Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pierre Vermeren : les vraies causes de la sécession de la France périphérique

Pour le grand public, la sociologie c’est ce truc que les glandeurs de gauche étudient faute de mieux dans des facs pourries qui sont autant de réservoirs de chômeurs et d’antichambres de Pôle emploi. On ne fait que retransmettre le cliché populaire. En réalité, la sociologie est l’étude des hommes et de leurs relations dans leur milieu naturel, c’est-à-dire le boulot, la société, la ville. On pourrait appeler ça de l’éthologie humaine, l’homme étant vu comme un animal social.

 

La sociologie a été remise au goût du jour un peu par accident, grâce au surgissement du mouvement des Gilets jaunes, cette tranche de France périphérique qui a su exister à sa manière et se faire entendre. Certes, l’écoute des autorités n’a pas été immédiate : au début, les oreilles ont été bouchées, puis elles ont été débouchées de force et à la fin, le gouvernement ne voulant pas entendre les revendications des révoltés, a décidé de taper dessus, c’est-à-dire de réduire la source de bruit. Parce que pour les banquiers qui nous gouvernent, les GJ, c’est du bruit, et du bruit qui gêne leur petite musique ultralibérale.

Pour comprendre les Actes des GJ, des journalistes ont été chercher des explications – ils étaient paumés – chez les sociologues. Règle numéro un : quand un journaliste ne comprend pas, il appelle les spécialistes de la question. On a vu alors arriver sous les lumières et devant le micro le sociologue Guilluy [1], exactement comme Kepel est apparu au bénéfice des attentats de 2015. On ne voyait, on n’entendait plus que lui. Guilluy a donc fourni aux journalistes les bases de la compréhension dynamique des GJ.
Pourquoi eux, pourquoi maintenant, et pourquoi de cette façon. Guilluy a décodé les GJ et les journalistes ont été contents car leur logiciel ne leur permettait pas de comprendre. Mais il y a encore des oreilles bouchées, chez eux, notamment dans les médias mainstream audiovisuels. Des Aphatie et des Lemoine n’ont toujours pas entravé la coupure. On dit que leur esprit est plus lent, ils mettent du temps à digérer l’information nouvelle, comme ces enfants un peu retardés qui finissent de manger tout seuls à la cantine parce qu’ils mettent du temps à mâcher.

Depuis, c’est devenu un marronnier d’interviewer Guilluy, qui est passé partout. La presse se lasse de ce qu’elle a aimé, alors elle cherche d’autres proies. Le dernier sociologue en date mis en avant par la presse, en l’occurrence Le Figaro du 29 avril 2019, c’est Pierre Vermeren, qui est en fait historien (agrégé et docteur), spécialiste du Maghreb et des mondes arabo-berbères. Il propose au journal de droite les vraies causes de la sécession de la France périphérique. Va-t-il plus loin que Guilluy ? Nous allons le voir. Morceaux choisis et commentés.

Vermeren part d’un exemple concret, la ville de Stenay – sa ville – dans la Meuse, qui a vu sa population et son activité décroître inéluctablement depuis 1970.

En quelques années, le canton, qui compte outre son chef-lieu dix-huit villages, perd la majorité de ses 6 000 emplois : 1 000 emplois militaires par le départ progressif de l’armée ; environ 1 500 emplois agricoles et sylvicoles estimés ; 800 emplois industriels des deux usines sur 1000 (non comptés 84 emplois en cours de destruction à l’hiver 2019 dans la dernière grande usine, une papeterie, passée en vingt-cinq ans de 500 à 120 emplois) ; 500 emplois dans la fermeture de l’abattoir et des grandes entreprises de BTP ; et, par voie de conséquence, rétraction des emplois publics, artisanaux et commerciaux (estimés à 200 emplois pour le seul commerce). Cela représente une destruction nette de 4 000 emplois en quarante d’années, que ne compense que marginalement la création d’emplois administratifs et de services à la personne, du fait de l’effondrement démographique induit. Dans cette région verte du Nord-Est, l’emploi touristique saisonnier reste modeste.

Après cet état de fait statistique, Vermeren analyse les conséquences de la désindustrialisation sur la démographie locale :

Les conséquences sont nombreuses et hautement prévisibles. Une transformation progressive du jeu électoral, qui, en fin de période dans cette région centriste, tend à se radicaliser politiquement – évolution conforme en tout point au vote national ; un effondrement démographique, la population du chef-lieu de canton passant de 4 000 habitants au début des années 1970 à 2 600 aujourd’hui, et le canton chutant de 8 500 habitants à 6100. Cela ramène la commune, comme un très grand nombre de communes rurales et de petites villes françaises, au niveau du début du XIXe siècle.

On comprend que Vermeren extrapole la situation de son canton à la France périphérique toute entière. On passe maintenant au niveau politique, au niveau de la décision. L’historien voit « deux choix funestes » à l’origine de cette dégradation économico-démographique :

La première, c’est la maximisation du profit à court terme et la reconversion des capitaux dans des activités plus spéculatives ou plus rentables. La recherche d’une forte rentabilité associée au coût élevé du travail en France, l’un des plus élevés du monde, entraîne la destruction massive d’emplois productifs (agricoles, miniers et industriels) et de services jugés inutiles ou substituables.
[...]
La deuxième logique, c’est l’abandon conscient, programmé et assumé du secteur productif par les investisseurs et par les pouvoirs publics.
[...]
La France est devenue le champion du tertiaire européen avec 76 % des emplois dans ce secteur (88 % pour les femmes), soit 5 % de plus que la moyenne européenne. En retour, elle est une des économies les moins industrielles et les moins agricoles tant en emplois qu’en production (en termes relatifs s’entend). Or le travail ainsi libéré est difficilement transférable.

Justement, les hommes ne s’interchangent pas aussi facilement, Pôle emploi et ses multiples plans de reconversion en savent quelque chose... Vermeren ajoute à sa démonstration la baisse du niveau scientifique de nos écoles :

On ne transforme pas un manœuvre ou un ouvrier spécialisé en cadre commercial. Mais c’est le fruit d’une véritable idéologie, illustrée par la baisse rapide du niveau scientifique des élèves français, la réduction de l’appétence pour les sciences et la technologie, et la promotion des études tertiaires (sciences politiques, commerciales, managériales), qui entraîne des pénuries de professeurs de sciences, de techniciens ou d’emplois industriels (1,5 million d’emplois qualifiés devraient manquer à la France en 2030).

L’Éducation nationale, mais il ne faut pas oublier le poids des parents, en prend pour son grade dans cette... dégradation :

Il n’y a plus de place réservée à l’usine ou à la ferme, comme ce fut le cas jusqu’aux années 1970. (…) La France continue en outre de privilégier les formations intellectuelles au détriment des filières manuelles et techniques. Bien des enseignants, parents ou universitaires constatent que les formations « intellectuelles » sont peuplées d’insatisfaits. (…) Presque tous les parents désirent le baccalauréat pour leurs enfants, et le système LMD (licence-master-doctorat) s’est imposé aux formations académiques et techniques. Or, combien d’artisans et de patrons se désolent de recevoir des apprentis et des stagiaires inaptes, car sélectionnés sur la base de leurs faibles ou très faibles capacités ? Ce gâchis humain humiliant les persuade souvent de renoncer à préparer la reprise de leur activité.

Après l’éducation, l’immigration et le choc entre les petits Blancs et les nouveaux arrivants crée un changement politique majeur (mais ça, on le savait), c’est le chapitre intitulé « Ces jeunes du périurbain fragilisés » :

Pour les représentants des classes moyennes et populaires, parfois qualifiés de « petits Blancs », qui sont exclus des bonnes filières scolaires, et par la suite des emplois rémunérateurs des métropoles, l’immigration internationale et la société ouverte sont perçues comme des menaces : dans ces catégories déclassées, le vote aux extrêmes se cumule avec un rejet massif de l’immigration. Ce qui favorise le vote populiste à droite.

Et là, sous le chapitre « Une jeunesse des métropoles aux valeurs inverses », Vermeren met le doigt sur une coupure dans la jeunesse française qui retient toute notre attention, car on est à la fois dans l’analyse métapolitique fine et le bon sens du terrain :

À l’inverse, pour les enfants déclassés issus des classes moyennes et de la bourgeoisie des métropoles, le positionnement « révolutionnaire » traduit un autre mal-être social, et d’autres difficultés d’insertion. Là se recrutent les bloqueurs des universités ou les black blocs, et les plus déterminés fréquentent les ZAD ou les forums d’activistes d’extrême gauche. Vis-à-vis de l’immigration et de la société ouverte, chez eux s’observe le comportement inverse de celui des « petits Blancs » de la France périphérique. Cette fraction de la jeunesse française est en effet favorable à l’immigration, ce dont atteste leur positionnement politique, ici populiste de gauche. Les immigrés ou enfants d’immigrés sont les seuls prolétaires qu’ils sont amenés à fréquenter, ceux de la France périphérique leur étant inconnus. En outre, la situation sociale relativement privilégiée de leurs parents, par rapport aux milieux immigrés, tend à les culpabiliser socialement. Enfin, les postes offerts par la gestion de l’immigration sont un des rares secteurs d’emploi dynamique qui leur soit accessible (par le biais d’associations, d’ONG du secteur de l’aide sociale aux migrants, ou par la voie des études de sciences sociales dans ces domaines).

Que Le Figaro nous pardonne l’emprunt quelque peu massif du cœur de la démonstration de Vermeren, mais nous sommes accros à la lucidité et à l’explication solide. L’article se termine sur une « Tragique alternative », dernier chapitre des cinq pages :

Les classes populaires sont dès lors face à une drôle d’alternative. Ou bien elles acceptent de travailler pour de bas salaires, qui, selon toute évidence, ne permettent pas de vivre décemment ni d’élever une famille avec les standards du XXIe siècle français.
[...]
Ou bien ces classes populaires renoncent à l’emploi, surtout s’il est rare et précaire, et elles basculent dans le système économique socialisé. Celui-ci est parfaitement rodé et accepté puisque la France distribue les plus généreuses prestations sociales au monde (le quart de son PIB).

Vemeren met le feu avec sa conclusion sur « un système unique au monde », cette « économie sociale hors marché » qui fournit tout ou presque à la France socialisée :

Les 8 à 9 millions de pauvres sont ainsi économiquement intégrés au système, et ils contribuent indirectement à la croissance globale, non par l’emploi dont ils sont exclus (ou dont ils s’auto-excluent par manque de stimulation), mais par l’économie sociale pourvoyeuse de rentes ; les 85 % d’immigrants annuels qui ne sont pas des migrants de travail participent de cette étrange économie.

D’autres y verraient un réservoir de consommation et donc de soutien de la croissance, mais pour cela, il faut que les productifs travaillent beaucoup plus. On voit donc deux blocs émerger en France, ceux qui travailleront plus, et ceux qui ne travailleront plus du tout (ou alors au noir). Une France qui a du temps et une France qui n’en a pas, une France consommatrice et une France productrice. On peut aller plus loin : une France blanche, éduquée, instruite, pourvue de toute la gamme des biens de consommation modernes, nantie de conditions de vies plus que décentes, avec des loisirs en rapport et un bon niveau culturel, face à une France plus bigarrée, moins instruite, moins éduquée, avec des possibilités d’évolution limitées et un fort désir de revanche sociale. Et peut-être des appétits de révolution, sauf si ce ressort est définitivement cassé par la soumission, c’est-à-dire le divertissement, la désinformation et les drogues. Sinon la force.

Cela tiendra-t-il ?

En tout cas, c’en sera fini de l’égalité (il y aura une France 1 et une France 2), de la liberté (la France 2 sera étroitement surveillée par des moyens humains et électroniques) et de la fraternité (les France 1 et 2 seront séparées sociologiquement mais aussi physiquement). Les différences sociales seront acquises dès le berceau, la liberté sera fonction de son appartenance à la France 1 ou à la France 2, et la fraternité sera du passé.
Mais assez de politique fiction, demain n’est jamais comme on le croit, le redoute ou l’espère.

Notes

[1] En fait il est géographe mais il a fait office de sociologue pour le coup.

Guilluy, déjà en 2012 sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2195930

    France 1 France 2
    Rien de bien nouveau
    C’est simplement les proportions qui vont poser problème

     

  • Il existe aussi la France 3 (comme trinité) (et pour sortir du mode binaire) : la France blanche et bigarée, instruite ou "en cours de formation", qui travaille, peu ou pas du tout (ou d’une autre manière...), qui possède le minimum matériel économique et technologique pour s’instruire et acheter, avec un fort désir de se libérer, mais patiemment, car elle est néanmoins en rupture avec le Système dans sa globalité et son essence (l’usure qui use), mais a compris qu’on aurait la Bête qu’à l’usure, sur le long terme...

    Tout est donc une question d’usure...

    Et vu l’état actuel du pays, l’amorce révolutionnaire peut survenir de partout, tout est réseauté, tout se sait, et la marmite est sur le feu !

    C’est tellement casse-gueule, ils marchent tellement sur des oeufs là-haut, que l’erreur fatale viendra sans doute d’eux, et ce sera la pichenette qui manque pour que tout s’emballe et ne soit plus contrôlable, sauf par un retour de l’ordre, radical !

    Et repartir sur une véritable idée de la France...


  • L’avenir est un inconnu, mais tout cela partira en éclat. Une partie de l’immigration n’est pas là pour consommer modestement, les bas salaires et les prestations sociales ne suffisent pas à pas mal de couches populaires.


  • Les raisons sont simples.
    Conséquences de la crise économique de 2008.
    Le citoyen d’hier même si c’était un perdant de la mondialisation il pouvait encore acheter le goûter pour ses enfants et les amener au cinéma.
    Aujourd’hui ce n’est plus possible donc il le montre et réclame plus de moyens.
    Manifester est une démonstration de son pouvoir de nuisance.


  • #2196093
    le 11/05/2019 par The Médiavengers Zionist War
    Pierre Vermeren : les vraies causes de la sécession de la France (...)

    L’analyse sur les Black Blocs et autres anti-fa est intéressante car elle montre deux réactions différentes face à un même désarroi que les "fachos". Seule l’origine sociale des uns et des autres détermine leur vision, chacun a un bout du tuyau.

    En ce qui concerne la suite, l’analyse est trop tranchée, et trop oligarchie-compatible (ou sioniste-compatible). Non seulement l’ascenseur social est en panne depuis longtemps, mais il descend continuellement et pour tout le monde. il y a un grand trou noir qui absorbe toute l’énergie sous nos pieds, certains sont juste un peu au-dessus, mais ils ont quand-même les pieds dans le vide. Certes, le filet social est présent, mais il est fragile et ne résout rien.
    Le fait que la France 1 ne veuille pas voir que c’est précisément son aveuglement qui faire grossir la France 2 et de ce fait, l’entraîne dans sa chute est une attitude suicidaire. On ne peut pas ignorer longtemps la réalité.
    Par contre la France 2 ne voit pas forcément d’un mauvais oeil ce rééquilibrage et peut même l’encourager, même si la réduction des inégalités se fait par le bas.


  • Demain, la vraie séparation se fera selon le QI moyen des individus ; C’est déjà le cas, d’ailleurs...soit dans les classes les plus favorisées, 2/3 de « blancs », peut-être 15 ou 20 % d,Asiatiques et le reste de quelques Maghrébins ou noirs talentueux...

     

  • "les plus généreuses prestations sociales au monde" ? En tout cas c’est pas les "petits blancs" qui en profitent le plus, je dirai même de moins en moins.

     

    • Ben si , autant que les autres pour peu qu’ils remplissent les conditions..., pourquoi en irait-Il autrement ?

       

    • @Ted



      Parce que ce n’est pas dans la culture des "petits" (sic) blancs de faire 8 gosses par couple.



      Votre réponse semble intelligente, mais malheureusement elle ne l’est pas. La culture n’’a rien à voir avec la fécondité. Il n’y a pas longtemps les petits blancs ou les grands blancs au choix faisaient 8 à 12 enfants par couple. En fait, notre fécondité est régie par la nature et non pas par la culture ou pour être plus exacte, la culture, elle-même, n’échappe pas à la nature. Le moteur de tout cela est notre besoin de survie qui pousse les uns et les autres à s’en acquitter souvent de façons très contradictoires.

      D’une manière générale, on s’acquitte de ce besoin par la procréation et entre-temps on cherche à le faire dans les meilleures conditions possibles d’où la course et le combat pour une meilleure place au soleil façon de parler si on n’y est pas déjà né. Plus une société se sophistique, plus l’ascension sociale est difficile, exigeante. en choix et en sacrifice.

      Par exemple, soit on doit procréer et s’occuper de notre procréation au risque de perdre notre position sociale et ses privilèges ou défendre sa position sociale et procréer le moins possible en remplaçant ce besoin de procréer par des succédanés divers comme celui de s’investir dans une activité corps et âme et bien d’autres.

      Pour les immigrés qui sont des humains comme les autres, ils viennent se griffer à une société dont ils ne comprennent pas le fonctionnement. Comme tout ce qu’on ne comprend pas stresse, même en essayant de noyer ce stress dans la religiosité et autres drogues idéologiques surtout si elles nous sont servies à table, ils se rattrapent sur la procréation proprement dite sans se préoccuper de son avenir.

      En conclusion, une bonne petite Guerre pour les petits ou les grands blancs, qui va les descendre de leur piédestal, les voilà repartis sur le chemin de la procréation pour la procréation comme assurance de leur survie. Je plaisante bien sûr, je ne souhaite la guerre à personne.


  • #2196210

    C’est de l’Attalisme : c’est nul de bout en bout.

    C’est du charlatanisme endimanché.

    Il nous faut une clé de lecture simple et vérifiable partout, en tout, tout le temps nous permettant d’ouvrir toutes les portes de la compréhension ET des solutions ;

    Les Romains admiraient notre pragmatisme : on ne peut pas faillir à notre réputation

    Donc,.

    Saint Augustin, Bossuet, Gaume nous ont enseigné qu’il n’y avait que 2 types de sociétés dans le monde depuis toujours :

    - Celle qui applique le Décalogue à l’endroit du premier au dernier commandement sans en changer la forme.

    - Celle qui applique le Decalogue à l’envers du dernier au premier commandement en mettant les commandements à la forme négative.

    Historiquement et donc du point de vue de la politique politicienne :

    - Le Décalogue à l’envers a été le système pratiqué avant J.C.
    - Le Décalogue à l’endroit a été le système pratiqué à partir de la France dans tout l’Occident et qui explique la conquête planétaire de la civilisation chrétienne, SEULE civilisation de liberté et de prospérité.

    Théologiquement et donc du point de vue meta politique :

    - On dit que la société de l’Antidécalogue est une société paienne proto ou crypto sataniste
    - Et la société du Décalogue est une société exclusivement chrétienne (et non judeo chrétienne car la différence entre le Decalogue juif et chrétien c’est qu’il est catholique , donc universel, chez le chrétien).

    Il faut dire enfin que le Decalogue contient 12 obligations interdictions et c’est par ce nombre qu’il trouve toute sa cohérence et sa signification que voici donc :

    1 Tu aimeras ton Dieu de tout ton coeur
    2 Tu n’auras pas d’autre Dieu
    3 Tu ne feras pas d’image (d’inventaire) de lui ou sa Création
    4 Tu ne prononceras Son Nom qui est "Je SUIS" (car lui seul est.)
    5 Tu travailleras six jours
    6 Tu lui consacreras le 7 jour qui sera ton repos
    7 Tu honoreras ton Père et ta mère (ta nation, ta patrie, ta généalogie)
    8 Tu ne tueras pas en dehors du commandement de l’Autorité légitime
    9 Tu ne voleras pas
    10 Tu ne tromperas pas
    11 Tu ne mentiras pas, encore moins dans un procès
    12 Tu n’envieras pas le bien ou les êtres aimés d’autrui.

    Nous nous sommes ruinés d’avoir lu le Decalogue du 12 au premier commandement en le pratiquant à la forme négative.
    Si on lisait et pratiquait le Decalogue à l’endroit nous retrouverions le règne, la puissance et la gloire perdues.

    Dieu ou l’envie en premier : tout le reste en découlera.


  • Si les pouvoirs publics ont consciamment laissé tomber le secteur industriel depuis les 70s (car début de.la concurrence chinoise et refus du protectionnisme) pourquoi alors avoir laissé entrer, ou même encouragé, une immigration au mieux formée pour ce secteur en déclin ?

     

  • De mémoire, c’est l’Etat qui s’est endetté de 1000 milliards d’euro pour nationaliser les pertes des banques. Ca ne ressemble pas tellement à de l’ultralibéralisme. En fait, ça ressemble surtout à du socialisme.

    Les banquiers adorent la petite musique socialiste. En effet, quoi de mieux qu’un Etat qui vole l’argent des travailleurs par des prélèvements fiscaux pour le donner à l’oligarchie.
    Contrairement à un Etat libéral qui laisse à chacun le fruit de son travail. Imaginez cette oligarchie, privée de cette manne nourricière, être obligée de travailler pour ne pas faire faillite...

     

    • Il s’agit d’une ploutocratie. Les collectivismes n’ont rien de commun avec cela.


    • Plus que jamais nous sommes dans de l ultra socialisme avec Macron. L ’ état est partout , du berceau a la tombe. Ce qui tue la France c est le social, la spoliation des travailleurs tue le travail et donc les individus partent en dépression car privés du fruit de leur travail.
      Ce qu il faut en France , c est une révolution libérale " dans le vrai sens du terme" , comme Gave l explique souvent. Rendre l argent au Francais en baissant les impots et ces soient disant prestations sociales qui avachit l homme. C est ce que demandait le gilet jaune de base en novembre -décembre.


    • « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins »

      Les ploutocrates et les membres du politburo ayant de grands besoins...


  • La sociologie, cette pseudo-science qui s’affranchit du réel pour poser et imposer sa narrative. La sociologie, ce truc d’ignares pour faire genre ...

    Un truc de gauche, un truc de droite, mais surtout, un truc aimé et promu par les régimes totalitaires.


  • @Ted
    Lire greffer et non pas griffer. Ils viennent se greffer à une société...


  • #2196558

    Faire une étude sociologique sur le déclin économique de la Fronce sans citer une seule fois le mot « immigration » , faut le faire ! Enfumage, enfumage … tout ça pour ne jamais parler du problème numéro Un de notre pays . Le débat sur le coût de l’immigration devra forcément être mis sur table dans un jour très proche , les chiffres de ce coût existent ; et ils sont affolants

     

  • Il y a une déconnexion entre la France périphérique et les élites parisiennes


  • Le poncif "l’ouvrier français coûte cher" me c***e les c******s, vermoulu fait sans doute parti des gens qui me trouve ingrats parce que je ne remercie pas macron de me laisser plus de miette de mon travail. si on faisait le compte de ce qui coûte cher à l’ouvrier français (nous faisons parti de l’élite mondial en production horaire, devant les jap et loin devant les ricains, et en niveau technique). Pour que les transports en commun soit si peu cher à Paris pour que emmanuel Todd (sur thinkerview) et benjamin griveau avoue n’avoir ni permis ni voiture, il faut bien trouver l’argent quelque part ???? Sur mon salaire par exemple. Pour que dans mon voisinage je vois une mére isolé au chômage (maghrébine voilé) qui vient d’accoucher de son 3éme enfant (wtf ?) pouvoir payer un abonnement à 45E mini dans une salle de crossfit à son aîné,etc.... le probléme de la france ce sont ses métropoles rempli de ce que David graeber appel des bullshit job improductif pro immigration (Pour eux tout est gratuit ou pas cher.... ce serai con de pas en faire profiter... et si l’autre con n’est pas contant on lui fera du chantage au racisme, les heures les + sombres, obscurantisme...). Je suis ouvrier qualifié en maintenance aéronautique, j’ai des offres à l’étranger ou je peut multiplier mon salaire : x6 en Arabie et asie, x5 en Algérie, x4 en suisse. J’ai travaillé avec un sud af, constat sans appel, plus jamais il ne viendra en france : ça paye pas et la vie coûte cher. Je suis fier d’être français alors je reste en france et je vais sur les ronds point, être fier d’un pays mais ne pas vouloir y vivre c’est de la débilité attalienne. Et j’oublié, le dernier qui m’a dit ça c’est Romain grau un pote de macron à l’éna et il nous à emmené dans le mur parce qu’il nous a pas écouté. Je vous laisse vérifié...


  • "La France périphérique" !!!
    Putain !
    Quand va-t-on cesser de reprendre ce terme absurde de la Macronie ?
    Périphérique de quoi ?
    La Creuse, au centre de la france est censée être "périphérique" !!!
    Si vous reprenez ces termes, c’est que vous vivez dans un monde de fous, égocentrés , et hors sol !!!


  • Rien de transcendant ni de très différent de ce que raconte Guilluy.
    Le truc à bien comprendre c’est que la part du tertiaire dans le PIB est de 80%. Comme nous ne dépensons pas 80% de notre revenu (hors épargne) en service (loin de là) il y a comme un léger problème. Le truc c’est que tout les biens importés sont vendus à des prix exorbitants liés non pas aux coûts de production (étranger) qui sont très bas mais à tout les parasites (domestique) qui se gavent sur les prix publics (les fameux services).
    La différence entre la consommation domestique (toujours soutenue) et la production domestique (en baisse structurelle) est compensée par la dette. Une situation qui ne durera pas éternellement.


Commentaires suivants