Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Relire l’Appel de Cochin de Jacques Chirac à l’occasion de ses funérailles

Les funérailles de Jacques Chirac à Paris – qui réunissent des dizaines de chefs d’État et de nombreux représentants politiques au grand dam d’une Marine Le Pen toujours prompte à mendier un passe républicain – sont l’occasion de redécouvrir l’un des discours les plus subversifs du fondateur du RPR.

 

Le contexte :

L’appel de Cochin est un texte communiqué à la presse le 6 décembre 1978 par Jacques Chirac, alors maire de Paris, président du Rassemblement pour la République (RPR), et ancien Premier ministre.

Ce nom d’« appel de Cochin » a été donné à ce communiqué en raison des circonstances dans lesquelles il a été élaboré. Victime d’un accident de la route en Corrèze le 26 novembre précédent, Jacques Chirac avait aussitôt été transporté à Paris, à l’hôpital Cochin.

En convalescence, il signe et diffuse cet appel dont la paternité réelle est attribuée selon les spécialistes aux deux plus proches conseillers de Jacques Chirac à l’époque : Pierre Juillet et Marie-France Garaud, eux-mêmes très influencés par le socialiste collaborationniste et éminence grise de Georges Pompidou (période Premier ministre de De Gaulle) Georges Albertini.

La publication de cet appel entre dans le cadre de la « précampagne » du RPR pour les élections européennes de juin 1979, premières élections au suffrage universel du Parlement européen, jusque-là désigné par les Parlements nationaux des pays membres de la Communauté économique européenne. À cette époque, le président de la République Valéry Giscard d’Estaing, fervent défenseur de l’Europe fédérale, pose déjà les jalons du système monétaire européen qui donnera naissance à l’euro comme monnaie unique...

C’est donc l’Union pour la démocratie française (UDF), parti de centre-droit créé le 1er février 1978 à l’initiative de Giscard d’Estaing, qui est principalement visée par le texte de Chirac. Qualifiée de « parti de l’étranger » qui « prépare l’inféodation » de la France et « consent à l’idée de son abaissement », l’UDF est vue comme le creuset de la politique « antinationale » de la future Union européenne...

En février 1977 déjà, quelques mois après la création du RPR, Jacques Chirac avait dénoncé devant 100 000 personnes à Pantin le « capitalisme sauvage » et affirmé que les gaullistes ne devaient pas être confondus avec les « tenants du libéralisme classique » et la « droite » assimilée au giscardisme et au centrisme.

Véritable héritier du projet gaulliste ou politicien calculateur, Chirac ? Toujours est-il que la radicalité de l’Appel de Cochin créera la dissension au sein du RPR et l’échec du scrutin (Chirac n’arrive qu’en quatrième position derrière l’européiste Simone Veil, le socialiste François Mitterrand et le communiste Georges Marchais ; le taux d’abstention est de 40 %) signera la fin de la « bande des quatre » (Yves Guéna, Charles Pasqua, Pierre Juillet et Marie-France Garaud), bande constituée par les principaux conseillers de Jacques Chirac et dont l’influence sera jugée trop importante. L’authenticité gaulliste et l’attachement radical à la souveraineté française seront à partir de là sacrifiés sur l’autel des ambitions de celui qui intriguera encore durant seize ans avant de parvenir au poste républicain suprême.

C’est certainement en référence à ce tournant idéologique de l’histoire de la droite politicienne que Marie-France Garaud déclarera en 1985 :

« Je pensais que Jacques Chirac était du marbre dont on fait les statues, il est en fait de la faïence dont on fait les bidets. »

Le manque de courage et de conviction de Jacques Chirac face à l’histoire ne retire rien à la portée de ce texte qui conserve toute son actualité quarante-et-un ans après.

 

***

Appel de Cochin

Jacques Chirac

6 décembre 1978

 

Il est des heures graves dans l’histoire d’un peuple où sa sauvegarde tient toute dans sa capacité de discerner les menaces qu’on lui cache.

L’Europe que nous attendions et désirions, dans laquelle pourrait s’épanouir une France digne et forte, cette Europe, nous savons depuis hier qu’on ne veut pas la faire.

Tout nous conduit à penser que, derrière le masque des mots et le jargon des technocrates, on prépare l’inféodation de la France, on consent à l’idée de son abaissement.

En ce qui nous concerne nous devons dire NON.

En clair, de quoi s’agit-il ? Les faits sont simples, même si certains ont cru gagner à les obscurcir.

L’élection prochaine de l’Assemblée européenne au suffrage universel direct ne saurait intervenir sans que le peuple français soit directement éclairé sur la portée de son vote. Elle constituera un piège si les électeurs sont induits à croire qu’ils vont simplement entériner quelques principes généraux, d’ailleurs à peu près incontestés quant à la nécessité de l’organisation européenne, alors que les suffrages ainsi captés vont servir à légitimer tout ensemble les débordements futurs et les carences actuelles, au préjudice des intérêts nationaux.

- 1. Le gouvernement français soutient que les attributions de l’Assemblée resteront fixées par le traité de Rome et ne seront pas modifiées en conséquence du nouveau mode d’élection. Mais la plupart de nos partenaires énoncent l’opinion opposée presque comme allant de soi et aucune assurance n’a été obtenue à l’encontre de l’offensive ainsi annoncée, tranquillement, à l’avance. Or le président de la République reconnaissait, à juste raison, dans une conférence de presse récente, qu’une Europe fédérale ne manquerait pas d’être dominée par les intérêts américains. C’est dire que les votes de majorité, au sein des institutions européennes, en paralysant la volonté de la France, ne serviront ni les intérêts français, bien entendu, ni les intérêts européens. En d’autres termes, les votes des 81 représentants français pèseront bien peu à l’encontre des 329 représentants de pays eux-mêmes excessivement sensibles aux influences d’outre-Atlantique.

Telle est bien la menace dont l’opinion publique doit être consciente. Cette menace n’est pas lointaine et théorique : elle est ouverte, certaine et proche. Comment nos gouvernants pourront-ils y résister demain s’ils n’ont pas été capables de la faire écarter dans les déclarations d’intention ?

- 2. L’approbation de la politique européenne du gouvernement supposerait que celle-ci fût clairement affirmée à l’égard des errements actuels de la Communauté économique européenne. Il est de fait que cette Communauté – en dehors d’une politique agricole commune, d’ailleurs menacée – tend à n’être, aujourd’hui, guère plus qu’une zone de libre-échange favorable peut-être aux intérêts étrangers les plus puissants, mais qui voue au démantèlement des pans entiers de notre industrie laissée sans protection contre des concurrences inégales, sauvages ou qui se gardent de nous accorder la réciprocité. On ne saurait demander aux Français de souscrire ainsi à leur asservissement économique, au marasme et au chômage. Dans la mesure où la politique économique propre au gouvernement français contribue pour sa part aux mêmes résultats, on ne saurait davantage lui obtenir l’approbation sous le couvert d’un vote relatif à l’Europe.

- 3. L’admission de l’Espagne et du Portugal dans la Communauté soulève, tant pour nos intérêts agricoles que pour le fonctionnement des institutions communes, de très sérieuses difficultés qui doivent être préalablement résolues, sous peine d’aggraver une situation déjà fort peu satisfaisante. Jusque-là, il serait d’une grande légèreté, pour en tirer quelque avantage politique plus ou moins illusoire, d’annoncer cette admission comme virtuellement acquise.

- 4. La politique européenne du gouvernement ne peut, en aucun cas, dispenser la France d’une politique étrangère qui lui soit propre. L’Europe ne peut servir à camoufler l’effacement d’une France qui n’aurait plus, sur le plan mondial, ni autorité, ni idée, ni message, ni visage. Nous récusons une politique étrangère qui cesse de répondre à la vocation d’une grande puissance, membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et investie de ce fait de responsabilités particulières dans l’ordre international.

C’est pourquoi nous disons NON.
NON à la politique de la supranationalité.
NON à l’asservissement économique.
NON à l’effacement international de la France.

Favorables à l’organisation européenne, oui, nous le sommes pleinement. Nous voulons, autant que d’autres, que se fasse l’Europe. Mais une Europe européenne, où la France conduise son destin de grande nation. Nous disons non à une France vassale dans un empire de marchands, non à une France qui démissionne aujourd’hui pour s’effacer demain.

Puisqu’il s’agit de la France, de son indépendance et de l’avenir, puis qu’il s’agit de l’Europe, de sa cohésion et de sa volonté, nous ne transigerons pas. Nous lutterons de toutes nos forces pour qu’après tant de sacrifices, tant d’épreuves et tant d’exemples, notre génération ne signe pas, dans l’ignorance, le déclin de la patrie.

Comme toujours quand il s’agit de l’abaissement de la France, le parti de l’étranger est à l’œuvre avec sa voix paisible et rassurante. Français, ne l’écoutez pas. C’est l’engourdissement qui précède la paix de la mort.

Mais comme toujours quand il s’agit de l’honneur de la France, partout des hommes vont se lever pour combattre les partisans du renoncement et les auxiliaires de la décadence.

Avec gravité et résolution, je vous appelle dans un grand rassemblement de l’espérance, à un nouveau combat, celui pour la France de toujours et l’Europe de demain.

Ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Y a pas que Marie-France Garaud et plus généralement les français patriotes qu’il aura déçu le Chirac... ses nombreuses maîtresses aussi.
    Parait qu’il était surnommé "5min douche comprise".
    Même Gérard Fauré a été déçu malgré ses nombreuses "commandes de farine"...

    Ceci dit, si l’image de la France n’est miraculeusement toujours pas détruite à jamais à travers le monde, c’est aussi un peu grâce à lui quand même.
    Entre le refus d’aller en Irak en 2003 et sa désormais légendaire "promenade" de 1996 à Jérusalem, personne n’a oublié.
    D’ailleurs sur cette sortie où il remet en place les israéliens, tout le monde s’arrête à ces images, mais faut revoir le JT du soir (qui doit être encore dispo sur YT) où un certain "bibi" est tout mielleux avec lui un peu plus tard.
    Comme quoi.... même Chirac a été capable de se faire respecter là-bas, c’est dire l’effondrement de niveau depuis...

    Donc reconnaissons lui au moins ça, et le fait que finalement c’était sûrement quelqu’un qui aimait sincèrement les français et la France malgré tout.
    Reste juste à savoir avec quoi le lobby le tenait .... car le discours du Vél d’Hiv dès 1995 ... c’était certainement pas de gaité de coeur qu’il l’a prononcé.
    Mais bon ... il s’est couché "comme les autres".... quand même !!

    En tout cas le plus heureux désormais c’est son cerveau... ça fait combien ? 5 ou 6ans qu’il l’attend là-haut lui.... il parait...
    (trop de farine ?...)

     

    • Dans la partie crédit du bilan, n’oublions pas les arraisonnements des pétroliers qui ne respectaient pas les rails de circulation.
      Dans la partie débit : Maastricht et Lisbonne.

      Thémistoclès


    • "Reste juste à savoir avec quoi le lobby le tenait .... car le discours du Vél d’Hiv dès 1995 ... c’était certainement pas de gaité de coeur qu’il l’a prononcé. "

      Il y en a un qui doit savoir, mais il est au gnouf, il ne peut pas parler.
      Marrant d’ailleurs la chronologie, juste avant que Chirac ne (re)passe l’arme à gauche, revenant à son premier tropisme politique.

      Si je suis complotiste, j’y vois une relation de cause à effet, Balkany à l’enterrement de chichi, c’est comme inviter Tiberi pour disserter sur la vertu en politique.

      Si je le suis encore plus, 95, c’est pile l’année pour laquelle Claude Chirac devient son "spin doctor" en communication.
      A priori, on ne voit pas bien le lien, sauf que la fille a eu une relation de 10 ans avec Vincent Lindon dans les années 80.
      Et lorsqu’on consulte le pédigrée du bonhomme, la fille a pu être influencée pour que son président de père prononce, un jour, le discours du Vel d’Hiv.

      Bon, c’est capillotracté, certes, mais faut bien tenter de trouver une explication, non ?


    • En complément de mes élucubrations, en plus séreux quand même :

      « Féru de spiritualités, Chirac s’intéressait aussi au judaïsme. Il était très proche du grand rabbin de France Haïm Korsia, avec qui il partageait sur ce thème de longues conversations. »

      http://www.leparisien.fr/politique/...

      Une fil à tirer quant au discours du Vel d’Hiv.


    • @goyband

      Discours du Vel’dHiv : il s’est fait filmer avec une copine de cheval....
      Les émules d’Epstiiine, lui ont tordu le bras....
      C’est Klarsfeld père qui s’en est vanté !


    • Syzygy, copine de cheval ?
      Une Black ?
      Merci d’être plus explicite, je ne suis pas un exégète des écuries d’Augias, surtout quand elles sont encore sales.


  • Merci beaucoup ER


  • #2287912

    C’était pas le discourt de l’union des droites ce week-end à Paris 15.
    Zemmour, Goldanel etc...enfument les français avec le péril musulmans toujours et encore.


  • Ce qui prouve que Chirac est bel et bien gaulliste : plein la gueule pour pas grand chose.


  • Chirac une girouette . Il n’a eu qu’une constance : sa haine pour les patriotes français, il n’était pas le filleul de Marcel Bloch-"Dassault" pour rien .

     

    • Précision tout à fait remarquable.


    • Asselineau lui n’est pas une girouette.

      D’ailleurs lui il ne roule pas par ambition, mais pour une motivation qui faisait partie de l’éducation de base autrefois : le sens du service public, l’interêt de la France et des français, l’intégrité. Et puis l’intelligence, la connaissance des dossiers, et la finesse d’esprit.


    • anonyme, Asselineau n’a tout simplement pas compris que la société du spectacle se foutait de la vérité.
      Asselineau maitrise ses dossiers, certes, mais n’est pas spectaculaire, donc il n’intéresse pas la religion de la marchandise.

      Il manque un coup d’éclat médiatique à Asselineau, genre qu’il se tape Arielle Dombasle ou qu’il se foute sur la gueule avec Hanouna.

      Le spectacle de la marchandise est un déterminant social au moins aussi puissant que l’aliénant social de Marx, à savoir le Capital.

      Asselineau n’a donc aucun avenir en politique dans la société du spectacle, malgré ses qualités.


  • Marine le Pen a fait aussi de beaux discours. Je me les repasse en boucle le soir pour m’endormir.
    Je vais peut-être essayer le Chirac 500mg.


  • Ce discours me remémore ce moment de ma vie de lycéen. Mon amie Nathalie et moi avions été virés de cours après un chahut, et été transformés en larbin d’un prof qui, la belle aubaine, ayant mal préparé son cours, nous envoya faire des photocopies.
    Je profitais de l’intermède pour me laisser aller à mon obsession du moment, c’est à dire chausser mon Walkman et écouter Jimi Hendrix à fond les manettes, délaissant ainsi la belle.
    Jalouse, elle me dit « vas-y fait pêter ! »
    et me décide à lui laisser un écouteur non sans regret (la stéréo...). Alors on se laisse endiabler par la magie de voodoo child en montant les escaliers qui menaient à la photocopieuse. Moi, dingue de Jimi et elle prête à sombrer dans ces marécages musicaux peuplés d’esprits flirtant avec la vie et la mort.
    Curieusement, le martèlement médiatique des esprits battant son plein, Nathalie parle de Maastricht :
    - évidemment que je suis pour ! Que je lui dit
    - ben pas moi ! Qu’elle me répond
    N’ayant rien de mieux à lui opposer, je lui dit que tous les fumeurs de joint pourront se tendre la main all over Europe et que ce sera cool
    La conversation a pris fin assez rapidement et chacun a repris ses écouteurs parce que Jimi, stéréo ou pas, ça valait mieux qu’un cours ou un débat sur l’Europe.
    L’histoire ne vous dira pas si je l’ai baisée, mais quoi qu’il en soit j’ai changé d’avis.

     

  • " C’est dire que les votes de majorité, au sein des institutions européennes, en paralysant la volonté de la France, ne serviront ni les intérêts français, bien entendu, ni les intérêts européens. "
    Chirac avait déjà compris au début de son discours en 1978 quasiment tout ce qu’il y a à comprendre sur l’UE , c’est à dire une institution paralysant l’Europe , contre nos intérêts , le tout manipulé par l’empire et qui est impossiblement démocratique .


  • #jenesuispaschirac


  • Chirac : le canard qu’on a cru un moment être un aigle...

     

  • Chirac, dans une semaine il sera complètement oublié.


  • Franchement j’ai quand même de la pitié pour ces patriotes "mous" dont faisait partie Chirac. Ces gars là se sont retrouvés complètement esseulés face à un système entier. En d’autres termes : seuls contre tous ! Quand les hauts fonctionnaires, la plupart des grands industriels, tous les grands pontes de la haute finance et le petit peuple...sont enthousiasmés et soutiennent un projet (la construction européenne) que pouvaient faire un Chirac ? N’oubliez pas qu’à l’époque tout le monde étaient pour la construction européenne ! Tout le monde trouvait cela génial ! Je me souviens de mon état d’esprit quand j’étais un enfant au début des années 80 ! Je trouvais cela cool l’Europe ! Même à l’extrême-droite la plupart des gens n’ont pas sourcillé à la disparition du franc remplacé par l’euro ! Les seules réactions négatives étaient suscitées par l’apparence des billets qui ressemblent aux faux billets d’un jeu comme le monopoly...mais à part cela l’écrasante majorité des gens trouvaient génial que l’Europe ait son dollar bien à lui. A l’époque il n’y avait pas un seul parti politique qui critiquait l’idée de construction européenne. L’unanimité régnait, il fallait faire l’UE ! Aussi le canular de ’L’Europe contre-poids des USA" était cru par de nombreux français de droite et de gauche ! Et même de nos jours avec le constat implacable de cette escroquerie il n’y a en France même pas la moitié des gens en âge de réfléchir qui sont pour le Frexit ! Alors imaginez à l’époque où tout était encore frais, où tout le monde avait naïvement plein la tête des idéaux et anticipait un avenir radieux ! Les gens qui avaient compris l’arnaque ne représentaient qu’une infime minorité de marginaux, et dans cette minorité la majorité d’entre eux restaient malgré tout attaché à l’idée d’une Union Européenne mais des "nations" car ils n’avaient pas compris qu’un système politique d’intégration nationale à un ensemble devant prendre à l’unanimité les mêmes politiques économiques, monétaires...cela ne peut pas fonctionner ! Un pays d’Europe ce n’est pas un état américain ni un länder allemand !


  • Il savait toucher le cul des vaches,c’est sans doute pour ça que les veaux l’adorent.D’ailleurs, il le leur rendait bien en se payant leur tête...et pas qu’au restaurant !


  • je rappelle que le vrai auteur de ce texte est Madame Marie-France Garaud.
    Si à l’époque Chirac a accepté de le réciter et de le signer, c’est parce qu’elle avait réussi à le convaincre que ce serai bon pour sa carrière !
    Mais plus tard d’autres personnes l’ont convaincu qu’il ne pourrait pas se faire élire sans prendre une position pro-UE, et il a dont retourné sa veste !


Commentaires suivants