Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Notre histoire de France : la grande peste de Marseille de 1720

Voir aussi, sur E&R :

Se réapproprier l’histoire de France avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1907748

    Donc la cupidité fut responsable de cette terrible épidémie...Il y eut aussi,au début du siècle dernier,la grippe espagnole,qui fit plus de morts que la grande guerre,et plus proche de nous,le nuage de Tchernobyl qui,lui,s’arrêta à la frontière !juste à temps !Les sangliers et les champignons des Vosges seraient encore radioactifs,mais c’est sans doute un fake-news...


  • Une chose que j’aimerais bien comprendre c’est pourquoi la peste s’est arrêté ? Je sais qu’elle provient des puces portés par les rats. Mais pourquoi cesse-elle naturellement ?

     

  • #1907776

    Moralité, le principe de précaution a parfois du bon.
    Et C’est encore l’appât du gain qui a provoqué le malheur.


  • Les jours d’après...
    Je pense que ces grandes épidémies correspondent à certains moments d’effondrements immunitaires des populations dû aux chocs d’un désastre comme après le carnage de 1918 .
    70% de popu aujourd’hui est sous tranquillisants, sacralisation de la folie par big pharma en adéquation avec l’usage de l’insu portable comme "ami" et sous traitance de l’atomisation !


  • #1908312

    La peste c’est le rat : la puce du rat.
    Surtout le rat noir des tropiques.
    Quand le rat crève (et le rat noir crève toujours en dehors de son nid donc près de l’homme) ses puces se cassent et vous prennent pour leur garde manger.
    Si dans les 8 heures de leur visite, vous ne prenez pas d’antibiotique, dans les 7 jours votre collègue de bureau ira à votre enterrement.
    En gros : parce que 20% d’une population contaminée s’en sort (difficilement).

    Ça c’est le décor.
    Voici le réel.

    Paris pululle de rats.
    Pour l’instant, ils sont proprets et grassouillets : il y a de l’eau pour leur bain matinal, les poubelles les nourrissent bien et ils jouent à colin maillard dans les parcs.
    Mais un jour, qui arrivera bientôt, ils seront en surpopulation.
    Les maladies vont arriver.
    Les puces avec.
    Ils vont mourir en masse et pour dix qui mourront, 30 naitront.
    Faudra utiliser les chasse neiges et les ramasse crottes pour dégager les trottoirs.
    Alors les pupuces vont déménager....
    Oui, bien sûr, on aura les remèdes antibiotiques : mais le nombre ! Le nombre ...
    Quand une puce vous pique, pour changer de menu, elle déménage chez votre crémière.
    Mais cette conne (la puce), elle mange dix fois par jour !
    La promiscuité, le métro, et le RER aux heures de pointe, tout ça.
    L’incubation est de 8 jours : 8x10 par le nombre de puces affamées.
    Et si vous croyez qu’un rat n’a qu’une puce, demandez à votre chien si c’est vraisemblable.

    Donc voici le réel : seul le Ciel peut arrêter la peste.
    Et le froid.
    Justement parlons-en : quelle est la température constante de nos univers clos dans l’année ?
    Absolument : notre voiture, notre appart, notre bureau et la boutique de la crèmière de tout à l’heure sont des maternités à puces, 24/24 H, 360 jours par an.

    Petit détail qui amusera les turfistes : les puces du rat son allergiques au cheval.
    Jamais aucun palefrenier assidu à son écurie n’ a été atteint de la peste.

    Voilà :

    En plus du potager à la campagne, n’oubliez pas votre écurie, et un bon fusil à pompe.

    Faites comme Marie : vous mettez un boeuf à la gauche de votre pieu et un âne à la droite.

    Et votre flingue au milieu avec vous.

    Vous aurez pas de puces.