Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Raul Castro jure fidélité à "la patrie et au socialisme"

Ce que nos dirigeants n’osent pas faire

Le président cubain Raul Castro s’est engagé samedi soir à « défendre la patrie et le socialisme » lors d’une cérémonie d’hommage tenue à la veille des funérailles du père de la révolution cubaine Fidel Castro, décédé le 25 novembre, à 90 ans.

 

« Devant les restes de Fidel (...) nous jurons de défendre la patrie et le socialisme », a déclaré Raul Castro, devant des dizaines de milliers de personnes rassemblées à Santiago de Cuba, dans l’est du pays, où les cendres du « Commandant en chef » doivent être enterrées dimanche dans l’intimité.

Fidel « a démontré que cela est possible, qu’on peut renverser tout obstacle, menace, soubresaut dans notre détermination à construire le socialisme à Cuba », a-t-il insisté, le souffle un peu court, dans ce dernier discours d’hommage prononcé sur la place de la révolution Antonio Maceo de la « cité héroïque ».

Prenant beaucoup de Cubains par surprise, Raul Castro a aussi annoncé que, conformément à la volonté de Fidel Castro, il déposerait devant l’Assemblée nationale une loi prévoyant qu’aucun culte de la personnalité ne soit entretenu autour de lui. Une annonce qui tranche avec l’exaltation s’étant emparée de l’île ces derniers jours autour de l’image du Comandante.

 

 

Fidel a insisté « jusqu’à ses dernières heures de vie » pour que « son nom et sa figure ne soient jamais utilisés pour baptiser des institutions, places, parcs, avenues, rues ou autres sites publics, et que ne soient jamais érigés à sa mémoire monuments, bustes, statues et autres formes similaires d’hommage », a rappelé le cadet des Castro, qui a succédé à son frère Fidel en 2006.

 

Funérailles simples

Face à lui, la foule scandait « Raul, mon ami, le peuple est avec toi ! », sous les yeux d’une poignée de chefs d’État étrangers tels que les alliés inconditionnels de Cuba Nicolas Maduro (Venezuela), Evo Morales (Bolivie), ainsi que du Congolais Denis Sassou Nguesso et des ex-chefs d’État brésiliens Luiz Inacio « Lula » da Silva et Dilma Rousseff.

 

 

Parmi les autres invités figuraient la légende du football argentin Diego Maradona, proche de Fidel Castro, et la ministre française de l’Écologie, Ségolène Royal. Devant quelques journalistes celle-ci a salué Fidel Castro comme « un monument de l’histoire » et fermement rejeté les accusations de violations des droits de l’Homme à son encontre.

Lire la suite de l’article sur lepoint.fr

Sur l’Amérique latine, chez Kontre Kulture

 

Fidel Castro, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Moi j’aimerai que nos dirigeants jurent de dire au revoir au socialisme...

     

    • Il ne faut pas confondre socialisme "occidental" du PS et socialisme sud-américain empreint de nationalisme. Chavez se disait socialiste, mais je doute fort que l’on puisse le comparer aux socialistes Flanby ou Valls.... Les mouvements de guerilla en Amérique latine sont généralement plutôt de gauche, souvent d’obédience marxiste, mais avec un sens aigu du patriotisme (Bolivar, Marti, etc). Castro était un nationaliste avant tout, qui a du se convertir au communisme pour des raisons de géopolitique. Sans le soutien militaire et financier de l’URSS, sa révolution n’aurait pas fait un pli, sachant que Cuba n’est qu’à 150 kms à peine de la Floride...


  • C’est ridicule cette cérémonie où les gens se recueillent devant des cendres. Castro a été incinéré puis ensuite on a baladé son urne qui a fait le tour de Cuba ! Grotesque !

    On peut se faire incinérer certes, mais à la fin des cérémonies et pas avant !

    On aurait pu aussi l’embaumer comme un pharaon ou comme Lénine et Mao. Dommage. Comme touriste, je regrette. J’aurais aimé son mausolée et j’aurai pris des photos avec une petite copine cubaine. .Raté.

    Une cession de rattrapage avec Raul ? Mais le "mausolée de Raul", c’est pas très excitant.


  • #1615974

    Sassou N’Guesso...grand humaniste devant l’eternel et grand ami de la France...finalement entre le Royalisme et le Communisme, il n’y a pas beaucoup de difference