Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Portugal : la fin de la politique d’austérité a mené à un miracle économique

L’économie portugaise témoigne d’une impressionnante reprise. En un an, le Portugal a complètement réussi à remettre son économie sur la bonne voie. On estime que la croissance économique au cours du trimestre à venir devrait être de 2,9 %, le meilleur résultat en 17 ans.

[...]

En moins de 12 mois, le statut du Portugal a évolué de celui « d’enfant à problème de l’Europe » vers « solution de l’Europe », et cela avec un gouvernement minoritaire socialiste qui a pris ses fonctions à la fin de l’année 2015, soutenu par le parti communiste (PCP), et le bloc de gauche (BE).

Selon le ministre de l’Économie Manuel Caldeira Cabral, le Portugal est enfin libéré du carcan de la politique d’austérité. En rassurant les citoyens en leur garantissant qu’ils ne subiraient plus de coupes dans leurs pensions ou leurs allocations, et en permettant aux salaires d’augmenter, le gouvernement a reconquis la confiance des entreprises comme des investisseurs. Au cours du dernier trimestre, les investissements ont augmenté de 10 %, les exportations de 9 %, des pourcentages supérieurs à ceux des Pays-Bas et de l’Allemagne.

 

La relance d’une industrie laissée pour morte

Caldeira Cabral n’explique pas cette reprise cette reprise remarquable par l’explosion du tourisme dans le pays, mais plutôt par le renouveau d’industries axées sur la mondialisation, telles que celles de la production textile, de chaussures et de voitures.

Dans l’industrie automobile, le pays a assisté au retour de producteurs qui avaient fui l’Espagne et le Portugal au début de ce siècle pour l’Europe de l’Est. Ces producteurs recherchaient de la main-d’œuvre bon marché, ils sont revenus à la recherche de professionnels, a déclaré le ministre dans El Pais. Volkswagen, Renault, PSA, Bosch, continental… Tous ont augmenté leurs investissements au Portugal au cours des 24 derniers mois.

Lire l’article entier sur fr.express.live

Sur les dangers de la libéralisation à outrance,
lire chez Kontre Kulture

 

Dernières nouvelles lusitaniennes, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bref, ils jouent le même jeu que la Pologne ou la Roumanie en produisant des saloperies pour pas grand-chose. On applaudit bien fort...

     

    • pourquoi la france a besoin de sa monnaie nationale ? pour pouvoir devaluer lorsque necessaire et avoir une exportation plus competitive (ex : les machines outils italiennes en concurrence avec les machines outils allemandes ((annees 90-2000 aujourd’hui c’est peut etre different)), les italiennes etaient beaucouop moins cheres mais avaient quand meme une forte presence sur le marche francais car les clients possedait des italiennes pas cheres ET des allemande a commandes numeriques super developpees) au lieu de faire des salaires la valeur d’ajustement on ajuste la monnaie, ce qui mene ensuite a des investissements structurels ou de formation/education qui permet des emplois plus qualifies et un cercle vertueux. notez que des employes trop qualifies ou plutot trop d’employes qualifies sur le marche pose probleme egalement comme dans les pays Nordiques aujourd’hui.

      Il y a des etapes economiques par lesquelles il faut passer lors des phases de croissance et lors des phases de decroissances.


    • Je ne connais bien sûr pas toute leur production mais j’ai déjà testé plusieurs chaussures (l’article mentionne cette industrie nouvellement florissante) de différentes marques qui affichaient comme argument de vente "made au Portugal".
      Eh bien à chaque fois la même constante : un cuir très souple et confortable de prime abord, mais pour une durée de vie qui n’engageait rien de bon.

      Donc j’aurai tendance à rejoindre un peu le commentaire qui compare aux productions à l’Est.

      Les produits fabriqués en France sont globalement de très bonne qualité, mais avec l’euro fort + les taxes, + pouvoir d’achat national en berne, difficile de s’en tirer.
      Les français n’ont plus les moyens d’acheter leur propre production, notamment dans le domaine de l’habillement (ce qu’il en reste), et à l’export les produits sont moins compétitifs d’avec du "made in Portugal" d’aspect qualitatif pour le non connaisseur, mais en réalité de qualité bien moindre, et pour des coûts de production bien moindre aussi.


  • Quand les joueurs de golf reviennent , c’est que le pays va prospérer.

    Nocif


  • Bonjour à tous,

    J’y habite depuis 10 ans, et je confirme que les choses vont bien mieux, même au niveau de la rue. La confiance en un pays gouverné par le tamdem 1er mini (Antonio costa) et PR (ancien commentateur qui était sorti du parti CDs, droite ) a remplacé la défiance de l’ère Cavaco Silva / Passos Coelho, sortes de sangsues du peuple, sadiques au minimum, mégalomanes limite fascisants qui prenaient un malin plaisir ( revenchards - voir l’histoire de la décolonisation et de pertes de biens suite à la chute du régime en 74) à déplumer les petits vieux, à ruiner les services publics et privatiser des entreprises qui faisaient du bénéfice ( REN, EDP, PT, TAP ...) comme pour mieux essayer de ruiner l’état social qui avait déposséder leurs aieux. Le fond des gens est encore demeurer, assez pour refaire gagner cette coalition vénéneuses en 2015, mais sans majorité absolue. Costa les a doubler et a réussi à bien négocier avec la commission européenne. Il a d’autre part rembourser en avance les prêts FMI / BCE. Donc plus de pragmatisme, moins d’idéologie, une colatition ou il y a un chef et les autres peuvent contribuer sans gouverner a été la recette de ce trio gagnant, pour le meilleur du peuple, même si ceux de droite reviennent sans cesse sur les "dépenses" des socialistes. Sauf que les uns dépensent pour leur cercle, les autres toute la population. Grosse différence d’approche.


  • Mais pourtant le Portugal à l’euro... Alors ça ne serait pas l’euro qui serait la cause de tous nos problèmes !? Mais Asselinault a dit que..


  • Le 1er ministre portugais a fait partie d’un club mondialiste, tout comme le président. Rappelons que le pays fait partie de l’UE.


  • Les portugais me fatiguent. Peuple de bosseurs, de bons vivants, et chrétiens en plus !!!! Je vous le confirme, ces gens m’énervent !!!!
    Plaisanterie mise à part (et avec rime), le Portugal, c’est de la balle !!!!


  • Citation depuis l’article en question : « Au début de son mandat, le premier ministre portugais Antonio Costa (notre photo) avait déjà indiqué que le Portugal ne pourrait pas concurrencer les pays à bas salaires. Selon Caldeira Cabral, ce combat n’aurait jamais pu être gagné :

    « il y aura toujours des pays moins chers. Mais aujourd’hui, nous produisons beaucoup de choses qui coûtent 5 € et qui sont revendues 50 €. Tenter de tirer 4,50 € de ces 5 € ne sert à rien. Nous nous sommes positionnés dans la chaîne de valeur de 45 €. » »

    SI je comprends bien, apparemment ils ont trouvé un moyen d’empêcher les financiers de délocaliser ailleurs les entreprises déjà bénéficiaires qui voulaient gagner quelques euros en plus (ce que les financiers-actionnaires font faire partout chez nous).

    Je vois pas trop comment car toutes les mesures de rétorsions contre de telles pratiques sont contraire aux règles européennes qui les encouragent (tout comme le dumping social). Mais c’est peut-être une partie des "négociations" dont parle l’article.


  • #1797465
    le 08/09/2017 par Vladimir Vladimirovitch Poutine
    Portugal : la fin de la politique d’austérité a mené à un miracle (...)

    Et sans Euro et UE, croissance à 5% ou plus.


  • 500 euros le smic. sans parler des vrais problemes de dette

     

    • Correction : presque 600€ par mois.
      Pourtant vous regardez comment vit un couple portugais de base avec des enfants, c’est à se poser des questions comment font-ils avec aussi peu par mois. Ils ont également un système social beaucoup moins développé qu’en France.


    • oui système social très limité
      système médical très bon, mais la crise a fait fermer beaucoup de cliniques publiques
      ils s’en sortent grace a une solidarité familial, mais il y a des limites.
      car les familles grandissent les petits enfants et maintenant les arrieres petits enfants.
      beaucoup beaucoup de sacrifices.


  • Je me fiche bien de la "croissance économique" du Portugal mondialisé. Profite-t-elle seulement au peuple portugais ?
    Les récents incendies exacerbés par la présence de vastes plantations étrangères d’eucalyptus sont le plus triste symbole de l’inféodation de ce pays.


  • Autrement dit , c`est le retour de l`industrie au Portugal ...

    Ce que je ne comprend pas , c`est que ça ne correspond pas avec l`actuel flux de migrants représentant une main d`oeuvre bon marché , car celui-ci est désaxé à présent , non ?
    Que se passe-t-il vraiment en réalité ?


  • Bon, je me permets un humour cynique : merde alors ! et nous qui comptions sur les Portos, grands bosseurs devant l’éternel, honnêtes et droits, pas chiants, mentalité impecc et tout et tout, pour les travaux agricoles (que ne veulent pas faire les petits blancs assistés et les cailleras...)


  • Le Portugal a intégré dans son calcul du PIB la drogue et la prostitution , idem pour l’Espagne .


Commentaires suivants