Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Commune de Paris (1871) partie I

"Les dossiers de l’Histoire" de Henri Guillemin

C’est par un déroutant et amical « salut » que Henri Guillemin lance cette nouvelle série des Dossiers de l’Histoire consacrée à la Commune de Paris.

Pour l’historien, il convient d’abord de remonter aux origines de la Révolution française pour compendre cette « histoire atroce » de la Commune.

Il s’emploie donc à rappeler dans ce premier épisode la lutte originelle de la bourgeoisie dès le XVIIIe siècle.

Partie 1 : la situation :

(Demain, partie 2 : ’’Monsieur Thiers’’)

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #111872
    le 03/03/2012 par olva
    La Commune de Paris (1871)

    Son grand ouvrage, en quatre volumes, sur la guerre de 1870 et les origines de la Commune est tout simplement unique dans son genre.

    Petite anecdote : François Mitterrand devait écrire l’un des volumes de la célèbre collection "trente journées qui ont fait la France" de Gallimard, celui sur le coup d’état de Napoléon III. Mais Guillemin en ayant publié justement un quelque temps avant intitulé "Le coup du 2 décembre", Mitterrand abandonna en déclarant "que voulez vous que j’écrive après Guillemin ?"...


  • #111906
    le 03/03/2012 par Marion Sigaut
    La Commune de Paris (1871)

    Absolument génial !


  • #111995
    le 03/03/2012 par Hieronymus
    La Commune de Paris (1871)

    tres bon Guillemin
    je me souviens de l’emission de Alain Decaux sur le meme sujet
    Guillemin va plus loin, est bcp plus iconoclaste et irreverencieux face a la doxa officielle


  • #112040
    le 03/03/2012 par mouloud
    La Commune de Paris (1871)

    très bonne initiative : merci à l’équipe de EetR.
    Grâce à Guillemin et Marion, je perçois la puissance de la connaissance de l’histoire et j’enrage contre les responsables des programmes scolaires : qui sont ces gens ?
    Contre les versions officielles péremptoires et les oublis de l’histoire, se dressent la multiplicité des sources et les versions alternatives s’appuyant sur les documents, l’esprit critique, le recoupement, la cohérence et la recherche du sens.
    le travail a été fait : celui de l’histoire de la conquête du pouvoir et des financements. Tout parait plus clair...


  • #112064
    le 04/03/2012 par la resistance des carnutes
    La Commune de Paris (1871)

    Bon, la, c’est énorme....
    je ne regrette rien Alain, au contraire, merci à vous d’avoir relayé mon mail du 29/02.
    et vous MARION, JE VOUS SALUE MARION, PLEINE DE GRACE...coeur pur empreint de recherche de vérité, si courageuse, tout cela me rappelles tant ma lecture du choix de la Défaite d’ANNIE LACROIX-RIZ, ma chère professeur de terminale, et tans pis pour pour les fachés, je vous tend la main aussi.
    Je dépose à vos pieds mon âme, mon coeur, ma foi...
    et vous Henri, défunt éternel vivant dans mon corps patriote, ma gratitude infinie pour vos travaux et votre dévotion à notre peuple ivre de vérité.
    et aux adversaires, Akioh, abeille virvoltante, bléssée de son amour filiale, ouvrez vos esprits, ceci est notre sang...
    Voyez-vous comme cet homme nous explique les trahisons et l’organisation de la controverse, les subtilités de notre histoire, si riche , complexe, condensé de l’histoire du Monde.
    La souffrance et les luttes de notre peuple sont celles du Monde, contre les tyrannies et les mensonges, souvent institués.
    HUUMM MERCI E§R, faut que je digère, je commenterai plus tard, là, je réagis.


  • #112076
    le 04/03/2012 par Medrawt
    La Commune de Paris (1871)

    Remarquable en tout point Mr Guillemin, de la vrai bonne télévision, l’intelligence au service de la pédagogie. Le plaisir d’apprendre, jubilatoire.
    Je suis persuadé que ce genre d’émission fairait, même aujourd’hui, un carton d’audience. Mais trop dangereux, pour le pouvoir en place, d’instruire le peuple. Déjà à l’époque je crois qu’Henri Guillemin dérangeait beaucoup de monde.
    Merci à E&R de nous faire découvrir ou redécouvrir ce genre trésor.


  • #112194
    le 04/03/2012 par machiavel1983
    La Commune de Paris (1871) partie I

    Ces élites compradore, toujours aussi prompt à trahir leur nation, leur peuple ! Il n’ y a vraiment rien de nouveau sous le soleil !
    Ce récit m’ a enragé !


  • #112283
    le 04/03/2012 par emmanuel
    La Commune de Paris (1871) partie I

    merci. bon travail. ça fait du bien l’authenticité.


  • #112381
    le 04/03/2012 par JFK executive order 11110
    La Commune de Paris (1871) partie I

    A l’époque de la commune, l’ennemi extérieur avait servi à faire diversion pour maintenir la pression sociale sur les travailleurs des "bonnes gens".

    Mais les parisiens s’en sont aperçus que le gouvernement (pas du tout représentatif de la majorité du peuple) complotait contre eux.
    D’où la bataille de la commune.

    La Défense dans le 92 commémore encore cette manipulation du peuple par le gouvernement.


  • #112398
    le 04/03/2012 par Hieronymus
    La Commune de Paris (1871) partie I

    j’ai écouté plus avant en allant sur le site rts.ch
    très bon conteur et le type est une pointure niveau histoire

    cela dit qq nuances :
    sur un plan général Guillemin a des sympathies envers les marxistes, il y a chez lui comme une détestation de la classe possédante, conservatrice et traditionnaliste, pourtant elle est souvent dans son droit quand elle défend ses intérets et n’est pas forcément "facho"
    à un moment il regrette de devoir citer Blainville car ce dernier était membre de l’action francaise "comment peut on être historien et membre de l’action francaise ?" dit-il ..
    à un autre moment il énonce que les camps de travail nazis étaient bien pires que les camps de travail soviétiques (goulag) ce qui est évidemment faux car de parti pris

    en fait en 1870/1871 époque de la "commune" il est parfaitement compréhensible que les Francais de province (pas seulemnt la bourgeoisie comme il l’énonce) devaient détester Parie, source de tous leur maux depuis pres d’un siecle : la tourmente révolutionnaire, l’horreur des échafauds, la saignée napoléonienne, l’instabilité chronique des régimes et pour finir le déclassement de la France (par rapport à l’Angleterre) d’un pays pourtant très riche habité par une population laborieuse et méritante, à qui devaient ils tous ses désastres sinon (tout du moins dans leur esprit) au caractère "d’échauffement" de certaines populations parisiennes violentes et incontrolées ?
    en fait les Parisiens de 1871 devront payer pour les égarements de leurs ancêtres 80 ans plus tot !

     

    • #112431
      le 04/03/2012 par machiavel1983
      La Commune de Paris (1871) partie I

      @Hiéronymus
      Salut camarade !Un plaisir de vous voir ici !
      Concernant la vidéo, il le dit lui même, il n’ est pas objectif. Il conte en toute subjectivité !Ce que vous faites aussi en disant " il y a chez lui comme une détestation de la classe possédante, conservatrice et traditionnaliste, pourtant elle est souvent dans son droit quand elle défend ses intérets et n’est pas forcément "facho."
      C’ est un point de vue avec lequel on est pas forcément d’ accord.
      Mais vous avez bien fait de rappeler ses accointances idéologiques.


    • #112493
      le 04/03/2012 par L’Homme du Gui
      La Commune de Paris (1871) partie I

      Henri Guillemin Marxiste ???

      Il était tout le contraire, Catholique Social (à la Proudhon, donc anti-Marxiste par définition, par nature et par destination idéologique), Conservateur ouvert, et toujours également ouvert à une certaine forme de colère généreuse que l’on peut qualifier d’anarchie se méfiant toujours des Pouvoirs sans limite que certains hommes trop ambitieux recherchent depuis la nuit des temps, ainsi que les propagandes qui vont avec.

      Si Henri Guillemin avait été Marxiste en France dans les années 60/70, il aurait eu droit à tous les plateaux télés et radios sous cette ère "Gaullo-Communiste" du CNR de l’après guerre.

      Or, il a été écarté des médias, car Historien trop puissant et donc trop dérangeant.


    • #112595
      le 05/03/2012 par Hieronymus
      La Commune de Paris (1871) partie I

      Homme du Gui
      il se peut bien que vous ayez raison, notez que je n’ai parlé que de sympathie marxiste
      mais j’aurais plus justement du parler de sympathie gauchiste, plus près de la vérité
      Machiavel
      comme pour l’Homme du Gui, on est bien d’accord que Guillemin
      ce n’est pas Lacroix-Riz (chez elle le marxisme est indélébile)


    • #112628
      le 05/03/2012 par L’Homme du Gui
      La Commune de Paris (1871) partie I

      @ Hieronymus,

      "Sympathie Gauchiste" encore moins que "Marxiste", et je vous invite à écouter avec la plus grande attention toute la série des Guillemin, notamment dans sa dénonciation de la "Gauche", à savoir les "Républicains" et "Libéraux" (côté Gauche de l’Assemblée Nationale) qui s’allieront corps et âme, ainsi que portefeuille, ce qui va sans dire, soit avec la pensée Colonialiste de Conquête Illimitée de Jules Ferry, soit avec le premier Gouvernement Millerand rassemblant les "Gauchistes" et les "Tueurs" de la Commune de Paris, à savoir le Général de Gallifet dans une grande Union qui immanquablement mènera à la terrible "Tuerie Industrielle" que fut la première guerre Européenne, devenue mondiale pour les livres d’histoires de propagande (mais il fallait bien vider les campagnes....)

      Je rapprocherais pour ma part plutôt Henri Guillemin, s’il fallait impérativement adopter la méthode de l’amalgame, qui ne convient du reste pas au personnage, à un politicien du type de Philippe Séguin, Conservateur, Social, mais surtout, et très essentiellement "Intègre et Libre", et ce en toutes circonstances quelles qu’elles soient.


  • #112509
    le 04/03/2012 par Dissident
    La Commune de Paris (1871) partie I

    Je crois que E&R a atteint un nouveau palier en diffusant cette vidéo de Mr Guillemin.C’est une vidéo indispensable , obligatoire à regarder ! Ne reculez pas devant la longueur de celle-ci , chaque minute est importante !


  • #112517
    le 04/03/2012 par MrVeeshan
    La Commune de Paris (1871) partie I

    Bonjour

    Très instructif !!! un grand merci à E&R de nous permettre de mieux connaitre notre Histoire .

    Pour en revenir à la vidéo , toutes ressemblances avec des personnages actuels , n’est que pure coïncidence ... Ecoeurant


  • #112586
    le 05/03/2012 par Bérenger
    La Commune de Paris (1871) partie I

    La leçon de de cette page de la France, si jamais on avait pas encore compris, c’est que rien n’est plus dangereux qu’un homme dont on menace le pouvoir, ou qui en a trop. Un point de plus pour Chouard.


  • #112603
    le 05/03/2012 par Alex
    La Commune de Paris (1871) partie I

    Guillemin est très bon. C’est toujours un plaisir de se regarder un épisode journalier.

    Néanmoins, sur les critiques de la grille de lecture d’Henri Guillemin, l’on peut dire qu’il est quand même très bon : il a -en même temps- le matérialisme historique qu’il empreinte au marxisme, et une aspiration catholique sociale qu’il empreinte au Sillon.

    La légère erreur qu’il fait est de trop souvent valider les catégories Gauche/Droite crées par la Bourgeoisie, qu’il réfute en même temps dans son histoire. Utiliser les concepts de l’adversaire c’est se piéger, c’est pour cela qu’il amalgame droite d’affaire et droite nationaliste type action française.


  • #112655
    le 05/03/2012 par Guillaume
    La Commune de Paris (1871) partie I

    Excellent !... sauf !... un non-dit, volontaire ou non, qu’importe !
    Le voici :
    - ces privilégiés, nobles désormais associés aux banquiers, financiers, gros bourgeois, ont un point commun, une religion laïcarde qui les unit : la Maçonnerie !
    - de Ferry à Thiers en passant par Garibaldi, ce ne sont qu’oppositions factices, guerres internes de pouvoir... République, non merci ! de-ci (Ferry)... République "soft" ! de-là (Thiers)... car le ciment de la République ne peut être la Nation... la République doit déjà être universelle, donc maçonnique, donc mondialiste ;
    - ni Prussiens contre Français, mais toujours cette Histoire non avouée, du riche contre le pauvre, des élites contre le peuple !

     

    • #112671
      le 05/03/2012 par joseph
      La Commune de Paris (1871) partie I

      Ouais, la guerre des élites financières contre les masses des gens corvéables à merci, par delà les frontières !
      en gros, les financiers se partagent l’Europe en investissant les places les plus rentables( Allemagne, France, Hollande..) et en désertant les pays moins rentables ( Espagne, Italie..du sud d’ailleurs) ...
      1870 est instructive à bien des égards ; car elle démontre, par A plus B, la connivence de classe entre les bourgeoisies allemande, anglaise et française....au détriment du peuple, tenu pour quantité négligeable ; les frontières n’étant là, au fond, que pour encaisser des droits de douane, servir la stabilité monétaire- cela et rien d’autre...


    • #113307
      le 06/03/2012 par dédé
      La Commune de Paris (1871) partie I

      C’est justement là où le bât blesse...ces élites française de la bourgeoisie et de l’aristocratie étaient, encore, majoritairement catholique et du côté de l’Église.
      La maçonnerie se ralliera définitivement à la République avec Thiers justement.
      N’oublions pas non plus que la Chambre des député en 1871 était majoritairement non seulement à "droite" mais en plus favorable aux royalistes, et ce qui a permis à la Troisième République d’exister est dû à une querelle sur le nom du prétendant au trône entre monarchiste : les légitimistes partisans du Comte de Chambord et les orléanistes partisans du Comte de Paris. L’histoire du drapeau blanc en 1873 enterrera toute idée de restauration de la monarchie.
      Mais l’installation définitive de la Troisième République avec le statut du Président se jouera tout de même à une seule voix lors du vote de l’assemblée en 1875...


  • #112717
    le 05/03/2012 par Antonin
    La Commune de Paris (1871) partie I

    N’oubliez surtout pas que ces conférences télévisés (excellentes au demeurant) sont destinées a un large publique et non pas à des spécialistes ou à une audience déjà sur le qui-vif. Il est donc tout a fait normale que Monsieur Guillemet ne s’attarde pas sur certains points qui vous semble plus ou moins essentiels !

    Vos critiques a son encontre son assez sévères.

    Bien à vous


  • #112728
    le 05/03/2012 par Viaticum
    La Commune de Paris (1871) partie I

    J’ai hâte de regarder ça, mais en attendant, sur le même sujet, je recommande à tous (et surtout aux BD-philes) le magnifique opus de TARDI "Le Cri du Peuple" ...


  • #114377
    le 08/03/2012 par Damien
    La Commune de Paris (1871) partie I

    Personnage très attachant que ce monsieur Guillemin. Merci pour le partage.
    Je me suis plus approché de la vérité en l’écoutant qu’en étudiant la période en licence d’Histoire, ce qui me laisse à la fois content d’apprendre de nouvelles choses et songeur sur le contenu des cours enseignés.
    Quant à Thiers et à ses acolytes, des pourritures trahissant en conscience pour sauvegarder leurs intérêts, toujours ennemis du peuple. Abject.

     

    • #119806
      le 18/03/2012 par Le_délateur_sérieux
      La Commune de Paris (1871) partie I

      Nous remercions particulièrement Lenculus, ce minable découvreur de rareté et The Savoisien
      Merci à vous messieurs et dames.

      Faallit le dire quand même...


  • #119530
    le 18/03/2012 par Zlak
    La Commune de Paris (1871) partie I

    C’est marrant en France d’avoir nommé tant de rues ou d’écoles du nom de traitres à la Nation comme le furent les Thiers,Ferry, Favre et plus prés de nous Monet, Pompidou ou encore Mitterrand...Cela étant dit excellente série et merci de nous la faire partager.


  • #129915
    le 04/04/2012 par Ratatak
    La Commune de Paris (1871) partie I

    Jules Fabre, pseudo gauche, 100% gauche caviard, qui baise les prolos (comme d’hab) et passe avec le soutien de la droite.
    Comment dire, ça un petit air de déjà vu tout ça, nan ?
    En réalité, tout cela me tire les larmes.
    Nous en sommes à combien de siècles de mépris et de trahison du peuple de ce foutue terre ??


Afficher les commentaires suivants