Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les digressions du professeur Caron

Pour retenir les leçons de l’Histoire

Au micro d’E&R Haute-Savoie, le professeur Yves Caron digresse sur les grands moments de la politique internationale de son époque.

 

Les digressions du professeur Caron n°9 – Le terrorisme

 

Les digressions du professeur Caron n°10 – Les plus grandes falsifications de l’histoire :

 

Les digressions du professeur Caron n°11 – La Première Guerre mondiale était-elle évitable ?

Retrouvez le professeur Caron sur E&R :

Prolonger les digressions avec Kontre Kulture :

 






Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1928800
    Le 25 mars à 13:02 par Topaze
    Les digressions du professeur Caron

    Caron a la mémoire qui flanche, quand Barre a parlé d’un juif tué et de deux "français innocents" c’est à propos de l’attentat de la rue Copernic (3 octobre 1980) .

     

    Répondre à ce message

    • #1929056
      Le 25 mars à 17:17 par La rochejaquelein
      Les digressions du professeur Caron

      J’aimerai avoir sa mémoire à son âge. En tout cas son honneur lui ne flanche pas.
      Merci monsieur Caron, qui plus est à votre âge de prendre la peine de nous instruire.

       
  • #1928822
    Le 25 mars à 13:22 par Riton
    Les digressions du professeur Caron

    22 juin 1941 : l’Allemagne attaque l’URSS . Staline et ses judéos-soviétiques donnent l’ordre au PC"F" de commettre des attentats pour fixer en France de nombreuses divisions allemandes qui n’iront pas combattre en URSS, le premier a lieu le 21 août à la station Barbès . La "résistance", celle qui assassinait, était avant tout judéo-communiste .

     

    Répondre à ce message

    • #1928994
      Le 25 mars à 15:59 par tisario
      Les digressions du professeur Caron

      Oui en effet, mais cela ne doit pas faire oublier que les communistes et le PCF en tête, ont pactisé avec l’ennemi nazi jusqu’au 22 juin 1941.
      Les communistes Français étaient donc des traîtres avant d’être les glorieux résistants que l’éducation nationale nous demande de vénérer.
      Je précise que tous mes oncles étaient dans la résistance des FTP(communiste), seul mon père n’a pas été enrôlé car trop jeune (10 ans en 1941).

       
  • #1928841
    Le 25 mars à 13:44 par le réchin
    Les digressions du professeur Caron

    En décembre 1944 Adrien Tixier, ministre de l’Intérieur du GPRF déclara lui-même que l’épuration avait causé la mort de 105 000 Français . Dans tous les manuels scolaires d’ "histoire" on parle de 9000 "exécutions sommaires"...

     

    Répondre à ce message

    • #1929002
      Le 25 mars à 16:07 par Mathieu
      Les digressions du professeur Caron

      Ce n’est pas incompatible si on considère 105 000 comme un total général :
      - 30 000 miliciens morts au combat.
      - 30 000 résistants morts au combat.
      - 15 000 civils pris dans des poches ou des bombardements.
      - 9 000 exécutions par la milice.
      - 9 000 exécutions sur la milice.

      Le compte y est.

       
    • #1929452
      Le 26 mars à 00:06 par borussia1871
      Les digressions du professeur Caron

      @Mathieu Ce n’est pas dans sa globalité. Il parle de l’épuration uniquement

       
  • #1928919
    Le 25 mars à 14:41 par Respect
    Les digressions du professeur Caron

    Dans ma famille on a remarqué que mon petit Louis (mon petit-fils) « buvait » mes paroles quand je raconte ma vie (Jeune en Algérie, puis militaire sur les « fronts », etc.).
    Alors, canonique, je n’ai plus l’âge de digresser sur les interventions du Professeur Caron (qui, comme moi, à un ou deux bémols fugitifs près, -cf autre commentaire du fil-, restitue fidèlement l’Histoire vraie).
    J’espère seulement que nos jeunes gens d’ici (au sens large, intégrant ceux jusqu’à 40 ans environ disons, l’âge de mes fils) « écoutent » et « entendent » ce bon Grand-père, toujours pétillant.
    Merci à E&R Haute-Savoie « pour ces moments ».

     

    Répondre à ce message