Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Paris, années 60

Un film muet d’André de la Varre tourné à Paris dans les années 60. Où l’on mesure par certains indicateurs la distance qui sépare désormais la capitale de ce monde lointain...

 

 

 

Revoir les commentaires d’Alain Soral sur l’évolution de la vie à Paris (entretien pour Videodrom, 2006) :

 

Sur l’histoire de Paris, voir aussi :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

131 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #883719
    le 05/07/2014 par testuo
    Paris, années 60

    A 14:30 , une femme en voile integral fait son marché, comme quoi.

     

    • #884341
      le 05/07/2014 par Giustizia
      Paris, années 60

      Non, il s’agit d’une "bonne soeur" ou autrement dit d’une nonne, catholique. Et puisqu’on en parle, c’est le moment de souligner que jamais on ne prétend que c’est ostentatoire pour une nonne de s’habiller comme ça, alors que le simple foulard d’une musulmane fait toujours couler beaucoup d’encre.


    • #884575
      le 06/07/2014 par jacques
      Paris, années 60

      et alors à l’époque personne n’embêtait personne tous cohabitaient il n’y avait pas de front national pour ne vivre que d’islamophobie c’était plutôt " tiens Hélène j’ai fait du couscous je t’en ai apporté " et en réponse "attend Aïcha moi j’ai fait des confitures tu goutera avec tes enfants et je t’ai préparé un cartons d’habits trop petit de Gérard , tu pourra les mettre à ton petit Nordine " c’est sur que donner des confitures à une voisine c’est plutôt difficile de nos jours il faudrait déjà que les gens en fassent ,moi j’ai connus cette belle époque et c’est vrais que comparé à aujourd’hui c’était le paradis entre gosses on jouaient ensemble , bien sur que parfois on s’engueulaient (( "oh t’es des Vosges t’es un sale boche , ferme la toi aussi t’es pas d’ici non plus " mais le lendemain on jouait ensemble c’est pas pour cela que l’on se découpait la tronche à coup de cutter oui c’était une bonne époque pas de chômage peu de voiture mais on n’en avait pas besoin tous ou presque travaillait dans son village ou les "boites" ramassaient les ouvriers avec le "car de l’usine" des autorails appelée injustement Micheline pour faire du ville à ville pour 1 franc t’avais une poignée de bonbons ((1 franc = 15 centimes d’euro pour ceux qui ne connaissent que l’euro " ,, la télé ceux qui l’avait !!, , invitaient des voisins ou des copains et amis pour des soirées les hommes fumaient en jouant ou pas aux cartes les femmes avaient préparés des gâteaux et les gosses on jouait avec les jouets des enfants de la maison même si l’après midi on s’était engueulé , et cela se passait il n’y à pas un siècle j’ai 54 ans et c’est du vécus ce que j’écris là §§ une anecdote sur le vivre ensemble et l’hospitalité mes parents et mes grands frères ont connue la guerre de 40 mes parents n’appréciaient pas vraiment les ’boches’ après 5 années de guerres et de privations mais nous habitions à la campagne en face d’une distillerie et un vendredi un camion allemand n’avait pas été chargé le chauffeur à donc passé le week-end à attendre le lundi, ce jeune homme n’avait pas prévu cela sans argent français il ne pouvait rien acheter chez les épiciers ils mangeait donc les fruits des arbres derrière chez nous mes parents l’on invité pour le week-end il dormait dans son camion mais venait partager nos repas
      ils n’ont pas fait d’amalgame avec le passé ils n’ont vu qu’un jeune bien embête sans pensées xénophobe ,le mot n’était même pas connu


  • #883726
    le 05/07/2014 par curtis newton
    Paris, années 60

    Pas de dealers, de travelos en plein jour, de racailles à l’affût du mauvais coup... Paris était propre. Comme je suis nostalgique...

     

    • #883864
      le 05/07/2014 par Moi, Peter Sellers
      Paris, années 60

      A 14:30 , une femme en voile integral fait son marché, comme quoi.




      Et encore c’était à Paris, en province sur tous les marchés les femmes portaient des coiffes.... J’ai vu ça dans les années 70 dans ma propre famille. Pour le Niquab façon ninja noir oui c’est extravagant et choquant même pour les musulmans pas habitués à ce changement, mais vouloir diaboliser un bandana, un voile discret sur les cheveux n’a pas de sens.


    • #884020
      le 05/07/2014 par Alceste
      Paris, années 60

      Ce n’est pas un voile intégrale islamique, c’est une religieuse catholique comme l’on en croisait beaucoup.
      Pas de musulmans revendicatifs à l’époque.

      Ce que je remarque surtout dans cette vidéo, c’est que les gens d’origine africaine qu’ on y aperçois sont habillés et se comportent comme des français à part entière, donc parfaitement assimilés.

      Ils n’ont pas l’air de se sentir agressés par les méchant français blancs racistes que nous sommes...

      En tous les cas ce sont de bien belles images, qui donne envie de pleurer.

      Merci à vous Monsieur de la Varre d’avoir immortalisé, pour la postérité, ces moments simples d’une France à jamais perdue.


    • #884024
      le 05/07/2014 par anonyme
      Paris, années 60

      @Moi peter sellers ; tu n’en pas pas marre de radoter ton prosélytisme du foulard islamique sur toutes les discussions de ce site ? ça devient lassant.


    • #884361
      le 05/07/2014 par Giustizia
      Paris, années 60

      @ anonyme : et bien je trouve le commentaire de " Moi, Peter Sellers " très intéressant.


    • #884460
      le 06/07/2014 par Louve de France
      Paris, années 60

      Bonsoir ou bonjour Alceste,

      Votre commentaire est tres juste. Avant les gens ils portaient des vetements beaux, avec des jolis tissus, des details, des cols, des boutons, un chemisier blanc visible sous une veste....Aujourdhui on dirait que les gens sont en pyjama dans les rues. La fin des vetements est un signe mauvais pour les civilisations.

      Ce film est comme une decouverte archeologique. Imaginez si des jeunes gens de 2040 voient ce film....Ils comprendront meme pas que c’est des images de Paris....Il faut garder precieusement ce document. Precieusement.


    • #884478
      le 06/07/2014 par Moi, Peter Sellers
      Paris, années 60

      Je ne fait que répondre à la provoque du message du dessus... c’est tout.


  • #883745
    le 05/07/2014 par flamby1er
    Paris, années 60

    Ce film sent le renfermé, la France rance, moisie, repliée sur elle-même, qui a peur du monde, je dirais même que ça sent...l’antisémitisme.

    On voit à quel point le peuple rance de France était fainéant et incapable et à quel point la France était une ruine avant qu’on importe toutes nos chances pour la France pour construire notre pays et nous apprendre à nous le peuple de bolos comment on crée une civilisation.

     

    • #884191
      le 05/07/2014 par Mansur
      Paris, années 60

      Je n’aurais pas mieux dit !


    • #885425
      le 06/07/2014 par praxis
      Paris, années 60

      c’est sur que cette France là homogène et non soumise elle ne leur plaisait pas aux bhl , cohn-bendit et consorts pas facile de la dominer c’est pour cela qu’ il fallait la détruire à petits feux droit de l’hommisme, traités européens et immigration massive.


  • #883748
    le 05/07/2014 par salamandre
    Paris, années 60

    Je n’ai vu personne en jeans T-shirt basket, les femmes portent toutes des robes/jupes, les hommes des costumes... Très classes.


  • #883749
    le 05/07/2014 par flamby1er
    Paris, années 60

    Heureusement que le métissage obligatoire appuyé par la xénoidolatrie sont passés par là. On respire mieux de nos jours. Quand même !


  • #883783
    le 05/07/2014 par How
    Paris, années 60

    J’en ai la larme à l’œil. Douce et belle France perdue... mais que je garde espoir de retrouver un jour.

     

    • #884193
      le 05/07/2014 par Mansur
      Paris, années 60

      Impossible de la retrouver, puisque son peuple a disparu sous l’immigration et le métissage.


    • #884539
      le 06/07/2014 par David
      Paris, années 60

      @ Mansur
      Faut sortir de Paris, y a des petits villages où il y a des campagnes qui sont majoritairement épargnées... A vous lire les fds ont disparu.


    • #885479
      le 06/07/2014 par Mansur
      Paris, années 60

      @ David, même en campagne j’ai connu beaucoup de gens qui se disaient Fds mais qui étaient en fait d’origine espagnole, italienne, etc. Bref, je pense que c’est trop tard. Même De Gaulle le disait dans les années 40.


  • #883802
    le 05/07/2014 par Capitaine
    Paris, années 60

    C’est beau la France !!!......

    Intéressant ce petit retour en arrière... On voit que le canapé n’a pas toujours été rouge, entre autres choses, et on entend la gestation de "Comprendre l’Empire", ce célèbre livre de pseudo-géopolitique (pour paraphraser un pseudo académicien...)

     

    • #887110
      le 08/07/2014 par MagnaVeritas
      Paris, années 60

      La vraie période de gestation de Comprendre l’Empire c’est Flash.


  • #883816
    le 05/07/2014 par bibi
    Paris, années 60

    Paris d’avant le maidan des rotchild. epoque ou l’immigration n’etait pas encore un probleme de societe et le quartier des halles remplissait une fonction essentielle et saine ,celle de nourrir la population . bien sur on a souvent tendance a idealiser le passe mais ce passe la etait sans aucun doute plus viable que le present infernal que nous vivons . un plan montre des employes de la voirie balayer ,ils sont "noirs" ,le plan suivant montre un employe de brasserie restaurant balayer ,c’est un "blanc" le plan suivant suivante montre un homme qui semble etre d’origine maghrebine balayer le trottoir le plan suivant montre un laveur de carreaux , il est "blanc". SOS RACISME n’existait pas encore


  • #883827
    le 05/07/2014 par Iflissen
    Paris, années 60

    Dans le même genre Alger des années 60 (après l’indépendance).

    https://www.youtube.com/watch?v=d-k...
    https://www.youtube.com/watch?v=5ol...

    On pourrait faire la même chose avec Rome, Moscou, Londres, Tokyo, Téhéran, Le Caire.
    La décadence touche absolument tout le monde, pas d’inquiétude.
    Vives les années 60.


  • #883837
    le 05/07/2014 par kenelananas
    Paris, années 60

    Pour mettre le moral à zéro, c’est gagné. Je rigole. Je suis né en 53 et je me rappelle de cette ambiance, même si ce n’étais pas à Paris. Le plus remarquable est de voir que les gens étaient habillés correctement et élégants, alors qu’aujourd’hui ils sont pour la plupart couverts de loques, de jeans crades et les femmes en collants. Je ne veux pas jouer au vieux con, mais nous devons être nombreux à penser pareil. Remarquons aussi qu’il n’y a pas d’obèses. Les problèmes s’accumulent. Merci E.R. pour cette piqûre de rappel.

     

    • #884158
      le 05/07/2014 par Asphodèle
      Paris, années 60

      J’avais 11 ans à l’époque et les femmes et les petites filles portaient des robes et non pas
      les hideux pantalons d’aujourd’hui et le jean à l’américaine et on ne nous empoisonnait pas l’existence
      avec le mariage homo ou la théorie du genre...
      Et remarquez bien le ciel, pas de chemtrails !


  • #883858
    le 05/07/2014 par Jj
    Paris, années 60

    Je propose en complément ce magnifique film avec Bourvil :
    - Le Tracassin ou les plaisirs de la ville (1961)
    - Version complète sur youtube : http://youtu.be/M8hT5RL5MUc

    Un beau tour de Paris en 2CV et un grand Bourvil !

    Ps. e&r / bras d’honneur devrait avoir une section cinéma / critique de film

     

    • #884418
      le 06/07/2014 par Blackdiamond
      Paris, années 60

      Merci pour ton lien camarade et tout à fait d’accord avec toi sur ton PS, cette idée trouverait tout à fait sa place sur ER.

      A mon tour de recommander un autre film d’autant plus intéressant qu’il donnait déjà l’alerte : "La grande lessive" de Mocky (Bourvil/Francis Blanche) 1968

      Synopsis (source wikipedia) : Armand Saint-Just, professeur de lettres dans un lycée parisien, constate que ses élèves manquent de concentration. Une raison à cela : la télévision, dont il juge l’influence néfaste à tous points de vue. Après plusieurs pétitions restées sans suite, implorant les parents d’éloigner les enfants des terribles écrans, Saint-Just décide de passer à l’action...

      Combien de fois ai-je eu envie de passer moi aussi à l’action après avoir vu ce film !


  • #883873
    le 05/07/2014 par zuleya
    Paris, années 60

    La France de louis de Funes, d André Pousse, du commandant Cousteau, de Guy Lux et Léon Zitrone, de Belmondo, de Delon, de Brigitte Bardot, d’Edith Piaf, de Charles Trenet, de Céline, de Goscinny et Uderzo, de Franquin, de Simenon, de Pagnol,..
    La France de Maigret quoi...
    Celle qui ne mérite pas notre haine
    Aujourd’hui on a quoi ?
    Un fils de sous qualifié cocainomane au conseil d’État,
    une indépendantiste à la justice, un étranger
    anti-francais en premier ministre, un goujat gros mou marane à la présidence...
    Ah oui et Finkielkraut à l académie !


  • #883876
    le 05/07/2014 par David
    Paris, années 60

    Il l’a dit la spéculation immobilière participe de à la progression bullesque des revenus, c’est déconnecté, c’est un peu l’appart à une jambe.

    L’écologie politique est une des arnaques des dernière décennies, une réponse au désolant l’hors-sol, mais en fait une vraie faiseuses de conneries utile à l’idéologie dominante. De plus avec des militants salopes de premières, je me souviens d’un faux-écolo vrai gauchiste qui sur une embrouille pas trop grave a fait couper ma connexion internet @abuse. Autant au PS c’est corpo c’est vieille école ça escroque le peuple autant les écolos est un repère de vipères.
    Cette mort est généralisée, tenez à Lyon j’ai vu une allée de tilleuls crevés à 100 mètres du Rhône, trop de béton, pas de terre peu d’eau, ce sont des incompétents enfin en vrai des cash machine.

    La grande ville a toujours eu pour moi un coté trou noir, mais la c’est le summum.
    Le Paris on s’en fout des parisiens, des français, ce sera un pied à terre mondialiste, je crois que ça crève la figure ?


  • #883885
    le 05/07/2014 par Louve de France
    Paris, années 60

    Bonjour a tous et a toutes de l’Angleterre,

    Ce petit film me fait triste . Comme les rues etaient vides, spacieuses, belles et propres ! J’etais a Paris le mois dernier, en tourist, et... on dirait une autre ville. La Gare du Nord est indescriptible et dangereuse. C’est malheureux que les touristes arrivent dans cette gare....Elle fait peur cette gare !

    A ce temps les capitals de nos nations etaient pas violees par cette politique immigrationnellle folle et incontrolee, les marchands mondialistes qui nous gouvernent violent nos villes , nos pays et notre Histoire. Ils essayent de nous dire que l’immigration est une richesse, une chance, un Bonheur pour nous tous ! C’est incroyable comment le Diable a cette capacitee de deguiser ses mauvaises intentions par des belles paroles.

     

    • #884199
      le 05/07/2014 par Mansur
      Paris, années 60

      Le soir cette gare devient un vrai coupe-gorge grâce aux chances, aux français-comme-vous-et-moi.


    • #884337
      le 05/07/2014 par Giustizia
      Paris, années 60

      @ Louve de France : je vous attendais au tournant car vous n’avez pas répondu à mon post l’autre jour où je vous demandais si vous étiez aussi une immigrée en tant que Française vivant en Angleterre ou une Anglaise appréciant la France ?


    • #884757
      le 06/07/2014 par Moi, Peter Sellers
      Paris, années 60

      Une anglaise appréciant l’Europe stricto-sensus et au sens large... elle vous expliquera elle-même.


    • #885809
      le 07/07/2014 par Louve de France
      Paris, années 60

      Bonjour ou Bonsoir Giustizia,

      je suis Anglaise , habitante de Essex County nee dans Surrey il ya plus de trente annees (pas loin de la maison de Roger Waters !). Je suis Francophile, Russophile, Italianophile, je vivais plusieurs annees en Belgique et Lille. Comme dit Peter Sellers, j’aime les nations historiques de l’Europe.Je suis tres inquiete pour nos nations Europeennes, et je crois que maintenant c’est le moment pour oublier nos differences historiques et nos guerres anciennes pour faire une sorte de bloc des peuples contre le systeme economique brutal qui detruit nos pays. Ce petit film est la preuve !

      je suis desolee que je ne repondais pas a votre question sur un autre post, je pas vu.


  • #883891
    le 05/07/2014 par krissy59
    Paris, années 60

    @testuo
    La femme "en voile intégral", ce serait pas une bonne sœur par hasard ?...


  • #883902
    le 05/07/2014 par nicolas
    Paris, années 60

    Je suis né en 79, et je suis scandalisé de voir à quoi ressemblait la France de mon papa. Des hommes en élégant costume, des gens qui balaient leur trottoir après le travail, des dames en robes élégantes aussi qui font leur marché calmement. On s’emmerdait. Pas de jeunes à crête de coquelet luisante, en jeans slims et T-shirt fluo, pas de trans nu(e)s et peint(e)s aux couleurs de l’arc en ciel se bécotant sur des chars fleuris, pas de jeunesse motivée pour vous proposer les plaisirs de l’orient ou de nouvelles expériences intimes, pire que tout:aucun drapeau israélien ne flotte sur les champs, preuve du racisme intrinsèque à ce peuple de France. Cohn Bendit soit loué, les temps ont bien changé. Mais veillons camarades, le ventre de la Bête immonde qu’est la France est peut être bien encore fécond... ! .


  • #883933
    le 05/07/2014 par Déclasé social
    Paris, années 60

    Oh putain ! C’est génial !

    Un monde entre blancs.

    Pas d’agressions visuelles.

    L’harmonie.

    Redonnez nous ça.

     

    • #884728
      le 06/07/2014 par Hruodland
      Paris, années 60

      Mouais, autant je ne suis absolument pas pour le multi-culturalisme et le multi-ethnisme, mais cette obsession que le fait de se retrouver "entre blancs" vous redonnera la France passé, ce qui est très présent chez les identitaires, me parait tout à fait stupide... Vous avez vu ce qu’est devenu le Japon ? Ce que sont devenus les pays d’Afrique du nord aussi ? Les pays de l’est occidentalisés comme la Pologne ?
      Ils ont un peu de retard par rapport à nous mais ils sont sur la même voie de décadence sans être envahis par des millions d’immigrés.

      La réponse n’est pas là, bien qu’il faille combattre pour notre identité et notre patrie charnelle, cela n’exclura pas de faire une introspection en profondeur de notre civilisation et de notre peuple afin de savoir exactement où ça a mal tourné.


    • #885017
      le 06/07/2014 par Lmmb
      Paris, années 60

      On te redonnera ça quand l’Amérique sera peuplée d’amérindiens , l’Afrique du sud de zoulou l’Australie d’aborigènes et Israël de sémite authentique


    • #885678
      le 06/07/2014 par David
      Paris, années 60

      Hruodland

      Le Japon ? Un accident nucléaire et ils gardent leurs calmes et le respect, nous chez-nous un match de foot et c’est le bordel !
      Ils subissent certes la dette, le mondialisme mais ont su conserver leur identité et leur culture, bref un peuple homogène et cohérent.
      Concernant la spiritualité j’en sais rien mais cela peut pas être pire que nous !


  • #883947
    le 05/07/2014 par John Wayne
    Paris, années 60

    Ce monde a 50 ans et nous sommes bien plus éloignés d’eux que ces derniers ne le sont du monde 50 ans avant eux.

    C’est carrément un autre pays.


  • #883951
    le 05/07/2014 par Ras
    Paris, années 60

    un paris au accent rurale, les fort des halles clin d’œil a nos amis des normes européenne le thon sur un carton la viande en plein air et on est pas mort pour autant
    le choix de bon produit au cœur de la capitale remplacer par une merde sans nom futur lieu de pèlerinage des bobo LE CENTRE POMPIDOU

    bon après 1960’s c’était des bidonvilles, les chiottes sur le paliers, baignoire sabot etc....
    enfin essayons de regardez devant pour éviter encore de s’enfoncer dans la merde dans laquelle nous sommes


  • #883953
    le 05/07/2014 par RichardM
    Paris, années 60

    De là, le compte à rebours de la mort progressive de Paname, surtout des magnifiques quartiers populaires que furent Belleville et Ménilmontant, qui ont subit un véritable "génocide", au rythme des pelleteuses, des boulets destructeurs et des déportations, à se demander où sont passés tous les enfants natifs de ces lieux de vie où la misère ne dérobait pas pour autant leurs sourires et leur joie de vivre...

    Les élites du progressisme bien pensant, ont orchestré la mort de ce patrimoine, de cet art de vie, en laissant sciemment l’insalubrité et la dégradation s’installer progressivement, en prélude de leur projet d’urbanisme abjecte... une manière d’encourager les plus récalcitrants à foutre le camp.

    RM.


  • #883976
    le 05/07/2014 par le loup
    Paris, années 60

    Pas de racailles et d’allogènes en surnombre, pas de tarlouzes, pas de tenues vestimentaires indécentes, des bonnes têtes de Français, les gens semblent très paisibles, il semble qu’il faisait bon vivre à cette époque-là mais je le savais déjà. Pour mes grands-parents et mes parents, c’était une super époque, on se croyait dans son pays sans problème et les moeurs n’étaient pas celles d’aujourd’hui...


  • #884002
    le 05/07/2014 par alexandrian
    Paris, années 60

    A l’epoque les gens disaient deja que c’etait mieux avant.Socrate deja d’apres Platon :"le père s’habitue à devoir traiter son fils d’égal à égal et à craindre ses enfants, le fils s’égale à son père, n’a plus honte de rien et ne craint plus ses parents, parce qu’il veut être libre ; le métèque [563a] s’égale au citoyen et le citoyen au métèque, et la même chose pour l’étranger.
    C’est bien ce qui se passe, dit-il.
    À tout cela, dis-je, s’ajoutent encore ces petits inconvénients : le professeur, dans un tel cas, craint ses élèves et les flatte, les élèves n’ont cure de leurs professeurs, pas plus que de tous ceux qui s’occupent d’eux ; et, pour tout dire, les jeunes imitent les anciens et s’opposent violemment à eux en paroles et en actes, tandis que les anciens, s’abaissant au niveau des jeunes, se gavent de bouffoneries [563b] et de plaisanteries, imitant les jeunes pour ne pas paraître désagréables et despotiques.le"météque"c’est un resident qui vient d’une autre ville.Si les gens de ce film avaient ete interrogés,on en auraient entendu aussi des plaintes,des aigreurs,des pleurnicheries et des jeremiades............

     

    • #884267
      le 05/07/2014 par toto
      Paris, années 60

      Ce passage c’est bien celui qui décrit les conséquences de la démocratie et qui montre en quoi ce n’est pas le meilleur régime, non ? Donc ce n’est pas exactement le "discours du vieux con éternel" je crois.


    • #886354
      le 07/07/2014 par alexandrian
      Paris, années 60

      @toto Quand on lit les commentaires debiles qui accompagnent cette video !Des fois je me dis que oui c’est la trique qu’il faut a tous ces braves gens.....Et que s’ils sont tous malheureux bien fait pour eux et je m’en rejouis car ils sont trop betes !


  • #884010
    le 05/07/2014 par pff
    Paris, années 60

    Putain, elle est garée où ma Deloriane ? Retour immédiat vers cette belle FRANCE !

     

    • #884299
      le 05/07/2014 par dav
      Paris, années 60

      sachant que la delorean en plus d’avoir ete la seule voiture construite sur l’ile irlandaise est un element de culture de masse judeo americaine des années 80 tu te sentirais bien seul la bas

      on est un peu tous coupable

      soral est né en 58 donc a par sa mere qui connait cette epoque


    • #885309
      le 06/07/2014 par Ras
      Paris, années 60

      d’Où l’intérêt de discuter de s’imprégner et de respirer le même air que nos aïeul quand il sont encore vivant afin d’échanger avec eu et qu’il racontent comment ils voyaient la vie plutôt que les oublier dans des mouroirs aseptisé !

      ( si les années 60 était bien plus agréable dans nos villes il en est de même dans nos campagnes ou les portes n’avaient pas besoin de verrou )
      le mondialisme a tuer tout ce qui fessait le propres des hommes dans chaque pays


    • #887244
      le 08/07/2014 par pff
      Paris, années 60

      @dav,

      "on est un peu tous coupables." ??????

      De quoi tu parles. La Deloriane (ouais, je l’écris à la française), n’était qu’une image, la prochaine fois j’utiliserai Super Dupont et son nouveau pouvoir "la téléportation trans-temporelle". Quant à l’état de mon pays, je n’y suis pour rien. Les grandes décisions ne sont pas de mon fait, au contraire. Je fais ce que je peux à mon niveau pour régénérer ma patrie. Je ne me sens pas du tout coupable de quoi que ce soit.
      .
      Pourquoi prétendre diluer les responsabilités (si tous le monde est coupable, personne ne l’est) ? On a les noms.


  • #884012
    le 05/07/2014 par dydy
    Paris, années 60

    J’ai une question un peu H-S à posé ... Je voudrai connaître le nom de la musique qui passe au début de l’entretien d’alain pour vidéodrom , merci d’avance .

     

  • #884017
    le 05/07/2014 par Xavier57
    Paris, années 60

    J’avais suggéré le lien pour ce film dans un commentaire sur la vidéo d’un groupe de rap. "Ousman" quelque chose... Merci beaucoup à E&R de l’avoir publié. Voici une très belle musique qui accompagnera les images de ce film : http://www.youtube.com/watch?v=yPOT...


  • #884021
    le 05/07/2014 par filkilim
    Paris, années 60

    A voir aussi "Le joli mai" de Chris Marker.


  • #884028
    le 05/07/2014 par désabusé
    Paris, années 60

    Ça fout le bourdon de voir les années 60... Les gens nés dans ces années là et ados post 70 sauront de quoi je parle, avoir l’impression de grandir avec une "assise" sociétale presque idyllique du point de vue d’un gosse.


  • #884056
    le 05/07/2014 par Jpgrillon
    Paris, années 60

    Ce paysage manque cruellement de Kebabs et de racailles aux jambes de survêtement remontées jusqu’au genou. Heureusement que l’immigration massive est venu apporte un peu de gaite et de bonheur a ces blancs racistes et antisemites.

     

    • #884349
      le 05/07/2014 par l’oracle a dit...
      Paris, années 60

      On voit tout de même une blonde au bras d’un noir....mais effectivement, ça fout le bourdon de se dire qu’on ne revivra peut-être plus jamais comme les gens des années 50/60...les gens semblent bien élevés, propres sur eux et la paix civile et sociale suintent les murs de la ville....de l’authentique, en tout cas- de l’or en barre !


    • #884638
      le 06/07/2014 par Sorell
      Paris, années 60

      ça ne vaut pas uniquement que pour Paris et le France.

      Il faut se dire aussi que les libyens qui avaient un niveau de vie élevé avant que la France n’aille foutre la merde et tous les pays colonisés ne vivront plus jamais comme avant...

      Il faut aussi le savoir ça, OK ?


  • #884072
    le 05/07/2014 par SR.F
    Paris, années 60

    La solidarité ,la charité entre le clergé et le tiers Etat étaient belle ,mais ça c’était avant GROUND ZERO :14 juillet 1789
    La France avait des valeurs morales mais ça c’était avant GROUND ZERO :1905
    Paris était une belle ville mais ça c’était avant GROUND ZERO :Mai 1968

    Maintenant que reste t’il après Mai 18 ?!! La maçonnerie,les banques,les politiques malfaisants,le sionisme

    Pour ceux qui pense que c’est mieux après ,alors expliquez moi pourquoi il y a tant de S.D.F à Paris ,pourquoi il y a tant de pauvre en France,pourquoi il y a tant de suicide en France.


  • #884087
    le 05/07/2014 par F.Fournier-Aubry
    Paris, années 60

    Grand jeu-concours E&R ! : 9 personnes de morphotype africain se trouvent dans la vidéo... Saurez-vous les retrouver ?


  • #884107
    le 05/07/2014 par Russkovia
    Paris, années 60

    Au moins dans ces années la, le ciel n’était pas rempli de chemtrails !

     

    • #884250
      le 05/07/2014 par Gracchus Babeuf
      Paris, années 60

      C’est "le détail qui tue" en effet ! Au final c’est ce qui est le plus important dans ce film, le danger le plus immédiat que nous ayons à affronter...


  • #884135
    le 05/07/2014 par Aiguiseur de guillotines
    Paris, années 60

    Tiens... ? A.Soral avait encore des cheuveux en 2006...
    Ca aussi, c’etait le bon temps. ^^


  • #884192
    le 05/07/2014 par mika
    Paris, années 60

    y a qu’un mot a dire : visionnaire. Zidane il aurait dit la vista. Soral a la vista. il ferait un tres bon general ou president meme.


  • #884296
    le 05/07/2014 par Mitsy rapture
    Paris, années 60

    Je me souviens d’un film avec Bebel, il me semble que c’est l’homme de rio, loin de la France il trouve dans sa poche un ticket de métro, le sort et d’un geste ample comme seul lui à le secret, le respire et dit "haaaa paname !". Aujourd’hui on dit "haaaaa j’ai la gerbe !"


  • #884332
    le 05/07/2014 par ouhm
    Paris, années 60

    Les femmes ont toutes des jupes,
    les hommes sont des hommes pas des tiges efféminées,
    pays pas encore américanisé, très peu d’extra européens,
    on notera qu’on voit un noir avec une blanche à un moment, et bien à la même époque, aux usa, le pays du "bien", les noirs avaient des wc juste pour eux et devaient rester assis dans les bus.. mais c’est la France qui aurait toujours été raciste... cette farce..


  • #884336
    le 05/07/2014 par Squalospinax
    Paris, années 60

    Cela me file un peu le bourdon...
    Les années 60 c’est aussi mon enfance, le premier vinyl des Beatles acheté au Mono du coin, les petits commerçants...
    Bref je revoie à chaque fois des images de "Mon Oncle" de Jacques Tati, film dans lequel se joue un drame en filigrane : le grand basculement vers ce que l’on pourrait nommer à bien des égards "l’intégration américaine"...
    En particulier une scène toute symbolique dans laquelle un vieux mur en ruines sert de frontière fragile et toute provisoire entre deux mondes, celui de l’âge de pierre et celui du béton.

    Peut-être sont-ce ces souvenirs et les valeurs que nous en tirons qui expliquent que beaucoup d’entre les fêlés du bocal sont nés à la fin des années 50 ou au début des sixties, même le passage d’une décennie à l’autre n’a pas échappé au globish...

    Tout ça pour dire que le monde actuel me fait, doux euphémisme, chier, et ne supporte pas la comparaison avec les années 60-70.
    Je vois les gamins et leurs amis qui galèrent...
    Pour nous c’était facile d’aller se balader à Paris, de se taper un gastos puis une toile et plus tard une petite chiotte et de l’essence pour faire avancer toute la smala.

    Oui ça me fait chier, pour mes mômes, pour tous les mômes.
    Et cela me fait d’autant plus chier, c’est même de plus en plus insupportable, que je ne puisse ou sache pas quoi faire dans le fin fond du trou du cul de la France où nous vivons, un coin où rien ne se passe sinon le temps mais un coin où nous nous sentons plus en sécurité, surtout pour la bouffe et la flotte, mouais.... mais fait chier ;)

     

    • #885459
      le 06/07/2014 par Giustizia
      Paris, années 60

      Essayez de voir le verre à moitié plein, car ce que vous décrivez en fin de message est le plus important. Beaucoup de gens voudraient pouvoir en profiter, surtout par les temps qui courent.


  • #884368
    le 05/07/2014 par Lulu
    Paris, années 60

    Soral, une pensée en mouvement.


  • #884372
    le 05/07/2014 par Giustizia
    Paris, années 60

    Petite précision quand même qui a son importance : Ibn Khaldoun, sociologue maghrébin du 16e sièce, a dit : Les vaincus copient souvent les vainqueurs. Les Européens ont copié les Américains depuis la fin de la 2r guerre mondiale, dans leurs vêtements, dans leur musique, dans leur manière de vivre et on ne peut s’en prendre qu’à nous-même de s’être laissés séduire.

     

  • #884376
    le 05/07/2014 par MaxC
    Paris, années 60

    Alala, l’intervention mythique de Soral sur la vie à Paris, c’est vu, revu et revu tellement c’est jouissif et pertinent. C’était la grande époque des impros sur thème imposé et sans vraiment de cadre (vidéo du mois, conférence ....) - encore que dans celle-ci ce sont déjà les prémices de la vidéo du mois. A peine quelques mois avant la création d’E&R.


  • #884397
    le 05/07/2014 par l’oracle a dit...
    Paris, années 60

    C’est dingue comme les gens d’alors - les Français, les noirs, les Maghrébins- avaient l’air civilisés et propres sur eux !!! que s’est-il passé, depuis ?

     

    • #885181
      le 06/07/2014 par Alceste
      Paris, années 60

      L’escroquerie de Mai 68, entre autres...


  • #884507
    le 06/07/2014 par guenz
    Paris, années 60

    Sur que ça change de la gaypride !


  • #884513
    le 06/07/2014 par Piri Reis
    Paris, années 60

    Faut arrêter de vivre dans le passé,on ne connaitra jamais ce temps là ....

     

    • #885970
      le 07/07/2014 par big boss ground zeroes
      Paris, années 60

      exactement ils avaient la chance d’être plus libre que nous et dans 40 ans les générations futurs nous envieront la chance d’avoir les libertés que nous pouvons avoir aujourd’hui et que nous ne pourrions avoir demain .

      plus le temp passe plus nous perdons du peu de liberté que nous avons possédé car tout ce judiciarise et tout devient de plus en plus judiciaire et policier car il faudra toujours faire rentrer de l’argent par des mesures d’austérité qui jouent sur le morale des français pour payer une dette illégitime,illégal .

      http://france-inflation.com/dette_p...

      le corbeau


  • #884520
    le 06/07/2014 par gravitonas56
    Paris, années 60

    d’abord c’est le degré de civilisation qui saute aux yeux......une élegance aussi.......je suis né en 59...........les choses sont devenues très laides en 1976.date butoire..ensuite.......le relaché........ce que beaucoup en pris pour de la liberté....


  • #884528
    le 06/07/2014 par Substance2004
    Paris, années 60

    Je m’étais trouvé dans une brocante de vieux View-Master de Marseille, de Nice, du pays Basque de cette époque. En 3D, c’est encore mieux, même si les couleurs sont pas excellentes. Sinon il y a toujours les cartes postales.

    Ce qui est appréciable, c’est que ce film est en excellent état.

    Ce qui m’étonne toujours, c’est voir aussi peu de foule dans ces endroits célèbres. Mais il faut dire que les villages étaient encore peuplés. La pollution visuelle de la publicité est inexistante en plein cœur de Paris ! Les bagnoles roulent à plus de 50 km/h !
    Ce qui est surtout regrettable, ce sont les constructions la fin des années 60... Ça a tout foutu en l’air...

    La sobriété heureuse comme dirait Pierre Rabhi... On est vraiment des dingues !
    « On voit s’ériger des générations d’enfants qui, faute d’un éveil à la vie, sont réduits à n’être que des consommateurs insatiables, blasés et tristes. »

    Je vous conseille Le grand bazar de Claude Zidi avec les Charlots et notre grand Michel Galabru.

     

    • #886110
      le 07/07/2014 par MaxC
      Paris, années 60

      @Substance2004

      J’ai connu le View-Master à une époque ou l’informatique personnelle n’existait pas encore et encore moins les téléphones portables ou autres. Excellent, d’autant que la qualité des photos du diaporama avec la notion de 3D (qu’on redécouvre quelque part aujourd’hui avec le cinema 3d) ça me faisait littéralement rêver.

      "Le Grand Bazar", même si je n’ai jamais vraiment aimé les charlots (parfois fort lourdingues) c’est un excellent film sur le putsch des hypermarché et la mort des petits commerces. Note quand même que je remarque un petit déclin des supermarché, et un retour à des structure plus modeste en locale (au village, pas en périphérie). En fait les hyper ça devient tellement un arnaque (cher) qu’on y va que pour ce qu’on ne trouve pas ailleurs ou certaines boissons ou des promos.

      Je suis prêt à parier qu’on va connaitre un renouveau du commerce de proximité, surtout si le phénomène de dissidence prend de l’ampleur. Les gens réalisent que tout ce système est moribond et en plus maintenant n’est même plus une façon de gagner de l’argent vu que les prix sont tels que souvent les petits commerces arrivent à vendre moins cher.

      A quand les "Quenelle-Market" ou plutôt "Le Marché du Dissident" - Tant qu’à faire bouton dehors les excès d’anglicismes :)


    • #887109
      le 08/07/2014 par MagnaVeritas
      Paris, années 60

      Très bien vue ta remarque sur l’absence de pollution visuelle publicitaire. C’est pour ça que ça semble si propre !

      Je suis pas sûr de la révolution des commerces de proximité car la grande distribution va tout faire pour écraser la rébellion.


  • #884531
    le 06/07/2014 par David
    Paris, années 60

    Tiens, pratiquement pas d’immigrés et la France est reconstruite, on m’aurait menti ???
    Pour tout l’or du monde en 2014 je résiderais dans cette ville, trop de crasses merci l’umps, les maçons, crif et licra !

     

    • #884775
      le 06/07/2014 par mohand
      Paris, années 60

      Je suis un jeune algérien, j ai visité récemment paris. Je croyais retrouver Paris que mes proches ont visité dans les années 60 et 70. Je suis complètement déçu....trop de pollution, trop de saletés trop de mauvaises odeurs....


  • #884538
    le 06/07/2014 par tunisoral
    Paris, années 60

    Oui moi aussi j’ai envie de pleurer. Mais nous ne sommes pas seuls. La plupart de vos commentaires sont réjouissants ! Les Français encore vivants !


  • #884542
    le 06/07/2014 par David
    Paris, années 60

    Le génocide d’un peuple, d’une identité et de sa culture en 50ans, merci les F.M, l’umps, licra, crif, mrap, cran etc.


  • #884583
    le 06/07/2014 par kursha
    Paris, années 60

    Nostalgie,nostalgie d’une france moins peuplée,quand tu nous tiens !
    Dans les années 70 j’habitais rue sorbier en haut de Ménilmontant.Sous les toits,de ma baignoire, adossée à une baie vitrée la séparant d’un petit balcon, je pouvais voir tout paris.Sür que l’ambiance de l’époque était différente,mais c’est partout pareil,ce fut une époque ou l’on voyageait aussi beaucoup,ce qui fut mon cas,et lorsque je repassais, vingt ans aprés, dans des endroits qui furent des paradis(goa en inde en 76),c’était foutu.Trop de monde au mëme endroit, et tout le charme et la qualité de vie a disparue.C’est ce qui me préoccupe, entre autre, le plus:l’explosion démographique.Cette course folle en avant,tout cela hors controle et planification,juste pour faire tourner la machine et payer les retraites !.On a intéret à trouver rapidemment un autre systeme de redistribution,la planete n’est pas extensible,et l’on va droit dans le mur.Bizarrement cela semble ëtre complétement ignoré du monde politique, mis à part JMLP qui en parle un peu.Et le "croissez et multipliez" du monde religieux me parait ëtre une absurdité irresponsable de plus.


  • #884592
    le 06/07/2014 par carlito
    Paris, années 60

    Comment a-t-on pu en arriver la ?!!!

     

    • #884999
      le 06/07/2014 par Bruno
      Paris, années 60

      carlito : Comment a-t-on pu en arriver la ?!!!



      Par la "bienveillance" de la maçonnerie...


  • #884601
    le 06/07/2014 par Un cendy
    Paris, années 60

    Les chances-pour-la-France n’en sont peut-être par totalement mais beaucoup, élevés selon des principes qui ont fait leurs preuves, ont tout pour devenir des patriotes de qualité. Quand les éducateurs que sont les parents continuent de privilégier le respect des anciens, de la famille, la solidarité et l’honnêteté pour faire de leurs garçons des hommes, le résultat est plutôt concluant. Même si je n’occulte pas les ratés et les insuffisances inhérents à la prégnance du prêt-à-porter culturel fait de clips de check-mon-frère et de face-de-book.
    Mais le potentiel demeure globalement au sein de la communauté française (la seule légitime) pour donner à Paris non pas le charme de ces années révolues, mais un autre, émanant d’ une population pleine d’ allant de courage et de loyauté envers la patrie.

     

    • #889299
      le 10/07/2014 par Leïla
      Paris, années 60

      Oui à cause la franc-maçonnerie, cette secte puante et malfaisante.


  • #884617
    le 06/07/2014 par Clara Imbert
    Paris, années 60

    J’aurais tellement voulu connaitre cette belle époque ! D’ailleurs j’écoute souvent les chansons des années 60 qui me transportent... j’imagine que c’était MAGIQUE.
    Et surtout Paris chère à mon coeur.
    J’ai beaucoup apprécié les analyses de Mr Soral, tellement de choses dont je n’avais pas connaissance et qu’il est bon de savoir. Merci à toute l’équipe d’E&R

     

    • #885011
      le 06/07/2014 par l’oracle a dit...
      Paris, années 60

      moi aussi ! je suis accro aux yé-yé, les années claude François, Sylvie Vartan et tous les autres : ils émanent de cette époque comme la certitude du bonheur, de l’optimisme et d’un temps où l’on était encore libres...pas de matraquage fiscal, peu d’immigrés ( je le sais, mon père est ést un et me vantait très souvent la France de ces années-là), pas de violence, le travail et la farnience après le travail - c’est du moins comme ça qu’on me l’a vendu !


    • #885380
      le 06/07/2014 par MaxC
      Paris, années 60

      Magique peut être que le mot est fort (sauf peut être au niveau musique effectivement), chaque décennie à eu son lot de chose pénible pour les gens. Mais en tout cas, bien plus magique qu’aujourd’hui je te l’accorde. Le plus "amusant" si je puis dire, c’est que si les gens des années 60’s avaient vu des images (sans interview et sans voix off) d’aujourd’hui bien sélectionnées avec des technologies impensables à l’époque, ils auraient eux aussi dit que notre époque est "magique" et ils auraient eux aussi fantasmé à tord.

      Mais bon, je ne veux pas gâcher ton plaisir non plus.

      Amicalement.


    • #885448
      le 06/07/2014 par Giustizia
      Paris, années 60

      En même temps, il ne faut pas oublier que ce sont ces années-là qui ont amené ce qu’on a aujourd’hui, ne pas trop idéaliser, de toutes façons les souvenirs sont toujours plus beaux et diffèrent de la réalité vécue. Cela s’appelle la nostalgie.


    • #885683
      le 06/07/2014 par filkilim
      Paris, années 60

      l’oracle a dit
      Les Yéyés sonnent le commencement de la fin. Même si Marie Laforêt vaudra toujours mieux que Laran Fabian.


  • #884658
    le 06/07/2014 par toto
    Paris, années 60

    La différence la plus frappante, c’est le monde. Il y a vraiment beaucoup moins de personne qu’aujourd’hui !


  • #884902
    le 06/07/2014 par PV
    Paris, années 60

    Je note surtout qu’à cette époque on savait encore filmer. On posait la caméra à un endroit et la laissait filmer le mouvement. De nos jours, on se sent obligé de créer du mouvement en déplaçant la caméra dans tous les sens ou en faisant des coupes toutes les demi-secondes. C’est aussi, sans doute, représentatif de l’évolution du monde et de la perception qu’on en a. Dans un cas on cherchait le vrai, dans l’autre on créé l’illusion.


  • #884927
    le 06/07/2014 par Lemur
    Paris, années 60

    Un grand merci à Georges Pompidou et à Valéry Giscard d’Estaing, pour avoir en 10 ans de pouvoir signer les décrets de mise à mort de cette civilisation qu’on appelait la France.

    Traité de Lisbonne, fin de la souveraineté monétaire.
    Immigration massive et autorisation du regroupement familial.

     

    • #885408
      le 06/07/2014 par praxis
      Paris, années 60

      et mitterrand, chirac et sarkozy ?


  • #884954
    le 06/07/2014 par kevorkian
    Paris, années 60

    Dans le même esprit j’avais trouvé des photos de Paris avant 1ère guerre en couleurs ! C’est fou comme la couleur nous donne une autre impression de cette époque qui du coup paraît moins éloignée qu’en noir et blanc.


  • #884970
    le 06/07/2014 par kevorkian
    Paris, années 60

    Pas un Mc Do, pas un Quick, pas un Subway... des enseignes en français !


  • #885042
    le 06/07/2014 par blanc
    Paris, années 60

    Quand on compare le Paris d’ aujourd’hui avec celui des années 60 on préfère ne pas imaginer ce que ce sera dans 30 ans si on n’arrive pas à stopper ce processus mondialiste. On verra une pléthore de milliardaires saoudiens qui circuleront en ferrari dans une ville rendue froide et déshumanisée par le triomphe définitif du fric et de la vulgarité.


  • #885084
    le 06/07/2014 par Marc
    Paris, années 60

    C’était la France, notre France, déjà empoisonnée par l’esprit révolutionnaire de 89 mais par encore visiblement et sensiblement détruite par les judéo-trotskystes qui ont pris le pouvoir à partir de 1968....


  • #885171
    le 06/07/2014 par LooL
    Paris, années 60

    Pour moi, les choses les plus visibles sont :
    - La fluidité de la circulation malgré le volume de véhicules
    - L’ambiance semble moins lourde par rapport à aujourd’hui
    - Il y a plein de petits commerces d’artisanat réel et pas seulement du revendeur de made in China
    - Les halles de Paris sont superbement alléchantes de produits sains malgré des normes de réfrigération un peu limite pour la viande
    - Le volume de population est moins oppressant qu’aujourd’hui et la vie est tout de même abondante
    - L’immigration est très peu présente, d’où aucune revendication de quelque nature de choses devant devant rester dans la sphère privée. De nos jours, on affiche sa religion ou son origine au même titre que son style vestimentaire afin de coller à son environnement social. La tenue et la fierté sont ce qui est le plus marquant dans cette vidéo.
    - L’élégance et la bonne présentation à l’autre font aussi partie du respect d’autrui. Cette vidéo nous montre la dignité de la population d’antan (mon grand père m’avait déjà fait remarquer ce point étant jeune dans Paris en qualifiant le style vestimentaire des gens de négligé, et il était ouvrier chaudronnier et non bourgeois !...mais a malgré tout eu une vie professionnelle gratifiante ce qui n’est quasiment plus possible dans les conditions actuelles de dumping social majoritairement créé par la masse migratoire et l’ouverture des frontière économiques permettant la délocalisation pour une production à bas coût.
    - Les femmes sont élégantes, coiffées élégamment et n’ont pas un régime alimentaire américanisé avec les conséquences corporelles que l’on constate de nos jours et surtout ne se faisaient pas traiter de "put**" par des populations allogènes non encore présentes.
    - On ne voit pas de SDF.
    - Les lieux publics semblent plus propres (sans doute à cause du respect du lieu de vie de la population autochtone).
    - A 14:45, on voit un homme de type africain qui travaille et qui malgré tout est habillé selon les normes locales et non en boubou.
    - A 15:26, un commerçant fait une pyramide avec ses produits mais on peut être certain que ce n’est pas par volonté maçonnique mais par souci de décoration originale.
    - 8:26 Les portes St Denis et St Martin semblent être à Paris et non à Karashi ou Rajkot comme de nos jours. Cela dit, le passage Brady est fort agréable de nos jours mais cela devrait rester l’exception.
    Vidéo du même auteur sur les villes d’Afrique du Nord en 1935 : http://www.youtube.com/watch?v=k8kM...

     

    • #885965
      le 07/07/2014 par big boss ground zeroes
      Paris, années 60

      oui l’immigrations est néfaste pourtant si vous allez a neuilly ou bien encore dans le 16 eme et dans le paris centre vous ne verrez pas les conséquences de l’immigrations car ce ne sont pas des secteurs habités par les immigrés ce qui n’est pas le cas de paris nord par exemple ou est .

      et pourtant ce que je retient de cette époque c’est la fluidité de la circulations,la sur-populations n’étaient pas comme aujourd’hui ,les mentalités différentes,l’abrutissement des masses n’étaient pas ainsi,les gens fessaient probablement plus de sport ,ils étaient pas tous détruit par malboro ,ils avaient plus de chance d’être en meilleur santé qu’aujourd’hui .

      surtout la guerre était fini alors que pour nous elle arrive ,ils pouvaient des lors respirer sereinement .

      le corbeau


    • #886105
      le 07/07/2014 par Ras
      Paris, années 60

      désolé BBG mais en 1960 l’immigration était déjà lancée, pas le regroupement familiale dans l’immigration y a plusieurs vagues, des vagues continue a l’heure actuelle et ne sont pas en lien avec celle de 50- 60
      les commerces n’ont pas disparu a cause de l’immigration, le plus souvent ils sont rendu communautaire (épicerie boucherie restaurant bazar..)
      parce que nos institution le veulent bien aussi c’est tellement facile de taper sur qui vous savez plutôt que rendre responsables les vrai !
      si les ptit commerces de nos villes on disparu c’est grâce au "grand capital", combien de rue n’ont plus qu’un pauvre café et que des faces de banques et assurances ?
      âpres sur le sport je suis pas convaincu, c’est aujourd’hui on fait plus de sport ( mode de vie à l’américaine jogging...)
      aujourd’hui par contre on mourra plus stressé,
      (boulot métro alimentation pollutions surcharge sonore)

      en somme notre exception culturel qui fessait de nous des français se voyait mais était en 60 déjà en début de déclin
      a l’époque nul ne le sentait venir
      aujourd’hui notre exception française réside dans le fait de nous insurger
      le reste est calqué sur le modèle libéral américain voué a être uniforme en Europe, Asie, moyen orient....

      Bien à vous


    • #886125
      le 07/07/2014 par L’Australien
      Paris, années 60

      Je suis d’accord à tous les niveaux et je suis tenté d’en rajouter, regardez ces jeunes femmes noires à 13’45 à quel point elles ont l’air de "souffrir du racisme", elles ont le vrai look sixties, la coiffure, les fringues, l’élégance est là et elles sont coquettes,

      Une démonstration en images de ce qu’était la France dans les années 60 et vu les bagnoles nous ne sommes certainement pas vers 68 mais plutôt première moitié des années 60, les autres villes c’était pareil, pour mon cas je me souviens très bien de la Côte d’azur de Nice, Cannes, Antibes, Juan les Pins, Menton c’était au top.

      Important aussi de remettre quelques vérités au centre, j’entends de plus en plus << nous les arabes nous avons reconstruit la France ! >> archétype d’un mensonge énorme qui semble se propager.

      Comme on peut le constater le pays semble en "ruine" et on n’a certainement pas attendu l’immigration d’Afrique du Nord (grandes vagues à partir de 1970) pour être un pays moderne et équipé, mais les âneries les plus grosses semblent passer mieux.

      On constate également l’élégance globale du quidam dans la rue, étonnant ce nombre de gars en veste/chemise/cravate, l’élégance française n’était pas un vain mot.

      La tranquillité ambiante est de mise, on sent la courtoisie, le bien-vivre ensemble....nous étions vraiment bien.... entre nous


    • #887078
      le 08/07/2014 par Ras
      Paris, années 60

      tout a fait australien l’idée que des vagues soit venu reconstruire est un mensonge et de l’irrespect vis a vis de nos aïeul
      la France c’est pas israel les français n’ont jamais boudé certains boulot
      même si il est vrai que des travailleurs étranger sois venus forcir les rang il y trouver en 1er lieu de l’argent pour la famille au pays


  • #885403
    le 06/07/2014 par praxis
    Paris, années 60

    Je suis comme Soral je pleure quand je vois les films et les images de la France d’avant.


  • #885432
    le 06/07/2014 par praxis
    Paris, années 60

    c’est sur que cette France la homogène et non soumise elle ne leur plaisait pas aux bhl , cohn-bendit et consorts pas facile de la dominer ,il fallait donc la détruire à petits feux : droit de l’hommisme, traités européens et immigration massive.


  • #885574
    le 06/07/2014 par Iskandaar
    Paris, années 60

    C’était il y a moins de deux générations avant nous... Que dire des dégâts que peut causer une seule génération sur tout un peuple, tout une culture. Nous savons déjà qu’il existait encore à ce moment là cet art de vivre dans la vie de tous les jours, chose ayant quasiment disparu sous nos latitudes, et qui jusqu’à présent a tendance à se répandre au sein de toutes les sociétés, au nord comme au sud. La société de consommation, de l’hédonisme, du relativisme et de l’individualisme forcené (société "libérale" telle qu’ils l’appellent) n’était pas encore passé par là, c’était avant les super-marché et l’automobile pour tous. Mais souvenez vous comment cela s’est présenté, tout le monde voulait une voiture (voir plus) et avoir accès aux temples de la consommations, à partir de là, société de consommation et industrialisation ont fait le reste, cela était perçu comme le progrès à l’époque, mais dans cette frénésie les gens ont oublié ce qu’ils y perdaient : le savoir vivre, la culture, la famille, le bonheur conjugale... En fait l’essentiel troqué contre le superficiel.

    Ce processus se retrouve partout et commence à se faire jour très sérieusement dans des pays jusque là épargnés, au Maghreb c’est déjà écrans plats et mondial pour tous, la religion sert de plus en plus de décorum, seuls les anciens s’y attachent encore mais les jeunes sont complétement happés par les références télévisuelles à la mode métro-sexuelle. Les gens là-bas, comme les occidentaux d’alors, jouent la carte relativiste (prétexte pour ne pas agir en fait), mais nous en France nous savons déjà jusqu’où elle mène... La version "islamique" de la chose se passe ainsi : Les chaînes religieuses servent de caution morale pour l’ensemble du bouquet, comme le Qatar à l’idolâtrie du football. La société de consommation s’invite chez les musulmans grâce au cheval de Troie saoudien et satellitaire, en instrumentalisant un "islam identitaire" fictif afin de fournir la caution morale aux plus "traditionalistes" d’entre eux (pseudo-traditionalistes en réalité, puisque la tradition implique une culture, laquelle ils ne possèdent pas).

    Tout le système est fait de sorte que les sincères soient pris entre le marteau et l’enclume, ces derniers se voient ainsi obligés de prendre une voie de traverse, mais se faisant flirtent avec la marginalité et l’isolement sociétale, qui implique pour eux encore d’autres problèmes et d’autres défis personnels.


  • #885579
    le 06/07/2014 par arnaud01
    Paris, années 60

    Si vous le pouvez, regardez la série policière "les 5 dernières minutes "avec Raymond Souplex. Ca date des années 60/70. Le plus souvent filmée en noir et blanc. Image pas forcément d’une grande résolution ; mais des gens qui s’expriment en parfait français, des femmes avec de belles toilettes, pas vulgaires pour un sou, des petits métiers aujourd’hui disparus,(la série plonge volontairement dans des univers professionnels différents) Un parfum de nostalgie ...


  • #885947
    le 07/07/2014 par noname
    Paris, années 60

    Quelqu’un connait le chiffre de "blanc de souche" et d’immigré de l’époque et celui de nos jours ? Est ce qu’on peux imaginer que le ratio et identique (pas basé sur le ressenti hein) ?

    Et je voulais savoir, quelqu’un sait ou je peux trouver une vidéo de ce style sur Marseille ? J’avoue avoir un peu de mal à trouver une seule vidéo du même genre qui en plus ne dur pas plus de 2 minutes...

     

    • #886424
      le 07/07/2014 par L’oracle a dit...
      Paris, années 60

      Au milieu des années 60, on comptait un peu plus de 2 pour cent d’immigrés ( africaine, si je vou comprends), pour un peu plus de 46 millions de francais !


    • #886625
      le 07/07/2014 par David
      Paris, années 60

      On est plus de 65 millions aujourd’hui, étant donné qu’en 1961 on était 47 millions et que les français font peu d’enfants cela doit pas être compliqué à calculer.
      Grosso-modo, on doit avoir 15 millions d’étrangers ou de français d’origines étrangères si vous préférez.


    • #887041
      le 08/07/2014 par zuleya
      Paris, années 60

      C est exactement vrai pour les 15 millions et c est tabou, évidemment. Mlp s était fait prendre par la patrouille bien pensante pour avoir exprimé cette évidence. Ceci dit il y a un petit ajustement du fait de l allongement de la durée de vie mais c est cela depuis que l allongement s est tassé... C est dire la dégénérescence du pays si établir un simple diagnostic est interdit....liberté d expression...
      De toute façon il suffit d ouvrir les yeux. Comparez la société actuelle avec un échantillon pris dans les infos des années 70 par exemple.
      Rien qu’ avec le taux actuel officiel de 200 000 nouveaux arrivants par an ayant pour point commun d être non Européens, non qualifiés, et sans aucun attrait pour la culture francaise ( dont lls ne parlent même plus la langue pour les arrivants somaliens)et vous avez un cocktail détonnant. 200 000 legaux par an plus le flot énorme du regroupement familial de 1976 et les illégaux, en effet ça fait 15 millions..,
      dans le même temps on remarquera qu’ on a arrêté de faire des recensements exhaustifs de la population, pour ne pas être embêté par des statistiques officielles...
      Mais encore une fois c’ est dans les mains des français. On n’a pas encore touché le fond pour unemajorité de nos concitoyens. L idée de regarder qui arrive, d avoir une politique, même une politique généreuse mais contrôlée.
      Non parbleu !
      Quiconque a été en charge d un club sait qu’ il est important d’être sélectif à l entrée, afin de créer l envie de rentrer , d avoir la gratitude des nouveaux arrivants, ne serait ce que pour diminuer l envie de sortir et que le club ne disparaisse pas...
      Mais pas pour la France...
      On risquerait de se faire traiter de racistes ou même d antisemites !

      Et cet argument stupide que l’ " Europe c est merveilleux parceque l on est plus arrêté aux frontieres..’’
      Étant minaud je me rappelle être passé en voiture en Italie pour aller à vintimille et on a dû s arrêter 2minutes-chrono à la douane ( où d ailleurs les douaniers italiens étaient plus scrupuleux que leurs collègues français) et c était fini...pas de quoi en faire un plat. C était même mieux au fond car on se sentait changer de pays et de culture.. Bon dieu deuxminutes pendant les vacances...et c’était bien moins pire que ce que font subir les aéroports...en particulier américains, et ça continuera si le marché transatlantique est adopté...


    • #887188
      le 08/07/2014 par noname
      Paris, années 60

      Ma question comprenait surtout le ratio en 1960s et aujourd’hui, est ce qu’on a le même % d’immigré ou est ce que c’est devenu une vraie catastrophe...J’imagine un peu la réponse mais bon, pour en savoir plus.

      Techniquement, on passe de 45 M d’habitants à 65 M d’habitant dont 15 M d’étranger, la société de souche n’aurait pas pris plus de 5/9M d’habitants supplémentaire ?

      Je m’embrouille surement dans ce calcul (faux certainement) mais c’est pour savoir.

      Grosso-modo, on doit avoir 15 millions d’étrangers ou de français d’origines étrangères si vous préférez.

      Ça ma fait rire, comme quoi...

      ps : Sinon, rien sur la vidéo de Marseille ? :)


    • #887716
      le 08/07/2014 par David
      Paris, années 60

      @zuleya
      Excellent commentaire merci.

      @noname
      Pourquoi Marseille à tout prix ? Cela peut sans doute se trouver... Sinon on pourrait citer La Courneuve, Sevran, Sarcelles, Roubaix, Villeneuve-d’Ascq, Denain, Argenteuil etc, etc.


    • #889260
      le 10/07/2014 par noname
      Paris, années 60

      Déjà parce que je suis de Marseille et parce que j’aime bien voir ce genre d’image, j’aime bien voir comment c’était avant, peut être parce que j’ai déjà une sale idée de ce que sera le futur...Et puis j’aimerais bien voir comment la ville ou je suis né a évolué, j’ai des souvenirs assez frais de beaucoup de chose et notamment des années 90, ça me manque aussi un peu...


    • #890363
      le 11/07/2014 par zuleya
      Paris, années 60

      @ David merci à toi aussi
      @ anonyme : la population francaise est assez unique dans son histoire en ce sens que la France à toujours été très peuplée ce qui est très différent de nos voisins européens par exemple. Il y avait déjà plus de 10 millions de gaulois, c est à dire une densité dans les campagnes comparable si ce n’ est plus grande que celle actuelle. Sous la révolution il y avait près de 30 millions de francais. Avec l augmentation de la durée se vie, la suppression des disettes, etc... on passe se 1789 à 1960 de 30 à 45 millions par une évolution naturelle.
      Meme si la France est traditionnellement une terre d’accueil et d’immigration, son évolution démographique a donc toujours essentiellement été de son propre peuple. Sauf depuis 40 ans.


    • #890440
      le 11/07/2014 par zuleya
      Paris, années 60

      Pour répondre plus spécifiquement à la question, la population extra européenne en 1960 ne dépassait pas 400 000 personnes :
      400 000/ 45 millions c est moins de 1 %.
      Actuellement la fourchette est de 15 millions pour 50 millions d’europeens soit plus de 30 %.
      Sachant que cette population est jeune et à plus d" enfants que les européens du fait de cette jeunesse et que les 1ere générations immigrées font significativement plus d enfants...vous devinez l’avenir.
      mais en plus avec des élus traîtres comme sarkozy qui se font élire sur un programme de réduction de l immigration mais qui en douce l augmente, la tendance est à une accentuation du phénomène.


  • #885961
    le 07/07/2014 par big boss ground zeroes
    Paris, années 60

    impressionnant cette vidéo soral prophète .

    paris deviendra dans moins de 20 ans un elysuim sur terre des caméras partout ,des satellites a l’israélienne ,des péages a chaque porte ,plus aucun pauvre et les plus riches seront centralisées dans cette grande ville .

    le plus écœurant dans tout sa c’est que c’est les classes moyennes et populaires qui ont construit cette ville mais aucun n’aura le droit d’y mettre les pieds car aucun n’aura les moyens pour payer le loyer .

    de toute façon c’est devenu une ville de me..... sur populations et stress infernal engendré par metro/boulot/dodo le lot de toutes les grandes villes d’ailleurs .

    le corbeau


  • #886230
    le 07/07/2014 par soralaraison
    Paris, années 60

    Ce que je vais dire peut choquer mais la France, son peuple et sa culture se font génocider de manière totalement naturelle par le processus mondialiste. Je lui donne encore quelques dizaines d’années pour qu’il n’existe définitivement plus ou extrêmement peu. Merci, chers gouvernements successifs, d’avoir génocidé mon peuple et ma culture dans l’ignorance totale.

     

    • #886383
      le 07/07/2014 par Louve de France
      Paris, années 60

      En effet Monsieur Soralaraison,

      Il ya des genocides secrets , silencieux, taboo. Shhhh.... On ne peut parler de ce genocide la. Selon Ined , en 2035 le basculement demographique sera final.et irreversible Les hordes antiracistes applaudissent ce genocide silencieux. Mais encore une fois : shhhhh, il ne faut surtout pas parler de cela. les hysteriques antiracistes ne sont pas loin.


  • #887106
    le 08/07/2014 par MagnaVeritas
    Paris, années 60

    Pas de rues surpeuplées, pas trop d’immigrés, pas trop de trafic automobile, pas de chemtrails, des boutiques vendant des produits non-blisterisés mais en forme, et surtout des gens à la mise impeccable... ça fait bizarre ! J’aurais bien aimé connaître cette époque.

    Le seul bémol est à 15:12.


  • #887714
    le 08/07/2014 par Popopodi
    Paris, années 60

    Putain, j’ai tripatouillé mon ampli, mes enceintes, revérifié ma connectique pendant 2 plombes jusqu’à ce que je lise machinalement, résigné, le sous-titre eh eh... !

    Bon sinon, mais comment font tous ces pauvres gens sans avoir le nez dans leur portable, sans pouvoir aller au Mcdo ?!! Ca me dépasse...


  • #887842
    le 08/07/2014 par anonyme
    Paris, années 60

    Quand on compare la France de cette époque et ce qu’elle est devenue...Jamais je n’aurais imaginé en arriver à presque comprendre et accepter le fait que certains puissent devenir nationalistes, racialistes et identitaires. Et s’ils étaient en fin de compte dans le vrai ?

     

    • #889297
      le 10/07/2014 par Leïla
      Paris, années 60

      La douceur de vivre, j’ai envie de pleurer.


  • #892108
    le 12/07/2014 par Irvin
    Paris, années 60

    Un site à voir, Delanopolis, sur le Paris saccagé par les travaux du Pharaon.


Commentaires suivants