Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Paul Vermus interview Alain Soral (France Soir)

Interview vérité - « Résister coûte cher ».
Alain Soral ancien élève des Beaux Arts jadis prof de sociologie, instructeur de boxe, auteur de plusieurs pamphlets qui ont connu un certain retentissement comme « sociologie du dragueur », « abécédaire de la bêtise ambiante », « chute, éloge de la disgrâce » aime provoquer . Cet intellectuel engagé suscite bien des polémiques surtout depuis qu’il est devenu le conseiller de Jean-Marie Le Pen.




Les pamphlétaires pures et dures sont en voix de disparition ?
On nous supprime nos espaces d’expression, il est à la fois très dur de se faire éditer et de se faire inviter, il y a une montée de plus en plus forte du politiquement correct, on peut même parler de censure et d’auto censure.

A vous entendre les journalistes ne peuvent plus faire leur métier ?
Si leur activité touche au domaine politique ils doivent choisir entre leur métier et leur honnêteté.

Où vous situez-vous politiquement ?
J’anime un club de réflexion « égalité et réconciliation » pour que la gauche sociale et la droite des valeurs morales puissent travailler ensemble. Aujourd’hui je constate que la gauche bobo s’est rapprochée de la droite financière. Dans le monde tel qu’il est devenu il faut être moralement de droite pour être socialement de gauche.

Vous êtes devenu un proche de Le Pen ?
J’apprécie son indépendance d’esprit et sa capacité de résister aux coups et aux injustices et je fais remarquer aux gens qui me reproche de m’être approché de Le Pen que j’ai une fois de plus quelques mois d’avance. C’est habile de la part de Sarkozy de consulter le président du front national très régulièrement. Pourquoi cette fatwa sur Le Pen n’est-t-elle toujours pas levée, quelle tartuferie !

Qui succèdera à Jean-Marie Le Pen ?
Il est écrit que c’est Marine qui prendra la suite mais au nom de quelle doctrine ?

Y a t’il encore une gauche ?
Elle est dissoute dans la pensée libérale, si la gauche définit comme un mouvement d’opposition au pouvoir elle est totalement à repenser d’où ma démarche : il ne faut pas que le FN disparaisse, mon idée est qu’il devienne le mouvement d’opposition.

Ça vous choque cette ouverture ?
C’est une union sacrée des libéraux atlantistes. Il y a longtemps déjà qu’il n’y a plus aucune différence entre Kouchner et Sarko.

Vous semblez pourtant apprécier Sarkozy ?
Il fait avancer les choses il est dans un libéralisme moins mal honnête que celui de la gauche, ce qui le conduit à ne pas cacher ses maîtresses mais à les exhiber dans « Voici ». Il nous fait gagner du temps.

Comment voyez-vous l’avenir ?
On est à la fin d’un système gauche droite à la française, on finira par avoir un bipartisme sur le modèle américain (républicain et démocrate). Je crois en l’avenir de DSK il risque d’être notre prochain président si l’alternance à l’américaine devient une réaliste française. Quand Sarkozy sera usé dans cinq ans DSK sera alors légitimé comme future président ? Un démocrate succèdera à un républicain.

L’intellectuel engagé que vous êtes s’en sort-t-il financièrement ?

Je gagne difficilement ma vie il y a une réalité matérielle de la censure et résister coûte cher.

Paul Vermus