Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Ne cédons pas au catastrophisme climatique

Par Bruno Tertrais, maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS).

 

Dans une contribution récente (Libération, 17 mars), la secrétaire d’État chargée du Développement, et de la Francophonie, affirme que « 87 % des catastrophes climatiques ont un lien avec le réchauffement de la planète ». Cette affirmation est doublement fausse, et elle est malheureusement révélatrice d’un certain catastrophisme climatique.

Pour l’appuyer, Mme Girardin [photo] cite « les dernières données du Bureau des Nations unies pour la réduction des risques ». Or, ce n’est pas ce que dit cette institution, qui affirme seulement que 87 % des catastrophes naturelles (et non pas « climatiques ») seraient « liées au climat » (et non pas « liées au réchauffement de la planète »).

Mais qu’appelle-t-on alors les catastrophes « liées au climat » ? L’ONU s’appuie sur les statistiques annuelles produites par l’Université de Louvain, et la compagnie de réassurance Munich Re. Et l’on comprend alors mieux d’où vient ce chiffre de 87 % : il s’agit du total des événements « météorologiques » (ouragans, tempêtes), ou« hydrologiques » (inondations), ou encore « climatologiques » proprement dits (températures extrêmes, sécheresses, feux de forêt). Aucun lien avec le réchauffement planétaire. La meilleure preuve en est que la proportion de ces événements, au regard du total des catastrophes naturelles, est à peu près constante depuis 1980 ! Il y a plus. La manière dont les bases de données recensent les catastrophes naturelles les conduit à annoncer une augmentation mécanique de leur nombre d’année en année. Car, elles ne comptabilisent pas les événements réels, mais ceux ayant causé un certain nombre de victimes, ou qui ont dépassé un certain seuil de dommages économiques, ou qui ont fait l’objet d’un appel à l’aide internationale. Des statistiques non pas physiques, mais politiques, dont l’évolution reflète l’accroissement de la population mondiale et de la richesse planétaire.

C’est pour cela que le nombre d’événements « géophysiques » (tremblements de terre, tsunamis, activité volcanique, en tout 13 % du total) recensés est en augmentation constante depuis le milieu des années 80… alors qu’il n’y a aucune raison scientifique pour que leur nombre réel ait augmenté !

Lire la suite de l’article sur liberation.fr

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1159249

    J’ai du mal à comprendre l’intérêt de cette pseudo théorie du réchauffement climatique et des disputes incessantes entre (pseudo) scientifique. Est ce pour que l’on oublie ce qui à vraiment de l’importance : la pollution ou l’écroulement de notre système économique, ou bien y’a t il une raison cachée ?.

     

    • #1159409
      le 08/04/2015 par Squalospinax
      Ne cédons pas au catastrophisme climatique

      Je me trompe peut-être mais j’ai l’impression que l’explication, ou son début, se trouve sur deux axes ayant la même origine et le même but :

      - donnes ton pognon (exemple la taxe carbone ou ici par chez nous l’installation du tout-à-l’égout qui, au prétexte fallacieux de préserver une nappe phréatique copieusement polluée par l’agriculture "moderne", a eu comme effet immédiat de doubler notre facture annuelle de consommation d’eau)

      - vous qui pleurnichez de voir, sinon votre pouvoir d’achat diminuer, du moins votre niveau de vie se dégrader dans des proportions non négligeables (soins, instruction, services publiques) et bien ne soyez pas en colère contre le Système, ne descendez pas dans les rues, remettez vous à voter car tout cela est fait afin de sauvegarder notre planète. En d’autres termes subissez en vertu d’une loi supérieure incontournable : la maitrise de notre environement.

      A creuser ?


    • #1159526

      ça sert à justifier et booster les futures vagues migratoires, aussi ...


    • #1160110

      L’ONU, entre autres saloperies, cherche par ce moyen à culpabiliser les pays pauvres et à les forcer à réduire leur natalité. En gros : on vous stérilise de force, on exige d’ouvrir des plannings familiaux pour accorder de l’aide au développement, mais c’est pour le bien de la planète parce que vos sales gosses polluent et contribuent à réchauffer le climat. En effet, n’oublions pas que pour que le NWO puisse s’installer, la population mondiale doit drastiquement baisser. Autant de milliards d’humains c’est difficile à contrôler.


    • #1160120

      Ça sert surtout à tenter de faire croire que ce faux problème ne pouvant être réglé au niveau national (on peut réduire sa pollution mais pas celle des autres pays) il nous faudra donc... un gouvernement mondial !


  • #1159256

    Question :
    Le système "HARP", ne serait il pas lié à cette augmentation catastrophique de cataclysmes de toutes natures sur notre planète ?

     

    • #1159329
      le 08/04/2015 par La tête à toto
      Ne cédons pas au catastrophisme climatique

      Je ne pense pas que le système HARP soit la cause de la fonte dramatique des glaciers européens, qui n’est pas de l’intox,
      cette fonte a commencé il y a déjà plus de 50 ans, HARP n’agissait pas à ce moment


    • #1159524

      quelle fonte de glaciers, quelles sources ? ??


    • #1159559
      le 09/04/2015 par La tête à toto
      Ne cédons pas au catastrophisme climatique

      @heriss :"Quelle fonte des glaciers, quelles sources ?"
      La source de mon information est ma fréquentation depuis plus de dix ans, durant les congés d’été, des montagnes franco-italiennes et franco-suisses, des pyrénées franco-espagnoles, de nombreuses discussions que j’ai eu à ce sujet avec des "locaux", des alpinistes professionnels ou chevronnés. Même dans les refuges vous trouvez des photos témoignant de cette régression-fonte des glaciers... Même sans cela, il y a de nombreux sites et blogs qui proposent des photos comparatives à 50 ans d’intervalle afin de constater la régression.
      EN FAIT, je crois que ceux qui refusent de croire au réchauffement climatique en France veulent diminuer le pouvoir (médiatique) des écolos afin de réinvestir dans l’industrie (ce que le gouv’ Valls fait actuellement), ce qui ne fera qu’aggraver l’état de notre planète. Alors c’est vrai qu’on peut avoir une vision "complotiste" de l’écologie, mais croire sottement que
      l’immigration est provoquée par les bouleversements climatiques, et que ceux-ci sont causés par HAARP, il y a là de forte probabilité qu’on soit dans le délire...


    • #1159568
      le 09/04/2015 par La tête à toto
      Ne cédons pas au catastrophisme climatique

      par ici la visite : https://fr.wikipedia.org/wiki/Recul...
      Le capitalisme écologique est un moindre mal


    • #1159759

      cette fonte a commencé il y a déjà plus de 50 ans, HARP n’agissait pas à ce moment

      HAARP en tant que projet à l’échelle mondiale (la station en Alaska n’étant qu’une parmi des dizaines d’autres) non, mais la technologie et la pratique de cette technologie existe depuis bien longtemps et Tesla l’utilisait déjà entre 1901 et 1917 (http://fr.wikipedia.org/wiki/Tour_d...) sans les intentions malsaines qu’on prête à HAARP en terme de manipulation du climat de nos jours.

      Il est possible que des expériences antérieures à HAARP aient engendrées des perturbation dans la ionosphère au point d’enclencher un phénomène dit de réchauffement climatique. Ce qui expliquerait tes constations sur les glaciers européens. Sachant que la ionosphère ne connait pas les frontières.


  • #1159344

    Puisque la banquise du pôle sud augmente de volume, la fonte des glaces du Nord n’est-elle pas plutôt un déplacement des masses de glace vers le Sud, tout simplement ?

     

    • #1159419
      le 08/04/2015 par Squalospinax
      Ne cédons pas au catastrophisme climatique

      Je pencherais plutôt (et c’est le moment de le dire !) pour une légère modification de l’inclinaison de l’axe de rotation de la Terre ayant comme conséquences un rapprochement de l’hémisphère nord du Soleil, et par voie de conséquence l’éloignement de l’hémisphère sud de ce même Soleil (on vois ce que cela donne pour les saisons).

      Ce genre d’infimes modifications dans lesquelles on peut également inclure les variations de l’orbite terrestre ainsi que de plus importantes comme les variations de l’activité solaire sont les causes des grandes fluctuations climatiques.

      Ajoutons à cela la dérive des continents et les variations de la distribution et du trajet des grands courants marins, on obtient notre tambouille climatique caractérielle et changeante.


    • #1159630
      le 09/04/2015 par Nempatriot
      Ne cédons pas au catastrophisme climatique

      Je suis d’accord avec Squalopinax, il existe un phénomène des précession des équinoxes qui possède un cycle lent de l’ordre de 26000 ans. Cela provoque un mouvement d’oscillation autours de l’axe de la terre comme ferait le mouvement d’une toupie en fin de rotation. Cela expliquerait fortement pourquoi un des pôles de la planète fond et que l’autre se développe, l’un se rapprochant du soleil et l’autre s’en éloignant.
      Certains scientifiques l’ont annoncé que le "réchauffement climatique" ne serait du à ce phénomène qui s’est déjà répété à plusieurs reprises dans l’histoire de la Terre.


    • #1159635

      Non, c’est surtout une question de bascule de chaleur entre les deux hémisphères

      C’est l’une des principales escroqueries du GIEC de nous montrer la Terre comme un bloc qui agit de la même manière partout

      En fait les deux hémisphères ont un comportement presque indépendant, et souvent (observé dans les archives climatiques), quand un hémisphère se réchauffe, l’autre se refroidit, et inversement

      c’est lié en partie (car on ne comprend pas encore très bien) au fonctionnement de la circulation océanique, quand cette dernière s’affaiblit dans un des hémisphères, le trop plein de chaleur accumulé à l’équateur s’évacue vers l’autre hémisphère.

      Par contre oubliez les histoires d’inclinaison de l’axe de rotation et la dérive des continents, ce sont des phénomènes qui s’étalent sur des dizaines de milliers d’années voire des millions, ça n’entre absolument pas en ligne de compte sur des phénomènes à l’échelle d’une vie humaine


    • #1159744
      le 09/04/2015 par Squalospinax
      Ne cédons pas au catastrophisme climatique

      Il faut considérer que les fluctuations climatiques ont une origine multifactorielle et qu’il faut les étudier de manière globale.

      Chaque facteur pris séparément va provoquer ses propres fluctuations représentables sous forme d’une sinusoïde plus ou moins régulière.
      Chaque sinusoïde possède sa (ses) propre(s) amplitude(s) et sa (son) propre(s) période(s). Les périodes peuvent être de l’ordre de plusieurs dizaines de millions d’années jusqu’à des durées bien plus courtes (décennies, siècles).

      Si vous superposez toutes ses sinusoïdes, qu’allez-vous obtenir ? Cela dépend si elles sont en phase, en décalage de phase ou en opposition de phase. Cela se passe un peu comme les interférences ou les harmoniques. Parfois les effets se cumulent, parfois ils s’opposent, et ce, dans des proportions très variables.
      La résultante (évolution des climats dans le temps) n’est pas évidente à décrypter faute de données suffisantes et faute de savoir détecter une logique dans ce qui parait en première approximation comme un phénomène aléatoire.

      Plus concrètement lorsque l’on parle aujourd’hui de réchauffement climatique, ou plus exactement désormais de dérèglement climatique tant le qualificatif de « réchauffement » est de plus en plus difficile à défendre par certains (suivez mon regard !), il faut absolument savoir (honnêtement et objectivement) interpréter les données relatives à la température et surtout savoir sur quel laps de temps on les analyse. Nous pouvons en effet observer une baisse régulière de la température moyenne (ou locale) alors que nous pouvons très bien nous situer dans une phase plus globale de réchauffement.

      Deux questions :
      -  A propos de température, quel en est le facteur principal ? Les pets de vache, Mr Duchnock dans sa petite auto, l’activité d’une centrale nucléaire ?
      -  Comme les chiffres, les statistiques ou les symptômes de la psyché humaine, ne peut-on pas faire dire à des courbes de température ce que l’on veut en vertu du projet que l’on fomente ou des idées que l’on veut imposer ?

      On touche là à de la pure épistémologie : bien border les observations avant même d’essayer de passer aux interprétations, et tout en fin de course, être capable d’établir des modèles fiables.
      La substantifique moelle de l’affaire n’est pas vraiment de comprendre les fluctuations climatiques réelles ou supposées mais la manière dont le Système veut les instrumentaliser, non ?


    • #1160652
      le 10/04/2015 par N0religi0n
      Ne cédons pas au catastrophisme climatique

      La banquise du pôle sud augmente en surface pas en volume. Elle fond à vue d’oeil.


  • #1159525
    le 09/04/2015 par leptittoto
    Ne cédons pas au catastrophisme climatique

    Ou encore les différents essais atomiques pratiqués comme on sait par qui on sait, qui ont libéré des énergies colossales, ridicules diront certains en regard de la masse de la planète, et pourtant peut-être susceptibles de perturber un équilibre qui comme tous les équilibres possède des limites de rupture.

     

    • #1159755

      Totalement, j’ai vu un petit reportage tantôt à propos d’une bande de terre d’à peine une vingtaine de mètres avec la mer de part et d’autre. Haut lieu de migration de certaines espèces comme les pélicans. Le gouvernement local à décidé de rompre la bande sur quelques mètres à une extrémité. Depuis, la mer n’a eu de cesse de gagner du terrain sur la terre et maintenant l’embouchure s’étant sur plusieurs centaines de mètres mettant en péril l’écosystème qui s’y trouvait.

      Comme quoi, ce qui n’est pas censé avoir suffisamment d’énergie pour causer des problèmes peut s’avérer être catastrophique de part la rupture de l’équilibre naturel subtil.

      Et les essais nucléaires, par milliers car c’est bien ça le problème, on ne fait pas péter deux ou trois bombinettes, ont certainement du avoir un impact sur la nature. Même s’il est difficile de déterminer les causes.

      A noter que les grandes fortunes industrielles qui se sont crées à la fin du 19ème siècle comme les Rockefeller, devraient être taxés de part la pollution générée par les premières raffineries industrielles. Il suffit de voir des photos de l’époque et les fumées qui se dégagent en masse pour constater qu’à l’époque la question des filtres n’était pas une préoccupation majeure.

      On fait croire que les individus sont responsable alors que tout les problèmes viennent généralement des industriels qui eux se font des fortunes. Une honte.


  • #1159701

    Le "catastrophisme climatique" est une préparation psychologique qui annonce de nouvelles gigantesques escroqueries "écologiques" comme les éoliennes ou la taxe carbone .


  • #1159751

    Le climat, le climat, ils n’ont que ça dans la bouche ! Ils font croire à tous le monde que les énergies fossiles sont bon pour la planète (même moi j’étais tombé dans le panneau), alors qu’ils sont, tout simplement, en train d’exterminer la nature, les animaux en plus des humain en s’assurant de l’acceptation (aveugle) de tous.

    Voilà une nouvelle qui devrait réjouir les défenseurs des énergies fossiles et attrister les amoureux des animaux.
    http://www.lepoint.fr/environnement...