Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Musiques en liberté #1 – De l’influence du classique dans le rock, la musique de film et la variétoche

Présentée par Stéphane Blet, Musiques en liberté est une nouvelle émission d’ERFM !

 

La présentation de ce premier épisode :

Pour ce premier numéro de Musiques en liberté, Stéphane Blet vous invite à découvrir les influences cachées d’œuvres classiques sur certains des plus grands succès populaires de ces quarante dernières années.

 

Au sommaire :

- Introduction
- 03’28 : Mars
- 10’50 : Jupiter
- 20’11 : Kashmir
- 31’47 : Totentanz
- 49’39 : Ragtime
- 53’18 : Piccadilly
- 56’16 : Toccata
- 01h04’26 : Mr Crowley
- 01h10’41 : Initial BB
- 01h16’09 : Symph.n9

 

Écouter l’émission :

Soutenez E&R avec odysee.com

 

Pour écouter et télécharger l’émission en podcast,
rendez-vous sur le site d’ERFM !

 

Retrouvez Stéphane Blet chez Kontre Kulture Musique !

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Un grand merci à Stéphane Blet de nous faire part de son érudition.

    Se (re)faire une culture solide, c’est un sport qui demande beaucoup d’entraînement.

    Donc, merci coach !


  • Très intéressant !!

    Il est à noter également que la chanson "Black Sabbath" est inspirée de "Mars" de Holst (le triton). Le bassiste Geezer Butler est un fan du compositeur.
    En revanche, je ne vois pas encore bien le parallèle entre Zeppelin et Liszt.
    Plusieurs écoutes s’avèrent nécessaires.

    Merci Stéphane !

     

    • #2558534

      Je sens que je vais adorer !

      Sur le deuxième King Crimson, il y a un titre "Devil’s Triangle (?) qui est carrément une resucée de Holst.
      On va pas citer ELP avec "The Barbarian" pour l’Allegro Barbaro.
      Plus intéressant, le riff du maître Ritchie Blackmore sur "Hard lovin’ Man" (DEEP PURPLE IN ROCK) est directement piqué à Rossini et à l’ouverture de Guillaume Tell. Hallucinant de voir que ce "galloping riff" est devenu un archétype de la rythmique métal.
      En tous cas, bravo Stéphane Blet pour le concept de l’émission ; ouais, là je sens que ça va me plaire.


  • Merci pour ces moments Classique, genre au dessus de tous genres, source de toutes les émotions et inspirations.


  • Merci M.Blet, excellente sélection !

     

  • Excellente initiative Stéphane.
    Toujours un plaisir de vous écouter ; que ce soit la musique ou l’actu ...


  • Merci cher Stéphane pour cette superbe émission .... et une de plus sur ERFM !!
    Comme je pense que vous allez lire les commentaires, de mon point de vue, n’hésitez pas à disgresser, expliquer avec, bien sûr, quelques pointes d’humour entre les plages musicales.
    Pour l’exemple je dirais que, comme dans une visite guidée, je trouve que parfois le plus passionnant est le commentaire du guide plutôt que l’oeuvre en elle même.
    Mais c’est plus vrai pour les objets que pour la musique.
    Ceci afin de nous permettre de comprendre l’âme d’une oeuvre, son histoire, sa profondeur, son humanité.....
    J’en profite pour vous remercier pour le courage de votre engagement
    Didier


  • dans Jupiter de Holst y a pas mal de Joe Hisaishi (grand pompeur également notemment de Ravel dans ponyo mais aussi de Steve Reich)
    Dans le pompage éhonté, il y a aussi Hans Zimmer qui a dévalisé Glass (koyaanisqatsi) dans interstellar... enfin bref, la musique de film pompe pas mal...


  • Une Blethore de découvertes offerte par Stéphanuk
    Le Piccadilly d’Erik Satie est vraiment étonnant tellement cela ressemble au Ragtime


  • Merci Monsieur Blet. Vous passez très bien à l’antenne. N’hésitez pas à développer la partie texte, c’est passionnant. Un bémol ? (héhé un bécarre seulement), refusez systématiquement l’utilisation de mots d’usage un peu relâché, oui je sais tout le monde trempe dedans, mais à l’oreille, dans les médias... C’est le vocabulaire des antifas, de l’"ami du Peuple", du tutoyement, de 68, de toutes les déconstructions gauchistes, de Cohn-Bendit.
    Je sais, Céline etc....Dranem
    On vous écoute, encore un immense merci !


  • Bravo !!!
    Vous élevez le niveau .

    Que les microniens sourds ignares de tout poil ne vous censurent ...

    Dans l’attente des prochaines " musiques en Liberté " .

    Grand Merci !


  • Merci pour cette initiative qui va dans le sens de la culture pour tous. Nous n’avons pas tous eu la chance de recevoir une éducation musicale, celle émission est un bon complément aux lectures de Kontre Kulture.
    Merci pour cette passionnante émission.


  • Rien d’original de noter l’influence de la musique classique dans la musique de film, la plupart des premiers compositeurs hollywoodiens sont à la base des européens, bien souvent issu de la communauté de lumière, issus du monde classique. Quelques exemples parmis d’autre Erich Wolfgang Korngold, Max Steiner, Frank Waxman.
    James Horner, grand compositeur de BO, est un "champion" de "l’emprunt".

     

    • la musique de film est un sous-genre du classique, en beaucoup moins bien. C’est du hamburger par rapport à de la haute-cuisine. Les partitions de film de Korngold ne valent pas une mesure de Wagner ou Bruckner. Les musiques de film de Prokofiev ne valent pas un kopek par rapport à ses oeuvres de concert. La musique de film ce fut la fin et la honte du classique... comme par hasard à Hollywood, terre de toutes les prostitutions.

      La technique d’écriture, de leitmotiv, de progression dramatique, de la musique de film est entièrement tirée de Wagner (en beaucoup plus démagogique et moins inspiré, bien-sûr). C’est Wagner et Bruckner qui ont entièrement "fait" Hollywood et sa musique. Quand au cinéma lui-même, il doit largement son esthétique jusque dans les années 1960 au mouvement réaliste et vériste à l’opéra à la fin du XIXème siècle.


    • @Paul

      Vous y aller fort sur Prokofiev.
      Allez, un petit contre-exemple avec cet extrait de la musique du film ‘Alexander Nevsky’ (par Prokofiev, donc) :

      https://m.youtube.com/watch?v=exAAR...


    • @ justicier : vous prenez un exemple rarissime. Il doit s’en trouver quelques autres. Mais, même, il faut vérifier. Car Prokofiev a tiré une cantate de concert à partir de sa musique de film. Et il n’est pas le premier ni dernier compositeur à faire cela. Ce qui montre que lui-même fait une hiérarchie très claire entre ses compositions pour le cinéma et ses compositions pour le concert.

      Il faut donc vérifier. Le Alexandre Nevksy joué au concert n’est pas le Alexandre Nevksy du cinéma. Et si on écoute la Bataille de Glace sans les images, c’est une musique subitement très fade. C’est pareil pour Ivan le Terrible (film magnifique également), mais dont la musique n’existe pas de manière autonome au film. Sauf à en refaire une oeuvre symphonique "à la hauteur" du répertoire de concert. Et de cela, les compositeurs en sont les premiers conscients. (C’est un peu comme si un grand écrivain tirait un grand roman à partir d’un film, une sorte d’adaptation à l’envers).

      Je trouve que les nationalistes devraient se refaire une culture musicale classique digne... Et ce serait super qu’E&R lance cette initiative. Nos anciens grands patriotes français écoutaient Wagner et Massenet à l’opéra, Beethoven et Franck au concert. C’est aussi important que de connaitre les classiques de la philosophie, de l’histoire, de l’économie ou de la politique.

      Mais ceci-dit, merci pour ce magnifique partage musical, qui prenait courtoisement mon contre-pied ;)


  • Excellente pédagogie !
    Merci
    Vraiment merci


  • Une émission que j’aurai pu faire si j’avais continué de faire de la radio...sans regrets Mr blet y a pensé et l’a fait, c’était un plaisir de l’écouter, ça éduque, ça ouvre les yeux, et ça détend ! Bravo pour ce travail de recherche et merci pour m’avoir replongé dans cet univers que j’ai laissé derrière moi ça fait bien longtemps.


  • En 1969, Jon Lord de Deep Purple a essayé de réunir les mondes du rock et du classique avec son "CONCERTO FOR GROUP AND ORCHESTRA". Il était un grand amateur de Mahler.
    Jetez-y une oreille distraite à l’occasion. Je ne connais pas assez le classique pour savoir si Lord a beaucoup pompé pour pondre cette oeuvre, mais j’aurais beaucoup aimé avoir votre avis sur la question, M. Blet. Merci !

     

  • Merveilleuse émission de Stephane Blet.


  • Bravo Maestro Blet !
    Ce « Mars » de Holst a aussi enfanté le genial « Friends » de Led Zeppelin III.
    Belle découverte ! Merci à vous.


  • je suis désolé car je vais pas être très gentil. Je suis impressionné de l’inculture musicale des milieux nationalistes (en dehors des tradis, et encore). Le rock, le jazz, c’est de la pop-culture créée par l’Amérique. Se priver de Bach, Fauré, Rameau, Haydn, Wagner, Massenet, Verdi, Scarlatti, Bruckner, Berlioz, Tchaikovsky, (etc.) c’est comme se priver de Dostoïevski, Homère ou Marx... et ensuite prétendre faire de la littérature et de la politique. Sérieux... Avec la peinture classique, ce sont les fleurons de l’Europe !!! Et c’est en plus une spécificité européenne ! On est le phare de la musique universelle. Faut se réveiller ! Je me demande par exemple comment des amateurs de Soral peuvent ignorer (et étudier personnellement) le "Parsifal" de Wagner, ou la Tétralogie ! Mince ! Alors j’espère que Monsieur Blet va contribuer à combler ce retard. Force à lui ! Et merci à E&R de lui donner la parole !

    Pour info, toute la musique actuelle vient du classique occidental, à part deux ou trois trucs de musique du monde authentiquement étrangers. L’harmonie, les rythmes, la conception de la mélodie accompagnée, etc. Toute la langue musicale des musiques du 20ème siècle découle du classique occidental. A commencer par le jazz, qui est un sous-genre européen (rythmes, harmonie, timbres, formations, instruments, formules... il n’y a pas une trace d’africanité dans ce genre). Tout est tiré du classique et du folklore européen. Les accords étaient inventés par les classique, de façon beaucoup plus aboutie des décennies avant. Le jazz a proposé une version "ikéa" exportable, avec une propagande (déjà !) droit-de-l’hommiste. "Le jazz est le meilleurs ambassadeur de l’Amérique" disait Eisenhower... et l’Amérique impériale fut le meilleur ambassadeur du jazz... J’espère que mon message passera. Amicalement. Paul

     

    • Miles Davis disait qu’il entendait au son d’un musicien s’il était blanc ou noir. Moi aussi je le peux, dans une moindre mesure, et cela n’a rien d’incroyable car l’influence de la musique africaine est peut être trop subtile à vos oreilles. L’Afrique est un continent qui n’a attendu personne pour en faire, cela semble évident.
      On dit que la musique indienne regroupe beaucoup plus de modes que la musique occidentale. Mais ça n’y ressemble pas. Tout est dans la façon de jouer cette musique, qui, elle, existe de par le monde. Les noirs ont joué ce qu’ils ont joué et crois moi que par moments ça vaut bien du classique ! (du rock au rap, je le passerai de commentaire). Amicalement, Jean


    • Je suis désolé mais je pense que vous n’en connaissez pas plus en Jazz qu’en physique quantique pour une raison très simple, vous n’en jouez pas. J’aimerais rappeler une chose ici, le Jazz est une musique qui certes peut être apprécié par les néophytes( j’entends par là toutes personnes sans initiations musicales harmoniques ou rythmiques) mais pour être honnête il faut être musicien pour comprendre réellement le sens profond de ce médium d’expression unique que représente le Jazz. Un des sujets principaux de cette esthétique est l’improvisation et j’entends par là la capacité à improviser un schéma musical et rythmique qui en d’autres contextes requiert un temps certain pour être composé, dit de manière plus directe et raccourcie les jazzmens(les bons) improvisent en quelques secondes ce que certains compositeurs classique mettent plusieurs jours voir semaines(voir mois ou années) à composer...(sans même parler de l’extrême maitrise et inventivité technique instrumentale qui à mon avis représente un patrimoine culturel immatériel mondial) Je suis désolé mais les premiers à l’avoir fait (et pendant plus d’un demi siècle) étaient des afro-américains (des noirs nés au états unis d’origine africaine) et cher ami renseignez vous sérieusement, l’origine esthétique de ce courant musical est un métissage sonore qui certes pour beaucoup est d’origine européenne(l’harmonie, les instruments et la notation musicale) mais aussi un croisement entre différentes sensibilités rythmiques ouest africaines et amérindiennes et ce métissage est en partie français de par l’origine créole française d’une partie des afro descendant de la Nouvelle Orléans. Je ne nie en aucuns cas les découvertes incroyables des compositeurs classique européens mais il s’est passé quelque chose depuis de l’autre côté de l’atlantique et certes c’était pendant le vingtième siècle au états unis donc les européens en ont bouffé de force à partir de 1945 comme les capotes et le rouge à lèvres mais ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain s’il vous plaît.


    • s’attaquer au jazz, c’est brûler un totem... j’adore les arguments du genre "c’est trop subtil pour vos oreilles"...ou, "les compositeurs classiques, ces larves blanches incompétentes aux oreilles inertes, qui mettent des années à ramper de leur médiocrité derrière le génie du jazz"... ou, "vous ne niez pas certaines que beautés aient pu exister dans la musique classique européenne"... je sais pas si vous entendez vos arguments !

      Et Miles Davis, le Danielle Obono de la musique, qui reconnait les yeux fermés si un musicien est noir ou blanc... ça me rappelle les heures les plus sombres ;) ... Avec cette phrase, il montre surtout l’étendue de sa prétention et de son inculture, et son racisme sous-jacent. Qu’il commence par nous jouer quelques concertos classiques pour trompette, et quelques parties d’orchestre, histoire qu’on entende ce qu’il a dans le pantalon.

      Et puis le coup traditionnel des modes indiens (dont 95% ne sont jamais utilisés). Ce n’est que la totalité du nombre de gammes par le nombre de tons. C’est aussi abstrait que de dire : ah vous vous rendez compte, Haydn a composé 106 symphonies et Mozart seulement 41... Paye ton argument. Je vous parle d’art. On peut avoir 650 000 gammes et être une brèle.

      Le niveau concret d’un "génie" du jazz correspond à un niveau d’élève de conservatoire en classique... à la limite de professionnel de troisième ou quatrième rang.

      Ca me fait toujours rire d’entendre des gens qui s’épargnent 500 ans de musique classique venir vous donner des leçons. Figurez vous que la musique classique a continué au 20ème siècle, même si elle n’est pas relayée par les médias sionistes (contrairement au jazz et rap). Et je vous conseille d’écouter un peu de musique contemporaine avant d’afficher de tels jugements.


  • Excellente émission. Je me suis régalé à tel point que j’ai déjà téléchargé certaines musiques. Immense merci à Stéphane Blet et vivement la suite.


  • Grand connaisseur et d’excellents goûts musicaux le Stephane Blet.


  • Un grand merci à Stéphane Blet de nous partager un peu de sa culture et de son érudition .

    À ceux qui ont apprécié ce ragtime inattendu pour un compositeur français du tout début du 20ème siècle, ayez la curiosité d’écouter la dernière sonate pour piano de Beethoven. Il contient un passage qui dans certaines interprétations fait plus qu’évoquer le ragtime. Sauf que là on est pas en 1904 mais carrément en 1822. C’est stupéfiant. Difficile de croire au hasard... Si quelqu’un a des théories intéressantes à énoncer là-dessus, qu’il se lache en commentaire. Je serai ravi de le lire.

     

    • oui, vous avez parfaitement raison ! en déchiffrant ces mesures (dans le deuxième mouvement), je suis resté littéralement sur mon cul. A l’époque, je ne savais rien du ragtime, j’avais bêtement pensé que ces mesures étaient à la source du jazz. aujourd’hui, j’ai appris que c’était précisément le ragtime.


  • Un grand merci Stéphane Blet et la dream team ER, cette émission et un océan de jouissance pour les oreilles les mots me manque pour décrire mon ressenti vite vite la suite :D . Une question pour vous Stéphane que pensez-vous du fait de nommer votre ancienne secte les hypocrites-maçonnique ?


  • Remerciements pour cette heure divertissante et agréable passée en votre compagnie. Bon vent et j’attends avec impatience le second volet de la série !


  • C’est vraiment une initiative très attrayante, alors bravo !
    Même si je m’attendais à plus d’analyses musicales de la part de M.Blet, mais il semble s’effacer respectueusement devant la musique, et il peut largement en parler même si c’est mieux d’écouter.
    C’est juste un avis, mais je pense qu’une analyse (il a la légitimité pour la faire) pourrait aider des musiciens en herbe.
    Par exemple sur Kashmir, le fait de faire tourner la guitare sur trois temps quand la batterie joue sur quatre, ça crée un déséquilibre par moment que j’ai mis du temps à comprendre.
    En tout cas, merci pour votre travail, j’attends le prochain épisode avec impatience.
    Force et Honneur.


  • Superbe emission mais, et avec tout le respect que j’ai pour Stephane Blet, presenter Led Zeppelin comme le groupe qui a créer quelque chose qui n’existait pas avant, en insistant sur le fait qu’il ne s’agisse pas de plagiat, c’est faire injure a ceux que Led Zeppelin, et plus précisément Jimmy Page, ont copiés.
    Je pense a "Blackwater Side" de Bert Jansch, a "Babe I’m gonna leave you" de Anne Brendon (interpretée par Joan Baez) main surtout "Dazed and Confused" de James Holmes.


  • Mince ! un mois d’attente avant la prochaine émission après cette mise en bouche qui m’a ouvert l’appétit, nettoyé le cerveau, décrassé les coronaires, décalaminé l’émotion polluée, obstruée par la vie actuelle ! Merci Mr BLET pour cette aube ouverte au ciel gris de ce monde déjanté. J’attends la suite avec impatience et gourmandise. Un grand merci à vous.


  • le générique de l’émission, je crois que c’est du Scriabin


  • Merci Stéphane, pour cette belle émission et pour tes choix d’interprétation.
    Vivement la suite !


  • Bonjour Mr Blet,

    Merci pour ce thème passionnant.
    J’aimerais savoir une chose : je dis toujours que le "a whiter shade of pale" de Procol Harum est directement tiré de "l’air sur la corde de sol" de Bach, et certains musiciens me disent que non, qu’en pensez vous ? Merci.

    A tous les autres posteurs ci dessus :

    Je vois que beaucoup injurient les natios, censés être ignorants de la musique classique, et s’ensuit des tirades de noms mêlant Wagner, Bruckner, Bach etc etc , comme si tout ce beau monde se valait.
    Or, messieurs, vous montrez par là votre bêtise et votre ignorance de la musique, que vous n approchez qu’en termes de "connaissance culturelle" et autres exercices d’ intellectualisations, de frime sociale, et de mémoire, comme si cela était utile. (alors que cette frime est la decadence meme !).
    La Réalité, avec un grand R, et vous le sauriez si vous aviez une reelle sensibilité musicale, est que la musique a été passée à tabac, tout a été foutu en l’air, detruit, et Wagner, Massenet, Franck, bruckner, jazz, etc etc, c’est du disco, c’est du Sheila à côté de JS Bach, qui n’a pas à être introduit dans une liste d’autres compositeurs, comme s’il etait seulement de leur niveau.

    Le seul qui peut trôner à côté de JS Bach, c’est Mozart, grâce au Requiem et à la messe en Ut.
    Aucun autre art, ni poésie, ni littérature, ni peinture, ni sculpture, ni cinéma, ni architecture, ni rien du tout, n’a été à ce point déclassé, ridiculisé, pulvérisé, détruit, par l’Inspiration Divine d’un seul homme, comme l’a été la musique par le fait de JS Bach.
    Alors, ce n’est pas la peine de chercher à impressionner autrui avec vos "cultures" car Homère, tous vos musiciens, tous vos Dostoievski, Wagner and co, Platon, sont des petits bébés avec tototte à la bouche à côté de "papa", comme l’appelait Beethoven. (wagner le disait aussi).
    Une seule goutte de JS Bach, comme disait Rostropovitch, et il n’y a plus rien, ce monde et autres artistes sont totalement effacés, la musique elle même s’éteint, et on s’en va, comme cette eau courante, vers Dieu...

    J’ai voulu apprendre le violon quand j etais jeune, car j’avais écouté Beethoven, Vivaldi, Mozart et tant d’autres.
    Puis par accident, j’ai écouté la Chaconne de Bach. J’ai éteint la chaine hi fi, n’ai pas pu apprendre quoi que ce soit, traumatisé, je pleurais, plus besoin de musique, de rien, elle etait partout. Là encore, je pleure. Car il n y a rien ici : "mon royaume n est pas de ce monde", dixit Jésus et JS Bach....

     

    • Bonjour,
      D’abord merci pour la qualité de vos commentaires. A ceux qui y auront été sensibles ainsi qu’aux autres curieux, je recommande la lecture du Naufragé de Thomas Bernhard. Sincèrement.


    • Ahhhh la pensée unique... Comparé le Jazz à Sheila, quelle manque de culture et de fermeture d’esprit. Je préfère Miles Davis et Jimi Hendrix à "votre" Bach... Suis-je un "sous homme" ? Que vous ne puissiez pas jouer du violon et que vous soyez écoeuré de la musique à cause de Bach c’est votre problème... mais de là, à dire toutes ces âneries, il y a des limites.
      La musique c’est quelque chose de personnel, et vous n’allez pas me déporter parce que je ne pense pas comme vous. Chacun écoute la musique qui lui "parle".
      Et citer Homère et Dostojevski, je ne vois pas trop le rapport... D’ailleurs votre tirade "c’est moi qui sait le mieux et tout est de la merde sauf ce que je dis" me fais penser aux rappeur dans les cours de récrés.
      En ce qui concerne Sheila et la disco, que je n’écoute jamais et je m’en tape autant que de votre "Bach", si ça apporte du bonheur à celui qui écoute, pourquoi pas ? Je suis ouvert et tolérant à tout, sauf à ceux qui se prennent pour des "demi dieu", qui "affirme" et qui manque cruellement d’humilité.


  • Merci Stephane Blet pour ces quelques classique qui sont la base de la Musique Mondiale. Les vrais Génies étaient en Europe." Les différentes musiques populaires sont généralement liées de près ou de loin à un pan du répertoire classique, même si ces influences sont très rarement revendiquées. La musique classique est conçue pour résister à l’épreuve du temps à travers des générations d’interprètes et d’analystes ."Toccata and Fugue in D Minor " " Tomaso Albinoni - Adagio " " Vivaldi - 4 Saisons " " Wagner -Ride of the Valkyries " "Schubert - Serenade " "tchaikovsky - le lac des cygnes " "Mozart - La marche Turque par Mozart " " Rossini -William Tell Overture " ect.....


  • Géniale, cette idée d’émission !!! bravo bravo !!


  • Pour Holst, je crois que Diamond Head s’était bien inspiré de "mars" pour "am I evil" (repris par la suite par Metallica). Malmsteen au prochain épisode ?


  • aujourd’hui, le seul style de musique attaqué par le système est la musique classique, considérée comme "suprémaciste blanche" par l’extrême-gauche américaine... je pense que c’est un indice suffisant... j’espère qu’E&R va développer une intense politique de résistance musicale et culturelle. Bien à vous, et merci !


  • Sont indécrottables ces classicoss, tout seuls sur leur bout de banquise fondue à 99% sous le soleil des rythmes du sud et toujours à se faire le même mytho que c’est le nuage bas et gris au-dessus de leur têtes qui arrose les îles verdoyantes qu’ils aperçoivent au sud !

    La vérité c’est que la musique c’est 1) rythme 2) mélodie 3) harmonie et que le classique se definit strictement comme etant la musique qui n’a pas de rythme : si vous demandez à Ringo Starr de battre, il ne pourra le faire sur aucun morceau de classique (oui même le bolero, il est régulier mais sa pulsation est imbattable car vers 20, ce qu’on entend c’est un motif décoratif à la caisse claire, ça n’est absolument pas un beat battable). C’est même extraordinaire d’avoir un critère aussi discriminant en matière humaine et ça vient du fait que les premiers compositeurs de classique avaient la musique d’église au dessus d’eux, qui n’a pas de rythme car la danse évidemment c’est sale, c’est impur...

    Dépourvue de colonne vertébrale pulsative, les morceaux de classique partent dans tous les sens ce qui les rend insupportables à écouter. Certains sont arrivés à construire des morceaux sans rythme qui se tiennent, pour différentes raisons liées à chaque morceau, mais c’est rarissime : les morceaux de Grieg, la Toccata, l’ouverture de Lohengrin...

    Le choix de faire de la vraie musique, complète, est un choix radical, de rupture, ah mieux, de disruption :D, qui fait que la vraie musique ne doit rien au classique, à part parfois un coup d’œil rapide sur l’harmonie et jamais sur la mélodie car en plus d’être totalement dépourvus de rythme l’immense majorité des morceaux de classique ont des mélodies sans queue ni tête et absolument insignifiantes.

    C’est bon vous pouvez vous lâcher :D

     

    • La question qui se pose évidemment c’est comment les gens peuvent-ils écouter une musique infirme ? (pour être précis, c’est pas exactement l’absence de rythme l’infirmité , c’est l’absence de cohérence interne. Perso je considère que l’ouverture de Lohengrin est le meilleur morceau jamais écrit... mais si par malheur on essaie d’écouter le reste de l’opéra on comprend que c’est manifestement dû au hasard :D)

      Là faut revenir aux fondamentaux : l’Homme est le support de la pensée, il n’y a que des idées dans la tête des gens, la pensée étant simplement la forme méta de la singerie, la singerie de la singerie de l’autre. Mais c’est surtout un animal de troupeau, de meute : les idées étant on ne peut plus évanescentes, c’est le hiérarchique qui lui donne la meilleure sensation de réalité, loin devant le sexuel : l’Homme est un un singe-chien, il veut soumettre sa pensée à du Supérieur et c’est exactement à ce besoin là que répond la musique classique. Satisfaire ce besoin là efface tout autre type de réalité, en particulier toute infirmité structurelle. Plein de posts ci-dessus suintent le Supérieur à chaque ligne (ce n’est pas le cas de Stéphane Blet je dois dire, il a l’air d’un gars très cool)

      Une autre question intéressante est : comment fait on pour créer des morceaux en l’absence de structure interne, qu’est-ce qui guide ? Par écriture. La musique classique est la musique faite pour être écrite, pas pour être écoutée.

      allez, on se remet avec un morceau sublime ouvert justement par une intro arythmique : https://www.youtube.com/watch?v=cor...


  • Sensibilité, humour, on est loin du faux sérieux de France Musique… La dernière fois que j’ai écouté une analyse aussi intéressante sur l’évolution de la musique, c’était en voyant La Note fausse de Dominique Pagani. Merci donc pour cette émission. Il va, hélas, falloir attendre un mois pour la prochaine.


Commentaires suivants