Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Nouvelle banderille dans la propagande occidentale sur la Syrie : le témoignage de Carla Ortiz

L’armée syrienne n’a pas tiré sur les combattants qui quittaient Alep lors des évacuations, elle leur a même distribué de la nourriture, selon Carla Ortiz, réalisatrice bolivienne de documentaires, contrairement aux messages des grands médias.

Carla Ortiz, actrice et réalisatrice bolivienne dont le témoignage retentissant a mis à mal la version des médias occidentaux sur Alep, donne cette fois sa version des faits sur la libération d’Alep-Est, notamment l’évacuation des combattants et de leurs familles de la ville.

Elle a publié une vidéo de son documentaire en préparation montrant le processus d’évacuation afin de contester les déclarations des médias occidentaux arguant que les forces gouvernementales syriennes tiraient sur les évacués, et pour prouver que l’évacuation qui a eu lieu dans le cadre de l’accord négocié par la Russie et la Turquie, était pacifique.

 

 

« Beaucoup de gens m’ont demandé de fournir des preuves montrant qu’on ne tirait pas sur les gens dans la rue, ni sur les enfants, lors de l’évacuation, comme certains médias l’ont rapporté. Alors, voici ce que j’ai vu de mes propres yeux : les civils ont été évacués à pied de la partie Est de la ville et ensuite transportés vers des refuges dans des bus. Excusez-moi, mais il n’y a absolument pas eu de fusillades de masse pendant l’évacuation », a écrit Ortiz sur Facebook, en commentaire de la vidéo.

Ortiz a ensuite continué à contester certaines autres histoires relatées par les grands médias, en mettant en doute l’authenticité des soi-disant « rapports des témoins » provenant des quartiers d’Alep qui étaient occupés par les rebelles à l’époque, rapidement propagés par les médias occidentaux. Elle a précisé qu’il n’y avait pas de connexion Internet dans la partie est de la ville, qui aurait pu permettre à ces témoins de partager leurs images aux médias.

Ortiz rapporte aussi que, bien qu’elle avait son portable avec itinérance internationale et connexion wifi, elle ne pouvait pas même envoyer un court SMS à sa famille lorsqu’elle se trouvait à Alep-Est.

« Quand j’étais à Alep-Est, il n’y avait pas d’internet dans les quartiers voisins récemment libérés – je ne pouvais même pas signaler à ma famille que j’étais en vie. Il était impossible de mettre quoi que ce soit en ligne. J’avais besoin de télécharger une vidéo dans l’hôtel, et cela m’a pris plus de deux heures », a précisé Ortiz à RT.

« Pour moi, il est absurde de penser que ce tournage ait été réalisé là-bas », a-t-elle ajouté.

En même temps, elle a admis qu’Alep était vraiment « le point crucial du conflit » et « une dévastation totale » causée, selon elle, non seulement par l’armée syrienne ou les bombardements russes, mais aussi par les combattants qui contrôlaient ces quartiers.

Tandis qu’Alep « était parfois privé d’électricité et d’approvisionnement d’eau, même si les commerces restaient toujours ouverts », les gens continuaient de vivre, alors que dans la partie Est de la ville, il n’y avait que terreur et dévastation.

« Quand vous parlez à une personne qui vient de quitter Alep-Est… ils disaient qu’ils n’avaient pas de nourriture, pas d’accès à l’électricité, pas de médicaments, leurs enfants ne pouvaient pas aller à l’école », a révélé Ortiz, en affirmant que les gens là-bas étaient parfois obligés d’« enfermer à clé leurs enfants, car les terroristes utilisaient les enfants pour faire du chantage à leur famille, pour qu’ils restent calmes ou pour qu’ils fassent quelque chose pour eux ».

Les conditions dans lesquelles les civils vivaient sous le joug des soi-disant rebelles, étaient « vraiment inhumaines », a-t-elle souligné, en ajoutant que la plupart des combattants qui contrôlaient la partie Est de la ville étaient des mercenaires.

« Quand vous parlez à des gens qui ont récemment quitté Alep-Est, ils vous disent que la plupart des terroristes ne sont même pas Syriens », assure Ortiz.

Ortiz a déclaré qu’elle avait observé des snipers cibler des civils dans les rues d’Alep-Est, alors qu’elle essayait d’accéder à cette parte de la ville.

La plupart des habitants d’Alep ont salué la libération de la ville par l’armée syrienne, indépendamment de leur orientation politique, parce qu’ils étaient juste heureux d’être enfin débarassés de la guerre, Ortiz a rapporté.

« Les gens étaient pleins d’espoir et heureux de pouvoir traverser Alep d’est en ouest. Ils remerciaient Dieu et l’armée syrienne. Cela n’avait rien à avoir avec la politique. Ils ne parlaient pas de qui ils supportaient, ils étaient juste ravis d’être libres. »

La vidéaste a aussi mis en valeur le fait que beaucoup de soldats qui combattaient aux côtés des forces gouvernementales à Alep étaient en fait « des volontaires qui combattaient pour faire sortir certains membres de leur famille d’Alep-Est ».

Ortiz a également approuvé l’accord national syrien de cessez-le-feu, qui a été récemment négocié entre la Russie, la Syrie et la Turquie et qui est entré en vigueur le 29 décembre. Cet accord « pourrait déterminer beaucoup de choses à cet instant précis », a-t-elle glissé, ajoutant que « cela pourrait vraiment exaucer les prières des gens ».

« J’ai eu la possibilité de parler à tous ces gens de tous âges et toutes religions – et ils prient tous pour un véritable cessez-le-feu », affirme la réalisatrice.

Ras le bol de la désinformation ? Pour un regard lucide sur le monde,
rendez-vous chez Kontre Kulture :

Pourquoi les médias mentent-ils ?
Des réponses chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Merci internet !
    Merci E&R !
    La propagande du système fonctionne de moins en moins tant elle apparait grotesque pour ceux qui, de plus en plus nombreux, s’informent sur internet.
    C’est scandaleux de voir comment nos médias et nos politiques nous mentent !
    Heureusement qu’il y a encore le FN pour rétablir un peu de vérité dans l’immonde soupe de propagande que les journaux nous servent tous les jours, à nous, le peuple abruti, à nous, la merdasse...
    Je rêve d’un Nuremberg 2.0, où seraient jugés tous les collabos politiques et médiatiques pour leurs mensonges éhontés, où seraient condamnés pour haute trahison tous ceux qui ont œuvré volontairement contre les intérêts du peuple français.
    Je rêve que le juif qui affirmait qu’Al Nostra faisait du bon boulot soit sévèrement condamné pour avoir fait l’apologie d’un crime contre l’humanité.
    Bref, je rêve d’un vrai bon boulot qui réduirait enfin au silence toute cette vermine avant-gardiste qui trompe, asphyxie, déshonore et pourrit notre belle France depuis trop longtemps...


  • allez sur sa page facebook elle a mis en ligne tous ses reportages à Alep , à la base c’est une actrice Péruvienne , elle est vraiment trés belle cette femme , vu la propagande contre la Syrie qu’il y a en Amérique latine son reportage va se répendre sur les réseaux sociaux latinos comme une trainée de poudre Chile , Argentina , Brazil etc... toma en el culo del systema !!!


  • C’est quand même dingue que pas un seul grand reporter occidental ne soit aller là-bas... c’est quand même un peu le honte... je le dis franchement... on a eu depuis l’invention de la photo, des reporters européens dans tous les conflits majeurs... et aujourd’hui, à l’heure du numérique, pas un mec n’est allé faire son boulot... il a fallu qu’une comédienne de 40 ans, bolivienne de Californie, y aille pour avoir quelques infos... c’est vraiment la honte... et chaque années "Visa pour l’image" et autres festivals subventionnés s’auto-congratulent à qui mieux mieux..
    Ça va être difficile de nous pondre un film hollywoodien façon " un journaliste au coeur du conflit"...

     

    • Les "reporters " occidentaux sont à l’image de l’occident , comme le disait Camus ::" peur de tuer et peur de mourir"...Les derniers à avoir fait leur travail sont ceux qui ont couvert le Viet Nam, ils accompagnaient les compagnies d’infanterie dans la boue et la jungle, et prenaient l’hélico à leur coté comme on prend un taxi ...évidemment beaucoup en sont morts , ce qui n’arrive plus aujourd’hui,


    • Cela ne t’etonnes pas justement qu’une actrice a la plastique généreuse au chômage depuis 2005 fasse partie du casting ?
      D’où vient la propagande d’après toi ? ))


  • Michel Collon explique très bien comment les peuples sont manipulés en temps de guerre par les médiats aux bottes des gouvernants et de leurs maîtres.

     

  • Cette femme prouve que beauté et vérité porteront le salut dans ce monde de brutes.


  • Une connexion skype depuis une zone de guerre ou l’on commet des genocides, ou regne le chaos mais on recoit quand meme sa facture ADSL moi je change de forfait demain !!! merci de me fournir le numero vert du fournisseur local !


  • Comme aurait dit un de mes ancêtres doté d’un bon sens paysan légendaire : "Les médias ? Pouah !


  • cette charmante dame est bolivienne .... Simon Bolivar ! Les sud américains ont encore un adn anti impérialisme qui coulent dans leurs veines !