Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Couacs juridiques, ambitions macronistes et division à gauche : fin de règne pour Anne Hidalgo

Une série d’événements politiques et juridiques imprévus est venue mettre en grande difficulté le maire de Paris. En vue d’une réélection en 2020, ses soutiens s’activent déjà, sans encore parvenir à définir une stratégie claire pour contrer LREM.

 

Il y a encore deux ans, Anne Hidalgo semblait encore indétrônable : confortablement élue en 2014 face à une droite affaiblie et divisée, elle était parvenue à reconduire l’alliance mise en place par Bertrand Delanoë depuis 2001, aux côtés des écologistes et des communistes. Mais le raz-de-marée macroniste qui a déferlé sur Paris en 2017 et les récents déboires juridiques de la majorité municipale, aux conséquences aussi bien financières que symboliques, font peser une sérieuse menace sur une éventuelle réélection d’Anne Hidalgo en 2020 – un risque que la gauche parisienne prend au sérieux, en se mettant d’ores et déjà en ordre de bataille.

Mesure phare (et clivante) prise par Anne Hidalgo, la piétonnisation des voies sur berge a été annulée le 21 février dernier par le tribunal administratif de Paris. Interrogé par Le Monde, un élu écologiste concède qu’il s’agit d’un revers « très dur » pour la majorité, d’autant qu’il n’est que le dernier d’une longue série de violents camouflets infligés à la municipalité par les tribunaux. Récemment, un revers sur le marché public de l’affichage publicitaire, une reculade mal assumée au sujet de la sépulture de l’écrivain Michel Déon ou encore la déconfiture de la livraison des nouveaux Vélib’ sont venus écorner l’image et la crédibilité des équipes d’Anne Hidalgo.

Profitant de ce flottement politique sans précédent dans la capitale, l’opposition n’a pas manqué de s’engouffrer dans la brèche : Valérie Pécresse, Présidente Les Républicains (LR) de la région Ile-de-France, jubilant de voir Anne Hidalgo à la peine sur un dossier qui concentrait les critiques de la droite depuis plusieurs mois, a proposé de la rencontrer – un geste magnanime pour souligner la difficulté dans laquelle se trouve la patronne de l’exécutif parisien.

« Je souhaite qu’elle accepte la main que je lui tends depuis un an et demi et qu’on se mette autour de la table : j’espère que cette décision de justice va mettre fin au refus obstiné de la mairie de nous écouter », explique Valérie Pécresse au Journal du dimanche.

 

Le PS, vampirisé par LREM, en difficulté pour conserver la mairie de Paris

Si la fragilisation d’Anne Hidalgo réjouit la droite, c’est d’ailleurs que vient le principal danger pour la majorité de gauche. En effet, si La République en marche (LREM) s’est imposée comme nouvelle force politique au niveau national, elle a réalisé une percée exceptionnelle dans la capitale, parvenant à faire élire douze députés lors des législatives de 2017, avant de s’emparer de quelques sièges de sénateurs à l’automne. Parmi ces parlementaires macronistes, certains sont issus des rangs du Parti socialiste, comme Pacôme Rupin, député de la 7e circonscription, ou Julien Bargeton, ancien adjoint d’Anne Hidalgo devenu sénateur.

La recomposition politique issue de l’effondrement du PS et de l’affaiblissement de LR n’épargne pas Paris, même si le paysage politique de la capitale semble tout de même bien résister aux bouleversements qui s’opèrent au niveau national. Reste qu’Anne Hidalgo dirige localement une coalition (socialistes, écologistes et communistes) qui n’a plus le vent en poupe à l’échelle nationale. Alors que son propre parti se déchire entre macronistes et soutiens de Benoît Hamon, nombreux sont les militants et les élus qui hésitent encore. De son côté, LREM ne fait pas mystère de ses ambitions parisiennes : les noms de Benjamin Griveaux, d’Hugues Renson ou encore de Sylvain Maillard circulent déjà dans la presse comme potentiels candidats à la mairie de Paris.

Pour l’heure, le maire de Paris s’est abstenu de soutenir un candidat pour l’élection du nouveau premier secrétaire du PS, signe d’une prise de distance supplémentaire avec un parti qu’elle ne peut néanmoins pas quitter. En 2014, l’impopularité du gouvernement socialiste avait conduit Anne Hidalgo à privilégier l’affirmation d’une identité politique locale, sous le signe de la continuité avec le mandat de Bertrand Delanoë, plutôt que de revendiquer une étiquette socialiste. En 2020, Anne Hidalgo sait qu’elle devra trouver une autre formule pour limiter la casse. Reste à trouver laquelle.

En dormition depuis la débâcle de 2017, les sections socialistes de la capitale semblent démoralisées. Quant à Dès Demain, le mouvement politique lancée en mai 2017 par Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry, toutes trois populaires à gauche et évoluant quelque peu en marge du PS, il s’est jusqu’à présent distingué par une remarquable discrétion. Signe d’un tâtonnement stratégique du camp Hidalgo en vue de 2020, l’un de ses fidèles adjoints, Christophe Girard, annonçait de son côté le 22 février dernier le lancement d’une nouvelle structure supplémentaire baptisée La Gauche en mouvement, se présentant comme « un club de réflexion » pour élargir les soutiens à Anne Hidalgo. « Le combat des municipales de 2020 va être très rude et très clivant », concède l’élu parisien au Figaro.

Hidalgo, reine bobo à la dérive, sur E&R :

Qui tue Paris et la France ? Lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je travaille dans un commerce à Paris depuis plus de six ans et ce que j’entends dire des Parisiens à son sujet n’augure rien de bon pour elle lors des prochaines élections.
    Bon, elle a "gagné" le déroulement des Jeux Olympiques de 2024 mais je pense que c’est un autre maire qui en aura à supporter les conséquences et "nous tous" a en payer les frais... Merci Madame Hidalgo...

     

  • A propos d’Anne Hidalgo, une belle boulette est à mettre au compte de Djamel qui parlait de l’élection de Trump aux USA : "Et pourquoi pas Dingo à la tête de Paris ?". Sans savoir que depuis longtemps, Parisiens et banlieusards l’appellent "Annie Dingo" :)


  • Ouah RT dit "le maire de Paris" ! Ils parlent mieux que nos journaux français ! Bravo !


  • Bravo pour l’article, cette Hidalgo est insupportable.

    "En dormition depuis la débâcle de 2017, les sections socialistes de la capitale semblent démoralisées."

    Attention , "dormition" est un terme qui désigne la mort de notre Très Sainte Marie, pour nous, chrétiens orthodoxes. ça ne peut pas concerner une quelconque section socialiste.

    Bien à vous.


  • Son sectarisme idéologique, son communautarisme exacerbé, sa priorité à l’idéologie cosmopolite, sa totale incompétence pour gérer le bien public, ses décisions d’un Paris tout vélo ont fait de cette Capitale une ville tiers-monde : les gares auber, chatelet y compris des stations de métro du 4 au 6è arrondissement ne nous enchantent guère. Y circulent rats, immigrés, faux syriens, roms faisant la manche où y règnent, aussi, la saleté, l’odeur de pisse, l’écoulement des eaux de pluie dans les gares. Lorsque vous prenez les escaliers dès le matin, cela vous soulève le cœur. Tout cela nous le devons, en grande partie, à la gestion des malfaisants de la gochiasse la plus bête du monde. Tout ce qu’ils touchent se traduit en tiers tiers-mondisation et Paris est en un bel exemple de gestion gocho.