Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Proudhon antisémite

Note de la rédaction

Les citations sont extraites des œuvres suivantes : "Carnets", "De la Justice dans la Révolution et dans l’Église", "Solution du problème social", "Césarisme et Christianisme", "Confessions d’un révolutionnaire".

À l’instar de Voltaire, les thuriféraires autorisés de Pierre-Joseph Proudhon redoublent généralement de stratégies pour éviter le traitement radical de la question juive effectué par le révolutionnaire socialiste dont ils osent se revendiquer avec toupet.

 

- Il y a ceux qui tronquent, tendance Michel Onfray : il s’agit pour eux de cacher, de déconsidérer, de faire sans, d’ôter ces « indéfendables » accents antisémites pour ne conserver que l’esprit de révolte libertaire.

- Il y a ceux qui excusent par arrogance, tendance étudiants en sociologie qui découvrent l’anarchisme : il faut « contextualiser », à l’époque tout le monde était antisémite (sous-entendu la Vérité progressiste de l’antiracisme philosémite n’avait pas encore été révélée à la masse).

- Il y a ceux qui expliquent par la psychologie, tendance intellectuels de gauche : le penseur bisontin a effectivement une « humeur antijuive » mais elle tire son origine du contentieux personnel avec Karl Marx.

La remise en avant de l’affrontement Proudhon/Marx à travers la réédition Kontre Kulture de Philosophie de la misère-Misère de la philosophie nous offre l’occasion d’étudier la question. Il est vrai que, après avoir été tourné en ridicule par le prophète du communisme (héritier d’une famille de rabbins), Pierre-Joseph Proudhon déclara sans vergogne :

« Marx est le ténia du socialisme. »

Puis, suite à l’expulsion de France de son ami Karl Grün, expulsion dont il soupçonne deux proches de Karl Marx (H.Heine et A.Weill) d’être à l’origine par dénonciation à la police, il commettra :

« H. Heine, A. Weil et autres ne sont que des espions secrets ; Rothschild, Crémieux, Marx, Fould : êtres méchants, bilieux, envieux, âcres, etc. etc. qui nous haïssent... »

Grün professait les idées de Proudhon dans les milieux des intellectuels allemands réfugiés à Paris ; cela déplaisait fortement à Marx qui avait déjà tenté de monter les deux hommes l’un contre l’autre, en vain...

 

Pour autant, réduire la vision de Proudhon et son traitement de la question juive à la colère, c’est mettre un peu rapidement de côté les propos de ce grand socialiste qui, au gré de sa plume, oscille entre des atours de polémiste virulent et une rigueur de spécialiste de l’histoire des religions.

 

Voici quelques extraits qui devraient faire réfléchir :

Juifs. Faire un article contre cette race, qui envenime tout, en se fourrant partout, sans jamais se fondre avec aucun peuple. Demander son expulsion de France, à l’exception des individus mariés avec des Françaises ; abolir les synagogues, ne les admettre à aucun emploi, poursuivre enfin l’abolition de ce culte. Ce n’est pas pour rien que les chrétiens les ont appelés déicides. Le juif est l’ennemi du genre humain.

Il faut renvoyer cette race en Asie, ou l’exterminer... Par le fer ou par le feu, ou par l’expulsion, il faut que le juif disparaisse... Tolérer les vieillards qui n’engendrent plus. Travail à faire. Ce que les peuples du Moyen Âge haïssaient d’instinct, je le hais avec réflexion et irrévocablement. La haine du juif comme de l’Anglais doit être notre premier article de foi politique. Au reste, l’abolition du judaïsme viendra avec l’abolition des autres cultes. Commencer par ne plus allouer de traitement au clergé et laisser ce soin au Casuel. Puis un peu plus tard, abolir le culte.

Les juifs, race insociable, obstinée, infernale. Premiers auteurs de cette superstition malfaisante, appelée catholicisme ; dans laquelle l’élément juif furieux, intolérant, l’emporta toujours sur les autres éléments grecs, latins, barbares, et fit si longtemps le supplice du genre humain. Martyrs, confesseurs, fanatiques, sortis de cette tendance. (Inquisition, ascétisme, haines religieuses, pouvoir temporel de l’Église, etc., etc., etc.) Ainsi l’influence de l’élément juif dans le christianisme est expliquée par le caractère de cette nation ; beau morceau d’histoire à traiter.

Le juif est par tempérament antiproducteur, ni agriculteur, ni industriel, pas même vraiment commerçant. C’est un entremetteur, toujours frauduleux et parasite, qui opère, en affaires, comme en philosophie, par la fabrication, la contrefaçon, le maquignonnage. Il ne sait que la hausse et la baisse, les risques de transport, les incertitudes de la récolte, les hasards de l’offre et la demande. Sa politique en économie est toute négative ; c’est le mauvais principe. Satan, Ahriman, incarné dans la race de Sem.

Quand Crémieux parle à la tribune, sur une question où le christianisme est engagé, directement ou indirectement, il a soin de dire : votre foi, qui n’est pas la mienne ; votre dieu, votre Christ, votre évangile, vos frères du Liban. Ainsi font tous les juifs ; ils sont d’accord sur tout avec nous sur tous les points, à tant qu’ils peuvent en tirer parti ; mais ils ont toujours soin de s’exclure - ils se réservent ! Je hais cette nation.

C’est la passion du trafic, bien plus que les armes de Titus et d’Adrien, qui amena la dispersion des juifs, qu’on dirait voués dès leur naissance au parasitisme mercantile et usuraire. On sait quelles précautions prit Moïse pour les retenir sur le territoire qu’il leur avait donné ; quelle peine eut Esdras, 800 ans plus tard, à les y faire revenir. Depuis Jésus-Christ jusqu’à la Révolution française ils ont vécu, malgré les persécutions les plus abominables, aux dépens des autres nations, observant entre eux le précepte de charité ou de prestation gratuite, mais rançonnant impitoyablement l’étranger, selon le précepte de Moïse, Non fœneraberis proximo tuo, sed alieno. On disait autrefois, pour leur justification, qu’ils n’avaient pas le choix des moyens d’existence : mais depuis 70 ans que la Révolution française les a rendus libres, qu’ont-ils fait pour changer de régime ? Le juif est resté juif, race parasite, ennemie du travail, adonnée à toutes les pratiques du trafic anarchique et menteur, de la spéculation agioteuse et de la banque usuraire. Toute la circulation est entre les mains des juifs ; plus que les rois et les empereurs, ils sont les souverains de l’époque, aussi indifférents du reste au progrès et à la liberté des peuples qu’ils pressurent qu’à la reconstitution de leur propre nationalité. Ce qu’il y a de plus triste, c’est qu’ils ont rendu, par toute l’Europe, la bourgeoisie, haute et basse, semblable à eux, et qu’il ne servirait absolument de rien aujourd’hui de les expulser. À Paris, le nombre des trafiquants et boutiquiers est égal, sinon supérieur, à celui des industrieux. Tout le monde veut vendre, faire du commerce, spéculer sur le change, sur les marchandises et les fonds publics. Le travail productif est de moins en moins offert, réputé œuvre servile.

Ç’a été de tout temps la grande affaire des gouvernements hébreux de retenir le peuple en place. D’abord venus en Égypte, 15 siècles avant J.-C., en grand nombre. À cette époque, l’Égypte pays peuplé, civilisé, attirait cette race de brocanteurs et de vagabonds, de bédouins. – Les rois du pays mécontents d’eux, comme plus tard les rois d’Europe au Moyen Âge. Efforts de Moïse pour les nationaliser, en leur donnant un territoire et une patrie. Recommandations contre les Gentils. – Encouragements à l’Agriculture. – Conseils de rester chez eux. Sous Cyrus, efforts de Néhémie pour les ramener. Très peu reviennent. Incapables de rester en place et de former une centralisation : discordes, révoltes, schismes (royaumes d’Israël et de Juda), trahisons. – Appellent les Romains, puis les veulent rejeter. Partis, sectes haineuses, irréconciliables, insociables. – L’état naturel des juifs est de vivre sur les autres peuples, dispersés : leur réunion en corps de nation serait pour eux un état insupportable, contraire à leur nature. Tous les chefs juifs ont connu cette disposition, et en ont prévu les effets, qu’ils ont toujours présentés comme une calamité, desolatio.

Efforts nouveaux des Machabées, trahis par la nation. Dès avant Tite et Adrien, Juifs en grand nombre à Rome, Alexandrie, Corinthe, dans toute l’Asie mineure. Ont des synagogues partout (cf. les voyages de St Paul). Jérusalem n’était pour eux qu’un lieu de pèlerinage, et de dévotion (la Ville sainte), comme la Mecque pour les Arabes. Jérusalem entre leurs mains n’était qu’un tison de fanatisme : ces hommes qui pouvaient vivre parmi les autres peuples sans s’y mêler, ne pouvaient par la même raison être censés citoyens d’une ville et y souffrir d’autorités autre que la leur, de là leur haine infatigable contre le païen ; comme aussi, ne pouvant vivre que contenus par une force supérieure, ils ne pouvaient que se dissoudre, une fois qu’ils se trouvèrent agglomérés et livrés à eux-mêmes. De là la légende que Julien ayant entrepris de rebâtir le temple, il sortit de la terre des flammes qui brûlèrent les ouvriers.

Moïse, s’obstinant à faire une société de déistes d’une peuplade idolâtre à peine sortie des habitudes anthropophages ne réussit qu’à la tourmenter pendant douze siècles. Tous les malheurs d’Israël lui vinrent de son culte. Phénomène unique dans l’histoire, le peuple hébreu présente le spectacle d’une nation constamment infidèle à son dieu national, - parlons plus juste, à son dieu légal, car Jéhovah n’est juif que d’adoption, - et qui commence seulement à s’attacher à lui, lorsque après avoir perdu son territoire, n’ayant pas un rocher où elle puisse dresser un autel, elle arrive à l’idée métaphysique de Dieu par la destruction de l’idole. C’est vers le temps des Macchabées, et surtout à l’apparition du Christ, que les juifs se prennent de cœur pour le culte moïsiaque : il était dans la destinée de cette race d’être toujours en retard sur ses institutions.

La seconde espèce de contre-révolutionnaires se compose de tous les prêteurs d’argent et d’instruments de travail, représentants de la féodalité mercantile, agricole, industrielle, financière ; suppôts de la royauté in utroque jure, politique et économique ; auteurs de toutes les restaurations, fauteurs de toutes les tyrannies, et qui reconnaissent pour chefs les juifs. Quant à nous, nous sommes purement et simplement républicains, sans augmentatif ni diminutif. - Nous ne sommes ni royalistes, ni démocrates, ni juifs ; nous nions le pouvoir et le numéraire ; nous soutenons que le crédit, pour s’exercer, n’a pas plus besoin de la garantie des pièces de cent sous que la liberté n’a besoin, pour faire route, du laisser-passer d’un citoyen monarque ou d’un citoyen-président. Aussi pouvons-nous dire avec vérité que nous sommes de la Révolution, et que nous poursuivons l’œuvre de la Révolution. Nous protestons contre le retour des juifs et la restauration monarchique ; nous sommes en permanence d’insurrection contre le capital et contre le pouvoir.

Comprenez-vous que l’idéologie politique ne sert absolument de rien pour créer l’égalité, même politique ; qu’aussi longtemps qu’on n’aura pas trouvé, par la science économique, la pondération des intérêts, on n’aura pas davantage la pondération des pouvoirs et la pondération des libertés, et qu’on sera forcé d’organiser, au-dessus des libertés et des intérêts en lutte, une autorité toujours plus concentrée, c’est-à-dire toujours plus personnelle, toujours plus arbitraire, pour contenir, réprimer, trancher, pour en finir avec tout intérêt qui réclame et toute liberté qui résiste ? On dit aussi que MM. Rothschild sont en ce moment réunis à Paris pour rétablir et consolider le crédit européen. Remarquez la coïncidence !... Les juifs donc, encore les juifs et toujours les juifs ! Sous la République, comme sous Louis-Philippe, comme sous Louis XIV, nous sommes à la merci des juifs. Or, si les juifs se chargent de rétablir le crédit, il en sera de la question sociale comme de la question politique. Le crédit continuera d’être un mensonge ; le prolétaire continuera d’être exploité par le bourgeois : la prétendue organisation du travail ne sera qu’une restauration du capital. Féodalité politique et féodalité mercantile, voilà, en trois mots, ce que sera devenue la Révolution !

 

Revenir aux fondamentaux avec Kontre Kulture !

 

À ne pas manquer, sur E&R :

 






Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2457289
    Le 7 mai à 13:35 par Mika
    Proudhon antisémite

    J’aime ce mec...
    Et SES réflexions, dans leur ensemble...

    Une vision qui avait plusieurs siècles d’avance.

     

    Répondre à ce message

  • #2457318
    Le 7 mai à 14:03 par Arya de Shastra
    Proudhon antisémite

    Quand le propos est juste donc fondé, la vérité éblouit .

     

    Répondre à ce message

  • #2457381
    Le 7 mai à 15:21 par VIVACHAVEZ
    Proudhon antisémite

    C’est amusant, je connais quelqu’un qui a dit : "il faudrait qu’ils se demandent pourquoi ils se font botter le cul et chasser de partout depuis plus de 3000 ans"......

     

    Répondre à ce message

  • #2457411
    Le 7 mai à 16:19 par lio
    Proudhon antisémite

    C’est ahurissant de cohérence avec "Deux siècles ensemble" de Soljenytsine comme avec "La controverse de Sion" ou "Comprendre l’empire" ou Céline, Rebatet, etc.. ! Ca fait des siècles qu’on les dépeint, les dénonce, et pourtant...rien ne change. Comme m’expliquait un jour un copain mormon très très ouvert d’esprit : "Si le Paradis est en haut, où sommes-nous donc, nous, en bas ? Chez Satan !".

     

    Répondre à ce message

    • #2457541
      Le 7 mai à 18:55 par Gauthier Perlouze
      Proudhon antisémite

      Oui mais chez"Fernand Sathan"...

       
  • #2457638
    Le 7 mai à 20:53 par JeSuisSoral
    Proudhon antisémite

    Rien à ajouter et rien à enlever, tout est dit.

     

    Répondre à ce message

  • #2457678
    Le 7 mai à 21:39 par SherlockHolmes
    Proudhon antisémite

    Avec la LICA sous Napoléon III, Proudhon ne serait jamais sorti de prison.

     

    Répondre à ce message

  • #2457850
    Le 8 mai à 06:28 par awrassi
    Proudhon antisémite

    L’usure est depuis longtemps le glaive des élus. Se sont joints à eux les protestants et leurs cousins arabes !

     

    Répondre à ce message

    • #2458862
      Le 9 mai à 10:46 par histoire59
      Proudhon antisémite

      Leur cousin Arabe ? arrêtez de mentir ! il est strictement interdit de vendre , de pratiquer l’usure( émetteur et le récepteur du crédit sont autant responsable) en Terre musulmane (vous dites Arabe par inculture !)...C’est coulé dans le Coran, pour cela il faudrait vous renseigner au lieu sortir des inepties...Si les Empires français ont pu faire des conquêtes, c’est qu’ils se sont adonnés à l’usure !!! Jusqu’à preuve du contraire la France n’était pas "Arabe".C’est le catholicisme qui s’est adonné à l’usure par infiltration des idées "libérales" et "humanistes"...

       
    • #2459027
      Le 9 mai à 13:50 par kabouli
      Proudhon antisémite

      L’interdiction était générale mais les manières de la contourner aussi...
      Et puis ...il y avait les juifs c’est pour cela que leur religion n’a pas été interdite dans la sphère chrétienne ( c’était la seule exception)..et tolérée dans la sphère musulmane.
      L’existence des juifs fut une manière pour les chrétiens et les musulmans de rester PURS. Le commerce ne peut pas se faire sans intérêts et le commerce lia originellement les groupes au pouvoir Clergé et nobles de tous les pays unissez vous ...

       
    • #2459800
      Le 10 mai à 18:24 par paramesh
      Proudhon antisémite

      Le commerce ne peut pas se faire sans intérêts




      grossière erreur, il faut étudier les origines du commerce dans la civilisation de Sumer qui manque de bois de pierre et de cuivre pour comprendre les choses : à l’origine le commerce n’est qu’international car toute la richesse produite par la cité est stockée et répartie par le temple, le commerce intérieur est donc inutile (comme la monnaie). l’arnaque libérale nous fait croire que l’intérêt est le salaire d’une prise de risque, or l’intérêt n’a aucune justification puisque le risque est déjà socialisé à l’époque. En effet le commerçant n’est pas à l’origine propriétaire de ce qu’il transporte puisque toute la richesse nationale produite est gérée par le temple. c’est le temple qui gère le risque, pas le commerçant qui n’est qu’un employé de la communauté (comme nos députés). Or avant l’invention de l’écriture il n’y avait pas de comptabilité possible et donc la gestion du risque était socialisée entièrement par la répartition (on partageait ce qui restait quand on avait perdu). l’invention de l’intérêt, lié à l’apparition de l’écriture, ne vient pas du commerce parce que ce n’était pas encore le problème du commerçant mais du prêt ( le libéralisme nous explique que l’intérêt serait le salaire de la prise de risque (que l’emprunteur ne rembourse pas) or là aussi c’est une arnaque car quand on connaît un temps soit peu l’histoire de l’esclavage pour dette, (pratiquement universel depuis la révolution néolithique), l’intérêt n’a aucune importance au regard de ce que procure le travail à vie d’un homme asservi. si l’intérêt est le salaire de la prise de risque, pas besoin d’exiger un paiement à quelqu’un d’insolvable puisque la perte est déjà provisionnée, et surtout on devrait rembourser les intérêts à celui qui a remboursé.
      L’intérêt n’est en fait que l’expression chiffrée d’un acte de domination du prêteur sur l’emprunteur. c’est un plus imposé arbitrairement et sans justification si ce n’est le droit du plus fort (l’épée de Brennus)
      Avant on avait l’esclavage pour dette pour gérer le risque du prêteur, mais maintenant on a non seulement l’intérêt de la dette mais aussi une forme moderne d’esclavage que nous impose cette dette. c’est ça le progrès.

       
  • #2457858
    Le 8 mai à 06:52 par awrassi
    Proudhon antisémite

    Babeuf et Proudhon sont les deux véritables "lumières" de la France. Marx et Engels n’ont eu qu’à développer ... Le "communisme" est né en France, mais aucun Français n’en veut. Dommage ! C’est pourtant la seule doctrine qui justifie les "droits inaliénables de l’homme".

     

    Répondre à ce message

  • #2457975
    Le 8 mai à 10:59 par Zappo
    Proudhon antisémite

    A La manière dont il parle de Moïse et de la Bible, Proudhon me semble être plutôt philosemite ce qu’il exècre ce sont les juifs qui ont dévoyé la religion de Moise. Ces juifs là sont à l’origine de la secte des pharisiens, qui donna le judaisme rabbinique, et les kabbalistes qui produiront quelques siècles plus tard le talmudisme qui existe toujours aujourd’hui. Je constate donc que Proudhon s’inscrit dans un courant anti-pharisaïsme ou un anti-Talmudisme qui aujourd’hui s’appellerait l’anti-sionisme une doctrine politico-religieuse.

     

    Répondre à ce message

    • #2458392
      Le 8 mai à 18:21 par Fabien
      Proudhon antisémite

      Alors le législateur se prosterna devant le rédempteur, et Moïse adora Jésus Christ.