Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Marchons enfants" demande l’interdiction d’un salon qui promeut ouvertement la GPA à Paris

Le projet de loi de bioéthique n’est pas encore voté et déjà des cliniques et des agences qui agissent dans le domaine de la procréation artificielle organisent à Paris un salon au titre évocateur « Désir d’enfant ». Ludovine de la Rochère, Présidente de la Manif pour tous, se mobilise pour dénoncer la marchandisation de l’enfant.

 

Gènéthique : Vous prenez position au sujet d’un salon sur le « désir d’enfant » qui doit se tenir les 5 et 6 septembre prochain porte de Champerret à Paris. Pourquoi ?

Ludovine de la Rochère : Ce salon met en œuvre ce qui est en train d’advenir, à savoir le bébé sur commande, favorisé en France par les perspectives d’ouverture de la PMA en dehors de tout critère d’infertilité constaté. Les organisateurs du salon mettent en œuvre, bien qu’ils s’en défendent, une démarche à finalité commerciale. Sous prétexte d’informer, ils préparent le terrain à la signature de contrats qui, aujourd’hui, sont autorisés dans d’autres pays. L’organisation d’un salon en dit long sur la façon dont l’enfant est perçu par toutes les agences et les cliniques de fertilité. C’est très révélateur de ce qui est en cours. L’enfant devient l’objet d’un business. Si on ne se bat pas, on va droit vers la marchandisation de l’humain. C’est indigne de notre humanité et il nous faut réagir et nous opposer à ce qui est en train d’arriver.

 

Comment peut-on justifier un tel salon ?

L’infertilité est un problème qui touche de plus en plus de couples. Mais le désir d’enfant ne justifie pas tout ! Un salon « désir d’enfant » est un phénomène sans précédent en France, alors qu’il existe depuis plusieurs années à Bruxelles où nous avons déjà organisé des actions sur place avec des associations belges. Or, sous des dehors très cocooning, très design qui semblent distiller le bonheur, les premières victimes seront les enfants, mais aussi leurs parents.

 

À votre avis, à l’heure de la loi de bioéthique, que représente l’autorisation d’un tel salon ?

Ce qui est clairement en jeu, c’est l’enfant sur commande, l’enfant quand je veux, comme je veux, l’enfant parfait. Dès lors qu’on n’appréhende plus l’être humain qu’à travers le prisme du projet parental, que l’enfant n’existe que par la volonté des adultes, toutes les dérives sont possibles. Et ceux qui s’opposent à ce projet sont immédiatement traités d’obscurantistes mais il va tout de même être difficile de faire croire à un événement altruiste : le salon « désir d’enfant » réduit clairement l’enfant au statut d’objet.

 

Quelles actions envisagez-vous ?

Nous allons nous adresser aux pouvoirs publics, au Garde des sceaux pour dénoncer publiquement ce salon. Si le gouvernement est vraiment contre la GPA comme il l’affirme, il faut qu’il passe de la parole aux actes. Nous allons aussi saisir le ministre de la Santé, Olivier Véran puisque il y a détournement de l’utilisation de la médecine. En parallèle, nous allons mener des actions judiciaires pour que ce salon n’ait pas lieu et des actions publiques, porte de Champerret, pendant le salon, sont déjà prévues. Il est effrayant de voir que les hommes d’affaires qui travaillent dans le domaine de la procréation ne semblent même plus réaliser qu’organiser un salon, et plus seulement un colloque, est un problème et le grand public n’est pas d’accord avec ces pratiques.

 

Pensez-vous que vos actions puissent conduire à l’annulation du salon ?

Elles alerteront largement en tout cas. Des réunions sur la PMA et la GPA ont déjà été programmées, nous avons appelé les hôtels et elles ont été annulées. Sur le plan judiciaire, le résultat peut-être assez aléatoire avec la justice française. Les organisateurs ont d’ailleurs visiblement demandé conseil à des juristes qui ont soigné tous les termes de la présentation du salon ! S’ils ne se rendent plus compte du scandale que constitue un tel salon, ils se savent donc, néanmoins, hors-la-loi s’ils ne font pas mine de ne pas avoir de visée commerciale. Mais les partenaires de l’événement, la clinique espagnole IVI par exemple, démarche sa clientèle en France et pratique tout ce que la loi française interdit : PMA port-mortem, ROPA, screening génétique pour choisir le sexe de l’enfant… Et ces cliniques ont des partenaires dans d’autres pays pour ceux qui veulent aller jusqu’à la GPA. Ces cliniques sont bien dans une démarche commerciale. En Espagne par exemple, c’est un business important. Et s’ils fonctionnent, c’est que les « donneurs » de gamètes reçoivent un défraiement, ce qui donne à ces sociétés tous les « produits » dont elles ont besoin pour leur activité. Je note d’ailleurs que les pseudo cautions scientifiques présentées par les organisateurs sont ces cliniques lucratives elles-mêmes !

Sur les plans médiatique et politique, ce salon pourrait susciter une polémique qui gênera ses organisateurs… Il est fort possible, d’ailleurs, que ce salon ait été programmé avec l’idée que le projet de loi bioéthique serait déjà passé, mais les reports successifs ont changé la donne. C’est sans doute la raison pour laquelle le site internet officiel prétend qu’il n’est pas prévu de transactions commerciales. La réalité, évidemment, c’est qu’il s’agit de démarchage commercial en vue de transactions : qu’elles soient signées après le salon ne change rien à sa finalité réelle.

 

Plus généralement, dans le cadre de la loi de bioéthique, le gouvernement s’entête à vouloir autoriser la PMA pour toutes les femmes, une mesure que vous dénoncer depuis les premières velléités du « mariage pour tous ». Quel est votre constat aujourd’hui ?

Malgré ce que prétend le ministre de la santé, les Français ne sont pas favorables à l’ouverture de l’accès de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes. Quand on demande si un enfant né par PMA a le droit d’avoir un père et une mère, la réponse est favorable à 85 % ! Par ailleurs, quand nous exposons nos arguments sur les besoins de l’enfant, sur ce que sont la paternité ou la maternité, sur l’importance pour l’enfant de la filiation, ce qui est frappant, c’est que le gouvernement n’a pas de réponse à nous donner. Chaque fois, nos interlocuteurs du gouvernement ou du Parlement changent de sujet pour ne pas avoir à nous répondre ou ils répondent à côté de la question. Ils rabâchent des éléments de langage comme des mantras : le gouvernement n’est pas en mesure de défendre ce projet de loi. Il est, de fait, indéfendable !

 

Pensez-vous qu’il soit encore possible que ce projet de loi soit retiré ?

Oui ! Il le faut parce que cette loi est honteuse, en elle-même bien sûr, et parce qu’elle conduira ensuite à la PMA post-mortem, la PMA pour les personnes trans, la ROPA, la GPA… ce texte conduit à pas de géants vers le triomphe du gender, de la confusion des sexes et du transhumanisme. Et si le DPI-A n’est pas passé cette fois-ci, il viendrait ensuite : l’eugénisme s’inscrit dans la même logique. Ce qui me frappe, c’est que ce projet de loi de bioéthique est d’une ampleur transgressive jamais égalée, toutes les lignes rouges sont franchies. C’est sans précédent.

 

Que proposez-vous ?

Les politiques soumis à la pression sont en mesure d’entendre, notre première vertu est celle de la persévérance. « Le mal triomphe par l’inaction des gens de bien », disait Edmund Burke. Je ne sais pas si nous sommes des gens de bien, mais cette loi est un mal et personne ne peut renoncer à se battre, ce serait irresponsable. Aussi, puisqu’une mobilisation nationale n’est pas possible dans le contexte sanitaire actuel, nous lançons, avec les associations partenaires de « Marchons enfants », un appel à manifester le samedi 10 octobre prochain à Paris et en région. Les villes concernées seront révélées très prochainement.

 

Et en attendant le 10 octobre ?

En attendant le 10 octobre, il est possible de rejoindre les 60 000 signataires de la pétition « PMA sans père : papa t’es où ? ». C’est maintenant qu’il faut faire entendre notre voix, montrer notre détermination et nous mobiliser, plus que jamais !

Comme prévu, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • A quand un "Salon de l’enfant" sur le modèle du "Salon de l’auto" ?

     

  • L’être humain, du foetus jusqu’au vieillard, est de plus en plus maltraité, méprisé, et ravalé au rang de marchandise, d’une "chose" désirée ou refusée comme un simple jouet...

    Oui, l’occident moderne devient de plus en plus fou et destructeur d’humanité ! L’argent est devenue la grande divinité, avec ses grands prêtres ou grandes prêtresses merdiatiques ! Nous sommes tombés bien bas...


  • La GPA rémunérée c’est effectivement une horreur. Une dégueulasserie que ce genre de salon se tienne déjà.


  • "L’enfant devient l’objet d’un business. Si on ne se bat pas, on va droit vers la marchandisation de l’humain. C’est indigne de notre humanité " .... cela fait pourtant partie du "plan" mondialiste , comme tout une série d’abominations visant à rendre les peuples en esclavage . Toutefois je ne sais pas si vous remarquez mais toutes ces lois mettent en exergue la " liberté individuelle " , pour mieux appâter la clientèle / je le répète souvent , nous assistons à la mise en place de la plus aboutie des dictatures à un échelon mondial .


  • C’est inéluctable rien ne peut arrêter cette marche vers l’enfer.

    Tout part en gonades !!!

    Il faut se préparer en s’armant spirituellement notamment.

    Le monde du faux Messie approche, son règne sera de courte durée, mais fera d’innombrables victimes.

    Dieu nous protège....


  • infiniment pires que les nazis.
    n’oubliez pas par ailleurs d’incriminer les femelles qui ne veulent plus d’hommes et la génération de tatoués qui en découle.
    le négro "papa" de remplacement élu par la femelle à la place de ceux qui n’ont rien demandé. la connerie d’egos inférieurs au pouvoir ; le pouvoir des cons. autre que l’infertilité.


  • Demain : " désir d’enfant blond aux yeux bleus qui fera 1,85cm adulte et aura un QI supérieur a la moyenne. "
    Eugénisme et marchandisation au nom de l’amour.
    Bienvenue à Gattaca.

     

  • Encore une fois on oppose la science à la nature.
    Comme si l’Humain pouvait faire quoi que ce soit de "contre nature"... quelle vanité il faut pour envisager qu’on serait en mesure de contourner ou bouleverser l’ordre naturel (cosmique,divin...qu’importe le nom qu’on lui donne).

    Je comprend les oppositions à tous ces développements sociétaux et scientifiques, mais ce ne sont que postures morales.
    Or,le vivant ne s’embarrasse guère de morale.

    Et puis c’est bien l’ordre ancien qui nous amené là,(avec sa morale et son éthique) donc le maintenir n’est pas non plus une solution.

     

    • @norbert : Faire quelque chose de contre-nature, c’est faire quelque chose que la nature n’a pas prévu au départ : forcément ça nécessite des adaptations. Un homme et une femme qui s’aiment n’ont pas besoin de lubrifiant pour faire l’amour et n’ont besoin de rien d’aucune assistance pour faire un enfant (vous me direz, il existe des exceptions, certes ; en revanche on a encore jamais vu deux hommes réussirent à procréer ensemble)

      Vous parlez de morale, l’air de dire qu’on s’en fout de la morale : moi je crois au contraire que c’est tout ce qui manque aujourd’hui, parce que la morale impose une réflexion et un respect de l’autre qui tend à disparaître aujourd’hui. Abolir la morale, c’est prôner l’égoïsme et les déviances de toutes sortes (pédophilie, meurtre, etc.)


  • Ca commence toujours comme ça...
    D’abord une question de journaliste : "faut il légaliser la GPA",
    puis des événements comme celui-ci (pour tester le terrain), puis l’exposition de cas présentés comme positifs, voire des cas où ne pas régulariser serait contre productif, puis un faux débat et enfin le vote de la loi (décidée en amont chez les "frères", puis "enregistrée" à l’assemblée) avec répression des opposants façon manif pour tous !


  • Les années à venir vont être tragiques et très intéressantes à la fois.

    C’est dans ce genre de bouleversement qu’on va pouvoir constater le niveau d’acceptation de la masse. Le niveau de soumission et d’imbécilité de la foule qui s’imagine encore faire parti de quelque chose.

    Difficile de croire à un éclair de lucidité collectif comme chez les drogués ou les alcooliques.


  • Le Professeur Raoult sera-t-il là ? Parce que, bien que mes avis soient jusqu’à présent éradiqués, si j’en crois cet avorton de Fogiel...
    Merci par avance pour ma libre expression sur ER.


  • Désir d’enfant ? Pour quoi faire ? La proposition d’Amazon avec ses poupées sexuelles enfantines avec tous les orifices adéquats (des narines au trouduc) était finalement un compromis pour l’enfant réel de vivre sans agression au moins temporairement. La société abandonne ses enfants, no future !

     

  • "Marchons enfants" : ils sont "en marche" donc ? Ça fait un peu opposition contrôlée leur truc, pour dire on s’en occupe et décourager les autres de s’y coller.
    Mais bon la loi est passée, du coup ça ouvre le Marché !


  • Des marketeurs cocaïnés ont définis de nouveaux marchés qui sortent du cadre législatif. Il s’agit de la transgression de l’intégrité physique et le déni de libertés légitimes. Bref, le retour à l’esclavage sous des allures progressistes avec la bénédiction des parlementaires incompétents mais complices de crimes contre l’Humanité !
    Et bien sûr, les bébés seront vaccinés façon Gates-Buzin et deviendront une source de profits pour les labos pendant leur martyr et celui de leurs parent-acheteurs !
    Les orphelinats sont pleins à craquer, que n’a t-on besoin de créer de nouveaux malheureux !

    C’est tout simplement inhumain ! Guillotin, revient !


  • a naitre et maintenant en vie ils deviennent la cible :
    https://twitter.com/Nasirea1/status...

    D’après mes informations, c’est en Russie. Le petit garçon est mis en quarantaine. Il n’est pas malade. Il vient d’être testé positif pour Corona et il est en train d’être arrêté. Où ils l’emmènent et ce qui s’y passe, je n’en ai aucune idée.

     

    • Inutile dramatisation...vous n’avez aucune idée de ce qui se passe sur ces images, il n’est pas du tout "arrêté", si ça se trouve il est très souffrant (car on peut souffrir atrocement et pouvoir marcher...). Ne mélangeons pas tout, le débat sera plus constructif : ici, on parle de la GPA. Point.


  • Il y a un truc qui m’étonne quand même : comment se fait-il que l’abomination absolue consistant à autoriser l’avortement d’un enfant sain jusqu’au neuvième mois de grossesse pour "stress psychosocial" n’ait pas suscité plus de remous que cela en particulier chez ces associations ? Ma réponse est que ces assos sont en fait entre les mains de bons gros bourgeois de "droite" qui se soucient plus de s’excuser d’être chrétiens et de prouver à la terre entière que si cathos ils sont quand même modernes, pas arriérés et que de ce fait ils ne touchent pas au sacro-saint droit à l’avortement ! Et quand on en sera arrivé à l’avortement post-natal (en réalité techniquement nous y sommes) on fait le pari que ces braves associations détourneront la tête et feront comme si elles n’avaient rien vu ?


  • Ils vendent des enfants comme ils vendent des objets , s’ils continus ainsi vous verrez les médiats faire la promotion des enfants-objets neuf ou d’occasions issu de la GPA , malheureusement c’est le cas j’ai vu en pleine nuit par hazard a la télé , où ils en faisaient la promotion du parfait état de la marchandise-enfant .


  • Le fétichisme de la marchandise a atteint l’humain.

     

    • Ou plutôt : l’humain devient une marchandise comme une autre, dans le grand processus de fetichisation. De toute façon, il ne sert à rien de s’offusquer, puisque tout ce qu’on est en capacité de faire, sera fait, en dépit de toute restriction morale. Il y aura du clonage, il y aura du transhumanisme, il y aura des mères porteuses, il y aura des utérus artificiels, il y aura de l’eugénisme. Ce n’est qu’une question de temps et de storytelling. On verra des amputés dont les bras repoussent, des aveugles retrouver la vue, des myopathies éliminées, des organes cultivés pour remplacer les défaillants, des stériles accoucher d’enfants en pleine santé avec des QI de 160... Personne n’osera contredire le sacro-saint progrès. Et nous tous, humain normaux, trop humains, nous regarderons d’en bas ces inventions inaccessibles à nos bourses, et nous continuerons à gratter des tickets de lotterie.


Commentaires suivants