Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

PMA sans père : l’Académie de médecine contre les libéraux-libertaires de la Macronie

Nous allons commencer cet article par les conclusions, timides mais assez claires, de l’Académie nationale de médecine sur les conséquences de la PMA sur un enfant privé de père.
Nous allons leur opposer les avis des membres du gouvernement libéral-libertaire du couple Philippe-Macron, notamment par la voix d’Agnès Buzyn, le ministre en charge, et enfin ajouter quelques informations de notre cru tirées d’études scientifiques sur la monoparentalité.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

« la figure du père reste fondatrice pour la personnalité de l’enfant »

« La conception délibérée d’un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure qui n’est pas sans risques pour le développement psychologique et l’épanouissement de l’enfant » : le 21 septembre, l’Académie nationale de médecine a publié un rapport pointant ses inquiétudes sur l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires.

[...]

Cet avis sur la loi de bioéthique, dont l’ouverture de la PMA est la mesure la plus symbolique, a été adopté en séance par l’Académie mardi 17 septembre, par 69 voix pour, 11 contre et 5 abstentions. Son rapporteur est l’ancien ministre de la Santé Jean-François Mattei.

L’Académie « reconnait la légitimité du désir de maternité chez toute femme quelle que soit sa situation », mais juge qu’« il faut aussi au titre de la même égalité des droits tenir compte du droit de tout enfant à avoir un père et une mère dans la mesure du possible ».

« L’argument régulièrement avancé pour rejeter le risque pour l’enfant se fonde sur certaines évaluations, essentiellement dans quelques pays anglo-saxons et européens, faisant état de l’absence d’impact avéré sur le devenir de l’enfant », poursuit l’Académie. Mais elle ne juge « pas très convaincantes ces données au plan méthodologique, en nombre de cas et en durée d’observation sur des enfants n’ayant pas toujours atteint l’âge des questions existentielles ».

L’Académie estime par ailleurs que, « de plus en plus malmenée par les évolutions sociétales, la figure du père reste pourtant fondatrice pour la personnalité de l’enfant comme le rappellent des pédopsychiatres, pédiatres et psychologues ».

Le projet de loi de bioéthique sera débattu à partir du 24 septembre à l’Assemblée, promettant des débats intenses sur l’extension de la PMA à toutes les femmes. Selon ses statuts, l’Académie nationale de médecine peut être saisie d’une demande d’avis par le gouvernement et peut aussi s’autosaisir sur toute question concernant les domaines de la santé et de l’éthique médicale.

Lire l’article entier sur francais.rt.com

 


 

Extension de la PMA : comment la majorité répond
aux réserves émises par l’Académie de médecine

« Aujourd’hui, un quart des familles françaises sont monoparentales. Ne me dites pas que tous les enfants qui y naissent ne sont pas bien construits psychologiquement », a déclaré Agnès Buzyn, dimanche, lors du Grand jury LCI-Le Figaro-RTL.

 

(Le débat sur la PMA dans la loi bioéthique commence à 41’57)

 

« Peut-on accepter qu’un enfant soit délibérément privé de père ? » L’Académie nationale de médecine a publié, samedi 21 septembre, un rapport dans lequel elle émet des réserves sur l’ouverture à la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires. Des réserves que ne partagent pas le gouvernement et la majorité LREM, qui affirment, arguments à l’appui, que les enfants nés dans des familles homoparentales et monoparentales ne se développent pas moins bien que les autres. Franceinfo liste les arguments avancés par la majorité.

 

Réponse 1 : les enfants nés dans ce type de famille sont dans une situation courante

« Considérer qu’il y a un lien direct entre défaut de construction de l’enfant et famille monoparentale est faux », a défendu le ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Dimanche 22 septembre, lors du Grand Jury LCI-Le Figaro-RTL, elle a en effet rappelé qu’« aujourd’hui, un quart des familles françaises sont monoparentales (...) Ne me dites pas que tous les enfants qui y naissent ont des difficultés de construction ».

Gabriel Attal, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, ne partage pas non plus l’avis de l’Académie de médecine. « Ma conviction, c’est que ce serait méconnaître la situation d’énormément d’enfants qui sont élevés dans des familles homoparentales ou monoparentales », a-t-il déclaré lors de l’émission "Questions politiques", sur France Inter et franceinfo.

« Les études que nous avons à notre disposition sur les enfants qui sont élevés dans des familles monoparentales ne sont pas des études inquiétantes. » (Agnès Buzyn)

En France, selon l’Insee, 1,7 million de familles sont monoparentales, soit plus d’une sur cinq. Un taux qui a plus que doublé en quarante ans. Dans 85% des cas, la mère est le chef de famille. De quoi faire dire à la ministre de la Santé que les critiques de l’Académie de médecine sont « datées ».

De son côté, Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, a également pris position contre les réserves de l’Académie de médecine. « Je crois profondément, aujourd’hui, qu’un enfant peut pleinement s’épanouir au sein d’un couple de même sexe », a-t-il déclaré sur le plateau de Dimanche en politique, sur France 3.

Lire l’article entier sur francetvinfo.com

 


 

Énorme mensonge politique du ministre de la Santé, d’autant plus énorme qu’il est responsable politique : tout le monde sait que les enfants sans père se construisent plus difficilement, que leur structuration uniquement maternelle les prépare moins bien au choc de la seconde naissance, le basculement dans la vie sociale.

Si l’enfant a des besoins affectifs comblés par la mère (en théorie), c’est le père qui lui donne sa colonne vertébrale sociale, c’est-à-dire le fondement de son rapport aux autres. Aux États-Unis, les enfants des familles pauvres sans père ont en moyenne entre un et deux ans de retard scolaire. Mais peut-être est-ce la pauvreté, nous rétorquera Buzyn...

Quand on voit l’argument avancé par nos gouvernants, dont on ne commentera pas la sexualité et la méconnaissance – pour la plupart – des enfants, qui consiste à dire en substance que « la monoparentalité c’est pas grave parce que y en a plein », alors que cette monoparentalité est la conséquence de la marchandisation de la société et de sa déstructuration morale, une déstructuration dont ce gouvernement est le symbole, alors on se dit qu’on est dirigé par des cyniques, pour rester polis. Pour être encore plus directs, le discours officiel censé contrer les conclusions avancées par l’Académie nationale de médecine, revient à dire : « c’est déjà le bordel, un peu plus un peu moins, qu’est-ce qu’on en a à faire ? Les gens n’ont qu’à se débrouiller, c’est pas notre problème... »

Au fait, pourquoi y a-t-il de plus en plus de familles monoparentales, c’est-à-dire où il n’y a plus de père ?

Les explications sont assez brutales : le chômage grandissant des hommes depuis 40 ans les a rendus moins attractifs pour les femmes. Ces dernières travaillant de plus en plus ont moins besoin d’un homme qui n’est plus qu’un salaire d’appoint, et non plus le salaire vital. De plus, les aides sociales pour les mères seules ont compensé en partie le départ du père, ce qui veut dire que beaucoup de femmes étaient en couple avec un homme uniquement pour des raisons économiques. Les femmes ne cherchent plus ou en tout cas moins la sécurité financière dans le mariage, c’est un fait. Elles sont plus autonomes, font des enfants quand elles en ont envie avec qui elles ont envie, car elles sont les maîtres de leur contraception. Le revers de la pièce, c’est que les inséminateurs plus ou moins volontaires ne se sentent plus totalement responsables de la famille à venir.

« L’aide sociale accordée aux mères sans ressources, à condition qu’elles quittent leurs parents et ne soient pas aidées par le père de leur enfant, est perçue de plus en plus comme une incitation aux ruptures familiales et un coup de fouet à la propagation du nombre de mères adolescentes. » (Source : une étude sur les familles monoparentales aux États-Unis)

Il ne s’agit pas ici d’incriminer les femmes, mais de montrer que le féminisme et l’évolution sociale ont produit une société sans père, ou en voie de l’éliminer. Que ce soit en France ou aux USA, aujourd’hui un bon quart des enfants n’ont pas de pères de manière continue. Le niveau de vie de ces familles s’en ressent, mais oblige à une plus grande solidarité intrafamiliale ou interamicale (rôle des grands-parents et du réseau d’amis).

Alors, quelles différences notables et statistiquement prouvées entre un enfant élevé globalement sans père et un enfant élevé avec un père ? Voici un résumé d’une étude scientifique menée de 1968 à 1994, à partir d’un échantillon représentatif des ménages américains, sur un groupe de 1 848 enfants nés entre 1967 et 1975 et suivis pendant 17 ans.

Ces résultats feront bondir les adeptes de la théorie du genre et de la PMA-GPA :

D’aucuns diront qu’il s’agit d’une étude américaine « de droite » et que la situation française est différente : oui, mais elle s’en rapproche, avec 20 ans d’écart...

Il n’est pas question ici de montrer que les enfants issus de familles monoparentales continues ou discontinues sont moins intelligents que les autres, mais une famille biparentale offre plus de sécurité affective, matérielle et surtout structurante pour l’enfant. Dans ce cas, rétorqueront les macronistes, une famille biparentale homosexuelle serait un meilleur écrin pour l’enfant qu’une famille monoparentale maternelle !

Peut-être, mais le problème devient autre : dans la structuration de l’enfant, l’opposition entre les deux parents est fondamentale, c’est sur cette différence miraculeuse que se construit l’enfant. Il se construit autrement sur le semblable. Les années qui viennent, celles qui vont voir éclore des générations d’enfants sans père mais avec deux parents homosexuels, nous le diront.

- La Rédaction d’E&R -

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

58 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Nombreux sont les pères qui détestent leurs fils et je crois que l’absence du mien m’aurait été bénéfique .

     

    • On ne peut pas faire d’un cas douloureux une règle. Le rôle du père est incontournable ne serait ce que parce qu’il est le meilleur rempart contre le despotisme et l’autoritarisme de la mère. Un père se projette dans son fils, les relations sont certes compliquées mais c’est dans la nature de l’Homme.


    • Où est le rapport ? Avoir un mauvais père ne veut pas dire que la fonction de père n’est pas nécessaire !

      Ce que je remarque avant tout est la vision de l’etre humain que présuppose cette loi.

      On est pas des etres abstraits. On est inscrit au sein du règne animal, si un père ou une mère n’était pas nécessaire, la nature n’aurait pas créé deux sexes mais un seul.

      On est pas simplement la partie consciente de notre etre. Tout ce débat est ridicule et grostesque et tout simplement ascientifique. Un enfant a besoin d’un père (qui ne peut etre qu’un homme) et d’un mère (qui ne peut etre qu’une femme), point barre.

      Je ne sais plus qui a dit au début du siècle dernier : "Il y aura des guerres pour prouver que les feuilles des arbres sont vertes en été", bravo, on y est.

      Comme le dit un commentateur ici meme, quand on a ce genre de débat, c’est que les carrottes sont cuites.

      Réfléchissez au lieu de réagir émotionnellement.


    • @petite chose
      1) On ne doit JAMAIS faire de son cas une généralité...
      2) On ne peut jamais affirmer d’une façon péremptoire qu’une expérience vécue est mieux ou moins bien qu’une autre que l’on a pas vécue...


    • Réaction que l’on pourrait qualifier avec justesse de très individualiste et egoiste au possible !!

      Pourquoi vous deteste-il ???

      Voila la question, c’est peut-être vos choix, vos actes et vos dires qui l’ont poussé à cette detestation...

      La haine appele la haine et la condescendance, l’inculture et l’irrespect le mepris.


    • Un bon fils doit rendre son père fier de lui, fier des sacrifices que son éducation lui aura imposé.
      Un bon père doit se comporter de facon à imposer la fierte à sa progéniture et donc le respect.

      De cette règle immuable naitrons les Hommes les vrais !!!
      Plus rien dans ce monde ne nous forme à cela, devenir des Hommes, des Pères ; face aux innombrables obstacles de cette Société Moderne, sans valeurs, sans morale, sans coeur et donc sans Religion...


    • Moi, j’aurais bien aimé que mon père soit plus présent et qu’il empêche ma mère de me détruire mentalement. Un enfant n’est pas en capacité de se défendre contre une adulte névrosée qui vous en veut d’être en vie (à mon époque, il n’y avait pas d’IVG sinon je serais pas là) et qui vous le fait payer très cher.


    • Quoi que fusse ta réaction, ton expérience, négative ou positive, il ya une interaction entraînant une réaction , là il s’agit d’absence d’interaction chose bien plus grave, on parle de néant projectionnel qui indubitablement induit une altération de la construction identitaire et sociale de l’enfant


    • @ Samir34

      « Tout ce débat est ridicule et grostesque et tout simplement ascientifique. Un enfant a besoin d’un père (qui ne peut etre qu’un homme) et d’un mère (qui ne peut etre qu’une femme), point barre. »

      Merci de retablir ces bases naturelles indispensables et incontestables... Ca fait du bien au coeur et à l’esprit !!


    • Une reponse a la con pour justifier la marchandisation des enfants.
      Ca rappelle l autorisation d’avorter son bebe car une mineur a subi un viol.
      Avec une telle gauchisation des esprits on est pas sorti du probleme.


    • A mon avis si l’on reste uniquement dans ce débat de l’utilité du père, chose indiscutable pour moi, la Pma a de beau jours devant elle. Les pervers démoniaques en sont à leurs aises de démonstration dialectique ou purement fantomatique, nous devons mettre aussi sur la table en quoi consiste la Pma dans la pratique, c’est une catastrophe médicale pour les femmes. Et une régression de l’enfant de tout ordre qui vient après plusieurs tentatives, cela signifie un paquet d’embryon à la poubelle, c’est plus génocidaire que l’avortement. Je ne parle pas de la dépression des femmes pour qui ça ne marche pas, 25% de réussite, imaginez le bien fait de ce merdier. Bref, renseignez vous sur la pratique médicale d’implantation et bien sur l’éthique, tout est à jeter, et je rajouterai les couples hétéros dans le même sac.


  • Mais alors que vont inventer les juges puisque c’est l’argument principal quand quelqu’un est jugé " mon client a eu une enfance difficile, il n’a pas connu son père" ...
    Soit le papa est important dans l’éducation et pour le bien-être de l’enfant, soit il ne sert qu’à la reproduction de l’espèce ?!
    Pour une maman remplir les rôles complémentaires de mère et de père, c’est un job à plein temps !!

     

    • Il n’y a rien à argumenter avec des gens qui ne crois en rien.. Et de plus ils sont de simples exécutants donc ils exécutes, encore un débat qui ne sert à rien d’autre qu’à "amuser" la galerie. Il voudrait détruire leur civilisation qu’ils n’y s’y prendrait pas mieux. Business du bide de la bite, du fion et de la bite accessoirement. Bientôt des maternités réservé à cette effet ? Et ça coûte combien d’acheter un uterus pour y introduire sa semence ou celle d’un inconnue au bataillon ?


  • Les personnes comme Mme Buzyn, ne pourront changer d’idées car leurs idées sont encrées dans leurs gênes .Parler à un mur reviendrait à la même chose .Ce sont des gens irréversibles qui refusent catégoriquement en expliquant l’inexplicable dont le but est de faire passer la pilule ,tout en tentant de faire passer aussi les personnes d’en face pour des idiots .
    (Avale, et si tu n’avales pas, on prendra un pilon ; ; ça peut toujours aider) c’est affreux d’avoir des personnes au pouvoir qui veulent nous faire croire que la société qu’il nous présente est normal .Autrement dit , faire passer le loufoque pour du normal . Et de nos jours , c’est à peu près dans tous les domaines (nous avons à faire à des fous )


  • Peut-être, mais le problème devient autre : dans la structuration de l’enfant, l’opposition entre les deux parents est fondamentale, c’est sur cette différence miraculeuse que se construit l’enfant.

    Absolument. C’est une évidence. Pas de père, pas de repères, pas de limites, pas de cadre, pas de structure. Pas de mère, pas de chaleur, de sécurité affective et émotionnelle.
    Il est vraiment très intéressant de constater dans le livre de Socaridès, "L’homosexualité", que les homosexuels ont, dans leur enfance, manqué d’un père et abdiqué devant une mère abusive. L’homosexualité, qu’elle soit masculine ou féminine, est une tentative désespérée de l’adulte, ayant refoulé ses souffrances d’enfant, d’incorporer la virilité pour l’homme en rapprochant symboliquement le père de soi et en le soumettant, et d’incorporer le féminin pour la femme en s’octroyant symboliquement la mère de la même manière. Entre colère contre les parents, issu du refoulement et de l’interdiction de désidéaliser ses parents, et souffrances de ne pas réussir à structurer sa personnalité.


  • Quand on en est à avoir ce genre de discussion, c’est que les carottes sont cuites depuis longtemps.


  • Sauf que ce qu’il faut mettre en évidence, c’est que celles qui ont recours à la pma sont des bourgeoises qui ont les moyens financiers d’obtenir leur enfant selon leur bon plaisir et elles ont meme du le budgeter !
    C’est pas la femme de ménage qui va y recourir !
    Donc leur enfant arriveront toujours à s’en sortir socialement meme si il n’y a pas de pere. Leur enfant auront peut etre des névroses mais les gosses qui ont des peres alcoolo car en fin de droit de chomage, ca, c’est traumatisant aussi.
    Le vrai probleme est la féminisation de la société, l’asservissement des hommes et malheur aux hommes pauvres, petits et vieux !!!



  • « Ne me dites pas que tous les enfants qui y naissent ont des difficultés de construction »



    BUZYN parle ici de construction et non de structuration, lapsus révélateur !

    Qu’entend-t-elle par construction ? Si c’est pour avoir des mômes de 15 ans lobotomisés la tête penchée sur leur portable... voilà qui correspond à la construction macronienne (capitaliste).

    Tout ce qui est contre-nature est malsain. L’air enjoué de BUZYN ne me rassure pas !
    Nous sommes gouvernés par des démons !
    La famille naturelle un père-une mère est le socle de la nation ! N’en déplaise à cette conne irresponsable !

    La France est en danger ! BUZYN DÉMISSION !

     

    • Pour ceux et celles qui sont encore croyants(es), la destruction et la delegitimisation du père et de son image (et par voie de conséquence celle du fils aussi) ne sont autres qu’une des nombreuses atteintes au Christianisme. Les attaques se succèdent et on retrouve malheureusement de plus en plus de personnes convaincues que le mal peut et doit se transformer en bien. Ces personnes à leurs tour s’emploient ou sont employées à entraîner les autres dans leur chute. Les jeunes enfants sont continuellement harcelés et soumis aux distorsions et aux retournements des valeurs. On cherche à les faire rompre avec les valeurs morales qui ont guidées l’humanité jusqu’ici. On cherche à les faire rompre d’avec le père mais aussi avec leurs ancêtres en les couvrant de honte et d’infamies. Tout ceci s’inscrit dans un agenda bien particulier..


  • #2283222
    le 23/09/2019 par ce pauvre monde part en couilles.... au secours !
    PMA sans père : l’Académie de médecine contre les libéraux-libertaires de la (...)

    PMA sans père..... vivement la PMA sans père et sans mère, avec des chèvres par exemple !
    Ben quoi ?
    Si les chèvres ont une bonne situation , qu’elles sont équilibré-e-s, bien sous tout rapport
    Bon de toute manière ,il y aura une enquête des services d’adoption ou de procréation
    Une enquête aux prés des employeurs des chèvres et une enquête de voisinage
    On va pas comme ça ,donner des enfants a des chèvres qui seraient des délinquantes ou des drogué-e-s ou mal intégré-e-s dans la société
    On est pas des dingues , merde quand même

     

  • La société se divisera entre dépressifs , bon consommateurs , bon esclaves qui n’auront de choix qu’ entre le changement de sexe ou le suicide , et entre psychopathes
    zélés . C’est cohérent et ils vont certainement y arriver, la norme n’est plus ce qu’elle était .


  • Dans les familles monoparentales, les enfants connaissent leur père, c’est là toute la différence. Et même quand le père est décédé, l’enfant peut s’inscrire dans une filiation qui est une référence fondamentale.

     

  • un enfant élevé par 2 hommes....il saura jamais qui est sa tante....


  • Les célibataires et les lesbiennes sont donc "malades" ,
    il faut les assister médicalement !

    C’est pas légèrement fasciste comme raisonnement ?

     

    • @Louise :

      Dans la mesure où ces « célibataires ou lesbiennes » sollicitent la médecine (et la sécurité sociale ...) pour concevoir un enfant, ce sont elles qui se considèrent comme "malades" !


    • Dieu ne crée personne avec une orientation homosexuelle. Tous ceux qui sont vraiment homosexuels (même ceux qui ne se livrent pas à des actes homosexuels) sont homosexuels à cause d’une prise de contrôle démoniaque et d’un ou de plusieurs péchés mortels.

      Romains 1 - « Parce que, ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, ou ne lui ont pas rendu grâces ; mais ils se sont perdus dans leurs pensées, et leur cœur insensé a été obscurci... Eux qui ont transformé la vérité de Dieu en mensonge ; adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni dans les siècles. Amen. C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions d’ignominie. Car leurs femmes ont changé l’usage naturel en l’usage contre nature. Et pareillement les hommes, l’usage naturel de la femme abandonné, ont brûlé de désirs l’un pour l’autre, l’hommes commettant l’infamie avec l’hommes, et recevant ainsi en eux-mêmes la récompense qui était due à leur égarement... ceux qui font ces choses sont dignes de mort ; et non seulement ceux qui les font, mais quiconque aussi approuve ceux qui les font. »

      Il n’y a pas de salut hors de l’Église catholique. Voyez le site du Monastère de la très Sainte Famille.


  • Pourquoi avoir un père quand on peut avoir un chien, un chat, un poisson rouge, un canari... ? Avec le progrès on n’a tellement d’options différentes !


  • avec la PMA pour tous l’enfant deviendra une marchandise qui se négocie qui s’achète qui se vend alors qu’au départ ce mode de procréation était prévu pour les couples dont un des deux parents souffrait de stérilité.


  • Prochaine étape dans la marchandisation du vivant .Au nom de leur pseudo égalite phantasmé. Quand les hommes achterons des ovules pour les féconder artificiellement ainsi plus la peine de faire l’amour l’objectif capitaliste sera complet ainsi se verifira cette maxime faite la guerre pas l’amour.La confiscation systématique du vivant est une composant de la bête immonde que ce gouvernement cultive et entretient.Cessez de voter pour le diable ,le tirage au sort du président pourrai nous prévenir de ses demons ennemis du vivant ayant prit possession de notre territoire défiguré par les mortificateurs professionnelles et traîtres indécrottables

     

  • « Aujourd’hui, un quart des familles françaises sont monoparentales. Ne me dites pas que tous les enfants qui y naissent ne sont pas bien construits psychologiquement »,
    Est ce que quelqu’un a relevé la stupidité de cette assertion ?
    Dans cet exemple c’est la cellule familiale dans lequel vit l’enfant qui est monoparentale ... mais pas l’enfant .
    Dans les familles monoparentales l’enfant a toujours un père est une mère ... qui vivent dans deux familles distinctes, mais qui existent bel et bien .
    Même si, parce que l’enfant est plus souvent confié à la mère, celle ci fait parfois un travail de sape contre le père, l’enfant peut qu’en même, par son propre discernement, tirer profit pour former sa propre personnalité, de son existence réelle .
    J’ai personnellement eu un père violent, que je n’ai pas apprécié, mais je n’aurais jamais reconnu à personne le droit de l’effacer de ma vie ...cela n’appartenait qu’à moi seul . D’ailleurs je ne l’ai jamais effacer, et je le retiens comme un modèle négatif, mais un modèle tout de même ... c’est un élément de ma vie et de mon patrimoine humain .

     

    • Je m’étais fait la même remarque... Cette femme respire l’incompétence et suinte le conflit d’intérêt (réf a son mari, les vaccins etc...) Quid de la posture des journalopes plus que complaisants face au manque d’arguments de cette femme.


    • @ Petithous

      Merci d’avoir relevé la stupidité de l’assertion sur les familles françaises "monoparentales" alors qu’il s’agit dans les faits d’enfants "monoparentaux".

      Personnellement je butte complètement sur la double négation de la phrase suivante utilisée avec le mot "tous" ; la phrase veut-elle dire que :
      - tous les enfants sont bien construits psychologiquement ?
      ou bien que :
      - un certain nombre d’enfants, beaucoup peut-être mais pas tous ne sont pas bien construits psychologiquement ?


  • Une enquête de l’INSEE de 2008, citée dans un article du Monde d’Anne Chemin du 6 janvier 2011, indiquait que 30 pc des foyers monoparentaux vivaient en dessous du seuil de pauvreté (20 pc des couples ayant trois enfants et plus, 8,6 pc des couples ayant deux enfants et 7,8 pc des couples ayant un enfant).

    Par ailleurs la liste complète des membres de la commission présidée par Boris Cyrulnik chargée d’élaborer des propositions pour les 1000 premiers jours de votre enfant est disponible sur le site du Ministère des Solidarités et de la Santé.
    L’une des deux vice-présidentes est la psychothérapeute Isabelle Filliozat (sa page Wiki est extrêmement intéressante).
    Isabelle Filliozat fait également partie du Comité de parrainage de l’OVEO (Observatoire de la Violence éducative ordinaire) selon le site internet de cette organisation, en compagnie de personnages aussi divers que Gaby Cohn-Bendit, Pierre Rabhi, Jacques Salomé ou Tzvetan Todorov. Il a été question de cet Observatoire lors des débats au Parlement français ayant conduit l’été 2018 à l’adoption définitive de la législation interdisant la "fessée" (les VEO vont en fait beaucoup plus loin que la fessée, incluant aussi les "violences" morales).

     

    • Oups...

      L’adoption définitive de la loi interdisant les Violences Educatives Ordinaires (VEO, ce qui va beacoup plus loin que la simple fessée) a eu lieu au début de cet été et non en 2018.

      Par ailleurs le site du Ministère de la Santé indique à la fin de la liste de 17 membres de la Commission présidée par Boris Cyrulnik sur les "1000 premiers jours" de votre enfant le nom de Mme Tove Mogstad Slinde, conseillère principale au Ministère norvégien de l’Education , "en appui pour la littérature comparée et l’articulation avec les travaux menés dans le cadre de l’OCDE", est-il précisé. Mme Mogstad Slinde a présidé de 2012 à 2018 le Réseau de l’OCDE concernant l’éducation et la garde des jeunes enfants. Elle a aussi été membre du Comité consultatif portant sur des projets de recherche financés par l’Union européenne concernant l’efficacité et l’inclusivité des services d’éducation et de garde de la petite enfance (programmes CARE et ISOTIS).


    • Après avoir lu la page Wikipedia d’Isabelle Filliozat, il est impératif de consulter également le site "Filliozat and co", proposant des stages de "coaching parental" ainsi que des stages pour les "pros" (médecins, éducateurs, enseignants etc) sur "la parentalité positive et empathique".

      Ces stages payants sont organisés non seulement en France mais aussi dans d’autres pays francophones. Les tarifs sont indiqués sur le site.

      Un esprit chagrin pourrait supposer que la nomination de Mme Filliozat à l’une des deux Vice-Présidences de la Commission des 1000 premiers jours de l’enfant a un petit relent de conflit d’intérêt, au moins d’apparence de conflit d’intérêt.


  • la pro du non argument .
    les chiffres et la mode , les slogans et l’idéologie de la destruction .
    https://www.youtube.com/watch?v=UDs...

    nos "daesh" de la novlangue.


  • Commencer un article par "tout le monde sait..." est auto-destructeur...

     

    • Ah ça, on ne savait pas.
      Et comment le savez-vous, vous ? Ne seriez-vous pas comme tout le monde ?
      _ ;-)

      Mais trêve de plaisanterie et profitons d’avoir le clavier en main pour prendre un autre rebond : même si personne ne sait, ce que nous devons garder à l’esprit est de considérer que les caciques - qui détiennent les éléments du plan sur l’avenir - ont déjà décidé depuis des lustres que le peuple reste à l’état de crevettes justes bonnes à bouffer de la télé-réalité, l’idée de gosses numérotés qui n’appartiennent plus à leurs parents, ni personne, sans parler des gonzes qui sont à l’affût pour tous les trafics humains possibles : aussi qu’en ont-il à faire qu’ils soient « structurés » ou non ?
      Dès lors qu’ils obéiront à la loi du marché ou seront de la chair à canon ?
      Les fondamentaux de l’article de E.R. comme les conclusions des experts et autres académiciens sont on ne peut plus valides et recevables : ce dont les beaux parleurs se foutent royalement puisqu’ils détiennent les leviers.
      Chez eux cela va de celui dont c’est l’idéal prédateur et politique en passant par toutes les entités en perdition de n’avoir pas « engendré », pour x raisons, jusqu’à celui qui hier était votre frangin et qui retourne sa veste pour être devenu du sérail et comme le narrait Fernandel : « Ça n’est pas qu’il soit mauvais garçon, mais maintenant, il a du galon ».
      Et cela, que nous le sachions ou pas, nombre s’en foutent.
      Ce qui rassure cependant, c’est qu’en Papouasie-Nouvelle-Guinée, ils n’en sont pas encore là.


  • Les pros GPA parlent des bébés comme si ils auront 6 mois pour toujours.. Bébé, Ado, Adulte.. la Facture sera Explosive.. Prions pour que ce projet Satanique ne voit jamais le jour.. Depuis la nuit des temps, depuis la naissance du Monde, de l’Humanité : 1 Papa + 1 Maman = bébé (s)


  • Tient c’est marrant mais je croyais que la notion de père et mère avait disparu, au profis de celle de parent 1 parent 2 parent 3 etc...


  • PMA sans père = Fabrique de tueurs en série
    Pour l’enfant la violence sera telle qu’elle équivaudra à un acte de torture et de viol pédophile qui se prolongera chez l’adulte par un passage à l’acte.


  • C’est une époque de fou.bientot, on polémiquera sur le fait de respirer de l’air ou non, ou de faire caca dans les toilettes. Époque de l’elite dégénérée d’un pays en dégénérescence !

     

    • @ Effai

      Le fait de faire caca dans les toilettes ou ailleurs a été introduit en littérature par Yann Moix dans "Orléans".

      Depuis une période très récente (l’article le plus ancien que j’ai relevé date de 2015 sur un site québecois), quelques magasines féminins spécialisés sur l’éducation des jeunes enfants en parlent (par ex. Magicmaman du 26 avril 2019, le nom savant du trouble est encoprésie).

      Le DSM IV (Manuel diagnostic et statistiques des troubles mentaux) qui a couvert la période 1994-2000 classait l’encoprésie dans la liste des troubles MENTAUX, selon Wiki.

      Wiki a aussi une page intéressante sur la proctologie, la spécialité médicale compétente pour ce genre de trouble s’il est sévère et s’il se prolonge. Toujours selon Wiki cette spécialité n’est pas reconnue selon les classifications universitaires en France. Les proctologues ne figurent donc pas dans les annuaires (genre pages jaunes) sous ce nom et il faut les chercher dans la liste des gastro-entérologues, compétents pour tout ce qui concerne le tube digestif depuis le début jusqu’à la fin.


  • Un papa tube à essai et une maman éprouvette...telle sera la famille de demain ...arrange toi avec ça !!!...plus de conflit de génération certes...mais des tarés zombifiés en veux tu ? ...en voila !!!...


  • Hier soir, sur le JT de France 2, j’ai vu un petit reportage qui parlait justement de deux personnes nées par un don de sperme (enfin une chose dans ce genre je sais pas si c’est ça la PMA mais enfin bref...). Ces deux individus se sont découvert demi- frère et demi-sœur en se rendent compte qu’ils descendaient tout deux du même donneur.

    Et bien, que font-ils maintenant les frangins ? Ils cherchent désespérément le nom de ce donneur ! Autrement dit, leur PÈRE !
    Et le JT présentait fièrement cette jolie histoire....

     

  • On ne sait pas toujours ce que la présence d’un père apporte
    mais on sait trop bien ce que son absence provoque.


  • Venez le dire haut et fort à la manif du 6 octobre prochain à Paris. Personnellement j’y serai avec femme et enfants. Pour la défense de la famille et la protection des enfants. Même si le combat est quasi perdu d’avance au niveau légal. Ils ont décidé de nous imposer leur culture de mort et nous avons 50 ans de retard (et encore ...) sur leur programme établi. (NB : Apparemment il y aurait intervention de nationaux sionistes tel A Bercoff et GW Goldnadel. Ce ne doit pas être une raison de boycott. Il n’y a qu’à les siffler pour montrer que l’on n’est pas dupe de leur récupération !)


  • Agnès Buzyn : "aujourd’hui, un quart des familles françaises sont monoparentales (...) Ne me dites pas que tous les enfants qui y naissent ont des difficultés de construction"

    Pour ceux qui connaissent un peu le français, ce "raisonnement" s’appelle un sophisme.
    En effet, on ne naît pas dans une famille monoparentale : on se retrouve dans une famille monoparentale quand la mère se sépare du père, ce qui n’a rien à voir avec un enfant qui naît dans une "famille" de deux femmes.
    Dans le premier cas, le père existe encore, même lointain ; dans le second cas, il n’a jamais existé que sous forme de sperme.

    Tricheurs, menteurs, sophistes, voilà ce que sont les politiciens sans morale - que dis-je, sans morale, sans les plus élémentaires instincts !


  • Il faut à tout prix que l’enfant, une fois adulte, puisse porter plainte contre les personnes qui l’on fait naître sans père, ou plutôt sans papa...

     

  • Un quart des familles françaises sont monoparentales. Et ça c’est bien en fait ?
    Ça ne pose pas question à cette brochette de destructeurs.
    Ces gens feraient mieux de ne pas se trouver au milieu d’une violente période de réaction.
    Je serai le premier à les faire courir. Ce qu’ils disent et font est gravissime.


  • Arrêter de pleurer s’il vous plaît, dans ce pays la Tradition a toujours été dénigrée, ils (l’élite maçonnique) ont commencé leur travail de sape avec le catholicisme, la modernité et le progrès contre l’héritage chrétien (et je ne tombe pas dans le piège contrairement à la masse décérébrée du judéo-christianisme blablabla). De nos jours c’est l’islam qui est dans le viseur, car attaché tout comme le catholicisme à la cellule familiale (un homme une femme), ceux qui chialent n’ont pas un combat de retard mais cent..... et cette affaire du mariage pour tous n’est que le prolongement du pacs qui a banalisé l’idée de l’homoparentalité. Ça y est c’est fini, nous sommes sur une pente dangereuse dont nous ignorons l’issue. C’est le début de la fin de la civilisation.


  • La P.M.A. porte mal son nom ; c’est volontaire.
    Elle devrait en réalité s’appeler PROCRÉATION SCIENTIFIQUEMENT ASSISTÉE.
    Et même son nom véritable est P.G.M. : PROCRÉATION GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉE.

    Car il s’agit bien d’une nouvelle science : celle de la modification du génome humain à des fins non pas thérapeutiques mais eugénistes : refaçonner l’homme - titre du livre de J.P. Dickès ) - selon des critères que l’on pourrait qualifier de « marketing scientifique  ».

    Ne retenir que la procréation ouverte aux lesbiennes, pour lesquelles ce n’est qu’une conséquence pratique, masque la réalité : la loi de bioéthique autorise désormais les laboratoires, maintenant qu’ils maîtrisent la technique, à fabriquer des bébés sur-mesure pour TOUT LE MONDE, et pas seulement pour les homosexuels.

    Se dessine derrière cela un gigantesque marché, un business qui s’annonce phénoménal : le bébé sur mesure, bientôt sur catalogue : « garçon, fille ? ; yeux bleux ou marrons ? ; grand ou petit ? avec ou sans varicelle ? garanti sans maladie génétique ; et pourquoi pas… pré-vacciné ? ».

    Aujourd’hui c’est encore un peu cher. Mais, demain plus personne ne fera un enfant par les voies normales, mais le fera fabriquer génétiquement.
    Et voilà le pot-aux-roses, la raison pour laquelle on emploie le mot « médicalement  » dans P.M.A. au lieu de « scientifiquement » : parce que cet énorme business sera remboursé par la Sécurité Sociale !

    Tous ceux qui travaillent dans le domaine de la santé savent combien s’enrichissent sur le dos de l’état d’innombrables firmes privées, pas seulement pharmaceutiques, et d’innombrables professions (médecins, dentistes, ophtalmos, prothésistes, opticiens etc…) grâce au fameux remboursement par la Sécurité Sociale, la plus belle arnaque officielle et d’État qui existe au monde.

    Voilà pourquoi les traitements ne guérissent pas mais vous font devenir un « client » régulier (le summum étant atteint avec le traitement chimique des cancers qui fait de vous un client à vie et qu’on met sur la touche les traitements qui guérissent vraiment (méthodes naturelles, homéopathie etc).

    Donc la P.M.A., ce n’est pas un cadeau de plus aux homosexuels, c’est un énorme changement sociétal qui révolutionne la procréation d’une manière générale, et c’est aussi un énorme business.

    « Bienvenue à Gattaca » (et son enfer ...)


Commentaires suivants