peuple français a fait savoir par le référendum de 2005 qu’il refusait la Constitution Européenne, donc de conclure le Traité de Rome II (la magnifique quenelle du Congrès au bon peuple de France).
      On sait que le Traité de Lisbonne et le Traité de Rome II sont deux textes globalement identiques sur le fond MAIS que sur la forme ce sont deux actes internationaux distincts. C’est en cela que je suis en désaccord avec le PRCF car ces ambiguïtés ne peuvent générer que des embrouillaminis juridiques de durée indéterminée, que l’on ne sait pas a priori quelles en seront les issues et que les arguments anti article 50 peuvent également s’appliquer ici.

      Alors oui, il est possible qu’une sortie de l’UE comporte son lot de problèmes pour la France mais comme le dit justement Asselineau "les problèmes seront plus importants si l’on y reste".
      De plus la différence fondamentale entre l’article 50 du TUE et les articles 61 et 62 de la Convention de Vienne est que dans un cas l’issue théorique est connue mais pas dans l’autre.

      Le chipotage du PRCF est contre-productif, autant que celui du Colonel Chamagne, ex UPR.
      Dans ce merdier, tout ce qui divise me défrise (et ça rime !).

       
    • La vérité c’est qu’Asselineau est égocentrique et mégalomane. Il ne supporte aucune concurrence dans son parti (nombreux cadres ont été poussés vers la sortie car ils commençaient à prendre trop de place). Donc FA est parfaitement incapable d’envisager des alliances de circonstance ou autres. C’est une caricature de l’idéologie du "moi je" partisan ("On était les premier", "c’est nous les meilleurs et tous les autres sans exception sont des gros nuls qui n’ont rien compris"). C’est tout pour sa pomme, quitte à être totalement inefficace.

      Car aucun parti ne peut reposer que sur un seul Homme, mis à part si tu as un charisme extraordinaire (comme un Nigel Farage, un JMLP ou un Soral). Là, c’est l’inverse, Asselineau à le charisme d’une serpillère, des allures de vieux fou avec son crâne dégarni et ses quelques cheveux en pétard (cf. son passage TV ou il s’emballe "Pensez printemps !") et la voix soporifique d’une veille dame bourgeoise.

      C’est pour cela que 99,1% des Français ne votera jamais pour lui et qu’il est condamné à faire des scores similaire à Poutou (même niveau de crédibilité pour le Français de base) ou Cheminade.

      Pourtant je dois admettre que les militants sur le terrain sont d’un très bon niveau, comme dans la vidéo ici et c’est bien dommage, car eux méritent plus que de faire 0,8% depuis 10 ans.

       
    • Cher Monsieur BFK, à vous lire et relire j’éprouve une curieuse sensation de « déjà-vu ».
      Rien de plus normal : les affirmations que vous reprenez à votre compte, qu’elles soient vraies ou fausses, difficile de le dire à la lumière de votre réquisitoire non motivé, n’ont rien d’inédites. Je les ai lues mille et une fois.

      C’est un modèle du genre où il ne manque toutefois que la référence à Pasqua ou la supposée appartenance de Madame Asselineau à la Franc-Maçonnerie.

      Je suis las de contre argumenter ce genre de prose « orientée ». Mais il est un point que je ne peux pas laisser sous silence : votre deuxième paragraphe regorge d’insultes et d’attaques sur la personne.
      Sont-ce là des manières ? Ne savez-vous pas respecter un « adversaire » politique ? Êtes-vous autant à cours de vrais arguments ? N’êtes-vous pas capable de ne réserver vos invectives que pour de vrais ennemis ?

      Il serait grand temps que vous consultiez la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse ainsi que l’article R.621-2 du Code Pénal (une injure peut constituer un délit ou une contravention).

      Votre attitude est clivante pour reprendre les mots d’Asselineau et, selon les catégories céliniennes, vous êtes un destructeur.

      Reprenez-vous, que diable !

       
    • Chers Camarades,
      Je suis adhérant à ER et à l’UPR.
      J’ai d’ailleurs connu l’UPR par le site d’ER.
      Les deux font un superbe boulot d’information et de ré-information.
      L’UPR est très clair l’objectif est de s’unir pour sortir de l’UE en évitant les sujets clivants, une fois passé chacun retourne à ses idées pour proposer sa vision politique à l’électeur et la mettre en application une fois élu,(libéral ou pas, gauche ou droite, sioniste ou pas,Laicard républicain ou pas,Catho ou pas, immigration ou pas etc.)
      Actuellement ce n’est pas le cas il faut faire ce que l’UE nous dis de faire sous peine d’amende quel que soit l’élu ou le parti au pouvoir.
      ER et Soral ont une image sulfureuse, que ce soit justifié ou pas (non justifié à mon avis) mais c’est un fait.
      Que l’UPR ne veuille pas être assimilé à ER je le comprends, c’est se donner le baton pour se faire battre par le système.
      Je ne le prends par pour du mépris de la part de l’UPR pour ER mais il n’y a pas d’autre choix pour faire avancer la cause. Il faut être pragmatic.
      Pour préciser ma pensée je prendrai l’exemple de Dieudo dans son interview à France 3, qui réserve des salles sans préciser que c’est pour lui dans le but d’éviter les pressions sur les propriétaires ou programmateurs de salles qui sont sommés de prendre position en public sous peine d’être dénigrés.
      Il me semble qu’ASSELINEAU n’a jamais dénigré ER autrement merci de me mettre le lien.
      Qu’il dise qu’il n a rien à voir avec ER c’est compréhensible, dénigrer comme l’a fait Cheminade est inadmissible.
      Comme le rappelait Soral à propos de TV LIBERTE (ecouter la sixième fournée de Soral répond), on va dans la même direction, on est pas d’accord sur tout, mais on ne s’agresse pas.
      ER est un "think thank" l’UPR un parti politique :)
      Ce qui est hallucinant actuellement ce sont les partis (Gauchistes, droite, souverainistes, syndicalistes...) qui se tirent dans les pattes pour donner des gages de démocratie à leur enemi commun en acceptant ses règles (finance, bobos, journaleux).

       
  • Aller, deux petites citations du père Céline :

    "À table ! peuple ! aux aveux marrants !
    Sournois martyrs ! Damnés coquins ! Vous vous cognez éperdument tout un chacun du sort de votre classe ! C’est le dernier de vos soucis prolétaires, le sort de votre classe ! Qu’ils y restent donc tous dans la merde, les frères de classe ! pourvu que vous, personnellement, vous trouviez le filon d’en [sortir. Vous faites tous, toutes les grimaces du communisme. Vos convictions ne dépassent pas la grimace, le beuglement. Les voix ne coûtent rien. Les bulletins non plus. La conscience de classe est une foutaise, une démagogique convention. Chaque ouvrier ne demande qu’à sortir de sa classe ouvrière, qu’à devenir bourgeois, le plus individuellement possible, bourgeois avec tous les privilèges, les plus exécrables, les mêmes égoïsmes implacables, les mêmes préjugés, renforcés, les mêmes singeries, toutes les tares, la même avarice et puis alors une de ces haines pour la classe ouvrière ! Le prolétaire, le militant le plus ardent, il a envie de partager avec son frère damné de classe, à peu près comme le gagnant à la loterie nationale, il a envie de partager avec tous ceux qui ont perdu."

    "Vous ne faites rien, ne décidez rien, Français, ouvriers, bourgeois. Vous ne pensez rien, vous ne savez rien, vous ne votez rien, vous ne hurlez rien, qui n’ait été ordonné, manigancé, mijoté, ourdi pour votre gouverne, des années, des années d’avance par l’Intelligence Service. N’est-ce pas splendide ? Votre destin est en fiches à “White-Hall”. Vous serez expédiés, wagonnés, retranchés, éclatés, émiettés à l’heure W.-H. pour la jubilation des Banques, des Rabbins, du Komintern, de la Grande famille."

    L’école des cadavres, y’a tout dans ce bouquin (sorti en 1938, il écrit noir sur blanc qu’une guerre imminente va faire 50 millions de morts... La clairvoyance Célinienne !) Ça serait énorme que KK le réédite !

     

    Répondre à ce message

  • #1941946

    Les gens d’UPR identifiés comme tel avec badges, drapeaux, etc n’ont rien à faire dans une manifestation syndicale (non plus que les autres groupes de "gôche" mais effectivement là c’est plus difficile à faire respecter).

    Le coup du bruit en manif.... UPR =babtou fragile ? Il suffit de ne pas se mettre devant l’ampli les gars !

    Pour le reste : les syndicats servent à canaliser les gens pour ne pas que la colère explose par exemple... Bêlez dans ce sens c’est exactement ce que le système attend : des actions groupusculaires et individuelles. Vous serez presque en accord avec tout ce que en quoi vous croyez, votre fibre individualiste sera flattée et votre action... nulle.

     

    Répondre à ce message

    • Ce n’est pas une manifestation syndicale, c’est une manifestation ouverte à tous, à tous les citoyens, et à tous ceux qui ont un message à partager sur le sujet.
      Et puis on voit bien des drapeaux PCF-NPA-LCR partout, non ?

      Ensuite sur le bruit, ce n’est pas une question de babtou fragile, c’est un réel sujet.
      Les gars de la CGT passent leur temps à mettre de la musique à fond et à crier dans des micros des slogans vides de sens.
      On peut bien se demander comment dialoguer sereinement du sujet de la manif dans ces conditions.
      A moins qu’une manif soit juste là pour faire chier les gens, bouffer des merguez, gueuler et tabasser les gens d’ER ou de l’UPR.

       
    • Vous avez raison @Voila. Ce commentaire est tout de même un peu étrange. C’est peut-être mieux de s’entendre et de communiquer sur des choses concrètes plutôt que de se manger l’atroce « Antisocial » pour la millième fois avec en plus un son dégueulasse ! Merde ! Quand même !

       
    • #1942385

      @ Voila

      Je vous le confirme, c’est bien une manifestation syndicale et les gens d’UPR identifiés comme tel avec badges, drapeaux, etc n’ont rien à faire là (non plus que les autres groupes de "gôche" mais effectivement là c’est plus difficile à faire respecter).

      Ah le bruit... Il est bruyant le peuple vous trouvez ? (sans parler de l’odeur de ses dessous de bras). Quel dommage que vos pénétrantes réflexions ne puissent s’épanouir dans un tumulte si vulgaire.

       
    • Pourquoi vous jouez à troller ?
      L’UPR serait un ennemi du peuple à vous entendre...
      Si vous pensez que la CGT va vous sauver...

      Si l’UPR ne devait pas être là car non-syndicat, ça aurait dû être la raison de leur rejet. Or ils ont été virés car ’’extrême-droite’’ uniquement, et non car parti politique ! Donc votre argument ne tient pas.

      C’est quoi ces sophismes à deux sous avec du dédain et des menaces que même Macron n’aurait pas osé sortir ?
      Je ne parle pas du bruit du peuple.
      Je parle du bruit de la musique qui est justement là pour faire taire le peuple !
      Si le peuple aurait fait du bruit, si le peuple aurait été bruyant, c’est justement qu’ils seraient en train de discuter des motifs de la manifestation, et ce serait très bien car c’est justement ce que je demande ! Du dialogue et de la discussion !

      Ne jouez pas à ça avec moi : vous ne réussirez jamais à m’avoir avec des sophismes, à faire croire que mon argumentation est fallacieuse, ou à me faire passer pour un ennemi du peuple. A ce petit jeu, vous serez toujours perdant.

      Quelles sont donc vos propositions pour arranger les choses ? Ne pas discuter de l’UE ? Ne pas discuter précisément des articles ? Ne pas cibler les problèmes ? Comme ca, dès que vous vous retrouvez face à un européiste, vous êtes bouche bée et bloqué alors que vous avez raison ?
      Vous proposez de bouffer des merguez avec du ketchup qui dégouline sur la veste en écoutant Antisocial et des slogans soporifiques sans aucun sens ?

      Pour finir, je vois que vous vous appelez ’’Patriote syndiqué’’. Ce qui est un oxymore à moins de faire partie de SUD par exemple. Car en dehors de ce dernier et de quelques autres marginaux, tous les grands syndicats français font partie de la Confédération Européenne des Syndicats. Ils sont financés par l’UE et sont obligés de la promouvoir. Toute la littérature de la CGT, de la CFDT, de la CFE-CGC, de la CFTC va dans ce sens.
      Donc si vous faites partie des syndicats sus-cités, vous ne pouvez pas être patriote !
      Vous êtes un traître à vous même, à vos idées et à vos collègues !

      En passant, voilà comment on met un KO manière propre et sans sophisme.

      C’est fou : on est nombreux, dans les rues, sur internet, a donner des informations, aiguiller les gens, ce site sur lequel nous-sommes ici même le fait d’ailleurs, et tout ce que vous proposez est d’envoyer chier ces honnêtes gens qui parfois se sacrifient, et d’aller embrasser comme des héros ses pires ennemis que sont Mélenchon ou la CGT...

       
    • #1942643

      @ Voila

      A priori vous ne savez pas lire. Où avez vous pêché que je pensais qu’UPR était un ennemi du peuple ? C’est juste qu’il n’est pas à sa place dans cette manif (comme beaucoup d’autres d’ailleurs).

      SUD, un vrai syndicat ? SUD c’est du gauchisme pur sucre, un peu le NPA du syndicalisme, pas du socialisme (même si on y trouvera toujours des exceptions qui confirment la règle.
      Si vous pensez que les syndicats roulent sur l’or avec l’argent de l’hydre européenne, venez donc militer localement. Le budget est transparent, discuté en CE et en AG et vous allez voir que votre fantasme est très éloigné de la réalité.

      Sinon, reprochez aux manifs d’être bruyante... c’est tellement ridicule.

       
  • Très vrai, ce que disent les gars de l’UPR sur l’organisation des manifs.
    J’avais participé en 2008 à une sur la réforme des retraites.
    Le cortège est segmenté, un peu à la façon des défilés de carnavals, où chaque groupe à son thème et est précédé par un animateur plus qu’un meneur... ambiance festive, infantilisante et différente en chacun d’eux ...
    Pure ingénierie sociale.

    Au risque de créer la polémique, je préfère la façon dont sont abordées les manifs par les black blocks où bien les défilés martiaux des JNR des 8 mai.
    Des gens qui crèveront sur le carreau cela ne me donne pas envie de faire des rondes festives en chantant "Bella Ciao"...

     

    Répondre à ce message

  • Je suis adhérent à E.R. et à l’UPR. Oui la qualité d’analyse des adhérents à l’UPR est supérieure aux autres partis. Je trouve très pertinente la stratégie d’Asselineau d’éviter le morcellement de l’opinion : Droite-gauche, Croyants-athées, Pour le mariage gay-contre, Contre l’avortement-pour ...... on peut décliner les opinions personnelles à l’infini ..... C’est une stratégie vitale. Et ne vous y trompez pas, il n’est pas naïf au sujet de l’oligarchie mais il garde certaines idées pour lui. Et puis surtout, nous les français, on est les champions pour donner chacun son point de vue .... pour briller un peu. Tout le monde critique tout le monde, comme si on cherchait la personne "parfaite". Ce qui est un signe d’immaturité et d’insécurité intérieure .... Je vous en prie mes amis contenez vous. Sans ça c’est mort pour nous tous .....

     

    Répondre à ce message

  • Apparemment l’UPR sera présente au défilé du 1er mai à Paris rendez vous à 13h00 vers gare de l’Est.
    Ils risquent de se faire dénigrer, mettre à l’écart et chahuter une nouvelle fois par les mêmes qui emmerdent Vincent Lapierre.
    Vincent Lapierre sera de la partie..... ?
    Je vais y aller en observation en simple citoyen (pas d’étiquette) mais pourquoi pas porter la contradiction et intervenir gentiment si les milices de la CGT ou autre organisation gouvernementale viendrait dire qui peu ou pas manifester. (Ils ont encore moins de légitimité que Macron avec 11% de salariés syndiqués)
    Si on était en nombre à venir en tant que citoyen "lucide" ça pourrait le faire...on pourrait avoir un vrai dialogue.
    Raz le cul de ces manifestations folklorique ou on danse et on joue du Djembé en defendant le sans papier le tout sous l’encadrement des milices de l’oligarchie.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents