Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Olivier Berruyer : "Ce n’est pas au législateur de s’occuper des fake news"

Dans ses vœux à la presse prononcés le 3 janvier 2017, Emmanuel Macron a annoncé un projet de loi visant à lutter contre la « propagande » et les « fake news » et à « protéger la vie démocratique ». Le texte prévoit notamment de pouvoir bloquer l’accès à certains sites internet. Contacté par RT France, le blogueur et économiste Olivier Berruyer réagit.

 

 

À ne pas manquer sur E&R :

L’Empire, ses réseaux et ses méthodes, chez Kontre Kulture :

 






Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • On avait une loi pour le passé (Gayssot) et maintenant on en a une pour le présent. On entre dans des heures sombres.

     

    Répondre à ce message

  • J’espère que le fait de relayer Monsieur Berruyer ne va pas lui provoquer une descente d’organes. D’ailleurs, le fait qu’il semble faire remonter le début de la censure au moment et du Brexit et de l’élection de Trump est en ce sens assez significatif. Un avis sur la Dilcrah et ses cibles peut-être ? Non ? Une autre fois sans doute.

     

    Répondre à ce message

  • S’il est logique, une fois cette loi enregistrée, il devra créer un Ministère de la Vérité.

     

    Répondre à ce message

  • « La dictature c’est “ferme ta gueule” ; la démocratie c’est “cause toujours” »

     

    Répondre à ce message

  • Contrairement aux apparences et une fois n’est pas coutume, cette mesure n’est pas directement synonyme d’un niveau supplémentaire atteint dans l’échelle Orwellienne.
    C’est juste un mouvement de panique dans les relations incestieuses entre le pouvoir et les médias dominants hexagonaux, ces derniers prenant conscience de leur perte d’influence croissante à mesure que les GAFA prennent de l’ampleur dans l’information/désinformation.

    Le pouvoir français, sous sa forme actuelle, ayant besoin des mainstreams pour se maintenir à la tête de l’état, ne peut pas se permettre de voir disparaître son principal vecteur de propagande au profit d’un groupe restreint et étranger qui détiendrait donc le pouvoir colossal d’informer le monde, une fois la mise à mort actée des mainstreams des états-nations.

    Le Fake news n’est que l’arbre qui cache la forêt dans l’inquiétude de Macron et de la zone Euro, il existe et en effet, un risque systémique quant à un remplacement mondialisé de la propagande localisée, l’arroseur arrosé en quelque sorte, ce qui n’est pas surprenant, les loups ultra libéraux se dévorant entre eux.

    Post 14-18 et 39-45, les US ont dominé le monde grâce à la Banque, la Fed et le dollars-roi, ils veulent maintenant reprendre leur leadership en dominant la guerre de l’information.

     

    Répondre à ce message

  • L’excellent Jean-Sébastien Ferjou l’explique très bien également : https://www.youtube.com/watch?v=sau...

     

    Répondre à ce message

  • 100 % foutage de gueule.
    C’est comme si on laissait des faux monnayeurs créer des détecteurs de faux billets.
    Non mais je rêve...

     

    Répondre à ce message

  • #1874196

    oh olivier Berruyer, presstv chaine Iranienne en Français et anglais nous ont appris beaucoup de chose.

    presstv le meilleur site sur l’actualité internationale avec RT.

     

    Répondre à ce message

  • Macron est totalement déconnecté. L’intelligence artificielle menace clairement le métier du journalisme. Bientôt, il existera des algorithmes parfaitement capables d’évaluer une information et qui feront autorité bien plus sûrement que n’importe quel éditorialiste. Le rôle même du législateur est lui aussi menacé par le développement exponentiel des moyens et façons de communiquer.

    C’est donc avec une vision radicalement ouverte qu’il faut aborder ces questions et c’est exactement le contraire que fait Macron !

     

    Répondre à ce message

  • « Pour Fabrice Epelboin, professeur à Science Po et spécialiste des médias sociaux, le gouvernement est le premier vecteur de Fake News. »

    « Selon lui les médias traditionnels comme BFM véhiculent régulièrement de fausses informations pour tromper et influencer l’opinion publique. »

    « En effet le président de la République a la volonté de recourir à l’arme de la loi pour lutter selon lui plus « efficacement contre les fake news » propagées sur Internet et pourrait donc, ouvrir une boîte de Pandore néfaste pour la liberté d’expression, estiment des professionnels du secteur. »

    « L’État a-t-il vraiment son mot à dire sur la déontologie de l’information ? La puissance publique peut-elle interférer sur les contenus publiés par des sites et sur des plateformes comme Facebook, sans porter atteinte à la liberté d’expression telle que définie par la loi de 1881, qui constitue l’un des piliers de notre démocratie ? »

    « Le dilemme met les experts mal à l’aise. »

    « C’est justement ce que dénonce depuis plusieurs mois le réseau Reporters sans frontières. »

    « « Bien sûr, il est plus que jamais nécessaire pour l’internaute de démêler le vrai du faux dans l’information qui s’offre à lui, écrivait en novembre Christophe Deloire, le secrétaire général de RSF. Mais la lutte contre les fake news doit passer par la promotion d’un journalisme libre et indépendant, vecteur d’une information fiable, de qualité », ajoutait-il. »

    Entretien sur Europe 1 avec Frédéric Taddéï le 5 janvier 2018. Nombre de consultations au 11/1/2018 à 6h50 : 15209.

    Si Sciences Po autorise ses profs à s’exprimer :) c’est que la dictature-en-marche ne parviendrait pas à assagir le côté frondeur des français plus nombreux peut-on penser à être réveillés, signe encourageant à signaler dans la morosité ambiante !

    https://www.youtube.com/watch?v=1v-...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents