Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Olivier Delamarche – Les vilains arrangements de la croissance française

Comment l’INSEE gonfle artificiellement les chiffres de la croissance française...

 

 

À lire chez Kontre Kulture :

Olivier Delamarche, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Et pourquoi l’état n’organiserait t"il pas lui même le cheminement de la drogue, il sera certain de la quantité et donc des milliards à ajouter au Pib, voire les gonfler vu l’opacité, pas belle la vie !


  • Tout faux. Si la richesse, c’est le volume des échanges, hé bien TOUT doit y trouver sa place : la prostitution, la drogue, les échanges de vidéos pédophiles, etc.

    Delamarche fait comme tous les économistes, il ignore délibérément le rôle des banques dans la création monétaire. C’est cela et cela seulement qui fait le pouvoir d’achat, et donc la richesse des individus.

     

    • Mike... vous êtes économiste ?

      Delamarhe se "trompe" si, et seulement si l’on fonctionne avec un système d’économie basé sur le principe de la création d’une dette exponentielle pour tous, donc remboursée par nous tous sans fin. Cercle vicieux...

      Mais... Delamarche (économiste, juste pour vous rappeler son métier) a raison lorsqu’on parle d’une économie saine, basée comme cela se pratiquait avant la fameuse loi de finance 1973 (merci Giscard l’américain de contrebande !) sur un cercle vertueux : emprunts d’état sur l’épargne des citoyens et récupérés par eux en termes de "retour sur investissements" (infrastructures, qualités des services publics, etc...)

      Les banques ont changé de métier, tout simplement, et sont toutes devenues des lessiveuses à argent sale. Près de 50 % des profits réalisés par les banques viennent des commerces mafieux... l’état français, enfin... ce qu’il en reste, ne fait là qu’imiter (encore et toujours l’imitation, qui traduit une vassalisation totale au système dominant-prédateur !) les maîtres du jeu : la grande finance mondialisée, c’est-à-dire... les organisations de profits systématiques.

      Quand une économie ne compte plus ses profits qu’en termes de chiffres artificiels (projections sur des hypothétiques valeurs futures, évaluations arbitraires de "valeurs d’entreprises"...) elle est déjà morte. Le fiduciaire n’a plus aucune valeur autre que celle d’un PQ et les dépôts des épargnants sont en totalité inclus dans la fosse sceptique de l’artifice de croissance... soit un chiffre parfaitement creux.

      En cas d’effondrement global, ce qui arrivera tôt ou tard, vous pourrez toujours dire que Delamarche a tort... et acheter, s’il vous reste 2 balles, un paquet de mouchoirs...


    • La question n’est pas là, la question est qu’on essaye de faire croire que la croissance augmente naturellement alors qu’elle se maintient à peine en rajoutant des secteurs d’activité auparavant exclus.


    • Pourquoi pas, mais ce qu’Olivier Delamarche semble dire, c’est qu’auparavant, ni la drogue ni la prostitution n’étaient comptabilisées dans le calcul du PIB, et que leur prise en compte est une nouveauté, dans le but de gonfler une fois de plus la croissance.



    • Tout faux. Si la richesse, c’est le volume des échanges, hé bien TOUT doit y trouver sa place : la prostitution, la drogue, les échanges de vidéos pédophiles, etc.



      C’est vous qui avez tout faux. Votre vision de l’économie est une vision froide, dénuée de toute moralité. Car il est parfaitement immoral de faire peser l’honnêteté autant que le crime, de mettre un artisan de dur labeur à côté d’un trafiquant de drogue ou d’un proxénète.

      Vous êtes bien la preuve que la logique d’argent est destructrice du Bien, du Vrai, du Beau, du Bon... un pays qui intègre le néfaste et le criminel économiquement, est un pays qui l’intègre dans le nombre de ses valeurs.

      Ou comment faire de vices des vertus.


    • "Delamarche se "trompe" si, et seulement si l’on fonctionne avec un système d’économie basé sur le principe de la création d’une dette exponentielle pour tous, donc remboursée par nous tous sans fin. Cercle vicieux..."

      Pas un cercle vicieux. Le fonctionnement de toutes les économies, partout et depuis toujours. Pour arrêter l’accumulation des dettes, les hébreux et les babyloniens avaient les années de Jubilés, où elles étaient annulées en totalité.
      Et puis il y a eu les économistes classiques, qui ont nous fait croire qu’on produisait le pognon nous-mêmes et fait disparaître le banquier.

      "Delamarche (économiste, juste pour vous rappeler son métier) a raison lorsqu’on parle d’une économie saine, basée comme cela se pratiquait avant la fameuse loi de finance 1973"

      C’est toute la limite d’ER de risquer leur peau pour seulement vouloir revenir à la France d’avant 68 et son "économie saine".
      OD est analyste financier, il joue en Bourse. Un travail que certains font sans diplôme. Il est possible qu’il ait de bons résultats. En tout cas il n’est pas professeur d’économie. Moi j’ai un master. Comme lui je suppose.

      "Les banques ont changé de métier, tout simplement, et sont toutes devenues des lessiveuses à argent sale."

      Où les riches d’antan plaçaient-ils donc leur argent ?

      "Quand une économie ne compte plus ses profits qu’en termes de chiffres artificiels (projections sur des hypothétiques valeurs futures, évaluations arbitraires de "valeurs d’entreprises"...) elle est déjà morte."

      Comment croyez-vous que l’économie fonctionnait avant 73 ? Un investissement est toujours un pari sur l’avenir.

      "Le fiduciaire n’a plus aucune valeur autre que celle d’un PQ et les dépôts des épargnants sont en totalité inclus dans la fosse sceptique de l’artifice de croissance... soit un chiffre parfaitement creux."

      Le fiduciaire a la valeur que lui accordent le payeur et le payé. Mon boulanger a pris mes 3,50 euros pour un sandwich ce midi. Je pense donc pouvoir dire que le fiduciaire a de la valeur.

      Ce dont je suis d’accord, c’est que c’est un consensus fragile, et basé sur la conception humaine 1 - que la valeur annoncée des euros et des sandwiches est authentique, 2- que tout ce qui s’achète et se vend a une valeur "réelle".

      Le caractère irréel commence à se voir. Jovanovic ou Delamarche, pris par le doute, pensent que c’est un problème de "dérèglement" de l’économie et s’en prennent à l’énoncé 1. Mais même l’économie "saine" est irréelle.


  • Merci pour le coup de gueule mais les français sont des veau. Vous avez plus de chance de vendre des radiateurs dans le desert que reveiller les français..

     

  • La voix-off à la fin de la video propose un lien pour faire "fructifier son patrimoine" !
    Il faut savoir si on se place dans le camp des usuriers ou non.

    C’est bien l’adossement de l’économie à l’intérêt qui en fait un système de Ponzi obligé à croître.

    L’argent n’a jamais fait de petits !

     

  • Lorsqu’on en arrive à un tel stade ,autrement dit à racler les fonds de tiroirs pour faire de la croissance ,c’est qu’on est pas loin de la fin .

     

    • "c’est qu’on est pas loin de la fin " j’ai pensé la même chose !


    • C’est aussi mon avis.

      Le trafic de drogue existe depuis des décennies et normalement l’Etat est sensé lutter contre. Pour en arriver à intégrer cette merde dans le PIB c’est qu’en haut lieu ils ont épuisé tous les artifices "légaux" pour doper la croissance sans que ça reparte vraiment pour autant.

      J’aurais tendance à penser qu’ils sont parfaitement conscients que le système basé sur la croissance est en bout de course mais changer de système n’étant pas une chose triviale à réaliser (du fait des perdants), ils cherchent à gagner du temps.


  • Ce qu’il dit est très vrai en ce qui concerne le commerce de la drogue.
    L’Etat a maintenant intérêt à le faciliter puisqu’il apporte de la croissance. Pas étonnant qu’il ouvre des salles de shoot.
    Et puis c’est un commerce où il n’y a pas de problèmes avec les employés. Vous voyez les dealers d’un groupe de trafiquants se mettre en grève et demander l’aide de l’Etat pour garantir leurs salaires ? Lol.


  • Je note l’humour d’Olivier Delamarche :

    calculs au pif pour la drogue, au doigt mouillé pour la prostitution...

    Excellent !


  • Toutes les statistiques de l’INSEE sont "fausses"... Elles sont arrangées... Bien entendu que le commerce de la drogue revient en partie dans l’économie réelle mais on ne peut le quantifier puisqu’il s’agit d’un commerce illicite et non déclaré... À moins que l’ État soit impliqué dans le trafic.....auquel cas, l’INSEE aurait les chiffres.....Économiquement, y-a plus rien qui tient, alors en attendant le crash inévitable, on tente de nous faire croire au miracle... Mais, nous ne sommes pas dupes... Quand même....


  • Une question :
    Quand une banque echange ses creances pourries contre du cash à la BCE ca rentre dans le PIB ?
    Non parce qu’a force de compter des Quantitatives easing dans le PIB si ca se trouve on est dans une recession pire qu’en 1929 et on est pas au courrant.
    On fait juste plus de dette et on fait open bar pour faire venir tous les migrants du monde pour créer suffisamment de misère pour éviter une hyperinflation.
    Qui pourrait etre préjudiciable a tous les rentiers du capital

     

  • Merci à ce monsieur pour ses analyses éclairées !

    Pour celles et ceux qui sont intéressés Olivier Delmarche sera à Nantes le 13 mars pour une conférence intitulée " Parallèle entre l’économie mondiale et le Titanic ". Voici le lien ci-dessous :

    https://goo.gl/forms/TAPyHPqMoqTx9P0J3


  • Quoi qu’on en dise, la prostitution (crime lent assimilable à de la pornographie non filmée), et trafic de drogue (crime tout court), demeurent, dans la mesure ou c’est aliénant, du travail (de la torture, donc). Mais du travail tout de même !

    Alors est ce pire de les comptabiliser dans le PIB de la nation que de considérer acceptable, le fruit de la spéculation (profits stratosphériques sans travail), spécialité d’Olivier Delamarche, (dont j’apprécie généralement le point de vue) ?

    Au final, si ce système à la mathématique syphilitique tient encore, n’est ce pas justement parce qu’il repose sur ces comptabilités dévoyées depuis longtemps ?


  • Dette publique : l’incroyable trucage des chiffres.
    Voici comment Eurostat truque ses statistiques :
    Chiffres Eurostat publiés le lundi 24 octobre 2016 :

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 315,292 milliards d’euros, soit 179,2 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2250,402 milliards d’euros, soit 135,5 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 239,827 milliards d’euros, soit 131,7 % du PIB.

    4- Belgique : dette publique de 455,330 milliards d’euros, soit 109,7 % du PIB.

    5- Chypre : dette publique de 19,044 milliards d’euros, soit 109 % du PIB.

    6- Espagne : dette publique de 1106,693 milliards d’euros, soit 100,5 % du PIB.

    7- France : dette publique de 2170,812 milliards d’euros, soit 98,2 % du PIB.

    Pour truquer les chiffres de la dette publique, le mécanisme est le suivant :
    Il y a deux ans, le vendredi 23 octobre 2015, Eurostat annonçait que la dette publique de l’Irlande était de 102 % du PIB.
    Un an plus tard, la dette publique de l’Irlande s’est effondrée, COMME PAR MAGIE, à 77,8 % du PIB ! ! !
    Le 13 juillet 2016, l’irremplaçable Charles Sannat avait expliqué le trucage des chiffres concernant l’Irlande :
    Aujourd’hui, c’est une perle avec la croissance économique irlandaise qui nous est annoncée le plus sérieusement du monde à, tenez-vous bien… roulement de tambours… 26,3,% de façon générale. Si on ne prend que la croissance industrielle, c’est carrément, en pouffant de rire,… 97,8 % ! Oui, vous avez bien lu, vous pouvez rire, attention à vos côtes tout de même… 97,8 % de croissance de l’industrie… hahahahahahaha !

    J’en ai encore mal au ventre… Mais ce n’est pas tout : du coup, grâce à cette performance économique hors du commun, que même Capitaine Flam ou Zorro le renard rusé seraient incapables d’accomplir sans l’aide de Hulk, de l’Homme qui valait 3 milliards sans oublier Captain America, figurez-vous que le ratio dette sur PIB de l’Irlande, qui était à 100 %, vient subitement de passer à seulement 80 %… C’est génial, c’est fabuleux.
    Par manque de place je poursuis mes propos sur un second commentaire..........


  • Je poursuis donc mon commentaire...Je me bannane Je me marrrrrre...Je suis hilare, et croyez-moi, ça fait du bien de rigoler franchement et sans retenue. En outre, au moment même où j’écris ces lignes, et hélas vous ne pouvez pas le voir, mais qu’est-ce que je rigole, je rigole…
    Non parce que de vous à moi, celui qui croit une seule seconde qu’en un an, l’industrie irlandaise a pu croître de 97,8 %, je vous assure que c’est le roi des benêts et encore, c’est pour ne pas être insultant et lui dire que c’est le roi des cons….

    Oui… Et vous savez comment ? Maintenant, en Irlande, on compte les actifs des entreprises dans le PIB de l’Irlande, et comme il y a un gros loueur d’avions en leasing qui s’est installé en Irlande histoire de ne pas payer d’impôts (l’année prochaine, il pourra s’installer en Angleterre même si cela fache notre bon sinistre du budget qui sera fâché tout rouge ), eh bien ses centaines d’avions en location viennent de rentrer dans le PIB industriel de l’Irlande, d’où les 97,8 % de croissance.

    C’est un peu comme si nous prenions en compte cette année la valeur de toutes les maisons de tous les Français et qu’on disait… « Ouaaaaaah… ça fait augmenter le PIB ahahahahahahaha, c’est génial ! » On avait eu le coup de l’intégration dans le PIB de la prostitution et du trafic de drogue, mais là, c’est génial...

    Éloignons-nous de la presse et des mérdias...


  • Après ils tiendront compte du trafic de Kalachnikovs dans les quartiers Nord de Marseille.


  • J’aime son humour : « le calcul de la prostitution au doigt mouillé » .

     

  • à 5’18



    La chute de la Lybie a en effet créée une nouvelle route



    Il faut écrire Libye.


Commentaires suivants