Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Moreau et Plaquevent : historiquement, qu’est-ce que le fascisme ?

Au sommaire de cet entretien entre Xavier Moreau et Pierre-Antoine Plaquevent :

- 00’30 : Ce que le fascisme n’est pas
- 04’20 : Sources philosophiques du fascisme
- 08’50 : Origine socialiste du fascisme
- 12’20 : L’action devant la doctrine
- 13’20 : Idéologie de l’État
- 16’30 : Le fascisme face au colonialisme, au communisme et au nazisme
- 19’55 : Les réalisations du fascisme
- 21’20 : Que reste-t-il du fascisme ?
- 25’00 : Le fascisme en France

 

 

La bande-annonce de Qu’est-ce que le fascisme ? de Maurice Bardèche :

 

Cliquez sur la couverture pour vous procurer le classique
Qu’est-ce que le fascisme ? de Maurice Bardèche :

Moreau et Plaquevent, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le Fascisme a empêché l’Italie de subir une dictature judéo-bolchévique, comme le Nazisme a empêché l’Allemagne de subir le même sort . L’Internationale juive a ameuté tous les peuples du monde pour abattre ces deux régimes patriotes .

     

    • Le bolchévisme a été un grand bienfait pour la Russie, quoi qu’on en dise. Si on compare le sort d’un moujik sous le tsar et sous Staline, « y a pas photo » !
      Certes le régime était piloté par des élites juives qui avaient d’autre intentions beaucoup moins louables, mais ça ne veut pas dire qu’il faut jeter en bloc tout le marxisme et revenir à un régime d’arriérés ! Après tout, le nazisme c’est exactement la même vision raciste, inégalitaire et violente que le sionisme. Germania remplace Israël, c’est tout.

      Tout ce qui « marchait » bien dans le régime nazi, c’était le socialisme. Notamment la politique économique de Hjalmar Schacht qui ressemblait beaucoup à l’économie soviétique (instauration d’un étalon-travail par exemple, ce qui est totalement en accord avec le marxisme). Mais Hitler lui était dans ses délires racialistes et expantionnistes, ce qui a fini par causer sa perte.


    • à catho : procurez vous "Bagatelles" et vous serez édifiés en ce qui concerne la Russie bolchévique, Céline a été en URSS, il a vu et il a compris .


    • L.F. Céline n’était pas nazi, même pas antisémite. Il dénonçait le judaïsme en tant qu’idéologie bourgeoise d’élite mais n’en avait pas particulièrement contre les juifs.


    • @catho
      Vous dites : "Si on compare le sort d’un moujik sous le tsar et sous Staline, « y a pas photo » !"
      Oui euh... Vous oubliez sans doute les terribles famines de l’ère Lénine-Staline (guerre civile, holodomor...) bien pires me semble-t-il que sous l’ère tsariste ; sans parler des millions de koulaks déportés (on dit que les camps tsaristes étaient des lieux de "villégiature" comparés au goulag, mais est-ce vrai ?) ou assassinés...
      De plus, de 1917 à 1947 au moins (après 1947 je sais pas), la condition paysanne n’a me semble t-il guère changé, la modernisation / mécanisation ayant été très faible du fait de la priorité consacrée à l’industrialisation (le niveau de vie se serait surtout amélioré pour les ouvriers des villes), laquelle a en retour fort peu bénéficié à l’agriculture. Mais si des sources éclairent ce que vous dites sur les campagnes, partagez les. Cordialement


    • Le fascisme est nativement d’extrême gauche.

      Il faut rappeler que Mussolini, l’un des responsables du parti Socialiste Italien , fit scission avec l’aile gauche de son parti qu’il considérait trop bourgeois, pour créer les "faisceaux de combat", directement inspirés par les "faisceaux siciliens", mouvement violent d’extrême gauche ayant opéré dans le Sud de l’Italie de 1889 à 1894.

      Donc et quelque part, Mussolini a donc fait scission avec une gauche ayant potentiellement une certaine proximité idéologique compatible avec le judéo-Bolchévisme, ce qui rappelle quelque peu les processus de scissions au sein de la gauche Européenne et Française, post assassinat de Jaurès, ayant conduit à la gauche sociétale antisémite et antiraciste et laissant la thématique de la lutte des classes à Rosa Luxemburg, par exemple.


    • En complément du fascisme étant factuellement et nativement d’extrême gauche (cf un peu plus haut), il convient de poser la thèse comme quoi le proto-FN était nativement communiste en étudiant l’histoire de Georges Guingouin, le libérateur de Limoges, bien avant l’arrivée de Alliés.

      En effet et en 40, la résistance nationale était incarnée par un groupe de résistants dirigé par Georges Guingouin, membre du PC, dit Raoul ou encore "le préfet du maquis".
      Cet homme n’a pas attendu les ordres du parti pour agir, ni la rupture du pacte Germano-soviétique.
      Il a notamment fait détruire des machines agricoles afin d’éviter que les foins des paysans soient expédiés en Allemagne, sans l’accord du parti.
      Cette insubordination sous forme d’autonomie, lui a permis d’obtenir le soutien massif des villageois pendant la guerre, mais lui a valu deux tentatives d’assassinat après guerre et un internement en HP alors qu’il n’était pas fou ni dépressif.
      Il a surtout été radié du PC avant une très tardive réintégration, dans une récupération post mortem ad nauseam.

      Ce qui contredirait l’idée reçue selon laquelle nationalisme et communisme sont antithétiques, un clivage organisé par les forces libérales et mondialistes, les mêmes qui se gardent bien de rappeler que le fascisme est nativement d’extrême gauche.

      Diviser pour mieux régner.


    • Mon bon @Paul, tu apprendras, si tu faisais un minimum de recherches, que les juifs italiens étaient très bien assimilés, qu’ils ont combattus en grand nombre volontairement avec l’Italie en 14-18, car ils étaient pro-interventionniste pour cette boucherie mondiale.
      Ensuite, comment te dire...énormément de juif ont participés au début du fascisme et certains même étaient ministres sous tonton Benito.
      Et pour finir d’achever ta culture surfacière, je dirais que le Biennio Rosso, était une sorte de mouvement des gilets jaunes de l’époque donc apolitique et de tendance autogestionnaire, il fut rejoins par le communisme en effet mais de tendance maximaliste, et non pas Lenino-Troskyste, absolument rien à voir.
      Maintenant s’il te plait, lis et fais des recherches, un minimum quand même !


  • " Le Fascisme c’est trop bon, trop équitable, trop efficace, il faut l’interdire aux goys et le réserver à notre Israël "


  • Mussolini et Hitler ont évité à leurs peuples de subir ce que subissait le peuple russe : l’ignoble tyrannie judéo-bolchévique . Allemands et Italiens devraient leur en être éternellement reconnaissants .

     

  • N’oubliez pas après avoir lu "Qu’est-ce que le fascisme" de lire "Sparte et les sudistes" de Bardèche, je pense que c’est surtout là qu’on peut trouver la pensée de Bardèche.

    J’ignore si Moreau l’a lu, mais la pensée de Bardèche n’est pas réductible au court extrait qu’il mentionne.


  • Quelqu’un pourrait-il m’expliquer le lien entre le catholicisme et le fascisme, s’il vous plaît ? Il me semble que le christianisme est vraiment à l’opposé du fascisme, et plus proche du socialisme, quand je lis les Evangiles.

     

    • Le christianisme est tout sauf du déterminisme ! La liberté de l’homme est fondamentale.
      Le christianisme est tout sauf du matérialisme. L avoir ou l’économique ne sont pas des fondamentaux.
      Bref tout ça pour vous dire que ça n’a rien à voir.


    • #2323851

      Le christianisme pour les nuls
      Non j’déconne mais lis petite somme politique de Saint Thomas d’Aquin l’ami


    • Pour expliquer extrêmement vite, le vieux capitalisme italien, qui en est encore à un capitalisme archaïque, est apeuré de voir les insurrections communiste (de pensée maximaliste, rien à voir avec les bolchevick russe, d’influence Lenino-Troskyste, comme certains commentaires incultes peuvent le laisser penser) dans les usines durant le Biennio Rosso.
      De l’autre côté il y a une frange de la population italienne, avec une majorité d’ancien combattant, qui se sentent ignoré voir même méprisé que tout leur efforts de guerre ne soit pas reconnu, notamment dans les restitutions de régions italophiles en Albanie et sur les côtes Croate.

      Ce bazard politique (lire Tasca, Bordiga et McGregor Hastie) emmène la bourgeoisie du nord à s’unir avec comme arme anti-révolutionnaire les squadristes qui donneront les fascistes plus tard avec Mussolini.
      Mussolini financé par le capitalisme du nord les remerciera, à contre coeur, entre autres, aves les accords de Latran en 1929.Donc Il n’y a aucun lien direct avec l’église avant les accord de Latran, Mussolini est même un anti-clérical carabiné (lire certains de ces écrits).


  • La politique c’est une question d’économie d’abord. Pour moi la question centrale c’est celle de la justice sociale et de la répartition du travail et des richesses. Ensuite, savoir si on veut un roi, un Duce, un empereur, etc. ce sont des questions secondaires.
    On n’a pas vu de Gilets jaunes manifester pour le fascisme, du moins pas chez les « vrais » Gilets Jaunes, ceux de la première heure.


  • Sur le même sujet, vous avez aussi l’excellent Frédéric Le Moal : https://www.youtube.com/watch?v=Ime...

     

  • #2323616

    Une remarque sur la forme :

    - L’élocution de M. Plaquevent s’est considérablement améliorée.


  • Je pense que pour l’immigration, vous faites une énorme confusion. Elle n’a rien à voir avec la colonisation. Ils viennent parce qu’on est riche. Dans les années 50 et 60, il y avait une forte croissance en France, pas de chômage et tout le monde était pour l’immigration : le patronat contenait les salaires et réduisait le coût de ses investissements et le FDS pouvait monter en grade. L’Italie était un pays pauvre à cette époque (comme l’Espagne et le Portugal). Les italiens émigraient donc et les extra européens (comme les espagnols et les portugais) ne cherchaient pas à immigrer en Italie. Le fait que l’Italie n’avait pas de colonie n’a rien à voir à l’affaire, la Suisse n’en avait pas eu non plus, mais était pourtant une terre d’immigration. A contrario, bien que le Portugal ait des colonies, il ne connaissait pas d’immigration.


  • #2323689

    Bénito ça quand même plus de gueule que Hollandouile, quitte à être en république c’est la version que je préfère avec du poil autour.
    Putain je bande.


  • Lecture indispensable sur le sujet :

    Sociologie de la Révolution de Jules Monnerot chez Fayard.

    Etude comparée des révolutions Françaises et Bolcheviques et des "contre-révolutions" fasciste et nationale-socialiste
    notamment la sixième partie " Sociologie des Fascismes" page 489 à 665


  • Xavier Moreau et Pierre-Antoine Plaquevent font un travail de grande qualité. Merci à eux.
    Bardèche ne fait pas du fascisme une esthétique, un style, mais une praxis.


  • Ce n’est pas le langage, celui des humains, des singes, ou encore des oiseaux, qui est fasciste, c’est l’écriture, la mémoire externalisée, concentrée et dirigée, essence même de l’artificialité via la loi, la science, la finance et la religion.

    Bref, ce n’est pas pour rien si la mémoire et l’adn sont naturellement sanctuarisés. inviolables.


  • A lire, le livre de Tasca sur les débuts du fascisme et on relativisera sur la "légende" du fascisme héroïque, honorable et vierge de tout rapport avec le capitalisme.


Commentaires suivants