Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Naissance de la Patrie

L’Eglise fête cette première semaine de Janvier , Geneviève la sainte patronne de Paris.

Sa foi et son courage en 451 permit de maintenir à l’age de 28 ans la cohésion des parisiens face à Attila et ses hordes de Huns. En 465, elle s’opposera à Childéric Ier qui met le siège, en parvenant à ravitailler plusieurs fois la ville, en forçant le blocus. Ce n’est qu’en 486 que Clovis s’emparera de Lutèce et lui redonnera son ancien nom en 508 « Parisii » : Paris , et son titre de capitale.

Geneviève est à cheval sur deux époques sa résistance appartient encore à l’ère gallo romaine. Elle est l’exemple de ce qu’est le patriotisme en politique.

Originaire de Nanterre, sa vie consacrée à la prière ne l’a pas empêchée de participer à la gestion de la vie municipale dans ce qui était à l’origine du Conseil de Paris. Face à la menace d’Attila qui approchait, Geneviève dut faire face à la panique des élus municipaux et des notables qui ne pensaient qu’à fuir, sa foi et sa force de caractère sauvegardèrent l’unité.

Elle mourut à l’âge de 89 ans ! Un an après la mort de Clovis. Celui-ci exigera que ses restes puissent reposer prés de Geneviève, ce qui est assez inouï pour un chef franc, demander d’être enterré prés d’une femme ! Geneviève fut pour Clovis et Clothilde, la référence vivante. Si Clovis inaugura l’histoire institutionnelle de la France, Geneviève en est l’âme inspiratrice, l’initiatrice de la conscience patriotique.

La dévotion populaire ne s’est pas trompée en entretenant un culte près de ses reliques ainsi qu’à l’église de Nanterre, cette mémoire est confirmée par les déplacements aussi bien de Louis IX que de Louis XIII. C’est ainsi que s édifie peu à peu le sentiment d’unité nationale.

Non point une idée abstraite mais la réaction vitale face à un ennemi.

C’est parce qu’il y a menace extérieure que la nécessité d’une solidarité naît pour transcender les intérêts particuliers. C’est incorrect de dire que les Huns menaçaient la patrie, mais c’est leur danger qui permit la naissance du sentiment patriotique.

Il faut d’abord un ennemi clairement identifié par un peuple pour qu’ensuite naisse le sentiment patriotique, non il n’est pas inscrit dans les gènes d’une race, mais le fruit progressif d’une prise de conscience collective. Elle fut amorcée par une femme pieuse, citoyenne issue d’une culture gallo-romaine qui dut se battre contre des notables, prêts aux pires bassesses. Son plus pesant combat fut de convaincre les notables. L’obstacle à l’unité face au danger barbare vint d’eux, amorce de la classe bourgeoise des possédants.

Il n’y a pas lieu d’être nationaliste par nostalgie mais de défendre notre Bien Commun. C’est soit une myopie, un aveuglement historique de doux rêveurs ou plus grave une collaboration indigne que de seriner que la notion de patrie est caduque.

C’est l’existence première de l’ennemi qui nécessite par réaction le sentiment patriotique. L’Eglise de Vatican II serait bien avisée de méditer la foi de cette sainte. Beaucoup de chrétiens ne comprennent plus que le message évangélique n’interdit pas le courage de se battre, de risquer sa vie contre un ennemi. Et surtout de nommer l’ennemi, à les entendre il n’y aurait plus d’ennemi. L’Evangile ne nie pas la réalité de l’ennemi mais dit de l’aimer. Mais de quel genre d’ennemi parle-t-on ?

Il faut rendre sur ce point hommage à Carl Schmidt qui a montré l’importance du clivage ami-ennemi en politique. Ainsi, l’Eglise pendant des siècles connaissait son latin et son grec, langue qui rédigea les évangiles. L’ennemi n’est pas l’adversaire privé, pour qui on a de l’antipathie.

Les passages bien connu dans l’Evangile : « Aimez vos ennemis » se dit « diligete inimicos vestros » du grec « echthros », ici, il n’est pas fait allusion à l’ennemi politique, sinon nous aurions « diligete hostes vestros » renvoyant à « polemos » en grec.

Les grecs et les latins avaient deux mots courants qui renvoyaient ainsi à des réalités différentes, ce que notre français ne peut rendre compte. Voilà ce qui a fait du guerrier un chevalier chrétien, respectueux de la valeur de l’ennemi.

En combattant l’ennemi je ne le hais pas pour autant. Une personne "hostile" ne m’est pas de fait antipathique, difficile aujourd’hui de l’entendre. C’est cette antipathie qui empoisonne psychiquement l’existence quotidienne que l’Evangile condamne. Aujourd’hui cette nuance essentielle est perdue : ainsi l’OTAN pour justifier une guerre près de l’opinion a besoin de faire haïr l’ennemi en le diabolisant. Nos guerres modernes sont celles des notables, et non des guerriers.

Sous Geneviève, ces notables étaient bien minoritaires. Les chrétiens, ouverts au libéralisme de Vatican II, ne comprennent plus ainsi l’Evangile et préfèrent « dialoguer » avec les instances mondialistes. Ils ne comprennent plus le sens évangélique ni de Geneviève encore moins de Jeanne d’Arc, ni d’un Lyautey. Ils diront avec leurs évêques « cela nous parle moins », expression très ’’tendance’’...

Pourtant en Amérique du Sud, un militaire, Hugo Chavez, ne cesse de supplier la grâce du Christ et de la Sainte Vierge !

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #82915
    le 06/01/2012 par Amilcar
    Naissance de la Patrie

    Bon article .

    Juste une petite erreur : Clovis n’y est pour rien dans la transformation du nom de la ville .

    Le processus s’est initié dès le début du IIIème siècle , dans l’ensemble de la Gaule romaine d’alors . Les noms administratifs donnés aux cités par les romains s’estompèrent progressivement pour ne conserver que le nom du peuple celte qui était à l’origine du peuplement de la région .

    Ainsi Lutetia fini par disparaître derrière Civitas Parisiorum qui devint ce que l’on sait par la suite .

    Autre exemple avec Vannes : Darioritum devint Civitas Venetis , puis Venetis tout court , ensuite Benetis , Vennes pour terminer par Vannes .

     

    • #83487
      le 08/01/2012 par bernard wattez
      Naissance de la Patrie

      bonjour amilcar,
      est ce que Clovis tout en n’ y étant pour rien n’a pas pu confirmer par un geste officiel symbolique le nom du peuple celte ? Cela aurait alors une importance de poids : le Franc Clovis réconciliant celtes gallo romains francs
      ceci dit cen’est pas lavie de Clovis qui m’intéressait ici mon propos étant ailleurs. Merci


    • #83917
      le 09/01/2012 par Amilcar
      Naissance de la Patrie

      Salut .

      Loin de moi l’envie de polémiquer pour le plaisir , mais Clovis à simplement accepter de faire de Paris SA capitale , quelques temps après la défaite de Syagrius durant la bataille de Soissons .

      Après , en ce qui concerne le geste officiel de Clovis , il s’agit à mon sens d’une pure supputation impossible à étayer .

      Cela peut-être une piste intéressante à étudier , ceci dit je pense qu’on charge beaucoup trop la figure de Clovis .

      Il est à mon sens bien plus cohérent de pointer la figure de St Geneviève , ce qui est fait de belle manière dans votre article d’ailleurs . Elle fut la véritable réconciliatrice des différents peuples formant la population de la cité parisienne d’alors , elle-même étant franque par son père et de culture romaine patricienne par sa mère .


  • #82916
    le 06/01/2012 par francky
    Naissance de la Patrie

    Il serait interessant que les internautes lisent l’excellent ouvrage de F B Huygue "Maitres du faire croire" qui explique comment maipulé l’opinion et les foules lors des guerres modernes...


  • #82921
    le 06/01/2012 par derf
    Naissance de la Patrie

    Aujourd’hui le 06/01/2012 c’est aussi le 600ème anniversaire de la naissance de Jeanne d’arc.
    Salutations.


  • #83147
    le 07/01/2012 par Le Lion du désert
    Naissance de la Patrie

    La France était la fille aînée de L’Eglise, Sainte Geneviève par sa pureté et sa piété consacré à dieu est une héroine qui a voué son existence au bien des parisiens, sa réputation s’étendait jusqu’au confins du monde. Ce n’est pas une simple commémoration symbolique , mais la fierté d’une identité commune ne laissons pas Paris aux mains des ennemis. La Châsse de Sainte Geneviève a subi des outrages,les joyaux qui ornaient ont été volés par les ennemis de Dieu qui voulaient effacés toute trace de Foi dans la soçiété catholique française. Charlemagne a donnée à la France la lignée mérovingienne qui a fondé Paris au VIe siècle, en l’honneur du prince Pâris fils du roi Priam de Troie. Charlemagne était le plus grand protecteur de l’ Eglise Sainte, le grand promoteur des sciences et des arts et du commerce est l’un des génies politiques les plus remarquables de tout les temps.

     

    • #83310
      le 07/01/2012 par Monte Cristo
      Naissance de la Patrie

      Charlemagne n’a pas donné à la France la lignée mérovingienne...vous voulez sûrement parler des Carolingiens !
      De plus, ce n’est pas lui qui a donné à la France cette dynastie, il en est plutôt le dernier représentant de qualité.
      Enfin, même si ce fut un bon administrateur, il est resté prisonnier de ses origines, en divisant son Empire entre ses trois fils. De ce point de vue là, Hugues Capet, en promouvant la primogéniture, fut un bien plus fin génie politique.


  • #83345
    le 07/01/2012 par bibi
    Naissance de la Patrie

    Quelque puisse être vos compréhension du texte biblique et dans quelque langues que vous le preniez, il doit correspondre aux actes de celui qui parle .

    Or le "guerrier" Jésus n’as jamais ( JAMAIS ) tuer qui que ce soit, ni par l’épée ni par l’épée de sa bouche qui est sa Parole .

    Quand son disciple a voulu défendre ses intérêts , il a levé l’épée devant celui qui venait le capturer, et ce serviteur a coupé l’oreille du soldat . MAIS Jésus l’as reprit et non seulement il a condamné un tel acte, mais il a mit le comble à son geste en guérissant à l’instant même le soldat .

    De grace Mr E&R, ne mêlez pas Jésus Christ à quelques sanguinolence qui soit . Les actes du Seigneur ne correspondent pas à vos interprétations , elles sont donc fausses .

    Quand un homme vient pour te tuer, n’as tu pas le pouvoir d’appeler une légion d’anges pour le faire fuir ?

    Matthieu 26 :

    50 Jésus lui dit : Mon ami, ce que tu es venu faire, fais-le. Alors ces gens s’avancèrent, mirent la main sur Jésus, et le saisirent. 51 Et voici, un de ceux qui étaient avec Jésus étendit la main, et tira son épée ; il frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui emporta l’oreille. 52 Alors Jésus lui dit : Remets ton épée à sa place ; car tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée. 53 Penses-tu que je ne puisse pas invoquer mon Père, qui me donnerait à l’instant plus de douze légions d’anges ? 54 Comment donc s’accompliraient les Ecritures, d’après lesquelles il doit en être ainsi ? 55 En ce moment, Jésus dit à la foule : Vous êtes venus, comme après un brigand, avec des épées et des bâtons, pour vous emparer de moi. J’étais tous les jours assis parmi vous, enseignant dans le temple, et vous ne m’avez pas saisi. 56 Mais tout cela est arrivé afin que les écrits des prophètes fussent accomplis. Alors tous les disciples l’abandonnèrent, et prirent la fuite.

    Quand le Fils de l’homme viendra sur la terre , trouvera t il la FOI ?

    La foi se perd et la vie de prière aussi .

    Il parait qu’une reine d’Angleterre avait plus peur d’un chrétien à genoux que d’une armée entière . Et nous ? Resterons nous à genoux et combattrons nous Satan avec nos genoux ?

     

    • #83475
      le 08/01/2012 par V
      Naissance de la Patrie

      Les ricains ont transformé la Foi en top cinquante de la tirade évangélique. Y a de plus en plus de prétendant au radio crochet biblique. Dites bibi, chacun sa manière de vivre sa foi. Et puis, y a suffisamment d’émasculés comme ça pour ne pas en rajouter avec des niaiseries. Pourquoi ne pas prendriez-vous pas exemple sur la discrétion et la finesse d’esprit d’un catholique intègre ?


    • #83573
      le 08/01/2012 par bibi
      Naissance de la Patrie

      émasculé hein, c’est beau comme insulte !
      concrètement que contient ton message ? La preuve que Jesus ordonne de tuer pour nous défendre ? La preuve par l’écriture que se laisser piétiner est une forme de féminité ? Ah non c’est vrai, il parle d’un truc inconnu dans la bible , à savoir "la finesse d’esprit d’un universel" !?? Je ne suis pas un universel romain : "religion chrétienne dont les adeptes reconnaissent l’autorité spirituelle du pape" je ne reconnait pas l’autorité spirituelle de votre pape. Pierre a dit à un homme qui s’est mit à genoux devant lui :
      Actes 10
      25 Lorsque Pierre entra, Corneille, qui était allé au-devant de lui, tomba à ses pieds et se prosterna. 26 Mais Pierre le releva, en disant : Lève-toi ; moi aussi, je suis un homme.

      Le seul devant qui nous devons rendre compte s’appel Jésus . Mais je n’oblige personne à suivre ce que je dit, Le Seigneur n’as pas besoin de moi pour se défendre, je remettait simplement une distorsion sémantique en place par les preuves que nous donne l’Actant suprême . L’auditeur silencieux de toutes nos conversations .

      Je ne prend pas tes paroles pour des niaiseries , j’écoute et je répond sans juger ni insulter .


    • #83849
      le 09/01/2012 par Apocryphe
      Naissance de la Patrie

      Meme en cherchant bien, il est très difficile de trouver une justification de la violence dans les paroles ou les actes de Jésus.

      On trouve bien ceci chez Luc chapitre 22 :
      35 Il leur dit encore : Quand je vous ai envoyés sans bourse, sans sac, et sans souliers, avez-vous manqué de quelque chose ? Ils répondirent : De rien.
      36 Et il leur dit : Maintenant, au contraire, que celui qui a une bourse la prenne et que celui qui a un sac le prenne également, que celui qui n’a point d’épée vende son vêtement et achète une épée.
      37 Car, je vous le dis, il faut que cette parole qui est écrite s’accomplisse en moi : Il a été mis au nombre des malfaiteurs. Et ce qui me concerne est sur le point d’arriver.
      38 Ils dirent : Seigneur, voici deux épées. Et il leur dit : Cela suffit.

      Mais juste après, il semble que Jésus n’ait demandé les épées uniquement dans le but de faire une démonstration sur la vanité de leur usage :
      48 Et Jésus lui dit : Judas, c’est par un baiser que tu livres le Fils de l’homme !
      49 Ceux qui étaient avec Jésus, voyant ce qui allait arriver, dirent : Seigneur, frapperons-nous de l’épée ?
      50 Et l’un d’eux frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui emporta l’oreille droite.
      51 Mais Jésus, prenant la parole, dit : Laissez, arrêtez ! Et, ayant touché l’oreille de cet homme, il le guérit.

      D’autre part on a l’épisode où Jésus chasse les marchands du Temple. Jean chapitre 2 :
      13 La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem.
      14 Il trouva dans le temple les vendeurs de boeufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs assis.
      15 Ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les boeufs ; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les tables ;
      16 et il dit aux vendeurs de pigeons : Otez cela d’ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic.

      On voit donc Jésus lui-meme faire usage de violence avec un fouet, mais une violence très limitée, plutot symbolique, puisqu’elle ne blesse aucun des marchands. Jésus se contente de renverser les tables et faire fuir les animaux, véritable raison de l’usage du fouet.


  • #83414
    le 07/01/2012 par Markovitch
    Naissance de la Patrie

    15ème centenaire de l’envol au Ciel de Sainte Geneviève :

    http://www.phpbbserver.com/phpbb/vi...

    Haut les Coeurs !


  • #87722
    le 18/01/2012 par OV
    Naissance de la Patrie

    ainsi l’OTAN pour justifier une guerre près de l’opinion a besoin de faire haïr l’ennemi en le diabolisant. Nos guerres modernes sont celles des notables, et non des guerriers.



    Je pense que c’est surtout l’avènement à partir du 19è siècle des guerres modernes de masse avec l’enrôlement des populations mâles entières des pays qui a transformé le respect pour l’ennemi en haine, ressort plus efficace pour en tuer le plus possible.
    Une autre raison purement matérialiste et venant perfectionner la première, c’est l’invention d’armes à feu de plus en plus meurtrières : quel respect reste-il lorsque l’on utilise une mitrailleuse pouvant tuer 200 hommes à la minute ? je passe sur les tapis de bombes d’aujourd’hui, lâchés à dix mille mètres d’altitude !
    .
    Sont-ce justement "des guerres de notables" ? Ce n’est pas aussi simple et je rappellerai juste ce fait qu’à la veille de la guerre de 14, 80% des pays d’Europe étaient encore dirigés par des dynasties aristocratiques se voulant les héritières d’un glorieux passé féodal...