Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Patrice O’Neal : "Vous traiter en princesse ? Vous vous définissez comme un ensemble de trous"

Note de la rédaction

Une traduction ERTV.

Un extrait du spectacle One Night Stand (2005) :

 

 

Humour et traduction ERTV, voir sur E&R :

 






Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Les femmes quand elles ont à faire avec un type qui est costaud et qui a l’air sur de lui se comportent naturellement comme cela.Si l’individu avait été Bill Burr les femmes n’auraient pas dit cela,elles auraient pu dire "on achète un gode".
    Les femmes se comportent d’instinct comme des putes soumises quand elles pensent être en présence d’un type solide,et comme des garces méprisantes avec un type qu’elles pensent faible.Elles sont laches par nature.Pour cela que les gros cons surs d’eux baisent facilement malgré leur faible valeur.Même si en réalité en majorité ce sont des fiottes les femmes sont facilement manipulables et impressionnables particulièrement les jeunes.Si une femme dans l’assistance avait répondu "j’achète un gode ceinture",pas sur que le gros noir aurait prévu quoi répondre.La évidemment il avait prévu la réponse car c’est sans doute celle que la majorité des femmes lui font.

     

    Répondre à ce message

    • En quoi un gode ferait-il rester un homme homosexuel ?

       
    • Heterosexuel*

       
    • Pour commencer, et afin de ne pas tomber dans le panneau, rien ne vous dit qu’il n’ait pas préparé son coup, quant aux réponses à faire apporter, pour le cas où. (Les lascars de la bien-pensance le font bien)
      Mais ce n’est sans doute pas nécessaire puisqu’il induit les réponses de ce genre, par l’histoire de l’absence de vagin qui mène à la question posée : les nénettes restant dans ce contexte ; c’est de la psychologie. Voilà pourquoi elles remplacent un trou par un autre sans plus de réflexion que cela.
      Votre avis sur les femmes et ceux (balaises ou non) qui les séduisent est complètement erroné que l’on pourrait rapidement penser qu’il vous manque cette part « d’alpha » innée qui fait la différence, afin de s’extraire, à tout le moins, du ton de la frustration.
      Par ailleurs, ce sont plus souvent les gus qui se trouvent être lâches (ce que l’on reproche guère aux filles, du reste et pour d’autres raisons)
      Quant aux intelligents et cultivés, marrants et sûrs d’eux et qui baisent facilement grâce à leur potentielles vertus et qui renvoient au diable vos valeurs creuses, vous les placez sur quel périmètre concentrique aux attentes de toute femme ?



      « J’achète un gode ceinture »




      ...fait toujours référence à un trou...
      Et si à Bill Burr elles avaient répondu :



      « On achète un gode. »




      C’est, vraisemblablement qu’elles n’auraient pas compris la question. Ou que vous ne l’avez vous-même pas comprise ou que vous avez une tendance LGBTQRST...
      En quoi, en tant que femme n’ayant plus de vagin, acheter un gode va faire en sorte que votre gars reste avec vous ?

       
  • Dialogues du vagin, revus et corrigés !

     

    Répondre à ce message

  • Criant de vérité..on constate que là bas la liberté d’expression veut vraiment dire quelque chose.

    O’Neal ..patronyme irlandais..pour un afro ? ^^

     

    Répondre à ce message

    • En quoi c’est choquant ? tu découvre aujourd’hui que les afro américain ont des patromyne anglo-saxon ?

       
    • C’était en 2005, il y a un monde de différence avec aujourd’hui...

      Encore que les nègres de maison bénéficient toujours d’une marge de liberté, au point qu’un artiste peut se présenter aux très politiquement correctes MTV Video Music Awards en chantant "I raped a pregnant bitch". Un peu comme les migrants en Suède qui bénéficient toujours de l’excuse de la non-acquisition des "codes culturels" locaux pour faire des tournantes sur des enfants, alors que dans le même temps on harcèle la population masculine autochtone avec une loi sur le consentement, stipulant qu’un rapport sexuel sera présumé être un viol s’il n’y a pas eu consentement verbal.

       
    • C’est peut-être, pour rappeler aux demandeurs de réparations, que les Irlandais, aussi, ont fait un stage d’esclave bien avant ce que l’on nous explique et que eux aussi, plus tard, s’en sont trouvés à bouffer des patates d’une recette particulière...
      Mais voilà que je digresse.

       
  • #2268725

    Excellent ! Vivement que Gad la traduise qu’on l’entende en français.

     

    Répondre à ce message

  • #2268726

    Si vous pouviez ne pas nous passer des comiques américains parce que quand dans deux ans Gad va nous les refaire on va avoir une impression de déjà entendu.

     

    Répondre à ce message

  • #2268740

    L’humour américain est fascinant dans le sens qu’il est le révélateur du puritanisme anglo-saxons des Pères fondateurs ! Ce "puritanisme zombie" (pour reprendre un concept de Todd) fait que les Américains réagissent à certains mots comme "chatte", "clito", "vagin", "anus"...comme un gosse de 10 ans pouffant de rire, le visage tout rouge, les larmes aux yeux...quand durant un cours de biologie il entend les mots servant à désigner certaines parties de l’anatomie humaine comme si ces derniers désignaient des choses sales, tabous et que les entendre prononcer haut et fort avait quelque chose de hautement subversif, d’inopiné...et ce qu’il y a de fascinant c’est qu’en cette époque de pornographie banalisée et généralisée cet état d’esprit puritain subsiste malgré tout ! On assiste à l’étrange paradoxe où les gens ne sont plus outrés à la vue ou à l’écoute de mots vulgaires ou liés à des choses traditionnellement tabou dans leur culture, mais qui néanmoins persistent à percevoir cela comme subversif ! Par exemple aux USA tout le monde pratique la sodomie (les USA est la partie du monde avec peut être certains pays arabe où cette pratique est la plus répandue dans le cadre de rapports hétérosexuels), or personne aux USA aujoud’hui n’est jugé, ni pendu, ni brûlé sur un bûcher pour sodomie...mais les gens continuent à percevoir cette pratique comme un acte subversif de rébellion contre un ordre moral établi et oppressif qui par ailleurs n’existe plus en tant que tel mais survie dans sa version zombifiée du "puritanisme zombie" ! Fascinant !

     

    Répondre à ce message

  • #2268745

    Ma première pensée que il a posé la question sur ce qu’elles feraient pour pallier à son absence de vagin c’est de faire de bons petits plats ! Les femmes du monde ancien savaient instinctivement que le sexe n’ai pas suffisamment pour retenir un homme car il ne faut pas plus de 2 ou 3 ans pour qu’une majorité d’homme se lassent de leur femme et commencent à ressentir le désir plus ou moins conscient d’explorer de nouveaux territoires. En revanche ce qui peut retenir sur le long terme un homme c’est la capacité d’une femme de lui rendre la vie confortable et agréable en étant douce, en lui faisant de bons petits plats, en démontrant son aptitude à prendre soins des enfants et du ménage...dans ce cas de figure un homme hésitera à deux fois avant de risquer de compromettre cette harmonie familiale au bénéfice d’une aventure sans lendemain, et s’il devait céder à ses pulsions cela sera en prenant de très grandes précautions de peur de perdre sa femme au cas où sa faute devait être découverte. Mais de nos jours quand on voit l’attitude exécrable de beaucoup de femmes on ne sera pas étonné qu’il n’y ait plus grand chose pour retenir les mecs à assouvir leurs pulsions adultères ! Mais bon pour être équitable il faut aussi admettre que beaucoup de mecs de nos jours n’offrent pas non plus une motivation importante pouvant inciter leur femme à être de bonnes épouses dévouées !

     

    Répondre à ce message

  • Le procédé consiste à avoir deux comparses dans la salle qui font les réponses voulues, pour amener "l’ensemble de trous" soit un genre d’insulte retournée aux quelques idiotes effrontées qui effectivement nous monologuent leur vagin en public sans vergogne, mais aussi insulte à toutes les femmes. Les femmes n’ont pas spontanément ce genre de réponses, très frustes, très sexe, et plutôt typées mecton, (je remplace cet orifice par d’autres) à une question ambiguë dans sa formulation. Il y a deux questions en une : Que faire pour garder son homme ? Et que faire quand on est handicapée de son organe féminin ? La 2e question n’est pas drôle. En quelque sorte, elle fait de la femme jeune du jour au lendemain une vestale ou une grand-mère.
    Que faire dans ce cas ? Rien à faire, c’est l’homme qui aime la femme ou non, qui restera ou non, qu’elle prétende cuisiner, broder, charmer par sa conversation, (faire la maman, la maîtresse d’école) ou utiliser des artifices, disons, grossiers. Mais une telle réponse vole haut, et ce comique vole bas, ce qui est d’ailleurs son droit le plus strict.

     

    Répondre à ce message

    • #2269075

      Je ne suis pas du tout d’accord avec toi, du début jusqu’à la fin de ton argumentation.
      D’ailleurs, quand on a aucune preuve de ce qu’on avance, c’est assez malvenu d’accuser un humoriste de placer des complices dans les salles où il joue, je trouve.

      D’abord, je ne vois pas au nom de quoi tu serais mieux placé que lui (ou les femmes dans le public), pour savoir ce que "Les femmes" ont (ou n’ont pas) comme réponse. Quand bien même tu en serais une, tu ne peux généraliser ton cas à l’ensemble des femmes...

      Puis tu as tord de diviser sa question en deux.
      On dirait que tu n’as pas conscience, ou que tu fais semblant d’ignorer à quel point le Sexe dans un couple, est crucial pour la plupart des hommes. Et que tu fais semblant de ne pas savoir que beaucoup de femmes utilisent leurs sexes comme moyen de pression sur les hommes, ou comme monnaie d’échange, de manière implicite ou non, c’est comme ça ; et si une femme n’abuse pas de ce pouvoir, tout peut d’ailleurs très bien se passer.

      Nierais-tu que la société transforme les femmes depuis des décennies déjà, en "idiotes effrontées qui nous monologuent leur vagin en public sans vergogne", " très frustes, très sexe, et plutôt typées mecton" ? J’ai l’impression d’entendre la description de Christine Angot (et de tant d’autres), qui a notamment relater en détails, comment elle se faisait déboiter la culasse par Doc Gyneco, etc...

      Aujourd’hui en 2019, rares sont les filles encore pucelles atteignant l’âge de 14 ans ; et encore plus celles qui atteignent l’âge de 15 ans sans savoir vu de films pornos, et tenter la sodomie, puisqu’il faut parler crûment. À mon avis, ça n’était pas le cas, ne serait-ce que dans les années 80. Dans quel monde vivez-vous pour être encore surpris(e) d’entendre des nanas décomplexées vis à vis du sexe ? Tapez "Michetonneuse" sur youtube... vous comprendrez vite la situation actuelle.

      Il y aurait tellement de contre-arguments à vous avancer, mais bon, après tout, l’humour est subjectif dira-t-on. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas. En tout cas, moi j’ai trouvé qu’il volait très haut ce Patrice O’Neal, et j’ai même vu d’autres spectacles de lui depuis (en VO) ; il est vraiment excellent, et il prend très souvent à partie des gens dans la salle. Par contre, il parle très crument de sexe, donc ça risque de choquer un peu tous les coincés du Q (je ne dis pas ça pour toi), et c’est normal, là se trouve tout le charme du personnage. C’est le Bigard des Amerloques, mais puissance 10.

       
  • #2268913

    C’est honteux. Une histoire d’amour implique la sexualité mais la sexualité n’est pas tout dans un couple.
    Ceci étant ce "spectacle" me fait vomir. J’ai honte de ce que l’humain est devenu.

     

    Répondre à ce message

    • #2269581

      Une histoire d’amour implique la sexualité mais la sexualité n’est pas tout dans un couple.



      Vous avez mal compris.
      Il ne dit pas que la sexualité est Tout dans un couple,
      il dit plutôt qu’elle est indispensable, ce n’est pas pareil...
      Prétendre l’inverse, c’est vouloir jouer au prince charmant...

      Vous aurez beau aimer votre femme de toutes vos forces, si vous faites chambres à part, que vous ne faites plus l’amour ensemble depuis 10 ans (par ex.), vous serez forcément malheureux... même si tout le reste est parfait, c’est sûr et certain. Si vous êtes une femme, ça je n’en sais rien, je n’en suis pas une...

      Cependant les ovules que sécrètent les femmes, sont évacuées naturellement via leurs règles... Tandis que le sperme que sécrète l’homme en permanence, à chaque seconde qui passe, alourdissant ses bourses, il faut bien qu’il l’évacue manuellement à un moment ou un autre. Car il ne sortira pas tout seul... Et il a intérêt à ne pas attendre trop longtemps, s’il ne veut pas que Schiappa lui mette une amende pour Manspreading dans les transports en commun....

       
  • Sacré rhétoricien ce mec, très très fort, je me suis vraiment marré !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents