Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pauvre Blanquer, obligé de lancer une campagne à l’école contre les LGBT-phobies

« Le 17 mai, journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, est l’occasion de rappeler l’engagement résolu du ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse et de l’ensemble de la communauté éducative face à toutes les manifestations des LGBTphobies en milieu scolaire.

Des collèges et des lycées, de plus en plus nombreux, mettent en place des actions pour faire de cette journée du 17 mai un moment fort de solidarité avec les jeunes LGBT, de réflexion sur les questions liées aux discriminations, et un point d’orgue de la mobilisation contre l’homophobie et la transphobie qui marquent encore l’expérience scolaire de trop d’élèves. Il est important aujourd’hui de saluer ces initiatives et d’encourager leur déploiement dans les années à venir. »

Alors que le grand problème de l’école n’est pas la transphobie mais la culturophobie, le ministre Blanquer lance une grande campagne intitulée « L’Homophobie, ça suffit ! ». On ne lit plus les grands auteurs – trop compliqué pour la génération NRJ12/jeux vidéos – mais on écoute les délires pervers du lobby LGBT. Que Blanquer, qui était le plus sensé de la bande à Macron, se prête à ce jeu dans lequel les enfants seront tous perdants, c’est à désespérer. Bientôt, il n’y aura plus que la vraie révolution – pas celle à Branco – pour remettre la France sur ses pieds.

 

 

Viol éducatif du lobby LGBT

Qui a décidé qu’il fallait introduire dans la tête des enfants les concepts d’homophobie et de transphobie ? Le ministre, qui entend lutter contre « toutes les discriminations », oublie la première d’entre elles : la discrimination sociale. En laissant couler l’école publique, avec des programmes en net affaissement et une autorité volontairement défaillante, les décideurs du ministère infiltré par les trotskistes sont en train d’élargir la fracture de l’instruction en France. Chacun sait que les parents qui ont les moyens extirpent leurs rejetons des « décharges » publiques de banlieue pour les placer dans le privé, qui déborde de demandes. La véritable sanction, elle est là. Les écoles privées catholiques se frottent les mains : avec de tels francs-macs à la tête de l’école publique, l’instruction religieuse a de beaux jours devant elle !

Et c’est pas fini : quand toutes les classes non publiques seront saturées, devant le désastre, les parents vont prendre en charge eux-mêmes l’instruction de leurs enfants, et on verra fleurir des petites structures un peu partout. Que ce soit chez les cathos ou à domicile, on pourra alors échapper à ces seaux de merde que sont les injonctions des dingues communautaristes. Le problème, il est pour ceux qui ne pourront pas échapper, faute de moyens ou d’organisation, à l’école maçonnique qui enseigne la lutte contre les LGBT-phobies (c’est dans le PDF !) plutôt que La Comédie humaine de Balzac. Leurs enfants ne pourront s’élever ni en eux-mêmes ni dans la société, et ils ne disposeront pas du bouclier culturel pour se protéger des coups violents du libéralisme que doit affronter tout Français en âge de travailler.

 

 

On parie sur une révolte des élèves

Quant à la connardophobie et à la maçonnophobie, il faudra se la coltiner. Il est à craindre que la génération qui vient ne se révolte en lançant ses cahiers, ses tables et ses chaises sur les pauvres profs qui n’y pourront mais. Il y avait les Gilets jaunes dans la rue, il y aura des Gilets jaunes à l’école. On n’a encore rien vu. Les grèves des manipulateurs du NPA ce ne sera rien à côté.

Pour en revenir au discours du ministre : il est évident qu’on ne cautionne pas la violence et les discriminations à l’école, il ne s’agit pas de ça. Le problème se situe un cran au-dessus : l’autorité des profs a été sapée, du coup il est plus difficile de tenir les mômes, et toutes les différences personnelles et sociales ressortent. On en a une belle illustration dans Entre les murs de et avec Bégaudeau, qui est un film de fiction mais qui fictionne à peine l’école publique de banlieue d’aujourd’hui.

 

 

Lutter contre les LGBT-phobies, on prévient tout de suite le ministre, ne résoudra rien. Et le harcèlement ? Au rectorat, qui est censé s’en occuper, tout le monde s’en fout. Quand un cas de harcèlement est signalé dans une classe, la direction écrase le problème pour deux raisons : peur d’être taxée de raciste (ce sont souvent les plus pauvres les plus violents, et les plus pauvres sont principalement issus des familles d’origine immigrée), et peur des vagues qui pourront salir la réputation de l’établissement.

Pour se sortir de ce merdier, une seule solution : l’autorité. Pas l’autorité à l’ancienne avec les punitions corporelles, mais l’isolement du groupe et une prise en main pluridisciplinaire (psychologue, éducateur, orthophoniste, pédopsychiatre) des élèves déclassés, une solution à la canadienne. Quel qu’en soit le prix. De toute façon, le coût social du déclassement scolaire est tel (délinquance, prison, chômage, désocialisation, clochardisation, alcoolisme, drogue), qu’une prise en charge du problème à l’origine ne pourra que coûter moins cher.

Comme à la Légion : on laisse personne derrière !

L’école ou la déchetterie mondialiste, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

71 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Quelle que soit les catégories humaines, pour ce qui est des « discriminations » ok, « insultes » ok, « rejets » ok, « agressions » ok : mais pour ce qui est de la « moquerie » tu te carres ton interdiction dans le cul puisque nous sommes tous Charlie*. Non ?

    * En tout cas, il se disait qu’il fallait chasser ceux qui ne l’étaient pas : or ne nous sommes-nous pas convertis pour échapper à l’inquisition ? Nous nous moquerons donc ! À moins que Blanquer et ses donneurs d’ordre ne soient devenus Charliephobes à force que se coltiner les ors durs de la République...

     

  • Je ne peux que féliciter l’équipe d’E&R pour ses commentaires totalement pertinents. Ayant des enfants en bas âge et scolarisés, je suis très inquiet de l’évolution que je constate au niveau des prescriptions du ministère de la prétendue "éducation". Comment isoler mes enfants des idéologies nauséabondes qui sont relayées par les organismes officiels du gouvernement ? On croit rêver ou plutôt cauchemarder par rapport à l’époque où j’ai moi-même fait mes études où l’on encourageait l’ascension sociale dans le cadre d’un environnement moral que l’on pouvait qualifier de sain

     

  • La pauvrophobie, la Giletjaunophobie et la misérophobie des classes bourgeoises, du gouvernement et des médias doivent être dénoncés et combattus. Vive la populace, vive le peuple et vive la France en GJ.


  • "Trop compliqué pour la génération NRJ12/jeux vidéos" : c’est vrai que les vieux pécores qui regardent le 13 heures de Pernaut et les beaufs qui regardent le "gaulois " Patrick Sébastien sont de grands lecteurs, tout le monde le sait.
    Le "populisme" n’est finalement rien d’autre qu’une énième maladie mentale de connards donneurs de leçons.

     

  • "Phobie" selon Larousse :
    Crainte angoissante et injustifiée d’une situation, d’un objet ou de l’accomplissement d’une action. Aversion très vive pour quelqu’un ou peur instinctive de quelque chose.

    La phobie est une peur irrationnelle. Qui peut condamner ou juger quelqu’un parce qu’il a peur ? Comment lutter contre ? Dans un pays normal avec des arguments et du dialogue, mais en ex-France, sûrement avec des lois... Comme pour le racisme et le soi-disant antisémitisme.

     

  • Oh, blancouille, occupe toi de mettre nos enfants au bon niveau. Fais dans l’élitisme « multicolore, je suis d’accord », prévois ce qu’il faut pour les autres, et viens pas nous faire chier avec tes tarlouzes. Tu peux regarder 1905 de M Bala Bala, ça te solidifiera.
    Touche pas à mon gosse ! Touche ton cul !
    Là, tu vas réconcilier Catholiques et Musulmans (au risque de faire concurrence à Monsieur Soral) qui, avec Sigaut et d’autres qui le suivent, ont déjà ratatiné ta diatribe nauséabonde et glaçante et congruente et... Merde !


  • Pourquoi defendez vous Blanquer ? Ce nest qu’un larbin comme les autres, quelque soient ses ambitions initiales, n’avez vous rien compris à ce système ? Un homme aussi bon soit-il ne peut finir que mal sil est engagé la dedans.


  • ça suffit Jean Michel !


  • Les déviants représentent 1% de la société cela ne justifie pas la création d’un programme dédié à destination des enfants. Que l’on nous présente des arguments ciconstanciés, après tout c’est qui payons et le gouvernement est à notre service.
    Les déviants ont ceci de particulier, c’est qu’il sont membres d’un club et ne respectent pas les règles communes alors pourquoi leurs donner des droits supplémentaires ? On devrait leur créer un État avec des lois sur-mesures, loin de chez nous ! Qu’en pensez-vous ?


  • #2200415

    Je vous conseille d’aller faire un tour (ou pas) sur la plateforme Ulule, infestée de haut en bas par le lobby.
    Ne leur donnez pas un rond, quel que soit le projet, ils s’en servent pour faire de la propagande.


  • Lutter contre les LGBT-phobies, mais qu’est-ce qu’ils vont nous inventer de plus ?
    Déjà pour ne pas lutter contre le LGBT, ils auraient dû éviter de le créer .C’est la première chose .Parce Qu’à l’école, il fut un temps, on venait à l’école pour apprendre à écrire et à lire, mais certainement pas pour lutter contre des idées ou des comportements en dehors des clous .ils ont voulu intégrer le mouvement LGBT comme une espèce de vivre ensemble, ne craignait rien tout est normal .Ce n’est pas l’endroit idéal pour lutter contre la "phobie" qui n’est d’ailleurs pas une "phobie" mais choquant de la part de certains élèves
    Maintenant qu’ils ont fait avaler la phobie migratoire, ils passent à un autre stade, là.LGBT-phobies . Le prochain coup, c’est la pédophile-phobie .
    Dans ce monde de déjantés, élever un gamin devient de l’art .


  • Ce qui est encore plus à craindre, mais c’est peut-être en fait le véritable but, c’est qu’après l’âge de 20 ans, avec un ou des diplômes au rabais mais pas de boulot, des habitudes avilissantes, et surtout un vide sidéral par manque de culture et d’identité (de sens), le tout dans une famille stable (si c’est pas le cas ce sera encore pire), quand ce jeune va se retourner, vouloir sortir de son nihilisme adolescent, la seule option qu’il verra devant lui sera probablement le suicide.
    Parents, soyez vigilants !


  • "Chacun sait que les parents qui ont les moyens extirpent leurs rejetons des « décharges » publiques de banlieue pour les placer dans le privé, qui déborde de demandes."

    Vrai !!! Demeurant une "décharge" publique (le 93), ma fille aînée est dans le privé à Paris depuis deux ans car, arrivée au Bac, elle ne supportait plus la zone qu’était devenu son lycée. Certains de ses camarades de classe passent à la maison (chose qu’elle n’aurait jamais envisagé avant) et sont franchement de bons jeunes. l’école de la "raie publique" ne fais plus rêver et ça n’ira pas en s’améliorant.

     

    • Je confirme.
      À part un seul de mes amis, qui jouis d’une école publique de qualité, tous les autres ont opté pour le privé, quitte à se saigner.
      Dans le publique, et je ne parle pas de l’X, des Mines ou de l’ENA (gratos pour les richos), c’est souvent des enseignants médiocres et démotivés, mais surtout une faune abjecte, récalcitrante à tout les savoirs, à l’étude et à la transmission.
      Tous le corps enseignant serait à passer par les armes, y compris les ministres successifs.
      Oh, la France est en 20ème position quand du temps des hussards noirs elle était dans le trio de tête de l’enseignement !
      Aujourd’hui ce sont la Norvège, l’Australie et la Suisse qui sont devant...
      Nous, coincés entre Israel et l’Autriche...
      Ferry, le ministre qui ne dénonce pas les collègues pédophiles, prétend que le classement sans les bronzés placerait la France en 1ère position... Si c’est le cas, encore un bon point pour l’immigration sauvage.


    • L’idéologie de l’ultra-libéralisme et donc de la marchandisation de Tout au nom du profit passe par la privatisation de Tout. Pour pousser les gens qui en ont les moyens financiers (les autres n’auront qu’à contracter des prêts bancaires ou se "tuer" au travail) à inscrire leurs enfants dans l’enseignement privé, le meilleur moyen est de pourrir le plus possible l’école publique par un manque de moyens de qualité. (mauvais recrutement, conditions de travail de merde, mauvaises mutations, mauvaises promotions, mauvaises rémunérations, mauvais ou peu d’équipements, mauvais programmes, mauvaises et incessantes réformes, mauvaises méthodes pédagogiques, proviseurs, rectorat, secrétaires d’Etat et ministre mauvais ou en tout cas soumis à l’idéologie du programme de nivellement par le bas). En moins de 3 décennies, la situation est devenue tellement critique dans certains établissements que les enseignants déçus, démoralisés, aigris puis dégoûtés n’ont plus qu’à démissionner, partir dans l’école privée, tomber malades, se suicider ou fermer leurs gueules, supporter et se soumettre au système moribond. Ce qui devrait être "le plus beau métier du monde" accouche désormais d’une jeunesse au niveau général de plus en plus bas et pourtant, notre jeunesse (donc notre avenir) n’est pas plus bête que ses aînés, elle est juste entraînée pour ne pas dire traînée sur le mauvais chemin. L’Education Nationale n’est qu’un des reflets de la décrépitude généralisée de notre modèle actuelle de société occidentale "américanisée" .
      Pour le coup, on peut dire que "La Méthode Globale" a fait ses preuves !


  • OUAHHH les Transphobites vous avez pas honte d’étre aussi méchants ?

     

  • Le point commun entre tous les adeptes de l’homosexualité, de la transsexualité, du LGBTisme, de l’émigration, de l’immigration, du métissage, de la pilule, de la GPA, de la PMA, de l’avortement, j’en passe et des meilleures ?

    Ils ne se reproduisent pas (cf le sens de reproduire).

    Et où ont lieu toutes ces campagnes et toute cette propagande ?

    En Occident blanc et chrétien (originellement, hein, je demande pardon) et uniquement en Occident blanc et chrétien.

    Comme si (((certains))) utilisaient tous les moyens possibles pour nous exterminer "en douceur", les loges et autres réseaux faisant le tapin, les adeptes de ces doctrines, généralement gauchistes, servant d’idiots utiles et de larbins ?

    Pas besoin de tuer, juste empêcher de naître, et si jamais ils naissent quand même, qu’ils ne soient surtout pas des "copies" de leurs parents horriblement blancs ou horriblement chrétiens.

    Comme d’habitude, merci à la République, merci à ses "Valeurs", merci à son "Éducation" Nationale !

     

  • #2200453

    Est ce à l’école de faire la propagande du lobby LGBT ???
    Peut on laisser les enfants en déhors de toutes ces theories fumeuses ???
    Pourquoi l’ideologie LGBT a elle accès à nos enfants, sans aucune autorisation des parents, alors que les religions ou la politique sont interdit dans les ecoles ???

    Il faudrait que les parents sortent de leurs reserves, ça devient dramatique.

    Farida BELGHOUL !!! Au secours, à l’aide , la France coule.


  • A la vitesse où ça va les écoles publiques vont se vider, c’est obligé. Qui veut donner son enfant au Diable ? Personne.

     

  • En fait, les brimades et le rejet d’un group vis-à-vis de ceux qui sont différent est naturel et normal.
    Le groupe a besoin d’unité, ce qui fait sa force, et il rejettera les faibles.
    Le faible a deux solution : se battre et devenir plus fort pour intégrer le groupe, ou bien crever en dehors, ou bien se développer en dehors.
    C’est saint.
    Donner carte blanche aux taffioles est une erreur stratégique majeure. Tu pars d’un bon sentiment et en fait tu affaiblis le groupe sans renforcer ses membres.


  • Comment tout un corps de métier, le corps enseignant, peut-il se déshonoré en acceptant d’années en années les directives nauséabondes, immorales et criminels de ce ministère, de ce système ? Pourquoi ne sortent ils pas dehors ? Pourquoi ne protègent-ils pas nos enfants ? Pourquoi pensent-ils qu’à leurs gueules ?

    Au risque le me faire blâmer, j’exprime ici mon profond dégoût de ce qu’on appel "éducation nationale", qui devrait plutôt s’appelé "institution du jugement terrestre d’un individu sans moyen de répondre". Ces personnages sans panache ni carrure jugent des jeunes gens plein d’énergie et de rêves. Au même titre que les journaleux insupportable de la téloch’, comme dirait Mr Soral, des "grosses tetes petit corps", tout puissant derrière leur bureau, si faible face à une réalité qu’ils se moquent : l’échec de leur mission.

    Leurs admirations pour la nullité, le moche, le vulgaire, la niaiserie font d’eux une certaine race parmi les autres. Fascination pour le cancre, glorification du suceur de b.tes. Non décidément, j’ai un gros problème avec eux... bien avant les arabes, les noirs, l’islam, le judaïsme.

    Trahison du pacte républicain qui interdit de faire de la politique (pas d’avoir une opinion hein...) dans l’enseignement, les enseignants sont bizarrement tous sur la même longueur d’onde : le gauchisme. Pas le socialisme, le communisme, ou le libéralisme : le Gauchisme. Ce cancer de la France depuis 50 ans. Voila le résultat.

    Nous voulons changer le destin de la France ? Ne regardons pas à droite ou à gauche : un grand coup de pied dans cette fourmilière enduit de bouse et de vomis : l’éducation nationale.

    Pardonnez mon extrémité, de la part d’un de ses milliers, de millions peut être, de français n’ayant pu réalisé son destin, à cause de personnes qui se sont cru tout puissant... d’un frustré au final... surement...

     

    • Je suis un jeune professeur de musique, pardon, d’ "éducation musicale" dans un collège de Sarcelles (ville paisible où il fait bon vivre...) et dans un autre collège en banlieue où ce n’est franchement pas mieux.

      " Comment tout un corps de métier, peut-il se déshonoré en acceptant d’années en années les directives nauséabondes... ? "
      Pas tout le monde, un petit groupe résiste encore et toujours à l’envahisseur. On peut refuser de participer au massacre. Par souci d’honneur, je ne contribue à aucune de ces interventions accablantes et mensongères sur l’homophobie, la transphobie, la lutte pour l’égalité h/f, les pathétiques "journées de la persévérance" où élèves et profs portent des bracelets portant une inscription "persévérer c’est réussir", les moments où un intervenant montre aux élèves des vidéos de cet acabit pour en discuter ensuite : https://www.youtube.com/watch?v=UiU..., et j’en passe... Mais certains y croient, pensent sincèrement être dans le vrai. J’ai beau argumenter en salle des profs pour les pulvériser mais beaucoup sont bornés et ont des arguments ainsi qu’une conscience politique proches de celles d’un adolescent acnéique. Autant vous dire que je passe pour un vieux con réac alors que je suis dans la vingtaine.

      "Pourquoi ne sortent ils pas dehors ?" Certains le font. Perso j’enfile un gilet jaune le samedi.

      "Pourquoi ne protègent-ils pas nos enfants ?"
      Comme je l’ai dit, certains sont persuadés d’être dans le beau, le vrai, le juste. Je ne vous parle pas du contenu des livres d’histoire-géo et d’EMC que les autres profs font utiliser aux élèves, vous risqueriez de vomir immédiatement. Personnellement, dans mes cours, je prends régulièrement du temps pour donner des mini leçons de français au lieu de faire mon cours tant leur niveau à l’écrit est affligeant (on a récemment découvert qu’une 4ème ne savait pas lire ni écrire par exemple). Je leur explique aussi que même si certains profs "condamnent" un élève à cause de ses résultats, c’est un mensonge et il ne faut pas s’y fier car rien ne se joue de manière définitive au collège.

      "Ces personnages sans panache ni carrure"
      Certains collègues ont un corps level Auschwitz et la prestance d’un bol de quinoa et je vous l’accorde.
      Sur le gauchisme je suis tout à fait d’accord, l’éducation nationale est à réformer au napalm pour éradiquer cette lèpre gauchiste. Mais je vous assure, même s’ils sont nombreux, tous ne sont pas comme vous le décrivez et se bougent pour les gosses.


    • @CyrilChauvin,

      Merci pour votre réponse, j’espérais la réponse d’un prof.
      Je vois parfaitement dans votre commentaire le jeune professeur motivé, révolté, plein de bon sens que vous êtes. Mais, à un moment donné, rendez vous compte de l’extrémité de la situation vous concernant ? En arriver à dire, en gros, "y’en a des biens". C’est désolant, et ne vous sentez pas offensé par mes écrits, ils ne vous concernent pas vous, mais votre profession.
      Vos collègues auront tôt ou tard rendez vous avec l’histoire. Les responsables de la chute de l’Europe, de la France, c’est eux... du moins les grands complices, et ça, c’est inconcevable.

      J’espère qu’un grand essayiste comme Mr Soral tentera un jours de vous sauvez (vos collègues) et de prouver au moment de la grande déferlante qui malheureusement s’annonce, qu’il y en a des biens, des profs... Sinon, commencez déjà à dire à vos collègues de s’acheter de bonnes baskets et de commencer la salle de sport !


  • On forme déjà depuis des décennies des bataillons "d ’eduqués" sans aucune "fonction" puisque l’industrie et le commerçe n’ent ont pas besoin en si grand nombre.

    Et, les pires éléments pour la paix sociale ne sont que rarements les moins eduqués ou les moins intelligents.

    Et comment parler de coût social ? quand objectivement il ne se présente aucune occasion de profit sur ces populations evoluant en zone ou l’emploi a soit deserté, soit est devenu trop rare ou qualifié ?

    Au mieux ils ne peuvent que servir la grande distribution, la consommation, la natalité, ou quelques statistiques mais beaucoup sont déjà destiné à celà en amont même de leur resultats scolaires ou de leur capacité à s’intégrer à la société locale.

    L’éducation ne pourra jamais pallier aux tendances lourdes, de fond .


  • Rien contre la pédophilie par contre ! On ferait mieux de prévenir nos enfants de ce danger dans l’ EDUCÀCONS nationale !!! Blanquer t’as pas honte de faire la promo des trans et autres déviances auprès des enfants ?

     

  • Mais quelle fosse à purin que cette école de la raie publique !


  • J’ai peur de devenir LREMphobe et j’ai déjà des relents de Blanquerophobie , j’ai peur de me remplir de Haineuuu !

     

  • Laisser ses enfants dans cette DÉCHARGE publique est de la complicité et de la non assistance à personne en danger !


  • Quant à l’instruction en famille, Blanquer tente de la limiter le plus possible, en instituant l’obligation d’instruction à 3 ans et les évaluations par cycle et non pas par socle commun ; les inspecteurs demandent d’ailleurs un niveau aux enfants non sco que les enfants à l’école n’ont pas, pour bien évidemment en remettre le plus possible à l’usine. C’est dégueulasse. Ce ne sont pas les enfants de l’Etat, et pourtant... si.


  • VERIDIQUE !
    Aujourd’hui ma gamine de 11 ans est revenue de l’école, cet après midi le cours d’Histoire Géo s’est transformé en questionnaire à remplir avec des question liées à l’Homosexualité et la transexualité, devant donner leurs sentiments sur ces thématiques. Evidemment les parents n’ont pas été avertis en amont, n’ont jamais eu connaissance des questions. Le collège connait maintenant les pensées de gamins et gamines de 11/12 ans en matière de sexe via ce qui aurait du être un cours... d’Histoire.
    Des adultes qui posent directement ou indirectement des questions liés au sexe à des gosses de cet âge c’est purement et simplement une "action" pédophile. Cela ne les regardent pas. Et le questionnaire et ses réponses, ça tombe entre quelles mains après le prof ?
    RDV avec le prof la semaine prochaine...

     

    • #2200743

      Bravo pour votre vigilance. Il devrait y avoir révolte des parents ! La lutte contre les "phobies" amène nos enfants à ne pas se méfier des pédophiles et autres prédateurs au nom de la non discrimination. C’est le but recherché ! L’école publique est une BENNE à ORDURES dans laquelle on oblige nos enfants à entrer dès 3 ans ! Et avec 11 vaccins mais en supprimant leurs défenses immunitaires naturelles contre toutes les déviances !


    • @ lolo

      Bonjour ;
      J’ai des enfants d’un grand âge maintenant, mais je reconnais qu’actuellement faut avoir le coeur bien accroché .Ce serait arrivé à mon époque, je peux vous certifier que ce serait terminé très mal, car jamais je n’aurais accepté cela .C’est inadmissible .Il faut protéger les gamins un maximum de ce fléau qu’on veut nous faire avaler comme quelque chose de normal .Nous savons tous que cela existe depuis la nuit des temps, mais ce n’est pas pour cela qu’il faut en faire une promotion .Les gamins ont autre chose à apprendre il me semble, car les cours d’Histoire Géo sont tout de même plus important et plus éducatif que les histoires de LGBT-phobies .On ne fait pas un métier en apprenant ce genre de saloperie .
      Bonne chance à vous ainsi que pour l’avenir de vos enfants


    • Il n’y a plus de cours d’H.-G. sauf pour les privilégiés, ou ceux qui ont des profs qui font de la résistance passive à la connerie ambiante. Pas loin de 99 % des mômes doivent croire à la sortie du collège que les guerres de religions sont les croisades...


  • En regardant certains commentaires je me dis que certains mordent à l’hameçon. Il faut voir le probleme dans l’autre sens - le sens des enfant :

    Un enfant discriminé pourra maintenant s’inventer une homosexualité de manière à être protégé des brimades.

    Pour le dire autrement, tout enfant sensible (donc avec du potentiel) qui n’aura pas la protection directe et virile de ses parents sera conduit à l’homosexualité par le truchement de l’éducation nationale, tel est le véritable plan à mon sens.

    Merci de me dire où je me trompe...

     

    • Si cet enfant se retrouve dans une telle posture c’est parce qu’il écoute trop les médiats qui se font passé régulièrement pour des victimes ou sauveurs , malheureusement pour lui les médiats lui ont fait croire que si ses parents (un père et une mère ) le dispute c’est parce qu’ils le déteste donc en sous entendu qu’il soit rejeté se qui totalement faux , et les autres enfants "méchants " ? Eux ils ont compris depuis longtemps qu’il ne faut pas écouter toutes les stupidités des médiats .
      Au centre des médiats il y a un lobby pédophile .qui déracinent l’intimité des enfants .
      Si cette enfant veut s’en sortir qu’il arrête de regarder le faux miroir médiatique et là il verra que les autres ont raison et que les médiats l’ont mis tout nu et lui ont volé sa réflexion .


  • Quelle propagande ! La société n’a jamais été autant divisée et inégalitaire et ce pauvre type en costard prononce les mots suivants : "Tous égaux, tous alliés". À chaque fois qu’ils ouvrent leur bouche, ils ne font que conforter l’idée que ce ne sont que des pantins manipulés par le totalitarisme marchand.


  • C’est eux qui font des homophobes avec leur propagande permanente. L’homosexualité est une anomalie, point barre ! Or on parviendra jamais à faire admettre cette anomalie comme quelque chose de cool et génial tout comme on ne parviendra jamais à convaincre une majorité de gens que la merde de chien est un met succulent ou que la pisse de chat serait une boisson exquise.
    Traditionnellement dans la société française il n’y a pas d’agressivité à l’égard des homosexuels. Soit pudiquement on n’en parle pas, soit on en rigole, or on ne pourra pas empêcher les gens de rigoler de quelque chose. Mais avec cette propagande permanente avec ses injonctions totalitaires l’attitude bon enfant des Français à l’égard de l’homosexualité tend à se radicaliser et prendre une forme plus méprisante voire agressive. Les gens en ont tout simplement plein le cul qu’on leur dise quoi penser ! Ils en ont plein le cul que l’on normalise l’anormal !

     

  • bof,
    Blanquer, c’est le ministre en retard et qui n’a pas encore démissionné !
    [ il lui reste dix jours pour réfléchir, après il pourra jouer au poker avec Castaner ]

     

  • J’aimerais savoir ce qu’ils apprennent à l’École Alsacienne (où est allé Juanito Branco, un fils de la femme à sarko, entre autres gosses de célébrités).
    Les bassine-t-on aussi avec les phobies et des anti-phobies ?
    Les malades mentaux y enseignent-ils leur maladie, comme on injecte un poison ? Puis un contre-poison ?
    Branquer de la branquignolerie, tu leur apprends (as appris) quoi à tes gosses à toi ? La prosternation fesses à l’air ?


  • Il ne faut se faire aucune illusion sur Blanquer. Il présente mieux que les autres mais c’est la même clique.

    A ce propos une petite remarque sur l’article qui nous dit : "Le problème, il est pour ceux qui ne pourront pas échapper, faute de moyens ou d’organisation, à l’école maçonnique qui enseigne la lutte contre les LGBT-phobies (c’est dans le PDF !) plutôt que La Comédie humaine de Balzac."
    Balzac était vraisemblablement franc-maçon ou du moins grand sympathisant, occultiste et magnétiste. Il suffit pour s’en convaincre de lire ses romans "Séraphita" et "Louis Lambert" qui présentent le Christ comme un homme ayant atteint un niveau grand spirituel et magique.

     

    • @Le Petite Bête Oh mais qu’est-ce qu’on s’en fou ! Zola était Dreyfusard et un républicain chevronné, ça n’empêche pas que ses livres soient de grands classiques de la littérature et à l’instar du filousophe Voltaire Balzac et Zola avaient du talent au moins.

      Charge à nous à libération de réintroduire tout les écrivains subversifs comme Céline et Maurras au programme.


    • @Le Petite Bête Oh mais qu’est-ce qu’on s’en fou ! Zola était Dreyfusard et un républicain chevronné, ça n’empêche pas que ses livres soient de grands classiques de la littérature et à l’instar du filousophe Voltaire Balzac et Zola avaient du talent au moins.

      Charge à nous à libération de réintroduire tout les écrivains subversifs comme Céline et Maurras au programme.


  • Savez-vous qui milite pour l’éducation sexuel aux enfants ? Les pédophiles .


  • Merci de m’avoir tenu au courant ; en tant que professeur, je fais partie d’une majorité qui coche/supprime ce qui n’est pas obligatoire mais se veut « positif ».
    Les enfants ne mangent pas tout ça, si ce n’est, et ce n’est pas insignifiant, le langage qui est influencé. Ca donne des situations, surtout au lycée, où l’on répète les poncifs bien-pensants pour reprendre la structure du cours et savoir ce qu’il y a à apprendre pour le contrôle.
    Les professeurs vont chercher leur salaire, il y a de moins en moins de « possédés », sauf en sortie de lessiveuse (Capes & Espe), celle qui sert à inoculer les dernières belles conneries à penser.
    Les élèves savent vous renvoyer les contradictions. Il n’y a qu’à partir de la seconde que la déprime prend : un an à s’adapter, en tant que petits, tandis que les grands ont la pression du bac-sésame. D’où l’ambiance de dépressifs capricieux ; ils se plient aux règles, nous le font payer et nous…on fait du rodéo pour ne pas raconter de conneries (officielles) sans se faire choper par l’inquisition.
    Les maçons influencent sournoisement et attendent la récolte, raison pour laquelle une solide construction mentale (critique) et morale (émerveillement et prudence) est indispensable : on fait ce qu’on peut. Les coups sont tordus, il s’agit de ne pas l’être soi-même.
    L’influence de ces idées sociétales est perverse, mais l’école est l’endroit où les enfants voient comment vivent les autres. Ca met des baffes ou ça insulte. Les « protégés » déficients ou différents cherchent aussi à avoir des copains et ces revendications (homo, dys-, …) sont là pour casser la dynamique naturelle de groupe et de solidarité de fait. Peu se prévalent de leur différence, ils sont sinon regardés comme des bêtes de foire.
    L’école est le dernier service public, après on se fout sur la gueule. C’est qu’il faudra, à un moment, remonter avant la nation, pour comprendre et désamorcer ces sabotages de longue haleine.
    Quant à Blanquer, il lit son prompteur du CRIF, scénario unique copié-collé, sémantique pathologique ; bref, renouvellement de son CDD.


  • Contre lui ?
    C’est à dire le Ministre Blanquer qui - il est vrai - fait viril dans la section .. de l’Education Nationale ! Question de niveau quoi. Bon ...
    N’oublions pas non plus les accords internationaux avec - il est vrai aussi - des lois autres et nationales ailleurs où le ministre a autre chose à faire.
    En ce qui concerne les autres discriminations connues en France, Blanquer repassera plus tard. Mais une urgence moindre car il se sent moins visé. Peut être ..


  • Les mains du "messager" sont parlantes, vous ne trouvez pas (sinon, coupez le son, vous verrez mieux).
    De la haute pédagogie, comme il sied à un bourreur de crâne diplômé et assermenté.


  • tous egaux et tous alliés pour defendre le droit a la difference du lyceen de 18 ans qui se prepare pour voter le pen et se fait insulter par les gauchistes de l’unel...le droit a la difference c’est aussi le respect des neonazis...apres tout ils sont nés comme ca on ne peut pas leur en vouloir

     

  • Les profs sont clairement responsables de l’abaissement du niveau scolaire ainsi que de la discorde au sain des familles, que des élèves en ayant assez du matraquage idéologie et psychologique de ses dégénérés leur rendent la monnaie de leur pièce n’est que justice. Et c’est pas finit !

    Les parents devraient retirer leurs enfants de ce goulag et leur faire l’école à la maison. Les LGTEUBÉS n’ont pas à faire la promotion de leur mœurs dissolus auprès des mineurs, Poutin à raison de les renvoyer de l’éducation nationale.


Commentaires suivants