Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Quand Poutine s’adresse à la nation

La « Ligne directe » russe est un exercice unique de démocratie directe : les citoyens russes appellent leur président et celui-ci répond à leurs questions et résout leurs problèmes, comme un Konung nordique d’il y a mille ans. La Russie est née d’une chaîne de princes nordiques qui pratiquaient ce type d’accès direct à leur souverain ; les premiers princes et tsars russes se posaient comme une instance de dernier recours et d’accès immédiat. Il y a vingt ans, Vladimir Poutine a ressuscité cette ancienne pratique, et une fois par an, chaque Russe peut faire appel à lui sur n’importe quel sujet. Homme de pouvoir et d’autorité, il peut passer outre à n’importe quelle réglementation, couper court à la bureaucratie et résoudre n’importe quelle énigme par sa grâce quasi royale. Dans un pays fortement bureaucratisé, un tel dirigeant, à la fois omnipotent et bienveillant, apporte d’excellentes solutions à des problèmes qui n’auraient jamais dû se poser.

 

La majorité des questions et des réponses portent sur la vie quotidienne des Russes : l’approvisionnement en gaz, l’évacuation des eaux, le prix des légumes ou les charges communales. Mais Poutine a également répondu à des questions portant sur la politique du monde réel, et nous a fourni quelques scoops. [1]

Le raid du HMS Defender dans les eaux de Crimée est encore frais dans les mémoires. On a donc demandé à Poutine si cette confrontation aurait pu conduire à la Troisième Guerre mondiale. « Non », a répondu Poutine.

« Même si nous avions coulé ce navire, cela ne mettrait pas le monde au bord d’une troisième guerre mondiale, car ils savent qu’ils ne pourraient pas gagner la guerre. Nous aurions également souffert, mais nous étions dans notre bon droit, et sur notre propre terrain. »

Cela signifie que les Russes sont parfaitement capables de couler ou de capturer le prochain navire de l’OTAN s’il devait entrer dans les eaux russes.

La question de la reconnaissance de la souveraineté n’entre pas du tout en ligne de compte. Possession et reconnaissance sont deux choses différentes. Les États-Unis ont refusé de reconnaître (de 1940 à 1991) que les États baltes faisaient partie de l’URSS, mais par prudence, la marine américaine n’a jamais essayé de visiter le port de Riga, même équipé d’un permis du gouvernement letton en exil. L’Argentine ne reconnaît pas la revendication britannique de souveraineté sur les Malouines (Falklands) et navigue audacieusement à moins de 200 milles de celles-ci. Son croiseur General Belgrano a été coulé corps et biens par le sous-marin britannique RN Conqueror (en 1982). Le droit de la mer conseille aux marins de tenir compte de la réalité, et non des revendications, aussi impressionnantes soient-elles sur le plan juridique.

De nombreux experts supposent que Boris Johnson a envoyé le Defender contre la volonté de son grand oncle à la Maison-Blanche, de l’autre côté de l’Atlantique. Poutine les a détrompés de cette idée. Au cours de la Ligne directe, il a fait remarquer que pendant que le Defender naviguait vers la Crimée, un avion espion américain décollait de Crète pour observer la réaction russe. Il s’agissait d’une opération conjointe américano-britannique. a déclaré M. Poutine :

« Il s’agissait d’une provocation conjointe non seulement des Britanniques mais aussi des Américains. Le navire britannique est entré dans nos eaux territoriales dans l’après-midi, alors qu’auparavant, à 7h30, un avion de reconnaissance stratégique américain portant le numéro d’immatriculation 63/9792 avait décollé d’un aérodrome militaire de l’OTAN en Crète. Le destroyer est donc entré dans [nos eaux territoriales] en poursuivant des objectifs militaires, en essayant de découvrir les actions de nos forces armées face à une menace. Avec l’aide d’avions de reconnaissance, ils ont essayé de comprendre comment nous fonctionnons, où se trouvent les choses et comment elles fonctionnent. »

Le raid du Defender a été suivi le lendemain par la frégate néerlandaise Evertsen. Elle a tenté de s’approcher des eaux russes, mais « les avions de chasse russes ont survolé le navire à basse altitude à plusieurs reprises et ont effectué des simulations d’attaque », a déclaré le ministère néerlandais de la Défense. L’Evertsen s’est rapidement éloigné des côtes de Crimée. Aujourd’hui, des dizaines de navires de l’OTAN (et de pays non membres de l’OTAN) participent aux manœuvres Sea Breeze, qui impliquent 32 pays, 5 000 soldats, 32 navires, 40 avions et 18 opérations spéciales, le tout en mer Noire. (Israël a participé aux manœuvres et une entreprise israélienne a eu la témérité de faire la publicité de ses missiles capables de couler une corvette russe - sur la photo).

Poutine a lié cette action au sommet de Genève. J’ai longuement écrit à ce sujet ici, concluant que Poutine avait dit Niet à presque toutes les demandes de Biden. Cependant, avant le sommet, Poutine avait déjà accédé à l’une des demandes de Biden. Il a retiré les troupes russes de la frontière ukrainienne. Le président russe a fourni plus de détails lors de sa Ligne directe :

« L’Occident a soulevé une clameur sur le fait que nous menions des exercices sur notre propre territoire près de la frontière ukrainienne. J’ai donné l’ordre au ministère de la Défense de mettre fin discrètement aux exercices et de retirer les troupes, si c’est une si grande préoccupation pour eux. C’est ce que nous avons fait. Mais au lieu de répondre positivement et d’être reconnaissants, ils ont empiété sur nos frontières. »

Ce n’est que le dernier chapitre du grand livre de Poutine sur l’ingratitude occidentale. Selon lui, et sur la base des faits, chaque bonne action qu’il accomplit au profit de l’Occident est inévitablement suivie d’une mauvaise récompense. Il a permis aux États-Unis de passer en Afghanistan en octobre 2001, et en retour, les États-Unis ont soutenu les attaques djihadistes contre la Russie. C’est pourquoi Poutine a dit Niet à la demande de Biden de placer des bases américaines en Asie centrale ex-soviétique.

Nous assistons aujourd’hui à l’effondrement du château de cartes que les États-Unis ont construit en Afghanistan depuis 2001. Toutes les troupes européennes sont rentrées chez elles : l’Allemagne, l’Italie, le Danemark, la Norvège, la Suède, la Pologne, la Macédoine, la Géorgie, l’Estonie, tous ces pays qui ont été forcés par les États-Unis à participer à cette occupation qui dure depuis 20 ans, ont retiré leurs troupes. Les troupes américaines partent également, alors que les talibans (vaincus par les États-Unis en 2001) reprennent leur pays. Les troupes du régime de Kaboul se rendent à leurs nouveaux chefs talibans, tout comme les troupes sud-vietnamiennes se sont rendues au Viet Cong en avril 1975. Nous nous souvenons tous de la retraite peu glorieuse de l’Amérique, avec les derniers hélicoptères s’enfuyant du toit de l’ambassade américaine. Nous verrons probablement bientôt des épisodes similaires lors de la chute de Kaboul.

Les États-Unis ont dépensé des millions pour défendre les femmes afghanes contre les hommes afghans, sans parler de la promotion des LGBTQ+. Ils voudraient bien dépenser encore plus et rester à jamais, mais les talibans en font un passe-temps trop coûteux. Les Russes ne regrettent pas de les voir partir. Des experts russes pro-occidentaux ont un jour tenté de prétendre que la présence américaine en Afghanistan protégerait la Russie. Ce n’était que du bluff : une fois au pouvoir, les États-Unis ont exporté de la drogue vers la Russie et l’Europe, et importé des jihadistes de Syrie et d’Irak en Afghanistan. Ils espéraient que leurs combattants ISIS apprivoisés se heurteraient aux talibans, mais cela n’a jamais fonctionné ainsi. Les Russes ne sont pas inquiets de la prise de pouvoir prochaine des talibans : Moscou a été le lieu de négociations entre les talibans et le régime de Kaboul. Les orientalistes russes s’attendent à ce que les talibans héritent d’un Afghanistan en si mauvais état qu’ils seront trop occupés chez eux pour tenter d’intervenir dans les républiques d’Asie centrale.

À Genève, Biden n’a pas répondu à la « conférence » (terme utilisé par mes informateurs) de Poutine sur l’Ukraine. Au cours de La ligne directe, Poutine a continué à développer son point de vue sur ce sujet délicat. Il s’est senti insulté par les Occidentaux lorsqu’ils ont envoyé leurs canonnières en Crimée, alors qu’il avait gentiment tenu compte de leurs souhaits et retiré ses troupes de la frontière ukrainienne. Il a refusé de rencontrer le président de l’Ukraine parce que Poutine estime que Zelensky est une marionnette de l’Occident. Dans des termes brutalement directs, Poutine a déclaré :

« Pourquoi devrais-je rencontrer [le président] Zelensky puisqu’il a confié la gestion de son pays à des mains étrangères ? Les principales questions concernant l’Ukraine ne sont pas décidées à Kiev mais à Washington et, en partie, à Berlin et à Paris. Qu’y a-t-il à discuter ? »

Poutine pense que l’Ukraine a perdu son indépendance. C’est très différent de la considérer comme un État souverain hostile. Les Ukrainiens sont aussi des Russes, a dit M. Poutine, comme les juifs européens et les juifs éthiopiens sont toujours des juifs. Le peuple russe a été historiquement divisé en Petits Russes, Grands Russes et Russes blancs ; pourtant, ces trois branches appartiennent toujours au même arbre. M. Poutine a déclaré que les tentatives occidentales d’établir une présence militaire en Ukraine constituent une menace directe pour la Russie. Si les Ukrainiens sont des frères, les autorités ukrainiennes actuelles sont une administration coloniale. Avec ces déclarations, une récupération de l’Ukraine par la Russie est soudainement remise sur la table. Je ne pouvais pas en croire mes propres oreilles, car en 2014, Poutine aurait pu reprendre l’Ukraine sans effort, mais il ne l’a pas fait. Et maintenant, alors que ce serait difficile, il semble sous-entendre que cela se produira, si l’Occident tente d’établir une base militaire en Ukraine ou pousse simplement la Russie un peu trop fort.

L’intrusion navale pourrait être le déclencheur. Les marines britannique et américaine ont l’intention de lever leurs drapeaux en Crimée avant d’aller en mer de Chine méridionale pour agiter leurs drapeaux devant les Chinois. Il y a une différence. Chaque nation a ses propres coutumes nationales. Les Chinois ont lancé des centaines d’avertissements aux États-Unis avant qu’ils ne deviennent amis. Les Chinois sont célèbres pour leurs avertissements. Mais les Russes sont connus pour leur esprit de combat et leur volonté de tirer.

Ce serait bien si le récent incident du Defender était le dernier. Mais c’est difficile à croire. La Russie trouvera certainement une réponse, et cette réponse pourrait être asymétrique. Il pourrait s’agir de bien plus que de couler un destroyer au cap Fiolent. Cela pourrait être la récupération de l’Ukraine.

 

Les passions covidiques

Comme je l’ai signalé ici, pendant que Poutine était à Genève, le maire de Moscou, M. Sobianine, a déclaré la campagne de vaccination de masse dans sa ville, et une vague de robots Internet a lancé une campagne intensive d’intimidation contre les citoyens « hésitants ». Moscou a rétabli les codes QR permettant aux citoyens vaccinés d’entrer dans les restaurants ; des personnes ont été licenciées pour avoir refusé de se faire vacciner. Ce sujet a été le premier abordé dans la Ligne directe de Poutine. Le Président a réaffirmé que la vaccination n’est pas obligatoire en Russie. Cependant, certaines personnes occupant certains postes devraient se faire vacciner – ou partir. Cela devrait être décidé localement, dans chaque région. C’est bien, mais peut-être pas assez : beaucoup espéraient que Poutine dirait explicitement à Sobianine de se calmer. Il ne l’a pas fait, mais sa déclaration selon laquelle personne ne devrait être contraint de se faire vacciner devrait, espérons-le, calmer un peu les esprits.

À l’automne, la Russie organise des élections législatives, et ce sujet risque de prendre de l’importance. Alors que l’opposition pro-occidentale de Navalny et compagnie est en faveur de la vaccination obligatoire (ils veulent simplement que la Russie achète des vaccins occidentaux), l’opposition communiste (c’est le plus grand parti d’opposition du pays) est en faveur de la vaccination volontaire, sans confinement ni apprentissage à distance. Ils peuvent tirer profit de cette position.

Un politicien de gauche populaire, M. Kourguinian, a créé un discours vidéo qui a été immédiatement retiré par YouTube mais qui est toujours disponible sur Vimeo [2]. Il s’y exprime contre la vaccination forcée, car selon lui, elle risque de causer des ennuis au gouvernement et de compromettre la stabilité de la Russie avant les élections. Il demande à M. Poutine de s’abstenir de forcer les gens à se faire vacciner, car la nature du virus est encore obscure. Il s’agit d’une arme biologique de fabrication américaine, a-t-il dit, et peut-être que cette arme biologique se renforce avec les vaccins américains. Le variant Delta et d’autres sortes de Covid sont peut-être le résultat de son interaction avec les vaccins. C’est une idée plausible : en Israël, les vaccinés souffrent, tombent malades et meurent.

Lors de sa Ligne directe, le président Poutine a refusé de parler de l’origine du virus. De nombreux politiciens russes acceptent la thèse de Ron Unz selon laquelle le virus est une arme biologique fabriquée par les États-Unis. Poutine ne s’est pas prononcé pour ou contre ; il a déclaré que la question de l’origine du virus devait être traitée séparément, en dehors de celle de son traitement. Pour la première fois, Poutine a déclaré qu’il s’était fait vacciner avec le Sputnik-V, car, a-t-il ajouté, c’est le vaccin avec lequel les soldats russes sont vaccinés, et il est leur commandant en chef. Il a toutefois fait remarquer qu’il existe quatre vaccins russes, et qu’ils sont tous bons.

Poutine a également présenté l’argument le plus fort contre l’idée de « ce virus qui n’est qu’un canular ». Il a déclaré

« J’ai entendu dire par certains qu’il ne se passerait rien du tout, qu’en réalité il n’y a pas d’épidémie. Lorsque vous leur dites que cela se produit dans le monde entier, ils répondent : "C’est vrai, les dirigeants des pays sont entrés en collusion." Ont-ils la moindre idée de ce qui se passe dans le monde, des contradictions qui gangrènent le monde actuel, où tous les dirigeants seraient entrés en collusion et auraient conspiré entre eux ? Pure foutaise. »

C’est en effet un argument de poids : est-il possible d’imaginer une collusion de Kim Jong-un et de Khamenei avec Netanyahou et Biden ? Le président Poutine est parfaitement capable de conclure des accords avec des gens divers, mais il y a des États et des dirigeants qui ne le feraient jamais. Que dirait notre Mike Whitney ? Accepteraient-ils tous un vaccin qui peut tuer leurs citoyens ?

En effet, les Russes ont commencé à se faire vacciner, mais pas autant qu’en Occident. De plus en plus de gens se demandent pourquoi il y a une telle pression pour la vaccination. Apparemment, une explication courante est que le vaccin russe a été produit en quantités massives et que les vaccins doivent être utilisés. L’Europe n’est pas ouverte aux vaccins russes (ou indiens, ou chinois). Il existe un grand marché africain ; on dit que les Russes pourraient vendre leurs vaccins à l’Afrique ; mais qui va payer pour cela ?

Il semble que le FMI ait quelques idées. Il prévoit d’accorder un prêt de 650 milliards de DTS aux pays pauvres pour payer les vaccins. Ce prêt pourra également être utilisé pour rembourser d’anciens prêts ; des terres et des actifs seront pris en garantie. Le plan est soutenu par la Fondation Rockefeller, la même organisation qui avait prévu le Covid en 2010. Si le plan fonctionne, les plus riches profiteront énormément de la pandémie ; les prêts seront entre les mains du FMI et les États-Unis se déchargeront de leurs dettes sur les autres États membres. La plus grande escroquerie de la pandémie est encore devant nous ; elle sera d’une complexité virtuose ; toute personne qui n’est pas experte en DTS et en FMI ne comprendra même pas qu’elle se fait avoir. J’ai entendu dire que de nombreuses personnes discutent actuellement de la manière de traiter ce problème ; il existe certains plans, mais rien de public pour le moment.

La fourniture russe de vaccins à l’Afrique pourrait être remboursée par un prêt du FMI. Cela correspondrait au modus operandi habituel de M. Poutine : se conformer au paradigme existant, faire avec et en retirer le maximum pour la Russie. Actuellement, il semble qu’il n’y ait qu’un seul jeu en ville, celui joué par les maîtres de Covid, Big pharma, les géants du numérique, le FMI, le tout orchestré par la fondation Rockefeller. Poutine ne veut pas se battre contre cette force extraordinaire ; il pense que la Russie peut se débrouiller dans le cadre des règles qu’ils ont fixées. Il jouera le jeu jusqu’à ce qu’ils se démasquent par un coup de force, ou un jeu brutal, mais même dans ce cas, la Russie semble être prête. L’Occident devrait s’occuper de ses propres problèmes, en commençant par les géants du numérique ; ce ne sera pas facile, comme nous l’apprend l’affaire récente dans laquelle le juge Hinkle a statué que Facebook et Microsoft devaient jouir de leur droit divin de bloquer les politiciens qu’ils n’aiment pas. Ce ne sera pas facile, et dépenser nos ressources à menacer Poutine et Xi ne nous aidera pas à faire le travail.

Israël Adam Shamir

 

Notes

[1] Voici la transcription complète : http://en.kremlin.ru/events/preside...

[2] https://vimeo.com/568197429

Retrouvez les écrits d’Israël Shamir, sur E&R :

 
 






Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2757828
    Le 4 juillet à 11:37 par petithous
    Quand Poutine s’adresse à la nation

    « J’ai entendu dire par certains qu’il ne se passerait rien du tout, qu’en réalité il n’y a pas d’épidémie. Lorsque vous leur dites que cela se produit dans le monde entier, ils répondent : "C’est vrai, les dirigeants des pays sont entrés en collusion." Ont-ils la moindre idée de ce qui se passe dans le monde, des contradictions qui gangrènent le monde actuel, où tous les dirigeants seraient entrés en collusion et auraient conspiré entre eux ? Pure foutaise. »




    C’est en effet un argument de poids : est-il possible d’imaginer une collusion de Kim Jong-un et de Khamenei avec Netanyahou et Biden ?




    Evidemment que c’est possible, le monde de la finance se joue des frontière et des régimes politiques .
    Poutine le sait, alors pourquoi fait il semblant de l’ignorer ?
    Finalement on ne peut faire confiance à aucun homme politique !

     

    Répondre à ce message

    • #2758103
      Le 4 juillet à 18:31 par Mich
      Quand Poutine s’adresse à la nation

      Faut arrêter ce genre de discours qui est du pain béni pour ceux qui aiment accuser les dissidents de "complotistes".
      Il ne faut pas confondre la reconnaissance de l’existence du virus avec les mesures prises.
      Il me semble que parmi E&R personne n’a contesté l’existence du virus. Par contre, et c’est là l’importance, ce sont les mesures prises et l’exagération du danger qui ont été signalés. Cet épisode a été un excellent moyen pour les mondialistes de restreindre les libertés des peuples et les contrôler/manipuler.
      Or, qu’a-t-on constaté ? Que curieusement, ce sont les chantres des Etats soit-disant pro-démocratie qui se sont jetés dans la course de "qui aura la mesure la plus radicalement lourde"... tandis que les Etats jugés unilatéralement comme étant "dictatorial" ont curieusement laisser plus de libertés à leur peuple...

       
    • #2758373
      Le 5 juillet à 07:42 par victorinix
      Quand Poutine s’adresse à la nation

      Au début de l’épidémie, en france, il fallait minorer les morts ; et très vite, nos dirigeants ont compris qu’ils n’appliquaient pas la feuille de route ; c’est alors qu’ils ont pris les pires mesures scélérates qui soient : enfermer les gens chez eux ou dans les ehpad sans soins, faire passer des décès habituels pour des covid, empêcher les médecins de prescrire, interdire les médicaments qui soignent, diaboliser les grands médecins, propager la peur et la psychose
      Cerise sur le gâteau, ne valoriser qu’une seule solution, celle des vaccins expérimentaux
      On peut comprendre que la population ait été transformée en un immense troupeau de moutons, mis à part quelques irréductibles lucides ou constamment sceptiques ou mieux informés dont nous sommes

       
  • #2757831
    Le 4 juillet à 11:44 par Siegfried
    Quand Poutine s’adresse à la nation

    J’ai donné l’ordre au ministère de la Défense de mettre fin discrètement aux exercices et de retirer les troupes, si c’est une si grande préoccupation pour eux. C’est ce que nous avons fait. Mais au lieu de répondre positivement et d’être reconnaissants, ils ont empiété sur nos frontières.




    Reculer devant l’ennemi cause l’avancée de l’ennemi. C’est un lien de cause à effet.

    On voit la même séquence avec la « dédiabolisation » du FN et l’avancée de Zemmour. Et l’absence de Marine Le Pen au second tour ne sera que justice.

     

    Répondre à ce message

    • #2757865
      Le 4 juillet à 12:57 par Vincent
      Quand Poutine s’adresse à la nation

      Tout à fait. Mais cela peut également être une stratégie de communication.

       
    • #2758197
      Le 4 juillet à 21:11 par Sedetiam
      Quand Poutine s’adresse à la nation

      Considérons ici tous les possibles terrains, pas la seule topologie de ceux géologiques...



      « Avec une connaissance exacte du terrain, un général peut se tirer d’affaire dans les circonstances les plus critiques. Il peut se procurer les secours qui lui manquent, il peut empêcher ceux qu’on envoie à l’ennemi ; il peut avancer, reculer et régler toutes ses démarches comme il le jugera à propos ; il peut disposer des marches de son ennemi et faire à son gré qu’il avance ou qu’il recule ; il peut le harceler sans crainte d’être surpris lui-même ; il peut l’incommoder de mille manières, et parer de son côté à tous les dommages qu’on voudrait lui causer. Calculer les distances et les degrés de difficulté du terrain, c’est contrôler la victoire. Celui qui combat avec la pleine connaissance de ces facteurs est certain de gagner ; il peut enfin finir ou prolonger la campagne, selon qu’il le jugera plus expédient pour sa gloire ou pour ses intérêts. »



      Sun Tzu

       
  • #2757921
    Le 4 juillet à 14:18 par Archie
    Quand Poutine s’adresse à la nation

    Poutine fait vacciner son peuple contre la Ggrippe-19 parce qu’il a peur de Big Pharma.
    J’y crois moyen là.

     

    Répondre à ce message

    • #2757964
      Le 4 juillet à 15:06 par francky
      Quand Poutine s’adresse à la nation

      Pourine ne fait pas vaccinerson peuple puisqu il a dit - et c est ecrit dans cet article - qu il etait contre la vaccination obligatoire mais que certain "servietru" de l etat devraient lêtre comme lui s’est fait "officiellement" vacciné.... Cela n a rien à voir avec ce que vs ecrivez...

       
    • #2758131
      Le 4 juillet à 19:14 par petithous
      Quand Poutine s’adresse à la nation

      Poutine sait qu’il est dangereux de contrecarrer le projet mondialiste, il sait qu’une balle dans la tête lui fera le même effet qu’à JFK, et il sait aussi qu’on a fait depuis le temps d’immenses progrès, et que l’on peut supprimer qui on veut, sans laisser d’autre trace que le constat de décès .
      J’ai découvert un de ces moyens il y a une vingtaine d’années en faisant des recherches sur le mercure .. l’explication était sur le site du gouvernement.
      Ce produit est mortel à dose infinitésimale par simple contact avec la peau, et il faut 3 à 4 semaines pour ressentir les premiers effets ... une fois ce stade atteint vous êtes mort en 2 ou 3 jours, aucune possibilité de faire un diagnostic, et aucun remède.
      Je suppose qu’en 20 ans on a encore fait des progrès .
      Conclusion, même Poutine est sous contrôle .
      Donc il n’y aura pas d’homme providentiel, et chacun devra se référer à sa conscience et à sa foi (pour ceux qui en ont), pour savoir quoi faire !
      Bon courage aux hommes de bonnes volontés .

       
    • #2758394
      Le 5 juillet à 08:37 par Je marche
      Quand Poutine s’adresse à la nation

      @francky

      Macron aussi a dit qu’il était contre la vaccination obligatoire.

       
    • #2758399
      Le 5 juillet à 08:44 par la preuve par l’expérience
      Quand Poutine s’adresse à la nation

      Le mercure à l’état liquide on le trouvait dans les anciens thermomètres, et on peut le toucher il ne passe pas à travers la peau qui agit comme répulsif, je le sais j’ai joué avec étant petit et je n’en suis pas mort ni effets secondaires donc ça n’est pas passé à travers la peau même à dose infime.
      Par contre l’avaler ou bien se le faire injecter c’est une autre histoire , mais à petite dose c’est ce qu’ont supporté tout ceux qui ont eu des amalgames dentaires à base de mercure pendant 50 ans. Et c’était pas à dose infinétésimale. Cela dit avoir du mercure qui se ballade dans le corps est la cause d’énormément de troubles physiques et mentaux, c’est certain.
      https://youtu.be/1OmM-hJ3Hnk

       
  • #2758054
    Le 4 juillet à 17:00 par géronimo
    Quand Poutine s’adresse à la nation

    Poutine a dit : " Il existe quatre vaccins russes...".
    Listons-les en imagination :
    1. sérum physiologique, pour les hommes politiques et les gens au courant, vivant en vase clos.
    2. vaccin classique à base de virus neutralisé, pour l’armée, les médecins, les jeunes, les couples russes en âge de procréer et les populations auxquelles Poutine tient beaucoup, et qu’il s’agit de protéger contre un "variant" de labo étranger ou ennemi, qui pourrait faire de gros dégâts.
    3. "vaccin" de type Astrazeneca (adénovirus) pour les secteurs non indispensables et souvent coûteux de la population (vieux, fonctionnaires, peut-être immigrés).
    4. "vaccin" dur pour les criminels, surtout de haut vol... Le "vaccin" devient un pistolet sur la tempe, que tout bon chef ne négligera pas.
    Cette spéculation gratuite expliquerait le discours pas très clair de Poutine en faveur du vaccin, et sa méfiance du covid, maladie de labo, arme bio, dont il ne peut pourtant dire quoi que ce soit, le silence étant d’or pour l’instant et l’hypocrisie ou la prudence, de mise.
    Pendant que Macron veut réduire les Français à la portion congrue, le PCC autorise un troisième enfant aux couples.
    Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour Poutine et sa Sibérie.
    L’avenir a les yeux bridés. Les beaux Suédois ont tout intérêt à se soulever, car ils sont menacés d’extinction ; et les Français à se défiler de ce "vaccin".

     

    Répondre à ce message

  • #2758210
    Le 4 juillet à 22:00 par Patrie Haute
    Quand Poutine s’adresse à la nation

    un vaccin traditionnel, donc à base de virus "désamorcés" et sans adjuvant dangereux n’est que très peu dangereux, et logiquement sa dangerosité n’est que celle de provoquer les effets d’une infection.

    Beaucoup ici semblent faire un amalgame sur efficacité des vaccins, utilités des vaccins, utilités du vaccin contre la grippe, des faussement nommés vaccins ARN etc.

    Pour certaines raisons, le vaccin de la grippe peut être considéré comme mauvaise idée car une protection est surtout proportionnellement nécessaire à l’age et le vaccin inversement proportionnellement efficace à l’age.
    Les épidémies s’arrêtent d’elle même. Se vacciner dans ce cas là ne sert bien souvent à rien.
    Certains vaccins ont des effets secondaires très dangereux ... mais que je sache c’est dû aux adjuvants.
    Le virus provoquant le sars cov 2 mute sans cesse et ne semble pas s’arrêter. Se vacciner avec un vaccin traditionnel semble être une bonne option pour les forces vives de la nation Russe, malgré l’efficacité du traitement. Avoir un minimum de %age de l’armée HS durant ne serait-ce qu’une semaine est préférable.
    Donc Poutine a fait vacciner l’armée avec sputnik2, et en tant que chef n’a pas pu ne pas se faire vacciner également. Non seulement je le crois, mais je suis tout à fait ok avec lui.

    Plus politiquement parlant, les occidentaux semblent s’être ridiculisés avec leur manœuvre pourrie du bateau anglais. Après est-ce vraiment leur raison l’observation de la réaction russe... J’en doute un peu. Mais même si il est honnête, il est évident qu’il y a certaines chose dont Poutine ne peut parler ni même éventuellement sous entendre qu’il sait.
    Je ne vois cependant pas les occidentaux parvenir à avoir un quelconque avantage avec du militaire. Si poutine tombe ce sera empoisonné ou battu de l’intérieur.

    À suivre...

     

    Répondre à ce message

    • #2759089
      Le 6 juillet à 11:17 par Juralpin
      Quand Poutine s’adresse à la nation

      Le Sputnik V n’est pas un vaccin "traditionnel", mais à ADN transporté par vecteur viral (adénovirus en l’occurence). Il s’agit aussi d’ingéniérie génétique visant à faire produire des protéines spike isolées par les cellules.

       
    • #2759424
      Le 6 juillet à 22:35 par Patrie Haute
      Quand Poutine s’adresse à la nation

      Wikipédia :
      Les adénovirus recombinants ont été largement utilisés comme vecteurs de vaccins car ils peuvent accueillir de grandes charges génétiques et, bien qu’incapables de se répliquer, ils déclenchent suffisamment les capteurs d’immunité innée pour assurer un engagement solide du système immunitaire. Par conséquent, ils n’ont pas besoin d’adjuvant et peuvent conférer une immunité après une seule dose. L’inconvénient des vaccins à base d’adénovirus recombinants est que de fortes doses sont nécessaires, généralement 10 et 100 milliards de particules, ce qui impose de grandes exigences en matière de fabrication et de quantification nécessaires pour un déploiement à l’échelle mondiale.

      Donc non, le vaccin russe ne fait pas produire de protéines spikes à l’organisme...

       
  • #2758391
    Le 5 juillet à 08:34 par Je marche
    Quand Poutine s’adresse à la nation

    C’est en effet un argument de poids : est-il possible d’imaginer une collusion de Kim Jong-un et de Khamenei avec Netanyahou et Biden ? Le président Poutine est parfaitement capable de conclure des accords avec des gens divers, mais il y a des États et des dirigeants qui ne le feraient jamais. Que dirait notre Mike Whitney ? Accepteraient-ils tous un vaccin qui peut tuer leurs citoyens ?




    Il y a longtemps qu’on sait tous qu’une telle collusion existe et que les pseudo affrontements entre pays ne sont que du cinéma destiné à endormir le peuple (personne n’a lu 1984 ?)
    La position de Poutine sur cette fausse pandémie à tendance à donner raison à Pierre Hillard lorsqu’il dit que Poutine ne vaut pas mieux qu’un autre. Quand il dit que nous ne savons pas ce qui se passe dans le monde, il se garde bien de nous le dire. Pourquoi ne le fait-il pas ?
    A-t-on constaté autour de nous que la grippe19 cause plus morts et d’effets que la grippe ? Non.
    A-t-on constaté autour de nous que le vaccin cause beaucoup d’effets indésirables graves ? Oui.
    Si ceux tout en haut, la poignée qui décide ce que doit être le monde, décident que la population mondiale doit diminuer, les pseudos dirigeants des pays doivent leur obéir.

     

    Répondre à ce message