Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Que sont mes Humanités devenues ?

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

Xavier Darcos, alors Ministre de l’Éducation nationale, fut interrogé par des enseignants syndiqués sur la conjugaison du verbe « naître » au passé antérieur. Il s’est acquitté de cette tâche non sans quelques difficultés. Cette basse manœuvre syndicale n’avait pour objectif que de montrer le caractère désuet de ce temps de l’indicatif et de fustiger les nouveaux programmes 2008 pour l’école primaire. Ces mêmes programmes entendaient revenir à l’acquisition de tous les temps de l’indicatif à la fin du CM2.

Dans notre société friande de nouvelles technologies, la querelle byzantine autour de l’apprentissage du passé antérieur pourrait prêter à sourire si ceci ne révélait pas en réalité un appauvrissement de la langue française et une profonde déculturation de notre pays.

En effet, depuis quelques décennies, les pédagogues claironnent que les savoirs ne se dispensent pas ex cathedra et que seul l’élève donne sens à ses apprentissages. Ainsi, l’analyse rigoureuse du lexique, de la grammaire et de la syntaxe a été abandonnée, car considérée comme trop rébarbative et ennuyeuse, au profit d’une observation réfléchie de la langue. Cette pratique consiste avant tout à observer la langue « à la volée » au gré des lectures en classe et des questionnements des élèves du primaire. L’enseignant les guide dans cette démarche mais n’a, en théorie, aucun savoir à transmettre.

Par ailleurs, la littérature de jeunesse s’est adaptée à ce nouveau public et est devenue une discipline à part entière dans les I.U.F.M. Nombre d’ouvrages de littérature de jeunesse ont non seulement un vocabulaire pauvre mais recourent le plus souvent au temps du présent. De plus, le style de ces ouvrages relève plus de la langue parlée. Ceci finit par rendre inaccessible un auteur de jeunesse comme Paul-Jacques Bonzon, auteur qui n’a pas eu l’heur de plaire aux pédagogistes post-soixante-huitards. Un de ses livres pour enfants, la Maison aux mille bonheurs, reste néanmoins d’une qualité littéraire dont sont privées les jeunes générations.

Il convient aussi de rappeler qu’il n’y a pas de pensée logique et complexe dans une langue pauvre, sans nuances, et réduite à un simple moyen de communication. Un faible niveau de maîtrise de la langue française rend l’individu démuni face à la violence de la société marchande et libérale, violence d’autant plus subie qu’il ne parvient pas à la nommer et encore moins à combattre.

Que faire face à cette situation ? Il est plus que nécessaire de revenir à une analyse rigoureuse et didactique de la langue française. Un élève de fin de CM2 est tout à fait capable d’apprendre la correspondance structurale des huit temps de l’indicatif en réalisant des exercices simples de concordance des temps. Durant toute leur scolarité, ces mêmes élèves doivent pouvoir être initiés à de grands auteurs afin qu’ils découvrent les richesses de notre langue et de notre culture. Faut-il rappeler la fameuse Lettre de Gargantua à Pantagruel de François Rabelais en 1532 qui a servi de modèle pour notre instruction publique durant des siècles ? Cette lettre définit les humanités, à savoir une éducation faite de lectures de grands auteurs grecs et latins, de connaissances scientifiques précises et de morale.

Mais à l’heure où chaque dirigeant politique se targue d’être humaniste, les humanités en France ne se sont jamais aussi mal portées. Ne constituaient-elles pas le dernier paravent face à la marchandisation du monde et à l’abrutissement des masses ?

Jean -Claude Michéa, dans L’Enseignement de l’ignorance pose la seule question qui vaille. Il ne s’agit pas de savoir, comme il est communément admis, quelle Terre nous allons léguer à nos enfants mais plutôt de savoir quels enfants nous allons léguer à notre Terre.

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #125106
    le 27/03/2012 par Fab
    Que sont mes Humanités devenues ?

    Voilà qui est intéressant.

    "un appauvrissement de la langue française et une profonde déculturation de notre pays" en quoi l’anecdote du passé antérieur la révèle-t-il ? l’articulation est purement rhétorique et d’une logique forcée, sous-entendue, mais on se comprend...

    "l’analyse rigoureuse du lexique, de la grammaire et de la syntaxe a été abandonnée" faux, si je me fie aux cahiers de classe de mes enfants. Ce qui manque c’est la production autonome d’écrits, apprendre à raconter une histoire, à rédiger un exposé, à structurer la notion de thème et de propos. Que faire d’un solfège qu’on n’emploie pas ?

    "Nombre d’ouvrages de littérature de jeunesse ont non seulement un vocabulaire pauvre mais recourent le plus souvent au temps du présent" vrai. Le club des cinq a été réédité au présent. Un désastre. Mais il suffit de les éviter. C’est pas les bouquins qui manquent.

    "revenir à une analyse rigoureuse et didactique de la langue française" l’étude morphosyntaxique est une chose, mais elle ne doit pas être une science de Balnibarbe, vaine et autarcique.

    "correspondance structurale des huit temps de l’indicatif" il sera plus utile d’envoyer les élèves en 6e avec une connaissance pratique de l’emploi des situations dans lesquelles s’emploie les différentes valeur du présent de l’indicatif, du sens inchoatif de l’imparfait ("ils étaient vingt et cent..."), de la distinction discursive entre le passé simple et composé, une touche de conditionnel, un brin de subjonctif présent et ça suffira... si on peut aller jusqu’au plus-que-parfait c’est Byzance. Mais la structure conceptuelle du futur antérieur ne sert à rien quand on ne comprend pas l’imparfait.

    Au collège, rien n’empêche en théorie un prof de français d’enseigner ce qu’il veut comme il le veut du fait du principe de liberté pédagogique énoncé dans le décret de mai 1950, mais l’incitation institutionnelle est tout autre. Et pour le prof même les contours de son champ disciplinaire a beaucoup perdu en netteté. Savoir, méthode, finalité, bien malin le prof qui pourra dire précisément ce que l’institution lui demande aujourd’hui.

    "ces mêmes élèves doivent pouvoir être initiés à de grands auteurs" c’est tout ce qu’il faut mais là je témoigne que l’air du temps n’y est pas, le socle commun européiste mérite toute l’attention d’E&R, c’est là que se joue l’avenir. Si on veut qu’avance le débat sur l’éducation c’est pas "c’était mieux avant" qu’il faut se dire, c’est de regarder d’où vient le danger.


  • #125154
    le 27/03/2012 par David
    Que sont mes Humanités devenues ?

    Bonjour à toutes et à tous,

    FORMIDABLE ! SUPER BOULOT.
    Bravo à tous les participants !

    Je retiens :
    - "Il convient aussi de rappeler qu’il n’y a pas de pensée logique et complexe dans une langue pauvre, sans nuances..." car c’est VRAI, c’est du bon sens et qu’il s’agit d’un enjeu majeur auquel tout un chacun peut s’y atteler en lisant, en proposant des listes de lectures à notre entourage, en parlant d’E&R, d’Alain SORAL, de Pierre HILLARD et consorts ce qui peut amener nos interlocuteurs à lire et donc à se donner les moyens de s’émanciper, de s’autonomiser. D’ailleurs j’en profite pour insérer cette phrase de CHOUARD qui est à méditer :
    " Quand on écrit soi-même les normes auxquelles on se soumet, on dit qu’on est autonome ".
    Et avant les Etats, il y a soi...

    - "Il ne s’agit pas de savoir, comme il est communément admis, quelle Terre nous allons léguer à nos enfants mais plutôt de savoir quels enfants nous allons léguer à notre Terre" phrase qui offre un recadrage salutaire en remettant les choses à l’endroit !

    Petite question sans intérêt : "A quand la guerre totale contre l’inversion des valeurs pour remettre les choses... à l’endroit ?"

    Allez, il suffit !

    Bon courage à toutes et à tous.

    David.

     

    • #125192
      le 27/03/2012 par mouloud
      Que sont mes Humanités devenues ?

      "Il convient aussi de rappeler qu’il n’y a pas de pensée logique et complexe dans une langue pauvre, sans nuances..."



      L’aller retour entre la pensée et le langage : un sujet primordial pour moi et développé par des philosophes (souvenirs lointains de cours de terminal) : une nouvelle pensée crée un nouveau langage qui permet d’élaborer une nouvelle pensée etc etc....
      Inversement, moins de langage=>moins de pensée=>moins de langage etc...etC...
      Voir aussi et toujours Orwell : 1984

      Merci à l’atelier EetR


  • #125184
    le 27/03/2012 par Fab
    Que sont mes Humanités devenues ?

    mon com de 2497 caractères ne passera pas ?
    à voir de trop près on a une mauvaise vision d’ensemble ?
    une fois encore je dis que restaurer l’enseignement des années 60 n’enrichira pas la langue d’aujourd’hui.
    Le socle commun lui ne rêve pas.


  • #125186
    le 27/03/2012 par Mec sous pseudo
    Que sont mes Humanités devenues ?

    Ouch, très bon la dernière phrase de Michéa ! Pour ma part, je m’inscris totalement dans cette logique : ok, l’apprentissage des temps, grammaires & co c’est casses-bonbons, mais allez, tu payes tes exercices et t’y arrives ! Ca sert à ça l’école primaire : bûcher tes exercices et point barre. Quand t’arrives à 25 ans et que tu es équipé d’armes syntaxiques pour comprendre le monde, t’es content de pas avoir appris de la modernité fiotasse sociétale périssable...


  • #125219
    le 27/03/2012 par Dalila
    Que sont mes Humanités devenues ?

    extrait la fameuse Lettre de Gargantua à Pantagruel de François Rabelais en 1532

    "J’entends et veux que tu aprennes les langues parfaitement. Premièrement la grecque comme le veut Quintilien, secondement, la latine, et puis l’hébraïque pour les saintes lettres, et la chaldaïque et arabique pareillement ; et que tu formes ton style quant à la grecque, à l’imitation de Platon, quant à la latine, à Cicéron. Qu’il n’y ait histoire que tu ne tiennes en mémoire présente, à quoi t’aidera la cosmographie de ceux qui en ont écrit."

    bien à vous.


  • #125379
    le 27/03/2012 par dédé75
    Que sont mes Humanités devenues ?

    Faut voir si la question est de ne pas enseigner le temps du passé antérieur à l’école primaire pour l’enseigner plus tard au collège, ou de le supprimer définitivement.

    La première solution ne me choquerait pas outre mesure. La seconde oui.

     

    • #128555
      le 02/04/2012 par norea
      Que sont mes Humanités devenues ?

      Le soucis c’est que l’on est censé sortir de l’école primaire avec les bases suivantes : savoir lire et écrire (donc conjuguer tous les temps) et compter (tables des multiplications) ainsi que deux trois babioles concernant notre histoire et géographie... A force de repousser à plus tard, nos enfants apprendront-t-ils à écrire au baccalauréat ?


  • #125404
    le 27/03/2012 par erev
    Que sont mes Humanités devenues ?

    Je suis curieux qu’on me donne un exemple de langue « pauvre, sans nuances, et réduite à un simple moyen de communication ».

     

  • #125698
    le 28/03/2012 par Philippe Dru
    Que sont mes Humanités devenues ?

    Pour ce qui est de l’enseignement de la grammaire, il existe un manuel exemplaire qui peut être intégralement consulté en ligne :
    http://lalibrairiedesecoles.com/lib...

    L’ensemble des ouvrages de cet éditeur est d’ailleurs excellent. Je recommande en particulier, les mathématiques, l’histoire, la géographie, l’histoire de l’art, la morale...
    Une collection indispensable dans toute B.A.D. qui se respecte.

    Leur seul défaut, ils sont très mal distribués.


  • #125935
    le 28/03/2012 par Actepatriote
    Que sont mes Humanités devenues ?

    Bref, ils veulent que l’éthymologie gréco-latine devienne de l’hébreu !

     

    • #126070
      le 28/03/2012 par Meowig
      Que sont mes Humanités devenues ?

      Il y a dans les syndicats et dans les Inspections Académiques (conseillers pédagogiques et Inspecteurs) une idéologie très marquée depuis la loi d’orientation de 1989 de L. Jospin et accentuée par les programmes de l’école élémentaire de 2002 de J. Lang. Et malgré la liberté pédagogique, bon nombre d’enseignants qui ne suivent pas la méthode prônée par les IA sont mal notés etc... (cf le site de Marc Le Bris - les écrits de Liliane Lurçat - le site Lire Ecrire et les liens s’y attachant).

      Cette idéologie s’est trop centrée, à mon sens, sur l’enfant ( c’est à peine si le terme élève est employé) au détriment du savoir et des connaissances. Cette période 1990/2008 a vu fondre le volume horaire de langue française en école élémentaire pour deux raisons :
      * on a retiré 2 heures de classe en 2008 (le samedi matin).
      * on a ajouté l’anglais (ou allemand) - l’informatique - la sécurité routière - l’histoire des Arts.

      L’apprentissage de la lecture s’est vu totalement revisité depuis 1970 : au lieu de partir de la lettre, de la syllabe puis du mot vers le texte , la quasi totalité des méthodes commencent par un texte puis viennent vers le son (phonème vers graphème) ; bref, du tout vers l’élément, soit le sens inversé pour un bon apprentissage.

      Il y a tant à dire sur le sujet que ça prendrait des pages...


  • #126375
    le 29/03/2012 par Guillaume
    Que sont mes Humanités devenues ?

    Bravo et merci pour cet article, j’adhère totalement.

    Même si c’est difficile, il faut apprendre à l’école des choses dont on ne perçoit pas tout de suite l’utilité. Il faut faire confiance aux anciens s’ils disent que c’est important.
    Ce principe de base de l’éducation a été abandonné. Aujourd’hui, les enfants ne devraient plus apprendre ni le passé antérieur ni le futur antérieur puisqu’ils ne voient pas tout de suite à quoi ça sert... Du coup on n’apprend plus grand chose, dans les autres matières non plus...
    Faites confiance au maître s’ils vous dit que ça servira plus tard : la même confiance que celle qu’on fait à ses parents.

    Je trouve la remarque de Fab "la structure conceptuelle du futur antérieur ne sert à rien" un peu pédante... Les enfants en primaire sont suffisamment formés pour comprendre son utilisation :
    "Tu iras jouer dehors quand tu auras fini tes devoirs."
    Du point de vue de l’apprentissage de la logique, je trouve son apprentissage très utile.

    Et pour ceux qui ont des enfants, le message de Philippe Dru concernant la librairie des écoles est un très bon conseil s’ils veulent des manuels structurés et structurants.

    merci et longue vie à ER


  • #128304
    le 02/04/2012 par Markovitch
    Que sont mes Humanités devenues ?

    Pour le futur adulte, beaucoup de sa vie se joue à l’école primaire. C’est fondamental !!!
    On veut leur apprendre l’anglais ou d’autres langues, alors qu’ils ne connaissent pas les bases du français et cela se voit lorsqu’ils arrivent au collège en 6ème ...
    Parents, je vous en supplie, s’ils n’arrivent pas à apprendre à lire, à écrire les bases du français et à compter, essayez de suppléer à la carence de l’éducation nationale. Dans les pays communistes de l’est on appelait cela "l’école à la maison".
    ça marche. J’avais, lors de mes études de philosophie, un camarade réfugié roumain qui ne faisait pas une seule faute de français !!! Lorsque j’avais un doute, je le lui demandais sans crainte ... !


  • #132753
    le 09/04/2012 par kasiar
    Que sont mes Humanités devenues ?

    Je ne sais pas vous mais moi ça me fait tristement penser à la novlangue danq Orwell


Afficher les commentaires suivants