Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Malgré les mensonges de la presse, l’imposture Najat Belkacem éclate chez Ruquier

Les courageux qui ont supporté sans broncher les 54 minutes et 56 secondes de délire monomaniaque de l’ex-ministre de l’Éducation chez Ruquier ce samedi 20 mai 2017 auront leur statue au milieu du village (mondial). Najat Belkacem était invitée sur ONPC aux côtés de Benjamin Petite Pute Biolay, Isabelle Dupond-Moretti Boulay, et Sylvain casse-gueule Tesson. Elle y a défendu avec plein de passion et de fautes de français son bilan – pourtant désastreux – et sa probable désastreuse candidature dans la circonscription de Villeurbanne. Franchement, qu’on soit ou non najatiste, pour elle, ça va être très difficile. Il va falloir passer à la caisse…

 

 

Remplacer les arguments par l’agressivité vipérine, l’inversion accusatoire ou le brouillage hystérique rend ce genre d’exercice insupportable pour les téléspectateurs et les internautes. Mais bon, cela fait partie de la politique. Que pouvait donc bien dire la pauvre Najat face au désastre objectif de l’Éducation nationale ?

En vérité, pas grand-chose à part botter en touche et jouer une morgue ministérielle anachronique face à la chroniqueuse Vanessa Burggraf. Qui lui a apporté une dure contradiction avec chiffres et faits, parfois venus d’en bas. Cependant, l’école d’en bas, Najat s’en moque. Elle a fait ses réformes, le terme choisi pour « destructions », et la suite, eh bien l’intendance suivra, comme disait le Général.
Si l’on veut résumer en deux mots le quinquennat du couple Hollande-Najat en la matière, c’est la décapitation de l’excellence, en même temps que l’affaissement du niveau général dans le public. C’est-à-dire – et c’est là que ça devient exceptionnel – qu’on a bousillé le haut niveau tout en faisant baisser le niveau moyen. Alors que jusque-là, on avait en gros deux politiques : soit entretenir l’excellence en maintenant tant bien que mal le niveau général (politique de droite), soit privilégier le niveau moyen au détriment de l’excellence (politique de gauche). Pas la peine de s’appeler Brighelli pour s’apercevoir que les élèves sont de plus en plus moyens, voire mauvais, n’ayons pas peur des mots, et que l’excellence, bannie de l’école publique, s’est réfugiée dans le privé, ou dans les écoles dites alternatives. Certes, il y a encore de bonnes écoles publiques, ne généralisons pas, et les profs au milieu de ces tempêtes hiérarchiques trouvent des solutions de survie. Il reste des collèges pas encore gangrenés par la pernicieuse idéologie du « genre », des écoles toujours pas « égalitarisées » par les ABCD du même nom, ou des lycées dans lesquels les lycéens ne sont pas gavés de cours d’homosexualité et de Shoah. Parce qu’on en est là.

 

JPEG - 63.1 ko
Le destin magnifique du trotskisme

 

Il y aurait trop à relever tant l’ex-ministre a proféré d’énormités, mentant sciemment et bêtement. Pour nous, le dossier de l’école socialiste est clos, il faut maintenant relever le niveau, reconstruire une école de la République qui regarde vers le haut et non plus vers le bas pour complaire à quelques minorités qui sont, ô surprise, la clientèle électorale du PS. Les dégâts sont immenses, le mensonge socialiste en la matière a tenu 35 ans, il s’effondre aujourd’hui, emportant le PS et ses hiérarques avec lui. Ceux qui se planquent chez Macron croyant échapper à la colère populaire se trompent : partout et toujours, on leur rappellera leur forfaiture et la trahison des enfants du peuple.

Cependant, soyons magnanimes : on sait tous que Belkacem a été la marionnette agitée par Hollande et ses employeurs pour blouser le petit peuple qui croit encore à l’école républicaine, alors qu’elle est le terrain de chasse favori des minorités agissantes, dans l’ombre ou la lumière. Et que Belkacem a été choisie pour la diversité de son minois, sa très peu féministe courtisanerie, son ambition dévorante, pas pour sa connaissance profonde des sciences cognitives, ça se saurait. Il fallait une tête de proue difficilement attaquable pour la propagande en direction des 13 millions d’enfants et de jeunes, à l’instar de Taubira pour la Justice.

 

 

Quelque chose comme le croisement entre le socialisme, évidemment, mais surtout l’égalitarisme, le féminisme, l’antiracisme, l’homosexualisme, l’antifascisme et le réformisme des loges. Un réformisme qui n’a pas d’autre sens que « abêtir pour dominer ». Ce sont les francs-maçonneries et les réseaux trotskistes qui ont décidé de ce désastre qu’est l’école d’aujourd’hui. L’enfer trotsko-maçon est pavé de bonnes intentions, et des ruines de notre grande École.

Perdu dans une communication antiraciste complètement dépassée, Libération tente l’impossible :

Vallaud-Belkacem ? C’est du tout bon pour l’équipe de Ruquier. Origines étrangères, personnalité clivante, au cœur de nombreuses polémiques durant le quinquennat (loi sur la prostitution, réforme du collège…), les ingrédients sont réunis pour que le ton monte. Sauf que, cette fois, la séquence d’invectives avec Vanessa Burggraf met mal à l’aise. Car voilà, pour « se payer » l’invité, selon le cahier des charges bien établi de l’émission, la chroniqueuse utilise sans distance les fake news distillées par la fachosphère, mâtinées d’un argument de bon sens (« dans la classe de ma fille… ») qui entend désamorcer tout débat. […]

Interviewer une politique en se fondant sur quelques articles d’une presse tendancieuse semble donc un standard admis chez Ruquier. On se doutait déjà que les livres pour lesquels les invités étaient conviés sur le plateau n’étaient pas lus. C’est dommage. Dans le sien, Najat Vallaud-Belkacem s’arrête sur les rumeurs malveillantes qui la poursuivent afin de dénigrer son travail sans en analyser le fond. Elle réfléchit sur le rôle que les fake news (et la difficulté à les contrer) ont eu dans la perception de son bilan.

Tiens, depuis quand le niveau déplorable de l’orthographe des enfants entrant en 6e est-il une fake news ? L’abandon du latin, des classes bilangues, la suppression programmée de l’histoire, l’abandon de l’histoire nationale, la propagande LGBT, l’incroyable place de la Shoah, les EPI gloubi-boulga, la répression de toute autorité, le niveau alarmant des nouveaux profs, fake news ?

 

 

Najat craque à 35’08 :

« Mais enfin c’est ça que je reproche aux médias aujourd’hui ! Mais arrêtez ! ne partez pas des préjugés, des présupposés et des tribunes écrites par des quelques détracteurs malintentionnés pour tirer vos analyses ! »

Najat complotiste ! Le complot des « élites » !

 

JPEG - 64.5 ko
L’ex-ministre s’applaudit avec les pieds

 

C’est pourtant la même Belkacem qui expliquait aux enfants qu’il ne fallait pas croire au complotisme qui fleurit sur l’Internet (de 35’38 jusqu’à 36’21) :

« Non mais maintenant je me sens très libre de parler et honnêtement, honnêtement de pas prendre de pincettes. Parce qu’en fait ce qui se joue derrière tout ça j’vais vous vous dire hein, c’est élitisme de l’école française juste pour quelques uns, généralement toujours les mêmes à qui on offre la soi-disante excellence qui doit n’être réservée qu’à quelques uns pour continuer d’exister, contre la démocratisation de l’école française et de la réussite à l’école française dans laquelle on dit non mais attendez si on juge que les langues vivantes – on en vient aux classes bilangues – sont formidables etc. et que c’est bien que chacun les maîtrise, vous pouvez m’expliquer pourquoi est-ce qu’on donne plein plein plein d’heures pour que là encore douze, quinze pour cent aient des tas d’heures de classes bilangues ? »

Visiblement, l’ex-ministre de la « soi-disante » Éducation est passée par ses propres classes réformées... Pour une fois, on sera d’accord avec Ruquier et sa chroniqueuse, même si cette opération anti-Belkacem sentait la finition d’une bête blessée. À Ruquier le coup de grâce :

« Madame Belkacem est fragile en ce moment, elle vient de perdre son emploi au gouvernement, elle n’est pas sûre d’être députée. Elle a bien ameuté tout le monde, sur les réseaux sociaux, ses amis journalistes à Libération. Elle a bien réussi son coup. Je ne suis pas sûr que cela lui réussira dans les urnes. »

La catastrophe culturelle et éducative au pouvoir, plus jamais ça !
Avec Kontre Kulture

 

Belkacem, symbole d’un quinquennat de mensonges et d’errances, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

69 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Belkacem est aussi discréditée que l’hystérique Lauvergeon : je la vois bien la rejoindre à Libération-Drahi, le havre des haridelles en fin de course .


  • L’ambulance NVB criblée de balles, alors que les mêmes larbins lui léchait les doigts de pieds quand elle était au gouvernement .


  • Sic transit ignominia mundi .


  • Biolay a vraiment une tête de drogué dépressif...

     

  • NVB ? Bonne pour rejoindre la nullité hystérique Lauvergeon à Libération-Drahi, qui donne asile aux bourriques discréditées .


  • Même si c’est une maigre consolation, chacun aura constaté combien la poupée devient bouffie. Excès de cortisone ou elle choperait une grosse tête, dont la justification n’apparaît pas au premier coup d’œil ???

     

  • Une ministre de l’éducation qui a fait passer une loi sur l’interdiction de la prostitution.
    C’est quand même génial, non ?

     

  • Ce terme, "fake news", déjà. Usité par une "ministre de l’éducation nationale", enfin ex, heureusement. Pourquoi pas dire "fausse info" ? ou "info bidon" ?
    Belkacem, elle était là pour la "diversité", et parce que aussi, il faut bien le dire, un sacré paquet de crevards fantasmaient sur cette "jolie beurette". Idem la Rama yade qui elle a fait moins de dégâts (car elle n’a servi à rien).


  • Je lui souhaite la même déchéance qu’à VallSS.


  • J’aimerais bien voir les petits de Najat en ZEP, on attend toujours la mixité sociale.


  • Najat qui ?


  • Son ministère socialiste a appliqué une directive de 1990 d’un autre ministère socialiste sur la réforme de l’orthographe que personne ne voulait....en particulier les éditeurs de livres scolaires !!

    Elle n’a rien construit d’elle même (ce n’est pas son rôle ni dans ses capacités) mais a imposé dictatorialement (le Vallsisme ne passera pas !) un truc qu’on pensait disparu... !!

     

  • Dès que j’ai vu que c’était Najat j’ai zapé samedi soir. Sincèrement, c’est peut être la seul qui est encore plus horrible que Vals à écouter. Et Vals déjà c’est du lourd. Fabius 3e de mon classement. Ah et j’ai oublié Conne benne dite


  • La technique de Najat est celle de l’oligarchie.
    On commence en dispensant moult sourires à la ronde, bien emballée. Sur le fond, on ennuie le spectateur avec de la politique politicienne, des petits clans de vautours dépeçant "le corps social". C’est le journaliste qui mène l’interrogatoire, et la connivence est une habitude.
    Tant que les questions ronronnent sur les thèmes "dans quel fauteuil vais-je ou va-t-il carrer ses fesses ?", tout va bien. Najat est à l’aise, affecte un air professionnel, parle à toute vitesse en alignant les clichés avec son habituel culot, ce qui peut faire illusion sur ses capacités mentales. La plupart des gens craquent après cinq minutes, éteignent le poste. Si c’est ça la politique, je vote pas se disent-ils. En quoi ça me concerne, leurs petits arrangements ?
    Et puis vlan, voilà les questions dures. Le sourire colgate disparaît. Il s’agit de faire taire la critique, toute critique, se dit l’ex ministre.
    Alors on parle par-dessus l’autre, on éclate en youyous scandalisés, on coupe la parole, on rit jaune et fort avec une gestuelle déplacée.
    Puis on se raccroche aux branches sur un point de détail tout à fait mineur et administratif, sur lequel on glose aussi longtemps que possible.
    On parle aussi de sa passion pour le ministère (et ses avantages) affectant d’adorer les profs, traités comme des bonnes sous sa férule.
    Mais la question dure refait surface : raté ! Najat cesse un moment de faire la folle. Elle reçoit sa volée de bois vert bien méritée et ne parvient plus à cacher son dépit.
    Enfin l’apothéose : tant va la cruche Vallaud qu’à la fin elle se casse.
    Et tant mieux. Le pire ministre de l’EN et le plus illégitime et incongru dans toute l’histoire de France. Elle a fait beaucoup trop de mal, cette femme.

     

  • 55 minutes de “ça n’existe pas ! ça n’existe pas !”, extraordinaire avec le Biolay décodex en fake news, il doit sacrément taper dans le gourde et le reste... encore une fake news.

     

    • Soit elle utilise la technique Macron ("vous mentez !" à chaque attaque qui touche), soit elle ment comme elle respire puisqu’elle m’a convaincu...
      Votez le soldat Najat,
      Sauvez la Palestine !


    • C’est sa structure mentale qui est ainsi faite, la Burgraff aurait pu venir avec le manuel scolaire pour montrer les inepties de cette réforme de l’orthographe, Belkacem les aurait réfutées avec son aplomb, rappelez-vous cette remarque d’Hollande à son encontre : "bonne, très forte en langue de bois..".
      A 39 minutes le fameux "ça n’existe pas !" est exprimé en "fake news" avec les postures hystériques, nous allons désormais être pilonné de "fake news", c’est encore plus court pour les illettrés de la télélobotomie.
      A 44 minutes 13 son anecdote sur le complot et le témoignage de cet élève n’est juste ce qu’elle affirme et rien de plus : cette capacité a inventé des histoires, c’est le déni.
      A la fin de sa représentation théâtrale pour essayer de contrecarrer sa grimace (ce qui la contrarie grandement avouant qu’elle doit maîtriser son masque social), elle déclare haut et fort la larme à l’œil tout son adoration pour l’EN "J’ADORRRRE" pour par une pirouette souhaiter bonne chance à Macaron. Nous sommes là dans la projection de sentiment pour hameçonner l’autre. Elle est très congruente parce qu’elle croit à ce qu’elle baratine sans cesse. Ruquier remarquant sa mimique copiée sur celle de Marine Le Pen... Le mimétisme fait également parti de son petit numéro.
      Macaron a été profilé psychotique sans limite, Hollande en pervers passif, Belkacem est une coquette sans affect : Valls dans un délire paranoïaque… Les psys s’y mettent à deux pour éviter de se faire retourner comme des crêpes, alors l’avis de Biolay sur Belkacem, qu’il finisse son pichet de rosé qui ne cesse de se remplir : "je ne sais plus qui croire ?", idem pour Ruquier, mes pauvres éternels cocufiés c’est vous qui allez prendre cher.


  • #1731746

    Najat-Blaireau Bekassine ministre de l’éducation nationale, ne sait pas dire oui correctement, alors elle dit wouai !
    Sorte de franc-glais ...elle a donc raison, elle est bilingue !


  • Elle a grossi non !?

     

    • #1731859

      @ Bertrand

      Effectivement, mais c’est parce qu’elle avale maintenant, que voulez-vous, les temps sont durs, même pour elle !
      Besogneuse la petite !


    • #1732390
      le 23/05/2017 par Joseph Gobelet d’urine chef de la propagande
      Malgré les mensonges de la presse, l’imposture Najat Belkacem éclate chez (...)

      @Heureux qui, comme Ulysse...
      Je lui conseille de faire attention en tant que nutritionniste de péripatéticienne ,je vous annonce qu’une dose de sperme est égale à 3 steaks !
      Alors molos sur le steak !
      On prend vite une surcharge pondérale, et une fois comme Magloire il est très difficile de revenir en arrière !
      Même en faisant du vélo d’appartement et du stretching !
      Un fan de mad’homme Blaireau-Bekassine ,mi-homme, mi femme je vous admire !


  • Cette femme a massacré l’Education Nationale et nos enfants. Elle a véhiculé la médiocrité, le mensonge, la calomnie, la désagrégation de notre langue et de notre passé historique. C’est une plaie, qu’elle retourne dans les oubliettes de la médiocrité et qu’elle n’en sorte plus. Il est à souhaiter qu’elle prenne une belle fessée aux législatives, juste pour lui apprendre à respecter le peuple français.


  • Elle commence avec le clivage d-g, créé au XVIIIe siècle et jamais vraiment signifiant en face de l’origine sociale. Ensuite l’éducation va mal car toute une classe d’âge va pratiquement au bac alors qu’avant il y avait la segpa (les classes de transition avant), les classes de fin d’études pour préparer le certificat, environ 20% d’entrées au collège il y a quarante ans, un tiers d’échecs au brevet. Là avec la fin des classes technologiques, tous les élèves vont jusqu’au lycée général ou professionnel ensemble, plus de redoublement. Il y a même des élèves avec des troubles du comportement dans des effectifs dépassant les trente... Mais le QI ne progresse pas malheureusement.


  • Quand elle dit "qui profite toujours aux mêmes" est ce qu’il s’agit des mêmes que l’on pense ? Najat complotiste ?

    Et d’où vient cette nouvelle manie d’utiliser le terme "fake news" plutôt que de dire tout naturellement fausses nouvelles ? Toutes les "élites" politico-médiatique, y compris au Québec, utilisent ce terme anglais.

    La servilité c’est aussi de vénérer la langue de l’occupant anglo-sioniste.

     

    • D’employer l’anglicisme, ça fait "branché bobo" ,"dans le vent" ils veulent se donner un air plus intelligent .Si le mot n’existe pas en Français ,je veut bien ,mais la langue Française est l’une des plus vaste qui existe .Et le plus fort parfois ,ils emploient le mot en anglais ,pour aussitôt le traduire en Français ,ce qui est complètement idiot .. C’est pour se donner un style ou le " stayle " Personnellement je trouve que cela donne un air con


    • Fake news est un élément de langage, donc un code reconnaissable par les initiés. De ce que j’ai vu, ça vient des analystes du net (oui oui, ça existe, certains font leur beurre avec ça) qui ont décidé de cette expression comme injure discréditante (comme "xénophobe", "antisémite", "homophobe", "théorie du complot", etc.)

      Pour moi, fake news est utilisé comme expression afin de distinguer les mensonges diffusés par les organes officiels de presse et autres médias de ce qui a été diffusé sur des médias populaires comme les sites de réinformation (ou de dé-désinformation).

      La guerre passe par le hack de leurs codes à la noix. C’est vraiment à ne pas sous-estimer.


  • Désolé mais elle a raison au moins sur un point, elle n’a pas fait la réforme de l’orthographe... C’est facile de la prendre pour bouc-émissaire.
    ça date de 1990 et ce n’est que récemment que les éditeurs l’ont appliqué dans leurs éditions.

     

  • Il faut voir comment cette information est relayée sur MSN.. Pas besoin de "decodex" pour décrypter la propagande manipulatoire de ce site de désinformation..


  • Malgré tout ce qu’elle peut dire sur les théories du complot, Najat c’est fait tout simplement détruire par le système medias qui la soutenais....
    De plus, très intéressant de voir les chroniqueurs s’inquiéter sur l’éducation de leur cher têtes blondes..
    Elle ne récolte que se qu’elle a semé..


  • Mme Belkacem à mon sens n’est pas incohérente par rapport à ses fonctions et l’état dans lequel l’enseignement devait déjà se trouver avant sa présence sur la scène politique.
    Les responsables de cette dégradation des valeurs de l’enseignement sont les effets cumulés de l’internet , du cinéma perverti , du rêve américain, etc ... déjà insufflé de longue date dans l’ esprit de la majorité des parents et des enseignants eux-mêmes.
    Belkacem n’est pas Vals ou hollande , il ne faut pas confondre.

     

    • Bien dit. Même si je n’éprouve que du mépris envers cette personne, je trouve qu’on exagère un peu trop son rôle destructeur de l’enseignement, comme si on cherchait un coupable idéal. Y a bien d’autres facteurs tout aussi important qui ont contribué à un nivellement vers le bas et l’origine remonte bien loin avant Belkacem : les télés-réalités ou la télé tout court, la destruction de la famille, les jeunes mères qui ne veulent que des enfants afin de pouvoir poster des photos de leur progéniture sur facebook, le féminisme, la passivité des parents face à l’idéologie ambiante (cours d’homosexualité, prof qui invite les élèves à un festival de films gays,..) la bouffe de merde,... etc etc. Je crois que c’est tout simplement l’ère de l’époque qui veut cela. J’ai des nièces qui ne savent pas passer une journée sans n’avoir fait des selfies.


    • Cela dit : on devrait cessé de montrer du doigt en se divisant sur les questions du passé et devenir plus réactif et apporteur de solution dans l’action quotidienne. "Le principe d’action" seul moteur efficace ; à force cela apporterait de la pesanteur sur le monde politique.
      Le Français est devenu trop polémique et a tendance à s’y complaire dans l’inaction.
      Ce phénomène est bien connu et est utilisé (débats télévisé , cinéma abrutissant , etc) pour amortir ou inhiber les réactions du peuple et les rendre léthargique devant les réalités.


  • Elle à fait le job d’une ministre ayant des objectifs communautaires, voila-tout...


  • Najat ou quelqu’un d’autre, cela ne change rien : l’école franc-maçonne est élitiste et elle sert à reproduire les schémas sociaux. L’école publique a été mise sur pied par Jules Ferry, un franc-maçon, pour empêcher le peuple de faire une "révolution éducative" à la Marx. Les élites sont depuis fabriquées dans les écoles,collèges, lycées et grandes écoles privés ! Les francs-maçons ont aussi voté la loi de 1901 pour empêcher le peuple de se réunir à sa guise et de diluer sa colère, en contre partie de subventions. Etc., etc. Depuis 1789, tout a a été chapeauté pour nous empêcher de vivre librement !! Fernand Nathan a encore de beaux jours devant lui ...

     

    • L’excellence existait en France.
      Najat déteste l’excellence. Elle a dû se ramasser quelques réflexions vexantes sur son niveau d’orthographe et de logique excessivement bas par un prof ou un élève plus au niveau quand elle squattait les écoles dites d’élite, aujourd’hui pleines de cooptés et discriminés positifs.
      Elle a été l’illustration de la complexée au pouvoir, comme Taubira et Valls (pas à la hauteur de son milieu privilégié). Je plains leurs subordonnés, forcément plus compétents et réduits à se faire commander par des valets insolents.
      Souhaitons à la bande à valls de valser, mais comme n’importe quel Français moyen : sans indemnités durables. Ils méritent tous un procès sévère.


    • "L’excellence existait en France"...ouais, je vais être volontairement caricatural et provocateur, mais quand on voit les babyboomers en camping-cars, on se demande bien quand est-ce qu’elle a existé...


  • Les punk à chien sont instituteurs (moi je mets bien tout au masculin) maintenant, l’école socialiste c’est vraiment autre chose.


  • Dommage qu’il n’y ai pas à ma connaissance de Dieudonné féminin pour se présenter contre elle aux élections.


  • en somme, une mondialiste du quotidien !


  • 50 minutes de belkacem ? N’accordez pas ce temps précieux de votre vie....


  • Article avec beaucoup de recul .

    La donne semble avoir changé .

    Les crabes se bouffent entre eux.

    Vous allez voir que des journalistes vont , ou risquent , de retourner leurs vestes et vous "piquer" votre boulo. (Partiellement, et comme le dit Alain S. c’est aussi un danger, mais aussi une chance possible pour votre image bref.)

    Pour ma part, j’ attache une grande impotence à la forme aussi. Et Najat fut d’un méprit et d’une mauvaise "foi" totale.

    - Deuxième remarque, le mal fou que les gens ont (Comme cité par Sylvain Tesson pour qui j’ ai bien de l’ estime , voir son parcours et lire ses carnets.) à se faire une idée objective est signe d’un enfumage objectif de ce gouvernement passé. (En loges oui, c’est le gouvernement ou il n’ y avait jamais eu autant de Franc maçons donc de société secrète, n’ en déplaise aux anti complotistes !! D’où un enfumage constant contre les non initiés dit aussi , le peuple...)

    Ceci explique bien cela ...

    il sera intéressant de suivre Macron dans ses choix à venir. Mais je suis ravi de votre hauteur de vue.

    Vive ER.


  • Une lesbienne à cheveux bleu, rasée d’un coté...

    Qui vient te dire qu’il faut se débarrasser des stéréotypes dans les classes ?

    C’est une blague ? C’est un stéréotype ambulant cette meuf !!!!!

    En plus, pour ce qui d’inspirer le respect et les valeurs aux gamins, avec un look, de punk à chien...

    Elle a plus sa place à la gay-pride, ou avec les femen à bousiller des églises !

    Et on va nous faire croire qu’elle applique un devoir de réserve dans la transmission du savoir ??? C’est une putain de militante !

    Bordel de monde de dégénérés...

    Vivement que ça pète et qu’on en finisse !
    Et oui c’est grave de dire ça, et oui je sais ce qu’est une guerre, civile ou pas...
    Mais de toutes façons ça finira comme ça...
    Ou alors ça sera l’esclavagisme généralisé et la lobotomie !
    Perso je préfère crever debout en me battant !

     

  • Pour la première vidéo la première phrase est déjà d-é-tonnante... pas de stéréotypes /en tant que féministe...
    "En tant que" implique préjugés qui implique stéréotypes non ?


  • Le ministère de l’éducation nationale est une malédiction car il n’y a pas un français, quel que soit son niveau intellectuel, social ou professionnel qui ne soit convaincu que ce n’est pas comme ça qu’il faut faire. J’en parle en connaissance de cause car je ne déroge pas à la règle. En cela, ce "poste" est assez proche de celui de sélectionneur de l’équipe de France de foot. On peut donc conclure sans rire que chaque français arrive au monde avec deux compétences innées : sélectionneur national et ministre de l’éducation.

    Critiquer le ministre en exercice est donc tout à fait dans l’ordre des choses. Mais aujourd’hui il faut admettre que la critique à laquelle fait face Najat Vallaud-Belkacem dépasse de très loin ce dont nous avons l’habitude d’entendre, au point où Luc Ferry, ce sinistre barbon fané et accessoirement ancien ministre du même maudit ministère qui, en son temps, s’est illustré par une nullité abyssale et une coupable inertie, l’a, lui aussi, récemment, durement critiquée.

    Je suppose que Najat n’est pas exempte de défaut, et comme tous ses prédécesseurs elle est sujette à critique. Mais dans son cas il y a quelque chose de plus insidieux : une détestation familière qui va presque de soi, exprimée dans les forums et les réseaux sociaux avec véhémence par des gens qui, parfois, ne parviennent pas à écrire sans de grossières fautes, comme pour attester de la médiocrité de l’école républicaine bien avant la naissance de Najat.

    J’ai connu des ministres de l’éducation nationale. En vrac : Lang, Jospin, Bayrou, Allègre, Ferry, Darcos, Chatel, Peillon … etc. Plus ou moins mauvais. Plus ou moins critiqués. Je n’ai pas le souvenir d’un tel déchainement.

    Je ne parle évidemment pas du fond de la réforme car je ne pense pas que ce soit le lieu (d’autant plus que je laisse volontiers le débat aux spécialistes car bien qu’ayant actuellement un enfant au collège, je n’ai pas vraiment vu la différence avec son frère qui vient de le quitter. Tous les deux font une excellente scolarité), où alors allons-y, donnons notre avis forcément éclairé sur les détails de tous les sujets : défense, sécurité, urbanisme, santé, composition du béton armé, taille optimale des sacs poubelles, diagnostic prénatal, … etc. Non, je parle de la forme et de ce torrent d’insultes qui s’est abattu sur cette pauvre Najat.

    Je m’interroge seulement. Loin de moi l’idée que son patronyme puisse y être pour quelque chose. N’est-ce pas ?

    Rassurez-moi !

     

  • les réformes c’étaient des fakes news alors ?
    Je donne mon avis quand-même : il m’arrive de compter minimum 6 fautes sur une phrase d’à peine une ligne.
    En 70 c’était 6 fautes sur 2 feuilles voir 3 feuilles de dictée. 6 fautes c’est chaud quand-même sur 2 feuilles.
    J’ai lu une dictée de ma nièce : une demi page de dictée.
    Ils suppriment le français. Réduire le volume d’écriture, c’est réduire l’apprentissage de la langue et donc en conclusion de la langue elle-même avec le temps.
    Ma nièce parle déjà anglais avant d’avoir atteint la 6ème.


  • "Le rose n’est pas forcément pour les filles", dit la femme aux cheveux bleus.
    Très subtil... La messe est dite !


  • Chère Madame Vallaud-Belkacem, on ne faillit pas "sur" mais "à" quelque chose : exemple, Faillir à une tâche".
    Ce bébé-femme veut donner des leçons à tout le monde, mais il lui faudrait déjà ôter les couches culottes qui, me semble-t-il, ont du mal à se décoller de son derrière, détrempé de culot.


  • C’est vraiment du "parler pour ne rien dire".
    NVB se gargarise de ses propres paroles pour dresser un bilan d’une politique qui vient à peine de commencer. C’est du grand n’importe quoi..


  • " [...] la soi disante excellence [...] " de Madame JVB.

    Je suis morte de rire !


  • Je pensequ’elle ne voit pas venir le coup qui va lui arriver aux législatives !


  • L’enseignement des langues vivantes en France a été sacrifié, c’est un fait. Les professeurs de langue ont assisté impuissants au saccage de leur discipline, en ce qui me concerne j’ai renoncé au moment de la réforme du lycée après 21 ans d’enseignement.

    Que l’éducation nationale rende publiques

    - les statistiques sur le nombre de professeurs ayant renoncé à exercer leur métier

    - les statistiques sur le suicide des élèves et des personnels (toutes catégories)

    - les statistiques sur le nombre d’élèves et d’enseignants sous traitement anxiolytique

    Cela permettrait d’amorcer une réflexion sérieuse.

    Dans cette institution, personne ne répond de rien, c’est le château de Kafka, cette ex-ministre qui parle comme une figurante de feuilleton télé en est la parfaite illustration.


  • Regardez la tête de Najat à la 22’59 !
    Elle se donne beaucoup de mal pour essayer de reconstituer son visage poupin, qui tout d’un coup lui tombe dans les godasses !
    On y sent une raideur mal contenue à la lecture par Ruquier du compte rendu de Claude Askolovitch, et c’est comme si elle venait de se prendre un coup de poignard dans le coeur.
    Elle, l’ex-ministre qui a une haute idée de sa personne, est dépeinte par Claude Askolovitch comme l’ouvrière des quartiers populaires d’Amiens, et lui, Macron, le new president, l’honorable bourgeois, qui, enfant, habitait dans une belle maison tout en briques rouges dans les quartiers chocs de cette même ville...
    Elle est tellement ulcérée et se tord tellement de douleur mentale, qu’elle ne peut plus faire sortir un seul son de sa petite bouche ; alors, pour rattraper cet affront maudit, elle ne voit rien d’autre à faire que de glapir une espèce de ricanement mal maîtrisé, et de rétorquer à Ruquier par une phrase, pour laquelle elle n’a pas pris le temps de la réponse - c’est du brut de pomme - une phrase digne d’une gamine de 4 ans, en maternelle, du style « Non, j’ai pas eu mon bonbon ! »
    Je vous laisse regarder la vidéo.


  • Elle était amusante à écouter quand elle parle des gens de gauche, de droite, centre, des gens du nouveau gouvernement ...ce sont tous des pro européens anti nations qui applique les lois de l’UE.
    Quand l’union européenne n’est pas cité, on peut encore endormir la très grande majorité des gens devant leur télévision.

    La droite pour l’égalitarisme ? Ca ne serait pas plutôt la gauche justement ?
    Gustave le Bon en parle dans son livre "la psychologie des foules"


  • A 54:35, la dernière phrase de NVB à Benjamin Biolay : "je t’ai envoyé un message pour te dire que t’étais trop bien dans dix pour cent..." et l’autre semble ne pas comprendre.
    Apparemment, dix pour cent est une série, dans laquelle une belle brochette de personnalités font leur apparition. Et après rapide vérification je ne vois pas de B.Biolay au casting. Peut-être qu’elle le confond avec J. Doré par exemple ?
    Regarder une série daubique et kiffer un acteur falot qui ne joue même pas dedans. La grande classe quoi... Mais je dois me tromper.


  • Spectacle final de Vallaud-Belkaça ? Je l’espère !

    Que les Villeurbannais fassent leur boulot aux législatives. Cela dit, elle est face à un macroniste, ça ne sera pas mieux.


Commentaires suivants