Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Néoténie, gentillesse et carriérisme : les ravages de l’hypergamie féminine

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

48 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les pointes des seins d’une jeune femme de dressent vers les yeux des hommes comme des pointes de flèches . Mais l’abeille du mental de l’homme y voit des fleurs pleines de nectar . Les femmes présentent une belle corbeille de fruits qu’elles apprêtent avec art , et jeunes elles se réjouissent du bourdonnement des abeilles enivrées .


  • Le visage est beau , la voix est douce , mais le coeur d’une femme est tranchant comme une lame de rasoir ...

     

  • Tout ça, ce sont des trucs de névrosés parisiens. L’hypergamie féminine est une pathologie psychiatrique des femmes des grandes métropoles occidentales (et même dans cette population, ça reste une minorité). Le MGTOW est une pathologie psychiatrique en réponse des hommes "victimes" de l’hypergamie féminine. Ce sont des groupes de tarés qui se renvoient la culpabilité de leur tare respective.

    Mais ces 2 groupes psychotiques ne représentent pas la réalité. Ils ne voient pas que la vie ailleurs est différente. Comme l’oligarchie au pouvoir qui ne voyait pas la France jusqu’à ce que les gilets jaunes envahissent les ronds points.

    Bref, n’écoutez pas toutes ces âneries. Quittez vite ces gigantesques centres urbains aliénatoires, qui vous rendent tarés, et allez vous installez dans une petite ville de province, ou mieux, à la campagne. Vous y rencontrerez des femmes normales, comme le sont 99% des femmes, c’est à dire des femmes à la recherche d’une vie simple avec un homme qui les aime, peu importe son revenu, pour fonder un foyer. Et vous serez heureux.

    S’il est vrai que les hommes recherchent des femmes gentilles pour devenir de bonnes mères, et bien l’inverse est totalement vrai : les femmes, 99% d’entre elles, recherchent un homme gentil qui fera un bon père.

    La caste oligarchique au pouvoir, qui vit dans son entre soi, ne représente pas le peuple français. De même, ces femmes hystérisées et hypergames des grandes métropoles ne représentent pas les femmes françaises qui sont en ce moment sur les ronds points.

    Tout ça, c’est de la petite discussion de salons parisiens en décalage total avec la réalité française. Il n’y a pas de guerre des sexes dans les campagnes.

     

    • Entierement d’accord, Stalker.
      Les hommes qui ont du mal à trouver une femme gentille, ne les cherchent pas au bon endroit, tout simplement : évitons les femmes trop politisées, dévergondées (la plupart, aujourd’hui), les femmes qui sont trop en phase avec cette société à la con, trop urbaines, parisiennes, vantardes, etc...
      Perso, j’évite autant les gauchistes que les droitistes, que les femmes natios.
      Et du coup, je n’ai pas eu à "collectionner" pour trouver la bonne, du 1er coup, bingo, dans la sphère spiritualo-religieuse :
      Belle, ultra gentille, cultivée, adorable, fidèle, parfaite.


    • Vous avez du avoir beaucoup de chance avec votre femme...

      N’en faites pas une généralité, même à la campagne. Si vous vivez le bonheur d’avoir une femme qui vous reste fidèle même dans l’adversité si adversité il y a eu dans votre histoire, profitez en. C’est pas le cas du plus grand nombre d’entre nous, soyez en sûr.

      Alors permettez aux nombreux trahis par la femme d’aujourd’hui qu’elle soit des villes où des campagnes d’adopter un système de défense qui leur permettent simplement de rester en vie ... Sans pour autant devenir haineux.

      Et oui l’argent compte pour beaucoup , si votre femme peut se passer de vous financement, la plupart du temps elle se barrera, même si elle est de la campagne. Croire autre chose est d’une grande naïveté, c’est peut etre par cette naïveté que votre couple tient je n’en sais rien. Même si permettez moi de trouver votre naïveté dangereuse pour l’avoir vécue avant vous dans ce que je croyais être un bonheur simple et sans risque.

      Profitez mais ne vous pensez pas meilleur que les autres vis à vis des femmes et ne voyez les femmes des campagnes différentes de celles des villes, ni les gens en général.

      C’est juste différent, au fond les cœurs sont les mêmes, seul le décor change.


    • Merci Stalker t’as tout dit ! C’est de la branlette intellectuelle tout ça. Ça rapporte surtout du pognon sur le dos des femmes névrosées et des mecs mal dans leur peau.


    • Dépouillé serein : entre les coeurs et le décor il y a l’idéologie qui vous tape sur le système, consciemment ou non ! Sans doute moindre à la campagne...

      Camarade Stalker n’a pas tort je crois : l’homme gentil se fait toujours baisé, en ville, c’est la jungle ! Alors comme il dit nous sommes probablement fous sans le savoir - ou sans savoir à quel point (moi j’ai toujours vécu en ville).

      On s’acclimate à son milieu, mais si celui-ci est hostile on est obligés de dénouer les pièges du Système quand on vit dedans pour pas finir encore plus dingue.
      Alors oui la solution est probablement le grand air ou le grand large qui a priori apporteront apaisement et sérénité.
      Après, pour s’évader de la ville, c’est une autre histoire...


    • @Dépouillé serein
      On pourrait vous rétorquer la même chose, ne prenez pas votre cas pour une généralité.
      Dire qu’une femme qui s’assume financièrement se barrera automatiquement, c’est une posture victimaire assez dangereuse, et je pense souvent erronée. Je veux bien penser que les décennies de destruction du patriarcat, de l’image de l’homme, couplées à l’indépendance des femmes et la féminisation de la société n’aident pas à la pérennité des couples, mais il faut parfois aussi se regarder dans un miroir et se poser les bonnes questions.
      Et les différences ville/campagne existent, ne vous en déplaise, sans tomber encore une fois dans la généralité, ce que @Stalker ne fait pas il me semble. Je suis assez d’accord avec son propos pour dire que les phénomènes traités dans cette vidéo sont plus fréquents dans les grandes villes que dans les petites bourgades.
      Pour conclure, ce n’est pas parce qu’une femme (ou même deux ou trois) vous a trahi qu’elles sont toutes des traitresses. Si toutes celles que vous avez connues vous ont trahi, c’est peut-être que le problème, et par conséquent la solution aussi, sont en vous.
      Je vous recommande d’écouter (ou réécouter) le "NIPNIC" sur la drague, ça vous aidera peut-être à y voir plus clair.


    • Merci de le rappeler @Stalker


    • A dépouillé serein,

      Je ne sais pas à qui vous vous adressez, mais voici ma réponse, en tout cas :

      - oui, j’ai eu beaucoup de chance, en effet, je ne dis pas que tout le monde a une femme comme la mienne, non ! La plupart divorcent etc. On est d’accord.

      - aucune naiveté pour ma part : la fidélité existe chez certaines femmes bien élevées (je ne parle pas des bourgeoises à la con), même quand elles sont indépendantes : la mienne a bac + 6 et gagne sa vie mieux que moi, et pourtant est très fidèle et j’ai presque l’âge de Soral ! Généraliser à outrance ne sert donc à rien.

      - je suis d’accord que les campagnes ne sont pas top non plus : en fait, j’ai choisi dans les milieux spirituels, et il y a là des femmes très douces et serieuses. (je ne parle pas du new age bidon, mais des personnes sérieuses qui sejournent en monasteres, du milieu bouddhiste-hindouiste. Il y a des chrétiennes très bien aussi).

      - chez les athées, trop de connes dévergondées. Pas à 100%, mais un pourcentage élevé, surement.


    • Alain Soral parle souvent "d’idiosyncrasie" pour recontextualiser l’opinion personnelle de quelqu’un. J’entends cela et je veux pas généraliser mon point de vue.

      Mais enfin, vous connaissez des femmes qui se mettent avec des hommes pour leur salaire ? Vous en connaissez, vous, personnellement, des hystériques féministes à la femen ? Vous en connaissez des femmes qui vous accusent de manspreading quand vous parlez politique avec elles ?

      Je me pose sérieusement la question. Je dois bien avoir une cinquantaine de connaissances féminines, certaines vivent dans mon environnement rural, d’autres en ville (même à Paris), je n’en connais pas une seule qui correspond à ce qui est décrit dans cette video ! Je n’en n’ai jamais rencontré !
      Toutes les femmes que je connais, et toutes les épouses ou les copines de mes amis, ne se reconnaissent pas là-dedans ! Ce sont des femmes simples, aimantes, de bonnes mères, fidèles... Il n’y a que ça autour de moi !

      Donc si vous galérez comme ça avec les femmes, c’est vraiment que vous êtes dans un nid de dégénérées. Changez de bar, changez de ville, changez d’habitude et vous changerez d’avis sur les femmes.

      Parce que ces types aigris qui finissent seuls, branleurs, sans enfants, qui vont chez les barbiers et qui s’achètent des fringues chères (ce qu’on fait normalement dans l’objectif de séduire mais une fois qu’on a trouvé une nana, on s’en tamponne et on s’habille à décathlon), c’est sûrement pas un exemple à suivre. Vous voulez pas être comme ça. Ce que vous voulez, c’est vous sentir aimé par une femme sympa et drôle, et passez votre vie avec elle. Et bien il en est de même pour les femmes.

      Et puis apprenez à repérer une femme qui sert à rien : tatouage, percings, tenue démonstrative, grande consommation d’alcool, etc... passez votre chemin. Et dites vous que si vous voulez rencontrer une femme intéressante, faut pas sortir dans un club, un soir. Faut se lever le matin et aller discuter à la fleuriste, à la nana de l’assurance, à la productrice du marché, etc... Regardez autour de vous, vous connaissez un homme heureux en couple qui a rencontré sa femme dans un bar branché parisien, à 2h du tam avec 2 grammes dans chaque bras ? Non. Par contre, énormément de gens ont rencontré leur femme dans leur environnement professionnel par exemple.

      Comme il ne faut pas taper sur les hommes au nom de l’affaire Weinstein, il ne faut pas taper sur les femmes au nom des hystériques féministes à la Femen. Tout va bien, je vous assure.


  • Jdirai que tout ce qui ce dit dans cette est archi vrai, et je l’ai constaté très jeune, cela dit on l’observe surtout dans les grandes villes, dans les petites c’est moins le cas ou dans d’autres pays.
    Le conseil que je donnerais au jeunes hommes c’est de feindre la réussite pour séduire, s’habiller afin de faire croire à la richesse, avoir une posture d’homme mûre entretenir sa forme physique, une fois la fille dans son et qu’elle s’aperçoit de l’entourloupe, vous aurez réussi votre coup et ce sera trop tard pour elle, elle ne voudra meme plus vous quitter d’ailleurs...
    J’ai agi de la sorte durant toute ma vie d’étudiant et un peu après aussi, et ça fonctionnait, il faut évidemment être un peu beau et un p’tit emploi, mais ne pas dépenser trop pour la fille et conclure vite !

     

    • Quel conseil ! Mentir, prétendre, tromper ! On croirait entendre Attali.


    • @Nantais
      N’importe quoi...
      Feindre, leurrer, tromper, faire croire, c’est ça votre conseil ? Tout se paye dans la vie, tôt ou tard, et si cette odieuse stratégie a prétendument marché pour vous, j’affirme, en bonne antithèse, que l’opposé fonctionne très bien aussi. D’autant plus que dans votre ville, Nantes, où j’ai passé une année, j’ai connu un succès phénoménal et ce sans tricher sur ce que j’étais. Habitant le centre-ville, c’était d’une facilité tellement déconcertante qu’il me suffisait de repérer une "proie" de ma fenêtre dans un des rades en bas de chez moi, d’y passer une heure, et de remonter avec. L’alcool aidant à la désinhibition, je peux d’ailleurs dire qu’en ville, en terme de drague et de conclusion, on est passé sur un modèle à l’anglo-saxonne : beuverie, bêtises, et baise.
      Ceci dit, votre conclusion, je la rejoins : la gente féminine a horreur des "canards", de manière générale, préférant souvent les connards dont vous évoquez les méthodes et approches. N’y voyez pas de jugement de valeur, j’utilise les termes courants. À se demander s’il n’y aurait pas une forme de masochisme chez certaines...


    • Je suis surpris...

      Vous vous habillez avec des vêtements qui vous mettent en valeur ? Il est ou le problème et est ce nécessairement du simulacre ?

      L’apparence n’a rien à voir avec ce qu’il y a sur votre compte en banque. Que vous ayez une belle voiture achèté pas chère car vous êtes bon mécano... la femme n’en a rien à faire...

      Ce qui attire c’est les moyens que vous vous donnez pour être le plus présentable.

      Il y a de grande chance que plus tard dans la vie vous vous donniez également les moyens de lui offrir au minimum un standard de vie descent. Contrairement à celui qui se satisfait d’une apparence cheap.

      C’est d’ailleurs pour ça que les gens dépensent un paquet de pognon dans les vêtements et l’apparence... ça n’est pas pour faire illusion mais pour présenter de l’ambition. Enfin, c’est ce que je crois... et je pense qu’en achetant des bons produits qui durent bien plus longtemps car on sait comment les entretenir il est facile de donner l’impression aux grands dépensiers qu’on vie au dessus de ses revenus...

      En alternant... des chaussures possédant des semelles en cuirs durent plusieurs décennies... pendant que ceux qui suivent les modes en achètent avec de semelles en plastique...

      Les gens utilisent trop de détergeant ne savent pas utiliser des cycles froids et faire tremper lorsque les vêtements sont plus sales. Tout ce qui est en coton peut également durer des années si on en prends soin. La même chose pour la laine si c’est un bon produit... 50 ans pour un pull marin par exemple... C’est sur que se faire la Nike (just do it) plusieurs fois par an c’est moins marrant...

      J’ai été élevé dans une famille ou on ne gaspillait pas la nourriture, l’eau, l’électricité et où la générosité était très importante. Si vous avez des valeurs... nécessairement ça se verra d’une façon ou d’une autre.

      Mais utiliser le mensonge vous n’avez pas les idées à l’endroit, les femmes ne sont pas dupes... elles savent reconnaître celui qui fait des efforts.... Tout est possible dans la vie même un mec au smic peut inspirer le respect si il a un plan sur le long terme...


    • j’suis d’accord avec toi Nantais :)

      les meufs mentent bien sur leur valeur avec leur couche de peinture sur la gueule ^^


  • Effectivement c’est dur pour un (jeune) homme... si on a des valeurs : la (jeune) femme attirée par la "calorie" va tomber 4 fois sur 5 sur un connard ambitieux - connard, car pour être ambitieux dans le système tel qu’il est fait, il faut tirer un trait sur les valeurs, plus on monte dans l’échelle, plus on doit se soumettre ; peut-être pété de tunes mais plus vraiment humain, d’ailleurs il aura les moyens de changer de compagne dès qu’il se sera lassé.
    La jeune femme, pressée par le temps, s’attache à la valeur, mais pas aux valeurs, c’est toute la désillusion et la déception des jeunes hommes (pour lesquels elle sera alors "la salope" qui veut pas se laisser baiser - celle-ci plutôt attirée par l’homme financièrement stable que par le jeune apprenti).

    Ce n’est pas la faute des femmes, c’est simplement que ce système "maximise" le profit, le rendement, mais déshumanise du coup les relations qui fonctionnent au donnant-donnant (comme l’acte de consommer, le "pouvoir d’achat") en évacuant les valeurs intermédiaires comme l’empathie, la compassion...

    Et là-dessus se rajoute le féminisme et son "égalité hommes-femmes" qui tend à accroître ces mésententes, contre l’homme et la femme, au profit du Capital - et non pour le bonheur de la société, comme nous le vendent ces idiotes, de Belkacem à Schiappa.

    Çà aide de lire Soral et Weininger, offrez-les aux jeunes.


  • Les homme naissent pauvres et les femmes riches, au fil du temps, la courbe s’inverse car elles tapent le mur.

    aujourd’hui’ hui la seul solution pour les hommes est la voie du mgtow. Quand tout ce "merdier" aura implosé, elles reviendront jouer les femmes dociles car leur nature de caméléon les y obligeront pour survivre.

    voir également loi de brifault et tirer sur la pelote.

    ciao.

     

    • La voie du MGTOW ? C’est une impasse


    • Paul82 vous écrit que c’est une impasse, j’ajouterai que c’est pour y trouver de la merde une fois abouti au terme du cuI-de-sac.
      Les hommes ne doivent pas suivre leur propre chemin (Going their Own Way), ils doivent suivre leur VRAI chemin. Le concept MGTOW est tout autant un ver que le Capital vous(*) a collé dans l’esprit pour vous détourner comme il l’a fait en collant un féminisme à deux balles dans le cerveau de vos alter ego féminins. Faisant de vous, deux consommateurs aux antipodes alors que vous devriez faire « corps ». Baisser les bras, faillir devant les éléments féminins, alors que vous devriez relever... la tête, est d’un défaitisme ! Comment cela a-t-il se passer face à la Bête, la vraie, celle qui engendre toutes ces misères ? La bataille se voulant de haute lutte, ce n’est pas le moment de faillir.

      (*) Vous, à la seconde personne du pluriel englobant tous ceux (puis celles ensuite) qui se trouvent happés par le piège, pensant qu’il s’agit d’une voie de secours, salutaire. Or Thésée ne saurait sortir du labyrinthe sans Ariane.



  • J’aimerai pas être hétéro



    Je te rassure, même si ce n’est pas le sujet, être homosexuel non plus ce n’est pas une sinécure. Terminer tout seul entre ses chats et le cimetière des éléphants, sans enfants pour s’occuper de toi (on parle beaucoup de l’adoption par les couples homos, mais soyons francs : ça concerne quasi exclusivement les bobo des grandes villes et les homos qui se sont mariés auparavant avec une femme et qui ont eu des enfants à eux de façon naturelle).

    Que tu sois homo ou hétéro, dans tous les cas, homme, tu vies dans une société qui ne veut pas de toi et qui préfèrerait vraiment que tu laisses ta places à un esclave du tiers-monde ou à un robot.

     

    • C’est vrai, Homo c’est bien pire à n’en point douter, on a vendu cet échappatoire dégueulasse aux hommes pour mieux les opposer . Il est certain qu’aujourd’hui il est radicalement plus difficile de naître homme que femme. En réalité les femmes adorent ce système même si passé leur jeune beauté elles finissent ensuite bien plus malheureuses que nos chères grand mère, mais malgrés ça elles ne renient pas leur passé de dépravée, la femme n’est pas faite pour l’autocritique, pour elle son malheur sera toujours la faute de l’homme, même si elle a choisi elle même de détruire toutes ses histoires passée. Ensuite la femme d’aujourd’hui se voit réellement l’égale de l’homme voir superieure à lui. Certains hommes s’en sortent mieux que d’autres en arrivant à laisser à la femme porter clairement les couilles du couple et sans jamais lui dire le fond de sa pensée, il garde par là sa place d’homme fort et non de petit garçon 100pourcent infentilisé par la femme qui se voit toute puissante mais qui veut surtout pas qu’on lui laisse penser qu’on la voit comme ça.

      Le couple fonctionne si l’homme trouve la femme qui verra en lui un ensemble gagnant auprès duquel elle pourra tout à tour materner , admirer , baisée comme elle aime mais pas comme elle veut, et aussi se sentir sous une emprise naturellement protectrice face à l’adversité...Une fois qu’une femme reste amoureuse après plusieurs adversités du couple c’est gagné, un équilibre se fait si il y a un véritable respect voir aspiration pour cette 3 ème personne qu’est "le couple" . En général si la femme ne voit pas suffisamment de quoi parler en positif a ses copines ou a sa famille, même si elle a de l’affection le bonhomme, elle se barre. Car la fleur femme veut que son jardin brille en société... La femme doit pouvoir se la peter sur quelque chose avec le gars. Si ça reste trop intime , et surtout pas assez socialisant à son goût, elle se barre et sans aucune pitié. Religieuse spirituelle sincère ou pas.

      L’homme doit donc être un bon faire valoir dans un domaine ou un autre. T’as pas de quoi te la péter où tu pètes trop haut ? Dommage. T’as plein de connards qui pètent mieux que toi sur le marché, gentil ou pas peu importe c’est pas ça qui fait la réussite conjugale.

      Aujourd’hui je vis avec une chatte c’est tout ce qu’il me reste, et étonnamment avec elle j’apprend beaucoup sur la femme... Mais cette chatte là j’ai jamais eu envie de la cogner pour trahison. Bref Vive les chats, qu’on soit pédé ou pas .


    • A depouillé serein,

      NON, pas peu importe qu’elle soit spiritualo-religieuse ou pas, car une spiritualo-religieuse n’en a rien à foutre de l’image socialisante dont tu parles. Elle travaille sur elle, se remet en question et est profonde.
      Tu as choisi des athées, donc des connes, désolé, gars, c’est une plantade.


  • Les dires de la video sonnent très juste pour les gentils garçon même mignon qui ont une éducation et des valeurs, jamais dans le cas contraire, d’inombrables exemples...


  • le mec faisait l’éloge de Julien Rochedy dans une vidéo précédente donc niveau crédibilité c’est a revoir a la baisse , j’imagine donc que ce personne fait partie de la bande a picsou vue qu’il ne dénonce pas ses compatriotes qui avait décrété la société libérale libertaire des décennies avant avec tout les répercutions sur les comportement sexuelle féminin .


  • A l’évidence n’est pas sociologue qui veut...

     

    • J’ai dû regarder deux fois pour essayer de capter le fil de son raisonnement... c’est quand même assez décousu. Trop habitué à entendre Soral ! Des youtubeurs je préfère tout zapper, perso.

      Je me demande s’il ne serait pas possible de faire un rappel des grandes catégories en philosophie ou sociologie (comment on passe de Platon à Kant par exemple), peut-être que çà serait utile...
      On peut lire oui, mais on peut lire dans le désordre déjà (et si on a le temps), et ensuite ne pas savoir forcément faire les liens (tout le monde n’a pas fait l’université). Enfin c’est juste une idée parmi d’autres.
      Car il me semble que Soral arrive à une certaine justesse, donc soit il a lu énormément, soit il a compris plus vite que les autres - et dans ce cas le problème vient de moi. À moins qu’il me manque des kartouches, j’avoue.

      Je trouve dommage ces youtubeurs qui se donnent la peine de vouloir expliquer, au final c’est moyen mais ils semblent néanmoins satisfaits... En retour, doit-on se contenter de çà ? Soral n’est pas éternel.
      C’est pas pour me la péter, c’est juste l’impression que j’ai, on a la chance d’en avoir un qui manie le logos, alors forcément : on compare ! Et comme dirait l’autre, y’a pas photo.
      Mais du coup on baisse en qualité et çà m’inquiète...


    • @question sérieuse
      Un point pour vous !
      Je pense qu’en ces temps de médiocrité et d’autosatisfaction récurrente, nous devons, au sens "devoir", garder un niveau d’exigence élevé.
      Ce qu’un Soral m’a apporté, c’est sa profondeur et son érudition, mais le moteur de sa réflexion, me semble-t-il, est fait de bon sens, de valeurs, et d’une certaine morale innée.
      Je n’ai pas dû lire le centième de ce qu’il a lu, mais je comprends toujours ses analyses, limpides et évidentes.
      J’ai d’ailleurs pu vérifier, lors de débats improvisés au sein de mon propre entourage, l’abyssale désuétude de la matière grise au profit de l’émotion exacerbée et la fâcheuse habitude du perroquet, consistant à répéter les mantras médiatiques sans même s’être choqué de leurs contradictions.
      Beaucoup d’amis (enfin, d’ex amis...) considèrent aujourd’hui que je suis devenu intolérant, un peu raciste, homophobe, et j’en passe. Moi, le fils d’immigrée prolétaire... Qu’à cela ne tienne, je ne compte pas retourner paître dans la prairie de la bêtise juste pour leur confort intellectuel.
      Tout ça pour dire que je vous rejoins quant aux "youtubeurs", si universitaires et cultivés soient-ils, une trop grande majorité tombent dans le piège du narcissisme et de la course à l’audience, amenant parfois de la vulgarité des plus abjectes, parfois de la masturbation intellectuelle de bas étage.
      Heureusement qu’il y a quelques exceptions, dont le dénominateur comment est... Ce site. Par relais de la rédaction ou par les orientations des commentateurs.
      Par le haut, ou pas !


  • Si au début je pouvais entendre et comprendre la colère légitime des hommes contre la propagande féministe qui en fait l’ennemi de la femme, je constate qu’une certaine proportion de commentateurs sur ER ne s’encombre pas de scrupules pour faire de toutes les femmes des putes dévergondées et hystériques qui n’en veulent qu’à leur pognon. Tout ça pour finir en commentaires pleurnichards, misogynes, et sans aucun sens de la nuance qui finissent par lasser. Si dans chacun des deux camps on se complaît dans le rôle de la victime, on n’est pas sortis d’affaire.

     

  • aux jeunes hommes de 15 a 25 ans delaisses,je conseillerai de vivre vos passions,de vous bouger le cul pour bosser et produire.Le succes amene la confiance en soi et ...les nanas...

     

    • On est d’accord, le travail (productif) d’abord, si on compte sur une femme pour nous sortir de la merde c’est le début des emmerdes. La femme ne respecte que la force.


    • Tout-à-fait. J’ai vécu ma jeunesse sans nana, mais beaucoup de sport, d’aventure, de copains, de passions, de découvertes, de voyages (la corrèze, la meurthe-et-moselle), et pas une minute de perdue. Evidemment dans le fantasme de trouver un jour l’amour qui ne vient jamais, mais quelle belle vie avec le recul. Le plus important ? Les copains. Les femmes, c’est du plus.
      Vivre ses passions à fond (musique, danse, bricolage, sport, voiture télecommandée, puzzle) tant qu’on peut.
      La video presentée a le mérite de poser des thermes nouveaux sur la table (hypergamie). Donc interessante.


  • C’est un peu lourdaud comme argumentation. La nature est un donné sur lequel l’homme va jouer et non pas être dépendant. L’homme n’est certainement pas un animal luttant contre des concurrents pour s’approprier ces seins dans un libéralisme sexuel.
    Ce ne sont pas les seins ou tout autre partie du corps de la femme qui intéresse l’homme mais le raffinement ou le rite qu’il suscite. C’est l’humanité de la femme que l’homme vise et ses seins ou tout autre partie de son corps ne prennent leur sens que par cette humanité. C’est pourquoi l’homme peut aller jusqu’à aimer une vierge ( la Vierge ) et que le christianisme exalte la sexualité plutôt qu’il ne l’a rabaisse comme les pense les imbéciles.

     

  • Arrêtez un peu de taper sur la gente féminine, au prétexte qu’on vit une époque sans dessus dessous si je puis dire, que plus personne n’est à sa place et qu’un certain féminisme comme le lgbtisme ont pris le pouvoir c’est vrai contre la société traditionnelle et j’en suis d’accord, mais il y a aussi de vraies femmes, des femmes courageuses et sincères et même des victimes qui sont mal, très mal dans cette société et traitées comme de la marchandise,exploitées ou battues, ça existe en vrai aussi, croyez moi que celles ci sont silencieuses, beaucoup de droits et de blabla en apparence, mais il faut aller voir dans les profondeurs où les médias ne vont pas, et ce serait sympa de ne pas me censurer, s’il vous plaît, en tant que gentlemen

     

    • Merci pour la remise en question ça fait plaisir... Et vous les violences vous avez déjà été cognée ou bien vous en rêvez simplement ?

      Comment définiriez vous l’Homme et ses besoins au lieu de vous plaindre du malheur des femmes éternelles victimes des méchants hommes ?

      Voilà qui serait plus utile au débat...


    • Je suis content de trouver ce genre de commentaires. Merci.


    • @dépouillé serein : sachez qu’il ne s’agit pas de moi, et je ne souhaite pas répondre à votre pitoyable réflexion, il y a des Hommes des vrais, dont vous ne semblez pas faire partie, c’est à dire avec des valeurs morales et viriles, qui sont en voie de disparition, et des femmes, des vraies avec des valeurs morales et leur féminité, les deux censés se compléter, bien peu ont de telles qualités et de telles valeurs, mais réfléchissons ensemble, est ce la rouerie des femmes qui cause l’absence de virilité ou l’absence de virilité qui cause la rouerie des femmes ? Je n’ai voulu blesser personne, au contraire de vous, il n’y a évidemment pas les méchants hommes d’un coté et les femmes victimes de l’autre, mais pas plus que seulement des hommes victimes et des femmes machiavéliques, ce que je voulais simplement dire, c’est que si ce n’est pas facile d’être un jeune homme aujourd’hui, et j’admire les hommes qui ont le cran et la niaque de l’être et de le revendiquer, ce n’est pas si facile non plus, je vous assure, d’être une jeune femme aujourd’hui, il faut comprendre que la société actuelle est en train de détruire et les hommes, et les femmes, et puis enfin, vous savez, même un chien n’aime pas être cogné ! CQFD. Merci à E&R de m’avoir publiée, vous êtes au top !


  • Ma dégénérescence serait fort utile à cette époque de fous : l’a-sexualité. Un jour par une matinée printanière, j’ai décidé de jouir autrement qu’avec ma queue. Par où commencer ? L’auto-castration par la force de l’esprit...mépriser la chair et le corps. qui amènent inéluctablement au dépérissement de l’être, et cela bien plus rapidement que par le travail exploité. Prix fort à payer pour une once de lucidité...
    N’étant attiré ni par les femmes, ni par les hommes, je crèverai seul, mais avec un sourire enfantin. Ma bite, c’est ma misanthropie, et j’éjacule dés que je peux. Aussi faut-il rappeler que vos relations hommes-femmes, c’est de la merde qui relève du commerce pur.
    Il est tout à fait possible de sublimer l’instinct de reproduction autrement que par le couple ou la famille. Mettez vous à la musique, à la peinture... ou au bilboquet on s’en fout, cette époque est un amas de merde pestilentielle déféqué par les thuriféraires de la modernité et ingurgité par les réactionnaires nostalgiques. Car finalement l’humanité se divise en feux entre ceux qui se branlent sur le passé, et les autres sur l’avenir. Finalement chacun trouve un point d’appui sur le présent pour convenir qu’il est insuffisant.


  • Comme tout cela est vrais au sein de la cma ( classe moyenne aliénée ) celle qui veut toujours "péter plus haut que son cul "
    petit monde peuplé de "beautés locales" , très, très vite déclassées

    les jf issues de la vraie vie ont encore ( du moins il y a 15/20 ans ) une certaine idée de certaines valeurs

    l’hyper classe, c’est out, jouez en, et ne rien en attendre

    si je devais conseiller un jh se retrouvant dans cette situation, elle se résumerait en une seule phrase : " soyez méchant "
    méchant ne veut pas dire violences, insultes, etc etc cela veut dire savoir mettre le doigts sur la petite plaie de l’Âme dès que cela s’avérera nécessaire
    rassurez vous, vous concernant, elles ne se gêneront pas

    je vais vous livrer une phrase type à réserver aux garces de chez garce
    " tu es une fille exceptionnelle, bourrée de qualité, il est regrettable qu’a ce jour d’aucune ne se soit encore révéler ...."

    enfin sachez dire "non" même si vous crevez d’envie de dire "oui" .... pensez aux noces de Figaro

    "si elle m’aime elle m’ aimera d’avantage, dans le cas inverse le mal ne sera pas bien grand " , cela s’est toujours vérifié

    une personne ( il y a plus de 20 ans ) limite odieuse, prétextant la qualité de ma voiture, je répondis ceci :
    " prie le bon dieu que ton père finisse de payer les traites de la sienne, tu vois la poignée, tu la tire et puis tu sorts .... "

    ne tombez pas dans le panneau, vous méritez mieux,


  • Si tu arrives-là et que tu tombes sur ce bazar sans trop de confiance en toi, tu exiges tout de suite que l’on t’érige un mur des lamentations : d’ailleurs il en est dans les commentaires qui suivent.
    Vous partez en couille les gars ou quoi ?
    On n’en a rien à foutre de la mouche-à-boeufs d’Instagram, rien à foutre de la duplice au décolleté ou de la connasse-pétasse qui se rend inaccessible voire de l’héxogame qui tend à accéder à l’échelon au-dessus, au prix de son cuI. Entendez bien l’expression, elle est employée à dessein : rien à foutre.
    Occupez-vous des nanas qui vous voient pour ce que vous êtes et non pas pour ce que vous voulez paraître, cela durera bien plus longtemps ou en tout cas démarrera sur des bases plus saines. Occupez-vous de celles qui n’ont pour ambition que de fonder. Lisez « Bel ami » de Maupassant pour savoir vous servir de celles qui pensaient vous abuser. Signifiants et signifiés...
    Revenons, pour cela, à notre amateur de superlatifs en vidéo : « Mademoiselle, le jean que vous portez vous sied à merveille », lui qui néglige d’avouer que le jean taille en 36-38. Taille 54 il n’avait plus de superlatif en stock pour pouvoir lui fourrer la matrice (parlant machine). On croit rêver que ce soit un non hétéro qui file conseils aux hommes (et donc aux femmes) quant à leur devenir commun. Pour avoir observé le chat de la colloc...
    Les types font pareil à leur niveau : ceux qui ne le font pas sont introvertis ou tétanisés par ce féminisme ambiant (et par ce genre de vidéo à la con qui engendre tant de commentaires chouineurs)) ; rien a foutre aussi du féminisme ambiant et autre #metoo : il n’y a qu’à Paris et Hollywood que cela existe : et au Clubmed. Et encore, dans les lieux de perdition des grandes mégapoles comme au Clubmed, l’on chope comme à l’ancienne et même de manière plus aisée, tant tout se trouve débridé. En province et dans les campagnes, cela semble plus rude mais il n’en est rien : seulement, dans ces contrées, l’on n’a pas tant besoin de coups rapides et éphémères que l’on préfère la durabilité de l’engagement, l’alliance, le partenariat, la coopération au sens strict du terme. Par ce que tout est plus complexe que l’effervescence de la ville ou l’on passe rapidement d’une rue à l’autre. Retirée à mille lieues du brouhaha citadin, la route s’étire sur une longueur quasi infinie qui se perd au lointain que l’on imagine son propre chemin à l’identique. Forgeant l’esprit, le coeur et d’autres perspectives.

     

    • C’est beau ça rappel l’Ardèche...

      Ça fait penser à la vie d’hermite vos méthaphores emportant vers la transcendance des monts et des rivières... C’est vrai qu’il n’y a guere que dans les campagnes reculées que l’on peu encore trouver son bonheur seul avec l’environnement sans se faire assaillir de culs et de nichons à tout les coins de rues, sinon quand on croise des couples même la bas on revient à la triste réalité du monde marchand et donc à la laideur...

      Merci quand même vous m’avez fait rêvé...grand fou !


    • @Sedetiam
      Toujours aussi pertinent, ça fait plaisir.
      J’ai envie de rebondir sur votre propos, en disant une chose qui me paraît évidente, mais semble-t-il nécessaire à rappeler : on attire ce qu’on veut bien.
      Le type mercantile et consumériste, emprunt de niaiseries télévisuelles, ambitieux selon la norme, adeptes des grandes lignes sociétales qui pourrissent ce monde de l’intérieur, ne pourra que se compléter auprès de son alter-ego lobotomisée, inculte, et malhonnête.
      Les clés, elles sont en nous, pas ailleurs.
      J’ai vu tellement de couples "par dépit", que je ne peux qu’admettre que ces âmes égarées ont pour principale phobie la peur d’être face à eux-mêmes.
      La solitude nécessite un certain courage, et d’accepter qu’il vaut mieux être seul(e) que mal accompagné(e).


  • Simpliste et vraiment nul...et je n’oblige personne à me suivre !


  • Puis c’est vraiment une tête à claques ce type.

    Il est en train de se monter le bourrichon tout seul contre les femmes. Il se victimise. Paradoxal cette attitude de "bonne femme" pour des hommes qui se prétendent "virilistes".

    Je suis allé voir, par curiosité, les videos du you tubeur qu’il recommande (l’Observateur). C’est d’une faiblesse. Le mec prétend donner des leçons à Soral alors que c’est un castra qui à force de cracher sur les femmes va finir avec une b.... dans les fesses. Mais c’est quoi cette connerie de Mgtow ?

    Faut vraiment foutre ces branleurs au boulot, dans des camps si nécessaire, parce que c’est le sommet de la dévirilisation.


Commentaires suivants