Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Professeur Didier Raoult – Pourquoi cache-t-on la séquence des visons ?

Le Professeur, sur E&R :

 






Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2692382

    Le problème avec les analyses de Raoult, c’est qu’elles nous livrent une vision strictement technique des choses qui était intéressante l’année dernière mais qui s’essouffle désormais.
    On voit là tout le talent des lieutenants de la techno-science à colorier des graphiques verbeux en tous genres à n’en plus finir.
    Mais derrière le tracé de l’évolution spatio-temporelle des variants en fonction de la répartition des élevages de visons relativement à la densité bimensuelle du trafic de voyageurs, il reste l’essentiel, ce qu’un Louis Fouché ose aborder sans détours et sans une dizaine de tableaux de bord.

     

    Répondre à ce message

  • #2692406

    Je me trompe ou bien il avait bien dit que certains medicaments ainsi que les vaccins etaient mutagenes ? Et donc a l’origine des nouveaux variants ? Et du coup les anglais(pire gestion de l’"epidemie", seul pays europeen avec plus de 100 milles morts) elevent beaucoup de visons ? Je commence a penser comme d’autres qu’il est une opposition controlee. Merci pour la chlo et surtout pour avoir fait face au lobby sioniste pendant un temps. En esperant que ca en inspire d’autres.

     

    Répondre à ce message

    • On s’en fout de ces histoires de visons. Pas plus vrai que celle des pangolins. Raoult veut poursuivre sa carrière et le Conseil de l’ordre l’a convoqué il y a quelques mois donc Raoult joue leur jeu à moitié désormais. Un coup oui un coup non.

       
    • ça fait un an que je le dis : le sars-cov-2 n’a vraiment jamais jamais jamais existé. raoult est 100% complice. tous les tests sont complètement bidon et c’est lui qui les a donné de la crédibilité et a promu le tester-isoler qui est, comme le certificat de vaccination, un prétexte pour imposer l’identifiant numérique unique, qui est le but principal de cette arnaque. je ne comprends pas comment on peut encore croire un seul mot de ce qu’il dit, c’est complètement ridicule !!!!!!!!!!!

       
  • Le Pr Raoult cherche "la source de l’épidémie qui a commencé au mois d’août et qui a ravagé toute l’Europe avec plusieurs milliers de morts". Il cherche du côté des visons. On lui interdit de voir le génome.

    Par mon esprit critique (d’aucuns diront complotiste), je n’écarte pas l’idée que ce nouveau virus ait été volontairement balancé dans la nature pour relancer une épidémie qui touchait à sa fin. Ce qui expliquerait qu’on lui cache ce génome. Par crainte qu’il comprenne qu’il ne s’agit pas d’une mutation mais d’un nouveau virus apparu de façon inexplicable.

    Vous me suivez ?

     

    Répondre à ce message

  • Bonjour à tous
    J’ai entendu quelque chose à la radio hier mais n’ai pas eu le temps de finir l’interview.
    Un médecin disait qu’on ne doit jamais faire de vaccin pendant un pic épidémique. Sinon risque de mutation très importante.
    Quelqu’un peut-il me confirmer cela scientifiquement ?

     

    Répondre à ce message

    • @Dawlish62

      Pendant le pic épidémique, le virus passe rapidement d’individu à individu. Il se multiplie dans chaque individu en accumulant naturellement des mutations qui surviennent au hasard (le taux de mutation dépend du type de virus, ce taux étant relativement élevé pour les coronavirus). Dans une logique « lamarcko-wallacienne » (ou « darwinienne ») les virus mutants les plus adaptés à une transmission inter-humaine (donc qui échappent à l’immunité naturelle) sont sélectionnés pour maximiser la contagiosité (cela va normalement de pair avec une diminution de leur létalité). Si l’on ajoute une pression sélective « artificielle » comme le vaccin actuel uniquement ciblé sur un seul antigène (la protéine Spike), on va sélectionner tous les virus mutants naturels dont la protéine Spike échappe aux anticorps vaccinaux. Cette sélection sera d’autant plus rapide et massive que la vaccination est réalisée durant le pic épidémique pendant lequel les taux de reproduction virale et de mutation naturelle sont les plus élevés. Le vaccin ne provoque donc pas de mutation, mais sélectionne les virus mutants naturels qui échappent aux anticorps vaccinaux : on favorise donc artificiellement l’émergence de « variants ».

      Le corolaire : pendant le pic épidémique cette sélection de variants n’aurait pas lieu si le vaccin était efficace à 100% sur la prévention de l’infection, du portage et de la transmission, et s’il était administré à 100% de la population de la planète au même moment ; toutes ces conditions sont impossibles à satisfaire, même pour le vaccin anti-grippal.

      En aparté : Le Remdesivir est lui vraiment mutagène et induit directement des mutations du génome viral, augmentant artificiellement le taux de mutation. Ces virus très mutés peuvent ensuite être sélectionnés sous la pression des anticorps monoclonaux artificiels qui ont la même cible que les anticorps vaccinaux. Des virus résistants à l’immunité naturelle et vaccinale apparaissent donc (cas du variant « anglais »), notamment chez les porteurs long du virus (les patients immunodéprimés) traités avec cette combinaison (Remdesivir + Anticorps monoclonaux/Coviplasm). C’est une des stratégies antivirales « parisiennes » proposée chez les patients à haut risque de forme grave, en dépit du bon sens et des principes de base de l’infectiologie.

       
  • Les seuls " visons " dont veulent entendre parler les criminels du lobby et de ses labos qui mènent la magouille COVID , sont les manteaux de poils de la même bestiole qu’ils offrent à leurs rombières avec les milliards d’euros volés aux peuples pour leurs injecter de la merde dans les veines !

     

    Répondre à ce message

  • Partie 1 :
    En écoutant en profane cet exposé, je pense comprendre que l’origine des "variants" est, en Bretagne, un abattoir où travaillent essentiellement et durement des immigrés d’Afrique, en Scandinavie un élevage de visons - bien que la transmission d’un virus animal à l’homme semble être difficile ; en revanche un animal, tel le rat de la peste bubonique, est porteur et transmetteur de mini-parasites à bactéries, petites seringues sur pattes. Reste Marseille où le variant est apporté par des individus africains ou maghrébins, dits "voyageurs".
    Par ailleurs les remèdes qui semblent fonctionner (hydroxichloroquine, ivermectine...) soignent au départ des maladies tropicales : ver du sang, malaria... virales ou non, je n’en sais rien. Les remèdes anti-grippaux n’existent pas vraiment ; la grippe passe après une semaine de fièvre, nous ont toujours dit les médecins et familles, car c’est un virus, et comme tel quasiment insoignable, contrairement à une bactérie comme celle de la peste ou de la grippe espagnole.

     

    Répondre à ce message

    • L’origine est en MAYENNE à cause des nombreux visons de BRETAGNE , régions qui font partie des plus épargnées de l’épidémie
      Aucune crédibilité pour cet argument
      De plus , ce n’est pas parce que des cas sont découverts à un endroit qu’il en est l’origine
      A l’époque c’était un confinement strict et MARSEILLE à été contaminé par la BRETAGNE ?
      PS : il a été prouvé que l’hydroxychloroquine ne marchait pas

       
  • Partie 2 :
    Cette "grippe" covid pourrait être tout simplement un machin tropical renforcé artificiellement, puis retourné à sa vraie nature, auquel les populations européennes, confrontées, résistent plus ou moins. Et qu’on leur inflige massivement, en leur bloquant les défenses naturelles et coutumières.
    Conclusion : fermer les frontières. Renvoyer les populations extra-européennes arrivées sur le territoire européen récemment, sans droit ni titre autres que ceux accordés de loin par l’OMS et l’ONU.
    Et soigner massivement, après la mise au pas de Big Pharma en Europe, et donc changement radical de politique, les "grippés" au variant. Qui ne sont peut-être que des contaminés par l’importation mortifère de malades ou d’asymptomatiques extra-continentaux, vecteur involontaire mais efficace du trucide européen.

     

    Répondre à ce message

  • Jeanne d’Arc entendait des voix, Raoult a des visons...

     

    Répondre à ce message

  • Je ne mets en aucun cas l’expertise du Pr Raoult en doute. Il me semble cependant que la question fondamentale de cette histoire n’a plus rien à voir avec l’épidémiologie ou la médecine : c’est une question politique et financière.

     

    Répondre à ce message

  • Le discours de Raoult est devenu hautement suspect. Maintenant il parle de pandémie qui a ravagé l’Europe. Avant il minimisait tout ça. On sent que le Conseil de l’ordre est passé par là. Même son ton de voix a changé. Plus crédible à mon sens.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents