Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mgr Aupetit : "La question de la filiation est essentielle pour l’avenir de notre civilisation"

Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a remis mardi 5 juin son rapport de synthèse à la suite des états généraux de la bioéthique. Un appel à la participation citoyenne lancé en janvier dernier, auquel les catholiques ont largement répondu. Le nouvel archevêque de Paris et ancien médecin, monseigneur Aupetit, a été consulté, notamment lors d’un dîner à l’Élysée sur la question de la fin de vie. Il rappelle que sur tous ces sujets l’Église doit s’exprimer avec des arguments « fondés en raison ». Et non pas sur le seule base de la foi.

 

Le Point.fr : Alors que le CCNE vient de remettre sa synthèse des états généraux de la bioéthique, quelles conclusions tirez-vous de cette phase de consultation nationale ?

Monseigneur Aupetit : La dernière loi de bioéthique de 2011 prévoyait une réévaluation au bout de sept ans sans qu’il s’agisse nécessairement d’une révision. Le gouvernement a voulu une large consultation de l’ensemble des Français par des états généraux. La question posée m’apparaît très importante, car elle situe exactement les enjeux : « quelle société voulons-nous » ? Il me semble très heureux que tout le monde ait pu s’exprimer, car les décisions qui seront prises vont avoir des conséquences durables sur nos façons de vivre et les valeurs qui les sous-tendent. Nous sommes, en effet, à la croisée des chemins entre deux visions sociétales. D’un côté, une société basée sur la fraternité où la personne est qualifiée par les relations qu’elle entretient avec autrui. Dans cette situation, la loi protège les plus vulnérables. D’un autre côté, une société individualiste où chacun revendique une autonomie. Dans ce cas, la loi s’ajuste au désir individuel avec le risque de revenir au droit du plus fort, du plus riche ou du plus puissant. Bien sûr, nous défendons une société fraternelle qui constitue encore l’humus de notre civilisation. Les débats ont été très ardents même si l’on peut regretter que l’ensemble de nos concitoyens n’ait pas mesuré l’importance des enjeux.

 

Si la synthèse du CCNE laisse apparaître que la PMA ne fait pas l’unanimité, plusieurs indices peuvent laisser présager l’intention du gouvernement de l’ouvrir à toutes les femmes, conformément au programme du président de la République. Quelles conclusions cela vous inspire-t-il ?

Il n’y a aucun consensus et d’importantes réserves ont été émises. Nombreux sont ceux qui se sont exprimés et il serait dommage de réduire la parole d’un si grand nombre à une simple mobilisation de « militants ». Lorsqu’il n’y a aucun consensus, ne faut-il pas adopter un principe de précaution ? Le président de la République a dit ne pas vouloir avancer en force, j’espère que le gouvernement et le Parlement sauront entendre les vives réserves qui se sont exprimées. Nous continuerons de faire entendre notre voix pour que notre société ne soit pas fondée sur la somme de désirs individuels, mais sur le bien commun. Et la question de la filiation est essentielle pour l’avenir de notre civilisation.

[...]

Le président de la République vous semble-t-il à l’écoute de l’Église ? Et de ses arguments concernant les questions bioéthiques ?

Le président écoute chacun de nos arguments avec sérieux. Cela est vrai aussi de ceux qui ne pensent pas comme nous. Son discours au collège des Bernardins a montré qu’il ne considérait pas l’Église comme une quantité négligeable et qu’il reconnaissait son œuvre civilisatrice pour la France au cours des siècles.

 

Sur les questions de PMA et fin de vie, qui préoccupent particulièrement les Français, son avis vous paraît-il tranché ?

Je n’ai pas la faculté de lire dans les consciences, aussi je ne pourrais pas dire s’il a un avis tranché. Dans son programme présidentiel, il avait bien programmé le vote de la PMA qui ne serait pas seulement destinée aux personnes atteintes d’infertilité, mais qui répondrait également un « désir sociétal d’enfant ». La question qui se pose alors est celle-ci : « le désir d’enfant est-il plus important que le droit de l’enfant » ? La Déclaration des droits de l’enfant à l’ONU a déjà répondu non à cette question. Sur la fin de vie, qui ne faisait pas partie du programme des états généraux, le président m’a paru très prudent.

Lire l’article entier sur lepoint.fr

La logique eugéniste du Marché,
à lire chez Kontre Kulture :

 

Sous le « progressisme », la marchandisation de l’enfant, voir sur E&R :

 






Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • En France un père n’a même pas le droit de faire un test de paternité . La Femme revendique le droit de le faire cocu et de lui ramener un bâtard qu’il sera obligé d’entretenir des années .

     

    Répondre à ce message

    • Pour info, Aude Mirkovic (juriste, cf ses vidéos youtube) a dit lors d’un débat sur la filiation (concernant la PMA) que si un homme marié est effectivement considéré de facto comme père de l’enfant de son épouse, il peut CEPENDANT demander un test ADN pour confirmer ou contester cette paternité (à faire les 1ères années suivant la naissance de l’enfant).

       
    • 1- C’est FAUX. Un homme peut intenter une action en contestation de paternité s’il pense qu’il n’est pas le père. L’article 332 alinéa 2 du Code civil énonce que « la paternité peut être contestée en rapportant la preuve que le mari ou l’auteur de la reconnaissance n’est pas le père. »

      2- Quel rapport avec le sujet de l’article ? Il y a beaucoup de femmes (hétérosexuelles ou homosexuelles) qui sont contre la généralisation de la PMA pour ne pas priver un enfant de son père.

       
  • On peut compter sur Macron pour introduire la PMA et la GPA. Bref, tout pour faire disparaître les racines des Français et de la France.

     

    Répondre à ce message

  • L’objectif principal est juridique :

    Mettre petit à petit des lois en place pour pouvoir faire des enfants sans père ni mère.

    Quand les utérus artificiels seront au point (quelques années) on pourra faire des enfants sans père ni mère. Cela pose aujourd’hui un problème de filiation : à qui appartiendrait l’enfant qui n’a ni père ni mère génétique ni mère porteuse ?

    À celui qui l’a payé !

    C’est le retour de l’esclave parfait. Ajoutez un soupçon de manipulation génétique et vous pouvez imaginer le pourquoi des lois qui sont en train de passer en mode saucisson, tranche par tranche ...

    On vous l’avait pourtant montré avec la Guerre des clones dans Star Wars !

    Imaginez un peu tout ces petits humains sans filiation, manipulés génétiquement au service de Google, ou d’une IA.

    Mais tout cela doit être LÉGAL. Pourquoi ?

    Pour que les idiots utiles et lâches ne puissent pas contrecarrer ce projet.

    C’est légal ? Alors j’obéis.

    Bien entendu, cela doit être fait tout doucement, comme avec la grenouille dans la casserole sur le feu doux.

     

    Répondre à ce message

    • Le meilleur des mondes d’Huxley en est le meilleur exemple dystopique. Plus(-) de filiation physique et morale donc plus(-) de transmission de valeurs indésirables pour le systeme. Plus(-) de parents veut aussi dire plus(-) d’amour, donc plus(+) d’indivualisme, donc parfait pour un projet eschatologique capitaliste de domination totale de l’humanité. Des cerveaux malades de névroses sexuelles ou d’altérité (interdiction de mariage : les partenaires changent souvent) seront tellement plus simple à manipuler et à faire s’entre tuer que des peuples unis prêts à se battre pour leur famille, leur terre et leur patrie (en tant qu’héritage culturel). Enfin pas grave pour la France qui n’a pas de culture mais je parle au nom de pays comme les USA ou Israël qui ont au moins 100ans d’histoire en jeu quoi..

       
    • @Nadjeul
      La première partie de votre commentaire me semble tout à fait essentielles. C’est dans une famille naturelle que s’apprend et se vit le don gratuit. Impossible de laisser perdurer ça dans l’utopie mondialiste.
      Mais je pense qu’ils n’y arriveront pas. Trop de gens sont au courant...

       
    • Un enfant a forcément père et mère génétiques. Le problème, c’est le trafiquage d’embryons, qui permettrait théoriquement d’avoir deux mères génétiques ou plus, idem pour les pères, mais c’est très compliqué, pourquoi se lancer là-dedans ?
      Par exemple, un embryon de père et mère blancs fusionné avec un embryon de père et mère noirs pourrait produire un métis à quatre ascendances, porté par un utérus artificiel ou une porteuse, animale ou humaine.
      Bof, pour quoi faire... Des fictions ? Le gosse, à supposer qu’il arrive à naître, tomberait malade assez vite et gravement d’ailleurs. La Nature n’aime pas qu’on se mêle de la bouleverser.

       
  • #1983755

    Mgr Aupetit n’est pas catholique
    Y’aurait-il un lien entre lui et Claire (Claire Oh ’P’tit !!)

     

    Répondre à ce message

  • Sauf erreur de ma part, Mgr Aupetit n’était pas au dîner de l’Elysée, mais s’y était fait représenter.

     

    Répondre à ce message

  • "La question de la filiation est essentielle pour l’avenir de notre civilisation".
    Non !
    Ce qui est essentiel, c’est l’amour, l’amour porté aux enfants ; quel que soit le comment ils sont nés et de qui ils sont.

     

    Répondre à ce message

  • Il est vrai que la filiation numérique de l’"Homme Nouveau" c’est tellement plus pratique, matériellement...

    Avec McAron et ses Maîtres talmudo-progressistes le citoyrien se voit infliger une perte vertigineuse de ses droits fondamentaux et de ses acquis sociaux alors qu’inversement proportionnel, le Système accorde l’accès au statut juridique de "personne" aux robots et tous droits (de l’homme MDR !) y afférent...

    Ainsi leur futur "Monde Nouveau" messianiste sera peuplé de transhumanistes et de zombies, contrôlés par des paranoïaques totalement schizophrènes !!

    Mais sus au passé, au fil de l’histoire, aux familles et aux traditions de l’ordre naturel, c’était bon il y a 4,5 milliards d’années...

    L’Homo occidentalis n’est t-il pas une page blanche à remplir dès sa naissance, selon ses élites conceptrices post-modernes et existentialistes ?

    A remplir de quoi ?

    C’est la question que devrait poser Mgr Aupetit au clone élyséen, mandaté par de sombres olibrius psychopathes.

     

    Répondre à ce message