Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Priver un enfant de son père ou de sa mère est une maltraitance

Entretien avec Aude Mirkovic

Aude Mirkovic, vous êtes porte-parole de l’association « Juristes pour l’enfance ». Que vous inspire le jugement rendu il y a quelques jours par le tribunal de grande instance de Versailles, refusant l’adoption d’un enfant né par PMA à l’étranger par la conjointe de sa mère biologique ?

Le tribunal n’a fait qu’appliquer le droit. En effet, l’adoption vise à réparer le fait qu’un enfant a été privé de ses parents biologiques ou de l’un d’eux en le confiant à des parents adoptifs. Au contraire, le priver délibérément de son père pour le rendre adoptable réalise un détournement de l’adoption, ce que la justice française refuse, y compris d’ailleurs lorsque l’adoption est ensuite demandée au sein d’un couple homme/femme. Or, les femmes qui vont en Belgique, en fraude à la loi française, se faire inséminer par un inconnu planifient la conception d’un enfant privé de père, de manière à ce qu’il soit adoptable. Le droit français refuse de valider ce bricolage procréatif qui constitue une grave injustice envers l’enfant.

On apprend que de telles adoptions ont déjà été prononcées. Doit-on en déduire que, quoi qu’en dise le gouvernement, la PMA pour les femmes est, sinon légale, du moins déjà tolérée en France ?

Les tribunaux qui ont prononcé l’adoption d’un enfant délibérément rendu adoptable se sont rendus complices d’un dévoiement de l’adoption, au mépris du droit. Il est incompréhensible que les procureurs n’aient pas formé de pourvoi devant la Cour de cassation, ce qui manifeste la complicité et la duplicité du gouvernement sur le sujet. Le peuple français refuse que la loi organise la fabrication d’enfants sans père. Le gouvernement craint le peuple et fait mine de reculer sur ce point, mais il attend visiblement d’être mis devant le fait accompli lorsqu’il cautionne le contournement de la loi française à l’étranger.

Lire la suite de l’article sur bvoltaire.fr

 

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #808300

    Concrètement, on a l’exemple de ce gamin : "Guy Georges est le fils d’un soldat noir américain (cuisinier dans une base de l’OTAN de la banlieue parisienne), George Cartwright, et d’une jeune femme blanche "aux mœurs légères", Hélène Rampillon, déjà mère d’un premier enfant non désiré, Stéphane...
    George Cartwight était marié et les autorités américaines faisaient rentrer leurs soldats "au pays". La mère de Guy Rampillon se retrouva donc seule. A sa naissance, Guy le petit métis devint un secret, un sujet tabou. Ses grands parents n’apprirent son existence que par un télégramme, dans lequel sa mère menaçait de laisser le bébé à la police ou à la DDASS. Les grands parents, qui élevaient déjà Stéphane, voulurent alors s’en occuper, mais, lorsqu’ils réalisèrent que le bébé était noir, ils le rejetèrent. Il fut confié à une nourrice.
    Hélène Rampillon refit sa vie sans aucun remords et ne s’occupa plus de son fils. En 1963, la nourrice prévint la DDASS et Guy Rampillon fut placé dans le "service départemental de l’Aide à l’enfance" du Maine-et-Loire. La DDASS confia alors le bébé aux époux Morin, dans la banlieue d’Angers.
    En 1968, dans la perspective de son adoption, la DDASS changea le nom de Guy Rampillon et le transforma en "George" (le prénom de son père), puis changea également son lieu de naissance (Vitry-le-François) et le transforma en "Angers". A six ans, Guy George était orphelin, il ne savait même plus de qui il était le fils, quel était son véritable nom de famille et la ville où il était né... Beau départ dans la vie !
    Finalement, la DDASS ne trouva aucune famille de couleur pour adopter le petit Guy Georges, et aucune famille blanche qui voulut d’un enfant noir."
    la suite : http://www.tueursenserie.org/spip.p...


  • Si la vente de sperme et/ou d’enfant est permise, alors un concubin doit pouvoir faire un don de sperme/d’enfant gratuit avec les mêmes effets juridiques : pas de pension pour la mère, pas de part d’héritage pour l’enfant.
    On en vient au système américain où il n’y a pas de part réservataire.
    Par ailleurs, la mère pouvant abandonner son bébé aussi (à charge pour la république de l’élevage ) elle ne sera pas fondée à demander une pension.
    Version média droite/gauche :
    Liberté du consommateur !
    Droit de l’homme du nouveau "Siècle" !


  • A défaut de recours par les procureurs, des associations peuvent-elles saisir la justice pour empêcher ces pratiques ?
    Même si elles n’ont aucun lien avec aucune des personnes concernées.


  • Cette juriste est toujours très claire : c’est du bon travail.


  • #808537

    BABEL quand tu nous tiens ! ... Je me répète mais relisez " le meilleur des mondes " A huxley .
    On y est !

     

    • Et pour compléter la lecture, regardez cette entrevue d’A. Huxley :

      http://www.youtube.com/watch?v=jE6w...

      Mon passage préféré commence à 10:00 et va jusqu’à 12:00.
      Il y explique que la dictature du futur sera différente des précédentes. Elle fera aimer à l’homme son esclavage. « Je pense que le danger actuel est que les gens soient, à certains égards, heureux sous le nouveau régime, et qu’ils le soient dans des situations où ils ne devraient pas être heureux. »


  • Homophobes ?
    Depuis le début,cela ne cesse de pigner pour des droits(merci merdias +politicards de jeter de l’huile sur le feu au nom de la tolérance) alors qu’à AUCUN moment il n’a été question des BESOINS d’un enfant.
    Ne vous en déplaise les hystériques "décomplexés" des capacités à donner de l’amoooouuur,un vagin ne fera jamais un pénis,et vice et versa.
    Et quand vous aurez ADMIS que l’amour et être spectateur(trice) de la répartition des tâches du quotidien ne suffisent pas pour qu’un enfant se construise,alors vous aurez fait un grand pas sur votre propre nombril.
    Salutations


  • Les trois quarts du temps ce sont les épouses qui demandent le divorce : elles privent ainsi, neuf fois sur dix, leurs enfants de leur père : or le père est le gardien naturel du foyer, des enfants, et quand le père n’est plus là pour veiller au grain, le prédateur étranger, sioniste de préférence, peut se servir, et c’est pour cela que la "Justice" sioniste favorise tant les femmes au moment des divorces . Vous me croyez obsédé ? Le moins du monde .


  • La GPA c’est encore plus monstrueux que l’image qu’en donne le schéma en tête d’article. En effet, l’ovule vient souvent (moyennant finances) d’une autre femme que la mère porteuse (une belle blonde pour l’ovule, une indienne misérable pour la gestation...).

    Cette association Juristes pour l’Enfance fait vraiment un travail remarquable. Par exemple ils ont porté plainte en janvier contre les manoeuvres commerciales de la sté "Extraordinary Conception" qui vient faire la promotion de la GPA sur le territoire français. Un vrai boulot de terrain, patient et tenace, appuyé sur des analyses juridiques rigoureuses qui ont toujours pour point de repère l’intérêt de l’enfant.


  • Vous avez oublié la banque de sperme qui existe depuis quelques décennies déjà... !
    De toute façon ces horreurs vont tôt ou tard être officialisées en France , ne soyons pas naifs !


  • La révolution pharisienne se résume à 225 ans de maltraitances multiples et innombrables.
    Si l’on veut arrêter la maltraitance, il faut arrêter ou faire fuir ceux et celles qui nous maltraitent.
    225 ans de lutte acharnée du contre-nature contre la Nature de tout être et de toute chose, 225 ans de mensonges et de crimes, 225 ans d’obéissance aveugle, 225 ans à financer sa propre destruction, le Peuple de France doit mettre un terme à cette spirale infernale, il doit rompre ce cercle vicieux dans lequel il se délite à cause de ses élites.
    Peuple de France, je veux voir mon pays libéré de mon vivant et tout comme moi, vous ne voulez rien laisser de précieux dans ce non-monde. Tout comme moi, vous souhaitez quitter La Vie l’esprit tranquille. Tout comme moi, vous avez hâte d’en avoir terminé avec les pharisiens et d’en être débarrassés une bonne fois pour toutes. Le temps pour l’action, c’est maintenant, il est temps pour nous de récupérer notre territoire et nos prérogatives.