Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Lucien Cerise dans Rivarol : "Les Gilets jaunes doivent opter pour la révolution lente"

Note de la rédaction de Rivarol

Présent depuis le début au sein de la mobilisation des Gilets jaunes, Lucien Cerise en donne une analyse non dénuée d’intérêt. Même si nous ne sommes pas d’accord avec l’ensemble de ces propos (notamment sur la nécessité de la voie électorale qui est, selon nous, une totale illusion et sur l’utilité des partis politiques dits populistes alors qu’ils font tous partie de l’opposition contrôlée et qu’ils sont dirigés par des traîtres et des vendus, acquis au sionisme international et soumis aux diktats du CRIF), il livre un certain nombre de pistes intéressantes, notamment sur la très dangereuse israélisation de notre pays. Rappelons, comme nous le faisons régulièrement, que les propos tenus et les analyses formulées par les personnes interviewées n’engagent en rien la rédaction de Rivarol, non plus que sa ligne éditoriale.

 

Rivarol : La révolte des Gilets jaunes est totalement spontanée. Vous qui observez depuis des années des « révolutions colorées » financées et dirigées par Soros, cela doit être une surprise de voir agir un peuple par lui-même ?

Lucien Cerise  : Oui, il y a une vraie surprise concernant l’ampleur et le caractère spontané de cette révolte, lointaine descendante des jacqueries de l’Ancien Régime. Nonobstant, le peuple de France agit déjà par lui-même depuis longtemps mais de manière moins spectaculaire dans le cadre de mouvements associatifs et de partis politiques dits populistes, qui réunissent des millions de gens dans ce pays. La convergence des populismes et des Gilets jaunes démontre que le peuple est encore capable de réagir de manière autonome quand il est menacé dans sa survie. Cette preuve d’un fort instinct de conservation inquiète particulièrement le pouvoir, qui essaye de diaboliser la vitalité des Gilets jaunes et de leurs soutiens politiques en les qualifiant d’extrême droite, comme si cela faisait encore peur aujourd’hui, ou en accusant telle puissance étrangère d’en tirer les ficelles, sur le principe des révolutions colorées. Paradoxalement, la garantie que les Gilets jaunes ne sont pas les pions d’une révolution colorée vient de ce que les moyens de la révolution ne sont pas là, justement ! Contrairement aux deux révolutions qui ont secoué l’Ukraine, par exemple, il n’y a aucune trace de financement par la fondation de George Soros, aucune formation à l’usage subversif des réseaux sociaux dans les ateliers du département d’État américain (TechCamps), aucune participation de la CIA ou de ses filiales comme Otpor et la National Endowment for Democracy (NED), et pratiquement aucun soutien moral de puissances étrangères, hormis le gouvernement italien et un tweet de Donald Trump.

 

La libération quasiment totale des esprits de la domination des médias et de l’idéologie du Système est aussi une surprise. Comment l’esprit critique et dissident revient-il dans le peuple ?

Il y a deux phénomènes convergents pour expliquer ce pic d’esprit critique et dissident dans le peuple. Le premier phénomène est le stress induit par la régression des conditions de vie matérielles en France, ce qui oblige à réfléchir et à remettre en question la marche des choses car rien ne va plus. Pour une part croissante de la population, il n’y a plus de bonheur à vivre en France, seulement de l’anxiété et de la souffrance, or ce sont des stimuli puissants pour pousser au changement et tenter de rétablir un minimum de stabilité et de sécurité. Le second phénomène est l’utilisation d’Internet pour s’informer sur les causes du stress en contournant le monopole des médias du système dont la fonction est de fabriquer le consentement aux mauvaises conditions de vie. Le slogan de la pensée unique libérale, « Il n’y a pas d’alternative ! », ne marche plus, non plus que la désignation de boucs émissaires et la culpabilisation du peuple pour expliquer ce qui ne va pas. Les deux phénomènes cumulés – stress et réinformation sur ses vraies causes – aboutissent à cette crise de désobéissance civile inédite. Maintenant, la libération des esprits sera complète quand le peuple sortira définitivement du « gauchisme », c’est-à-dire du romantisme révolutionnaire et du spontanéisme politique.

L’insurrection n’est pas une fin en soi et la critique du pouvoir ne suffit pas. Dans un deuxième temps, il faut prendre le pouvoir et l’exercer. Tant qu’on en reste à l’étape de la critique du système, on se libère intellectuellement mais on ne se donne pas les moyens de se libérer physiquement du Système. On reste donc inoffensif sur le fond. Après la critique du pouvoir, il faut donc réfléchir à une vraie stratégie de conquête physique et matérielle du pouvoir. Les Gilets jaunes doivent être soutenus par principe, mais l’esprit critique et dissident est impuissant s’il reste dans la rue et sur Internet. La libération du Système sera totale quand nous serons au pouvoir et pas seulement dans les manifestations. Il faut parvenir à ce que la police nous obéisse au lieu de nous taper dessus.

 

Il semble que la situation échappe à l’oligarchie. Qu’en pensez-vous ?

La situation n’échappe pas à l’oligarchie. Il ne faut pas surestimer le poids de ce qui se passe dans la rue. Le romantisme des barricades exerce une fascination esthétique qui peut se révéler être un piège. La situation échappera à l’oligarchie quand les institutions échapperont à l’oligarchie, or nous en sommes encore très loin. Autrement dit, il faut que la colère populaire trouve contre l’oligarchie une traduction institutionnelle. Pour conquérir les institutions, il y a deux solutions : par les urnes ou par les burnes (formule empruntée à Alain Soral).

Par les burnes, c’est-à-dire par la force et la révolution violente : on prend d’assaut les bâtiments institutionnels, puis on purge rapidement l’administration et les médias de tous les opposants. La deuxième solution pour prendre les institutions est par les urnes, c’est-à-dire par le vote et le système des partis politiques. C’est une révolution lente (non pas violente) qui suppose en amont un travail de long terme pour parvenir à l’hégémonie culturelle et à un consensus intellectuel dans le pays qui trouvera sa traduction naturelle par un vote majoritaire. C’est moins spectaculaire, ça ne fait pas rêver mais c’est, selon moi, plus faisable et réaliste pour obtenir un changement de régime durable. À condition de s’y mettre tous, évidemment ! De toute façon, la révolution par les burnes n’aura pas lieu : les Gilets jaunes ne sont pas violents et ne menacent pas physiquement les centres du pouvoir institutionnel. Par élimination, il faudra donc en passer par les urnes si l’on veut s’emparer des institutions. Pendant les premières manifestations, les conditions d’une révolution violente semblaient se dessiner pour certains, mais c’est retombé. On ne fait pas une révolution sans des armes, au minimum défensives, par exemple des boucliers métalliques qui réduiraient à néant l’efficacité des matraques et des Flash-Ball des « forces de l’ordre ». Les Gilets jaunes ne l’ont toujours pas compris et vont au contact à mains nues, d’où toutes ces blessures et mutilations. Cet amateurisme révolutionnaire est désespérant mais c’est ainsi.

Il faut donc passer au plan B : la révolution culturelle, la révolution des idées, la guerre mémétique, tout à fait compatible avec des manifestations de rue et sur les ronds-points pour maintenir la pression sur le pouvoir et occuper le terrain médiatique, mais dont l’issue ne peut être qu’électorale. Or, pour l’instant, Macron et son parti sont encore favoris aux prochaines élections. Pour que la situation commence à échapper à l’oligarchie, il faut donc impérativement voter contre la liste soutenue par Macron aux élections européennes du 26 mai 2019. Les belles âmes qui vont répétant « Élections, piège à cons ! » n’ont pas compris une chose : on ne peut pas ne pas voter. Ne pas voter, c’est en fait donner l’avantage au favori, selon le principe : « Qui ne dit mot, consent. » Autrement dit, ne pas voter, c’est voter Macron. La victoire de Macron qui serait rendue possible par les abstentionnistes et le vote blanc permettrait au gouvernement de se refaire une santé politique en se vantant d’avoir été confirmé dans ses orientations, ce qui annulerait la totalité de ce que les Gilets jaunes ont fait depuis des mois, ainsi que leurs sacrifices consentis. Comment croire que la situation échappe à l’oligarchie si Macron arrive premier aux élections européennes ?

 

Quelles sont les positions prises au sein de l’oligarchie pour en finir avec les Gilets jaunes ?

Pour en finir avec les Gilets jaunes, l’oligarchie a essayé plusieurs tactiques, qui ont toutes échoué : cogner sur les manifestants pour qu’ils aient peur de manifester ; aider les casseurs pour donner une mauvaise image du mouvement ; gagner du temps avec le « grand débat », en espérant que le mouvement s’essouffle ; diaboliser les Gilets jaunes avec des accusations d’antisémitisme ou d’homophobie, auxquelles personne ne croit. Au niveau stratégique, la position prise par l’oligarchie pour en finir avec les Gilets jaunes est claire : elle ne lâchera rien. Le gouvernement ne donnera rien, ni le Référendum d’initiative citoyenne (RIC), ni rien. Sur le fond, ce n’est pas un problème, le moment est venu de s’autoproclamer représentants du peuple, d’établir une Assemblée constituante et d’instaurer le RIC dans les collectivités locales sans attendre que le gouvernement l’accorde. Quand l’État est défaillant, il ne reste plus qu’à s’organiser de manière autonome.

Question de bon sens, mais l’oligarchie compte sur le fait que les Gilets jaunes n’iront pas jusque-là ; pour l’essentiel, sa position stratégique consiste donc à jouer la montre et attendre que le mouvement s’épuise. L’oligarchie a l’avantage, elle peut se permettre de se barricader et de laisser pourrir le mouvement pour qu’il disparaisse comme il est apparu, spontanément. De fait, les moyens d’une révolution rapide et violente ne sont pas présents chez les Gilets jaunes, qui doivent opter pour la révolution lente, afin de pérenniser le mouvement et l’inscrire dans la toile de fond de nos vies, sans forcément être explosif à tout prix. Les Gilets jaunes doivent impérativement sortir de l’alternative « On gagne ou on perd » pour s’installer dans le paysage confortablement et définitivement. La révolution lente des mentalités sera gagnée quand tout le monde pensera : « Être français = être Gilet jaune. »

 

Macron et son équipe seront-ils lâchés par l’État profond ?

Comme toutes les grosses structures, l’État profond français n’est pas homogène. Il est évident qu’il y a des gens dans la haute administration et dans les services de sécurité et de renseignement qui soutiennent discrètement les Gilets jaunes pour essayer de déstabiliser Macron dans la mesure du possible. Le projet de céder le siège permanent de la France au Conseil de sécurité de l’ONU est une ligne rouge à ne pas franchir pour certaines personnes ; en outre, une partie de l’État profond est sincèrement attachée à la souveraineté de la France et n’accepte pas le sort de « république bananière » sous tutelle étrangère qui lui est promis. Dans le vocabulaire du droit international, l’État français en 2019 est un « État défaillant », comme de nombreux pays du tiers-monde. Il suffit de jeter un œil sur les pages Wikipédia « État en déliquescence » ou « Failed State » en anglais, pour voir que toutes les cases sont cochées en ce qui concerne la France : corruption généralisée, crise économique, disparition des services publics, mouvements massifs de réfugiés, violences communautaires, perte de contrôle de parties du territoire, etc.

Mais le plus inquiétant vient de ce que cette faillite est parfaitement contrôlée, c’est une gouvernance par le chaos selon un programme simple : « Tout doit disparaître. » Le génocide des Français doit aboutir en fin de course à effacer jusqu’au nom de leur pays sur les cartes géographiques. Devant cette disparition programmée, le message des Gilets jaunes se résume en trois mots : « Nous voulons vivre ! » Pendant le massacre, on voit danser et s’amuser une toute petite oligarchie dégénérée à laquelle appartiennent Macron et ses amis travestis de la Fête de la musique, avec l’approbation de la bourgeoisie, de droite comme de gauche, qui n’est pas encore touchée au porte-monnaie et qui n’a pas encore compris qu’elle est la prochaine cible. Face à cet effondrement civilisationnel voulu et provoqué, il est évident que des membres de la police et de l’armée caressent le projet d’un coup d’État musclé afin de nettoyer tout ça et de rétablir un peu de décence commune dans ce pays.

 

La répression du mouvement est féroce. Pensez-vous qu’un passage à une démocratie totalitaire est en cours ?

En fait, c’est une idiocratie totalitaire qui s’installe en France. Le modèle appliqué est celui d’Israël, cet État volontairement instable et « défaillant », qui a besoin de maintenir une tension permanente autour de lui pour se trouver une raison d’être, régime hybride aux frontières et limites floues, militariste mais tolérant envers la Gay Pride, théocratique et en même temps libéral, qui incarne parfaitement la postmodernité et ses contradictions insolubles. Sous cette influence, un néofascisme décadent s’implante chez nous, mélange de LGBT et de « menace terroriste » entretenue, ce qui profite à l’industrie de la sécurité, secteur où les entreprises israéliennes sont en pointe, et qui aboutira à une partition territoriale de notre pays sur une base identitaire, religieuse et/ou ethnique, signant ainsi la fin de la République « une et indivisible » pour nous faire basculer dans un univers concentrationnaire paupérisé de barbelés et de checkpoints partout.

Tous ceux qui s’élèveront contre cette israélo-formation de la France seront traités comme les Palestiniens. C’est déjà le cas des Gilets jaunes. Cette idiocratie totalitaire archéo-futuriste présente une forte composante cybernétique et transhumaniste. Voyez le document publié en juin 2018 sous l’égide d’Édouard Philippe, intitulé « Comité action publique 2022 », téléchargeable sur Internet. Dans sa proposition 16, il annonce clairement la « société zéro cash » en France pour 2022. La suppression de l’argent liquide nous rendra esclaves des banques et des moyens de paiement électroniques, nous recevrons tous notre puce RFID sous la peau, comme du bétail, et les Français sympathisants d’Israël n’y échapperont pas. Pour l’instant, dans le champ politique, il n’y a que le Rassemblement national qui se soit exprimé contre la suppression des espèces, par la voix de Dominique Martin, et contre le transhumanisme, par la voix d’Hervé Juvin. J’attends avec impatience que d’autres partis politiques s’emparent aussi de ces questions car il faut impérativement les amener sur le devant de la scène médiatique et du débat public.

 

Quel est le rôle de l’extrême gauche autonome et des « antifas » dans cette nouvelle stratégie de la tension ?

Le rôle de l’extrême gauche des casseurs, « autonomes », « antifas » et « black-blocs », est de venir compléter les effectifs de police infiltrés dans les manifestations. Il y a toujours des flics en civil dans les manifs, les « appariteurs », pour divers usages : renseignement, gestion de la foule pour l’orienter loin des centres de pouvoir, destructions sous faux drapeau attribuées aux manifestants, etc. Quant aux vrais casseurs d’extrême gauche, les forces de l’ordre/désordre les laissent faire aussi longtemps qu’ils restent inoffensifs et ne se rapprochent pas trop physiquement du pouvoir. Cette stratégie de la tension a aussi une fonction d’ingénierie sociale. Détruire des magasins et des brasseries ne sert absolument à rien et n’aboutira jamais à une révolution, mais cela fait peur aux bourgeois et c’est ce qui compte pour maintenir la société divisée, empêcher, par exemple, que La Manif pour tous, plutôt de droite, se joigne aux Gilets jaunes, qui se trouvent amalgamés à l’extrême gauche. Pour le pouvoir, la droite et la gauche ne doivent en aucun cas « coaguler contre lui. En revanche, le pouvoir parvient à les faire coaguler pour lui : l’extrême gauche et la bourgeoisie de droite ont voté majoritairement pour Macron en 2017 et elles recommenceront en 2022.

 

À l’inverse, les menaces de dissolution (contre le Bastion social par exemple) et la multiplication des poursuites judiciaires contre des dissidents comme Alain Soral ou Hervé Ryssen donnent l’idée que le gouvernement a plus peur d’un réveil révolutionnaire de type nationaliste. Pensez-vous que face à cela, une union de l’ensemble des patriotes est possible sur une ligne de rupture avec le Système ?

L’union de l’ensemble des patriotes est possible sous plusieurs conditions : 1) savoir discipliner son ego, car les sources de division sont essentiellement d’origine psychologique ; 2) structurer cette union dans des organisations de masse et des organisations d’avant-garde ; 3) ne pas confondre le rôle des organisations de masse, qui doivent s’adapter à la moyenne pour conquérir la majorité, avec celui des organisations d’avant-garde, qui servent de brise-glace pour une minorité active. Les marxistes cultivaient une avant-garde et trois types d’organisations de masse : le syndicat, la coopérative, le parti politique. C’est en appliquant cette méthode qu’ils ont infusé dans la société et pris le pouvoir dans de larges régions du monde, preuve que ça marche. Il ne faut donc surtout pas mépriser et abandonner le champ des partis politiques conventionnels sous prétexte qu’ils ne sont pas intelligents ; en effet, leur rôle est de viser la quantité, pas la qualité. On ne gagne pas avec des groupuscules, surtout désargentés. Quand on n’a pas les millions, il faut être des millions ! C’est la cohésion compacte d’un troupeau nombreux qui protège les herbivores contre les prédateurs. Isolés, ils sont des proies faciles. Par ailleurs, il existe aussi des organisations métapolitiques, permettant d’entretenir une avant-garde, mais qui, par définition, ne peuvent pas être de masse. Chacun son rôle et chacun sa place : l’avant-garde et le parti de masse ont des mécanismes de fonctionnement différents, parfois causes de malentendus, mais ils n’ont pas d’autre choix que de coopérer s’ils veulent gagner.

Entretien publié dans Rivarol n°3372, 10 avril 2019.

Lucien Cerise, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Lucien cerise oublie la troisième voie, intermédiaire entre les urnes et les burnes, la désobéissance civile.
    je viens de lire un truc étonnant : une anglaise, qui vient de se coller les mains à la glue extraforte sur les portes d’un bâtiment public pour protester contre le réchauffement climatique imaginez juste le bordel pour une seule personne (bon, le choix du combat est pas top mais la manière est efficace).
    A s’en rappeler quand on voudra bloquer les dépôts de carburant : il nous faudra des burnes et de l’imagination.

     

    • Les burnes, la désobéissance civile, la guerilla urbaine, frapper des points stratégiques (gros fret, ports, dépôts, raffineries..) tant qu’on passe pas à ça, les actes vont se prolonger longtemps...

      Les GJ sont encore trop gentils et disciplinés alors qu’il faut être indisciplinés et mechants contre le pouvoir.

      Maurras disait que la raie publique gouverne mal mais se défend bien.


    • Inspirez-vous des méthodes de Green peace. Enchaînement de personnes par les mains (menottes) à l’interieur de tubes (métal ou béton) le tout attaché aux infrastructures (bâtiments, grilles, pylône, clôture etc) ...C’est la galère totale pour les forces de l’ordre pour dégager rapidement le "blocus" sans faire de blesser parmi les manifestants totalement pacifiques et "amorphes". Il y a plein d’autres méthodes de ce style.


    • Greenpeace et les méthodes d’action non-violente de Gene Sharp sont à connaître, mais ça ne marche que contre des ennemis faibles. Le régime de Macron possède des parrains extrêmement puissants au sommet du pouvoir occidental (finance, etc.), et ils n’ont pas du tout - mais vraiment pas du tout - l’intention de lâcher un pouce de terrain.


    • Le 18 avril à 14:27 par paramesh
      "Lucien cerise oublie la troisième voie, intermédiaire entre les urnes et les burnes, la désobéissance civile."
      - Avec la désobéissance civile, vous désobéissez au pouvoir, mais vous n’êtes pas sur la voie de le conquérir. Une révolution ne consiste pas simplement à désobéir mais aussi à prendre le pouvoir. (Ensuite, il faut le garder, mais c’est encore un autre débat.)


    • Lucien, la désobéissance civile bien comprise c’est attaquer le pouvoir sur ce qui le fait vivre : l’argent, l’économie et les lois, c’est une vraie guerre, ce pouvoir est physiquement très faible numériquement et ses forces de l’ordre sont moins que motivées. la résistance civile peut asphyxier le pouvoir,au point de le faire exploser (la peur : ce ne sont que des politiques qui sont légalement les maîtres du pouvoir et au moment critique ce ne sera pas le genre à jouer les héros). Et puis si ça ne suffit pas, il reste l’insurrection mais à un moment propice, quand le pays sera paralysé (blocage des dépôts de carburant et des centres logistiques).
      En fait tout dépend du degré d’addiction des français à la télé. le vrai nerf de cette guerre se situe objectivement dans le domaine de la propagande. si les français commencent à comprendre que le pouvoir les manipule médiatiquement, c’est gagné, sinon, il reste encore du boulot à faire pour renverser la vapeur (mais l’affaire ND semble nous donner raison d’espérer).

      Objectivement, 80% des français devraient être avec nous ; on ne doit jamais oublier ça.


  • n’est-ce pas éxagéré ?
    wikipedia est-elle une source fiable ?


  • Vraiment excellent.

    Mais j’aimerais bien de plus amples explications pour le passage avec les boucliers metalliques ?

     

    • Prenons un exemple concret. Pendant la "révolution de Maïdan" en Ukraine, les manifestants les plus violents, recrutés parmi les groupes d’ultra-droite, étaient pratiquement tous dotés de boucliers métalliques et d’autres armes de fortune. Le bouclier est le minimum : cela vous protège des coups de matraque et des tirs de Flash-Ball, dont les balles rebondissent sur le bouclier. Les résultats de cette "révolution" ukrainienne sont plus que douteux, mais c’est un autre débat, je ne parle que du mode opératoire dont on peut s’inspirer.


    • #2181040

      Pour commencer, il faut arrêter de se friter avec des forces de l’ordre formées et équipées pour. Par contre, les moyens simples de les faire tourner en bourrique sont légions. Si les Gilets Jaunes veulent en faire des alliés, ce n’est pas en leur donnant des raisons d’agir contre eux qu’ils réussiront.
      Le blocage des circuits logistiques, la multiplication des points de blocages les obligeant à se diviser, les rendant susceptibles de se faire déborder plus facilement, est un de ces moyens simples, à coût nul avec un effet de levier énorme.


  • Les GJ ne pourront que freiner-résister à l’Empire en marche, et il faut le faire.

    Mais dans un Occident mondialiste, la révolution signifierait de changer tout le paradigme capitaliste sur une même échelle. La réforme dans l’intérêt du peuple n’est pas possible (comme l’explique Cousin).

    Or la "révolution" GJ est une révolution matérialiste, en réaction à une situation sociale.

    Spirituelle aussi (comme tout rassemblement), mais pour que cette société matérialiste prenne la voie opposée, spirituelle, qu’elle mette l’homme au centre et non plus l’argent, ça se fera, mais seul un miracle pourra opérer ce renversement - et nous retombons là sur les Écritures.

    En attendant, on peut juste tenir et tenter de limiter les dégâts de l’ennemi, jusqu’à Son retour, tout comme le font ceux qui prient.

    Le mouvement, l’éveil des consciences, a au moins pour mérite d’anticiper l’Église de Jean (dernier évangile de l’Apocalypse ou révélation) qui succédera à l’Église de Pierre (le Vatican à présent moribond).

    Évidemment si on n’est pas croyant... Mais si on l’est, il faudrait pour les cathos peut-être ne pas trop se faire d’illusions, et être plus utiles en rejoignant les GJ (c’est-à-dire en traversant le trottoir, en dépassant leur clivage de classe)...

     

    • Bonjour, vous savez pertinemment que de "changer le paradigme capitaliste" revient à dire qu’il faut changer la politique ou "renégocier les traités européens", c’est même 50 degrés au dessus. L’homme ne sera jamais mis au centre tant que l’argent existera, il n’y a pas de gestion capitaliste possible, soit l’argent nous détruit ou soit c’est nous qui le détruisons. Aucune stabilité n’existera avec le capitalisme comme "tout" du monde et il n’a jamais dévié, il a juste poursuivi sa logique.


  • #2181034

    Un des textes les plus brillants que j’ai pu lire. Il n’y a pas un mot à retirer ou ajouter. A la fois analyse et programme organisationnel, on peut l’afficher et l’encadrer comme une charte de réflexion et d’action dans laquelle chacun peut y trouver la place la plus utile à tenir pour faire fonctionner cette machine politique.


  • Je partage totalement le point de vue de Lucien Cerise et si le parti de Macron arrive en tête aux européennes, les Gilets jaunes pourront plier les gaules, et pour longtemps.La voie des urnes n’est certes pas la panacée mais dans l’immédiat, je n’en vois pas d’autre.

     

  • Le mouvement des GJ finit en eau de boudin pour une très simple raison : les médias n’ont donné la parole, ouvert le micro, qu’à leur représentants les plus primaires, qu’à des marginaux en lesquels le peuple ne se reconnait pas, des semi débiles au niveau intellectuel de Jean Lassalle, le pitre béarnais . Ce sont donc les médias des 9 milliardaires qui sont venus à bout des GJ, en les ridiculisant . Comme ils avaient ridiculisé la manif pour tous en prenant soin de choisir son "représentant" le plus grotesque : le travelo Frigide Barjot .

     

    • #2181295

      Question : qu’est-ce qui empêche d’autres Gilets Jaunes de prendre la parole ? Réponse : rien.
      D’autre part, il n’y a rien à attendre des médias ni de l’Etat.
      Enfin, aucun mouvement ne peut survivre et se développer sans chefs.
      Vous donnez donc raison à Lucien Cerise. Mais n’attendez pas la Lune tout de même.


    • Puisque l’opposition minoritaire ne peut se faire entendre à la Chambre, les GJ devraient se mobiliser tous les samedis pour dénoncer la politique scandaleuse du pouvoir macroniste . Chaque samedi dénoncer un scandale différent , les medias seraient bien obligés d’en parler et le peuple se réveillerait . La proportionnelle triompherait dans la rue puisqu’elle est bannie de l’Assemblée Nationale .


  • Pour la « voie des urnes » je ne vois que le soutien à l’UPR actuellement . Surtout qu’ils ont une bonne capacité pédagogique et d’éveil sur le système de l’UE et de l’euro .
    D’ailleurs l’UPR s’est également opposé aux puces RFID ect depuis des années .

     

    • #2181302

      L’UPR est excellent question "éveil", mais complètement à côté de la plaque au niveau politique. C’est juste un fan-club idolâtre.


    • @Zionist war, vous êtes trop méchant avec l’UPR, vraiment.


    • #2181621

      @ Gracchus

      Pas du tout. Ils ont un melon pas possible, forme une armée de trolls sur internet sans équivalent, passent leur temps à donner des leçons à tout le monde et n’écoutent personne. Bref, ils sont insupportables.


    • Asselineau fait d’excellentes analyses de la situation politique de la France, auxquelles je souscris mais le problème est celui de leur efficacité en termes de résultat.
      D’un point de vue électoral, F.Asselineau ne pèse pas grand-chose et je dis ça sans aucune méchanceté ni mépris, seul le résultat compte dans une telle consultation.Ne doutez pas une seconde que si LREM arrive en tête, Macron pourra légitimement se sentir conforté et confirmé dans la poursuite de son projet de destruction du peuple français et par conséquent de la France.


    • Les gonzes du RN n’ont qu’à tous passer chez Asselineau, leur problème de « Bamboulie »* se trouvant réglé, plus tard, par la souveraineté retrouvée et une grosse part de RIC mise en place.
      Voilà qui ferait vite 25-30%... de quoi rafler la mise.
      Seulement - comme pour ce que relève L. CERISE des egos - la moitié de ces gonzes veulent en découdre avec « Mouyoumerde »* d’abord...

      *Denominations extraites de sketches humoristiques, parfois controversés.


  • L’éveil de la majorité de la population est crucial.

    C’est vraiment difficile pour y arriver, c’est senti dans les discussions familiales, amicales et surtout pas professionnelles,on peut l’admettre.

    Une fois l’accès cognitif pour la grande masse de la raison de ce combat à mort arrive, la victoire par les urnes et/ou les brunes s’imposera d’elle-même.
    Est-ce c’est trop tard ou tout ne fait que commencer pour la victoire finale car la lutte est pratiquement frontale et sans équivoque ?


  • Reprendre pour nous autres souverainistes le pouvoir par les Urnes ???
    Tant que les "veautants" se feront emmancher par les merdias ,et une des façons d’emmancher les gens comme le stipule bien Cerise c’est de les dégoûter de voter (les crétins et les vioques séniles qui regardent BFM WC et les bourgeois eux votent massivement !!!),il ne faudra pas y compter et le Gaulois est en général lent à la détente,la preuve:il commence à peine à se rendre compte qu’il est en train de se faire remplacer et que le temps qu’il lui reste pour agir est compté...

    Reprendre le pouvoir par les burnes ??
    Hum,quasiment impossible sans convergence de millions de personnes dans la rue et l’aide d’au moins une partie de l’armée,mais tant que les gens auront un toit sur la tête et quelques trucs dans le frigo à bouffer,il ne faudra pas non plus y compter.

    La désobéissance civile ???
    Cela peut être intéressant mais je ne pense pas que la tactique consistant à s’attacher à l’entrée de bâtiments publics administratifs en gueulant comme des hystériques changera la donne,non le seul truc qui leur foutrait vraiment la trouille c’est la grève générale,c’est ce qui a fait capitulé De Gaulle en 1968,ou encore mieux la grève des impôts et des formalités administratives,pourquoi croyez-vous que l’oligarchie a imposé récemment les impôts à la source ???
    Parce qu’ils se chient dessus à l’idée d’une désobéissance civile à grande échelle sur le sujet qu’ils ne seraient pas en mesure de combattre efficacement par manque de temps et d’effectifs !!!
    Néanmoins on pourrait commencer en refusant le racket fiscal,en refusant de payer sa taxe d’habitation par exemple ou ses charges locatives (comme le font les cas soces dans les cités),ne pas renouveler ses papiers,ne plus acheter de clopes,boycotter la FDJ,diminuer sa consommation de tout ce qui n’est pas produits de premières nécessité en commençant par toute cette nouvelle technologie qui nous aliène,bref les pistes sont nombreuses...et si des millions de gens se mettent à le faire le système et ses larbins seraient là aussi vite débordés !!!

     

    • #2181630

      Des commentaires comme le votre sont le summum du grand n’importe quoi. Effectivement, pour éveiller "les masses", il y a du boulot quand on vous lit !
      Vous prônez des actions que vous réfutez deux lignes plus haut, vous critiquez ceux qui votent mais vous préférez les laisser faire. Vous êtes la parfaite illustration du Yaka Fokon, et en plus, vous vous pensez plus malin qu’un mec comme Lucien Cerise qui vous sert tout le menu de l’entrée jusqu’au dessert.
      Allez donc à la pêche.


    • En effet @The Médiavengers ZIonist War, il y en a tout de même un paquet que la contradiction n’étouffe pas :-)


    • Il convient de valider intellectuellement toutes les bonnes raisons de fuir le vote électoral tout en allant voter ( RN étant sans doute le choix tactique ) ; ceci par stratégie ; en ne s ’interdisant ainsi aucun des moyens de la lutte afin d ’ amenuiser l ’ennemi et ne lui abandonner aucun avantage . C ’est je crois bien la recommandation d ’un Soral : ne rien attendre de l ’élection mais priver l ’ennemi du bénéfice qu ’il retirerait , ce qui est marquer des points .


  • Je partage la position du Rivarol sur les élections européennes, elles ne servent qu’à mettre des parasites qui vont se goinfrer sur les subventionne européennes. Avec l’incendie de Notre Dame la révolution est bien partie pour se faire avec les burnes, le peuple est bien réveillé et est bien à prendre les manettes.

     

    • Macron se fout complètement des européennes, quel qu’en soit leur résultat il ne changera pas de politique, car ayant la majorité absolue à l’AN il peut tout se permettre .


    • Le 18 avril à 21:36 par Michelly58
      "Je partage la position du Rivarol sur les élections européennes, elles ne servent qu’à mettre des parasites qui vont se goinfrer sur les subventionne européennes.
      - Les vrais parasites ne se goinfrent pas avec des subventions européennes, car les sommes sont dérisoires par rapport à ce que les vrais parasites échangent sur les marchés financiers.

      "Avec l’incendie de Notre Dame la révolution est bien partie pour se faire avec les burnes, le peuple est bien réveillé et est bien à prendre les manettes."
      - Concrètement, ça donne quoi ?

      Le 19 avril à 00:40 par lolo
      "Macron se fout complètement des européennes, quel qu’en soit leur résultat il ne changera pas de politique, car ayant la majorité absolue à l’AN il peut tout se permettre."
      - Personne ne se fout des européennes au sein du pouvoir car il faut entretenir l’illusion que le pouvoir a le soutien du peuple. Les élections ont une valeur de sondage, et quand ça ne correspond pas à ce que le pouvoir voulait, il s’énerve, fait la tronche, déprime et doit se remettre au travail de "fabrique du consentement". C’est une guerre d’usure, on ne gagne pas en une fois mais en fatiguant l’ennemi.


  • @Lucien Cerise

    L’UPR a déjà parlé des puces RFID en disant qu’ils étaient contre.
    J’ai déjà eu l’occasion de vous dire, également, et c’est mon avis, que le vote n’est pas la solution. Ou plutôt la pire. En effet, qui nous dit qu’une fois élue, la blonde qui danse quand elle perd, ira contre le pouvoir profond, contre la commission européenne mais surtout contre le pouvoir des pouvoirs. Je ne les citerai pas ici, vous savez de qui je veux parler...
    Bref, le vote...
    Je ne suis pas violent. On sait comment cela commence mais pas comment cela se termine. Je n’ai pas envie de voir la France brûlée. Je l’aime trop pour ça.
    Mais je ne vois pas d’alternative aux burnes. En revanche, ce n’est pas à la plèbe de se charger de ça. La foule est guidée par la passion alors que nous avons besoin de raison.
    S’ils sont, entraînés, aguerris, équipés, coordonnés etc il suffirait de quelques hommes (quelques milliers) pour faire tomber le régime de Paris.
    Cordialement

     

    • Réponse à Oeil de Moscou.
      - Vous confondez stratégie et tactique. La stratégie consiste à anticiper, la tactique consiste à agir. Le temps que vous perdez à élaborer des scénarios au conditionnel avec des questions qui tournent à vide du genre "Qui nous dit que MLP est sincère ?", ce temps-là est une perte brute pour essayez de sauver votre peau et votre drapeau. En fait, vous n’êtes pas encore assez menacé, et vous ne ressentez pas encore l’urgence absolue de passer à l’action. Naturellement, il faut que ce soit en fonction de vos possibilités et capacités réelles. Or, la "révolution par les burnes" est inaccessible au Français moyen. Donc, plutôt que de rêvasser sur un putsch de colonels tout en restant totalement passif pendant ce temps-là, essayez d’adopter une approche tactique rationnelle, consistant à trouver un moyen d’action par élimination - c’est-à-dire après avoir éliminé les moyens qui restent hors de votre portée, même s’ils vous font rêver.


    • @oeil de Moscou : "S’ils sont, entraînés, aguerris, équipés, coordonnés etc il suffirait de quelques hommes (quelques milliers) pour faire tomber le régime de Paris."

      Ok tout à fait d’accord, mais qui paye leurs formations, leurs entrainements, leurs "armes" ????

      C’est tout "la plus value" de l’état qui lui a les moyens et si il ne les a pas en direct quleques milliardaires financent ...

      Tu connais un milliardaire qui va accepter de payer pour ne plus être milliardaire ??????

      La France n’est pas le Cubas des années 50 ...


  • A la fin, que reste-t-il ? Se fabriquer des boucliers métalliques et voter pour le RN ?
    C’est la misère tactique et l’absence de stratégie.

     

  • Les gilets jaunes en ont marre qu’on les laisse dans la merde


  • Des boucliers en métal ?
    Comment les apporter sur place puisque tout est filtré ? Et un bouclier ce n’est pas très discret !
    De plus, c’est légitimiser des violences policières accrues.

     

    • On n’apporte pas les boucliers sur place pour manifester : on attaque les barrages filtrants - et ce qui suit - en se munissant de boucliers. Vous craignez de légitimer des violences policières ? C’est déjà fait, sans attendre que les Gilets jaunes aient sorti un seul bouclier.


    • "on attaque les barrages filtrants" ?
      Mais ce sont les gilets jaunes qui dressent des barrages filtrants.
      Alors, on attaque les gilets jaunes avec des boucliers métalliques ?
      Pourquoi faire ?


    • Lucien Cerise,
      Je ne crains pas de légitimer - c’est mieux - les violences policières. Vous ne m’avez pas bien lu ou trop bien. Je dis que provoquer une éventuelle montée de la violence, ça se pense en amont. D’autant que les gilets jaunes qui restent sont les plus démunis parmi les démunis et les envoyer au massacre ne me paraît pas très charitable, pour le moins.


    • Je parlais des barrages des "forces de l’ordre". En tout cas, sur Paris, je n’en ai pas vu mis en place par les gilets jaunes eux-mêmes. Mais bon, inutile d’épiloguer sur les boucliers, les armes et la révolution par les burnes, ça ne viendra pas. Raison pour laquelle j’invite fortement les gens à se rabattre sur d’autres solutions plus accessibles.


    • Lucien Cerise,
      Oui, pour les barrages filtrants, la faute est mienne : J’aurais dû le comprendre immédiatement.

      Lors des révolutions, les dits-révolutionnaire appliquaient leurs lois là où ils le pouvaient avant qu’elles ne deviennent, éventuellement, légales et ne se gênaient pas pour reprendre leurs biens autant qu’ils le pouvaient. Ce n’est que lorsque le coût pour l’adversaire devient trop élevé qu’il accepte de négocier. Les moins pauvres, les "un peu plus riche"... les financiers, basculeront lorsque le calcul de leurs intérêts les pousseront à le faire.
      Les résistants vengeaient leurs morts comme les policiers vengent les leurs.


  • Chapeau à Lucien Cerise !
    Il faut méditer ce que dit et propose Lucien, et non pas se précipiter en commentaires qui vont dans tous les sens.
    Il faut aussi en parler avec des amis. Il faut considérer ce qu’il dit d’abord, et non pas se perdre en réactions essentiellement inutiles.

     

  • si vous voulez passer par les urnes, il est évident que présenter ses propres candidats constituants (un parti GJ) est voué à l’échec, les médias le défonceront par le mensonge et les attaques ad hominem. (Asselineau est déjà grillé)
    une meilleure tactique serait de donner un label GJ à tout candidat aux législatives, peu importe le parti, qui s’engagerait, contre nos voix, à obtenir le RIC une fois élu, (le RIC semble la demande la plus efficace pour commencer).Le label étant donné donné individuellement et non à un parti, (plus facile à défoncer en cas de traitrise)
    cela demande d’infiltrer toutes les réunions électorales et d’interpeler les candidats sur le RIC, c’est un travail de terrain (celui des GJs de rondpoint). et si une fois élus ils ne font pas le boulot, aller physiquement leur demander des comptes. L’idée étant de forcer les politiques à accepter un deal avant d’être élus.on aura les moins pourris mais on leur met individuellement la pression sur une seule revendication bien précise. Bien sûr il faut que les électeurs suivent, mais si vous croyez aux urnes........Et puis cela a l’avantage de ne pas se mouiller soi même dans la véritable fosse septique qu’est devenue la politique professionnelle.
    Allez je pars sur mon rondpoint avec mon nouveau gilet canal historique.

     

    • Je ne crois pas aux urnes, pas plus que je ne crois aux gilets jaunes ou à E&R. La question n’est pas là. La question est : j’utilise tout ce que j’ai sous la main, tout ce qui m’est accessible, c’est-à-dire aller aux manifs de gilets jaunes, proposer mes services à E&R, prendre ma carte dans un parti politique. Si vous voyez encore autre chose qui soit "faisable" par un Français moyen, je suis preneur.


  • Il faut la révolution permanente


  • Sur Fb et youtube, j’observe que des personnes sincères de la gauche la plus traditionnelle, des gens éduqués, avec un bagage universitaire et la profession qui va avec, au sein des Gilets jaunes sont en train d’évoluer. Ils ont découvert une réalité qui dépassait ce qu’ils pensaient être un délire d’extrême-droite et ils réajustent leur position politique.
    Le mouvement des Gilets jaunes aura au moins servi à ça : faire tomber les masques et éveiller des consciences


Commentaires suivants